Navigation – Plan du site
Dossier

Haïti 2003-2012 : les mouvements de contestation populaire face aux logiques de l’aide

Une « interpellation plébéienne » ?
Haiti 2003-2012: Popular protest and logics of aid. A “plebeian interjection”?
Haití 2003-2012: Protesta popular y lógicas de ayuda, ¿un “grito plebeyo”?
Pierre Therme
p. 125-146

Résumés

Cette étude envisage les manifestations massives de 2003-2004 ayant conduit à la chute d’Aristide ainsi que les « émeutes de la faim » de 2008 en tant qu’expressions politiques, afin de les appréhender comme une « réalité en soi » et non pas à l’aune d’un changement de régime ou de gouvernement. En Haïti, au début du xxie siècle, ces soulèvements ne sont pas concomitants d’un « virage à gauche » mais s’inscrivent au contraire dans un espace politique en mutation, marqué par la présence massive de l’« aide » internationale dont il faut interroger l’incidence sur la possibilité d’un surgissement populaire révélant la « mésentente ». Ce surgissement doit faire face à une conception pacifiée de la démocratie conduisant à une appréhension dévoyée de la révolte devenue la revendication d’une place. Néanmoins, en dépit de l’investissement de l’espace politique par les logiques de l’aide, une forme de surgissement politique ne demeure-t-elle pas possible, refusant la traduction du mécontentement en revendications sectorielles et statutaires ? Une « interpellation plébéienne » ? 1

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis la fin du musellement de la population par la dictature héréditaire des Duvalier en février 1986, l’histoire d’Haïti est marquée par des soulèvements populaires et des explosions de violences sporadiques alors que l’instauration de la démocratie reste fragile. Les soulèvements populaires de la décennie 1980 constituent une expression politique nouvelle et se fondent sur une exigence de la reconnaissance d’un droit à la parole par un pouvoir qui ne peut se réduire à une domination. La difficile institutionnalisation de cette force de mécontentement, de cette exigence « nue » de dignité, s’illustre dans l’instabilité gouvernementale et la succession de coups d’État faisant suite au départ de Jean-Claude Duvalier. En effet, la masse des non-comptés, du « pays en dehors » (le monde rural) [Barthélemy, 1989], « exige d’exister au regard de l’État » [Hurbon, 2001, p. 154] sans pour autant produire des revendications en direction de celui-ci [Corten (c), 2011, p. 165] ; les soulèvements marquent avant tout la remise en cause de la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable, jusque-là soustraite au questionnement.

  • 2 Volontaires de la sécurité nationale (VSN) : milice totalement vouée au dictateur lui permettant d’ (...)
  • 3 De nombreux militants nous ont ainsi fait part de leur tristesse et leur malaise à l’occasion de ce (...)
  • 4 « Chimère » n’a pas en créole le même sens qu’en français ; littéralement, ce mot signifie : « l’ho (...)
  • 5 Lavalas signifie en créole une forte pluie et par extension le torrent de boue qui se forme après u (...)
  • 6 Le 22 septembre 2003, l’assassinat d’Amiot Métayer, dirigeant de l’une des organisations populaires (...)

2En 1986, les premières insurrections populaires depuis 1946 ont cependant permis la chute de la dictature et mis en échec la tentative de coup d’État de Roger Lafontant au lendemain de l’élection du président Aristide le 16 décembre 1990. Dans la nuit du 6 au 7 janvier 1991 a lieu une mobilisation populaire pour faire barrage à la tentative de confiscation de sa volonté par l’ancien chef des « tontons macoutes » 2. Laennec Hurbon note : « Ce coup d’État échoue grâce à une insurrection populaire ; une foule en furie se livre à une chasse systématique contre les tontons macoutes et les partisans de Roger Lafontant » [Hurbon, 2001, p. 71]. Cette explosion de violence « spontanée », sans médiation, débordant les organisations politiques et syndicales ainsi que les ONG, marque alors un nouveau surgissement du politique. Cette façon d’être politique sans parvenir à s’institutionnaliser se traduit par des manifestations, des révoltes et semble trouver une fragile unité dans la figure d’Aristide. Le nouveau président qui peut être envisagé comme un « tribun » de la plèbe [Huart, 2012, p. 60], prête serment le 7 février 1991, avant d’être renversé six mois plus tard par le coup d’État du général Cédras. En 1994, son retour, sous la protection de vingt mille marines, peut apparaître comme l’aboutissement de la « trahison du tribun » [Huart, 2012, p. 61] 3, tant la disjonction entre l’insurrection populaire et l’exercice du pouvoir semble être consommée. Une nouvelle chape de plomb tombe sur la population exposée aux assassinats politiques et à une forme dévoyée de la révolte populaire, désormais instrumentalisée par le pouvoir. La mise en question de la violence dans l’action des acteurs au cours du processus de transition doit donc être mise en rapport avec la violence du pouvoir, avec le crime et la terreur qui ont survécu à la disparition du corps des macoutes pour devenir l’apanage des milices des différents gouvernements militaires et des chimè 4 [chefs de gangs et d’« organisations populaires » dévoyées] du pouvoir Lavalas 5. En 2003, le retournement de certains chefs de gangs contre le pouvoir, conjugué à une mobilisation populaire massive défiant la violence du régime, vont précipiter la chute d’Aristide 6. Dans la dernière décennie, la violence politique des gangs lavalassiens est suivie par la terreur des kidnappings et des assassinats menés par des bandes désormais affranchies de leur tutelle politique. Si depuis 2004, et plus encore depuis le séisme, les efforts de la communauté internationale pour « renforcer » la démocratie supposent une négation du conflit, il importe d’interroger la nature de ces manifestations violentes en dehors d’une approche seulement instrumentale.

3Dans cette perspective, cette étude envisage les manifestations massives de 2003-2004 ayant conduit à la chute d’Aristide ainsi que les « émeutes de la faim » de 2008 en tant qu’expressions politiques, afin de les appréhender comme une « réalité en soi » [Corten et al., 2012, avant-propos] et non pas à l’aune d’un changement de régime ou de gouvernement. Ces moments de révolte ne peuvent être considérés comme la simple répétition des manifestations du début des années 1980. Au-delà de l’homonymie « émeutes de la faim », le contexte social et politique tant interne qu’externe a radicalement changé au cours de cette double décennie. Si, en 1984, les émeutes des Gonaïves s’inscrivaient dans le contexte de la guerre froide, relayée par l’action militante de la théologie de la libération et ses ti kominote legliz (communautés ecclésiales de base) et des organisations paysannes, les manifestations de 2008 apparaissent d’abord éruptives, dépassant les organisations représentatives ; sont-elles pour autant dénuées de tout sens politique et réduites à une logique instrumentale ?

  • 7 Elle s’inscrit en cela à la suite de Breaugh (et de la pensée d’Arendt) qui note « la temporalité p (...)

4Nous inscrivons ce travail dans les perspectives ouvertes par André Corten à la suite de Martin Breaugh. Selon l’auteur, « l’analyse des soulèvements populaires doit se faire en cherchant ses propres bases, ses propres règles et surtout sa propre position dans des états d’exception » [Corten et al., 2012, avant-propos], réhabilitant ainsi la dimension proprement politique de ces manifestations irréductibles à la revendication d’un intérêt. Il ne s’agit pas de révéler les mécanismes de la domination dont la masse des exclus n’aurait pas conscience, mais de donner à voir ce qui se joue dans le processus d’émancipation dans lequel se révèle et se constitue le sujet politique. En effet, selon Jacques Rancière, l’agir politique est ce qui instaure un nouveau lieu où se dévoilent la contradiction et la « mésentente » [Rancière, 1995] ; le sujet politique jusque-là invisibilisé se découvre alors non pas comme représentant d’une minorité mais comme partie du tout recomposé par son action à partir d’une exigence d’égalité irréductible à sa dimension « juridico-politique » ou économique. Ce n’est donc pas la revendication d’une place au sein d’un ordre déjà constitué et établi mais une irruption qui impose une reconfiguration de cet ordre. Le pouvoir du peuple, compris comme « peuple supplémentaire », comme « plèbe », est précisément ce pouvoir de reconfiguration ou d’écartement. Le sujet de ce pouvoir n’est jamais le citoyen défini selon la loi, ou l’homme défini selon une supposée nature, mais les acteurs des conflits sociaux et des luttes politiques qui, lors d’affrontements avec la société et l’État qui assignent les places et définissent les rôles, ne cessent de déplacer les limites du politique ; « la subjectivation politique est la mise en acte de l’égalité » [Rancière, 2004, p. 119]. Ainsi, pour Rancière, il y a peuple au sens politique lorsqu’il y a mise en scène d’un pouvoir du peuple qui n’est pas le pouvoir de la collectivité mais de ceux qui ne sont pas légitimés à gouverner. Le peuple politique se donne à travers d’autres sujets ; un groupe ouvre une scène politique même si ce n’est qu’une fraction du peuple. De ce fait Bréaugh souligne : « La temporalité de l’expérience plébéienne semble bien être celle de la brèche. Face au règne sans partage de la domination des « oligarques », la plèbe s’insurge et récuse l’ordre établi tout en restant incapable de fonder durablement un nouvel ordre politique » [Breaugh, 2007, p. 375-376]. En écho à cette temporalité spécifique, Huart note la nécessité de « saisir la brèche » 7 ; nous inscrivons ce travail dans cette perspective.

5En Haïti, au début du xxie siècle, ces soulèvements ne sont pas concomitants d’un « virage à gauche » [Corten et al., 2012, p. 34] mais, au contraire, s’inscrivent dans un espace politique en mutation marqué par la présence massive de l’« aide » internationale dont il faut donc interroger l’incidence sur la possibilité d’un surgissement populaire révélant la « mésentente ». Ce surgissement doit faire face à une conception pacifiée de la démocratie conduisant à une appréhension dévoyée de la révolte devenue la revendication d’une place. Corten souligne ainsi que « des ONG essayent de donner à la souffrance un discours la traduisant en demandes » [Corten (c), 2011, p. 40] ; une réalité plus patente encore depuis le séisme mais déjà prégnante avec la mise en place de la mission des Nations unies en 2004. Le risque du dévoiement et du refus de « l’inouï » de ce qui se joue dans ces surgissements, caractérise l’espace public dépolitisé. Mais, même dans le dénuement le plus total, la dépolitisation, le refus du dissensus et la négation du conflit comportent des failles. Or, en refusant ou niant la disjonction entre le « ce que » je suis et le « qui » je suis [Tassin, 1997], les logiques de l’aide, fondées sur le pathos de la compassion et la référence aux droits de l’homme, tendent à interdire le processus de « subjectivation politique » et enferment les révoltes dans un essentialisme qui, sans cesse, renvoie les insurgés à un statut : « victimes », « pauvres », etc. Cet article entend donc permettre de réhabiliter la dimension politique de ces moments de contestation pour interroger « l’interpellation plébéienne » en nous tenant « aux bords du politique » afin d’appréhender cet advenir dans sa précarité, au-delà des inégalités réduites à la pathologie de la « pauvreté », de la référence ad nauseam à la « résilience » du peuple haïtien et de la réduction de la citoyenneté à un statut.

  • 8 Nous avons conduit une centaine d’entretiens depuis le début de notre travail de recherche en 2009.

6Pour ce faire, nous développerons une méthodologie interprétative fondée sur une approche qualitative à partir d’enquêtes anthropologiques menées depuis 2009. Ce travail de terrain a permis la constitution d’un corpus de sources primaires constitué, d’une part, d’entretiens biographiques avec des militants politiques et associatifs, des élus (locaux et nationaux), des acteurs de l’humanitaire et du développement ainsi que des intellectuels et des responsables politiques et, d’autre part, d’observations participantes de réunions politiques, de rencontres de coordination humanitaire et des campagnes électorales de 2009, 2010 et 2011 8. Ce travail se nourrit également d’une expérience professionnelle en Haïti pour la coopération culturelle française de 2002 à 2005 nous offrant une situation privilégiée d’observation tant en ce qui concerne la dérive d’Aristide que la mobilisation conduisant à sa chute ou le poids de l’ingérence internationale dans ce « départ ».

  • 9 Trahison dans le sens d’une incapacité à instaurer un changement dans l’acception du pouvoir politi (...)

7D’abord sera présenté le caractère spécifique de l’arène politique haïtienne dans laquelle s’inscrivent les révoltes de 2004 et 2008 pour tenter ensuite de mettre en lumière l’enjeu des soulèvements de 2004. Enfin seront abordées les « émeutes de la faim » de 2008 – en partie expliquées par le contexte économique mondial – afin d’interroger leur incidence sur la recomposition d’un espace politique désormais investi par l’aide internationale. Quelle est l’incidence des « traces » laissées par la brèche ouverte de l’irruption ? Il s’agira, en conclusion, d’apporter des éléments de réflexion pour mettre en perspective l’élection de Michel Martelly dans son rapport avec l’ « impossible » institutionnalisation des surgissements populaires, la faillite du système de partis et la tentative de se poser en tribun de la plèbe – ce qui constitue, peut-être, une nouvelle « trahison » 9.

L’arène politique haïtienne : de la dérive aristidienne à l’ingérence internationale – entre terreur et assistanat

  • 10 Sur le caractère non opératoire de cette notion pour penser la réalité sociale et politique haïtien (...)
  • 11 Plateforme de la « société civile » regroupant 184 organisations autour de l’homme d’affaires haïti (...)
  • 12 Voir à ce propos le film documentaire de Jonathan Demme, The Agronomist, Bac Films, 2003.
  • 13 « Dans les pays d’Amérique latine, parmi les plus inégalitaires au monde, les 10 % les plus pauvres (...)

8Il semble difficile d’expliquer la chute d’Aristide et « l’effondrement de l’État haïtien » par « la résurrection de la société civile et de la rébellion armée » [Étienne, 2007, p. 299]. En effet, vouloir appréhender la contestation populaire du début des années 2000 à partir de la notion de « société civile » 10ne permet pas de saisir la spécificité de révoltes populaires irréductibles à la tentative d’institutionnalisation du « groupe des 184 » 11 ou à la lutte armée conduite par « l’armée cannibale » [Étienne, 2007, p. 303-304]. L’arène politique haïtienne est, en effet, caractérisée par la violence et la déshumanisation interdisant toute institutionnalisation de la société civile : « Cette déshumanisation est produite par la misère absolue dans laquelle sont plongés des segments importants de la population. Promiscuité et violence se cristallisent dans les images de cadavres abandonnés sur des décharges publiques » [Corten (d), 2001, p. 60]. Le développement de l’insécurité caractéristique du deuxième mandat d’Aristide durant lequel la vie nocturne de Port-au-Prince est quasiment réduite à néant atteste cette négation d’un espace public tant comme lieu de délibération et de confrontation des différences que comme espace d’apparition et de publicisation ; le pouvoir ne souffre aucune opposition. Le chaos règne à Port-au-Prince ; les ordures ne sont plus ramassées pendant des mois, formant des montagnes d’immondices, l’électricité est distribuée à peine quelques heures par jour plongeant dans l’obscurité trois millions de personnes dès la tombée de la nuit. Un climat de peur s’installe avec la multiplication des assassinats politiques, notamment ceux de Jean Dominique 12 et du père Ti Jean, grandes figures du mouvement démocratique. Hurbon note alors que « [l]’anarchie est l’accompagnement nécessaire de cette forme de gouvernement à cause même et au travers de ses prétentions à parler et à agir au nom du peuple » [Hurbon, 2001, p. 179]. Par ailleurs, cette dérive autoritaire du pouvoir est concomitante d’un appauvrissement significatif de la population [Wargny, 2004, p. 144]– la malnutrition a doublé entre 1997 et 2003, touchant plus des deux cinquièmes de la population – et de très fortes inégalités 13.

9Pour autant, l’expression politique ne s’en trouve pas condamnée. Ainsi, malgré la terreur, un mouvement de contestation va naître et se traduire par d’immenses manifestations populaires rassemblant plusieurs dizaines de milliers de manifestants et des grèves étudiantes. Cette mobilisation a lieu en dépit du délitement des structures politiques d’opposition, victimes de la dérive du pouvoir Lavalas, et dépasse toutes les structures préexistantes à son apparition. Le peuple qui envahit les rues de Port-au-Prince est, au moins pour une part, la masse des non-comptés exigeant une reconfiguration du sensible par la remise en cause de la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable. Les « sans-part » qui ont refusé leur instrumentalisation par le pouvoir Lavalas, rejoignent en partie un mouvement de contestation plus large intégrant la petite bourgeoisie intellectuelle et commerçante ainsi qu’une large part de la jeunesse excédée par le népotisme et la terreur du régime. Cette conjonction est relativement nouvelle dans l’histoire du pays et ne peut donc se résumer à la seule irruption des exclus du « pays en dehors » des mornes et des bidonvilles ; la lecture de la mobilisation n’en est que plus difficile.

  • 14 La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) décide de changer la méthode (...)
  • 15 Hurbon, 2010, p. 2 : « Que la vacuité du gouvernement puisse être instrumentalisée pour un nouveau (...)

10Le contexte politique et social de 2008 est, malgré la proximité historique, radicalement différent de la fin du deuxième mandat d’Aristide. Il est caractérisé par une conception pacifiée de la démocratie et le refus du dissensus autour desquels s’articulent l’ingénierie électorale du state building 14 et les logiques de l’aide internationale. Ainsi, à la suite de son « départ », une opération militaire internationale est mise en place sous mandat onusien et un gouvernent de transition (Boniface/Latortue) est formé en privilégiant les « personnalités de la société civile » et les technocrates ayant servi dans les grandes agences internationales. Son mandat est de conduire aux élections présidentielles qui verront l’élection de René Garcia Préval pour un deuxième mandat à la suite d’un scrutin entaché par l’ingérence internationale : « Après deux siècles d’indépendance, des troupes étrangères sont en Haïti pour la troisième fois, et pour la deuxième fois en l’espace de dix ans. Occupation, mise sous tutelle ou protectorat ? Les élites politiques haïtiennes ne le savent pas. La communauté internationale non plus » [Étienne, 2007, p. 329]. Au-delà de la référence récurrente à l’occupation ou à la tutelle 15, le rôle de la communauté internationale est en effet déterminant dans le processus d’instauration de la démocratie ; « Les conflits collectifs […] sont souvent jugés avec condescendance par plusieurs secteurs des élites politiques nationales et internationales qui ne jurent plus que par la “bonne gouvernance”, c’est-à-dire par une gestion publique pensée dans les termes d'une rentabilité du secteur privé. Le conflit y est apprécié en coûts et non plus en expression de droits » [Corten, 2001(d), p. 55]. Le contexte des « émeutes de la faim » est de ce fait marqué plus encore par le poids de l’ingérence étrangère pour qui « [l]es procédures démocratiques (formelles) peuvent s’appliquer même là où l’humain n’est pas reconnu » [Corten, 2001(d), p. 56]. Les violentes révoltes de 2008 doivent donc être pensées face à cette présence internationale toujours plus envahissante qui ne les envisage que comme la revendication d’une place, d’un meilleur statut.

La chute d’Aristide : insurrection populaire, société civile « mythifiée » et absence de virage à gauche

  • 16 La mobilisation contre Duvalier est née principalement dans les villes de provinces, notamment aux (...)
  • 17 Professeur au département de sociologie de la faculté des sciences humaines (entité de l’Université (...)
  • 18 Entretien personnel, à Pétionville, le 18 avril 2011.
  • 19 États-Unis, France, Canada, Brésil.
  • 20 Entretien avec Pierre Buteau à Pétionville, le 7 avril 2011.
  • 21 Entretien avec Syto Cavé, à Péguy-Ville, le 30 mars 2011.

11Il importe donc d’élucider les conditions de la chute du président Aristide pour analyser l’incidence des soulèvements populaires sur la manière de concevoir le politique. À la fin 2003, le mouvement de mobilisation populaire qui va conduire la communauté internationale à « encourager » le départ du président Aristide par l’intervention d’une force militaire internationale (FMI) illustre les profondes mutations qu’a connues le pays depuis la chute de Baby Doc. En effet, si la mobilisation ayant permis la fin de la dictature était issue de « l’encerclement de la république de Port-au-Prince » 16, l’opposition aux dérives du régime lavalassien se traduit par des manifestations massives dans la capitale. De plus, en raison de la fin du clivage idéologique incarné par la guerre froide, la mobilisation populaire s’exprime en dehors de tout ancrage idéologique cohérent. Le « groupe des 184 » incarne ce refus des dérives du pouvoir Lavalas sans pourtant pouvoir se référer à une base idéologique commune. Selon ses dirigeants, l’objectif du groupe des 184 est de prôner un dialogue entre les diverses composantes de la société en vue de faciliter une cohésion nationale en Haïti. Dans le but de promouvoir ce projet, le groupe entreprend une campagne nationale dénommée « Caravane de l’espoir ». Elle repose sur des débats publics, dans différents départements et dans la diaspora afin de recueillir des propositions qui feront ensuite l’objet d’un document : « Le Nouveau contrat social ». Cette initiative prétend constituer une avancée significative dans la recherche d’une « cohésion sociale » fondée sur la reconnaissance de « l’autre » dans un pays marqué par la discrimination et de grandes disparités sociales. Cependant, dans la pratique, comme le signale le professeur Jean Anil Louis-Juste 17, « ce grand rassemblement tient beaucoup plus à un meeting de rencontre participative ; dans la mesure où, au cours de ces rassemblements, il est difficile aux dirigeants du groupe des 184, d’observer les interactions dans la foule, puisque dans les forums, seuls des orateurs font l’exercice de la parole » [Louis-Juste, 2003]. Cette « Caravane de l’espoir » n’a finalement qu’un impact limité même si certains initiateurs la considèrent « comme un rêve longtemps caressé et qui s’est finalement concrétisé » 18. En effet, l’unité de cette coalition construite dans l’opposition à Aristide ne résiste pas à sa chute. Son rôle effectif dans la chute du pouvoir est grandement renforcé par les puissants moyens financiers dont elle bénéficie grâce à la présence de la bourgeoisie industrielle en son sein. De plus, sa pratique du lobbying auprès des représentations diplomatiques étrangères lui permet de renforcer une légitimité – la visite de Régis Debray lors de la mission de réflexion demandée par le Premier ministre Dominique de Villepin en est un exemple – sans pour autant bénéficier d’un véritable ancrage populaire. Les « pays amis » 19d’Haïti continuent d’interférer et tentent de contrôler l’action politique des acteurs dans cette période de troubles et de mobilisation. Le « collectif Non », réunissant artistes et intellectuels dans la lutte contre les dérives autocratiques et sanguinaires du pouvoir, est ainsi en partie financé par l’ambassade de France et accueille régulièrement lors de ses réunions le conseiller politique de l’ambassade américaine 20. Ce collectif comptera deux ministres (Culture et Éducation nationale) lors du gouvernement de transition 2004-2006. Syto Cavé dénoncera cette orientation en faisant valoir la nécessité de rester un groupe de réflexion21.

  • 22 Magali Comeau Denis, Syto Cavé, « Ampleur de la contestation contre le pouvoir Lavalas et risque d’ (...)

12Le soulèvement populaire ne peut se résumer à l’action de ce groupe ; il existe d’abord et avant tout dans les manifestations – le fait d’occuper un espace public (la rue) en dépit des assassinats et des intimidations du régime – pour apparaître, advenir à la visibilité et faire exister une parole publique. Ce surgissement fait face à la violence du pouvoir et dépasse autant la tentative de représentation institutionnalisée que la bataille militaire. Les associations de la société civile, comme les partis politiques, ne sont pas les moteurs d’une mobilisation rassemblant, entre autres, les déçus de Lavalas, les étudiants, la bourgeoisie d’affaire ou les intellectuels. Les clivages politiques ne sont plus pertinents pour lire ce surgissement où se rassemblent les sensibilités de gauche et les secteurs plus conservateurs. C’est l’hétérogénéité même de cette multitude qui interdit son classement dans les catégories de « la police » au sens de Rancière ; l’énumération des catégories ne peut dire ce « peuple supplémentaire » qui prend la rue pour refuser la négation de son droit à la parole en faisant face à la violence. Deux artistes soulignent que « [à] chaque manifestation contre le régime de terreur, des blessés, parfois des morts, sont enregistrés sans que les coupables ne soient inquiétés. (…) Violence et impunité constituent le lot quotidien des citoyens et sont érigées en système politique » 22. Face à la barbarie, le dialogue est dès lors impossible ; les manifestants ne demandent rien d’autre que le départ du président honni, la force de la révolte ne réside pas dans des revendications statutaires mais dans l’opposition nue. Il n’y a plus de place pour le compromis. Une disjonction s’instaure entre le refus de « la plèbe » non médiatisable et la multitude d’organisations qui dit parler en son nom. La traduction dans le vocabulaire de l’ingénierie électorale vide le refus de son sens ; est-ce vraiment de « contrat social » dont il est question pour cette multitude qui affronte les forces de l’ordre devant le Palais national ?

  • 23 « Nous ne saurions accepter l'intolérable. Nous entendons rejeter la division créée depuis 1804 ent (...)
  • 24 Pour dire le peuple, pèp la, dans le sens de ceux qui viennent d’en bas socialement et spatialement (...)
  • 25 Voir photos en annexe.
  • 26 Lire à ce propos le roman de Lyonel Trouillot, Bicentenaire, Arles, Actes Sud, 2004 (p. 83 et sv).

13Face à l’absence de lien organique avec la plèbe que le groupe entend représenter, l’appel incantatoire à un imaginaire historique commun vise à donner un sens à la révolte jusque-là étrangère au vocabulaire de la démocratie représentative 23. L’affirmation de cette filiation historique au moment du bicentenaire de l’indépendance veut construire l’unité de la contestation mais masque le hiatus entre les revendications catégorielles du groupe des 184 (deux de ses membres seront candidats à l’élection présidentielle suivante) et l’exigence de reconnaissance de la « plèbe ». Cette rupture s’illustre à travers les slogans en anglais sur les pancartes déployées dans les manifestations des 184, face aux défilés hétéroclites de la masse des contestataires et des manifestations de « soutien » organisées par les organisations populaires d’anba-lavil (littéralement « le bas de la ville » ; le centre historique de Port-au-Prince aujourd’hui grandement détruit 24) dévoyées par le pouvoir 25. Cette étude doit être poursuivie en s’appuyant sur des entretiens avec des acteurs anonymes pour une analyse de la parole et de l’agir des acteurs, irréductible aux déclarations médiatiques des « tribuns » afin d’appréhender la dimension politique de cette révolte. Une attention devra être accordée aux récurrentes manifestations étudiantes qui, à la suite de l’attaque du recteur de l’Université d’État en décembre 2003, deviennent le moteur d’une mobilisation qui excède tout corporatisme pour donner corps à une subjectivation politique. De plus, la décomposition des milices lavalassiennes n’est pas réductible à la seule instrumentalisation politique et au clientélisme du pouvoir ; elle illustre des contradictions subjectives au sein de la plèbe 26 qui deviendront plus palpables encore au moment des émeutes de 2008. En effet, dans les derniers mois d’Aristide, la plèbe lavalassienne s’insurge face à l’intolérable que constitue l’opposition à son tribun. Si la cooptation par le régime est avérée, elle ne peut à elle seule expliquer la mobilisation.

14Le départ du président et l’intervention militaire internationale offrent certes un nouvel espace aux partis et aux « plateformes » de contestation, mais qu’en est-il des aspirations à l’égalité et à la dignité nées de cette lutte ? La mise en place d’un gouvernement sous la surveillance étrangère ne permet-elle pas le maintien d’un découpage du sensible où chacun doit regagner sa place ? L’insécurité qui perdure tout au long des années 2005 et 2006 ne traduit-elle pas les limites de cette négation du conflit dans la volonté de rétablir les règles de la démocratie représentative sans repenser les logiques d’exclusion ? Quel est le rapport à la violence ?

Les émeutes de 2008 : un surgissement politique malgré la « désolation » 27 ?

  • 27 « L’expérience de la non-appartenance au monde alors même qu’on vit entassé l’un sur l’autre est l’ (...)
  • 28 Étienne Côté-Paluck, « Haïti : Derrière les émeutes, le spectre d'Aristide », Le Devoir, Montréal, (...)
  • 29 Entretiens personnels à Port-au-Prince en mars 2012.
  • 30 Quartiers populaires d’anba lavil.
  • 31 Entretien avec Luckner et Fanfan, Port-au-Prince, le 31 mars 2012.

15À la suite de l’élection du président Préval pour un deuxième mandat en 2006, la présence internationale – militaire et humanitaire – s’est massivement accrue afin d’accompagner l’institutionnalisation de la démocratie dans un pays accablé par les catastrophes climatiques. La « fracture radicale » [Corten, 2011(c), p. 15] de la société reste béante malgré la prolifération des programmes d’aide. Dans une volonté d’expliquer la violence et l’insécurité, une chercheuse établit un parallèle avec la révolte de 2004 [Gauthier, 2008, p. 2], une comparaison que l’on retrouve également dans la presse écrite 28. Lors d’une étude de terrain, nous avons rencontré des militants Lavalas 29, et notamment l’ancien responsable des relations avec les organisations populaires au Palais national durant le second mandat d’Aristide. Ils nous ont affirmé avoir participé aux émeutes de 2008 et organisé des réunions pour structurer la contestation à partir des cellules Lavalas de Bel Air et Solineau 30. Ces derniers ont affirmé qu’ils avaient voulu ainsi orienter les révoltes spontanées vers un processus de contestation partisane ; au-delà des slogans « gran gou nan vant pas dous » (la faim n’est pas douce) ou « mouvman pa ka tann » (le mouvement ne peut plus attendre) 31, il s’agissait de créer un rapport de force en faveur du président Aristide en exil depuis 2004 et encore très populaire dans de nombreux quartiers défavorisés. Si leur emprise sur les quartiers populaires est avérée, pour autant cette tentative de cooptation de la contestation permet-elle de comprendre le phénomène ? L’implication des « néo-chimères » dans ces manifestations ne peut être expliquée par la seule manipulation aristidienne et constitue, là aussi, une illustration des contradictions de la plèbe.

  • 32 Sur la transformation des organisations populaires en gangs de délinquants, voir Corten (e) [2001, (...)
  • 33 Étienne Côté-Paluck, « Haïti : Derrière les émeutes, le spectre d'Aristide », Le Devoir, Montréal, (...)
  • 34 Étienne Côté-Paluck, op. cit.

16Sur la possible instrumentalisation des révoltes par des organisations politiques, Janin explique : « Une autre explication des émeutes pourra être recherchée du côté des “effets d’aubaine sociale et politique” procurée par la diffusion des images de la faim et des revendications » [Janin, 2009, p. 260]. Cette aubaine ne peut constituer, seule, l’explication de la violence du phénomène ; il ne s’agit peut-être que de la conséquence de sa grande visibilité. Cependant, dans le cas haïtien, la violence des organisations populaires à la solde d’Aristide, restées orphelines à la suite de son départ, pèse sur les manifestations et semble prolonger les troubles de 2004 32. Dans cette perspective, comme le note Hurbon dans un entretien au Devoir 33, ces débordements sont imputés au banditisme des gangs. Le sociologue haïtien insiste sur la conjonction des deux facteurs : « (…) Derrière les manifestations des gens qui effectivement ont faim et demandent une baisse des prix des produits de première nécessité, il y a tout un militantisme politique de groupes lavalassiens liés à Aristide qui demandent son retour. Derrière la question sociale, il y a une question politique »34.

  • 35 Lors de nos entretiens, un grand nombre de personnalités de l’élite politique et intellectuelle nou (...)
  • 36 Étienne Côté-Paluck, op. cit.

17La dimension politique du phénomène est ici envisagée par le chercheur à partir de l’investissement de cette révolte populaire par les organisations ayant survécu au départ de leur chef en associant le banditisme au militantisme politique. Leurs actions terrifient une part de la population et une bourgeoisie enclavée dans les quartiers sur les hauteurs de la capitale35. Hurbon souligne d’ailleurs son incompréhension face à de telles destructions : « Si, effectivement, les manifestants n'avaient vraiment qu'une demande socioéconomique, ils auraient compris qu'il ne faut pas mettre à sac l'ensemble des magasins, des maisons de commerce. (…) Dans la journée, l'État s'est effondré, puisque tout était possible. Et c'est très dangereux puisque la sécurité n'existe plus pour personne, chacun est obligé de s'enfermer chez soi, et la foule devient ce qu'on appelle une populace » 36. La violence renvoie en cela à la plèbe dont le surgissement excède les formes classiques de revendication ; ce n’est pas l’affirmation de soi comme victime de la hausse des prix mais une remise en cause de la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable. Le recours à la violence n’est pas, pour autant, intrinsèque à la condition plébéienne qui se caractérise, d’abord, par une exclusion sociale et politique. Face à la négation du droit à la parole la violence est avant tout celle d’un advenir à la visibilité. La situation est, à proprement parler, « invivable » pour cette « populace » qui n’a d’autre alternative que d’affirmer son refus dans la violence pour se faire entendre. Cependant, pour démêler ce qui relève de la violence de la révolte de ce que l’on pourrait attribuer à une violence de gang, il faudrait poursuivre, ici aussi, un travail de terrain permettant de donner la parole aux acteurs.

  • 37 Entretiens personnels et observations, avril 2013.
  • 38 Axel Honneth, « La théorie critique de l’École de Francfort et la théorie de la reconnaissance », i (...)
  • 39 Honneth, ibid.
  • 40 Entretien avec Luckner et Fanfan, Port-au-Prince, le 31 mars 2012.

18Dans une analyse comparative entre plusieurs pays, Janin refuse d’envisager les émeutes de la faim comme la seule conséquence d’une hausse des prix des matières premières et, à partir de l’exemple burkinabé, note : « Cette réalité urbaine constitue en quelque sorte ce que l’on pourrait appeler “une procédure de mise sous tension des individus”. […] Elle conduit chacun à un incessant va-et-vient réflexif entre espoirs déçus et précarités vécues. Tandis que la juxtaposition spatiale et la confrontation visuelle entre des enclaves résidentielles de standing et des îlots d’habitat précaire et dégradé constituent un indéniable ferment de contestation. Ainsi la ville est-elle peu à peu devenue le territoire vécu des inégalités et de l’indifférence, contrairement au « village » où l’on est rarement seul et exclu » [Janin, 2009, p. 258]. L’incidence du milieu urbain sur le hiatus entre les espoirs et le vécu semble correspondre à la réalité portoprincienne même s’il ne s’agit pas, pour autant, de mythifier le monde rural. Cette fracture est accentuée plus encore par une présence internationale aussi massive qu’ostentatoire et renforce l’expérience du mépris social. La communauté internationale a procédé à une cartographie de la ville afin de définir les zones « à risques » et circonscrire son établissement dans des quartiers plus privilégiés. La multitude d’expatriés partage ainsi le mode de vie d’une élite transnationale et reste soumise à des règles de sécurité et des protocoles de déplacements limitant considérablement les contacts avec une population réduite au statut de bénéficiaire de programmes. Néanmoins, à la suite du séisme, avec le développement et l’installation de bidonvilles jusqu’aux bordures des quartiers plus résidentiels, la fracture est plus patente encore. Le bidonville de « Jalousie » est à ce titre emblématique. Faisant face au centre de Pétionville où se rassemblent nombre de grands hôtels et de sièges internationaux, les façades de cet habitat précaire ont été peintes de couleurs vives dans le cadre d’un projet gouvernemental « Beauté contre pauvreté ». Si cette initiative, essentiellement cosmétique, permet de rendre la pauvreté moins criante, elle ne résout en rien les problèmes d’accès à l’eau et le dénuement de ses habitants37. Sans faire référence à Haïti, Honneth souligne l’importance de la matérialité de la reconnaissance rendue impossible par l’organisation spatiale de la capitale haïtienne : « La reconnaissance n’est en aucun cas un acte de langage et n’est pas non plus cependant une simple forme corporelle d’attention ou d’affirmation équipée, de surcroît, du langage. Elle a en quelque sorte une facette physique : les médiums de la reconnaissance ont leur propre lieu physique dans l’espace. Ce qui signifie que nous pouvons également, en principe, analyser nos relations sociales sous l’angle de la manière dont les relations de reconnaissance et les formes de mépris sont devenues physiquement de la matérialité » 38. Il semble en effet possible de faire une analogie entre l’exemple de la prison choisi par l’auteur et les quartiers populaires de Port-au-Prince. Si « Cité soleil » est le plus emblématique, il n’est pas pour autant le seul ; tous « font voir dans [leur] structure physique une forme particulière de mépris social » 39. Ces émeutes, au-delà de leur infiltration par les « néo-chimères », traduisent peut-être cette exigence de reconnaissance sans, pour autant, exprimer de revendication autre que celle de pouvoir se nourrir. Il y a là une défiance vis-à-vis du politique ; le Premier ministre n’a d’autre choix que de démissionner pour apaiser la colère. Le sentiment de mépris en jeu dans cette révolte – partagé par les militants Lavalas ne se reconnaissant plus dans le président Préval, réélu en 2006 40 – ne parvient pas à être pris en charge par le politique institué ; comment interpréter cette « sauvagerie », cette « barbarie » sans en référer à l’effondrement de l’État comme valeur explicative ? N’y nta-t-il pas une dynamique interne, un sens à cette violence qu’un travail d’enquête anthropologique pourrait révéler ?

  • 41 « À la faveur des émeutes de la faim de la deuxième semaine d’avril 2008 en Haïti, les secteurs soc (...)

19Dans cette perspective, une lecture des événements à l’aune des grilles d’analyse classique de la science politique semble intenable ; pas plus qu’en 2003-2004, la notion de société civile n’est ici opératoire. Ainsi, comme a pu le souligner Corten par ailleurs, les organisations de la société civile parlent au nom du peuple, elles le représentent en se situant « au-devant » 41. Ces organisations s’adressent au peuple afin qu’il relaie son message en direction de l’État. La tentative de traduction de la révolte en termes de changement politique, de « tournant à gauche », semble calquée sur le mouvement sans pour autant en être le produit.

En guise de conclusion

20Ces deux moments de révolte s’inscrivent parmi les dernières manifestations violentes en Haïti ; ils sont concomitants d’un processus visant la « refondation » de l’État et l’institutionnalisation de la démocratie par la noria de technocrates au chevet d’Haïti depuis plus de trente ans. Est-ce à dire que la fin des débordements violents signale une « normalisation » dont semble se réjouir les experts en sécurité et l’intériorisation des règles de la démocratie représentative ?

  • 42 Lors de nos séjours d’étude, au moment du premier et du deuxième tour de l’élection présidentielle, (...)
  • 43 Lors de nos entretiens, la candidature de Martelly a toujours été considérée comme « honteuse » par (...)
  • 44 Entretiens personnels à Port-au-Prince en mars 2012.

21L’impossible médiatisation des demandes populaires par un système de partis incapables de construire un lien organique avec le peuple semble montrer la fragilité d’un processus où les revendications populaires ne peuvent toujours pas s’adresser à l’État. L’élection de Michel Martelly lors des scrutins de 2010 et 2011 illustre cet état de fait. La faible participation en dépit d’une vingtaine de « partis » en compétition, constitués principalement de « plateformes » nées au moment de l’échéance électorale en rassemblant des micro-organisations, souligne le « désenchantement » vis-à-vis du politique. Ces structures visant à satisfaire des ambitions personnelles ne sont pas perçues par la majorité de la population comme capables de répondre à ses aspirations. La désillusion n’entraîne pourtant pas un mépris du politique, comme en témoigne la ferveur des discussions autour du scrutin animant les heures d’attente dans les tap tap immobilisés dans les embouteillages de la capitale 42. L’ensemble du personnel politique représenté dans ce scrutin est présent depuis la chute de la dictature ; il monopolise depuis plus de vingt ans les mandats électoraux et les postes à responsabilité. Dans ce contexte, la candidature de Martelly, chanteur populaire à succès, est apparue comme une aberration pour l’élite intellectuelle et la bourgeoisie traditionnelle 43 alors que, dans le même temps, elle suscitait un élan populaire chez la jeunesse dépolitisée et les anciens partisans d’Aristide. Combien de chauffeurs de moto-taxis n’avons-nous vu arborant fièrement les portraits de Tet Kale et de Titid côte à côte sur la vitre de leur moto ! Confusion certes d’une jeunesse née après les premiers combats d’Aristide, méconnaissance de l’histoire récente du pays sûrement, mais aussi espoir placé en une figure qui semble parler en son nom, qui parle sa langue et, également, faisant un pied de nez à une classe politique sclérosée et hautaine. En ce sens l’élection de Martelly ne doit peut-être pas faire l’objet de mépris mais, comme nous y invite Corten : « L’émancipation passe par la libération de ce mépris, une émancipation qui ne se conforme pas à un souci de ‘respectabilité’. Cela se fait par la révolte ou l’ironie, la bruyante ironie populaire qui donne le sacre présidentiel à un comédien ! » [Corten, 2011(c), p. 40]. Un destin électoral en équilibre instable pour le nouveau président ; ses électeurs lucides nous affirmaient : « Nap pran beton si pap gen anyen ki fèt » (si rien n’est fait, nous prendrons la rue) 44.

22Les violentes manifestations de septembre et octobre 2012 semblent confirmer ce scepticisme qui sonnait déjà comme un avertissement, et illustrent encore la complexité des révoltes dans lesquelles se mêlent la dénonciation de la cherté de la vie, les infiltrations par les « néo-chimères » et les affiliations partisanes montrant en cela les contradictions de la plèbe. Le 30 septembre 2012, après des journées d’émeutes au Cap Haïtien, Port-au-Prince connaît la première manifestation antigouvernementale depuis l’élection de Martelly à l’occasion de la commémoration du coup d’État du 30 septembre 1991 contre Aristide. La foule scande son hostilité au gouvernement et revendique la prise en charge de ses besoins et l’exigence d’une sortie du dénuement pour la masse des laissés-pour-compte. Au-delà de l’insatisfaction devant l’action du gouvernement, l’exigence de reconnaissance ne peut se réduire ni aux revendications sociales ni aux appartenances politiques. De plus, dans ces derniers moments, s’expriment aussi les contradictions de la plèbe irréductible aux mobilisations organisées par Fanmi Lavalas ; le 1er octobre, au retour de l’Assemblée générale des Nations unies, le président est accompagné par des milliers de partisans pour une marche aux allures carnavalesques sur la route de l’aéroport. Là aussi, la spontanéité de la mobilisation excède les tentatives de structuration partisane. La plèbe n’est « ni catégorie sociale ni affirmation identitaire » [Breaugh, 2007, p. 11] ; elle se constitue dans l’action et est traversée par des contradictions, elle « s’insurge face à l’intolérable sans propositions positives ». La lecture de ces dernières manifestations n’en est que plus difficile.

23Les manifestations massives de fin novembre 2013 témoignent encore de la défiance populaire vis-à-vis d’un pouvoir ne disposant d’aucun ancrage militant et malgré un activisme certain, incapable de donner une vision cohérente de son action. « Haïti open for business », slogan témoignant de sa volonté de développer les investissements privés et le tourisme, coexiste avec une multitude de programmes sociaux et la poursuite de la coopération avec Cuba et le Venezuela mettant à mal les clivages idéologiques et les affiliations partisanes. De plus, l’incapacité à respecter les échéances électorales, les scandales de corruptions, avérés ou non, la tentation d’un pouvoir présidentiel fort conjugué à un tarissement progressif de la manne de l’aide, contribuent au mécontentement et à la désillusion d’une jeunesse sans perspective, d’une paysannerie exsangue et des milieux populaires dont la situation depuis le séisme ne s’est guère ou peu améliorée.

Manifestants du groupe des 184

Manifestants du groupe des 184
Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barthélemy Gérard, Le Pays en dehors, Port-au-Prince, éd. Henri Deschamps, 1989.

Breaugh Martin, L’Expérience plébéienne. Une histoire discontinue de la liberté politique, Paris, Payot, 2007.

Corten André (a), « Nouvelle langue politique ou souveraineté instantanée de la plèbe ? », in André Corten, Ricardo Penafiel et Catherine Huart (dir.), L’Interpellation plébéienne en Amérique latine, Paris/Québec, Karthala / PUQ, 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Corten André (b), « Souffrances sociales, parler ordinaire, imaginaires religieux et expression politique », in Social Compass, 58, 1, printemps 2011 (p. 143-152).
DOI : 10.1177/0037768611402609

Corten André (c), L’État faible. Haïti et République dominicaine (3e éd.), Montréal, Mémoire d’encrier, 2011.

Corten André (d), « La démocratie et l’Amérique latine : théories et réalités », in Cahiers du GELA-IS, n° 1, 2001, p. 31-64.

Corten André (e), Misère, religion et politique en Haïti, Paris, Karthala, 2001.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Corten André (f), « Le discours de la pauvreté de la Banque mondiale », in Langage et société, n° 85, 1998, p. 5-24.
DOI : 10.3406/lsoc.1998.2822

Corten André (g), L’État faible. Haïti / République dominicaine, Montréal, éditions du CIDHICA, 1989.

Corten André, Penafiel Ricardo et Huart Catherine (dir.), L’Interpellation plébéienne en Amérique latine, Paris/Québec, Karthala / PUQ, 2012.

Étienne Sauveur Pierre, L’Énigme haïtienne. L’échec de l’État moderne en Haïti, Montréal, Presses universitaires de Montréal, 2007.

Gauthier Amélie, « La crise alimentaire en Haïti : mise en évidence des problèmes clés du processus de stabilisation », Programme paix et sécurité, FRIDE, avril 2008.

Honneth Axel, La Société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, 2006.

Hurbon Laënnec, « Haïti : la tentation de la tutelle », CERI / Alternatives internationales, février 2010.

Hurbon Laënnec, Pour une sociologie d’Haïti au xxi e siècle. La démocratie introuvable, Paris, Karthala, 2001.

Hurbon Laënnec, « Grands conflits dans la naissance d’une démocratie », in Pour une sociologie d’Haïti au xxi e siècle. La démocratie introuvable, Paris, Karthala, 2001.

Huart Catherine, « Interpellation plébéienne et subjectivation politique », in André Corten (dir.), L’interpellation plébéienne en Amérique latine, Paris / Québec, Karthala / PUQ, 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Janin Pierre, « Les “émeutes de la faim” : une lecture (géo-politique) du changement (social) », in Politique étrangère, 2009/2 (été).
DOI : 10.3917/pe.092.0251

Louis-Juste Jean Anil, « Pourquoi de nouvelles relations sociales ? Le vivre ensemble comme pratique de citoyenneté pleine », PAPDA, décembre 2003.

Penafiel Ricardo, « Les actions directes spontanées au-delà du virage à gauche. Les conditions de possibilités de l’interpellation plébéienne », in André Corten (dir.), L’Interpellation plébéienne en Amérique latine, Paris / Québec, Karthala / PUQ, 2012, p. 29.

Mission d’observation électorale de l’Union européenne en Haïti - Élections présidentielles et législatives, 7 février et 21 avril 2006, Rapport final.

Rancière Jacques, Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 2004.

Rancière Jacques, La Mésentente : politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995.

Tassin Étienne, « Qu’est-ce qu’un sujet politique ? Remarques sur les notions d’identité et d’action », Esprit, Paris, n° 3-4, mars-avril 1997.

Trouillot Lyonel, Bicentenaire, Arles, Actes Sud, 2004.

Wargny Christophe, Haïti n’existe pas, Paris, éd. Autrement, 2004, p. 144.

Haut de page

Annexe

Annexes

Source : Haïti en marche, du 19 au 25 novembre 2003, vol XVIII, n° 42.

Haut de page

Notes

1 Corten et al. [2012].

2 Volontaires de la sécurité nationale (VSN) : milice totalement vouée au dictateur lui permettant d’affaiblir la hiérarchie militaire et d’assurer un contrôle de la population.

3 De nombreux militants nous ont ainsi fait part de leur tristesse et leur malaise à l’occasion de ce retour.

4 « Chimère » n’a pas en créole le même sens qu’en français ; littéralement, ce mot signifie : « l’homme qui a la colère en lui ». Durant la période d’insécurité et de terreur des années 2000-2006, le terme « chimère » a été utilisé ad nauseam par les commentateurs et journalistes pour désigner sans distinction par ce mot devenu « valise » les chefs de gangs, les enfants des rues, les pillards, etc., renforçant la stigmatisation des quartiers populaires et des bidonvilles.

5 Lavalas signifie en créole une forte pluie et par extension le torrent de boue qui se forme après une pluie tropicale, emportant tout sur son passage. La Famille Lavalas (Fanmi Lavalas) et l’organisation politique Lavalas seront les « partis » du président Aristide.

6 Le 22 septembre 2003, l’assassinat d’Amiot Métayer, dirigeant de l’une des organisations populaires lavalassiennes surnommée « l’armée cannibale », reste aussi mystérieux qu’emblématique de la perte de contrôle du pouvoir Lavalas sur une partie des chimè. Cet assassinat entraîne le retournement de la milice armée de l’Artibonite contre le pouvoir, tandis que dans la capitale les gangs loyaux affrontent les manifestants.

7 Elle s’inscrit en cela à la suite de Breaugh (et de la pensée d’Arendt) qui note « la temporalité plébéienne est celle de la « brèche » au sens où l’entend H. Arendt, c'est-à-dire une irruption événementielle qui rompt provisoirement l’ordre de la domination » ; cette « brèche », en dépit de sa fragilité « ne représente toutefois pas « un héritage sans testament » » [Breaugh, 2007, p. 22]. Huart précise : « La brèche n’a de sens que si l’on observe ‘l’ensemble’ qu’elle vient rompre » [Huart, 2012, p. 297].

8 Nous avons conduit une centaine d’entretiens depuis le début de notre travail de recherche en 2009.

9 Trahison dans le sens d’une incapacité à instaurer un changement dans l’acception du pouvoir politique : « La désignation d’un chef plébéien pose problème parce qu’elle renvoie à l’édification d’un pouvoir-sur-autrui, c'est-à-dire un pouvoir coercitif alors que la transformation de la plèbe en sujet politique représente justement la tentative d’édifier un pouvoir-avec-autrui, un pouvoir non coercitif », Breaugh [2007, p. 82].

10 Sur le caractère non opératoire de cette notion pour penser la réalité sociale et politique haïtienne, voir les analyses de Corten [2001 (e), p 70] ainsi que Corten, « Société civile de la misère », in Chemins critiques : Revue haïtiano-caraïbéenne, vol 4, n° 1, sept 1998, p. 7-30 ; ce texte critique l’emploi de la notion de société civile et souligne : « Dans une société où la misère érode toute interaction sociale, il faut chercher le lien social au-delà de l’associatif ».

11 Plateforme de la « société civile » regroupant 184 organisations autour de l’homme d’affaires haïtien-américain Andy Apaid. Le regroupement de ces organisations reposait sur leur opposition à Aristide ; la plateforme n’a pas survécu à son départ tant les divergences étaient, par ailleurs, profondes.

12 Voir à ce propos le film documentaire de Jonathan Demme, The Agronomist, Bac Films, 2003.

13 « Dans les pays d’Amérique latine, parmi les plus inégalitaires au monde, les 10 % les plus pauvres de la population reçoivent seulement 1,5 % du revenu de l’ensemble de la population du pays [World Bank 2003:1]. En Haïti, les 10 % les plus pauvres reçoivent seulement 0,4 % du revenu total, et les 20 % les plus pauvres reçoivent seulement 1,5 %» : ministère de l’Économie et des Finances, « La pauvreté en Haïti », Port-au-Prince, juin 2005, p. 14.

14 La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) décide de changer la méthode de calcul du seuil de majorité en tenant compte des votes blancs, comme prévu par le décret, puis redistribue ces votes au prorata des résultats des candidats afin d’éviter au candidat Préval un deuxième tour alors qu’il n’obtient que 49,1 % des suffrages. Ce changement, présenté comme technique, au mépris de la Constitution a une dimension politique puisqu’il dénature le principe même de l’élection. « Il convient sans doute de rappeler que l’éventualité d’un second tour représente un des fondements du système électoral et qu’il paraît inopportun de sacrifier l’esprit de la Constitution à une lecture casuistique de sa lettre » : Rapport final, Mission d’observation électorale de l’Union européenne en Haïti, Élections présidentielles et législatives, 7 février et 21 avril 2006, p. 57.

15 Hurbon, 2010, p. 2 : « Que la vacuité du gouvernement puisse être instrumentalisée pour un nouveau type de pratique coloniale, cela demeure à coup sûr une possibilité. Mais une telle possibilité semble être une pure chimère ». L’auteur nous invite donc à dépasser les antagonismes simplistes pour penser la complexité des interactions induites par la présence internationale.

16 La mobilisation contre Duvalier est née principalement dans les villes de provinces, notamment aux Gonaïves et à Jérémie, avant de gagner la capitale [Corten, 1989(g), p. 148].

17 Professeur au département de sociologie de la faculté des sciences humaines (entité de l’Université d’État de Haïti), assassiné le 12 janvier 2010, quelques heures avant le séisme.

18 Entretien personnel, à Pétionville, le 18 avril 2011.

19 États-Unis, France, Canada, Brésil.

20 Entretien avec Pierre Buteau à Pétionville, le 7 avril 2011.

21 Entretien avec Syto Cavé, à Péguy-Ville, le 30 mars 2011.

22 Magali Comeau Denis, Syto Cavé, « Ampleur de la contestation contre le pouvoir Lavalas et risque d’insurrection générale en Haïti », Prise de position du ‘collectif Non’, AlterPresse, le 20 janvier 2004.

23 « Nous ne saurions accepter l'intolérable. Nous entendons rejeter la division créée depuis 1804 entre noirs et mulâtres. Changer la vie est notre vision, notre idéal, nos ancêtres ont fait 1804, nous du Groupe 184 ferons 2004 » : in « Noirs, mulâtres, finissons-en, un pays, une nation », Le Nouvelliste, 11 décembre 2003.

24 Pour dire le peuple, pèp la, dans le sens de ceux qui viennent d’en bas socialement et spatialement, seront utilisées les expressions Nèg anba, moun anba yo [ceux d’en bas].

25 Voir photos en annexe.

26 Lire à ce propos le roman de Lyonel Trouillot, Bicentenaire, Arles, Actes Sud, 2004 (p. 83 et sv).

27 « L’expérience de la non-appartenance au monde alors même qu’on vit entassé l’un sur l’autre est l’expérience de la misère absolue. […] La désolation est l’expérience de la destruction de la vie privée. Sans vie privée, les individus sont amenés à renoncer au sens commun » [Corten, 2001(e), p. 39-41].

28 Étienne Côté-Paluck, « Haïti : Derrière les émeutes, le spectre d'Aristide », Le Devoir, Montréal, 12 avril 2008.

29 Entretiens personnels à Port-au-Prince en mars 2012.

30 Quartiers populaires d’anba lavil.

31 Entretien avec Luckner et Fanfan, Port-au-Prince, le 31 mars 2012.

32 Sur la transformation des organisations populaires en gangs de délinquants, voir Corten (e) [2001, chapitres 7 et 8].

33 Étienne Côté-Paluck, « Haïti : Derrière les émeutes, le spectre d'Aristide », Le Devoir, Montréal, 12 avril 2008.

34 Étienne Côté-Paluck, op. cit.

35 Lors de nos entretiens, un grand nombre de personnalités de l’élite politique et intellectuelle nous a affirmé ne jamais descendre anba-la-ville depuis les années 2000 ; le centre historique et les quartiers populaires adjacents sont considérés comme des zones de non-droit dans un mélange de peur et de méconnaissance.

36 Étienne Côté-Paluck, op. cit.

37 Entretiens personnels et observations, avril 2013.

38 Axel Honneth, « La théorie critique de l’École de Francfort et la théorie de la reconnaissance », in Honneth [2006, p. 166].

39 Honneth, ibid.

40 Entretien avec Luckner et Fanfan, Port-au-Prince, le 31 mars 2012.

41 « À la faveur des émeutes de la faim de la deuxième semaine d’avril 2008 en Haïti, les secteurs sociaux remettent à nouveau en question les modes d’application, depuis 1986, de la politique néolibérale par les gouvernements qui se sont succédé sur le territoire national (…). Dans différentes prises de position, ces secteurs sociaux nationaux souhaitent la poursuite de la mobilisation, par la population haïtienne, pour mettre fin à la « politique néolibérale et encourager des initiatives visant à l’amélioration des conditions de vie dans le pays ». L’organisation féministe Kay Fanm (La Maison des femmes), la Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa), Batay Ouvriye (Luttes ouvrières), les prêtres jésuites d’Haïti, ainsi que le Mouvement démocratique et populaire (Modep) figurent parmi les organisations ayant exprimé des revendications pour un plan de développement soutenu, reflétant une vision basée sur l’intérêt collectif national. Ces différentes organisations et/ou institutions demandent au peuple haïtien d’amplifier leur mobilisation en vue de forcer les autorités concernées à mettre un terme à la « politique néolibérale » appliquée dans le pays depuis plus d’une vingtaine d’années : « Haïti-Crise : L’application de la politique néolibérale, remise en question par les secteurs sociaux », AlterPress, 14 avril 2008 : http://www.alterpresse.org/spip.php?article7144 (consulté le 30 mai 2014).

42 Lors de nos séjours d’étude, au moment du premier et du deuxième tour de l’élection présidentielle, nous avons très souvent vécu et participé à des débats politiques enfiévrés dans nos déplacements quotidiens en transport en commun.

43 Lors de nos entretiens, la candidature de Martelly a toujours été considérée comme « honteuse » par l’élite intellectuelle et politique.

44 Entretiens personnels à Port-au-Prince en mars 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Manifestants du groupe des 184
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Therme, « Haïti 2003-2012 : les mouvements de contestation populaire face aux logiques de l’aide », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 125-146.

Référence électronique

Pierre Therme, « Haïti 2003-2012 : les mouvements de contestation populaire face aux logiques de l’aide », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://cal.revues.org/3175 ; DOI : 10.4000/cal.3175

Haut de page

Auteur

Pierre Therme

Doctorant en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS/IRIS), doctorant en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Pierre Therme est doctorant en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS/IRIS), doctorant en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il mène sa recherche sur la recomposition de l'espace politique haïtien de la chute de Duvalier à la catastrophe du 12 janvier 2010 et interroge la « fabrique du politique » à l’épreuve des logiques de l'aide. Familier d’Haïti depuis plus de dix ans, il a été directeur d’Alliance française de 2002 à 2005, et conduit, depuis 2009, de nombreuses enquêtes socio-anthropologiques afin de restituer la complexité de l’incidence de la présence internationale sur les manières de faire le politique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org