Navigation – Plan du site
Varia

Apprécier les impacts sociaux des activités minières au Pérou :
une étude de cas à l’échelle de la région Ancash

Nicolas Merveille
p. 53-69

Résumés

Au Pérou, l’insuffisance de l’investissement dans les activités de recherche scientifique complique l’exercice d’évaluation et de prospective des impacts générés par les projets d’aménagement. Pour la dernière décennie, la Defensoria del Pueblo a constaté l’accroissement du nombre des conflits sociaux engendrés, en grande partie, par une méconnaissance des dynamiques territoriales de la part des autorités publiques ainsi que des acteurs privés. Partant d’une étude de cas en région Ancash dans les Andes centrales péruvienne, l’auteur propose une lecture originale de l’évaluation des impacts sociaux générés par le secteur minier. L’idée transversale de l’article est de compléter la logique de mesure par l’impératif d’évaluation où les variables latentes (non chiffrable) jouent un rôle de premier plan dans l’appréciation des effets et des conséquences induits par un méga-projet.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

mining, impact study, policy

Index géographique :

Pérou
Haut de page

Texte intégral

Repenser la procédure de l’étude d’impact

1Dans la plupart des régions du monde, un projet d’aménagement du territoire est légalement astreint à la mise en œuvre d’une série d’études d’impacts. L’objectif de la procédure – scientifique, technique et juridique – est de qualifier puis quantifier la portée d’une innovation ou d’une transformation (physique et immatérielle) pour les agents, leurs milieux de vie et leur interconnexion.

2Les effets et les conséquences générés par l’apparition d’un nouveau composant ou d’un facteur inédit dans un espace-temps singulier sont généralement estimés d’après l’étalon coût/bénéfice qui consiste à comparer les aspects négatifs (perturbation) engendrés par l’événement inédit (traduits en valeur monétaire) avec les bénéfices (les plus-values socioéconomiques) escomptés.

3L’exécution d’une étude d’impact suit, bien souvent, une logique linéaire d’explicitation des événements qui émergent dans le monde et qui présupposent un lien direct et unilatéral entre un effet et sa conséquence. L’opération consiste à dresser des listes de facteurs dont on veillera à qualifier les effets et l’on tentera in fine d’en jauger les conséquences.

  • 1 Consulter en particulier les excellents travaux d’Isabelle Stengers, Albert Ogien et Alain Desrosiè (...)

4C’est la pratique de la mesure qui, par la fabrication de chiffres, aidera a posteriori à lever le voile de l’incertitude et à déterminer les niveaux d’impacts produits par les nouveaux agencements et équipements. Ce bilan comptable du projet est finalement envisagé par les aménageurs comme un outil d’aide à la prise de décision. On se trouve au cœur de la gouvernance par indicateurs où le chiffre avalise les choix. Je ne développerai pas les analyses1 pléthoriques qui ont été faites à l’égard de ce régime de gouvernance même s’il convient de préciser que je ne les ignore pas pour autant. J’ai toutefois repris un passage du livre Désacraliser le chiffre dans l’évaluation du secteur public d’Albert Ogien qui résume très bien l’idée que je souhaite développer dans le corps du texte :

« Il faut donc revenir à la distinction qu’Émile Durkheim a introduite entre le profane et le sacré. Pour lui, chaque société s’invente des choses auxquelles elle confère un caractère sacré. Cette opération consiste à soustraire cette chose à la critique humaine. Cette chose peut-être un élément naturel, un dieu ou une idée. Dans les sociétés rationalisées de longue date qui sont les nôtres, on peut prétendre que chacun est dans la disposition de conférer au chiffre les attributs de la sacralité, puisqu’il y semble communément admis que ce qu’un chiffre exprime est absolument immunisé contre le doute (comme le dit bien la maxime : le chiffre ne ment pas) » [Ogien, 2013, p. 75].

5Mon intention n’est pas de questionner la légitimité de la mesure d’impacts que j’estime primordiale mais de souligner les limites de la procédure. J’entends, par ce travail, questionner les certitudes qui égarent parfois le scientisme quant à la prévisibilité des transformations des dynamiques territoriales :

« La définition d’un objet sacré engendre l’invention de règles qui en organisent le respect. Dans le cas du chiffre, un des objets de ce culte est l’objectivité scientifique. Avec la quantification des données administratives ce culte a été transféré dans l’ordre politique » [Ogien, 2013, p. 75].

6De fait, il me semble plus judicieux de suivre l’invitation d’Ilya Prigogine à penser l’évolution et les transformations des territoires depuis une perspective probabiliste (formulation de scénarios des possibles évolutions) et se décharger de la peine de l’illusoire calcul de trajectoire des collectivités humaines [Allen P.M. et al., 1988].

7On n’évaluera le coût et le bénéfice d’un projet d’aménagement du territoire qu’en l’abordant sous l’angle de l’indétermination, plus précisément au travers du prisme de la probabilité, de l’incommensurabilité et de l’émergence. C’est une invitation à sortir de la logique photographique (ici et maintenant), statique par essence, pour s’orienter vers la formulation de scénarios où l’interconnexion entre les collectifs serait abordée depuis la variation et le changement.

8Pour cela je souhaite reconsidérer la logique du processus d’identification puis de qualification des agents, des variables et des facteurs ainsi que leurs effets pour aborder autrement l’estimation du rapport coût/bénéfice de l’impact [Bell et Morse 1999 ; André et al. 2010]. L’œuvre de Whitehead est un apport conceptuel précieux pour charpenter ma proposition. Suivant sa recommandation, j’appréhende la notion d’impact au travers de la dynamique d’infection :

« Pour Whitehead, les parties ne composent pas le tout sans que le tout n’infecte les parties. En d’autres termes, l’identité, ou le mode endurant de structuration, du tout et des parties sont strictement contemporains. C’est pourquoi on peut utiliser le terme “infection”, tant pour désigner les rapports entre tout et parties que pour décrire les relations de l’organisme vivant avec son environnement » [Stengers, 2002, p. 200].

9En décrivant les pratiques des industries du narcotrafic et du vice, je montrerai qu’elles génèrent des infections, que je qualifie pour ma part de boucles d’insoutenabilité, au sein des territoires qu’elles s’arrogent.

10Bien que les différentes parties prenantes soient absentes des grilles des études d’impacts, leurs manières de faire influent sur les logiques puis animent des variables jusqu’alors latentes qui finissent par restructurer les dynamiques sociales. La critique que je formule à l’égard des procédures de mesure des impacts est qu’elles ignorent superbement le potentiel infectieux de ces pratiques illicites au sein des secteurs licites.

  • 2 L’étude des modalités et procédures d’appropriation (de l’espace, du temps, des signes, des imagina (...)

11Mon objectif est de comprendre comment les parties prenantes procèdent pour accroître ou maintenir leurs capacités d’appropriation2. Une fois que les modalités d’appropriation sont décrites et comprises, il convient d’étudier la dynamique de transformation générée par les activités du narcotrafic et du vice. Par exemple, les fonds du narcotrafic et du vice participent au financement du système national des aires protégées péruviennes [Merveille, 2011]. Pour étayer mon propos je citerai Bertrand Saint-Sernin :

« Whitehead, à la différence de Cicéron, ne parle pas globalement de la solidarité des choses ; il parle d’une “solidarité entre beaucoup de choses actuelles”. Par chance, l’univers n’est pas d’un seul tenant ; il est fait de régions ou, comme dit Whitehead, de “sociétés” de choses en devenir. Les processus réels d’interconnexité ou de concrescence ne lient pas tout à tout, indistinctement »[Saint-Sernin, 2000, p. 84].

  • 3 Le terme devenir est ici utilisé au sens deleuzien : « Dans tout dispositif, il faut distinguer ce (...)

12Saisir l’essence de l’instant, autrement dit comprendre l’actualité de l’interconnexion entre les parties prenantes qui donne vie au territoire, non s’en extraire (il faut tenter d’éviter l’écueil de la fuite en avant pour imaginer un futur), pour qualifier la nature du devenir3, c’est tout l’enjeu, du moins je le crois, de la formulation d’une étude d’impact. Or, dans la procédure contemporaine de quantification de l’effet et des conséquences, deux principes me posent problème :

13(1) « la solidarité entre beaucoup de choses » n’est pas tant actuelle que donnée, instituée et apparemment immuable ;

14(2) il me semble que seul le degré de variabilité de la solidarité entre les choses est pris en compte alors que bien souvent on assiste à une mutation de la nature même des liens de « solidarité entre beaucoup de choses actuelles ». En d’autres termes, le projet d’aménagement infecte « les solidarités entre beaucoup de choses actuelles » qui en se métamorphosant animent à leurs tours des variables latentes, des sociétés et des régions du territoire. C’est ainsi que l’on observe au Pérou l’apparition de boucles d’insoutenabilité qui reconfigurent les dynamiques sociales.

Le chiffrage du méga-projet minier Antamina

15Pour mener à bien mon projet je décrirai les évolutions des dynamiques territoriales d’une haute vallée andine, le Callejon de Huaylas, au Pérou, qui, depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, se recompose du fait de l’implantation d’une myriade d’entreprises d’extraction minière et le développement, quelque peu anarchique, des activités touristiques.

  • 4 Doris Walter, Thierry Lefebvre.

16Les chercheurs francophones4 en sciences sociales qui travaillent dans cette contrée des Andes s’accordent sur le fait que le tremblement de terre qui s’est produit en 1970 fut l’événement qui conduisit à la reconfiguration culturelle, sociale et économique contemporaine de la région Ancash. Les victimes qui survivaient au drame, devenues pour la plupart orphelines, fuyaient le champ de ruines pour panser leurs plaies et tenter de faire leur deuil. Les habitants du Callejon de Conchucos et de la ville côtière de Chimbote profitaient du programme de reconstruction de la ville de Huaraz exécuté par la coopération technique internationale. La ville de Huaraz se repeuplait d’immigrés. Les survivants autochtones partaient pour d’autres régions ou préféraient s’installer dans les zones périurbaines de la capitale. La culture huaracina se couplait à la quotidienneté du cono norte de Lima apportant sa part de mythes et de rites aux légendes urbaines.

17À l’instar du roman-fleuve Nostromo de Joseph Conrad, nous prendrons le temps de poser le décor et les personnages. La conclusion servira à ouvrir le récit d’une histoire qui, en réalité, vient de s’amorcer. Dans cet univers complexe et bouillonnant, la mine est le pôle d’attraction (l’attracteur) où vient se télescoper une pluralité d’intérêts et de logiques.

  • 5 Gabriel Tarde écrit : « De fait, la notion du développement est liée à celle de la quantité » [Tard (...)

18Intéressons-nous, tout d’abord, au domaine du développement économique5, c’est-à-dire au chiffrage de l’opération ainsi qu’à la quantification de ses répercussions financières. Ludwig Huber qualifie le projet de la compagnie Antamina de mégaprojet du fait des quasi 2,3 milliards de dollars US qui ont été investis pour construire les infrastructures et rendre opérationnelle l’extraction des différents minerais :

« La compagnie Antamina a construit 210 kilomètres de routes, une ligne de transmission électrique de 57 kilomètres ainsi qu’une canalisation de 302 kilomètres pour transporter le minerai sous pression jusqu’au port de Huarmey » [Huber, in De Echave et al., 2009, p. 100].

19Implanté à une altitude moyenne de 4 300 mètres dans le district de San Marcos du Callejon de Conchucos, en région Ancash, à plus ou moins 270 kilomètres au nord-est de Lima et 111 kilomètres de Huaraz, le théâtre des opérations est principalement constitué d’une mine à ciel ouvert, d’un bassin de résidus, d’un bassin d’eau douce, d’une plateforme de concentration, d’une décharge pour les gravats et d’un campement.

  • 6 Compañía Minera Antamina S.A., Modificación del Estudio de Impacto Ambiental del proyecto Minero An (...)

20Jusqu’en 2009, le site d’extraction de la compagnie Antamina était considéré comme la troisième mine de zinc au monde qui extrayait et traitait 70 000 tonnes de minerais par jour. La durée d’exploitation avait été estimée à vingt ans. Pourtant, le 5 juillet 2010, la compagnie Antamina présentait au ministère de l’Énergie et des Mines son projet de modification de l’étude d’impact environnemental pour l’accroissement de réserves et l’optimisation du plan de dynamitage6. Ces nouveaux aménagements rendent désormais obsolètes les études de faisabilité et d’impact environnemental de la période 1996-1998 tout comme les recherches publiées jusqu’alors puisqu’il est annoncé que ces travaux permettront d’augmenter la quantité d’extraction et le traitement du minerai à 130 000 tonnes par jour pouvant atteindre jusqu’à 175 000 tonnes par jour. Je reviendrai sur les conséquences du doublement du tonnage au cours du texte.

21Lors de la phase de construction, de 1999 à juin 2001, des différentes infrastructures (avant exploitation), la compagnie Antamina a contracté les services de cinquante entreprises qui employèrent une main-d’œuvre de 9 795 personnes et a généré indirectement 35 262 emplois [Merveille, 2010].

22La production commerciale de la compagnie Antamina débutait en octobre 2001. En décembre 2003, 1 332 personnes étaient employées à durée indéterminée et déterminée. 96 % d’entre elles étaient péruviennes, 192 provenaient de la région d’Ancash – soit 14 % de la main-d’œuvre de l’entreprise –, 112 étaient qualifiés de personnels permanents et 80 de travailleurs temporaires [Compañía Minera Antamina, 2004]. Du fait de la haute technologie du processus et du niveau de compétence requis pour travailler sur le site d’exploitation, il était pronosticable que l’implantation de ce site d’extraction ne s’accompagne pas d’un recrutement important dans le vivier de main-d’œuvre locale. Les chiffres rendus public en 2005 faisaient état d’une augmentation du personnel : 1 463 travailleurs. 16 % de l’équipe était originaire du district de San Marcos alors que 77 % de la main-d’œuvre provenait d’autres régions du Pérou [Compañía Minera Antamina, 2006].

Tableau 1. Emploi direct de l’année 2005

Proche de la Mine

De la région Ancash

D’autres régions du Pérou

Mine

212

97

987

Ville de Huaraz

0

2

4

Le port

14

5

85

Siege social de Lima

0

0

49

Ville de San Marcos

1

2

5

Total

227

(16 %)

106

(7 %)

1130

(77 %)

Source : CMA, Plan de Cierre de la Mina Antamina. 2006

23L’extension du site d’extraction et de traitement des minerais créera 225 postes supplémentaires. Les recrutements se feront directement dans le bassin de l’emploi du district de San Marcos.

La question de la plus-value minière au sein des territoires

24Selon l’article 77 de la Constitution politique du Pérou (1993), les gouvernements régionaux perçoivent un pourcentage du montant total des impôts prélevés par l’administration centrale sur les activités industrielles qui exploitent les ressources naturelles de leur juridiction. Les fonds sont récoltés puis redistribués au sein d’un dispositif intitulé canon. Conformément à la loi nº 2 756 de juillet 2001, qui dresse le cadre légal de la gestion du canon minero, puis tenant compte des textes de loi postérieurs (loi n° 28077 du 26 septembre 2003, loi n° 28322 du 10 août 2004, loi nº 29 281 du 25 novembre 2008), qui sont venus modifier la ventilation des fonds, la répartition de l’argent s’organise de la façon suivante : (i) 10 % pour le gouvernement régional du district où sont exploitées les ressources. De cette somme, le gouvernement se doit d’investir 30 % en projets d’infrastructures pour améliorer les conditions de vie des communautés de la zone d’influence de la mine ; (ii) 25 % de la somme est distribuée entre les gouvernements locaux des districts et provinces de la zone où sont exploitées les ressources naturelles ; (iii) 40 % de la somme est repartie entre les gouvernements locaux et provinciaux du département où sont exploitées les ressources naturelles ; (iv) 25 % du montant est adressé au gouvernement régional qui reversera 20 % de la somme qu’il a reçue aux universités publiques de son territoire.

25Le département Ancash a reçu, pour la période 2001-2008, 3,475 milliards de nuevos soles. Néanmoins, depuis l’année 2007, la chute des prix des métaux comme le cuivre et le zinc, induit une diminution des transferts du canon minero. D’après le ministère de l’Économie et des Finances, le volume financier transféré aux différentes institutions de la région Ancash s’élevait en 2007 à 1 628 350 nuevos soles alors qu’en 2011 il n’était plus que de 756 046 nuevos soles. Une réduction de 54 %.

26Les travaux d’ampliation de la zone d’extraction et de traitement supposent qu’entre les années 2009 et 2029 (date à laquelle les stocks de minerai seront épuisés) les institutions de la région Ancash auront bénéficié d’un montant total de 2,723 milliards de dollars US par le biais du canon minero ainsi que 530 millions de dollars US pour le concept de redevance entre 2016 et 2029. De plus, le montant moyen annuel des dépenses de la compagnie Antamina en « Biens et Services » provenant de la région Ancash a été réévalué à 5 millions de dollars US soit 119 % d’augmentation par rapport à l’année 2009.

27Cette reconfiguration de la plateforme des opérations de la compagnie Antamina conduit aux estimations suivantes : la mine générera un impact économique de l’ordre de 0,8 % du produit intérieur brut (Pib) du Pérou pour les vingt prochaines années et représentera près de 18 % du Pib de la région Ancash.

28À l’échelle internationale, la compagnie Antamina est qualifiée de « responsable » et s’est vue remettre un certain nombre de prix pour sa stratégie « d’éthique entrepreneuriale » [Echave, 2009]. Au plan national, en décembre 2006, le gouvernement péruvien et les représentants du secteur minier signaient un accord de création d’un programme général d’apports volontaires. C’est ainsi que les différentes compagnies s’engagèrent à apporter volontairement entre 1 % et 3,75 % de leurs gains après imposition à des associations ou fondations indépendantes créées à cet effet. La compagnie Antamina annonçait, en 2007, la constitution de son fond minier Antamina (FMA) qui était alimenté à hauteur de 3,75 % de ses bénéfices. Au 31 mai 2010, le FMA aurait déjà injecté 145 300 000 dollars US dans différents programmes sociaux et d’infrastructures.

  • 7 CAD, Ejecución Presupuestal de los Gobiernos Locales 2011, BoletínCAD, nº136-18 de enero-2012. http (...)

29L’association Cad7 – citoyens à jour –, dont l’analyse se base sur l’information publiée par le ministère de l’Économie et des finances, a estimé qu’en 2011 les administrations publiques n’avaient utilisé que 71 % des fonds alloués pour l’année. En 2005, le ministère de l’Économie et des Finances avertissait que 300 millions de dollars US du canon minero étaient gelés au niveau des gouvernements municipaux et régionaux pour cause d’incapacité technique à la formulation et la mise en œuvre de projets d’aménagements des territoires.

30Les gouvernements locaux basés dans la région Ancash ne dérogent guère à cette règle puisqu’en moyenne les dépenses engagées ne représentent que 63 % du montant total de leurs budgets annuels. Par exemple, le district d’Uco, non loin du site d’extraction de la compagnie Antamina, fait partie des vingt gouvernements locaux du pays qui ont le moins utilisé les fonds qui leur avaient été alloués pour l’exercice de l’année 2011. Concrètement, les dépenses effectuées par le gouvernement local du district d’Uco ne représentent que 26 % du montant total de son budget alors qu’en 2005 l’indicateur de développement humain (IDH) avait été évalué à 0,5641.

31Javier Arellano Yanguas, qui a analysé l’incidence des transferts du canon minero sur la qualité des politiques publiques mises en œuvre par les municipalités et les gouvernements régionaux, considère qu’ :

  • 8 Traduit par l’auteur.

« À l’échelle régionale, les transferts du canon minero n’ont eu aucun effet bénéfique réel dans le développement de l’économie ni dans l’amélioration des indicateurs de bien-être pour la période 2002-2008. À l’échelle locale, les municipalités qui bénéficièrent majoritairement du volume de transferts du canon minero entre 2001 et 2007 n’ont guère plus amélioré leurs indicateurs de bien être durant la période 1997-2007 que le reste des municipalités du pays »8 [Arellano Yanguas, 2011, p. 213].

La région Ancash, une illustration de pouvoirs forts mais d’un État faible

32Interpellé par la situation et pressé par la Banque mondiale, le gouvernement d’Alan Garcia sollicitait l’appui de la Société financière internationale (IFC)9 pour accompagner les gouvernements locaux dans leur gestion des subventions.

33Le 28 mars 2007, le président du Conseil des ministres (PCM), le président de la Société nationale des mines du pétrole et de l’énergie (SNMPE), le président de la Confédération nationale des institutions entrepreneuriales privées (Cniep) et le gérant général des Bureaux et services d’Amérique latine et Caraïbes de l’IFC, signaient l’accord de création du Programme national du canon minier du Pérou (Programa Canon)10.

  • 11 Confiep, IFC, PCM, SNMPE, Poniendo el Canon Minero al Servicio del Desarrollo Local – Acuerdo Inter (...)

34L’objectif du programme Canon est de : « Contribuer à un usage plus efficient des bénéfices fiscaux qui proviennent du secteur minier pour le développement local ainsi que renforcer les capacités municipales pour convertir les fonds versés dans le cadre du canon minier en investissements viables pour le développement local au sein de la juridiction municipale et la lutte contre la pauvreté »11.

35Depuis sa création le Programa Canon propose un bouquet de formations à l’attention des élus et fonctionnaires des gouvernements locaux ainsi que des guides pour formater les procédures de gestion sur des modèles formalisés et standardisés des pays de l’OCDE. L’enjeu est évidemment de première importance puisqu’il s’agit à fois de décongestionner le dispositif d’investissement à toutes les échelles du territoire mais aussi de rendre opérationnels les différents mécanismes de redistribution des revenus liés au modèle de développement extractiviste [McPhail, 2008].

36À titre d’illustration, Arellano écrit :

« Seulement en 2008, Antamina a investi 4,6 millions de dollars dans le renforcement institutionnel de cinq gouvernements municipaux – Huaraz, Huari, Huarmey, San Marcos et Chavin de Huantar » [2011, p. 216].

37Dès à présent, l’objectif pour le secteur minier est de formaliser et rendre transparent le fonctionnement de l’administration publique en s’appuyant sur les manuels de la mise en œuvre de la bonne gouvernance des institutions internationales. J’appréhende, quant à moi, le dysfonctionnement de l’administration péruvienne non comme le symptôme d’une quelconque « pathologie » du régime politique mais plutôt comme l’expression symptomatique de logiques sociales qui découlent des règles de la vie collective au Pérou [Merveille, 2013].

38Les conditions de création du ministère de l’Environnement (MinEm) sont une formidable opportunité pour éclairer ce qui se joue. La publication, le 14 mai 2008, du décret législatif n° 1013 de loi de Création, organisation et fonctions du MinEm entérinait la naissance d’un nouvel acteur dans la gestion territoriale. Un mois et douze jours plus tard, l’article 2 du décret législatif nº 1039 venait préciser et spécifier les pouvoirs et champs d’action de cette nouvelle entité. C’est ainsi que nous apprenions, le 26 juin 2008, que les évaluations d’impacts des activités extractives resteraient pilotées par le ministère des Énergies et des mines (Minem) et que le nouveau ministère aurait le droit, s’il le réclamait, de réviser l’adéquation des opérations avec la normativité du Système d’évaluation de l’impact environnemental.

39Il est aujourd’hui de notoriété publique qu’Alan Garcia ne se réjouissait pas à l’idée d’être le président qui favoriserait l’émergence d’un cadre légal de protection de l’environnement. Or, la création du MinEm était une des conditions imposées par les États-Unis pour signer le Traité de libre commerce entre les deux pays. Utiliser l’inexpérience de l’équipe du MinEm, une fois le traité signé, pour légitimer le pilotage des évaluations d’impacts environnementales par le Minem fut un coup politique très bien joué par le chantre du modèle de croissance économique basé sur l’extraction et l’exportation des ressources non renouvelables de la terre inca [Merveille et Lahmani, 2011].

40Finalement, ce stratagème éclairait ce qui se déroulait dans les coulisses de l’État : institutionnaliser l’incohérence pour la rendre systémique afin de garder le pouvoir. Le gouvernement Garcia usait d’une stratégie qui est également employée aux échelles régionale et municipale au Pérou : pouvoirs forts-État faible.

41La déferlante de chiffres économiques colportée par les entreprises d’extraction et certaines administrations publiques ne nous informe en rien sur la nature des incidences de cette vague d’investissements. Le travail de Javier Arellano Yanguas a le mérite d’insister sur les précautions à prendre lorsqu’on aborde le montant des transferts, leurs utilisations et leurs impacts réels sur les dynamiques territoriales.

42Isabelle Stengers, dans son ouvrage Penser avec Whitehead, reprend la jolie formule de celui-ci « l’erreur du concret mal placé » (misplaced concreteness) qu’elle explicite par le fait que « l’erreur est d’abord une exagération, une portée exagérée accordée à un incontestable succès » [Stengers, 2002, p. 133]. Pour ma part, je montrerai dans les prochaines lignes que c’est la potentialité des activités d’extraction comme vecteur de bien-être et de progrès qui verse dans l’exagération tandis que ses conséquences sociales sont clairement mésestimées.

Reconfiguration des dynamiques
sociales en région Ancash

43Amorçons notre exploration en découvrant la routine du personnel de l’industrie de l’extraction. En règle générale, le roulement entre les périodes d’activité et de repos s’organise de la façon suivante : 20 jours successifs œuvrés pour dix jours de congé. L’employé qui est responsable de famille profitera de ce moment pour retrouver les siens. Dans le cas inverse, la personne choisira de se reposer et de se divertir dans la ville de Huaraz. Le pouvoir d’achat de la main-d’œuvre des entreprises minières est supérieur à celui de la fonction publique ou des PME de la région. L’étude de marché sur le logement social de la ville de Huaraz, réalisée par le fond Mivivienda, fait état d’un niveau de revenu familial mensuel net qui varie entre 700 et 1 500 nuevos soles (44 %) alors que seul 4,3 % des foyers interrogés affirmaient percevoir des revenus mensuels supérieurs à 3 000 nuevos soles.

44La ville de Huaraz qui compte 119 039 habitants selon le recensement de 2007 dont 56,4 % de la population est âgée de 25 à 34 ans a vu l’apparition d’un marché sexuel concomitant à l’expansion des activités extractives et de l’industrie du tourisme. Il n’y a, à ce jour, aucune donnée fiable qui pourrait nous aider à quantifier le phénomène mais l’installation, dans les années 1990, d’un district « rose » illégal à la sortie de Huaraz, dans le bourg de Vishay, nous incline à penser que le nombre de femmes qui se prostituent s’élève à plusieurs centaines. À ce chiffre il nous faut ajouter de nombreuses adolescentes qui monnayent leurs relations dans les bars et discothèques de Huaraz pour payer leurs études et améliorer leur quotidien.

  • 12 Les grands-parents sont souvent mis dans la confidence et mentent délibérément à leurs petits-enfan (...)

45Revenons à un employé représentatif d’une compagnie minière de la région Ancash pour typiser ses pratiques nocturnes. Après une période de vingt jours passés en altitude le voilà immergé dans un terrain de jeu cathartique puisque Huaraz compte d’innombrables lieux de divertissements où l’on s’adonne à la consommation de cocaïne. Le produit, qui vient tout droit de l’Alto Huallaga, est jugé d’excellente qualité et s’achète à un prix très inférieur aux prix pratiqués en Occident [Undoc, 2011]. Le mélange alcool-cocaïne augmente in fine la quantité consommée des deux produits. Désinhibé, le comportement de l’employé favorise la rencontre avec des prostituées. Le profil type de la jeune femme qu’il rencontrera dans le bourg de Vishay est une mère-célibataire, d’origine provinciale, qui pour financer l’éducation de son ou ses enfants a choisi, souvent, de les confier à leurs grands-parents12 le temps de générer un peu d’épargne en se prostituant.

46La jeune femme paye généralement le loyer (200 dollars par mois) de la pièce où elle reçoit ses clients. Elle leur facture 10 soles pour l’acte. L’objectif fixé par le responsable de l’établissement est de 100 soles par jour. Une fois l’objectif atteint, elle peut s’enfermer pour se reposer. La majorité de ces femmes travaillent tous les jours jusqu’à souffrir d’un problème de santé qui les obligera à renoncer. En moyenne, une jeune fille, « qui a du succès », peut accueillir quotidiennement une quinzaine de clients. De temps à autre, elle recevra un employé d’une entreprise minière qui lui proposera de la « rémunérer » 50 soles pour l’acte, c’est-à-dire 5 fois plus que la tarification en vigueur, afin de s’affranchir de l’usage du préservatif. Au 30 septembre 2011, la Direction régionale de santé d’Ancash (Diresa) avait enregistré 728 personnes infectées par le VIH et 441 personnes qui avaient déclaré être atteintes du sida. Les enquêtes démontrent que dans 96 % des cas, la contraction de la maladie est la conséquence d’une relation sexuelle non protégée. Selon l’Unicef, le Pérou compte aujourd’hui plus de 75 000 personnes qui ont contracté la maladie et la tendance va à la féminisation de la maladie.

47L’ensemble de ces chiffres sont tout à fait critiquables du fait du système d’enregistrement des personnes contaminées. En effet, tous les hôpitaux ou centres de santé de la région ne renseignent pas les bases statistiques de l’administration centrale. Qui plus est, l’activité touristique liée au Parc national Huascaran et le patrimoine archéologique de la région Ancash démultiplient les risques de contamination entre la population résidente et les touristes. La base statistique du ministère du Commerce extérieur et du Tourisme (Mincetur) nous informe que les hôtels de Huaraz ont logé 76 362 touristes nationaux et internationaux pour l’exercice 2011. Sans pour autant céder à l’alarmisme, nous souhaitons attirer l’attention sur les relations qui existent entre les personnes non-résidentes et l’industrie du sexe et de la drogue. Une proportion non négligeable de visiteurs s’adonne à des pratiques illicites, participant de ce fait, à l’essor économique de ce secteur. Le voyageur, quel qu’il soit, pourra contracter ou transmettre le VIH à Huaraz sans que cela soit enregistré ou consigné par les administrations.

48Le monde de la paysannerie, loin d’être spectateur, s’initie à de nouvelles pratiques dans l’habitat urbain. Nombreuses sont les communautés paysannes qui ont créé leurs associations de porteurs et guides afin de prêter leurs services aux touristes. Les organisations à finalité non lucratives environnementalistes ont vu dans l’activité touristique un nouveau levier d’amélioration des conditions de vie des campesinos d’Ancash. Elles précipitent, chaque fois plus, la petite paysannerie dans la logique mercantile sans pour autant l’assurer de maîtriser les évolutions de ce marché. Le père de famille qui aspire à un meilleur dessein pour sa filiation la pousse à étudier et cherche à l’installer dans la ville. Rapidement, les jeunes hommes et femmes de la campagne s’affranchissent des règles et des codes de leur collectivité pour adopter les manières de faire des gens de la ville. Les premiers clients des maisons closes de Vishay sont désormais les jeunes hommes issus des communautés paysannes implantées dans la périphérie de Huaraz :

  • 13 Entretien réalisé avec une jeune femme qui se prostitue dans un bordel de Vishay, septembre 2005.

« Moi, je travaille essentiellement avec des adolescents des communautés. Au fil des années ils sont de plus en plus jeunes, pressés par leurs aînés pour se dépuceler. Le problème, c’est qu’ils ne veulent pas utiliser de préservatif »13.

  • 14 Les adolescents sont dès à présent identifiés comme la population la plus vulnérable.

49L’étude épidémiologique des patients diagnostiqués séropositifs pour le VIH nous enseigne que les malades sont généralement des hommes d’une trentaine d’années qui vivent à Lima ou dans les villes moyennes du littoral. Cependant, le profil des patients dans la sierra et la selva péruvienne tend à se diversifier14 et les campagnes de dépistage découvrent chaque année de nouveaux porteurs du VIH dans des zones jugées, jusqu’alors, peu vulnérables parce que difficiles d’accès ou isolées.

  • 15 Dans la région Ancash, 282 malades bénéficient du programme national de traitement contre le VIH et (...)

50Dans la région Ancash, en 2011, 13 personnes abandonnaient le traitement15 contre la maladie pour des raisons domestiques (éloignement des centres de soins, complication familiale, migration) et depuis le premier cas de VIH dépisté à Huaraz en 1988, 48 personnes sont décédées des suites de la maladie.

51Ces dix dernières années, l’office des Nations unies contre la drogue et le crime (Undoc) a constaté une extension constante (de 4 à 5 % par an) des cultures de coca [Labrousse et al., 2008]. En 2010, l’organisation estimait cette superficie à 61 200 ha :

« Jusqu’en 2000, le rendement moyen annuel d’un hectare de coca était d’une tonne de feuilles sèches. À partir de l’année 2004, ce rendement est passé à 2,2 tonnes pour atteindre ces dernières années plus de 2,5 tonnes par hectare. C’est-à-dire que l’augmentation de la surface agricole de la coca (41 % pour la décennie) s’est accompagnée d’un accroissement du rendement unitaire de 150 %. Ce gain de productivité a généré un impact direct sur le volume de production de cocaïne » [Undoc, p. 11].

52Les économistes Peter Pedroni et Concepción Verdugo Yepes [2011] se sont essayés à caractériser les relations entre la production illicite de coca et l’activité économique licite au Pérou. Dans les années 1990, plusieurs chercheurs [Shams 1992 ; Thobani ; Alvarez 1995] avaient déjà apprécié que le Pérou bénéficiât des revenus de l’exportation de la cocaïne à hauteur de 550 millions de dollars US (chiffre de Thobani) et 1 milliard 600 millions de dollars US (chiffre d’Alvarez), c’est-à-dire entre 23 et 40 % des exportations légales de l’époque. Ces estimations, qui variaient du simple au double, soulignaient, plus que tout, l’absence de fiabilité des données existantes. La tâche de Pedroni et Verdugo a été compliquée par le même type d’obstacle. Toutefois, les deux auteurs, qui sont convaincus de la contamination du licite par l’illicite, invitent les autorités publiques à enquêter sur les intrications du légal et de l’illégal pour, a posteriori, mieux appréhender les leviers ou au contraire les freins qui participent, ou contrarient, le dynamisme économique des territoires [Valencia et al., 2003].

53Au plan national, l’Institution de supervision et contrôle des activités extractives (Osinergmin) collabore étroitement avec les équipes de l’anti-drogue péruvien (Dirando) afin de tracer l’origine des investissements. Le 13 janvier 2012 à Huaraz, le conseiller régional d’Ancash Jesús Rodríguez Fuentes s’adressait dans son discours au président du Conseil régional pour le sensibiliser à l’émergence du problème de l’extraction minière illégale financée par les activités du narcotrafic. Les services du ministère de l’Énergie et des mines ont recensé 15 000 personnes travaillant de façon informelle et illégale à l’extraction de l’or du sous-sol de la Cordillère noire du Callejon de Huaylas. C’est huit fois plus que le nombre d’employés de l’entreprise Antamina après l’extension de son site d’extraction en 2010.

  • 16 10e Symposium de l’or, 14-15-16 mai 2012, Lima.
  • 17 L’exportation d’or illégale représenterait pour l’année 2012 : 1,8 milliard de dollars US.
  • 18 La somme annoncée ne prend pas en compte la production informelle de Madre de dios qui est la plus (...)

54Lors du 10e Symposium de l’or16, Elmer Cuba, directeur du cabinet d’audit Macroconsult, a annoncé que 22 % de la production17 de l’or au Pérou est illégale et ampute le budget de l’État de plus de 350 millions de dollars US de recette fiscale18. Plus de 100 000 personnes seraient directement insérées dans cette activité informelle et 400 000 de manière indirecte, ce qui motive Elmer Cuba à considérer que le secteur minier illégal est désormais plus important en volume financier que le narcotrafic.

L’enjeu de la production et la gestion des connaissances

55Les phénomènes et situations que j’ai décrits précédemment sont le produit d’une méconnaissance totale et d’une incompréhension certaine des dynamiques sociales par la jeune technocratie de l’administration publique péruvienne. Si, bien souvent, les critiques de la société civile se focalisent sur la conception des projets d’aménagement, je considère, pour ma part, que le monde universitaire péruvien a également une grande part de responsabilité dans ce fiasco social [Merveille, 2013b].

56De fait, l’investissement dans la pratique de la recherche ainsi que dans la production de nouvelles connaissances scientifiques est quasiment nul depuis la fin des années 1980. Les analystes des politiques publiques notent, d’ailleurs, qu’elles ne s’adossent pratiquement plus à des études scientifiques rigoureuses mais répondent souvent à des logiques clientélistes :

« Il n’est pas besoin de chiffres pour exercer un pouvoir autoritaire, gouverner en autocrate, instaurer le despotisme ou un régime totalitaire. On pourrait même dire que la quantification en est un antidote. Ce sur quoi je veux insister, c’est que la numérisation du politique conduit insidieusement à rendre légitime l’idée selon laquelle une décision prise au nom du bien commun, peut, pour assurer son efficacité et sans porter atteinte aux droits des citoyens, se passer de procédure de délibération » [Ogien, 2013, p. 59].

  • 19 Ministère de l’Énergie et des Mines du Pérou.
  • 20 Le libre blanc des hydrocarbures signale que dans le cadre des modifications du Règlement pour la P (...)

57Ce qui ressort de ces faits, c’est que toutes les conditions ont été réunies pour marginaliser des sujets déjà vulnérabilisés par le contexte sociopolitique contemporain du Pérou. Les propos du 6 mars 2014 du ministre Eleodoro Mayorga19, lors de la présentation du « Livre blanc des hydrocarbures »20 à la Société péruvienne des hydrocarbures, ont confirmé la politique d’accaparement de l’ensemble des espaces et des ressources du territoire national afin de les valoriser sur des marchés internationaux.

58La raison invoquée par le ministre est d’assouplir les procédures juridiques afin de faciliter l’obtention des permis d’extraction. Si cela se concrétisait, ce serait une remise en cause des efforts qui ont été menés depuis 2008 pour formuler la nouvelle normativité du Système national d’évaluation d’impact environnemental, une fragilisation supplémentaire du précaire ministère de l’Environnement.

59La seconde étape sera, sans nul doute, la remise en cause de la Ley de Consulta qui a été ratifiée par le premier gouvernement d’Ollanta Humala. Vécue comme un obstacle majeur par les organisations privées à finalité lucrative, elle est également perçue comme un véritable « bug » par les fonctionnaires des ministères des Finances, de l’Énergie et des Mines et de l’Intérieur. À l’instar de la normativité environnementale, on assistera vraisemblablement dans ces prochaines années à la modification des textes de loi qui permettaient aux populations autochtones d’émettre un point de vue sur leur devenir.

Haut de page

Bibliographie

Allen Peter, Engelen Guy, Sanglier Michèle, « L’évolution des collectivités humaines », in Jean-Pierre Brans, Isabelle Stengers et Philippe Vincke (dir.), Temps et devenir, Genève, Éditions Patiño, 1988.

André Pierre, Delisle Claude-E, Revéret Jean-Pierre, L’évaluation des impacts sur l’environnement : processus, acteurs et pratique pour un développement durable, Montréal, Presses internationales Polytechnique, 3e édition 2010.

Arellano Yanguas Javier, ¿Minería sin fronteras?: conflicto y desarrollo en regiones mineras del Perú, Lima, IEP, PUCP, UARM, 2011.

Bell Simon, Morse Stephen, Sustainability indicators, measuring the immeasurable?, Londres, Earthscan, 1999.

Berthoz Alain, La simplexité, Paris, Éditions Odile Jacob, 2009.

Compañía Minera Antamina, Plan de Cierre de la Mina Antamina, 2006.

Compañía Minera Antamina, Reporte de Sostenibilidad 2003, édité par la Gérance de communication corporative, 2004.

Deleuze Gilles, Foucault, historien du présent, extrait de l’intervention au colloque « Michel Foucault, philosophe », Magazine littéraire 257, septembre 1988.

Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

Echave de J., Diez A., Huber L., Revesz B., Lanata X.R., Tanaka M., Minería y Conflicto Social, Lima, IEP, CIPCA, CBC, CIES, 2009.

Labrousse Alain, Figueira Daurius et Cruse Romain, « Évolutions récentes de la géopolitique de la cocaïne », L’Espace politique [En ligne], 4 | 2008-1, mis en ligne le 11 mai 2009, Consulté le 17 mai 2012. URL : http://espacepolitique.revues.org/index691.html

McPhail Kathryn, Sustainable development in the mining and minerals sector: the case for partnership at local, national and global levels, Londres, ICMM, 2008.

Merveille Nicolas, « La relation au temps chez Jacques Weber », in Meriem Bouamrane et al. (dir.), Rendre possible, Jacques Weber, itinéraire d’un économiste passe-frontières, Paris, Quae éditions, 2013(a).

Merveille Nicolas, « La nature sur mesure », Revue du MAUSS – Que donne la nature ? L’écologie par le don, n° 42, La Découverte, p. 191 – 201, 2013(b).

Merveille Nicolas, « Déferlante d’enclosures au Pérou : une nouvelle vague d’altération du lien social et des rapports Nature-Cultures », Droit et cultures, 2011, n° 62, p. 177-193.

Merveille Nicolas, « Logique procédurale et dispositifs de mesure. Ethnographie d’une ONG de conservation et développement au Pérou », thèse de doctorat d’anthropologie sociale, EHESS-LAS, 2010.

Merveille Nicolas, Lahmani Jacqueline (dir.), « L’homogène et le pluriel », Droit et Cultures, 2011, n° 62.

Miyashiro Luis, Mazuelos Gisella, Vega Rosario et Yaipen Yulliana, Estudio De Mercado De La Vivienda Social En La Ciudad De Huaraz, Fondo Mivivienda S. A. Lima, Agosto 2009.

Ogien Albert, Désacraliser le chiffre dans l’évaluation du secteur public, Paris, éditions Quae, 2013.

Pedroni Peter, Verdugo Yepes C., The Relationship between Illicit Coca Production and Formal Economic Activity in Peru, IMF, Working paper 11/182, 2011.

Saint-Sernin Bertrand, Whitehead, un univers en essai, Paris, Vrin. 2000

Stengers Isabelle, Penser avec Whitehead. Une libre et sauvage création de concepts, Paris, éditions du Seuil. 2002.

Tarde, Gabriel, L’opposition universelle. Essai d’une théorie des contraires, Paris, Institut Synthélabo, coll. « Les empêcheurs de penser en rond », 1999.

UNDOC, Peru Monitoreo de cultivos de coca 2010, UNDOC, Devida, 2011. http://www.unodc.org/unodc/en/crop-monitoring/index.html

Valencia Franco, Rios J., Tourrand Jean-François et Piketty Marie Gabrielle, « Coca et violence : le témoignage du Alto Huallaga au Pérou », Autrepart 2/2003 (n° 26), p. 157-171, 2003. www.cairn.info/revue-autrepart-2003-2-page-157.htm

Haut de page

Notes

1 Consulter en particulier les excellents travaux d’Isabelle Stengers, Albert Ogien et Alain Desrosières.

2 L’étude des modalités et procédures d’appropriation (de l’espace, du temps, des signes, des imaginaires, des ressources, du pouvoir) tout comme la gestion à leur accès, la définition de leurs usages et la régulation de leur acquisition est la condition sine qua non pour saisir le social. C’est en décrivant comment les agents procèdent pour s’arroger puis en identifiant ce qu’ils cherchent à acquérir que l’on pourra lancer une analyse sérieuse des dynamiques des territoires.

3 Le terme devenir est ici utilisé au sens deleuzien : « Dans tout dispositif, il faut distinguer ce que nous sommes (ce que nous ne sommes déjà plus), et ce que nous sommes en train de devenir : la part de l’histoire, et la part de l’actuel. L’histoire, c’est l’archive, le dessin de ce que nous sommes et cessons d’être, tandis que l’actuel est l’ébauche de ce que nous devenons » [Deleuze, 1989], Foucault, historien du présent, extrait de l’intervention au colloque « Michel Foucault, philosophe », 1988.

4 Doris Walter, Thierry Lefebvre.

5 Gabriel Tarde écrit : « De fait, la notion du développement est liée à celle de la quantité » [Tarde, 1999, p. 84].

6 Compañía Minera Antamina S.A., Modificación del Estudio de Impacto Ambiental del proyecto Minero Antamina por Incremento de Reservas y Optimización del Plan de Minado, 25 de junio del 2010, Ministerio de Energia y Minas. http://intranet2.minem.gob.pe/web/archivos/dgaam/inicio/resumen/RE_2007217.PDF

7 CAD, Ejecución Presupuestal de los Gobiernos Locales 2011, BoletínCAD, nº136-18 de enero-2012. http://www.ciudadanosaldia.org/boletines/repositorio/b136/BoletinCAD_136_Ejecuci%C3%B3n_Gobiernos_Locales.pdf

8 Traduit par l’auteur.

9 Consulter le site web : http://www.ifc.org/french

10 http://www.programacanon.org.pe/

11 Confiep, IFC, PCM, SNMPE, Poniendo el Canon Minero al Servicio del Desarrollo Local – Acuerdo Interinstitucional para el Programa Nacional del Canon Minero en el Perú-. PCM, 2007. http://sd.pcm.gob.pe/contenido/631/CONVENIO%20Canon%20Minero.pdf

12 Les grands-parents sont souvent mis dans la confidence et mentent délibérément à leurs petits-enfants.

13 Entretien réalisé avec une jeune femme qui se prostitue dans un bordel de Vishay, septembre 2005.

14 Les adolescents sont dès à présent identifiés comme la population la plus vulnérable.

15 Dans la région Ancash, 282 malades bénéficient du programme national de traitement contre le VIH et 218 autres personnes sont également prises en charge par des organismes privés.

16 10e Symposium de l’or, 14-15-16 mai 2012, Lima.

17 L’exportation d’or illégale représenterait pour l’année 2012 : 1,8 milliard de dollars US.

18 La somme annoncée ne prend pas en compte la production informelle de Madre de dios qui est la plus importante du pays.

19 Ministère de l’Énergie et des Mines du Pérou.

20 Le libre blanc des hydrocarbures signale que dans le cadre des modifications du Règlement pour la Protection de l’Environnement (en cours d’élaboration), il se discutait la possibilité de supprimer « les études d’impacts environnementales pour les activités sismiques ». Une initiative jugée intéressante par le ministère de l’Énergie et des Mines qui a été mentionnée dans sa note de presse no 451-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Merveille, « Apprécier les impacts sociaux des activités minières au Pérou :
une étude de cas à l’échelle de la région Ancash
 », Cahiers des Amériques latines, 76 | 2014, 53-69.

Référence électronique

Nicolas Merveille, « Apprécier les impacts sociaux des activités minières au Pérou :
une étude de cas à l’échelle de la région Ancash
 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/3268 ; DOI : 10.4000/cal.3268

Haut de page

Auteur

Nicolas Merveille

Université Antonio Ruiz de Montoya (Uarm) à Lima.

Nicolas Merveille est docteur en anthropologie sociale de l’École des hautes études en sciences sociales. Titulaire d’un master spécialisé en Ingénierie et gestion de l’environnement de l’École nationale supérieure des mines de Paris. Nicolas Merveille réside au Pérou depuis février 2003 et a intégré l’équipe de l’université Antonio Ruiz de Montoya en mars 2010 en qualité de conseiller de la direction de recherche et incidence. Il est chercheur associé au Centre d’anthropologie sociale du Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (Lisst).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org