Navigation – Plan du site
Chronique

La gauche uruguayenne et la nécessaire imagination radicale

Uruguayan left wing and the necessary radical imagination
La izquierda uruguaya y la necesaria imaginación radical
Gustavo Pereira
Traduction de Sara Roumette
p. 7-20

Résumés

Les sociétés démocratiques articulent leurs dynamiques de reproduction et de transformation dans un contexte de valeurs et de croyances partagées qui constituent le prisme à travers lequel ces sociétés se perçoivent. Ces appréhensions de soi sont le théâtre de reconfigurations historiques qui orientent la façon dont les sociétés transforment la manière de réguler ce qui est dû à leurs citoyens libres et égaux. En Uruguay, l’arrivée de la gauche au pouvoir peut s’interpréter comme un signe de la reconfiguration de ce contexte de valeurs et croyances partagées, qui a mené à une interprétation plus égalitaire de ce que devraient être les arrangements institutionnels garantissant les conditions d’une égale citoyenneté. Bien que ces attentes aient été comblées pendant les deux gouvernements du Frente Amplio, depuis que les minima sociaux de base sont assurés de façon relativement réussie, on remarque un fort sentiment d’insatisfaction de la part des citoyens qui se sont identifiés historiquement avec les valeurs et les croyances qui ont cimenté l’auto-compréhension de la gauche uruguayenne. On entend parfois le reproche qu’une fois au pouvoir, la gestion a anesthésié la capacité d’imaginer des scénarios de transformations substantielles. Cela semble être un problème que la gauche uruguayenne partage avec les autres gouvernements de gauche de la région, ce qui rend nécessaire la restauration de la capacité d’imaginer des transformations substantielles de la société, sans lesquelles la gauche continuera à s’effacer et finira par ressembler à un gouvernement prospère de centre gauche. Pour cela, il est nécessaire que la discussion publique soit dynamisée par la question suivante : « Quelles sont les transformations structurelles à mettre en place pour revitaliser l’auto-compréhension de la gauche, élaborée au cours des cinquante dernières années en Uruguay ? »

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

política, ciudadanía, dignidad

Index géographique :

Uruguay
Haut de page

Texte intégral

Nous avons demandé à Gustavo Pereira, philosophe, professeur à l’université de la République (UDELAR) et intellectuel reconnu, une réflexion sur la capacité critique de la gauche uruguayenne. L’enjeu est majeur non seulement pour le cas de l’Uruguay mais pour l’ensemble de l’Amérique latine. Dix ans après son arrivée au pouvoir, comment rénover et approfondir la capacité d’une force politique vieille de plus de 40 ans à proposer un horizon de transformations ? Est-il possible de le faire tout en exerçant le pouvoir ? Gustavo Pereira décrit d’abord le chemin par lequel la gauche réunie au sein du Frente Amplio a constitué sa propre identité et bâti une vision de la société uruguayenne et des transformations qu’elle lui proposait. Mais il ne s’arrête pas là. Pereira nous indique ensuite qu’elles sont les entraves qui selon lui « diminuent » le potentiel utopique de la gauche de ce pays. Enfin, il a le courage de nous proposer des pistes pour la « nécessaire imagination radicale » qu’il est légitime d’attendre d’un prochain gouvernement de gauche pour l’Uruguay d’aujourd’hui.
Sa « chronique » vient ici accompagner le dossier sur L’Uruguay de José Mujica.
Denis Merklen

1La gauche uruguayenne, à travers les deux gouvernements du Frente Amplio (Vázquez 2005-2010 et Mujica 2010-2015), a commencé à réaliser une série de transformations importantes, marquées par la croissance économique et la garantie progressive de minima sociaux pour les citoyens. Cela a signifié une amélioration importante du bien-être des Uruguayens, ainsi que d’importants transferts de budgets vers la santé et l’éducation. Par ailleurs, l’Uruguay a créé un climat propice aux investissements nationaux et internationaux, basé sur des mesures incitatives et sur le respect du droit, et cela a constitué l’un des moteurs de la croissance économique. Cependant, au moment de se demander quelles sont les prochaines mesures que la gauche devrait réaliser dans un possible futur gouvernement, des doutes apparaissent sur la possibilité de réaliser certaines des transformations structurelles qui font partie de l’identité que la gauche uruguayenne a bâtie au cours du xxe siècle. C’est là ma préoccupation majeure, car je crois observer une capacité diminuée de la gauche pour imaginer des situations sociales foncièrement différentes de celles que nous avons actuellement, dans lesquelles les idéaux d’égalité et de liberté seraient pleinement réalisés. J’affirme que cela est dû à une perte systématique des ressources réflexives, perte qui inhibe la possibilité de se représenter des concepts institutionnels fondamentalement différents de ceux actuellement en vigueur.

2Pour développer cet objectif, je vais présenter dans la première partie de ce texte la façon dont la culture démocratique de la société uruguayenne a rendu possible l’auto-compréhension de la gauche dans ce pays. Dans un second temps, je présenterai le concept d’imagination radicale et de ressources réflexives comme élément dynamisant de cette culture démocratique. Finalement, dans un troisième temps, j’exposerai ce que l’on peut attendre d’un prochain gouvernement de gauche, et quelles seraient certaines des transformations réclamées par la gauche ainsi qu’elle se perçoit elle-même. Indépendamment des transformations qui peuvent se réaliser, le plus important est de réintroduire la capacité de penser, de discuter et de projeter de telles transformations : c’est à cela que se réfère l’exercice de l’imagination requis.

La culture démocratique et la gauche en Uruguay

  • 1 Par culture démocratique, je me réfère à ce que Albrecht Wellmer [1996] appelle l’éthique démocrati (...)

3Les sociétés démocratiques articulent leurs dynamiques de reproduction et de transformation dans un contexte de valeurs et de croyances partagées qui constituent le prisme à travers lequel ces sociétés se perçoivent. Ces appréhensions de soi-même sont le théâtre de reconfigurations historiques qui orientent la façon dont les sociétés transforment la manière de réguler ce qui est dû à leurs citoyens libres et égaux. En vertu de cela, la culture démocratique d’une société est l’espace de réflexion, de traitement des objectifs collectifs et d’ajustement de l’horizon émancipateur des sociétés démocratiques 1.

4Dans le cas particulier de l’Uruguay, il est possible d’affirmer que le pays possède une culture démocratique dense, nourrie par une importante tradition civique. Depuis 1830 et jusqu’à nos jours, avec des périodes d’exception, s’est maintenu un exercice systématique de la démocratie qui a stimulé le développement d’une citoyenneté réflexive, à travers divers contextes constitutionnels. Tout au long de l’histoire, les débats dans les médias ont fait en sorte que l’échange d’arguments pour défendre des positions divergentes soit vu comme le moyen privilégié pour résoudre les controverses ; il y a de nombreux exemples au cours de l’histoire, mais l’un des plus significatifs est probablement celui qui a opposé les spiritualistes et les positivistes sur le rôle de l’éducation, et qui a conduit à l’automne 1876, au débat mémorable entre Carlos María Ramírez et José Pedro Varela [1965]. Bien plus près de nous, vers la fin de la dictature militaire qui était au pouvoir de 1973 à 1984, la première image de débat qu’ont connu ceux qui ont grandi dans un environnement non démocratique a été celui qui s’est tenu en 1980 à l’occasion de la réforme constitutionnelle proposée par la dictature militaire. La réforme constitutionnelle a été rejetée par un référendum populaire, et le débat en défense de la démocratie auquel ont participé les personnalités politiques non proscrites est resté dans nos mémoires comme l’une des instances les plus significatives de la lutte contre la tentative d’institutionnaliser la tutelle militaire.

  • 2 Cette façon de comprendre la démocratie se réfère à des modèles de démocratie centrés sur la compét (...)
  • 3 Il faut préciser ici que si l’idéal républicain est fortement associé à la participation, il n’est (...)

5Tout au long de l’histoire, la démocratie uruguayenne a développé une auto-compréhension de ce que doit être la condition citoyenne, très éloignée de celle qui assimile le citoyen à un consommateur 2, c’est-à-dire un citoyen passif qui simplement donnerait le pouvoir à ses dirigeants de décider pour lui et ne s’intéresserait plus aux affaires publiques. Au contraire, la façon dont le citoyen uruguayen se perçoit se rapproche bien plus de l’idéal républicain, selon lequel même s’il délègue à ses représentants l’administration politique des affaires publiques, le citoyen garde une préoccupation significative à leur encontre, de telle sorte que cela génère des processus de discussions et de prises de décision de meilleure qualité que dans les cas où existe une version du citoyen passif 3. Cela se retrouve dans les structures constitutionnelles qui incluent des mécanismes comme les référendums, qui ont historiquement marqué la façon dont les citoyens gardent pour eux leur souveraineté et contrôlent le processus de prises de décision du système politique.

  • 4 Ces vices d’argumentation ont motivé la publication de Lógica viva [1979], par l’influent philologu (...)

6Bien sûr, les instances de discussions publiques ne sont pas toutes vertueuses ; comme dans toute démocratie, il y a des cas d’instrumentalisation, de manipulation, de domination, d’utilisation biaisée de l’information4, etc. Mais malgré cela, les citoyens continuent de considérer la démocratie comme une forme de gouvernement où prime l’échange d’arguments et dans laquelle il est possible de réaliser des accords d’État à travers ce processus.

  • 5 Je me réfère à la formulation célèbre de Young, qui désigne par « oppression » les restrictions ins (...)

7Cette culture démocratique présente au sein de la société uruguayenne s’est traditionnellement nourrie d’une sphère publique marquée par le débat et l’argumentation des positions en conflit. Ces processus ont à leur tour engendré diverses auto-compréhensions des différents agents qui participent à la vie de la société. La gauche uruguayenne a été modelée au cours de l’histoire par ce type de processus qui lui ont permis de formuler des buts communs donnant un sens à son action, parmi lesquels on retrouve la transformation des structures et des relations sociales marquées par l’oppression et la domination 5. Au sein de ces buts se trouvent des objectifs plus radicaux comme le socialisme, ou moins radicaux comme la simple amélioration des conditions de justice sociale. Mais dans tous les cas, la possibilité d’imagination d’une société substantiellement différente est ce qui unit ces perspectives. Cette imagination radicale a construit l’auto-compréhension de la gauche au long du xxe siècle, mais plus particulièrement à partir des années 1950, où des progrès sociaux et politiques tels que l’unification des travailleurs au sein de la Convention nationale du travail (CNT) ou la création du Frente Amplio étaient accompagnés par une génération d’intellectuels qui, au sein de l’emblématique hebdomadaire « Marcha », donnaient une voix et systématisaient cette pensée émancipatrice.

8En 2005, la gauche est arrivée au pouvoir et cela peut être interprété comme un élément de la reconfiguration de cet ensemble partagé de valeurs et de croyances, qui a mené à une interprétation plus égalitaire de quelles devaient être les mesures institutionnelles garantissant la condition de citoyenneté égale. Si la culture démocratique des sociétés détermine un aspect significatif de la reproduction et de la reconfiguration des sociétés démocratiques, alors l’arrivée de la gauche au pouvoir peut s’expliquer en partie par une interprétation radicale de l’égalitarisme, qui a constitué au long de l’histoire de l’Uruguay une part importante de sa perception en tant que société démocratique. Ce passé égalitaire est ce qui a rassemblé dans une formulation nouvelle les citoyens uruguayens et qui, par divers processus de construction de l’opinion publique, a généré une nouvelle façon d’appréhender en quoi consiste la citoyenneté égale que nous sommes en droit d’exiger. Il est évident que cette interprétation égalitaire avait peu à voir avec le socialisme de certains des partis fondateurs du Frente Amplio, comme le parti socialiste et le parti communiste, mais au regard de la terrible situation sociale en Uruguay, avant la victoire électorale de la gauche, elle était la plus proche des positions aspirant à la garantie de minima sociaux, comme minima citoyens.

9Bien que ces attentes aient été comblées pendant les deux gouvernements du Frente Amplio, depuis que les minima sociaux de base sont assurés de façon relativement réussie, on remarque un important sentiment d’insatisfaction de la part des citoyens, qui se sont historiquement identifiés aux valeurs et aux croyances qui ont cimenté l’auto-compréhension de la gauche uruguayenne. C’est pourquoi l’on peut affirmer que le malaise envers le gouvernement tient plus d’un sentiment de la gauche elle-même, que des électeurs ponctuels du Frente Amplio, car ce qui est en jeu ici, ce sont les transformations qui historiquement ont fait partie de l’identité de la gauche.

10On entend parfois le reproche qu’une fois au pouvoir, la gestion a anesthésié la capacité d’imagination de scénarios de transformations substantielles. Cela semble être un problème que la gauche uruguayenne partage avec les autres gouvernements de gauche de la région, ce qui rend nécessaire la restauration de la capacité d’imaginer des transformations de la société substantielles, sans lesquelles la gauche continuera à s’effacer et finira par ressembler à un gouvernement prospère de centre gauche. Pour cela il est nécessaire que la discussion publique soit dynamisée par la question suivante : Quelles sont les transformations structurelles à mettre en place pour revitaliser l’auto-compréhension de la gauche qui s’est construite durant ces cinquante dernières années en Uruguay ? Mais cela exige que l’exercice radical d’imagination, qui décroît de plus en plus, soit réhabilité.

L’imagination radicale

  • 6 Un exemple contemporain de ce rôle des intellectuels dans la formulation de possibles transformatio (...)

11L’imagination peut se définir comme la capacité de nous représenter des scénarios et des situations qui n’existent pas encore et qui peuvent être envisagés comme des alternatives à ceux dans lesquels nous vivons. Cette imagination, dans sa forme radicale nous a permis de nous représenter des scénarios dans lesquels les structures et les relations sociales sont foncièrement modifiées, et cet exercice fait partie intégrante de l’auto-compréhension de la gauche. Un des éléments déterminants de cet exercice d’imagination est lié au rôle que les intellectuels ont tenu historiquement au sein de la gauche, en proposant certaines caractéristiques de ces transformations, concernant par exemple la réduction des inégalités sociales, la transformation de la structure de la propriété ou la redistribution des richesses 6. Comme nous l’avons déjà signalé, la croissance du bien-être n’est plus suffisante pour la gauche uruguayenne, les sujets au cœur même de son identité sont de plus en plus réclamés dans les discussions, en interne comme de façon publique, et devraient être pris en compte si la gauche uruguayenne tient à se différencier d’un gouvernement prospère de centre-gauche.

12Mais face à ce scénario potentiel, la gauche semble ne pas avoir d’idées claires sur la façon de mettre en œuvre ces transformations. De fait, tout semble indiquer que le chemin choisi passe par l’augmentation du bien-être général, celui de la croissance économique, de la croissance avec une meilleure redistribution, mais rien, absolument rien n’est envisagé concernant la structure de la propriété ou comment celle-ci agit sur les inégalités sociales, ou comment devrait être organisée une forme de production plus juste, équitable, égalitaire, dans laquelle notre humanité puisse se réaliser pleinement. Il est vrai que des efforts et que des soutiens ponctuels sont apportés, par exemple aux coopératives de production, mais il semble que ce n’est là rien d’autre qu’une façon de reconvertir en faveur des travailleurs, des entreprises capitalistes en faillite. Qu’est-ce qui explique cela ? Pourquoi l’horizon des transformations est-il si réduit ? Pour tenter d’apporter une réponse à cette question, je vais présenter trois points qui cherchent à identifier certaines des causes à l’origine de cette situation.

131. Une première réponse tient dans l’idée que la gauche uruguayenne a été absorbée par la dynamique auto-reproductrice de l’appareil d’État. D’après ce que l’on pourrait appeler la thèse canonique expliquant les processus de modernisation, celle-ci se réalise à travers l’institutionnalisation de la rationalité en finalité, qui à son tour prend son indépendance dans les domaines d’action de l’administration et de l’économie. Ces domaines d’action qui avaient rendu possible l’émancipation des individus des formes d’association corporatiste, se libèrent à leur tour de toute orientation d’action rationnelle en valeur. Cette prise d’indépendance mène en dernière instance à ce que Weber a appelé « la cage de fer », où ont lieu les conversions des libertés en coercitions disciplinaires transmises à partir de la bureaucratisation et judiciarisation de la société, et qui surgit comme une conséquence de la complexité croissante des systèmes d’action autonomisés [1964, p. 1 048].

  • 7 Ce diagnostic a marqué et influencé les représentants les plus brillants de la théorie critique. Ce (...)

14Selon cette analyse, la rationalité en finalité imprègne toutes les relations sociales 7 et impose l’auto-reproduction de l’appareil d’État, ce qui influe sur la façon dont est donné priorité aux objectifs de ceux qui se trouvent au gouvernement. On peut affirmer que les questions programmatiques des partis qui se trouvent dans l’appareil d’État et de ceux qui aspirent à l’être finissent par dépendre de l’objectif de conquête et de maintien au pouvoir. Il est évident que c’est là quelque chose de tout à fait raisonnable pour tout parti aspirant à gouverner une société, c’est même un fait élémentaire de la politique, mais dans le cas de la gauche uruguayenne, sa gestion réussie pendant les deux périodes de gouvernement a engendré la conviction qu’il suffit de garder la même recette pour continuer à gouverner, et de ce fait, toute tentative d’introduire des transformations plus substantielles est perçue comme une menace au maintien au pouvoir.

15À son tour, la prégnance de la rationalité en finalité dans les différentes sphères de la société finit par assimiler le comportement d’un citoyen à celui d’un agent du marché, ce qui réduit considérablement les possibilités de réflexion au-delà de l’intérêt personnel au moment d’agir. De cette façon, le questionnement, la critique, la projection de la transformation de la société sont sévèrement inhibés pour réduire l’exercice de la raison pratique aux aspects centrés sur l’intérêt personnel [Pereira, 2013]. C’est un trait des sociétés contemporaines qui touche aussi la société uruguayenne, et la possibilité d’identifier et de projeter des transformations sociales s’y réduit significativement à mesure que la société devient plus prospère et les besoins individuels de bien-être y sont satisfaits. On pourrait appeler cela l’inhibition de l’exercice d’imagination, c’est-à-dire de la possibilité de se représenter d’autres scénarios.

162. Cette situation est aggravée par la mise en retrait croissante des intellectuels de la réflexion publique. Ce sont les intellectuels qui ont le mieux stimulé l’exercice radical d’imagination et qui ont été un élément structurant de l’auto-compréhension de la gauche uruguayenne qui, dans la seconde moitié du xxe siècle, a commencé à être progressivement perçue comme une alternative possible aux partis historiques. Dans la conjoncture actuelle, les intellectuels tiennent un rôle marginal dans la discussion publique de la gauche uruguayenne, dû à la quasi-omniprésence du discours gestionnaire par lequel les gouvernements, comme nous l’avons déjà souligné, ont modéré et ajusté les transformations des relations et des structures sociales aux conditions de la bonne administration. Ces transformations ne semblent pas aller au-delà d’une amélioration du bien-être général, et ne touchent pas à des questions comme celles de la propriété ou des causes profondes des inégalités. Le gouvernement critique les secteurs intellectuels qui proposent des alternatives à cette façon d’envisager les transformations, les accusant d’être peu réalistes ou pragmatiques. Il en résulte qu’une forme d’indolence, d’apathie est apparue chez certains intellectuels de gauche envers les possibles transformations, qui contraste substantiellement avec leur fort engagement lors de la première période de gouvernement. Le constat par les intellectuels que leurs propositions ne sont pas prises en compte et que les transformations possibles sont absorbées par une dynamique de gouvernement plus préoccupée par le maintien au pouvoir que par la réelle transformation de la société, a eu pour conséquence que les intellectuels se sont peu à peu retirés des débats publics pour se réfugier dans la recherche universitaire.

17Parallèlement, on observe l’adoption quelque peu dogmatique des concepts d’investissements et de croissance, qui minimise ou exclut certains aspects des processus de prises de décision, aspects comme les risques pour l’environnement ou la production traditionnelle, et qui associe invariablement le développement à la croissance économique. Ce dogme stigmatise et exclut tout ce qui pourrait l’affecter. C’est pourquoi la réflexion théorique est systématiquement marginalisée dès qu’elle est perçue comme gênante d’une façon ou d’une autre. Par conséquent, la gauche se montre peu capable de penser le développement en des termes qui ne soient pas strictement cohérents avec la croissance économique, et cette position semble assimilable à une sorte de fétichisme de la croissance [Hamilton, 2003].

  • 8 J’utilise l’expression de « ressources réflexives » à partir du concept de « ressources morales », (...)

183. Cette toile de fond, décrite dans les deux points précédents et structurée autour de la prééminence excessive de la raison instrumentale et l’exclusion des intellectuels du débat public, entraîne une atteinte à ce que j’appellerai les « ressources réflexives » et en cela inhibe la possibilité de se représenter des scénarios de transformation substantielle. Les ressources réflexives 8 sont les dispositions et les capacités que nous avons à évaluer et à juger un état de choses qui nous affecte, et éventuellement à imaginer sa transformation ou son renforcement. Ces ressources réflexives, à la différence des ressources naturelles, ne s’épuisent pas quand on les utilise, mais au contraire se multiplient et s’acquièrent par l’apprentissage et par leur utilisation. L’imagination est clairement l’une de ces ressources réflexives qui permet d’évaluer, de juger des situations sociales, et de projeter des transformations, dans les situations où le pouvoir a besoin de se représenter des scénarios alternatifs à ceux existants. La capacité d’argumentation, en tant que capacité d’offrir des raisons qui permettent de défendre ses propres positions, est également une ressource de cet ordre. On peut avancer que la critique sociale surgit en partie d’une forte interrelation entre l’imagination et la capacité d’argumentation, c’est pourquoi les ressources réflexives sont indispensables pour gérer la critique sociale.

19Si la société uruguayenne se soumet à ces élans gestionnaires, précédemment évoqués, et expulse de la discussion publique les intellectuels qui en sont les moteurs, alors les ressources réflexives disponibles se verront sérieusement affaiblies, et l’ensemble de ces facteurs entraînera une forme de blocage de la représentation de scénarios de transformation. Et bien que cette analyse concerne la société uruguayenne, cette situation n’est pas très différente de celle que traverse la gauche en Amérique latine et dans les sociétés contemporaines en général.

Qu’attendre d’un prochain gouvernement de gauche ?

20Au moment où nous rédigeons cet article (avril 2014), l’Uruguay entre en campagne électorale et Tabaré Vázquez sera très certainement le candidat de la gauche. Étant donné la réussite de la gestion des gouvernements du Frente Amplio, il est probable que Vázquez gouverne une seconde fois dans le cadre d’un troisième gouvernement du Frente Amplio. Que peut-on raisonnablement attendre de ce gouvernement ? Il serait souhaitable qu’un prochain gouvernement de gauche soit un bon gouvernement pour tous les Uruguayens, que l’économie continue à être conduite de façon responsable, rassurant tous les acteurs économiques, que le bien-être individuel croisse, que la croissance économique se poursuive, et qu’il y ait des améliorations dans la redistribution des richesses. Mais également que les politiques de protection sociale persévèrent à essayer d’assurer des minima sociaux aux citoyens défavorisés. Il est probable que l’on continuera à promouvoir une législation progressiste pour le pays et la région, comme les lois déjà adoptée sur le mariage homosexuel, l’avortement, la procréation médicalement assistée et la légalisation du cannabis. Les investissements dans l’éducation et la santé augmenteront sans doute, et c’est là un aspect essentiel de la garantie de minima sociaux pour l’exercice d’une pleine citoyenneté, à laquelle la gauche s’est engagée tout au long de son histoire.

21Cependant, il est également nécessaire d’indiquer que l’on pourra difficilement observer des transformations plus importantes que celles-ci. De fait, des sujets comme la discussion des régimes de propriété, ou les stratégies énergiques pour combattre les inégalités économiques et sociales sont hors de l’agenda politique. La gauche a appris par le passé que se focaliser sur certains de ces thèmes pouvait lui coûter les élections et devant un tel risque, préfère ne même pas les formuler. Comme nous l’avons déjà remarqué, l’élan auto-reproducteur de la bureaucratie gouvernementale est particulièrement sensible à ces risques. L’autre question qui se pose est la suivante : qu’attendent les militants et les électeurs traditionnels de la gauche d’un nouveau gouvernement ? En particulier ces militants, ces électeurs et ces sympathisants qui n’ont rien à voir avec la bureaucratie gouvernementale et qui sont ceux qui ont donné le soutien nécessaire au Frente Amplio dans les moments les plus difficiles. Pour illustrer ce dernier point, il suffit de se souvenir que lors de la dernière élection, alors que le Frente Amplio était au plus bas dans les sondages, à travers les réseaux sociaux les militants ont bousculé la stratégie de campagne électorale des dirigeants et ont lancé une mobilisation qui a porté la gauche vers son deuxième mandat. Il est très clair que les militants et sympathisants du Frente Amplio sont loin d’être apprivoisés et qu’ils exigent et vont exiger bien plus que ce qui leur est offert. La question que beaucoup se posent est de savoir si la transformation sociale, qui pendant des décennies a été impulsée par le discours de la gauche et qui a contribué à articuler la façon dont elle se perçoit, peut se réaliser ou se réalisera avec les politiques et stratégies que nous venons de signaler. Tout semble indiquer que la réponse est négative, car non seulement il n’y a pas de modèles normatifs qui mettent sur la voie d’une transformation substantielle, mais il n’y a pas non plus de discussions sur le sujet, toute transformation possible est comme encapsulée dans ce que les gouvernants décident qu’il est possible ou non de faire.

22Face à cette situation surgit une nouvelle question : indépendamment de la volonté des gouvernements, quelles sont les transformations possibles ? La réponse pourrait s’articuler de la façon suivante : si l’objectif de la gauche est de garantir un système de gouvernement dans lequel les citoyens seraient véritablement maîtres de leurs destins, alors il y a quelques obstacles structurels à dépasser, et le premier pas pour cela serait de les intégrer progressivement à l’agenda politique. Je vais indiquer trois de ces obstacles :

231. Le premier d’entre eux est le type de propriété des moyens de production. La possibilité qu’un petit groupe de citoyens concentre cette propriété leur octroie un contrôle, un impact et un pouvoir sur les processus de prises de décision qui portent atteinte à l’idée d’égalité et de réciprocité élémentaires d’une démocratie, tout en entraînant à leur tour des processus d’exclusion et de domination sur une partie importante de la société. Cela ne signifie pas nécessairement l’éradication de la propriété privée, mais demande que dans une démocratie guidée par des valeurs d’égalité et de réciprocité, le plus approprié serait de disperser cette propriété en générant une multitude d’acteurs sur les marchés. La leçon historique des tentatives de transformation de la propriété des moyens de production impose d’agir avec une grande prudence, mais cela n’implique pas d’exclure le problème. Il est possible de penser qu’en gardant comme but la promotion d’une citoyenneté libre et égale, participant activement à la vie de la société, on puisse discuter ce point et obtenir des indices sur la façon d’avancer dans cette voie. Ne pas en parler implique de continuer à reproduire les mêmes structures de domination et d’exclusion.

242. Le deuxième obstacle à la pleine réalisation de notre condition d’égale citoyenneté se tient dans la gestion et dans les processus de prises de décision dans les entreprises. On peut difficilement penser à la réalisation des idéaux d’égalité et de liberté, à la capacité de prendre part aux prises de décisions qui nous concernent, si l’on ne peut garantir l’inclusion de tous les citoyens dans les processus de prises de décision sur ce qui est produit, comment cela est produit et comment cela est distribué. La gestion de ces processus par les citoyens aurait pour effet, notamment, que les critères qui orientent le développement pourraient s’éloigner des dogmes de la croissance économique, où toute activité productive trouve sa justification dans la seule création d’emploi, indépendamment de son impact sur l’environnement ou sur l’épuisement des ressources naturelles. Les pays latino-américains reçoivent de plus en plus d’investissements des pays riches qui adoptent souvent un comportement prédateur et irresponsable envers les ressources naturelles. La gestion citoyenne de ces processus de prises de décision pourrait agir comme une instance de contrôle et de régulation, dans le même temps où elle constituerait une dimension de réalisation de la condition de citoyen comme maître de son propre destin.

253. Le troisième obstacle à vaincre concerne les inégalités et leurs causes. Le gouvernement de gauche uruguayen a œuvré et continue d’œuvrer dans cette direction, avec des réussites importantes. Cependant, il semble que dans certaines dimensions où les inégalités se manifestent, l’on parvienne à identifier clairement les causes et dans d’autres non. Dans le cas des inégalités ethniques et raciales, et de genre, on observe la tendance à intervenir sur le fond de valeurs et de croyances qui alimentent les conduites discriminatoires, tandis que dans le cas des inégalités économiques, tout semble se limiter à une politique d’imposition plus égalitaire. C’est pourquoi on peut affirmer que la gauche uruguayenne combat de façon réfléchie certaines inégalités, mais pas toutes.

26Bien sûr, ces points n’abordent pas l’ensemble des obstacles qui pourraient empêcher la réalisation d’une citoyenneté libre et égale, ni les transformations structurelles nécessaires pour garantir la dignité égale des personnes, citoyenneté incarnée dans notre capacité à être des acteurs capables d’intervenir dans la vie de la société en défendant nos positions de façon argumentée, c’est-à-dire en étant réellement les maîtres de nos vies.

Varela José Pedro, Ramirez Carlos Maria, El destino nacional y la universidad: polémica, Montevideo, Ministerio de Instrucción Pública y Previsión Social, 1965

Haut de page

Bibliographie

Cohen Jean et Arato Andrew, Sociedad civil y teoría política, México, FCE, 2000.

Dasgupta Partha, « Trust as a commodity », in Diego Gambetta, Trust, Blackwell, 1988.

Downs Anthony, An Economic Theory of Democracy, New York, Harper Collins, 1957.

García-Marzá Domingo, Ética empresarial. Del diálogo a la confianza, Madrid, Trotta, 2004.

Habermas Jürgen, Teoría de la acción comunicativa II. Crítica de la razón funcionalista, Madrid, Taurus, 1987.

Hamilton Clives, The Growth Fetish, Crows Nest, Allen & Unwin, 2003.

Hirschman Albert, « Against Parsimony: Three Easy Ways of Complicating some Categories of Economic Discourse », en Rival Views of Market Society and Other Recent Essays, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1992.

Honneth Axel, Reificación. Un estudio en la teoría del reconocimiento, Buenos Aires, Katz, 2007.

Honneth Axel, Patologías de la razón. Historia y actualidad de la Teoría Crítica, Buenos Aires, Katz, 2009.

Horkheimer Max, Crítica de la razón instrumental, Buenos Aires, Sur, 1973.

Horkheimer Max y Adorno Theodor, Dialéctica del Iluminismo, Buenos Aires, Sudamericana, 1987.

Lukács György, Historia y conciencia de clase, México, Grijalbo, 1969.

Offe Claus y Preuss Ulrich, « Instituciones democráticas y recursos morales », Isegoría, nº 2, p. 45-74, 1990.

Pettit Philip, « Liberalismo y republicanismo », in Félix Ovejero, José Luis Martí, J. J. et Roberto Gargarella, Nuevas ideas republicanas. Autogobierno y libertad, Barcelona, Paidós, 2004, p. 115-135.

Pereira Gustavo, Elements of a Critical Theory of Justice, Houndmills, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, 2013.

Schumpeter Joseph, Capitalismo, Socialismo y Democracia, Barcelona, Ed. Folio, 1984.

Vaz Ferreira Carlos, Lógica viva, Moral para intelectuales, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1979.

Weber Max, Economía y sociedad. Esbozo de sociología comprensiva, trad. J. Medina Echavarría, ed. J. Winckelmann, México, FCE, 1964.

Wellmer Albrecht, Finales de partida: la modernidad irreconciliable, Madrid, Cátedra-Universidad de Valencia, 1996.

Young Iris Marion, Inclusion and Democracy, Oxford y New York, Oxford University Press, 2000, p. 31.

Haut de page

Notes

1 Par culture démocratique, je me réfère à ce que Albrecht Wellmer [1996] appelle l’éthique démocratique, qui est formulée comme une reconstruction du concept d’éthique hégélien à partir des conditions qu’impose la liberté moderne.

2 Cette façon de comprendre la démocratie se réfère à des modèles de démocratie centrés sur la compétence [Schumpeter, 1984 ; Downs, 1957].

3 Il faut préciser ici que si l’idéal républicain est fortement associé à la participation, il n’est pas forcément participationniste ; on peut affirmer que sa préoccupation majeure réside dans la qualité des processus de prises de décision [Pettit, 2004].

4 Ces vices d’argumentation ont motivé la publication de Lógica viva [1979], par l’influent philologue uruguayen Carlos Vaz Ferreira, où il exprime au début du xxe siècle sa préoccupation pour un argumentaire correct. Cette œuvre peut être vue comme faisant partie d’un processus d’illustration de la discussion publique en Uruguay.

5 Je me réfère à la formulation célèbre de Young, qui désigne par « oppression » les restrictions institutionnelles au développement personnel, et par « domination » les restrictions institutionnelles à l’autodétermination [Young, 2000, p. 31].

6 Un exemple contemporain de ce rôle des intellectuels dans la formulation de possibles transformations institutionnelles est le « Real utopias project », dirigé par Erik Olin Wright, qui rassemble entre autres des propositions de Philippe Van Parijs, John Roemer, Joshua Cohen et Joel Rogers, Sam Bowles et Herb Gintis. Cette perspective coïncide avec le diagnostic de la diminution de l’exercice d’imagination dans les sociétés contemporaines et cherche à stimuler son exercice radical.

7 Ce diagnostic a marqué et influencé les représentants les plus brillants de la théorie critique. Certains des travaux les plus représentatifs de ce courant de pensée ont été présentés par Horkheimer et Adorno [1987], Horkheimer [1973], Lukács [1969], Habermas [1987] et Honneth [2007, 2009].

8 J’utilise l’expression de « ressources réflexives » à partir du concept de « ressources morales », avec lequel elle partage de grandes similitudes. Le concept de ressources morales a été présenté par Preuss et Offe [1990], Dasgupta [1988], Hirschmann [1992], Cohen et Arato [2000] et García-Marzá [2004].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gustavo Pereira, « La gauche uruguayenne et la nécessaire imagination radicale », Cahiers des Amériques latines, 77 | 2014, 7-20.

Référence électronique

Gustavo Pereira, « La gauche uruguayenne et la nécessaire imagination radicale », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/3436

Haut de page

Auteur

Gustavo Pereira

Université de la République, Uruguay.

Gustavo Pereira est philosophe. Professeur de philosophie de la pratique à l’UDELAR. Il est le créateur et le coordinateur du Groupe interdisciplinaire de recherche « Éthique, justice et autonomie ». Il s’intéresse à la théorie de la justice et à la théorie de la démocratie. Sur ces sujets, il a publié de nombreux articles dans des revues comme Isegoría, Diánoia, Ratio Juris y Thesis Eleven. Il est l’auteur de Medios, capacidades y justicia distributiva (2004), ¿Condenados a la desigualdad extrema? (2007), Las voces de la igualdad (2010), Elements of a Critical Theory of Justice (2013), et avec Adela Cortina de Pobreza y libertad (2009).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org