Navigation – Plan du site
Dossier. L'Uruguay de José Mujica

Présentation du dossier

Florencia Dansilio et Denis Merklen
p. 23-26

Texte intégral

1En octobre 2014 auront lieu en Uruguay les prochaines élections présidentielles, et mars 2015 verra la fin du gouvernement de José Mujica (2010-2015). S’achèvera ainsi le deuxième gouvernement du Frente Amplio, qui sera probablement suivi d’un troisième mandat de la gauche et marquera peut-être le retour de son premier président, Tabaré Vázquez (2005-2010). Ce sera le moment du constat d’un bouleversement majeur, pour la société uruguayenne et pour les forces de la gauche dont les expressions politiques sont réunies au Frente Amplio.

2À quel bilan donne lieu la gauche uruguayenne après dix ans d’exercice du pouvoir ? Quelle sortie de crise peut-on observer dix ans après la récession du tournant de siècle ? Il s’agit d’observer l’Uruguay aujourd’hui à partir de l’identification d’un noyau de questions et d’enjeux qui participent sans doute à la définition de la conjoncture et qui sont sous-jacents à des questions d’ordre plus général. Pour ce faire, nous avons sollicité la collaboration d’un certain nombre de chercheurs de différents champs disciplinaires : sociologie de la culture, de la jeunesse et du travail, sociologie politique, histoire économique, philosophie.

  • 1 En référence à José Batlle y Ordóñez, président de l'Uruguay de 1903-1907 puis de 1911 à 1915.

3Les auteurs ont été invités à répondre à cinq questions principales. En premier lieu, la description des processus conduisant l’Uruguay à s’inscrire dans le mouvement d’une série de réformes légales qui suivent et prolongent celles votées dans d’autres pays mais qui permettent aussi au pays de renouer avec la tradition réformiste du premier batllisme1. L’article de Sebastián Aguiar et Felipe Arocena présente une observation critique des processus qui ont conduit au vote des « lois d’avant-garde ». La dépénalisation de l’avortement, l’autorisation du mariage (et de l’adoption) des couples homosexuels et la légalisation de la production, la consommation et la commercialisation du cannabis avec un rôle actif de l’État dans la régulation de l’activité (la production y compris). Si la nouveauté de ce dispositif législatif présente un intérêt en soi, il est important d’observer les processus politiques conduisant à ces réformes dont certaines n’avaient pas pu être approuvées sous le gouvernement de Tabaré Vázquez (avortement), et d’autres représentent une création de l’actuel gouvernement (cannabis).

4Ensuite, Verónica Filardo observe la question de l’éducation des jeunes uruguayens. Cette question représente en 2014 une immense énigme en même temps qu’elle est traversée par des conflits majeurs touchant à la fois l’État et la profession d’enseignant. En 2005 et en 2010, la gauche a fait de l’éducation une priorité absolue de son programme. Elle augmente de manière spectaculaire le budget de l’éducation nationale, améliore considérablement les salaires des enseignants, rend possible une récupération historique de l’université et de la recherche (budget, salaires, infrastructures, institutions de recherche), crée en 2007 le célèbre Plan Ceibal en coopération avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT) donnant à tous les enfants et jeunes du pays accès à un ordinateur et à internet et intègre le numérique à tous les niveaux de l’éducation. Cependant, l’éducation secondaire montre des résultats qui laissent l’Uruguay dans une impasse y compris en comparaison avec les autres pays du Mercosur. En effet, à peine 40 % d’une classe d’âge arrive aujourd’hui jusqu’au bout du niveau secondaire (baccalauréat). L’échec évident de l’enseignement secondaire oblige à s’interroger sur le niveau primaire. Quelles sont les conséquences de ces mauvais résultats sur le long terme ? Quelles sont-elles sur le plan politique, pour un pays dont l’une des caractéristiques actuelles est celle de la bonne éducation de ses classes moyennes ? Et surtout, comment ces mauvais résultats touchent les différentes catégories de jeunes ?

5Ces questions relatives au rapport jeunes-éducation nous conduisent, en troisième lieu, à la question de la culture et de la formation des intellectuels. C’est l’objet de l’article de Florencia Dansilio et de la chronique de Gustavo Pereira. L’arrivée de la gauche au pouvoir, l’émergence d’une nouvelle génération dans tous les secteurs de la culture (presse, chanson, théâtre, littérature, université, radio, télévision), l’effacement progressif des thèmes de « la crise » et de « la dictature », une fois définitivement abandonné celui de la révolution, ouvrent des nouvelles tâches et mettent en scène de nouveaux acteurs pour la gauche. Or, si le Frente Amplio a pu se constituer comme une force politique capable de déplacer le bipartisme des Blancos et des Colorados, ce n’est qu’après un long processus d’innovation culturelle qui démarre dans les années 1950. L’œuvre d’auteurs comme Juan Carlos Onetti, Mario Benedetti et Eduardo Galeano, ou de Los Olimareños, Alfredo Zitarrosa et Daniel Viglietti dans la chanson, sont les figures les plus connues à côté d’autres espaces culturels comme le théâtre El Galpón ou la revue Marcha. Ce mouvement culturel a donné sa spécificité à la gauche uruguayenne avec un travail long de cinq décennies. Comment la gauche pense-t-elle la société uruguayenne après la disparition ou tout du moins la décentration de ces figures et de ces univers culturels ? Quels sont actuellement les rapports entre le Frente Amplio et la culture ? Peut-on dire que le monde de la culture continue à appartenir à la gauche ? Et sur le plan des « idées », comment la gauche se pense-t-elle- et comment contribue-t-elle à la façon dont la société uruguayenne se perçoit ou, si l’on préfère, développe une nécessaire « imagination radicale », selon l’expression de Gustavo Pereira ?

6Un quatrième ordre de questions concerne l’univers de l’économie, questions traitées par l’historien de l’économie Luis Bértola. Un marché de petite taille, des sources d’énergie rares, une pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans de nombreux secteurs de l’économie (question étroitement liée aux déficits de l’enseignement secondaire), une insertion internationale difficile de par le caractère peu différencié et à faible valeur ajoutée de ses exportations, une trop lourde dette extérieure indexée en devises, les défis de l’Uruguay à l’entrée du xxie siècle sont nombreux. Cependant la récupération de l’économie de la dernière décennie est indéniable. Comment expliquer ce changement ? Est-ce dû seulement à la conjoncture des prix des matières premières ? Qu’a fait l’Uruguay avec cette conjoncture favorable pour répondre à ces déficits historiques ? L’Uruguay qui entre au xxie siècle, est-il économiquement identique à celui qui au début du xxe s’est enrichi grâce aux exportations des produits de la terre ? Dans quelle mesure la gauche est-elle parvenue à transformer l’économie suivant son slogan « un Uruguay productivo ». Dans quelle mesure la croissance observée est-elle seulement celle d’un « cycle » et dans quelle mesure obéit-elle aux transformations opérées, à la politique des investissements, de différenciation des exportations, de transformation de la dette ? Y a-t-il continuité ou rupture entre les gouvernements de Vázquez et Mujica ? Une mise en perspective historique de l’économie semble ici essentielle.

7Enfin, les mouvements sociaux ont aussi vécu des transformations, à commencer par les syndicats réunis au sein de la centrale ouvrière PIT-CNT. Les travaux sur le syndicalisme de Marcos Supervielle et Mariela Quiñones montrent ici comment, pendant les années 1980 et 1990, les organisations des travailleurs ont évolué dans le sens des mouvements sociaux, poussant l’action collective au-delà des « revendications » de secteur. Ainsi le mouvement syndical a-t-il joué un rôle important à côté des organisations des Droits de l’homme dans les demandes de justice face aux crimes de la dictature. Dans le même sens, la centrale syndicale (PIT-CNT) a été dans toutes les initiatives des différents référendums et plébiscites contre la loi d’amnistie, contre la privatisation des services publics et des entreprises d’État, dernièrement dans le cadre de la loi de dépénalisation de l’avortement. La crise enfin a mis les syndicats à la tête de plusieurs tentatives de récupération d’usines en faillite y compris de grande taille (pneus, verre). Cependant, la ré-institutionnalisation des « conseils de salaires » et des négociations paritaires, la récupération de l’emploi et l’arrivée même de la gauche au gouvernement a produit des effets inattendus. Les réformes mises en place par la gauche ont favorisé l’arrivée à la tête des syndicats d’une nouvelle génération de dirigeants et de militants qui semblent recentrer l’action vers la revendication des salaires – le contexte de croissance et la persistance de l’inflation aidant. Le paysage politique de l’Uruguay se reconfigurera-t-il, comme ailleurs, à partir d’un éloignement de la gauche et son principal mouvement social ? Quel rapport établir entre la génération de l’actuel ministre du Travail, dirigeant historique du syndicat des usines de pneumatiques (FUNSA), et les quadragénaires qui reprennent la plupart des syndicats aussi bien dans le secteur public que dans le privé ?

Haut de page

Notes

1 En référence à José Batlle y Ordóñez, président de l'Uruguay de 1903-1907 puis de 1911 à 1915.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florencia Dansilio et Denis Merklen, « Présentation du dossier », Cahiers des Amériques latines, 77 | 2014, 23-26.

Référence électronique

Florencia Dansilio et Denis Merklen, « Présentation du dossier », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/3434

Haut de page

Auteurs

Florencia Dansilio

Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Articles du même auteur

Denis Merklen

Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org