Navigation – Plan du site
Dossier

La construction d’un parc industriel dans l’arrière-pays rural d’Haïti. Quelques observations sur le partenariat État-société et les capacités de l’État

Dropping an Industrial Park into Haiti’s Rural Hinterland: Some Observations on state-society partnering and state capacity
Yasmine Shamsie
p. 79-96

Résumés

Cet article est une étude de cas d'un projet de développement spécifique, le parc industriel Caracol dans le nord d'Haïti. Fondé sur un travail de terrain, il analyse comment ce projet a été élaboré, avec pour acteurs principaux le gouvernement haïtien, USAID et l'entreprise textile coréenne Sae-A. Dans le contexte d'une dépendance chronique aux forces internationales, qui ont miné la souveraineté haïtienne, les capacités de l’État et l’autodétermination des Haïtiens, l'article analyse la manière dont le projet a été mis en place. L'article accorde un intérêt particulier aux interactions entre la mise en place de ce projet et la communauté locale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est fondé sur un travail de terrain mené en février 2013 dans les villages voisins du p (...)

1Après le terrible séisme qui a secoué Haïti en 2010, il y avait un consensus sur le fait que les citoyens haïtiens devaient décider, ou tout du moins être partie prenante, du processus de reconstruction et de reformulation du futur du pays. Dans cette optique, le gouvernement haïtien avait exprimé son engagement envers l’inclusion et la participation citoyenne. Des objectifs louables, mais difficiles à tenir, étant donné le passif de l’État en matière de gouvernance et les évaluations externes qui ont été faites de ses faibles capacités (state capacity). De quoi est capable l’État haïtien aujourd’hui ? A-t-il la capacité d’agir tout en rendant des comptes à ses citoyens ? J’explore ces questions à travers une étude de cas : celle de la construction du mégaprojet le plus important de l’après séisme – le parc industriel Caracol – dans une région isolée du nord-est du pays 1. L’étiquette d’ « État fragile » ou « failli » qui colle à Haïti suggère que les résultats peuvent être décourageants. Toutefois, ces questions méritent d’être étudiées étant donné que les débats sur Haïti sont presque toujours limités à l’idée de comment « gérer » la situation [Katz, 2013, p. 109 ; Heine et al., 2011], ce qui implique de se pencher sur les questions problématiques des capacités de l’État et des partenariats entre État et société civile.

  • 2 Baranyi s’inspire de l’excellent travail de Franklin Midy [2011] sur cette question.

2Le point de départ de ce texte a été la lecture de l’analyse fine proposée par Baranyi [2011], dans laquelle il étudie la possibilité d’une « refondation » 2 ou une transformation du paysage politique, social et économique haïtien dans la période post-séisme. Il utilise la notion de « refondation », plutôt que celle de « reconstruire en mieux », car cette dernière est insuffisante, d’après lui, pour prendre en charge les problèmes sociaux et politiques profonds du pays. Dans son étude de la « refondation », Baranyi souligne l’importance des relations entre l’État et la société. Il remarque que « malgré des tentatives de co-pilotage de la planification de la reconstruction en 2010, la faiblesse historique de l’État haïtien et son incapacité (ou son absence de volonté) à véritablement travailler avec ses propres citoyens constituent des facteurs centraux de la marginalisation de la refondation pendant l’année écoulée » [Baranyi, 2011, p. 12].

3Ce texte soutient l’argument de Baranyi – l’échec de l’État à engager des partenariats avec ses citoyens constitue un authentique obstacle au changement – mais il le nuance en partie. Je défends l’idée que « l’absence de volonté » est un facteur d’explication plus pertinent que « incapacité » ou manque de capacité, en matière de partenariat entre l’État et la société civile sur des questions clés. Je ne discute pas le fait que la capacité de gouvernement en Haïti est faible et que sa souveraineté est sévèrement compromise. Les développements qui suivent présentent d’ailleurs quelques-unes des sources de cette situation. Ce que je me propose de montrer est que malgré une bureaucratie chroniquement faible et une forte dépendance de l’État envers l’étranger (l’aide étrangère, les forces de maintien de la paix, la diaspora et les acteurs non gouvernementaux de tout type), l’État haïtien fait toujours partie du jeu et il peut parfois être capable et efficace.

4Je suis consciente que cette affirmation peut faire froncer les sourcils. On qualifie rarement ainsi l’État haïtien. Quand ils jugent le degré de stateness (la force de l’État en tant qu’institution centrale) d’Haïti, les chercheurs se concentrent avant tout sur trois dimensions : extractive, coercitive et administrative. La capacité extractive est liée à la capacité de collecter des impôts, elle-même liée à celle de gouverner. La capacité coercitive est liée à celle de contrôler les frontières, de protéger le territoire des menaces, de maintenir l’ordre interne et d’appliquer les politiques gouvernementales. Finalement, la capacité administrative a plusieurs composantes, elle implique la capacité à mettre en œuvre des politiques, à faire respecter des contrats, à protéger le droit de propriété, et à distribuer des biens et services publics aux citoyens [Hanson et al., 2013]. On affirme qu’un État est faible, en défaillance ou failli quand il n’a pas de performances satisfaisantes dans ces trois domaines. Cette étude de cas suggère qu’il peut exister différents degrés de capacité de l’État. Plus spécifiquement, l’État haïtien semble plus « capable » sous certaines juridictions et dans certains espaces géographiques. Cela signifie que nous devrions nuancer notre analyse de l’État haïtien comme faible, inefficace et incompétent en général, qui est pourtant l’image que la littérature renvoie régulièrement.

Le contexte : dépendance chronique et souveraineté fragilisée

5La capacité d’un État à formuler et à atteindre ses objectifs est centrale dans la notion de capacités de l’État (state capacity). De ce fait, l’accent est souvent mis sur les institutions étatiques et les fonctions occupées par l’État, quand on évalue cette capacité [Savoia et al., 2012]. Il suffit de lire certains des rapports de l’International crisis group [2005, 2007, 2010] sur Haïti, au cours du temps, pour constater que les institutions du pays (judiciaires, policières, administratives et sociales) sont effectivement déficientes. Cependant, cet affaiblissement est le produit de divers facteurs.

6Cet affaiblissement est certainement aggravé par la dépendance d’Haïti envers des acteurs extérieurs. Mais bien que le maintien de l’aide des bailleurs internationaux soit en phase avec les désirs et priorités du gouvernement haïtien, il existe de nombreux éléments qui démontrent l’existence d’une interférence impérialiste [Dubois, 2012] et d’une influence des bailleurs sur les affaires économiques et politiques du pays [Dupuy, 2010 ; Farmer, 2003 ; Fatton, 2011 ; Maguire, 2011 ; Hallward, 2007 ; Robinson 2007]. Cette influence s’est, sans surprise, intensifiée après le séisme, ce qui a mené certains à décrire le pays comme un « protectorat virtuel de la communauté internationale » [Fatton, 2014].

7En effet, le triplement du montant de l’aide entre 2009 et 2010 est allé de pair avec celui du degré de supervision et de contrôle [Lindstrom, 2012, p. 15]. Trois mois après le séisme, la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) est devenue le dernier exemple en date de cette influence étrangère. Co-présidée par Bill Clinton et par le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, elle coordonne et supervise l’arrivée de l’aide. Certains observateurs, comme le chercheur d’Oxford Paul Collier ont perçu ce montage de façon optimiste comme une « innovation au fort potentiel… qui pourrait servir de modèle pour l’aide aux États fragiles » [Collier, 2011, cité dans Katz 2013, p. 150]. Préoccupé par la capacité du gouvernement à agir rapidement et la potentielle mauvaise gestion des fonds, Collier écarta les critiques de la Commission en affirmant que « les revendications pointilleuses de souveraineté constituent une réponse inadéquate à des inquiétudes légitimes » [Collier, 2011, cité dans Katz, 2013, p. 150]. Les Haïtiens furent moins optimistes par rapport à la nouvelle entité. La loi d’urgence qui octroyait ses prérogatives à la Commission fut critiquée par de nombreux Haïtiens car elle donnait aux étrangers trop de pouvoir dans la gestion de l’après-séisme [Lindstrom, 2012, p. 15].

  • 3 Pour la totalité du débat sur cette question, voir Cox [1991].

8Et pourtant la nature précaire de la souveraineté haïtienne, et par extension sa capacité à agir de façon indépendante, ne trouve pas sa seule source dans sa dépendance vis-à-vis d’un ensemble d’acteurs extérieurs (les « amis d’Haïti », une myriade d’organisations non gouvernementales, une diaspora significative, et depuis 2004 les forces de maintien de la paix) et dans ses faibles capacités d’organisation et de contrôle territorial. Les exigences de la concurrence dans une économie globale ont aussi compromis sa capacité à gouverner ses propres affaires librement face aux interférences extérieures. À partir du travail de William Robinson [1996], j’ai soutenu ailleurs que pour comprendre la situation précaire d’Haïti, il nous faut reconnaître le contexte politique et économique global dans lequel celle-ci s’inscrit [Shamsie, 2004]. Deux processus pilotés depuis l’extérieur deviennent alors visibles : l’internationalisation de l’autorité et l’internationalisation de l’État. Il s’agit, pour le premier, du processus par l’intermédiaire duquel des organisations internationales comme la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement et le Fonds monétaire international sont passés du rôle d’administrateurs et de gestionnaires de l’économie globale à celui de gestionnaires d’États-nations particuliers, rôle qui exerce une influence profonde sur les politiques nationales. De la même façon, l’internationalisation de l’État, tel que conceptualisé par Robert Cox, est le processus par lequel l’État haïtien est converti en « une agence de réajustement des pratiques et des politiques économiques nationales aux exigences supposées de l’économie globale »3..

9Par leur action conjointe, ces processus ont vidé de leur sens les notions de souveraineté, d’auto-détermination et leur corollaire, les capacités de l’État (state capacity). Bien sûr, ces processus interdépendants affectent tous les États à des degrés divers, mais ils ont constitué un défi particulier pour Haïti, qui se situe à la marge du système global.

  • 4 Depuis le séisme, seul 1 % de l’aide humanitaire et 15 à 21 % de l’aide à long terme sont passés pa (...)

10Finalement, il faut aussi noter que trois décennies de néolibéralisme ont servi à intensifier les effets négatifs d’une position de « périphérie lointaine » [Fatton, 2014]. Les coupes dans les dépenses du gouvernement associées aux programmes d’ajustement structurel ont engendré un État rapetissé et moins présent. De plus, quand les bailleurs ont envoyé de l’aide, ils ont habituellement ignoré l’État et préféré les services d’organisations non gouvernementales, ce qui a affaibli à la fois les capacités et la légitimité de l’État [Dupuy, 1997 ; Gros, 2012]4.

11Néanmoins, la gouvernance néolibérale n’est pas un processus régulier ou linéaire, comme l’ont remarqué certains. Elle peut favoriser certains espaces dans un même territoire national. Les travaux de Charles Hale sur l’Amérique centrale sont particulièrement pertinents ici car ils nous aident à intégrer une dimension spatiale dans notre compréhension de la gouvernance néolibérale. Hale défend l’idée que l’État néolibéral change de pratiques de gouvernement. Il distingue entre des « nœuds de dynamisme qui requièrent une présence politique et économique active, par rapport à de vastes espaces qui deviennent essentiellement inutiles » [Hale, 2011, p. 194]. L’absence de l’État dans de vastes espaces « vides » est interprété par Hale comme un « effort de moins pour situer les habitants dans un récit de progrès et affirmer une autorité sur eux au nom du contrôle national sur le territoire » [Hale, 2011, p. 194]. En bref, « l’État néolibéral dévie de son mandat de contrôle exhaustif du territoire, et opte plutôt pour des zones différenciées de gouvernance selon des critères entrepreneuriaux » [Hale, 2011, p. 202]. Le résultat en est « une présence étatique plus instrumentale, pour maintenir l’ordre et récolter les bénéfices selon les initiatives économiques existantes » [Hale, 2011, p. 194]. Il ajoute : « Dans les lieux de forte priorité économique comme les enclaves touristiques et les zones franches, par exemple, l’État ne laisse rien au hasard, et se repose sur une batterie de règles et d’interdictions qu’il fait respecter en ayant un recours immédiat au pouvoir coercitif » [Hale, 2011, p. 196].

  • 5 Un État est considéré comme fragile quand son gouvernement refuse de ou n’est pas capable d’occuper (...)

12Il découle de cette analyse qu’il serait un peu trop rapide de penser l’État haïtien comme largement absent des vies de ses citoyens, comme le suggère la notion d’État fragile 5. Il est possible que dans les domaines dans lesquels la population est active dans l’économie nouvellement globalisée ou bien quand des secteurs organisés à l’échelle globale existent (zones de traitement des exportations, enclaves touristiques), l’État soit plus fort et efficace. Mon objectif analytique est d’examiner cet argument en étudiant la présence et l’efficacité de l’État, ainsi que la façon dont il gère le mécontentement de ses adversaires de la société civile, dans l’espace qui entoure le parc industriel.

Le mégaprojet Caracol

13Avant le séisme, des investisseurs dominicains, américains et coréens avaient déjà montré un intérêt pour l’industrie d’exportation de vêtements en Haïti. Malgré la faiblesse du pays en matière de gouvernance, l’instabilité politique persistante et l’infrastructure déficiente, les investisseurs étrangers étaient attirés par les deux avantages comparatifs du pays : d’une part, le coût du travail le plus bas de l’hémisphère, et d’autre part la proximité et l’accès préférentiel au marché américain. Les bailleurs internationaux étaient de leur côté désireux d’aider le gouvernement haïtien à exploiter ces avantages et à capitaliser l’intérêt des investisseurs.

  • 6 En anglais, the Haiti Economic Lift Program (Help) Act.

14Les objectifs post-séisme des bailleurs internationaux en matière d’exportations étaient simples : redynamiser l’industrie, attirer de nouveaux investissements étrangers et faire augmenter l’emploi formel dans des zones de traitement des exportations (ZTE). C’est en ayant cela à l’esprit que le Congrès américain a adopté la loi sur le « programme de soutien économique à Haïti » (Help 6) en 2010, qui prolongeait jusqu’en 2020 les avantages commerciaux de la loi précédente Hope II, en augmentant le niveau des préférences douanières et en étendant les avantages du duty free à des produits textiles et d’habillement supplémentaires. Les préférences accordées à Haïti sous Hope II et Help sont uniques car elles sont virtuellement dénuées de quotas. Ces préférences commerciales étant plus avantageuses que celles accordées aux concurrents régionaux, le gouvernement et les bailleurs espèrent qu’Haïti deviendra une plateforme offshore d’exportation particulièrement intéressante pour le marché américain.

15Les vêtements constituent plus de 80 % du total des exportations du pays, et selon l’Association des industries d’Haïti (Adih), Haïti a exporté en 2012 près de 750 millions de dollars d’habillement, ce qui en fait la seconde source de devises du pays, après les mandats d’argent envoyés par les émigrés. L’industrie emploie environ 30 000 personnes, elle est donc, de loin, le plus grand employeur privé du pays [Fibre2Fashion, 2013].

  • 7 Caracol est la division administrative connue comme la commune, composée de deux sections (Chanpen (...)

16Presque toutes les ZTE de la production vestimentaire sont concentrées à Port-au-Prince et dans ses environs. La plupart des usines se trouvent dans l’une des deux zones franches situées près de l’aéroport et du port. Il faut noter que la capacité de Port-au-Prince augmente encore après la récente création de deux nouvelles zones franches qui emploieront 5 000 travailleurs locaux. Il existe tout de même deux ZTE en dehors de la capitale, l’une à Ouanaminthe à la frontière nord avec la République dominicaine, et l’autre à côté de Caracol 7 (l’étude de cas de cet article). Les deux sont stratégiquement situées à côté de la frontière dominicaine afin de bénéficier de l’infrastructure d’exportation dominicaine (quand Hope II était en négociation, la communauté dominicaine des affaires a fait pression pour que ses produits puissent aussi être vendus comme duty free s’ils étaient partiellement produits en Haïti). Par exemple, la ZTE de Ouanaminthe, qui est gérée par la Compagnie de développement industriel (Codevi), est dépendante de l’électricité et des télécommunications dominicaines et la marchandise produite dans la zone est exportée par les ports dominicains, soit Puerto Plata sur la côte nord, soit Rio Haina dans le sud [Shamsie, 2009].

17Bien que le parc industriel de Caracol fût déjà au stade de la planification avant le séisme, la destruction de Port-au-Prince a donné à ses soutiens internes et étrangers une impulsion supplémentaire à la mise en œuvre du projet, étant donné qu’il créerait de l’emploi hors de la capitale. Ses défenseurs croyaient aussi qu’en redirigeant le développement économique hors de la région de la capitale, ce mégaprojet commencerait à remplir un objectif de long terme de décentralisation économique. Les 250 hectares du parc industriel Caracol constituent un joint venture entre le gouvernement haïtien, le ministère états-unien des Affaires étrangères, la Banque interaméricaine de développement (BID) et l’industriel de textile coréen Sae-A Trading Co. Ltd. Le gouvernement haïtien a fourni les terres (réquisitionnées en novembre 2011), la BID a contribué à hauteur de 100 millions de dollars à construire le parc actuel, tandis que le gouvernement américain a fourni 124 millions de dollars pour construire une centrale électrique pour le parc, des logements près de la zone et un port. De son côté, Sae-A a promis d’investir 78 millions de dollars, ce qui inclut la promesse de construire une fabrique de tricot et de teinture ainsi qu’une école [Sontag, 2012].

L’État haïtien en action

18Si les bailleurs ont certes choisi le modèle de développement économique et pris la décision de construire un parc industriel, des parties significatives du projet se sont trouvées entre les mains du gouvernement haïtien. Par exemple, des fonctionnaires de l’État ont décidé où le parc serait situé, comment traiter les travailleurs dans la zone industrielle (loi du travail et sur le salaire minimum), et comment les communautés locales proches de la ZTE seraient impliquées.

  • 8 Pour un compte rendu détaillé des études menées sur la ZTE de Caracol et les inquiétudes exprimées (...)

19Nous nous concentrons ici sur la décision importante de la localisation, parce qu’elle a été très controversée. L’État avait plusieurs options. Caracol constituait seulement une possibilité parmi d’autres suggérées par une entreprise américaine chargée de repérer des sites pour le parc, et c’était un site controversé. Il semble que le gouvernement l’ait choisi pour sa proximité avec le Trou de la Rivière Nord, qui pouvait absorber un volume substantiel d’eau traitée, pour l’existence d’une réserve souterraine abondante d’eau, et le fait que la plupart de la terre était propriété de l’État, ce qui rendait sa réquisition moins problématique [Haiti Grassroots Watch, 2011 ; Sontag, 2012]. Les critiques avaient deux inquiétudes : la perte de terres fertiles et la proximité du site avec une zone côtière importante et en même temps fragile sur le plan écologique, qui abrite l’une des dernières forêts de mangrove d’Haïti ainsi qu’une grande barrière de corail 8. Il est pertinent de souligner ces deux inquiétudes car elles montrent bien que l’État est capable d’avancer sur ce mégaprojet malgré des critiques à la fois internes et externes.

20En ce qui concerne le lieu, la parcelle de Caracol appartenait principalement au gouvernement, bien qu’elle soit occupée par des fermiers qui produisaient pour le marché local. Occuper ces terres pour construire un complexe manufacturier qui emploiera potentiellement des milliers de travailleurs ne semble pas déraisonnable. Cependant, il est important de revenir sur le contexte plus large dans lequel ces terres fertiles ont été sacrifiées pour des objectifs industriels, afin de comprendre la signification de cette décision sur la « localisation » du projet. Comme l’a signalé Jennie Smith :

« Avec le taux accru de dégradation de l’environnement pendant les dernières décennies, la baisse régulière de la productivité qui a été son corollaire, l’accroissement de la pression démographique, la diminution du nombre de terres possédées par les pauvres, l’augmentation des inégalités, ainsi qu’une variété d’autres facteurs, les paysans haïtiens se trouvent aujourd’hui dans une quête impossible pour obtenir suffisamment de terres pour survivre » [Smith, 2001, p. 70].

21De plus, de récents événements mondiaux rendent également cette décision remarquable. En 2008, les prix élevés des biens ont fortement touché les Haïtiens qui sont très dépendants de la nourriture importée. En réponse à la spirale inflationniste des prix de la nourriture, le gouvernement a accru son soutien à la production agricole nationale et a fait du secteur rural une priorité. Cet engagement a été renforcé après le séisme. En effet, le plan de construction post-séisme du gouvernement (le Plan d’action pour le relèvement et le développement national, ou PARDN) se référait à l’agriculture comme « l’un des piliers de la stabilité du pays » et un « axe essentiel » de son développement [Government of Haiti, 2010, p. 9].

  • 9 Les chercheurs ont montré que la population rurale d’Haïti a été historiquement exclue et privée de (...)

22Le gouvernement aurait pu montrer son engagement à investir à long terme dans les capacités productives et de marketing de la paysannerie du pays en choisissant un site différent. En même temps, cette décision de sacrifier des terres productives n’est pas extraordinaire. En 2001-2002, le gouvernement de Jean-Bertrand Aristide avait déjà déplacé un grand nombre de paysans de la plaine de Maribahoux, les forçant ainsi à quitter des terres fertiles pour construire la ZTE Codevi de Ouanaminthe [Fatton, 2007, p. 209]. Les visées industrielles ont alors déjà pris le pas sur la sécurité alimentaire et rurale 9 dans le passé, et l’État haïtien a déjà repoussé les objections et les mobilisations de la société civile afin de remplir ses objectifs.

23En ce qui concerne le second problème – l’impact environnemental potentiel – le chef de la fondation Société Audubon Haïti a déjà exprimé une critique cinglante : « C’est une hérésie d’avoir choisi cet endroit » [Sontag, 2012]. Deux éléments sont à souligner : tout d’abord, aucune étude sur l’impact environnemental n’a été menée avant la prise de décision du gouvernement, et ensuite, il semble que le ministre de l’Environnement d’Haïti n’a pas été consulté à propos de l’intérêt du site. Le ministère a exprimé son désaccord mais après l’annonce de la décision par le gouvernement. Un peu plus tard, une étude d’impact a finalement été conduite, et elle juge que le projet aura « un impact environnemental fortement négatif » [Haiti Grassroots Watch, 2011]. C’est avant tout l’usage extensif de l’eau ainsi que l’accroissement de la pollution qui posent problème, ainsi que l’impact négatif potentiel sur la fragile baie avoisinante, due à l’arrivée massive de travailleurs en quête d’emploi dans la zone [Sontag, 2012]. Le fait que la centrale électrique financée par les États-Unis pour la ZTE utilise du fioul lourd a aussi été pris en compte dans l’étude d’impact [Sontag, 2012 ; Haiti Grassroots Watch, 2011].

  • 10 Groupe de discussion thématique avec 15 membres du Casec (conseil d’administration des collectivité (...)
  • 11 L’Asec est un comité élu qui fonctionne comme un parlement rural et qui fait contrepoids au Casec. (...)
  • 12 Entretien avec Colas Landry, février 2013.

24À la lumière de ces problèmes, il est important de souligner que la décision sur le site a été prise sans consulter la communauté locale ni les élus locaux 10. Le maire de Caracol, les membres du conseil d’administration de section communale (Casec) et les assemblées des sections communales (Asec) 11 n’ont pas été contactés. Le maire de l’époque, Colas Landry (maire de Caracol de décembre 2006 à juillet 2012) a découvert l’existence du mégaprojet par hasard. Une fois informé, il a dit : « Je n’ai pas eu de poids dans la prise de décision. Ils vous utilisent juste pour faire passer leurs idées » 12. Malgré tout, Landry a demandé plus d’informations, ce qui lui a permis de rencontrer le ministre de l’Intérieur en 2011. Il a formulé des objections quant à la localisation du projet, notamment le fait que les terres étaient fertiles et utilisées pour produire pour la consommation locale. « J’ai essayé de changer les choses mais ceux d’en haut n’ont pas écouté », a-t-il déclaré. Landry a ensuite appelé des représentants locaux du gouvernement (Casec et Asec) pour les informer de l’existence du projet.

25Les habitants de Caracol et des environs ont été les derniers à apprendre l’existence du mégaprojet. L’un des paysans, qui est plus tard devenu membre de l’Association pour la défense des travailleurs de Caracol (ADTC) a déclaré :

  • 13 Groupe de discussion thématique, citation de Paul Wadin, ADTC, février 2013.

« C’est seulement quand nous y sommes allés [à une réunion] que nous avons appris que nous allions perdre nos terres. Ils n’ont rien dit à personne. C’est seulement quand nous avons demandé une explication qu’ils [Casec/Asec et maire] nous ont parlé. Nous avons demandé comment ils avaient pu permettre qu’une telle chose arrive – ils nous ont dit qu’ils n’étaient même pas au courant. Alors nous leur avons demandé de faire blocage »13.

26Une fois la décision prise concernant le lieu, le gouvernement s’est occupé de : 1. obtenir le soutien et l’acceptation des communautés environnantes, et 2. disperser la résistance. Il a créé un certain nombre de commissions ou de mécanismes de coordination liés à différents aspects du développement du parc industriel : l’environnement, la gestion des terres, la nourriture et le transport des travailleurs, et au-delà le développement régional. Ils ont aussi informé les élus locaux et les habitants sur le mégaprojet par l’intermédiaire d’un envoyé spécial.

27D’après les récits faits à la fois par les fonctionnaires locaux et les habitants, le conseiller économique du Premier ministre est venu, le 5 janvier 2011, rencontrer les paysans locaux et les personnalités locales de la société civile ainsi que les habitants intéressés pour répondre à leurs questions. La réaction initiale des résidents locaux, notamment des paysans et des pêcheurs, fut la colère et le scepticisme :

  • 14 Entretiens menés en groupe de discussion, citation de Vilestin Arnold, février 2013.

« Nous étions tous fous et nous pensions “ce n’est pas possible” ! Nous sommes ceux qui devraient être chargés du développement dans notre zone ! Il y a des paysans sur ces terres depuis 30-60 ans ! C’est comme ça qu’ils donnent à manger à leurs enfants, qu’ils subviennent aux besoins de leur famille »14.

  • 15 Entretien avec Previl Fedlin, pasteur de l’Église baptiste et membre du Mouvement pour la reconstru (...)

28Malgré l’opposition exprimée pendant cette première réunion d’information, l’envoyé du gouvernement réussit à obtenir une acceptation rancunière des personnes présentes grâce à une série de promesses de compensation et à la garantie que les personnes résidant près de la ZTE Caracol seraient les premières à bénéficier de son développement. Selon Previl Fedlin, le chef local de l’Église baptiste, on a aussi dit aux habitants qu’ils travailleraient à la construction du parc industriel et seraient les premiers à être embauchés une fois le chantier fini15. Cela fut confirmé par les fonctionnaires municipaux :

  • 16 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Princival J. George, délégué (...)

« Ils avaient promis que sur 50 travailleurs du parc, 30 viendraient de Caracol. Cela n’a jamais été le cas. » 16

  • 17 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Menard Wilson, Asec de Glaud (...)

« Si on pense à toutes les promesses qu’ils nous ont faites ! La seule promesse qu’ils ne nous ont pas faite est qu’on pourrait réunir la terre et la mer ! Ils ont dit que leur priorité était la communauté, que les gens de Caracol récolteraient les bénéfices du projet, ils nous ont convaincus. » 17

  • 18 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation d’Alfred Johnson, Asec de Chanp (...)

« Ils ont promis qu’il y aurait des aides pour les pêcheurs, pour les gens qui fabriquent du sel, pour les paysans, pour les éleveurs, ils ont dit qu’ils investiraient dans ces domaines. Ils ne l’ont jamais fait… Quand ils décrivaient le nombre de personnes qui trouveraient un emploi, nous avons demandé comment ce serait pour ceux qui n’avaient pas de qualification. Ils ont dit que tout le monde pourrait travailler, qu’ils seraient formés. »18

  • 19 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation d’un membre de l’ADTC, février (...)

29La capacité reconnue de coercition de l’État haïtien a semble-t-il aussi joué un rôle dans l’obtention de l’acceptation du mégaprojet. Selon un membre du Mouvement paysan pour le progrès de Caracol (Mouvman Peyizan pou Avansman Karakol, Mopak), l’envoyé du gouvernement a dit aux résidents : « Que vous l’acceptiez ou pas, ils vont prendre vos terres, si vous résistiez, vous pourriez mourir ». Dans la même veine, on trouve le point de vue exprimé par un membre de l’Association de défense des droits de travailleurs de Caracol (Asosyasyon pou la défanse travaye Karakol, ADTC) : « L’État haïtien est dangereux, si tu lui poses des obstacles, il peut t’arriver n’importe quoi » 19. En effet, l’unité départementale de maintien de l’ordre (UDMO), décrite par un fonctionnaire comme une « branche violente de la police », a été envoyée sur le site industriel pour disperser les manifestants. Malgré les difficultés bien documentées en matière de professionnalisation des forces de police d’Haïti, leur capacité à exercer leur autorité et leur pouvoir et à se faire respecter en zone rurale semble forte.

Gérer les mécontentements, ou comment les élus locaux perdent leur légitimité

  • 20 L’UTE a un budget de fonctionnement d’un million de dollars américains, grâce à un prêt de la Banqu (...)

30L’État a tenu une partie de ses promesses envers les résidents de Caracol. Par exemple, l’Unité technique d’exécution (UTE)20, une agence du ministère des Finances, a été mise en place pour reloger les paysans déplacés, et pour fournir des compensations qui couvrent les coûts des récoltes perdues jusqu’à l’obtention de nouvelles terres. Elle a payé chaque paysan « 1 450 $ par hectare pour compenser leur perte de revenus, et 1 000 $ de plus par hectare pour la nourriture que les familles auraient obtenue en cultivant leurs parcelles » [Haiti Grassrrots Watch, 2013]. Mais en juillet 2013, de nombreux habitants attendent toujours la tenue des promesses liées à l’obtention d’emplois dans le parc industriel, de logements et d’infrastructures.

  • 21 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Princival J. George, délégué (...)

« Ils ont dit que les paysans qui avaient perdu des terres et avaient des enfants en âge de travailler obtiendraient des emplois. Mais ils n’ont rien eu. Ils ont dit que si les gens déplacés avaient 50 ou 60 ans, qu’ils leur construiraient un logement. Mais ils n’ont rien eu. Ils ont dit que s’il y avait des gens expulsés de leurs terres qui ne pouvaient pas travailler, ou que leurs enfants ne pouvaient pas travailler, qu’on leur donnerait un logement. Mais ils n’ont rien eu. Le nombre de gens qui travaillent dans le parc industriel et qui viennent de Caracol ne représente pas 3 % du total des travailleurs. »21

  • 22 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Menard Wilson, Casec de Glau (...)

31Bien que les habitants de la zone aient accepté la ZTE, la frustration est forte et elle se maintient à cause de la lenteur avec laquelle arrivent les compensations et les bénéfices attendus. Il est intéressant de constater que ce sont les élus locaux (membres des Casec et Asec) qui ont dû porter le poids des mécontentements. Les hommes politiques locaux sont devenus des personnes tampons entre le gouvernement central et les habitants, en gérant les attentes des habitants pour soutenir le projet de développement économique du gouvernement. Par exemple, ils ont souvent calmé les habitants pour éviter des explosions de violence. Leur capacité à jouer ce rôle vient des relations de confiance qu’ils entretiennent avec leurs électeurs. Un élu de Casec remarquait : « La population nous fait confiance, ils nous écoutent. Nous tentons d’accompagner le développement, nous promettons le changement. »22

32Mais les élus des Casec et des Asec ont seulement commencé à soutenir le mégaprojet après que le gouvernement ait promis des emplois, des logements, de l’infrastructure et un soutien à la pêche et à l’agriculture locale. Quand ces promesses mettaient du temps à être tenues, ces hommes politiques locaux se sont trouvés déchirés entre leur rôle de défense des habitants et d’avocat des politiques de l’État :

  • 23 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation d’Alfred Johnson, Asec de Chanp (...)

« Jusqu’à présent, nous calmons les gens car nous ne voulons pas de violence par ici. Ils sont toujours devant le portail, chaque lundi, à chaque fois, demandant des emplois. Parfois ils arrêtent si nous réussissons à les calmer… Au début ils voulaient brûler des pneus, mais nous sommes intervenus pour les aider à se mobiliser de façon pacifique »23.

33Ces rôles duaux et contradictoires ont desservi les hommes politiques locaux et eus des implications pour la démocratie municipale et locale. Un membre du Casec de Glaudine constatait :

  • 24 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Joseph Jean Claude, Casec de (...)

« En tant qu’autorités locales, ça nous retombe dessus ! Ils [le gouvernement national] nous ont utilisés pour construire le parc. Et ils nous ont détruits en tant que leaders ! Parce que les gens, nos électeurs, qui croyaient en nous, qui avaient voté pour nous, qui avaient placé en nous leur espoir, ils nous envoient pour les représenter. Nous, les Casec/Asec, nous avons dû nous réunir avec les gens pour les convaincre de ne pas être violents. Nous étions convaincus qu’ils auraient du travail, nous leur avons dit de ne pas être violents parce qu’on leur donnerait du travail. Mais ils n’en ont jamais eu, alors maintenant on est dans leur ligne de mire ! »24

34Un membre de l’Asec de Chanpen a fait écho en déclarant :

  • 25 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Charles Julien, Asec de Chan (...)

« Nous avions du pouvoir, les paysans nous écoutaient… C’est pour cela qu’ils nous ont écoutés quand nous leur avons demandé de ne pas se mobiliser contre le parc. Maintenant, on est fini, pour les gens on ne représente plus rien. »25

35Les recherches sur la démocratisation et la décentralisation suggèrent que les gouvernements municipaux sont des lieux essentiels de construction démocratique, car ils sont « plus proches des gens ». Comme Jonathan Fox l’a constaté dans son étude du Mexique rural : « C’est au niveau local que la plupart des citoyens obtiennent un accès à l’État ou s’en retrouvent exclus » [Fox, 1994, p. 106, cité dans Cameron, 2010, p. 3]. En sus, à partir de son travail sur la région andine, John Cameron observe que là où « des relations très asymétriques et de servilité, qui ont caractérisé les systèmes néo-féodaux de production agricole, ont perduré, les gouvernements locaux ont un rôle particulièrement important à jouer pour promouvoir une culture politique de citoyenneté démocratique » [Cameron, 2010, p. 3]. Envoyer les hommes politiques locaux gérer les mécontentements peut fonctionner sur le court terme, mais l’État haïtien y sacrifie peut-être un espace essentiel pour créer une relation partenariale avec ses citoyens. Pour le formuler simplement : les relations de plus en plus tendues entre les représentants Casec et Asec et leurs électeurs peuvent fortement peser sur le projet plus vaste que constitue la construction de la démocratie et de la légitimité de l’État.

Conclusion

36Cet article a analysé comment l’État haïtien a mis en place le projet de développement économique le plus important de l’ère post-séisme, un parc industriel, dans un espace reculé du pays. En retraçant comment la ZTE a été implantée et protégée par l’État haïtien, nous avons pu étudier les interactions entre l’État et la société civile, ainsi que la capacité de l’État à mener à bien un projet – une dimension clé de la capacité de l’État et de la bonne gouvernance. L’étude de cas a montré que l’État haïtien a eu un impact sur les attentes de la population vis-à-vis du projet, a expressément limité l’engagement de l’État à certaines étapes du projet, a contrôlé les groupes de mécontents en utilisant une force minime, et a géré la frustration croissante de la société civile en la canalisant vers les élus locaux. En bref, ces résultats montrent l’existence d’un État capable de mettre en place un mégaprojet, tout en contournant les troubles et les mobilisations populaires quand c’est nécessaire. Certes, cet État ne serait pas bien noté en matière de transparence et de consultation de la population. Cependant, sa capacité à diriger et à mener à bien un projet de développement économique semble satisfaisante, et certainement acceptable.

37Je reconnais que cette description et cette interprétation de la capacité de l’État haïtien sont contre-intuitives et qu’il faut interpréter ce cas isolé avec prudence puisqu’il n’offre qu’un simple instantané d’un phénomène. Cependant, ces aperçus sur l’action de l’État au concret peuvent mener à faire des observations qui méritent des analyses plus approfondies, particulièrement pour deux d’entre elles.

38Premièrement, il nous faut reconsidérer la manière dont nous évaluons et qualifions la capacité des États étiquetés comme « fragiles » ou « faillis ». Bien qu’Haïti soit mal classé sur les indicateurs clés en matière de capacité et de gouvernance, d’offre de services et de stabilité politique, dans certains cas, quand les enjeux économiques sont élevés, sa capacité semble meilleure. Les excellentes observations de Hale sur la nature de la gouvernance néolibérale, c’est-à-dire sur les degrés différenciés de gouvernance qui existent sur un territoire national donné, peuvent en partie éclairer les contours et les caractéristiques de l’État haïtien en matière de mise en œuvre et de capacité dans la région de Caracol. Cela pourrait expliquer pourquoi nous voyons un État présent, actif, vigilant, attentif au maintien de l’ordre, et généralement plus présent dans les espaces adjacents au parc industriel.

39De façon corollaire, quand nous évaluons la capacité de l’État, nous devrions faire plus attention à ce que fait concrètement l’État dans la vie politique quotidienne (les relations de pouvoir, le patronage, le clientélisme), même quand ces comportements contredisent nos conceptions idéales de construction de l’État, de bonne gouvernance et de citoyenneté démocratique. En bref, si nous laissons de côté nos présuppositions et nos convictions normatives sur ce que doit faire l’État, nous aurions peut-être une vision plus claire de ses capacités. Cela nous permettrait d’accorder plus de poids à ses capacités de cooptation et d’apaisement d’adversaires en colère et en général de limitation de la résistance à des projets clés en tant qu’indicateurs de capacité. Plus généralement, il nous faut analyser les soi-disant États « fragiles » du Sud et leurs réalités politiques de façon plus complexe que ce que cette notion semble impliquer. Nous avons au moins besoin d’une compréhension plus nuancée de la « fragilité » de l’État haïtien.

40La seconde remarque est liée à la perspective d’une refondation et au rôle des relations entre État et société dans ce processus. Dans le cas de Caracol, le manque de consultation/partenariat et de transparence ne semble pas le produit d’une capacité faible de l’État, mais plutôt d’un manque de volonté politique ou d’une tendance à l’opportunisme. En sus, bien qu’il soit clair que la position d’Haïti dans l’économie globale et son extrême dépendance vis-à-vis de la « communauté internationale » influencent fortement ses politiques dans des domaines clés, ces liens contraignants ne devraient pas avoir un impact sur les relations entre le gouvernement et ses citoyens sur des projets spécifiques – même les mégaprojets proposés et financés par des acteurs externes. Il semblerait que cet élément du projet de refondation puisse être le propre de l’État haïtien et dirigé par cet État – en tout cas, la question de la capacité ne constitue visiblement pas un obstacle à cet objectif louable.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Baranyi Stephen, « Introduction: Peacebuilding and Reconstruction in Haiti », Journal of Peacebuilding and Development, 2011, vol. 6, n° 3, p. 3-16.
DOI : 10.1080/15423166.2011.287073200651

Barthélemy Gérard, Le pays en dehors, Montréal, Centre international de documentation et d'information haïtienne, carïbéene et afro-canadienne (CIDIHCA), 1989.

Browne Stephen, Aid to Fragile States. Do Donors Help or Hinder? United Nations University - World Institute for Development Economics Research, 2007.

Cameron John, Struggles for Local Democracy in the Andes, Boulder, First Forum Press/Lynne Rienner Publishers, 2010.

Châtaigner Jean-Marc, Gaulme François, Agir en faveur des acteurs et des sociétés fragiles : pour une vision renouvelée des enjeux de l’aide au développement dans la prévention et la gestion des crises, Paris, Agence française de développement, 2005.

Collier Paul, « Haiti’s Rise from the Rubble », Foreign Affairs, vol. 90, n° 5, 2011.

Cox Robert, « New Policy Directions for the State », in Daniel Drache and Méric S. Gertler (éd.), The New Era of Global Competition: State Policy and Market Power, Montréal, McGill-Queens University Press, 1991, p. 338-339.

Department for International Development UK, Why We Need to Work More Effectively in Fragile States, London, DFID, 2005.

Dubois Laurent, Haiti. The Aftershocks of History, New York, Metropolitan Books, 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupuy Alex, « Disaster Capitalism to the Rescue: The International Community and Haiti after the Earthquake », NACLA Report on the Americas, vol. 43 (4), 2010, p. 14-19.
DOI : 10.1080/10714839.2010.11722192

Dupuy Alex, Haiti in the New World Order: The Limits of the Democratic Revolution, Boulder, Westview Press, 1997.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Farmer Paul, Pathologies of Power. Health, Human Rights, and the New War on the Poor, Berkeley, University of California Press, 2003.
DOI : 10.1525/nad.2003.6.1.1

Fatton Robert Jr, Haiti: Trapped in the Outer Periphery, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2014.

Fatton Robert Jr, « Haiti’s Unending Crisis of Governance: Food, the Constitution and the Struggle for Power », in Jorge Heine et Andrew S. Thompson (éd.), Fixing Haiti, New York, United Nations University Press, 2011.

Fatton Jr Robert, The Roots of Haitian Despotism, Boulder, Lynne Rienner, 2007.

Fibre2Fashion, « A talk with Mr. Gregor Avril, Executive Director, Association of Industries of Haiti (ADIH) », 2 juillet 2013 : http://www.fibre2fashion.com/sector-pulse/association-of-industries-of-haiti-adih/mr-gregor-avril.asp [consulté le 30 mai 2014].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fox Jonathan, « Latin America’s Emerging Local Politics », Journal of Democracy, vol. 5, n° 2, 1994, pp. 105-116.
DOI : 10.1353/jod.1994.0021

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

François Monika, Sud Inder, « Promoting Stability and Development in Fragile and Failed States », Development Policy Review, vol 24, n° 2, 2006, p. 141-160.
DOI : 10.1111/j.1467-7679.2006.00319.x

Government of Haiti, Action Plan for National Recovery and Development (english translation), Port-au-Prince, 2010.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gros Jean-Germain, « Anatomy of a Haitian Tragedy: When the Fury of Nature Meets the Debility of the State », in Journal of Black Studies, vol. 42, n° 2, 2012, p. 131-157.
DOI : 10.1177/0021934710394442

Haiti Grassroots Watch, Haiti: Open for Business, 2011 : http://www.haiti-liberte.com/archives/volume5-22/Martelly government.asp [consulté le 30 mai 2014].

Haiti Grassroots Watch, « Caracol By The Numbers. The Caracol Industrial Park : Worth the risk? », 2013 : http://haitigrassrootswatch.squarespace.com/haiti-grassroots-watch-engli/2013/3/7/the-caracol-industrial-park-worth-the-risk.html [consulté le 30 mai 2014].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hale Charles, « ¿Resistencia para qué? Territory, autonomy and neoliberal entanglements in the ‘empty spaces’ of Central America », Economy and Society, vol 40, n° 2, 2011, p. 184-210.
DOI : 10.1080/03085147.2011.548947

Hallward Peter, Damming the Flood. Haiti, Aristide, and the Politics of Containment, London, Verso, 2007.

Hanson Jonathan K., Sigman Rachel, « Leviathan’s Latent Dimensions: Measuring State Capacity for Comparative Political Research », APSA 2011 Annual Meeting Paper, 2013, http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1899933 [consulté le 30 mai 2014].

Heine Jorge, Thompson Andrew S. (ed.), Fixing Haiti. Minustah and Beyond. Tokyo, New York, Paris, United Nations Press, 2011.

International Crisis Group, « Spoiling Security in Haiti », Report n° 13, Bruxelles, International crisis group, 2005.

International Crisis Group, « Consolidating Stability in Haiti », in Crisis Group Latin America/Caribbean Report, n° 21, 2007.

International Crisis Group, Haiti: Stabilisation and Reconstruction After the Quake. Washington D.C., ICG, 2010.

Katz Jonathan, The big truck that went by: How the world came to save Haiti and left behind a disaster, Basingstoke, Palgrave McMillan, 2013.

Lindstrom Beatrice, Countries at the Crossroads: Haiti. Freedom House 2012 : http://www.freedomhouse.org/report/countries-crossroads/2012/haiti (consulté le 30 mai 2014).

Lockhart Clare, « From Aid Effectiveness to Development Effectiveness: Strategy and Policy Coherence in Fragile States », in Background paper prepared for the Senior Level Forum on Development Effectiveness in Fragile States, 2006.

Maguire Robert, « US Policy towards Haiti under the Administration of George W. Bush and Barack Obama », in Jorge Heine, et Andrew S. Thompson, (ed.), Fixing Haiti, New York, United Nations University Press, 2011.

Mathieu Guyto, « Haiti - Social: Strong intervention of the UDMO to Curtis and Maro », Haiti Libre, 19 juin 2012 : http://www.haitilibre.com/en/news-5929-haiti-social-strong-intervention-of-the-udmo-to-curtis-and-maro.html [consulté le 30 mai 2014].

Midy Franklin, « Haiti SOS: Aide Internationale à la reconstruction, solidarité pour la reconstruction nationale », in Martinez Andrea, Beaudet Pierre, Baranyi Stephen (éd.), Haïti aujourd'hui, Haïti demain : Regards croisés, Ottawa, University of Ottawa Press, 2011.

Ramachandran Vijaya, Walz Julie, Haiti: Where Has All the Money Gone? Washington D. C., Center for Global Development, 2012.

Robinson Randall, An Unbroken Agony. Haiti, From Revolution to the Kidnapping of a President, New York, Basic Civitas Books, 2007.

Robinson William I., Promoting Polyarchy. Globalization, US Intervention and Hegemony, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Savoia Antonio, Sen Kunal, Measurement and evolution of state capacity: exploring a lesser known aspect of governance, Manchester, School of Environment and Development, University of Manchester, 2012.

Schuller Mark, « Invasion or Infusion? Understanding the Role of Contemporary NGOs in Haiti », in The Journal of Haitian Studies, vol. 13, n° 2, 2007, p. 96-119.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shamsie Yasmine, « Export Processing Zones : The Purported Glimmer in Haiti’s Development Murk », Review of International Political Economy, vol. 16, n° 4, 2009, p. 649-672.
DOI : 10.1080/09692290802477670

Shamsie Yasmine, « Building Low Intensity Democracy in Haiti: The OAS Contribution », Third World Quarterly, vol. 25, n° 6, 2004, p. 1 097-1 115.

Smith Jennie M, When the Hands are Many. Community Organization and Social Change in Rural Haiti, Ithaca, Cornell University Press, 2001.

Sontag Deborah, « Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken », The New York Times, 6 juillet 2012.

Usaid, Fragile States Strategy, Washington, Usaid, 2005.

Verner Dorte, Egset Willy, Social Resilience and State Fragility in Haiti. A Country Social Analysis, Washington D.C., The World Bank, 2007.

World Bank. Engaging with Fragile States: An IEG Review of World Bank Support to Low Income Countries Under Stress (LICUS), Washington D.C., The World Bank, 2006 : http://ieg.worldbankgroup.org/Data/reports/licus.pdf (consulté le 30 mai 2014).

Haut de page

Notes

1 Cet article est fondé sur un travail de terrain mené en février 2013 dans les villages voisins du parc industriel Caracol. J’ai dirigé des groupes de discussion thématique avec 13 travailleurs du parc industriel, 14 membres d’organisations de la société civile locale, dont des organisations paysannes, 15 fonctionnaires du gouvernement, 8 paysans expulsés de leurs terres, le prêtre catholique local, l’ancien maire et le maire actuel de Caracol. Je remercie Marylynn Steckley et Nixon Boumba de leur précieuse aide sur le terrain. Sans leurs compétences extraordinaires en matière d’organisation, leur énergie et leur attention au détail, cet article n’aurait pu être écrit. Je suis particulièrement redevable à Marylynn de ses traductions rigoureuses de toutes les discussions menées en groupe.

2 Baranyi s’inspire de l’excellent travail de Franklin Midy [2011] sur cette question.

3 Pour la totalité du débat sur cette question, voir Cox [1991].

4 Depuis le séisme, seul 1 % de l’aide humanitaire et 15 à 21 % de l’aide à long terme sont passés par l’État haïtien. Les ONG et des entreprises privées ont reçu le reste, et apporté des services sociaux à la population. C’est pourquoi Vijaya Ramachandran et Julie Walz suggèrent que « la domination des ONG internationales et des entreprises privées en Haïti a créé un État parallèle plus puissant que le gouvernement lui-même » [2012, p. 37]. Voir aussi Schuller [2007].

5 Un État est considéré comme fragile quand son gouvernement refuse de ou n’est pas capable d’occuper les fonctions de mise en œuvre de la sécurité et de l’autorité, de protection et de promotion des droits humains, d’égalité de genre, d’État de droit, et de fournir les services les plus élémentaires. Il existe une littérature abondante sur la faiblesse de l’État (Browne, 2007 ; Usaid, 2005 ; Lockhart, 2006 ; World Bank, 2006 ; Department for International Development UK, 2005 ; Châtaigner et Gaulme, 2005 ; François et Sud, 2006), cependant nous n’avons pas la place d’en faire ici état.

6 En anglais, the Haiti Economic Lift Program (Help) Act.

7 Caracol est la division administrative connue comme la commune, composée de deux sections (Chanpen et Glaudin) et du centre-ville de Caracol.

8 Pour un compte rendu détaillé des études menées sur la ZTE de Caracol et les inquiétudes exprimées sur sa localisation, voir Haiti Grassroots Watch/Haïti Liberté [2011].

9 Les chercheurs ont montré que la population rurale d’Haïti a été historiquement exclue et privée de l’assistance de l’État [Barthélemy, 1989; Fatton Jr, 2007; Smith, 2001].

10 Groupe de discussion thématique avec 15 membres du Casec (conseil d’administration des collectivités territoriales) de Glaudine, de l’Asec (assemblée des sections communales) de Chanpen et Glaudine, ainsi que les délégués de la région, le 10 février 2013.

11 L’Asec est un comité élu qui fonctionne comme un parlement rural et qui fait contrepoids au Casec. Le Casec est un comité de trois membres, élus par les autorités civiles de la section rurale. Le Casec met en place les décisions prises par l’Asec. C’est l’administrateur public au niveau local, qui s’occupe des infrastructures et participe aux activités de développement local [Verner and Egset, 2007, p. 49].

12 Entretien avec Colas Landry, février 2013.

13 Groupe de discussion thématique, citation de Paul Wadin, ADTC, février 2013.

14 Entretiens menés en groupe de discussion, citation de Vilestin Arnold, février 2013.

15 Entretien avec Previl Fedlin, pasteur de l’Église baptiste et membre du Mouvement pour la reconstruction de Caracol (Moreka, Mouvman pou Rebati yon Karakol). Le groupe travaille comme médiateur entre les citoyens locaux et les propriétaires des usines de l’ETZ.

16 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Princival J. George, délégué, février 2013.

17 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Menard Wilson, Asec de Glaudine, février 2013.

18 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation d’Alfred Johnson, Asec de Chanpen, février 2013.

19 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation d’un membre de l’ADTC, février 2013.

20 L’UTE a un budget de fonctionnement d’un million de dollars américains, grâce à un prêt de la Banque interaméricaine de développement.

21 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Princival J. George, délégué, février 2013.

22 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Menard Wilson, Casec de Glaudine, février 2013.

23 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation d’Alfred Johnson, Asec de Chanpen, février 2013.

24 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Joseph Jean Claude, Casec de Glaudine, février 2013.

25 Entretiens menés lors de groupes de discussion thématique, citation de Charles Julien, Asec de Chanpen, février 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yasmine Shamsie, « La construction d’un parc industriel dans l’arrière-pays rural d’Haïti. Quelques observations sur le partenariat État-société et les capacités de l’État », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 79-96.

Référence électronique

Yasmine Shamsie, « La construction d’un parc industriel dans l’arrière-pays rural d’Haïti. Quelques observations sur le partenariat État-société et les capacités de l’État », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 26 juin 2016. URL : http://cal.revues.org/3131 ; DOI : 10.4000/cal.3131

Haut de page

Auteur

Yasmine Shamsie

Wilfrid Laurier University, Waterloo, Canada. Yasmine Shamsie est professeure associée au département de science politique de l’université Wilfrid Laurier. Sa recherche se focalise sur les processus de construction de paix en Haïti et Amérique Centrale. Elle est Fellow du Centre for Research on Latin America and the Caribbean (Cerlac) à l’université de York et Fellow à la Foundation for the Americas.

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org