Navigation – Plan du site
Lectures

Nicolas Ellison, Semé sans compter

Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2013
Florent Kohler
p. 169-172
Référence(s) :
Nicolas Ellison, Semé sans compter, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2013, 456 p

Texte intégral

1Peut-on aborder simultanément une communauté à travers l’anthropologie du développement, l’ethnobotanique, et l’anthropologie économique ? C’est ce que propose Nicolas Ellison dans un ouvrage passionnant, bien construit, qui résulte d’un terrain mené entre 1999 et 2005 dans la Sierra de Puebla, en pays Totonaque bordant le Golfe du Mexique.

2Semé sans compter : c’est le maïs, bien sûr, que l’on sème et récolte indépendamment de la stricte rationalité économique, dans la mesure où cette plante accompagne et cimente la vie sociale, mais est aussi le résultat de mille équilibres par lesquels les esprits et divinités régulent les cycles cosmiques. L’hypothèse de départ de Nicolas Ellison est que le maïs, dont la récolte n’est pas suffisante à alimenter une famille et ses animaux domestiques (poules et porcs) à longueur d’année, est avant tout un élément structurant les communautés totonaques de la Sierra de Puebla ; les semailles et la récolte, qui permettent l’échange de travail (la mano vuelta), ainsi que les repas collectifs, accompagnent également la vie religieuse des Totonaques, ceux-ci ayant, comme nombre de communautés paysannes, aligné leur calendrier agricole sur celui des fêtes catholiques.

3La première partie de l’ouvrage retrace les aléas du pays totonaque, région difficile d’accès, dont l’intérieur est accidenté. Le relief passe ainsi de 1200 à 400 mètres d’altitude sur une distance de 10 kilomètres, ce qui accentue l’isolement tout en permettant des récoltes variées, notamment le café. C’est au xixe siècle que la politique nationale rattrape ces communautés, nombre d’entre elles étant issues de migrations internes, drainées par le statut de « zone refuge » de ce pays montagneux. Le nombre de métis augmente alors, la vie politique accompagne cette croissance, les chefs libéraux s’alliant aux communautés indiennes, nahua et totonaques, et créant ainsi les conditions d’une intégration à l’économie nationale. Après avoir retracé les épisodes visant tantôt à intégrer les indigènes dans le moule de l’identité nationale, tantôt à les transformer en emblèmes, Nicolas Ellison se penche sur la période qui va de 1970 à nos jours, depuis l’intégration à marche forcée – « crise culturelle et crise d’identité » – contrecarrée par la Théologie de la Libération, jusqu’à l’émergence d’Organisations indigènes, notamment l’OIT (Organización Independiente Totonaca, fondée en 1989), issue d’un programme d’éducation bilingue créé par les religieux. On voit alors émerger, dans les années 1990, une restauration des pratiques coutumières, favorisées par la crise du café qui s’était progressivement imposé à partir des années 1950. Les caféières cultivées sur un mode intensif régressent alors pour laisser à nouveau place aux polycultures traditionnelles – maïs, haricot, courges, arbres fruitiers – le café étant dorénavant cultivé sous couvert arboré. Cette réorientation agroécologique permet, partiellement, de compenser l’intense déforestation ayant abouti, dès les années 1960, à la disparition de la mégafaune (jaguars, pécaris, cervidés).

4C’est à la diversité végétale et aux pratiques associées qu’est consacrée la deuxième partie de l’ouvrage. Grâce à des inventaires exhaustifs, Nicolas Ellison montre l’équilibre maintenu par l’horticulture traditionnelle dans les milpas, autrefois des abattis, aujourd’hui espaces cultivés pérennes, faute d’espace. L’auteur décrit ces pratiques comme la recherche d’une harmonie entre les pôles « chaud » et « froid », éléments de base du système de classification. Cet équilibre associe espèces ligneuses (cèdre pour la construction, avocat, goyavier, orangers et autres agrumes) et non ligneuses, qu’elles soient sauvages, adventices comestibles ou médicinales, et espèces cultivées, notamment les différentes variétés de maïs – le maïs rouge étant « le chef » de cette céréale, la variété qui entraîne les autres et permet de maintenir les cycles végétaux et religieux. Nicolas Ellison souligne combien la milpa, même si elle est un choix économiquement moins judicieux que le travail journalier ou l’élevage bovin, est maintenue vaille que vaille, faisant corps avec le foyer.

5La troisième partie de l’ouvrage est la plus audacieuse, puisqu’elle consiste à la fois en le dénouement des différents fils narratifs, et en propositions théoriques qui méritent réflexion. Dès l’introduction, l’auteur se proposait de discuter les théories portant sur l’économie paysanne, en partant de Chayanov, qui suggère que cette économie est déterminée par la taille du foyer, pour aboutir à l’hypothèse que cette économie repose sur des bases non monétaires – une économie sociale en quelque sorte. Selon les mots de l’auteur, « les pratiques “économiques” (comprises comme rapports sociaux de production) sont “dissoutes” dans la trame de la cohésion sociale » (p. 267). Cette proposition rend compte de nombreux phénomènes, notamment de l’échec des politiques publiques cherchant à améliorer le revenu paysan par de nouvelles cultures et pratiques d’élevage : distributions de plants de bananes, production d’œufs, café biologique, vanille, autant d’alternatives visant à faire sortir le paysannat de l’état de pauvreté endémique, qui viennent buter sur l’inadéquation entre les projets proposés et leur impact sur l’organisation sociale. L’auteur de ces lignes, mais aussi nombre de lecteurs trouveront particulièrement stimulantes les réflexions de Nicolas Ellison à ce sujet, car elles s’appliquent entre autres aux communautés traditionnelles ou indigènes d’Amazonie. On peut ainsi observer, dans le bassin de l’Oyapock, des usines de dépulpage de cacao éventrées, de fabrication d’huile de carapa effondrées, des poulaillers modèles servant de resserre, et des châteaux d’eau rouillant dans des villages isolés.

6Ce constat est accompagné d’une réflexion sur les politiques de développement durable et des politiques de transfert de revenu (le Progresa notamment) qui induisent une compétition entre foyers, une progression de l’individualisme et des politiques clientélistes. Cette évolution provoque toutefois des résistances à la logique capitaliste d’accaparement des ressources : « Les […] sociétés […] qui sont confrontées à ce processus comme à une logique extérieure, “bricolent” par nécessité, pour maintenir certains mécanismes de reproduction sociale selon leur propre hiérarchie de préférences, avec plus ou moins de succès » (p. 381). Ce phénomène de résistance se produit lorsque « l’identité du collectif ne va plus de soi » (p. 380) expliquant ainsi les réactions d’affirmation identitaires. Un point plus polémique est l’extension de ce registre explicatif à l’essor des mouvements de filiation pentecôtiste « comme la recherche d’une redéfinition [d’espaces] d’autonomie relative dans l’insertion à la modernité » (idem). Il s’agit là d’un point de désaccord, peut-être lié à différentes traditions pentecôtistes, dans la mesure où la progression des mouvements évangéliques en Amazonie se traduit par des stratégies centrées sur l’unité domestique. Mais il s’agit là d’un détail, car l’essentiel de la thèse de Nicolas Ellison ne porte pas sur la seule relation entre communautés paysannes et société environnantes. Elle consiste dans l’affirmation « qu’il existe un certain conditionnement des représentations écologiques par les modes de relation ou de participation (engagement en anglais) dans l’environnement » (p. 394). On passerait ainsi, selon les mots de l’auteur, de la notion « d’enchâssement économique » (Polanyi) à celui « d’enchâssement écologique » (p. 395), permettant ainsi une approche englobant les configurations sociales et les conditions écologiques dans lesquelles celles-là peuvent se déployer – et c’est élégamment démontré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Kohler, « Nicolas Ellison, Semé sans compter », Cahiers des Amériques latines, 76 | 2014, 169-172.

Référence électronique

Florent Kohler, « Nicolas Ellison, Semé sans compter », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://cal.revues.org/3348

Haut de page

Auteur

Florent Kohler

Université de Tours, Creda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org