Navigation – Plan du site
Lectures

Mark Schuller, Pablo Morales (éd.) Tectonic Shifts. Haïti since the earthquake, Sterling, Kumarian Press, 2012, 288 p.

Sandrine Revet
p. 209-214

Texte intégral

1Mark Schuller est professeur d’anthropologie à la Northern Illinois University et est associé à la faculté d’ethnologie de l’Université d’État d’Haïti. Spécialiste des ONG, il travaille depuis de longues années en Haïti où il est également militant dans plusieurs organisations de base. Pablo Morales, quant à lui, est l’un des éditeurs et des auteurs du NACLA (North American Congress on Latin America) Report. Comme les deux éditeurs de ce volume l’indiquent dans leur introduction, la production, à la fois scientifique et littéraire, sur le tremblement de terre qui a touché Port-au-Prince le 12 janvier 2010 est impressionnante. Il est par conséquent difficile pour un lecteur non averti de s’y retrouver, entre travaux académiques, écrits journalistiques, récits de survivants, textes de blogs et œuvres littéraires. Plus que tout autre, cet ouvrage collectif doit être lu en le resituant dans son contexte de production. Une partie des textes rassemblés dans l’ouvrage sont issus d’un rapport publié par le NACLA en juillet 20101, soit quelques mois après la catastrophe, auxquels les éditeurs ont ajouté une sélection d’autres textes –rapports, articles de presse, articles scientifiques– produits dans l’année et demie qui a suivi l’événement et souvent déjà publiés. L’objectif de l’ouvrage apparaît clairement dans la conclusion : il s’agit de contribuer à produire « un autre récit » sur Haïti et de changer la façon dont journalistes, étudiants, analystes et politiciens parlent de ce pays. Le résultat est un volume de 47 textes produits par 59 auteurs, mélange d’articles de recherche, de rapports, de réflexions ou de productions militantes. Pour autant, la plupart des auteurs, quelle que soit l’hétérogénéité de leurs statuts –et de leurs points de vue– partagent une connaissance de longue date du pays, ce qui rend leur analyse, même produite à chaud, tout à fait pertinente et intéressante.

  • 2 « Peru's Five Hundred Year Earthquake: Vulnerability in Historical Context », in Ann Varley (éd.), (...)
  • 3 Ben Wisner, Piers Blaikie, Terry, Cannon, Ian Davis, At Risk. Natural hazards, people’s vulnerabili (...)
  • 4 Naomi Klein, The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism, New York, Metropolitan Books, 200 (...)
  • 5 Nandini Gunewardena, Mark Schuller (éd.), Capitalizing on Catastrophe: Neoliberal Strategies in Dis (...)
  • 6 Voir Isabeau Doucet et Isabel MacDonald, Building illusions. A case study of Bill Clinton’s Photo-O (...)
  • 7 Haiti Grassroots Watch, « Cash for What? », p. 83 et suiv.

2Il est impossible de rendre compte ici de la teneur d’un aussi grand nombre d’articles si bien que nous nous contenterons d’en retracer les grandes lignes à partir de l’organisation du volume choisie par les éditeurs. L’ouvrage s’articule en trois parties. La première partie s’intéresse aux « structures géopolitiques » et présente à la fois l’histoire de la construction de la catastrophe et les enjeux politiques et économiques qui accompagnent l’après-catastrophe. On soulignera notamment l’article de l’anthropologue Anthony Oliver-Smith qui propose une analyse de la construction de la vulnérabilité d’Haïti sur 500 ans –en un clin d’œil à l’un de ses articles célèbres sur la production historique de la vulnérabilité du Pérou2. Cette partie, qui revient sur l’histoire du pays, de ses catastrophes et de ses relations de long terme et complexes avec les États-Unis notamment, ainsi qu’avec les acteurs de l’assistance internationale, permet de comprendre ce que les sciences sociales critiques ont désigné comme les « causes profondes » (root causes) des catastrophes3. Dans le cas d’Haïti, ces causes sont nombreuses : dette, domination étrangère, esclavage, embargo, dictatures, exode rural massif, codes de construction inexistants, etc. Il est également question dans cette partie d’une appellation devenue désormais fréquente pour désigner Haïti : « la République des ONG » dont les racines sont à chercher, bien avant le séisme, dans les politiques néolibérales ayant consisté à miner et à affaiblir l’État haïtien, offrant aux ONG étrangères des domaines entiers sur lesquels leurs « compétences » pouvaient s’appliquer. On y trouvera des articles très critiques de ce que certains auteurs désignent comme « le système ONG » (ainsi Janil Lwijis « NGO’s : What Governement Are You? » dont l’auteur a été assassiné quelques heures avant le séisme). Cette partie aborde finalement ce que la journaliste et militante altermondialiste canadienne Naomi Klein a désigné comme le « disaster capitalism »4 et dont Mark Schuller avait déjà repris dans des travaux précédents la réflexion5. Il s’agit ici d’analyser comment la catastrophe est l’occasion de développer les intérêts de nombreux acteurs privés, voire de mettre en place des rÉformes politiques radicales permettant le développement des entreprises privées. L’ouvrage s’intéresse en particulier aux multiples connections mises en place par Bill Clinton à travers ses nombreuses responsabilités en Haïti. Le cas de mobil homes promus par la Fondation Bill Clinton pour remplacer les salles de classe qui se sont avérés dangereux pour les enfants est édifiant6, de même que l’analyse des programmes « cash for work » dans le pays après le séisme7.

  • 8 Unstable Foundations, p. 119 et suiv.
  • 9 Kimberlé Crenshaw, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse à la temporalité de l’après-catastrophe en plaçant la focale sur les personnes affectées et, notamment, sur le phénomène du déplacement. Le premier chapitre de cette partie revient sur l’histoire sociale d’Haïti et de la construction des inégalités en retraçant les modalités historiques d’exclusion de certaines catégories –notamment rurales– de la population. Le suivant tente de rendre compte de la vie dans les camps, montrant que ce mode de vie sous tentes, puis dans les abris « temporaires » installés après la catastrophe, est en fait devenu une réalité durable pour les populations les plus vulnérables. Les articles réunis ici, compilant à la fois des récits d’habitants et de collectifs d’associations locales et une recherche menée par Mark Schuller et ses étudiants durant l’été 2010 dans 100 camps de la capitale8, insistent sur les conditions de vie déplorables dans les camps. Aux camps succèdent, dans l’histoire de la catastrophe haïtienne comme dans de nombreuses catastrophes de par le monde, les évictions. En effet, après les premières semaines ou mois durant lesquels la solidarité semble s’imposer, les propriétaires des terrains sur lesquels les camps ont été installés (propriétaires privés, municipalités et l’État lui-même) commencent à réclamer de les récupérer. La question du droit au logement est alors posée (chapitre 7). C’est ensuite la thématique de la participation des femmes qui est abordée dans le chapitre 8, à partir d’une analyse basée sur les études des black feminists et le concept d’ « intersectionnalité »9 c’est-à-dire le croisement de plusieurs formes de discrimination (de race, de classe, de genre, d’âge, etc.). Les textes réunis dans ce chapitre montrent à la fois que la situation des femmes a été fortement affectée par le séisme de 2010 et que celles-ci étaient, par l’existence de clivages antérieurs, plus vulnérables aux impacts de la catastrophe. Les textes témoignent de l’importance de la violence sexuelle qui s’est développée à la suite du séisme, notamment à cause de la promiscuité et des conditions de vie déplorables dans les camps.

  • 10 Renaud Piarroux, Robert Barrais, Benoît Faucher, Rachel Haus, Martine Piarroux, Jean Gaudart, Roc M (...)

4C’est encore de droits et d’inégalités que traite le chapitre 9, mais en se déplaçant cette fois l’attention vers l’épineuse question de la santé publique et plus spécifiquement de l’épidémie de choléra qui a sévi dans le pays à partir de fin 2010. Un des mérites de cette partie est de publier un article de l’équipe internationale d’épidémiologistes menée par le docteur Renaud Piarroux, qui a montré que les responsables de la diffusion de l’épidémie en Haïti étaient bien les troupes de la force d’intervention de l’Onu (MINUSTAH) installées dans le camp de Mirabelais qui déversaient leurs eaux usées directement dans la rivière10. On trouve également dans cette partie une analyse des réponses à cette épidémie, ainsi que des dysfonctionnements dans l’accès à l’eau.

  • 11 Martelly’s Election: Shades of Populism and Authoritarian Rules, p. 204 et suiv.
  • 12 Sur ce sujet, on peut se reporter à la thèse d’anthropologie de Gianna Salome, Catastrofe ed emerge (...)

5Finalement, la troisième partie de l’ouvrage intitulée « Emerging Movements » aborde les aspects politiques de la catastrophe. Dans la première sous partie (« La politique d’en haut »), plusieurs textes s’intéressent aux enjeux du processus électoral organisé avec l’aide –voire sous la pression– de la communauté internationale entre novembre 2010 et avril 2011. On y dénonce les irrégularités évidentes du processus, les manipulations mises en place pour évincer le parti Fanmi Lavalas de l’ex-président Aristide, le plus populaire en Haïti, et l’élection finale du président Martelly, chanteur populaire à succès dont Patrick Sylvain dénonce « les limitations intellectuelles » (p. 206) dans un texte à l’analyse aiguisée11. La deuxième sous-partie (« La politique d’en bas ») rend compte de la façon dont les habitants et les mouvements de base ont émergé suite à la catastrophe. Les auteurs soulignent un fait que les sciences sociales ont inlassablement montré en étudiant les catastrophes, à savoir que ce sont les habitants eux-mêmes qui sont toujours les premiers à montrer leur capacité d’organisation et leur solidarité et non pas les acteurs des secours –souvent les seuls à être médiatisés. Les quatre articles insistent sur les problématiques de la reconstruction, du rôle des femmes et des relations de genre, ainsi que sur la question aiguë du logement12. Bien que ces articles permettent de rendre compte de plusieurs initiatives et dynamiques qui ont émergé après le séisme, on regrettera trois choses : leur place si tardive dans l’ouvrage, le fait qu’ils ne représentent que 20 pages environ de tout le livre, et leur difficulté à dépasser un cadrage qui insiste encore sur la responsabilité des acteurs internationaux, ainsi que sur celle des grandes forces historiques et structurelles, et non sur une analyse en profondeur des alternatives haïtiennes proposées. Enfin, deux textes concluent l’ouvrage : le premier de l’anthropologue Gina Athena Ulysse qui revient sur la nécessité pressante de créer de nouveaux récits pour remplacer le récit dominant qui fait d’Haïti un lieu sauvage et dangereux ; le second de l’économiste Fritz Deshommes qui montre que parler aujourd’hui de « refondation » d’Haïti revient à oublier que, depuis la chute de la dictature de Duvalier en 1986, la refondation a été entamée par une multitude d’acteurs sociaux et que ce processus a rencontré de multiples obstacles qu’il analyse en détail.

6Pour conclure, il est important d’inviter les chercheurs et les étudiants qui travaillent sur Haïti à lire cet ensemble d’articles qui, malgré des imperfections compréhensibles lorsque l’on rassemble autant d’auteurs, de perspectives et de formats dans un même ouvrage, permet de soulever un nombre impressionnant de questions, de renvoyer à une littérature foisonnante, souvent haïtienne, et de sortir par conséquent de la vision trop souvent véhiculée sur ce pays d’une exception sauvage. Comme le signale Yolette Étienne dans l’ouvrage, « Haïti n’est pas une exception, mais un exemple parfait » (p. 29). Il est donc urgent d’apprendre à comprendre ce « cas d’école » trop souvent et trop rapidement relégué aux derniers rangs des classements internationaux.

Haut de page

Notes

1 https://nacla.org/edition/6630

2 « Peru's Five Hundred Year Earthquake: Vulnerability in Historical Context », in Ann Varley (éd.), Disasters, Development and Environment, Wiley, Chichester, 1994, p. 31-48.

3 Ben Wisner, Piers Blaikie, Terry, Cannon, Ian Davis, At Risk. Natural hazards, people’s vulnerability and disasters, Routledge, New York, 2e éd., 2004.

4 Naomi Klein, The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism, New York, Metropolitan Books, 2007.

5 Nandini Gunewardena, Mark Schuller (éd.), Capitalizing on Catastrophe: Neoliberal Strategies in Disaster Reconstruction. Lanham, Alta Mira Press, 2008.

6 Voir Isabeau Doucet et Isabel MacDonald, Building illusions. A case study of Bill Clinton’s Photo-Op Philanthropy, p. 79 et suiv.

7 Haiti Grassroots Watch, « Cash for What? », p. 83 et suiv.

8 Unstable Foundations, p. 119 et suiv.

9 Kimberlé Crenshaw, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum, 1989, p. 139-167.

10 Renaud Piarroux, Robert Barrais, Benoît Faucher, Rachel Haus, Martine Piarroux, Jean Gaudart, Roc Magloire, Didier Raoult, « Understanding the cholera epidemic in Haiti », Emerging infectious diseases, 17(7), p. 1 161-1 168.

11 Martelly’s Election: Shades of Populism and Authoritarian Rules, p. 204 et suiv.

12 Sur ce sujet, on peut se reporter à la thèse d’anthropologie de Gianna Salome, Catastrofe ed emergenza abitativa: un’etnografia del post-disastro a Port-au-Prince (Haiti), Université de Messine, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Revet, « Mark Schuller, Pablo Morales (éd.) Tectonic Shifts. Haïti since the earthquake, Sterling, Kumarian Press, 2012, 288 p. », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 209-214.

Référence électronique

Sandrine Revet, « Mark Schuller, Pablo Morales (éd.) Tectonic Shifts. Haïti since the earthquake, Sterling, Kumarian Press, 2012, 288 p. », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/3225

Haut de page

Auteur

Sandrine Revet

(Sciences Po / CERI)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org