Navigation – Plan du site
Lectures

Manuel Gárate Chateau, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago du Chili, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2012, 589 p.

Stéphane Boisard
p. 199-203

Texte intégral

  • 1 Le manuscrit original est téléchargeable en version française à l’adresse suivante : http://halshs. (...)

1Ce livre constitue la traductionen espagnol de la thèse de doctorat soutenue par Manuel Gárate Chateau à l’École des hautes études en sciences sociales en 20101 et retrace l’histoire du programme économique néo-classique mis en place par la junte militaire qui prend le pouvoir au Chili lors du coup d’État militaire du 11 septembre 1973. Ce programme de réformes structurelles fait de ce pays un laboratoire « grandeur nature » des théories de la faculté d’économie de l’université de Chicago au moment où y officient Milton Friedman, Theodore Schultz ou encore Arnold Harberger. Mais, comme le suggère le découpage du livre en trois parties, le projet de l’auteur est plus ambitieux. En effet, la première partie est intitulée « Antécédents historiques du libéralisme économique au Chili (1810-1970) », la seconde « Le régime militaire et son projet socio-économique 1973-1989 » et la troisième « La continuité du modèle économique en démocratie (1990-2003) ». À l’instar de nombreux chercheurs avant lui, Manuel Gárate veut comprendre pourquoi et comment le Chili s’est transformé aussi radicalement en quelques décennies, lui qui comptait parmi les pays les plus progressistes et démocratiques d’Amérique latine entre les années 1930 et 1960 avant de devenir un parangon de pays autoritaire sur le plan politique, conservateur sur le plan social et néo-libéral sur le plan économique à partir de 1973. C’est le dernier point qui retient l’attention de Manuel Gárate dont le projet de recherche est clairement explicité : « Dans le contexte d’une société de marché et de libéralisme extrême, l’apparition d’une nouvelle élite et le rôle joué par l’économiste et la science économique nous ont semblé fondamentaux. En ce sens, nous soutenons la thèse selon laquelle le Chili contemporain ne peut pas s’expliquer sans la transformation économique radicale, qui s’étale dans le temps, et qui constitue le principal legs de la dictature militaire » (p. 22). L’auteur pose alors l’hypothèse dans le sous-titre du livre (Desde la tradición del liberalismo decimonónico a la búsqueda de una utopía neoconservadora) qu’il y a eu une rupture entre une tradition du libéralisme hérité du xixe siècle (1810-1970) et une utopie néoconservatrice qui aurait guidé les militaires et l’élite chilienne (1973-2003). Cette perspective au long cours est pertinente car elle souligne fort justement que l’on ne saurait comprendre l’évolution économique récente du Chili sans cette mise en perspective : les militaires et les élites civiles de droite qui l’ont accompagnée ont affiché dès le départ leur volonté de « refonder » totalement le système politique et économique en vigueur, alléguant d’un retour aux valeurs fondamentales incarnées par l’homme d’État Diego Portales (1793-1837), qui seraient l’essence même de la nation chilienne.

2Toutefois, le découpage chronologique proposé dans le livre est sujet à caution car il suggère une césure dans l’histoire économique du pays en 1973 entre un avant qui s’inscrirait dans une tradition libérale –remontant à l’indépendance du pays– et un après qui serait marqué du sceau du néo-conservatisme. Or on peut se demander s’il est juste de tracer un continuum historique entre 1810 et 1970 qui se résumerait à une « tradition de libéralisme économique ». Celle-ci n’est jamais vraiment définie dans l’ouvrage malgré quelques repaires précis articulés autour de la présence au Chili, dans les années 1850, de l’économiste français libéral Jean-Gustave Courcelle-Seneuil, puis de celle de la commission Kemmener et de la commission Klein & Sacks respectivement dans les années 1920 et 1950. Cette tradition aurait toutefois déjà été remise en cause par l’apparition d’un « nationalisme économique » entre 1930 et 1970, concept communément utilisé dans l’historiographie chilienne contemporaine, mais jamais questionné. Est-il en réalité possible de parler de la « crise ou la quasi-disparition de la pensée économique libérale » entre 1930 et 1973 (p. 521) ? En vue d’établir une généalogie libérale, il aurait été intéressant d’étudier la pensée des théoriciens et bâtisseurs de l’État-providence qui, inspirés du keynésianisme, restent fondamentalement des libéraux. En revanche, il n’y a pas de réflexion sur le seul moment, au cours des deux derniers siècles, durant lequel l’économie ne fut pas régie par des principes libéraux, fussent-ils classiques ou keynésiens-cépaliens. Et il s’agit justement de la période qui va de 1970 à 1973 pendant laquelle le gouvernement de l’Unité populaire prétend nationaliser progressivement les moyens de production afin de conduire démocratiquement le pays vers le socialisme. Cette brève expérience politique, si complexe et si singulière, ne fait pas l’objet d’un traitement particulier dans le livre de Manuel Gárate. Seules huit pages y sont consacrées pour parler de l’organisation des mouvements et partis de droite. L’Unité populaire semble même parfois « évacuée » de la chronologie puisqu’il est fait allusion à la période 1810-1970 (titre de la première partie cité plus haut) avant d’être finalement réintégrée dans le deuxième chapitre de cette partie intitulé « Transfert idéologique : des derniers libéraux classiques aux Chicago Boys (1930-1973) ». Il appert pourtant que la question de savoir si la rupture ne se trouverait pas à ce moment précis de l’Unité populaire est historiquement légitime d’autant que les militaires et les élites de droite justifieront leur coup d’État par l’existence d’un gouvernement marxiste. D’une manière générale, on aurait aimé que l’auteur analyse plus en détail cette idée de rupture en nous montrant par exemple en quoi les économistes formés à Chicago ont totalement changé la pensée et la culture politique chilienne, en s’appuyant sur une théorie dite « scientifique » qui a fondé et légitimé leur pouvoir.

  • 2 « Am I a liberal ? » in The Collected Writings of John Maynard Keynes, vol. IX (Essays in Persuasio (...)
  • 3 « Why I Am Not a Conservative », in The Constitution of Liberty, Chicago, University of Chicago Pre (...)

3Cette imprécision conceptuelle se retrouve également dans l’hypothèse d’une « utopie néo-conservatrice » (présente dans le sous-titre de la thèse et du livre) qui aurait guidé le régime dictatorial. L’existence d’un « néo-conservatisme à la chilienne » est cependant abandonnée au profit d’une simple « révolution conservatrice » (p. 23) menée par une « droite conservatrice » (p. 415). Ce distinguo entre « conservateur » et « néo-conservateur » pourrait donner l’impression d’un débat jésuitique de taxinomistes politiques. Cependant, la généalogie politique et idéologique est intéressante en ce qu’elle permet d’historiciser les concepts et prendre en compte les logiques de circulation des idées. Keynes ne s’est-il pas demandé en 1925 s’il était un libéral2 ? Et Hayek ne s’est-il pas senti obligé de se défendre d’être un « conservateur »3 ? L’idée d’un néo-conservatisme chilien est donc séduisante car celui-ci pourrait être la traduction de l’idéologie de la Nouvelle Droite alliant autoritarisme politique, ultra-libéralisme économique et conservatisme moral. Manuel Gárate ne disposait pas pour y réfléchir du bon ouvrage de Serge Audier, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, publié chez Grasset en 2012. Il aurait pu cependant s’appuyer sur l’Histoire du néo-conservatisme aux États-Unis de Justin Vaïsse [Odile Jacob, Paris, 2008]. Ce chercheur y a en effet souligné la complexité du sujet et l’ambiguïté du terme dans le contexte étasunien, au point d’envisager trois âges du « néo-conservatisme ». Or selon lui, les Chicago Boys ne seraient pas néo-conservateurs car « […] il convient d’évoquer brièvement un phénomène des années 1950 qui passe largement inaperçu, mais qui est indispensable à une bonne compréhension du néo-conservatisme : la naissance d’un véritable conservatisme américain moderne sur la droite de l’échiquier politique. Contrairement au néo-conservatisme, ce conservatisme-là n’est nullement issu du libéralisme et ne trouve pas non plus ses origines à gauche ou à l’extrême-gauche, mais dans trois traditions intellectuelles et politiques de droites distinctes [dont entre autres] celle des libertariens ou adeptes du libre marché, conduit par Ludwig von Mises, Friedrich Hayek ou Milton Friedman qui rejettent le keynésianisme et la dépense publique » (p. 48).

4Un dernier point mérite enfin d’être souligné ici car il représente une particularité de ce livre. Celui-ci ne s’appuie en effet pas sur des sources primaires à l’exception de trois entretiens personnels, mais sur des données de seconde main –sources citées dans d’autres ouvrages, témoignages d’acteurs publiés a posteriori dans la presse contemporaine, etc. Cela est patent lorsque l’on compare l’espace occupé dans le livre par la présentation des sources primaires (2 pages) et l’espace occupé par la bibliographie générale (54 pages). Cela peut s’expliquer par le fait qu’il est toujours difficile de travailler au Chili sur la période dictatoriale, et peut-être encore plus depuis l’arrestation à Londres en 1998 du général Pinochet et les procès de nombreux militaires. Dans ce choix de sources de seconde main, on pourra néanmoins regretter que les citations de travaux scientifiques ou le recours à la presse ne soient pas toujours explicités. Les sources citées ne sont en effet mobilisées qu’au gré de la démonstration de l’auteur, ne faisant rarement l’objet d’une analyse historiographie critique et d’une contextualisation précise. À titre d’exemple, quelles sont les raisons qui ont conduit l’auteur à écarter la thèse d’Angel Soto, soutenue en 2001 à l’Institut universitaire de recherche Ortega y Gasset de l’université Complutense de Madrid sous le titre Historia reciente de la derecha chilena: antipartidismo e independientes, 1958-1993 ? Angel Soto est pourtant, par sa proximité avec certains civils ayant collaboré au régime militaire, un des auteurs qui a eu un accès direct et privilégié à des sources émanant de l’intérieur du régime. Cette absence de sources primaires a une double conséquence. D’un côté, l’impressionnante bibliographie mobilisée par Manuel Gárate dans son travail lui assure une connaissance fine et approfondie de la période qu’il traite. De l’autre, l’absence de corpus clairement identifié et par conséquent analysé avec une méthodologie adaptée lui interdit d’inscrire sa recherche dans un champ historiographique spécifique. Même s’il présente son travail comme une recherche d’histoire immédiate sur les élites, il est difficile de savoir si elle relève de l’histoire intellectuelle (puisqu’elle ne s’intéresse pas aux processus de production, de diffusion et de circulation des idées), de l’histoire de l’État et des institutions (car seule une petite partie est consacrée au secrétariat au plan ODEPLAN), de l’histoire économique (car le modèle économique et ses résultats ne sont jugés qu’à l’aune des travaux de chercheurs critiques) ou encore de l’histoire politique (car les élites, mouvements et autres partis politiques ne sont pas étudiés en tant que tels avec des outils de sociologie politique qui permettraient de bien les cerner).

5Le fait de ne pas avoir recouru à des sources primaires ne permet pas non plus à Manuel Gárate de questionner et de remettre en cause la chronologie et l’historiographie communément admises : par exemple le fait que le modèle économique du régime militaire se diviserait en deux périodes distincts, à savoir un néolibéralisme intransigeant sous la houlette de Sergio de Castro (1975-1982) et un néolibéralisme pragmatique sous la houlette d’Hernán Büchi (1985-1989) ; ou encore que les élites civiles (Chicago Boys et gremialistas) auraient été les « mous » (blandos) du régime face aux militaires et à certains milieux d’extrême-droite considérés comme les « durs » (duros). Néanmoins, là où Manuel Gárate excelle, c’est sur la période qu’il a vécue en tant qu’acteur et citoyen –la transition à la démocratie– et sur laquelle il a réussi à prendre le recul nécessaire. La troisième partie de l’ouvrage est, à cet égard, la plus réussie et la plus novatrice de l’ouvrage avec notamment la réflexion menée sur les think tanks depuis le retour de la démocratie. Aucun doute que les travaux sur l’histoire du temps présent de sa directrice de recherche, Frédérique Langue, et de son laboratoire de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales l’aient aidé à mûrir sa réflexion en ce sens. Pour toutes ces raisons, il nous semble difficile de classer ce livre, qui se présente comme une synthèse –intelligente et bien documentée– plus que comme une recherche disciplinaire guidée par un cadre conceptuel précis. C’est de toute évidence, par son ampleur chronologique et bibliographique, un livre utile qui servira de point de départ à de futurs travaux historiques.

Haut de page

Notes

1 Le manuscrit original est téléchargeable en version française à l’adresse suivante : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/56/53/23/PDF/TESIS_COMPLETA_FULL_FR_-A4-_02-_2011_.pdf.

2 « Am I a liberal ? » in The Collected Writings of John Maynard Keynes, vol. IX (Essays in Persuasion), Londres, Royal Economic Society, 1978.

3 « Why I Am Not a Conservative », in The Constitution of Liberty, Chicago, University of Chicago Press, 1960.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Boisard, « Manuel Gárate Chateau, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago du Chili, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2012, 589 p. », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 199-203.

Référence électronique

Stéphane Boisard, « Manuel Gárate Chateau, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago du Chili, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2012, 589 p. », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/3221

Haut de page

Auteur

Stéphane Boisard

(Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 /
CREDA – UMR 7227)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org