Navigation – Plan du site
Lectures

J.-C. William et al., Mobilisations sociales aux Antilles : Les événements de 2009
dans tous leurs sens

Paris, Éditions Karthala, 2012
Pierre Odin
p. 161-164
Référence(s) :
J.-C. William et al., Mobilisations sociales aux Antilles : Les événements de 2009 dans tous leurs sens, Paris, Éditions Karthala, 2012, 364 p.

Texte intégral

1Il y a plus de quatre ans maintenant, une grève générale qui allait s’étendre durant 44 jours était déclenchée en Guadeloupe à l’appel de la coalition LKP (Liyannaj KontPwofitasyon), « Unité contre l’exploitation ». Ce collectif de 48 organisations, initié le 5 décembre 2008 et toujours à l’œuvre actuellement, se donnait pour but de mobiliser la population guadeloupéenne contre la « vie chère », en désignant le système d’échange économique entre la métropole et la Guadeloupe comme responsable d’une hausse des prix ressentie d’autant plus durement par la population que l’île subissait (il y a 4 ans) les conséquences de la crise économique. À ce constat d’iniquité était adossée une dénonciation de la mainmise des élites économiques (les « pwofitans ») sur les ressources insulaires, élites dont la richesse contraste avec les difficultés d’une population particulièrement exposée à la pauvreté et au chômage. À partir du 5 février 2009, en Martinique, le K5F (Kolectif 5 Févrié – « Collectif 5 février ») prenait le relais de la vague de contestation guadeloupéenne, à l’appel des responsables syndicalistes martiniquais et en synergie avec la population descendue dans la rue. C’est sur ces événements, dont le retentissement avait largement dépassé les milieux académiques ou les cercles militants, que l’ouvrage dirigé par Jean-Claude William, Fabienne Alvarez et Fred Reno se propose de revenir, en mobilisant les contributions de plusieurs spécialistes de la Caraïbe française.

2Le sous-titre de l’ouvrage résume bien l’ambition affichée par les auteurs : celle de restituer les événements de 2009 dans « tous leurs sens », c’est-à-dire d’adjoindre un travail de décodage et de signification politique à l’entreprise d’objectivation propre à la démarche scientifique. Au-delà de la posture critique revendiquée, le livre affirme également son ambition militante, comme une contribution à la compréhension de « l’indignation clamée par Stéphane Hessel qui se répand […] dans tous les pays du monde », posant d’emblée la question de la signification et des vies ultérieures du mouvement de l’hiver 2009, au-delà d’un simple traitement d’ordre factuel. En outre, l’approche interdisciplinaire privilégiée par l’ouvrage – tout à la fois sociologique, historique, anthropologique, économique, linguistique et philosophique – ajoute à cette perspective, en articulant différentes pistes d’interprétation et d’investigation dans le champ des sciences sociales avec des thématiques proches des préoccupations des groupes mobilisés, permettant au lecteur de saisir rapidement les enjeux de la mobilisation des collectifs guadeloupéen et martiniquais. Il est une très bonne chose que cet ouvrage soit paru dans la foulée du mouvement de 2009, tant les travaux sur les mobilisations et les conflits sociaux aux Antilles – ou plus généralement dans les DOM-TOM – sont rares, et sont particulièrement méconnus dans le champ académique français. Le peu de travaux sur l’histoire du mouvement ouvrier antillais comme sur les organisations politiques et syndicales qui s’en réclament, rend d’autant plus difficile l’analyse de la conflictualité sociale aux Antilles. C’est d’ailleurs à cette démarche que renvoie le deuxième chapitre de l’ouvrage, où Jacques Dumont pointe les difficultés du travail historiographique antillais, exposé aux « lignes de blessure » mémorielles d’une histoire qui demeure largement à écrire. Le traitement « à chaud » des événements de 2009 peine ainsi à trouver son cheminement du fait, d’une part, des controverses politiques autour de l’histoire de l’esclavage et de la colonisation et, d’autre part, des legs contraignants de la période coloniale au travers du manque ou de l’absence de sources archivistiques (notamment préfectorales), ou encore dans la difficulté à collecter des témoignages.

3Il s’agit d’abord de saluer la richesse factuelle de l’ouvrage, qui répertorie les acteurs principaux du mouvement, rend compte avec précision des déclinaisons organisationnelles de la mobilisation et analyse en détail les configurations sociales, économiques et politiques au sein desquelles ont évolué les coalitions protestataires. Le chercheur en sciences sociales y trouvera une introduction stimulante au foisonnement protestataire qui caractérise, de longue date, la vie politique des deux îles. Soulignons d’emblée qu’il paraît difficile de rendre justice de façon exhaustive à l’ensemble de l’ouvrage, justement du fait de la diversité des approches qui y sont présentes.

4Une part importante des questionnements soulevés par l’ouvrage tourne autour de l’« identité » du LKP et du K5F, toujours dans l’optique d’en restituer la signification et de faire « travailler » cette catégorie. Pour Pamela Obertan, du fait du caractère composite du LKP et de sa distance avec la politique institutionnelle, ce mouvement s’inscrit dans le spectre de la contestation altermondialiste – hypothèse qu’elle étaie par une analyse de la dynamique de mobilisation et des revendications mises en avant, symptomatiques du rejet d’un système capitaliste en crise et porteuses d’une ébauche de projet de société alternatif à partir des réalités locales. En parallèle, Fabienne Alvarez analyse la dénonciation de la vie chère portée par le LKP comme une critique à l’encontre des insuffisances d’un modèle de relation managériale où l’absence de transparence, de confiance de la part des salariés et de responsabilité sociale des entreprises rend inenvisageable la mise en place d’un dialogue social sur des bases pérennes. Quant au travail de Boris Samuel, il apporte des éléments essentiels pour comprendre comment l’opacité entourant la « pwofitasyon » a été dénoncée par les acteurs à travers la question des prix, au terme d’un travail de décodage et de publicisation qui a permis aux acteurs mobilisés d’accumuler un matériel critique « à charge » envers les élites politiques et économiques, et de réclamer plus de transparence. On peut également lire la contribution de Danielle Laport intitulée « Refonder la démocratie martiniquaise » comme un appel à rénover les institutions en vue d’aménager des espaces de réflexion et de dialogue pour répondre aux demandes de la société civile telles qu’elles avaient été formulées par le Collectif du 5 février aux autorités de l’île.

5Edmond Mondésir interroge la notion d’identité collective et ses évolutions à travers une comparaison des collectifs guadeloupéens et martiniquais, s’efforçant de rendre compte des nuances politiques et sémantiques qui différencient les deux coalitions – des nuances qui renvoient pour partie à des contextes historiques et sociaux distincts entre les deux îles. Dans une optique différente et à propos de l’identité guadeloupéenne, Eric Nabajoth remarque que le discours relatif à la thématique de l’indépendance renvoie encore et toujours à la construction d’une identité nationale et politique « négociée » qui a pu servir de support d’identification, mais dont les frontières n’ont pas forcément été clairement affirmées parce que cette identité ne faisait pas consensus. Cette question de l’identité est étroitement liée à celle de la question statutaire, qui demeure un point de discorde majeure entre les organisations, notamment en Guadeloupe – voir à ce sujet la contribution de Julien Mérion.

6La contribution de Bernard Philips insiste sur le fait que ces questionnements sur l’identité vont de pair avec les enjeux linguistiques et les usages sociaux de la créolité. Il revient notamment sur l’usage du créole comme « langue de la contestation », permettant à la fois de nourrir une trame d’autoréférence et de contester symboliquement la prétention à l’« hégémonie » du français. La communication peut également être envisagée au travers d’un examen du rôle des médias et des possibilités d’une information alternative en période de mobilisation. Olivier Pulvar analyse cette question avec un chapitre consacré à l’expérience de la « Télé Otonom Mawon ». Il revient sur les conditions de production et de diffusion de ces contenus alternatifs, et sur l’audience de cette expérience martiniquaise au cœur de la séquence de mobilisation.

7La contribution de Yarimar Bonilla, traite du syndicalisme indépendantiste porté par l’Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens, organisation sur laquelle elle travaille depuis de nombreuses années. Elle propose ici une anthropologie des pratiques syndicales de l’organisation indépendantiste, évoquant l’existence de formes de résistance « indigènes » très anciennes remontant à la période de l’esclavage, et formulant l’hypothèse selon laquelle la cessation d’activité et les autres modalités de l’action collective contemporaine emprunteraient notamment au « marronnage » – pratique par laquelle on désignait les fugitifs des plantations – et aux révoltes d’esclaves. Une piste d’investigation directement aux prises avec le discours militant porté par les intéressés, qui sont prompts à revendiquer une forme de filiation entre résistance à l’esclavage et une pratique syndicale d’insubordination – en ce sens qu’elle touche aux fondements des rapports salariaux de domination auxquels il convient d’ajouter, dans le cas de la Guadeloupe, les rapports coloniaux. Cependant, ce travail mérite également d’être questionné par le fait qu’il existe, de longue date, des organisations ouvrières guadeloupéennes s’inspirant des organisations métropolitaines et possédant un fonctionnement similaire au leur. On pourrait, à titre comparatif, postuler une évolution symétrique des répertoires d’action entre la métropole et les Antilles, au moins en ce qui concerne la cessation d’activité ou les manifestations. Ces deux approches demandent donc à être croisées sans forcément accorder a priori de primat à leur potentiel interprétatif quant à la caractérisation des répertoires d’action en Guadeloupe.

8Enfin, la contribution de Fred Reno, concernant l’« étatisation » du mouvement social de 2009, avance des éléments de caractérisation des structures des opportunités politiques aux Antilles. S’appuyant sur les travaux issus du courant de la mobilisation des ressources pour analyser le cycle de contestation de 2009, l’auteur avance l’idée selon laquelle le positionnement du LKP en Guadeloupe vis-à-vis de l’État serait sujet à plusieurs ambivalences : l’État français est envisagé à la fois sous l’angle d’une ressource – en tant que fournisseur de prestations sociales et de politiques redistributives dont l’augmentation fait partie des revendications avancées par le LKP – et comme une contrainte, au sens où les acteurs contestataires peinent à s’émanciper de la figure tutélaire d’un État « démiurge » dont l’action et l’arbitrage serait « l’alpha et l’oméga » de cette séquence de mobilisation. On peut regretter, malgré l’importance de l’appareillage théorique déployé pour caractériser cette structure des opportunités – marquée par une relation de sujétion et de dépendance à l’égard la métropole –, que ce travail demeure circonscrit à une analyse « synchronique » de l’environnement politique institutionnel et des règles du jeu étatiques au contact desquels évolue le LKP. Comprendre comment ces contextes insulaires et coloniaux ont participé à façonner des univers contestataires originaux demanderait de revenir plus en détail sur les jeux de concurrence et d’interdépendance qui relient les mouvements contestataires, mais également à analyser en détail les mécanismes de l’interaction conflictuelle, dans une mobilisation où les moments d’incertitude ont permis au LKP d’apparaître en position de force vis-à-vis des élites politiques et économiques locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Odin, « J.-C. William et al., Mobilisations sociales aux Antilles : Les événements de 2009
dans tous leurs sens
 », Cahiers des Amériques latines, 76 | 2014, 161-164.

Référence électronique

Pierre Odin, « J.-C. William et al., Mobilisations sociales aux Antilles : Les événements de 2009
dans tous leurs sens
 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/3342

Haut de page

Auteur

Pierre Odin

Sciences Po Paris/Ceri

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org