Navigation – Plan du site
Lectures

Cândido Moreira Rodrigues, Jefferson Rodrigues Barbosa (dir.), Intelectuais & Comunismo no Brasil: 1920–1950, Cuiabá, Editora da Universidade Federal de Mato Grosso, 2011, 154 p.

Ângela Meirelles de Oliveira
p. 203-205

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif se présente sous la forme de cinq articles consacrés à des intellectuels brésiliens représentatifs de traditions politiques antagoniques –Gustavo Barroso, Plínio Salgado, Alceu Amoroso Lima, Jorge Amado et Miguel Costa, depuis l’extrême-droite jusqu’à l’extrême-gauche du spectre politique brésilien– et ayant chacun tenté de construire une position hégémonique entre les années 1920 et 1950. Il propose d’appréhender leur rôle dans l’action politique de la période à partir d’une étude de leur relation avec le communisme. Bien que souvent plaquées sur les analyses développées par chaque auteur, les principales références théoriques mobilisées (Antonio Gramsci, Jean-François Sirinelli, Pierre Bourdieu) inscrivent toutefois ce volume dans le champ de l’histoire intellectuelle plus que dans celui de l’histoire politique. Malgré les nombreuses fautes d’impression et l’absence manifeste de toute révision orthographique, il constitue une contribution intéressante à l’histoire de la pensée autoritaire au Brésil dans la mesure où, à l’exception notable de Jorge Amado, tous les personnages considérés ont été anticommunistes et ont déduit de cette position une partie importante de leurs engagements.

2Les deux premiers textes sont consacrés à Gustavo Barroso et Plínio Salgado, figures majeures de l’extrême-droite brésilienne et membres éminents de l’Ação Integralista Brasileira (AIB) –organisation de type fasciste née en 1932. Selon Carlos Gustavo Nóbrega de Jesus, professeur à l’Universidade Federal do Mato Grosso (UFMT) qui étudie la pensée de Barroso dans le premier chapitre, l’anticommunisme de ce dernier –traducteur de Protocole des Sages de Sion en portugais– aurait d’abord été une façon indirecte de véhiculer ses idées antisémites qui ne bénéficiaient pas d’une bonne réception au sein de l’AIB. De son côté, Jefferson Rodrigues Barbosa, professeur de l’Universidade de Londrina (UEL), consacre son article (chapitre 2) à l’œuvre de Plínio Salgado, fondateur et leader de l’AIB. Fondé sur une bonne connaissance historiographique et sur des sources originales issues de la presse integralista, l’auteur propose une réflexion stimulante sur les relations entre Salgado et le gouvernement de Getúlio Vargas et insiste notamment sur le soutien que le mouvement intégraliste a apporté la cristallisation de l’anticommunisme qui précéda le coup d’État de 1937. Bien que la nature de l’anticommunisme de Salgado n’occupe finalement qu’une petite partie de l’article, celui-ci n’en apporte pas moins des éléments importants sur l’articulation entre l’autoritarisme brésilien des années 1930, le nationalisme et le catholicisme. Lus ensemble, ces deux textes ont également le mérite de mettre le doigt sur une question rarement abordée par les spécialistes : celle des divergences politiques et des disputes pour l’hégémonie qui caractérisèrent l’histoire de l’AIB dans les années 1930.

  • 1 Sur ce point, voir Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, (...)

3Sous la plume de Cândido Moreira Rodrigues (UFMT), le troisième chapitre est consacré à l’un des intellectuels les plus connus de la droite catholique brésilienne au xxe siècle : Alceu Amoroso Lima. En quête de ses filiations théoriques, Moreira Rodrigues insiste sur l’impact de la philosophie spiritualiste d’Henri Bergson et, surtout, de la pensée néo-thomiste du philosophe français Jacques Maritain. L’article propose une synthèse du parcours politique d’Alceu, proche de la droite integralista au début des années 1930 puis converti à une défense radicale de la démocratie une décennie plus tard selon une inflexion comparable à celle de Maritain. L’auteur affirme que la lecture de Christianisme et Démocratie, paru en 1943, aurait constitué un point d’inflexion fondamental dans le cheminement politique d’Amoroso Lima, mais ne le démontre pas clairement dans l’espace restreint de cet article1.

4Dans le quatrième chapitre, Edvaldo Correa Sotana, professeur de l’Universidade Federal do Mato Grosso do Sul, retrace la trajectoire politique de Jorge Amado. L’auteur insiste sur les formes du militantisme de l’écrivain bahianais au sein du Partido Comunista Brasileiro (PCB) et évoque rapidement ses relations avec le réalisme socialiste. Le plus grand intérêt de cet article réside dans l’analyse de la réception du livre O Mundo da Paz, publié par Amado en 1951 : dans le double contexte de la démocratisation politique du Brésil après la dictature de l’Estado Novo (1937-1945) et de la Guerre froide battant son plein, cette défense du modèle soviétique et du stalinisme crée la polémique, vaut à l’auteur –qui vit alors en Europe– de multiples condamnations et démontre la persistance d’institutions et de pratiques autoritaires au Brésil à l’aube des années 1950.

5Rédigé par Paulo Ribeiro da Cunha, professeur à l’Universidade Estadual Paulista, le dernier chapitre de l’ouvrage contraste avec ceux qui précèdent. S’il a le mérite de mieux donner à connaître la trajectoire de Miguel Costa (1885-1959) –militaire protagoniste de plusieurs épisodes de la vie politique brésilienne comme la Révolution constitutionnaliste de 1932, mais souvent éclipsé dans l’historiographie par le personnage de Luiz Carlos Prestes avec lequel il a participé à la fameuse marche connue sous le nom de Coluna Prestes–, cet article ne s’en inscrit pas moins dans la perspective d’une histoire militaire qui contraste avec le reste du volume et ne s’appuie pas assez sur des sources pour emporter la conviction.

6Plus généralement, cet ouvrage collectif souffre d’une faible articulation entre les différents chapitres et laisse le lecteur sur sa faim bien que l’attention portée aux acteurs, à la biographie, aux trajectoires personnelles constitue assurément un enjeu majeur de l’écriture de l’histoire contemporaine de l’Amérique latine.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, voir Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ângela Meirelles de Oliveira, « Cândido Moreira Rodrigues, Jefferson Rodrigues Barbosa (dir.), Intelectuais & Comunismo no Brasil: 1920–1950, Cuiabá, Editora da Universidade Federal de Mato Grosso, 2011, 154 p. », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 203-205.

Référence électronique

Ângela Meirelles de Oliveira, « Cândido Moreira Rodrigues, Jefferson Rodrigues Barbosa (dir.), Intelectuais & Comunismo no Brasil: 1920–1950, Cuiabá, Editora da Universidade Federal de Mato Grosso, 2011, 154 p. », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://cal.revues.org/3222

Haut de page

Auteur

Ângela Meirelles de Oliveira

(Universidade de São Paulo)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org