Navigation – Plan du site
Dossier. L'Uruguay de José Mujica

Le cycle 1998-2012 dans l’économie uruguayenne : une croissance soutenue sans risque de déséquilibres ?

The economic cycle of 1998-2012 in Uruguay: a sustainable growth without risk of turnaround?
El ciclo 1998-2012 en la economía uruguaya: ¿un crecimiento sostenido sin riesgo de desequilibrio?
Luis Bértola
Traduction de Sara Roumette
p. 117-141

Résumés

L’article analyse le cycle le plus récent de l’économie uruguayenne (1998-2012) dans la perspective de la trajectoire à long terme de cette économie. L’objectif central est d’étudier si ce qui se déroule actuellement correspond à un changement durable des tendances historiques, ou s’il s’agit d’un nouveau cycle économique qui, bien que performant, ne constitue pas une rupture avec l’histoire. L’article conclut que, bien qu’ayant progressé dans le développement des capacités publiques et de la mise en place d’une politique industrielle, les avancées sur ce plan sont encore modestes, en comparaison avec les besoins de politiques qui pourraient promouvoir des changements plus profonds des structures économiques, jusque-là déterminantes dans le retard historique et la grande volatilité de l’économie uruguayenne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 13/01/2014. Article accepté le 09/01/2014.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce texte reprend, synthétise et actualise nos analyses publiées en espagnol in Bértola, Isabella, S (...)

1L’économie uruguayenne a traversé pendant la dernière décennie un très important processus de croissance économique, avec des taux annuels approchant les 6 %1. La question que nous nous posons tous est de savoir si l’Uruguay pourra maintenir ces taux de croissance relativement élevés et stables, et rompre ainsi avec les tendances historiques de grande volatilité et d’alternance cyclique entre croissance et récession, par rapport aux pays plus développés de l’économie mondiale et même par rapport à beaucoup de pays émergents.

2Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de se pencher, d’une part, sur l’interprétation de ces tendances à long terme et, d’autre part, de comprendre quels ont été les déterminants de ce dernier cycle de croissance. L’aspect politique représente dans ce contexte un sujet d’intérêt particulier. La récupération de la crise de la fin du xxe siècle et la décennie de croissance rapide qui a suivi ont coïncidé avec les deux périodes de gouvernement du Frente Amplio, qui a gagné les élections de 2004 et de 2009, ce qui soulève la question de l’importance du changement d’orientation politique dans l’obtention de ces résultats.

3Dans cet article, nous analysons d’abord les grandes tendances de l’économie uruguayenne. Puis nous étudierons de manière plus spécifique le cycle 1998-2012. Dans un troisième temps, nous essaierons d’identifier les déterminants de cette croissance, et finalement nous exposerons certaines considérations sur les possibilités de développement futur.

Les tendances à long terme du PIB par habitant et ses interprétations

Les tendances

4Les caractéristiques à long terme de l’économie uruguayenne sont bien connues. Sur la période 1870-2010, l’Uruguay a montré, selon les estimations disponibles, une tendance à la croissance relativement stable de son PIB par habitant, légèrement supérieure à 1% par an. Cependant, derrière cette apparente stabilité se cachent trois situations très diverses.

Graphique 1. PIB, population et PIB par habitant, Uruguay 1870-2012 (1913=100)

Graphique 1. PIB, population et PIB par habitant, Uruguay 1870-2012 (1913=100)

Réalisation personnelle sur la base de Bértola et al. (1998) et Banque centrale d’Uruguay.

5Dans un premier temps, il faut prendre en compte les changements du rythme de croissance de la population. Alors qu’à la fin du xixe siècle, l’Uruguay avait un taux de croissance naturel élevé de sa population et un solde migratoire fortement positif, le pays a ensuite connu une croissance naturelle plus lente et la fin du flux migratoire, pour se transformer finalement à partir des années 1960 en un pays d’émigration. Derrière la croissance stable du PIB par habitant se cache donc une économie qui perd en dynamisme : le PIB de l’Uruguay a crû beaucoup plus lentement, accompagnant la baisse de l’augmentation de la population.

6Un deuxième élément de discontinuité est la forte volatilité de l’économie uruguayenne. C’est un trait que l’Uruguay partage avec l’ensemble des économies latino-américaines. Celles-ci montrent une volatilité plus grande que n’importe quel autre groupe de pays. La volatilité des économies latino-américaines n’a pas de lien avec le niveau de revenus par habitant (puisqu’elle n’a pas eu tendance à diminuer avec le temps), ni avec le rythme de la croissance économique (elle n’est pas le résultat naturel de l’accélération économique). Cette caractéristique semble plutôt être liée aux caractéristiques de la structure productive ainsi qu’à la corrélation forte et positive existant entre les poussées d’expansion économique et les mouvements de capitaux [Bértola et Ocampo, 2013]. Pérez et Titelman [2011] et CEPAL [2012] ajoutent que les cycles des économies latino-américaines se différencient également par la brièveté de leurs phases de croissance. Ce que l’on peut souligner alors, c’est que l’Amérique latine montre non pas une incapacité à croître, mais plutôt à maintenir la croissance économique au-delà des poussées renouvelées, qui aboutissent souvent à des crises profondes.

Graphique 2. Les cycles de l’économie uruguayenne, 1880-2000

Graphique 2. Les cycles de l’économie uruguayenne, 1880-2000

Source : Bértola et Lorenzo [2004].

7L’Uruguay constitue un parfait exemple de ces caractéristiques. Comme cela a déjà été démontré dans des travaux antérieurs [Bértola 1995, Bértola et Lorenzo 2004, Oddone 2010], l’Uruguay présente un modèle très clair d’alternance de cycles. Au-delà de l’apparition de cycles plus courts, on peut discerner un modèle qui s’ajuste aux cycles dits de Kuznets, d’une durée comprise entre 15 et 25 ans. Le tableau 1 montre les caractéristiques des cycles uruguayens sur le long terme.

8L’importance de ce phénomène et ses impacts négatifs sur l’économie et la société en général sont des faits bien connus. Ces brusques fluctuations économiques laissent des traces profondes dans l’ensemble du tissu social. Elles entraînent des poussées d’émigration, la fermeture d’entreprises, des changements drastiques dans les règles du jeu, un manque de prévisibilité de la situation économique, et beaucoup d’autres conséquences adverses. Tout cela inhibe la prise de décision à long terme, entraîne une décrédibilisation des institutions ainsi que des changements fréquents des orientations politiques. Comme le montre le tableau 1, les crises récurrentes qui accompagnent ces cycles sont accompagnées de changements politiques importants. Le plus souvent, les crises économiques sont profondes, et les changements politiques interviennent dans les quatre ou cinq années suivant la crise. Celle du milieu des années 1950 constitue une exception qui n’a pas conduit à une forte contraction économique mais à une longue stagnation, durant laquelle se sont accumulées des tensions qui allaient déboucher quinze ans plus tard sur la dictature militaire.

Tableau 1. Caractéristiques des cycles de l’économie uruguayenne

Tableau 1. Caractéristiques des cycles de l’économie uruguayenne

9Un troisième élément qui remet en question la stabilité de la croissance uruguayenne est la tendance, sur le long terme, avec laquelle les niveaux de revenus par habitant s’éloignent de ceux des pays plus développés. Différents travaux situent la naissance de ces tendances à des époques différentes. Certains estiment que c’est un processus qui trouve son origine dans les premières décennies du xxe siècle, quand le modèle agro-exportateur de ce qu’on a appelé la première mondialisation commence à atteindre ses limites et s’effondre finalement avec la crise de 1929, (Bértola et al. [1999], Bértola et Porcile [2006], Gerchunoff et Llach [2010]). D’autres avancent que c’est un processus qui commence avec les lois protectionnistes de la décennie de 1870 [Díaz, 2003]. En analysant un échantillon plus large que les leaders de l’économie mondiale et en incluant d’autres économies qui ont accéléré leur développement dans la seconde moitié du xxe siècle Oddone [2010], pour sa part, avance que c’est justement dans cette seconde moitié du xxe siècle qu’apparaît la tendance de l’Uruguay à prendre du retard sur le concert mondial.

10Le graphique 3 nous montre les évolutions de différents groupes de pays et de l’Uruguay, comparées à celles des pays leaders de l’économie mondiale. On peut y remarquer une tendance à long terme de l’Uruguay à diverger des pays centraux et des autres pays neufs (settler economies, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada). Cette divergence n’est pas permanente mais présente des fluctuations cycliques similaires à celles de l’économie uruguayenne déjà mentionnées. Dans les phases de croissance, la tendance à long terme semble se renverser, et l’écart avec les pays leaders se rétrécit alors de façon ponctuelle. Dans ces moments-là naît l’attente que ces tendances à long terme seront surmontées, mais jusqu’à présent, les crises qui ont fait suite aux périodes de croissance ont invariablement laissé le pays à des niveaux relatifs plus bas.

11Il est également intéressant d’observer les cycles longs de convergence et de divergence des pays neufs par rapport aux pays centraux, puisque ces pays ont en commun avec l’Uruguay l’importance des ressources naturelles dans leur développement. Ces cycles ont tendance à coïncider avec ceux de l’Uruguay. Bien que les pays neufs montrent eux aussi une tendance à la divergence avec les pays leaders, elle est plus faible et part de niveaux supérieurs. On peut cependant observer que, dans les pays neufs comme en Uruguay, la haute alternance cyclique de la période 1870-1950 laisse place à une tendance de ralentissement plus continue à partir des années 1950, qui à son tour semble laisser place à un renversement de situation depuis le début du xxie siècle. Il est possible d’anticiper qu’avec ce dernier cycle de croissance, l’on soit en train de revenir au modèle cyclique antérieur à celui de la détérioration permanente, c’est-à-dire que les cycles soient plus prononcés et que la tendance au ralentissement relatif puisse être renversée pendant des périodes plus ou moins longues, sans qu’il s’agisse pour autant d’un renversement structurel.

12D’autre part, le contraste existant entre la performance uruguayenne et celle d’un groupe de pays qu’on pourrait désigner comme émergents est remarquable. Dans ce groupe, nous avons intégré la Corée du Sud, l’Espagne, la Finlande, la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Comparé à ce groupe, l’Uruguay fait preuve d’une détérioration permanente, et se situe en dessous de leurs niveaux depuis les années 1970. Pire encore : ces pays ont connu des processus de convergence avec les leaders de l’économie mondiale alors qu’en même temps l’Uruguay continuait à baisser en termes relatifs.

13

Graphique 3. PIB par habitant de différents pays (centre = 100)

Graphique 3. PIB par habitant de différents pays (centre = 100)

Source : Bértola, Isabella, Saavedra [2014].

14En résumé, donc, la tendance sur le long terme de l’économie uruguayenne a été celle d’une tendance relativement stable à la croissance de son PIB par habitant, qui cache cependant une perte de dynamisme économique due à la croissance plus lente de sa population, à l’existence d’un modèle prononcé de fluctuations cycliques et à une tendance à long terme à diverger non seulement des économies centrales mais aussi d’un large groupe de pays émergents.

15La question que nous nous poserons désormais est de savoir si l’on observe actuellement une rupture de ces tendances, dans le cadre du processus de croissance de la dernière décennie.

Les interprétations

16Ces tendances ont été interprétées de diverses manières et ces interprétations sont bien sûr liées aux lectures qui sont faites du cycle le plus récent.

17Pendant les années 1970-1990 prédominait en Uruguay (comme dans la majorité des pays d’Amérique latine) l’idée que les causes du retard économique se trouvaient dans le protectionnisme, la forte ingérence de l’État dans l’économie et l’abandon de la stratégie consistant à envisager le développement à travers l’exploitation des avantages comparés du pays. Le travail de Ramón Díaz déjà évoqué [2003] et les différents travaux de l’institut CERES du temps de la dictature militaire reflètent pleinement cette vision, qui misait sur la libéralisation économique comme moyen de renverser les tendances historiques. Ces auteurs ont été très optimistes concernant les réalisations de la dictature militaire qui, de façon politiquement très peu libérale, a libéralisé certains aspects de l’économie uruguayenne, d’une manière si volontariste et dogmatique qu’elle n’a pas pu anticiper la profonde crise qui a explosé au début des années 1980, comme dans beaucoup de pays d’Amérique latine. Ces voix ont aussi crié victoire à la fin des années 1990 quand la presse libérale annonçait haut et fort que l’Uruguay s’apprêtait à boucler le siècle avec les taux de croissance les plus hauts de son histoire. Alors qu’en réalité, comme ce qui s’était passé dans les années 1920, le pays était au bord du gouffre et une fois de plus une grave crise a balayé les illusions qui croyaient voir dans la libéralisation commerciale la mère de toutes les solutions.

18Depuis les années 1990, est apparue une lecture différente des problèmes de l’Uruguay, que l’on pourrait rapprocher du développement des approches néo-institutionnelles et de la nouvelle économie politique. Ces lectures mettent l’accent sur les conditions que les différents acteurs sociaux et politiques, et certaines caractéristiques de l’environnement institutionnel, imposent aux gouvernants, générant une interaction perverse entre pratiques rentières et politiques populistes. Avec des nuances, les travaux d’Oddone [2010], et Aboal et Moraes [2003], entre autres, partent du principe selon lequel le développement économique peut se mettre en marche si les politiques publiques, dirigées par une élite technique bien formée et autonome, réussissent à mettre en place des systèmes d’incitation qui donnent des garanties de stabilité aux investisseurs et qui ne génèrent pas d’attente de rentes parmi les différents acteurs. L’arrivée d’un nouveau gouvernement de gauche, avec un fort soutien populaire, au moment de la sortie de la crise, semblait constituer l’environnement adéquat pour l’autonomisation de cette élite technocratique, avec une autorité suffisante pour imposer de nouvelles règles du jeu et garantir un processus soutenu d’accumulation de capital et de croissance économique, qui, à son tour, verrait se renforcer sa légitimité pour le développement d’ambitieuses politiques sociales destinées à renverser les aspects sociaux les plus négatifs des cycles de croissance et de crises précédents. Ce type d’approche paraît compatible avec les vues néo-institutionnelles à l’instar de celles de North, Wallis et Weingast [2009], qui soutiennent que le développement est le résultat de l’introduction progressive d’institutions qui promeuvent l’accès politique et économique ouvert, c’est-à-dire que quand se créent les garanties pour le fonctionnement de marchés non personnalisés sur le plan politique et sur le plan économique, les conditions sont réunies pour le plein développement des capacités productives.

19Une troisième ligne d’interprétation est celle qui, sans oublier l’importance des aspects institutionnels précédemment évoqués, met davantage l’accent sur l’importance de la transformation des structures productives et, dans tous les cas, estime que la discussion des aspects institutionnels doit être orientée vers l’amélioration de ce type d’aspects.

20Cette tradition trouve ses racines dans le structuralisme latino-américain, qui a soutenu que le développement économique ne peut se concrétiser qu’à travers un profond processus de changement structurel, dans lequel les économies primo-exportatrices transforment la base de leur compétitivité liée aux ressources naturelles vers des éléments de développement technologique, organisationnel et institutionnel, qui permettent la diversification des produits et des processus par lesquels se crée un accès au marché international. Le néo-structuralisme a développé ce corpus théorique, appuyé sur les approches post-keynesiennes, évolutionnistes et néo-schumpeteriennes (Thirlwall [1979], Verpagen [1993], CEPAL [2012], Cimoli et Porcile [2011], Bértola et Ocampo [2012]). Cependant, ces idées n’ont pas été défendues que par les économistes développementalistes les plus orthodoxes. Avec un cadre d’inspiration néo-classique, des auteurs comme Haussmann et Rodrick [2006], et plusieurs co-auteurs, ont souligné que le destin des nations est de se diversifier, et qu’il existe une spécialisation perverse des pays de moindres revenus envers des biens de moindres revenus. Loin d’être neutre, le modèle de spécialisation productive des nations détermine leur potentiel de développement futur. Les nations ne peuvent se limiter à réguler le fonctionnement des marchés et à éviter de choisir des gagnants, et doivent faire de la politique en choisissant de développer des secteurs d’activité (doomed to choose) et doivent par conséquent revenir à la politique industrielle, si décriée par les autres courants d’opinion.

21Selon ce point de vue, avec une perspective à long terme, le retard économique relatif ainsi que le modèle de fortes fluctuations cycliques de l’économie uruguayenne peuvent s’expliquer, en grande partie, par le modèle de spécialisation productive et par les barrières politiques, institutionnelles, économiques et culturelles, qui s’opposent à leur transformation. Ces points de vue, s’ils partagent en grande partie les analyses néo-institutionnelles et celles de la nouvelle économie politique, mettent l’accent sur la nécessité de la transformation productive pour pouvoir approfondir le développement économique.

Le cycle économique 1998-2013

22Ces dernières années, on observe une dynamique économique positive qui crée l’espoir que le pays puisse enfin entamer un processus de rupture avec une tendance de faible dynamisme et de divergence par rapport aux leaders de l’économie mondiale. La coïncidence de cette période de prospérité avec un changement clair d’orientation politique, à l’occasion de l’arrivée du Frente Amplio au gouvernement, ajoute une nuance à l’analyse. Ainsi apparaît un débat sur le fait de savoir tout d’abord si cette rupture a réellement lieu, et ensuite si les raisons de cette rupture se trouvent dans les vents de l’économie mondiale qui ont soufflé en faveur de l’Uruguay et d’autres pays producteurs de ressources naturelles. Ou si au contraire l’explication éventuelle est à chercher justement dans la crédibilité et l’efficacité des politiques de gauche qui ont reçu un large soutien des secteurs populaires, ainsi que du secteur entrepreneurial et de celui des agents financiers internationaux. Le fait que le changement de phase du cycle vers la croissance coïncide presque exactement avec l’arrivée de la gauche au gouvernement rend encore plus difficile l’analyse de la signification de ces deux composantes.

23Le cycle 1998-2012 se divise en trois phases différentes : une phase de baisse, de 1998 à 2003, une phase de récupération, jusqu’en 2007, et une phase de croissance, jusqu’à aujourd’hui.

24Si l’on observe en détail le cycle actuel à la lumière de l’information que nous avons présentée sur le PIB par habitant, nous pouvons constater qu’il est encore très tôt pour affirmer qu’un changement s’est produit dans la tendance à long terme de l’économie uruguayenne. Par deux fois dans le passé, nous avons connu des cycles au cours desquels le niveau d’activité était au-dessus de celui de la crise antérieure. La différence significative, c’est que dans le cycle actuel, la récupération des niveaux pré-crise a été plus rapide que dans les occasions antérieures. Il est clair cependant qu’il est difficile d’attribuer ce mérite exclusivement à la nouvelle gestion économique, bien que sans la crédibilité de la nouvelle administration, cette récupération aurait probablement été plus lente. Cette crédibilité se base aussi sur le rôle qu’ont joué ceux qui étaient alors dans l’opposition pendant la crise économique de 2002 : la gauche a fortement contribué à la construction d’un consensus pour sortir de la crise et a réussi à canaliser le mécontentement des citoyens par la voie institutionnelle à travers le système politique, ce qui a abouti à une victoire de la gauche avec des marges supérieures à celles qui étaient attendues, situations sans aucun doute liées aux effets de la crise. Un autre élément qui parle en faveur de la phase actuelle de croissance et de son futur potentiel est le fait que des records ont déjà été battus concernant le dépassement des niveaux absolus de pré-crise : les niveaux de 2012 sont déjà supérieurs de 32 % à ceux de 1998. Même s’il faut rester prudent pour comparer ces chiffres, il faut ajouter aux niveaux actuels ce qui s’accumulera en 2013, en 2014 et en 2015, dont pour le moment personne ne doute que ce seront des années de croissance – modérée mais de croissance tout de même. C’est pourquoi on peut avancer que ce cycle expansif réussira à dépasser d’au moins 40 % les niveaux les plus élevés du cycle économique antérieur (1998), ce qui constitue en soi un événement unique. De toute façon, il est important d’insister sur le fait que cela ne constitue pas pour autant une rupture de tendance, notamment parce qu’une des caractéristiques de la tendance observée sur le long terme est que les niveaux absolus de croissance augmentent avec le temps (voir tableau 1).

25Du point de vue du développement relatif, et comme on peut l’observer dans le graphique 3, le cycle récent montre un processus de convergence avec tous les groupes de pays que nous avons sélectionnés. Cela est le résultat non seulement des bonnes performances uruguayennes, mais aussi de la crise que traversent les pays leaders de l’économie mondiale et une bonne partie du groupe de pays désignés comme émergents. Le rythme de convergence est très fort, bien qu’encore une fois, il soit nécessaire d’être prudent sur deux aspects : beaucoup d’autres processus similaires ont eu lieu dans le passé sans pour autant signifier une rupture avec la tendance historique, et la brèche reste très grande.

26Un autre aspect à souligner de la période actuelle est l’augmentation importante du taux d’investissement. Comme on peut le voir sur le graphique 4, c’est dans le cycle actuel qu’ont été enregistrés les plus hauts niveaux d’investissements du dernier demi-siècle, surmontant ainsi une insuffisance très marquée des dernières décennies. Cela constitue un acquis qui ne doit pas être sous-estimé. La prudence vient de ce que le graphique 4 montre également la grande volatilité de élément, et rappelle que dans le passé on a déjà connu des cycles d’augmentation de l’investissement d’ampleur semblable, mais qui n’ont pas pu s’inscrire dans la durée. Ce dernier cycle ne change pas la structure de l’investissement entre d’un côté le bâtiment, et de l’autre les biens du capital. Cette relation reste constante depuis la période de l’industrialisation, au milieu du xxe siècle. Ce qui par contre apparaît de façon très claire dans l’actualité, c’est le rôle très important qu’a acquis l’investissement étranger direct (IED), atteignant des niveaux rarement rencontrés par le passé et représentant plus de 30% de l’investissement total le plus récent.

27C’est une bonne nouvelle, à partir du moment où l’IED peut conduire à des innovations technologiques et organisationnelles et promouvoir la productivité. Cependant, il existe le risque que cet investissement ne crée pas de liens forts avec le tissu productif domestique, comme dans le cas des usines de papier ou de l’exploitation minière. Par ailleurs, l’augmentation de l’IED met à découvert les difficultés que l’épargne et l’investissement domestiques continuent de rencontrer. Actuellement, 40 % de la surface agricole est aux mains d’entreprises ou de propriétaires étrangers, et il n’est pas démontré que la vente de ces actifs ait conduit à des investissements productifs en Uruguay. D’autre part, le fort investissement étranger entraîne un phénomène dont nous parlerons plus loin et qui est l’augmentation du transfert des profits vers l’extérieur.

Graphique 4. Investissement étranger direct/PIB et taux brut d'investissement (décomposé en bâtiment, biens de capital et équipement)

Graphique 4. Investissement étranger direct/PIB et taux brut d'investissement (décomposé en bâtiment, biens de capital et équipement)

Extrait de Bértola, Isabella et Saavedra [2014].

28Un élément central du développement de la période est la performance des exportations. Comme le montre le tableau 2, dans le cycle long 1997-2012, la croissance de leur valeur a été très importante, de l’ordre de 9 % par an, mais la plus grande expansion est située entre 2002 et 2012, avec des taux de 18 % annuels. Pendant cette période, l’augmentation des prix a été très importante. Le prix des exportations a augmenté de 80 % et a généré des changements importants dans leur structure. Les céréales, à commencer par le soja, sont passées de 3 % à 27% des exportations, devenant le premier poste d’exportation. La valeur des exportations céréalières a augmenté au rythme spectaculaire de 27% par an et se décompose à parts égales entre effet-volume et effet-prix (tableau 3).

Tableau 2. Taux de croissance des exportations et des importations, 1997-2012

Tableau 2. Taux de croissance des exportations et des importations, 1997-2012

Source : données de la BCU.

Tableau 3. Taux de croissance de la valeur, du volume
et des prix des principales exportations, 1997-2012
(en dollars courants et constants de 2005)

Tableau 3. Taux de croissance de la valeur, du volume et des prix des principales exportations, 1997-2012 (en dollars courants et constants de 2005)

Source : élaboré à partir des informations de la BCU et Uruguay XXI

29Du point de vue de la structure productive, on ne constate pas de changements notables. C’est un sujet très important, car beaucoup des diagnostics sur les problèmes de performance à long terme de l’économie uruguayenne se basent sur la faible diversification productive du pays et son extrême dépendance envers quelques produits d’exportation, dont la compétitivité tient à l’accès aux ressources naturelles. C’est pourquoi il est important de déterminer dans quelle mesure la structure productive du pays s’est transformée pendant cette période.

30Le tableau 4 nous montre qu’il n’y a pas de changement notable concernant la structure productive des grands secteurs à prix courants tout au long de cette période. Mais derrière cette relative stabilité entre les deux extrémités du cycle se dissimulent quelques changements très importants qui apparaissent lors de la comparaison de la structure à prix constants et à prix courants. Si l’on regarde la structure à prix constants, on observe de façon très nette la très grande expansion des télécommunications, qui passent de 8 à 18 % du PIB.

31Tous les autres secteurs voient leurs pourcentages diminuer, particulièrement les « autres services ». Ces chiffres montrent que ce secteur a connu une évolution des prix clairement différente de celle des autres secteurs. Il s’agit d’un comportement plus proche de ce que représente la croissance économique moderne basée sur une forte augmentation de la productivité. Normalement, les secteurs qui croissent le plus devraient présenter une augmentation plus grande de la productivité et une tendance à une plus grande baisse des prix, ou bien maintenir les prix en relation avec une augmentation significative de la qualité et des contenus du produit. C’est exactement ce qui se passe dans les secteurs des transports, de la logistique et des télécommunications, ces dernières se trouvant en tête. Les secteurs qui dans le tableau 4 apparaissent dans la colonne « différence » avec un signe négatif, sont les secteurs qui devraient présenter une plus grande participation à prix constants qu’à prix courants. À ceux déjà mentionnés s’ajoute l’industrie manufacturière.

Tableau 4. Structure de la valeur ajoutée brute par grands secteurs d’activité (moyennes triennales)

Tableau 4. Structure de la valeur ajoutée brute par grands secteurs d’activité (moyennes triennales)

* Le changement est celui observé entre 1997-1999 et 2010-2012.

Source : Bértola, Isabella et Saavedra [2014] d’après les informations de la BCU et INE.

** La différence est celle existant entre le changement à prix courants et le changement à prix constants.

32On peut observer ce phénomène de façon plus claire en analysant la croissance du PIB sectoriel. Le tableau 5 nous montre justement que le secteur en tête de la croissance est celui des télécommunications, avec un taux annuel de presque 9 %. De façon inattendue, le secteur qui suit en termes de taux de croissance est l’industrie manufacturière, le seul qui dépasse la barre des 2 %, suivi du secteur commerce, restauration, hôtellerie (CRH). Le secteur EGE (électricité, gaz, eau) fait face à de sérieux problèmes de sécheresse et n’atteint pas une bonne performance totale, malgré la croissance des dernières années. Les activités primaires, pour leur part, présentent une croissance étonnamment modérée.

33Cette analyse peut être complétée avec l’étude de l’emploi et de la productivité apparente par travailleur, qui est aussi présentée dans le tableau 5 et dont on peut déduire une évolution différente de celle du produit. L’emploi a augmenté de façon importante entre 2003 et 2007, mais à partir de ce moment-là, le taux de croissance s’est significativement réduit, tandis que l’on observe l’inverse avec le produit, dont la croissance s’est accélérée entre 2007 et 2012.

34L’emploi total a augmenté plus rapidement dans les activités primaires et dans le secteur du commerce, restauration et hôtellerie, tandis qu’au contraire l’industrie manufacturière a absorbé le moins de main-d’œuvre.

35La productivité nous permet d’interpréter ce qui s’est passé dans la structure à prix courants et à prix constants : la productivité du secteur transports, logistique, communications décolle nettement par rapport aux autres, avec une croissance annuelle de 7 %, suivie par l’industrie manufacturière où les niveaux de productivité augmentent soit par le biais des innovations, soit par la disparition des secteurs les moins compétitifs. Le reste des activités présente une productivité négative pendant la période. Cependant, il est important de signaler que ce résultat est principalement déterminé par ce qui s’est produit entre 1998 et 2007, car les dernières années montrent une augmentation soutenue de la productivité dans tous les secteurs, à l’exception de l’industrie de la construction. Le secteur transports, logistique, communications reste en tête, avec une large avance. Le secteur primaire mérite un commentaire particulier : ce secteur connaît une chute de la productivité pendant cette période. Cette chute est compréhensible pendant la crise, mais elle est plus surprenante pour la période 2003-2007. Une explication possible tient à l’impact de l’expansion du soja qui, parce qu’il nécessite plus de main-d’œuvre que l’élevage, a pu entraîner une chute du produit par travailleur dans l’ensemble du secteur, au-delà des augmentations de productivité par hectare et dans les secteurs spécifiques. Le secteur montre une amélioration remarquable à partir de 2007, due à la croissance quasi-nulle de l’emploi une fois réalisés les changements dans la structure, et la croissance continue du produit.

Tableau 5. Taux de croissance du PIB, de l’emploi et de la productivité apparente dans les grands secteurs, 1997-2012

Tableau 5. Taux de croissance du PIB, de l’emploi et de la productivité apparente dans les grands secteurs, 1997-2012

Source : Bértola, Isabella et Saavedra [2014] à partir des informations de la BCU et de l’INE.

36Par conséquent, certains changements se produisent dans la structure des productivités relatives de l’économie uruguayenne. Comme le montre le graphique 5, les activités primaires restent les plus productives de notre économie, bien qu’elles aient perdu leurs positions relatives. Le secteur de l’eau, gaz et électricité reste l’un des plus productifs, il a été dépassé ces dernières années, le secteur des transports, de la logistique et des communications a pris la tête. Les secteurs qui tirent la productivité générale vers le bas sont les autres services et en particulier celui du commerce, restauration et hôtellerie. Le problème est que ces secteurs sont ceux qui génèrent de l’emploi dans l’économie.

Graphique 5. Valeur ajoutée par employé (prix de 2005)

Graphique 5. Valeur ajoutée par employé (prix de 2005)

Bértola, Isabella et Saavedra [2014] d’après les informations de la BCU et de l’INE.

37En somme, on peut remarquer que tout au long de ce cycle de plus de 15 ans, nous avons eu une croissance modérée du produit, de l’ordre de 2,5 % annuels, et une croissance de la productivité apparente également modérée (0,9 %), à des niveaux comparables à la tendance historique de croissance du PIB par habitant. Cependant, ces données résultent de phases très différentes du cycle, avec une chute jusqu’en 2003, une récupération jusqu’en 2007, et une légère accélération jusqu’en 2012. Dans la phase de récupération, on n’observe pas d’augmentation de la productivité : celle-ci se concentre uniquement dans les cinq dernières années.

38La structure productive à prix courants, au niveau des grands secteurs, ne connait pas de grands changements. Cependant, derrière cette façade, apparaissent des changements importants, liés au mouvement des prix relatifs. Le secteur transports, logistique, communications présente une grande augmentation de la productivité et une chute des prix relatifs, tandis que d’autres secteurs semblent s’accroître dans un contexte de prix relativement croissants, comme c’est le cas du secteur primaire. Une estimation agrégée montre que les changements dans la structure à prix courants sont dus pour 2 % à des augmentations de la productivité, pour 19 % à des changements dans l’emploi et pour 79 % à des changements dans les prix relatifs. Il semble donc que nous avons eu affaire à un cycle où les mouvements de prix ont joué un rôle décisif pour maintenir stables les relations entre les secteurs, qui, mesurées en prix constants, auraient varié beaucoup plus. En d’autres termes, il y a des secteurs qui ont conservé leur poids dans la structure économique non pas suite à l’augmentation de leur production mais principalement à l’effet des prix.

39En étudiant de façon détaillée les changements dans la structure productive et dans la structure des exportations, Bértola, Isabella et Saavedra [2014] montrent qu’il n’y a pas eu de changements importants, quelle que soit la méthode choisie. En ayant recours à la classification de Lall, qui construit des groupes selon les différences d’intensité technologique, il est possible d’en déduire qu’il n’y a pratiquement pas eu de changements dans la période, la participation des secteurs producteurs de biens de haut contenu technologique restant très basse (3 %). Cette classification est critiquée pour la raison qu’elle ne prend pas en compte l’intensité technologique dans la production de biens primaires. C’est pourquoi les auteurs ont fait appel à d’autres techniques pour aborder le problème. En utilisant les enquêtes d’innovation dans l’industrie manufacturière et dans le secteur des services, on constate qu’il n’y a pas eu d’amélioration concernant le pourcentage d’entreprises innovantes. Les auteurs ont également fait appel à la littérature récente sur ce qu’on a appelé « l’espace de produit » et la « méthode des reflets », qui consiste à chercher des indices sur le potentiel de développement des pays en étudiant l’éventail de leurs exportations, puisque l’on peut constater de façon empirique qu’il existe des biens exportés essentiellement par les pays riches, et d’autres par les pays pauvres, et que les pays « deviennent ce qu’ils exportent », c’est-à-dire que les pays qui exportent des biens « de pays riches » voient leurs revenus converger vers ces pays, et réciproquement. Ces indicateurs ne présentent pas d’améliorations significatives de la position relative de l’Uruguay dans le concert international pendant cette période [Bértola, Isabella, Saavedra, 2014].

40De toute façon, dire qu’il n’y a pas eu de changements serait une grave exagération. Le secteur agricole uruguayen a montré au cours de la dernière décennie sa capacité importante à absorber les changements technologiques et par conséquent à augmenter la productivité de la terre. Un exemple éloquent est celui de traçabilité du bétail, qui permet d’identifier l’origine de toute production carnée uruguayenne, tout en constituant une base de données pour l’expérimentation génétique. Ces transformations, à leur tour, ouvrent l’accès à des marchés plus sophistiqués, faisant en sorte que dans ces marchés la viande perde dans une certaine mesure la caractéristique de commodity, c’est-à-dire de produit indifférencié qui rivalise sur la base des prix [Flores, 2012]. Un autre exemple important concerne la législation sur la préservation des sols, qui garantit la durabilité de la ressource et ajoute de la valeur à la production en répondant aux standards internationaux de protection environnementale. Plusieurs entreprises se montrent très actives en recherche et développement, innovant par exemple dans le domaine des biotechnologies, ce qui peut déboucher sur d’importants résultats dans le futur. Les secteurs de la programmation informatique et de l’industrie automobile et navale ont aussi généré des dynamiques intéressantes, et s’ajoutent en cela au secteur logistique, qui génère de fortes attentes de développement. À tout cela s’ajoute encore l’important développement des télécommunications, ainsi que celui du secteur énergétique, deux secteurs dans lesquels l’État est présent à travers ses entreprises ANTEL, UTE et ANACP, qui ont connu des changements importants.

41Le fait de souligner les nécessaires transformations de la structure productive est lié à la longue histoire de cycles de croissance et de récession, elle-même en partie due aux déséquilibres de la balance des paiements des pays latino-américains, et particulièrement de l’Uruguay. Le graphique 6 montre de façon éloquente les évolutions cycliques de l’économie uruguayenne au cours des quatre dernières décennies : chaque période de croissance s’accompagne d’un déséquilibre externe, sous la forme de déficit du compte courant. Cette situation est due au fait qu’indépendamment du dynamisme des exportations, les importations ont tendance à croître davantage, entraînant des déficits de la balance commerciale. Dans certains cas, ces déficits peuvent être temporairement surmontés, grâce à d’importantes entrées de capitaux qui, dans le pire des cas, sont spéculatives. Ainsi, tandis que l’on atteint les points les plus élevés des cycles, les déséquilibres externes s’accumulent et à terme rendent impossible la poursuite de la croissance. De plus, l’ajustement des comptes externes passe généralement par des crises profondes dans lesquelles le niveau d’activité chute jusqu’à 15 %. Le graphique 6 montre comment la croissance des années 1970 a abouti à ce qu’on a appelé la « crise de la Tablita » (à cause de la politique de la dictature militaire d’annoncer à l’avance le type de change monétaire) et la fameuse décennie perdue ; de même, l’expansion libérale des années 1990 a conduit à la crise de la fin du siècle et à une baisse très marquée du niveau d’activité.

Graphique 6. Croissance du PIB par période et solde des comptes courants sur le PIB en fin de période

Graphique 6. Croissance du PIB par période et solde des comptes courants sur le PIB en fin de période

Bértola, Isabella, Saavedra [2014].

42Quelle est la situation actuelle ? Tandis que la croissance mène à une récupération des niveaux antérieurs, la balance des comptes courants est restée à l’équilibre. Cependant la croissance des cinq dernières années a conduit à un fort déficit des comptes courants. Ce déficit du compte courant peut s’expliquer de différentes manières, comme le présente le tableau 6. Il y a d’un côté un important déficit de la balance commerciale, due aux importations de biens. Au milieu de la crise, des situations positives ont existé dans certains secteurs et ont permis d’équilibrer les comptes, mais avec la récupération, les tendances ont commencé à baisser. Les comptes des services, et particulièrement le tourisme, ont aidé à contrebalancer ce déficit des biens mais ne le compensent pas entièrement. Comme on peut le voir dans le tableau 6, dans la dernière période c’est le compte de capital qui contribue à équilibrer la balance globale – cela est lié à l’augmentation de l’investissement étranger direct dont nous avons déjà parlé. Cependant, cette entrée de capitaux a un effet négatif sur les comptes courants, du fait du rapatriement des bénéfices des investisseurs étrangers ; la rente nette finit alors par dépasser largement le déficit de la balance commerciale.

Tableau 6. Balance des paiements 1997-2012 (en millions de dollars)

Tableau 6. Balance des paiements 1997-2012 (en millions de dollars)

Source : Bértola, Isabella et Saavedra [2004] avec les données de la BCU.

43Pour autant, cette situation peut ne pas nécessairement conduire à une crise comme celles de 1981 ou de 2001-2002. Les conditions générales sont très différentes, il n’y a pas de retard du change comparable à ceux de cette époque-là. L’économie uruguayenne a traversé des océans balayés par les crises internationales et a gardé le cap, avec un bon rythme de croissance. Les réserves sont à un niveau élevé et il n’y a pas de bulle de consommation ou d’investissement spéculatif. Nous reviendrons plus loin sur les perspectives, mais il est important de signaler déjà qu’il n’y a pas de pronostic de crise du type de celles que le pays a connu par le passé. Par contre, c’est la continuité d’un cycle de croissance rapide qui peut être remise en question.

Les clairs-obscurs de la politique 2005-2013

44Il ne fait aucun doute que les gouvernements du Frente Amplio se trouvent dans une conjoncture internationale très favorable, avec une bonne demande et des prix de commodities, avec un accès au marché des capitaux à faible taux d’intérêt et des capitaux avides d’investir dans les marchés émergents face à la crise des pays plus développés.

45Le succès de l’économie uruguayenne ne s’explique pas seulement comme un reflet d’une conjoncture internationale favorable. Les politiques mises en œuvre par les gouvernements de gauche contribuent également à soutenir la croissance économique.

46En premier lieu, et comme nous l’avons déjà mentionné, ces gouvernements ont réussi à créer un climat de stabilité économique ainsi que de confiance dans la stabilité institutionnelle, grâce à une gestion ordonnée de la dette externe, à sa diminution et à son refinancement, grâce également à une politique économique raisonnée, sans dérive vers des politiques populistes qui utiliseraient l’abondance économique pour faire exagérément croître l’endettement public. C’était une politique particulièrement ouverte et favorable à l’investissement étranger, qui a conservé les processus d’ouverture économique sans délaisser les efforts, parfois peu fructueux, d’intégration régionale.

47Dans le même temps, la gauche a réussi à intégrer un élément que d’autres gouvernements n’étaient pas parvenus à réaliser pendant les périodes de croissance : la réduction des inégalités. Le modèle économique et les caractéristiques de cette période auraient pu mener à l’augmentation des inégalités, suite à la valorisation des ressources naturelles et à leur appropriation par des secteurs limités de la population. Même s’il est établi que les enquêtes auprès des ménages ne mesurent pas correctement les revenus des secteurs aux revenus les plus élevés, et même si devant l’avalanche d’investissement étranger il est nécessaire d’augmenter les efforts pour mesurer la distribution du revenu national, tout indique que les inégalités ont connu une réduction non négligeable. Même les efforts récents pour mener des calculs plus précis auprès des personnes ayant les plus hauts revenus montrent que les inégalités ont baissé, quoique dans une mesure plus faible que ce que montrent les mesures conventionnelles, et depuis des niveaux plus élevés d’inégalités [Burdin et al., 2013]. Il est évident que la pauvreté a significativement reculé, non seulement sous l’effet de la croissance économique, mais aussi des politiques sociales. Il faut également reconnaître au gouvernement le fait d’avoir mené une réforme fiscale très ambitieuse, qui a mis de l’ordre dans le système fiscal et posé les bases pour des politiques plus intelligentes.

48On pourrait énumérer une longue liste de vertus des deux gouvernements du Frente Amplio qui se ressemblent beaucoup, notamment en matière de politique économique, mais on ne peut pas toutes les analyser dans cet article.

49Un aspect qui retient particulièrement l’attention concerne les politiques productives. Et sur ce plan, les contrastes sont importants. Aujourd’hui, il semble que les cercles dirigeants aient pris conscience de la nécessité impérieuse d’un changement structurel afin de maintenir le processus de croissance. Cependant, les politiques dans cette direction, bien qu’elles aient fait des progrès, sont restées très modérées. Pire : dans certaines sphères dirigeantes, il semble que l’on se contente des résultats atteints jusqu’à présent, et qu’il y a une confiance excessive dans l’idée que le changement structurel se produira d’une façon ou d’une autre, par la simple mise en place de mesures d’incitation générales correctes.

50Au fil des ans, la politique productive s’est toujours montrée très dépendante de la trajectoire des décennies antérieures, suivant l’idée que la meilleure politique est toujours celle qui ne se fait pas. Les principales politiques mises en œuvre se limitaient à des exonérations fiscales, et en général, n’avaient pas d’orientation sectorielle définie. Il s’agissait surtout de politiques transversales basées sur l’exonération d’impôts. Le gouvernement a récemment fait savoir que l’ensemble des exonérations fiscales correspond à 3 % du PIB. Bértola, Isabella et Saavedra [2014] ont estimé que le coût de ces exonérations fiscales représente à lui seul 80 % de toute la politique productive du pays, et cela sans tenir compte des zones franches. La dernière loi d’investissement a introduit beaucoup d’améliorations par rapport à la précédente, en mettant en place une série de critères à partir desquels décider si les exonérations ont lieu d’être ou non. Si ces critères sont bien utilisés, ils pourraient constituer une bonne base pour des politiques sectorielles. Cependant, dans la pratique, la grande majorité des exonérations accordées ne s’accompagnent pas encore de contreparties définies. Car appliquer une politique productive plus intelligente et plus directive requiert la présence d’un État aux capacités affirmées. Et c’est un fait avéré que la gauche a reçu un État en très mauvaises conditions et sans personnel qualifié pour mettre en œuvre des politiques industrielles au sens large.

51L’une des grandes réussites de ces dernières années concerne justement l’amélioration de la formation des fonctionnaires dans différents domaines. Au-delà des capacités importantes et reconnues du secteur agricole, les principales avancées de cette période se situent dans le ministère de l’Industrie, de l’énergie et des mines. Aussi bien au niveau de la politique énergétique qu’au niveau de l’industrie proprement dite, de grandes avancées ont été réalisées concernant la planification stratégique et la mise en marche de Conseils sectoriels. Le secteur énergétique a été favorisé par la participation de deux grandes entreprises d’État, UTE et ANCAP, des entreprises qui constituent une source de grand dynamisme économique et technologique.

52Cependant, il a manqué un pilotage au plus haut niveau de la politique productive. La conduite économique, sous les deux gouvernements de gauche, a été totalement centrée sur le ministère de l’Économie et des finances, et la logique de ce ministère n’est pas celle des politiques productives – et ne peut pas l’être. En somme, les politiques productives restent le point faible des politiques décidées au plus haut niveau, qui placent toute leur confiance dans le développement naturel des forces du marché, une fois correctement mises en place les mesures incitatives générales.

Scruter le futur, en guise de conclusion

53En mai 2014, la majorité des pronostics estiment que la croissance de l’Uruguay dans les cinq prochaines années sera de l’ordre de 3 ou 3,5 % annuels. Les incertitudes sont toutefois nombreuses : la croissance de l’Asie, qui absorbe une part grandissante des exportations, la récupération des États-Unis, avec pour conséquence ambiguë la relance de la demande mais aussi l’augmentation des taux d’intérêt, la récupération de l’Union européenne et ses éventuels accords commerciaux avec le Mercosur,  les performances de l’économie brésilienne, lente jusqu’à présent ; le devenir de l’Argentine, largement imprévisible, les avancées et les revers du processus d’intégration régionale. À cela s’ajoutent les changements qui peuvent survenir lors de cette année d’élections en Uruguay. Tous ces éléments rendent très difficile tout pronostic sur le futur du pays. Cependant, comme cela a été mentionné, la majorité des analystes prévoient une importante réduction du taux de croissance de l’économie uruguayenne par rapport à la décennie antérieure. Certains économistes, très attachés aux logiques de court terme, sont préoccupés par l’inflation (qui menace d’atteindre 10 % par an) et considèrent que le vrai problème se trouve dans l’indexation des prix et en particulier dans la politique salariale du gouvernement, à travers le soutien modéré aux travailleurs dans les conseils tripartites. Selon eux, il faudrait procéder à une dévaluation sans augmentation correspondante des salaires, ce qui entraînerait une pression régressive sur la distribution des revenus et rétablirait des niveaux de rentabilité et de compétitivité dans l’industrie.

54D’autres points de vue désignent plutôt un autre type d’obstacle intérieur, notamment les politiques productives. Si l’Uruguay garde le même modèle de spécialisation productive et continue de miser sur l’investissement étranger pour l’exploitation de ses ressources naturelles, un panorama de forte restriction externe se dessine à l’horizon. Ce resserrement peut être différé, par la mise en place de nouveaux projets primo-exportateurs, comme le sont les deux usines à papier et l’exploitation des mines de fer. Mais cela ne changera pas la tendance à long terme. Par contre, une démarche systémique de développement économique, qui diversifie la base productive du pays et qui évite l’hétérogénéité structurelle et les enclaves de haute productivité, est la seule solution à long terme, qui permettra de maintenir des rythmes de croissance relativement élevés et stables tout en continuant à promouvoir l’égalité sociale.

Haut de page

Bibliographie

Aboal Diego y Moraes Juan Andrés, Economía Política en Uruguay. Instituciones y actores políticos en el proceso económico, Montevideo, Trilce, 2003.

Bértola Luis et Porcile Gabriel, « Convergence, Trade and Industrial Policy: Argentina, Brazil and Uruguay in the International Economy, 1900-1980 », Revista de Historia Económica, n°1, 2006, p. 37-67.

Bértola Luis, Isabella Fernando et Saavedra Carola, El ciclo económico de Uruguay 1998-2012, Montevideo, Université de la République, Document de travail n° 33, 2014.

Bértola, Luis et Ocampo, José Antonio, The Economic Development of Latin America since Independence, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Bértola Luis et Lorenzo Fernando, « Witches in the South: Kuzntes-like swings in Argentina, Brazil and Uruguay since the 1870s », in van Zanden J.L. et Heikenen S. (eds), The Experience of Economic Growth, Amsterdam, Aksant, 2004.

Bértola Luis et al., La Historia Económica en Uruguay: desarrollo y perspectivas, Montevideo, Revista de Historia Económica, Año XVII, p. 77-100, 1999.

Bértola Luis, Fases tendencias y ciclos en las economías de Argentina, Brasil y Uruguay (1870-1990), Montevideo, Université de la République, Document de travail n° 11, 1995.

Burdín Gabriel, Esponda Fernando et Vigorito Andrea, Desigualdad de altos ingresos en Uruguay. Un análisis en base a registros tributarios y encuestas de hogares para el período 2009-2011, Montevideo, Instituto de Economía-FCEA, 2014.

CEPAL, Cambio Estructural para la Igualdad. Una visión Integrada del Desarrollo, Santiago de Chile, 2012.

CEPAL, Progreso Técnico y Cambio Estructural en América Latina, LC/W.136, Santiago de Chile, Naciones Unidas-IDRC, 2007.

Cimoli Mario et Porcile Gabriel, « Learning, Technological Capabilities and Structural Dynamics », in Ocampo, J.A. and Ros, J. (eds.), The Oxford Handbook of Latin American Economics (Ch. 22, p. 546-567), New York, Oxford University Press, 2011.

Cimoli Mario, Heterogeneidad Estructural, Asimetrías Tecnológicas y Crecimiento de América Latina, Santiago de Chile, CEPAL-BID, 2005.

Díaz Ramón, Historia Económica del Uruguay, Montevideo, Taurus, 2003.

Flores Manuel, Mercado mundial y cadena de valor de la carne bovina, Mimeo, 2012.

Gerchunoff P. et Llach L., « Dos Siglos en las Economías del Plata, 1810, 2010 », in L. Bértola et P. Gerchunoff (ed.), Institucionalidad y Desarrollo Económico en América Latina, CEPAL, Santiago de Chile, 2010.

Hausmann Ricardo, et Rodrik Dani, Doomed to Choose: Industrial Policy as Predicament, John F. Kennedy School of Government, Harvard University, 2006.

North Douglass, Wallis John and Weingast Barry, Violence and Social Orders: A Conceptual Framework for Understanding Recorded Human History, Cambridge, MA: Cambridge University Press, 2009.

Oddone Gabriel, El Largo Declive de la Economía Uruguaya, Montevideo, 2010.

Pérez Ricardo et Titelman Daniel, El financiamiento para el desarrollo y los países de renta media: nuevos desafíos, CEPAL, 2011.

Thirlwall Anthony P., « The Balance of Payments Constraint as an Explanation of International Growth Rates Differences », Banca Nazionale del Lavoro Quaterly Review, Marzo, 1979.

Verspagen Bart, « Uneven Growth Between Interdependent Economies: An Evolutionary View on Technology Gaps », Trade and Growth, Aldershot, Avebury, 1993.

Haut de page

Notes

1 Ce texte reprend, synthétise et actualise nos analyses publiées en espagnol in Bértola, Isabella, Saavedra [2014].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. PIB, population et PIB par habitant, Uruguay 1870-2012 (1913=100)
Crédits Réalisation personnelle sur la base de Bértola et al. (1998) et Banque centrale d’Uruguay.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 2. Les cycles de l’économie uruguayenne, 1880-2000
Crédits Source : Bértola et Lorenzo [2004].
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 1. Caractéristiques des cycles de l’économie uruguayenne
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Titre Graphique 3. PIB par habitant de différents pays (centre = 100)
Crédits Source : Bértola, Isabella, Saavedra [2014].
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Graphique 4. Investissement étranger direct/PIB et taux brut d'investissement (décomposé en bâtiment, biens de capital et équipement)
Crédits Extrait de Bértola, Isabella et Saavedra [2014].
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 2. Taux de croissance des exportations et des importations, 1997-2012
Crédits Source : données de la BCU.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-6.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tableau 3. Taux de croissance de la valeur, du volume et des prix des principales exportations, 1997-2012 (en dollars courants et constants de 2005)
Crédits Source : élaboré à partir des informations de la BCU et Uruguay XXI
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-7.png
Fichier image/png, 83k
Titre Tableau 4. Structure de la valeur ajoutée brute par grands secteurs d’activité (moyennes triennales)
Légende * Le changement est celui observé entre 1997-1999 et 2010-2012.
Crédits Source : Bértola, Isabella et Saavedra [2014] d’après les informations de la BCU et INE.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-8.png
Fichier image/png, 179k
Titre Tableau 5. Taux de croissance du PIB, de l’emploi et de la productivité apparente dans les grands secteurs, 1997-2012
Crédits Source : Bértola, Isabella et Saavedra [2014] à partir des informations de la BCU et de l’INE.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-9.png
Fichier image/png, 179k
Titre Graphique 5. Valeur ajoutée par employé (prix de 2005)
Crédits Bértola, Isabella et Saavedra [2014] d’après les informations de la BCU et de l’INE.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 6. Croissance du PIB par période et solde des comptes courants sur le PIB en fin de période
Crédits Bértola, Isabella, Saavedra [2014].
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 6. Balance des paiements 1997-2012 (en millions de dollars)
Crédits Source : Bértola, Isabella et Saavedra [2004] avec les données de la BCU.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3404/img-12.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luis Bértola, « Le cycle 1998-2012 dans l’économie uruguayenne : une croissance soutenue sans risque de déséquilibres ? », Cahiers des Amériques latines, 77 | 2014, 117-141.

Référence électronique

Luis Bértola, « Le cycle 1998-2012 dans l’économie uruguayenne : une croissance soutenue sans risque de déséquilibres ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/3404 ; DOI : 10.4000/cal.3404

Haut de page

Auteur

Luis Bértola

Université de la République en Uruguay.

Luis Bértola est docteur en histoire économique de l’université de Göteborg, Suède. Il est professeur à l’université de la Republique en Uruguay et il a été professeur invité aux universités suivantes : Alcalá de Henares, Carlos III Madrid, Harvard, Federal de Paraná, Göteborg. Il a enseigné dans trente universités du monde entier. Il a été consultant de la CEPAL, la BID et du gouvernement uruguayen. Son dernier ouvrage paru est The Economic Development of Latin America since Independence, Oxford University Press, 2012, avec José Antonio Ocampo.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org