Navigation – Plan du site
Lectures

Georg Ciccariello-Maher, We Created Chávez. A People’s History of the Venezuelan Revolution

Durham & London, Duke University Press, 2013
Mila Ivanovic
p. 172-175
Référence(s) :
Georg Ciccariello-Maher, We Created Chávez. A People’s History of the Venezuelan Revolution, Durham & London, Duke University Press, 2013, 320 p.

Texte intégral

  • 1 . Ellner Steve, Hellinger Daniel (dir.), Venezuelan politics in the Chávez era, Boulder, Lynne Rie (...)
  • 2 . Corrales Javier, Penfold Michael, Dragon in The Tropics: Hugo Chávez and the Political Economy o (...)
  • 3 . Mccoy Jennifer, Myers David (dir.), The Unraveling of Representative Democracy in Venezuela, Bal (...)
  • 4 . « The Color of Mobs: Racial Politics, Ethnopopulism and Representation in Venezuela in the Cháve (...)

1La littérature scientifique sur le Venezuela s’est enrichie d’un ouvrage intéressant sur un thème paradoxalement peu fréquenté par les spécialistes du pays depuis l’arrivée de Chávez au pouvoir en 1999. La lecture croisée de la gauche populaire « antisystème » qu’offre Georg Ciccariello-Maher rompt avec la forme et le contenu auquel on était habitué dans les études sur le Venezuela dans la science politique nord-américaine. Des ouvrages collectifs1 ont servi de baromètre à une lecture dépassionnée et empiriquement située, alors que d’autres contributions exaltaient les déboires de la Révolution bolivarienne2, ou alors entreprenaient une lecture fortement « politiste »3. Avec Ciccariello, dont on reconnaît les ressemblances avec un autre collègue, Luis Duno4, le ton est donné dès les premières pages. Fort d’une empreinte théorique postcoloniale (Frantz Fanon, C.L.R. James et Enrique Dussel) et poético-culturaliste (accompagné en cela par Ali Primera, le Victor Jara vénézuélien, qui apparaît en citation liminaire de chaque chapitre), il s’affaire à retourner à la source du chavisme et de la Révolution bolivarienne à l’aide d’une autopsie documentaire et testimoniale des trois dernières décennies du xxe siècle. C’est un partisan de la « Révolution » et il ne s’en cache pas… Il prétend rompre avec le « mythe de l’harmonie » (p. 147) qu’a entretenu le pouvoir au cours des quatre décennies de démocratie inachevée (1958-1998). Son propos central est de rendre aux acteurs « visibilisés » par la Révolution leur juste place et les espoirs qu’ils soutiennent après plus de dix ans d’institutionnalisation du processus chaviste, en déplaçant l’attention généralement engluée dans les interprétations sur le caudillisme égalitaire ou le césarisme progressif (pour les plus optimistes) ou le populisme et l’autoritarisme délétère (pour les plus pessimistes) incarnés par Chavez. Il s’attache en fait à dépeindre avec force références historiques et culturelles, le chavisme radical des quartiers populaires en le croisant avec les espoirs déchus des rêves guerrilleros des années 1960-1970 et la grande métamorphose démocratique initiée en 1958 par le pacte tripartite fondateur, qui se déclinera tout au long de la seconde moitié du xxe siècle en une doctrine de partage du pouvoir, le puntofijismo.

2Partant d’une série d’entretiens avec des figures importantes d’anciens membres de la guérilla et des mouvements sectoriels autonomes (afrodescendants, féministes, étudiants) – qui deviendront des piliers de la politique chaviste –, et d’organisations chavistes (paysannes, urbaines), il tente en toile de fond une approche plus impressionniste, enrichie par un portfolio, d’un quartier emblématique de la capitale, le 23 de Enero, dans lequel opèrent des organisations politiques proches des thèses guevaristes (Tupamaros et « collectifs »). La plupart des entretiens ont été menés en 2008, période, à partir de 2007, pour le moins pivot d’une réorganisation sémantique autour du décrochage entre la masse et le pouvoir chaviste – avec notamment l’entrée dans l’arène discursive du terme de « bolibourgeoisie » et la première défaite électorale du grand virage « socialiste » lors de la réforme constitutionnelle.

3Chaque chapitre est accompagné d’un exergue historique qui renvoie généralement à un épisode raccordé au propos de l’auteur, structure qui a pour effet parfois d’introduire des confusions tant elle conduit à « téléologiser » les luttes sociales dans ce pays.

  • 5 . Fox Michael, Martínez Carlos, Farell Jojo, Venezuela Speaks! Voices from the Grassroots, Oakland (...)

4Le matériel bibliographique est exhaustif, bien que très cloisonné à la production anglo-saxonne. De nombreux témoignages d’acteurs de la « base », issus d’un ouvrage paru en 2010, constituent une de ses sources privilégiées5. La genèse politique du chavisme, entre le temps de la guérilla et la réorganisation des partis de gauche, est bien documentée et enrichie des éléments biographiques et narratifs des principaux acteurs.

5En dépit de la densité des éléments factuels, le récit du philosophe-historien s’appauvrit dans une vision très angélique et trop prisonnière du sens commun des acteurs étudiés. C’est le cas de la version qu’il offre de l’organisation politique et communautaire du quartier 23 de Enero. Il abonde parfois dans les poncifs révolutionnaires qui font perdre de la crédibilité à son propos, et réduit l’impact de son discours normatif et volontairement politique. La question du pouvoir et de la violence politique est mise de côté au profit d’une narration épique de la politique locale dans laquelle il « provincialise » l’État et les relations politiques au sein du chavisme. Dans un langage théorique très critique, son interprétation s’élime au contact d’une expression idéalisée des pratiques politiques. Par ailleurs, la densité de ses propos et le renfort d’éléments factuels noient parfois l’effort analytique dans un océan de bonnes intentions archéologiques. L’enthousiasme qu’il déploie tant dans le récit organisé de cette marée préchaviste que dans les conditions d’apparition et d’énonciation du chavisme fait parfois perdre du ressort à des propos plus contextuels. L’entropie inductive du théoricien armé de son bréviaire d’idées enchanteresses est partiellement applicable à une lecture purement événementielle. La pertinence des références théoriques est, dans certains passages, problématique. Son premier constat théorique est l’omniprésence de deux « fétiches » dans les lectures des processus révolutionnaires en Amérique latine : l’État et l’anti-pouvoir (p. 16). C’est à partir de cette prémisse théorique qu’il construit son récit à la recherche du « double pouvoir » vénézuélien.

6Dans une herméneutique envahissante, on peine parfois à discerner une véritable contribution théorique ou disciplinaire au-delà du wishful thinking ; on ne sait pas qui de l’historien, du politiste, du philosophe ou de l’« intellectuel organique » parle. Un deuxième aspect repose sur une posture polie et conciliante à l’égard du chavisme, ce qui est même plus discutable au regard d’une contribution à l’intelligibilité de la scène populaire vénézuélienne. Ainsi par exemple la question de l’autonomie, qui pourtant imprègne toute la réflexion de Georg Ciccariello-Maher, est réduite à une explication ontologique de la logique charismatique : « Chavez opère comme un pôle centripète » (p. 142). C’est dans ces formes-là que l’on déplore souvent, au cours de la lecture, un point de vue assertif dont les efforts de rupture avec une certaine orthodoxie disciplinaire peinent à trouver consistance.

7Par ailleurs, partir de la guérilla pour nouer une histoire de la contestation et une approche populaire du politique est problématique dans le cas vénézuélien, dans la mesure où cela revient à accorder aux organisations de lutte armée le rôle de tenant de la « critique radicale de l’oppression et de l’inégalité » (p. 17). La guérilla, bien qu’ayant été l’une des plus pérennes de la région, a pourtant suscité en réaction une reconfiguration du système politique contre lequel elle se dressait et une certaine idéalisation de la Révolution cubaine. Elle est devenue un répertoire d’action référentiel dans la pratique chaviste, ce qui a occulté son propre sectarisme. Il manque alors à la réflexion proposée par Georg Ciccariello-Maher, une vision plus systématique de l’histoire de la gauche vénézuélienne qui depuis le Parti communiste vénézuélien et Action démocratique, les deux partis séminaux du système politique vénézuélien, et l’arrivée de Chávez au pouvoir, a toujours été tributaire de la redistribution de la rente pétrolière et des traits patrimonialistes de ses dirigeants.

8On peut aussi regretter la faible présence des conseils communaux dans l’analyse de l’auteur, ces organisations participatives locales qui réélaborent et synthétisent une grande partie du récit idéologique de gauche, en tant que bras pragmatique de la Révolution et terre arable d’une politisation in progress.

  • 6 . Coronil Fernando, The Magical State : Nature, Money and Modernity in Venezuela, Chicago, Univers (...)

9Finalement, après plusieurs centaines de pages très exhaustives en matière de récits et de faits historiques, de témoignages politiques et d’une lecture postcoloniale et radicale des mouvements sociaux agitant la bannière chaviste, la question qui continue d’assaillir le lecteur, et vraisemblablement son auteur aussi, réapparaît en conclusion : « comment ce bloc unifié et consolidé, ce « peuple » récemment radicalisé se lie à ses ennemis et, plus généralement, à l’État ? » (p. 237). En réponse aux excès d’un État défaillant, cet « État magique » dont parle l’anthropologue postcolonial Fernando Coronil6, corrélat d’un processus d’accumulation politique de type féodal avant l’arrivée du pétrole, et patrimonialiste-clientéliste à l’issue des transformations des modes de production nationaux, l’auteur cherche à contourner la forme État en accordant une place centrale aux groupements autonomes partisans de la transformation radicale. Il propose ainsi une issue anarchiste, postcoloniale et non-occidentale aux thèses formulées par les acteurs rencontrés au cours de son travail de recherche. Cela contribue à introduire une confusion du fait d’une lecture rendue difficile par la concaténation d’instantanés thématiques et l’objectif d’un grand chantier théorico-historique. Il ne s’agit pas ainsi d’une analyse politologique des contours du chavisme (notamment en termes d’érosion électorale, de rétribution politique ou d’évolution des appareils politiques tels que le Parti socialiste uni du Venezuela), mais d’une tentative d’inscrire celui-ci dans une histoire des idées politiques radicales. On aurait espéré une plus grande distance à l’égard des acteurs et une posture moins idéaliste dans la mesure où la contribution théorique reste inaboutie. C’est finalement dans une histoire des « avant-gardes » – plus que « populaire » – du chavisme que ce travail saura être pleinement apprécié.

Haut de page

Notes

1 . Ellner Steve, Hellinger Daniel (dir.), Venezuelan politics in the Chávez era, Boulder, Lynne Rienner, 2003 ; Hellinger Daniel, Smilde David (dir.), Venezuela’s Bolivarian Democracy. Participation, Politics and Culture under Chavez, Durham, Duke University Press, 2011.

2 . Corrales Javier, Penfold Michael, Dragon in The Tropics: Hugo Chávez and the Political Economy of Revolution in Venezuela. Washington, DC, Brookings Institution Press, 2011

3 . Mccoy Jennifer, Myers David (dir.), The Unraveling of Representative Democracy in Venezuela, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2004

4 . « The Color of Mobs: Racial Politics, Ethnopopulism and Representation in Venezuela in the Chávez Era », in Smilde David, Hellinger Daniel (dir.), Venezuela’s Bolivarian Democracy. Participation, Politics and Culture under Chavez, Durham, Duke University Press, 2011.

5 . Fox Michael, Martínez Carlos, Farell Jojo, Venezuela Speaks! Voices from the Grassroots, Oakland, PM Press, 2010.

6 . Coronil Fernando, The Magical State : Nature, Money and Modernity in Venezuela, Chicago, University of Chicago Press, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mila Ivanovic, « Georg Ciccariello-Maher, We Created Chávez. A People’s History of the Venezuelan Revolution », Cahiers des Amériques latines, 76 | 2014, 172-175.

Référence électronique

Mila Ivanovic, « Georg Ciccariello-Maher, We Created Chávez. A People’s History of the Venezuelan Revolution », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/3350

Haut de page

Auteur

Mila Ivanovic

Centre d’études latinoaméricaines Rómulo Gallegos, Caracas

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org