Navigation – Plan du site
Dossier

Haïti : la politique d’industrialisation par invitation

Haiti: industrialization by invitation
Haití: La política de industrialización por invitación
Robert Fatton Jr
p. 41-58

Résumés

Cet article s’interroge sur la stratégie de développement d’Haïti pendant la dernière décennie dans le contexte d’un paysage politique changeant. Il analyse différents aspects de ce contexte. La réponse au séisme de 2010, les liens entre l’État haïtien et la communauté internationale et le chemin difficile entre le premier et le deuxième tour des élections présidentielles de 2010 et 2011. Une attention particulière est donnée à la première moitié de la présidence Martelly et à ses priorités en termes de développement. Le régime de coopération internationale est également discuté comme la stratégie de « l’industrialisation par invitation ». L’article conclut sur des recommandations de politiques publiques alternatives aux politiques existantes.

Haut de page

Texte intégral

1Le 12 janvier 2010, un séisme majeur a détruit Haïti, provoquant plus de 220 000 morts et une destruction sans précédent des infrastructures déjà faibles et inefficientes. Cette crise systémique aurait pu constituer une opportunité pour construire une société nouvelle et plus démocratique, dans laquelle les Haïtiens se traiteraient enfin comme des citoyens égaux. Il n’était pas inimaginable qu’un nouveau pacte social, plus inclusif entre les quelques privilégiés et la majorité pauvre, puisse émerger de la poussière du séisme. Dans les faits, le poids du passé ainsi que, les dures réalités liées à de sévères contraintes matérielles ont, au contraire, renforcé les intérêts de classe, et l’ingérence étrangère a tué dans l’œuf cette vision optimiste.

2Les programmes de reconstruction sont, à peu de chose près, de vieilles recettes présentées sous un jour nouveau. En sus de ces programmes, la vague d’interventionnisme humanitaire qui a suivi le séisme a mis le pays sous tutelle. Haïti aurait dû recevoir plus de 5 milliards de dollars d’aide en 2012 et plus de 10 milliards pour l’année suivante. Mais les expériences du passé ont montré que les promesses d’assistance étrangère ne garantissent rien. Sans un changement drastique de ses méthodes, de ses objectifs et de ses postulats idéologiques, l’aide étrangère ne changera pas structurellement le pays.

Haïti et « l’international »

  • 1 « L’international » est la notion utilisée par les Haïtiens pour décrire les pouvoirs extérieurs ma (...)
  • 2 Site de la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) : http://en.cirh.ht/about-u (...)
  • 3 Cheryl Mills, « Concept Note: Haiti Development Authority », Washington D.C., United States Departm (...)
  • 4 Martin Kaste, « After Quake in Haiti, Who’s Boss ? », National Public Radio, le 31 mars 2010 : http (...)

3Le gouvernement d’Haïti, qui était déjà faible et inefficace, a maintenant cédé sa souveraineté à « l’international » 1. Directement après le séisme, la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (IHRC) 2 a supplanté le gouvernement haïtien. Cet organisme supranational civil a été créé par le ministère des Affaires étrangères états-unien, sous la direction de Cheryl Mills, la conseillère et chef de cabinet de Hillary Clinton, qui était alors ministre des Affaires étrangères3. En mars 2010, les députés haïtiens – qui critiquaient le fait que le programme de reconstruction d’Haïti était non seulement planifié – mais aussi mis en œuvre par des forces étrangères, demandèrent au Premier ministre Jean-Max Bellerive quel était le degré de dépendance du pays vis-à-vis de l’étranger. Bellerive a répondu : « J’espère que vous sentez la dépendance dans ce document. Si vous ne la sentez pas, vous devriez le déchirer ! » Et dans un moment de franchise, il ajouta : « Je suis optimiste sur le fait que d’ici 18 mois, oui, nous serons autonomes en matière de prise de décisions, mais en ce moment, je dois assumer, en tant que Premier ministre, que nous ne le sommes pas »4.

  • 5 « Bylaws of the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), effective as of 17 June 2010 », p. 5 : ht (...)

4Finalement, les députés acceptèrent cette réalité, et avant de dissoudre le parlement en avril 2010 pour organiser de nouvelles élections, ils adoptèrent une loi proclamant l’état d’urgence, donnant ainsi à la Commission une totale autorité sur les décisions à prendre pour le futur du pays jusqu’en octobre 2011. L’objectif de cette dernière était la « planification et la mise en œuvre des programmes et projets prioritaires pour la reconstruction et le développement d’Haïti de façon coordonnée, efficace et efficiente, à la suite du séisme du 12 janvier 2010 ». La Commission était « responsable de l’élaboration et de l’affinement des programmes de développement pour Haïti, de l’évaluation des besoins et de l’établissement des priorités en matière d’investissement ». Enfin, la CIRH devait « opérer dans le cadre de la loi sur l’état d’urgence et [était] dotée de tout pouvoir et de toute autorité nécessaires pour poursuivre ses activités » 5.

  • 6 « Bylaws of the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), effective as of 17 June 2010 », p. 2.
  • 7 « Bylaws of the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), effective as of 17 June 2010 », p. 23.

5Co-présidée par le Premier ministre haïtien et « un célèbre fonctionnaire non haïtien faisant partie de l’effort de reconstruction » 6 – en l’occurrence l’ancien président des États-Unis Bill Clinton –, la Commission n’était responsable devant aucun organe représentatif haïtien. Ttoutes les décisions prises par la CIRH étaient « considérées comme confirmées » si le président haïtien n’utilisait pas son veto pendant les dix jours ouvrables après notification formelle7. La Commission maintenait donc une façade légale qui semblait la placer sous autorité haïtienne, mais en réalité, le pays était soumis à « l’international » [Lundahl, 2013].

6Le statut dépendant d’Haïti a, de plus, été aggravé par la présence de 13 000 soldats étrangers du contingent de la Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation d’Haïti), la force coercitive qui opère dans le pays depuis 2004. La CIRH comme la Minustah se sont installées sans véritable débat national. Elles ne respectent pas la souveraineté du pays et ne représentent pas les aspirations haïtiennes. La Commission n’a par ailleurs intégré aucun représentant des camps de réfugiés, ni du secteur agricole pourtant sinistré. La Commission n’existe plus aujourd’hui, car son mandat n’a pas été renouvelé par le parlement haïtien, et son site internet n’est plus accessible, comme si elle n’avait jamais existé.

  • 8 « La Commission intérimaire est définitivement enterrée », Radio Métropole, 22 juin 2012 : http://w (...)
  • 9 Michel Carlin, « Le Caed remplace la CIRH, des organisations sont à l'avant garde », Le Nouvelliste(...)

7Après avoir consulté plusieurs partenaires internationaux, le gouvernement Martelly a finalement décidé qu’une nouvelle agence, placée sous l’autorité du ministère de la Planification devrait remplacer la Commission8. Dans ce but, une organisation entièrement composée de Haïtiens, le Cadre de coordination de l’aide externe (Caed), a été créée 9. Il serait, pour autant, faux de penser que la création du Caed a été synonyme d’une diminution de la dépendance d’Haïti vis-à-vis de la communauté internationale en ce qui concerne sa survie sécuritaire et financière. Les erreurs commises par la CIRH et la Minustah dans leurs tentatives de reconstruction du pays ont endommagé leur réputation. Les Haïtiens entretiennent une méfiance face à ces deux institutions et les sentiments nationalistes ont renforcé le désenchantement de la population vis-à-vis de la communauté internationale [Lundhal, 2013].

Les élections de 2010 et 2011

  • 10 Dan Coughlin and Kim Ives, « WikiLeaks Haiti: Cable Depicts Fraudulent Haiti Election », The Nation(...)

8L’atmosphère d’instabilité et de désespoir dans laquelle ont eu lieu les élections présidentielle et parlementaire du 28 novembre 2010 a exacerbé les tensions et engendré encore plus de chaos et d’incertitude. C’était prévisible, étant donné que toutes les élections tenues après la chute de la dictature duvaliériste, en 1986, ont été suivies de manifestations populaires, d’affrontements politiques et leurs résultats ont été contestés. De plus, le degré de corruption du Conseil électoral était tellement élevé qu’il fallait s’attendre à une fraude électorale importante. La communauté internationale était convaincue que le Conseil électoral « s’était probablement concerté avec Préval » pour « affaiblir l’opposition » 10.

  • 11 Jake Johnston et Mark Weisbrot [2011] ont montré que « le taux de participation était extrêmement f (...)

9Les élections de novembre 2010 ont donc été un véritable fiasco avec une participation très limitée11. Cinq heures après l’ouverture des bureaux de vote, Michel Martelly, comique populaire et chanteur, plus connu sous les surnoms de Sweet Micky pour ses performances burlesques et flamboyantes de Kompa ou de Têt-Kalé à cause de son crâne chauve, Mirlande Manigat, du parti conservateur Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP), et tous les autres candidats, à l’exception de Jude Célestin, le protégé du président alors en exercice René Préval, dénoncèrent la mascarade électorale et demandèrent l’annulation des élections. Vingt-quatre heures plus tard, en revanche, Martelly et Manigat avaient changé d’avis, car des rumeurs selon lesquelles ils étaient les deux candidats les mieux placés avaient commencé à circuler.

  • 12 Jake Johnston et Mark Weisbrot [2011], p. 2.

10La perception largement partagée selon laquelle le séisme n’avait rien changé aux habitudes des élites politiques se renforça quand le Conseil électoral, incompétent et corrompu, publia des résultats douteux le 7 décembre. Célestin se trouvait en deuxième position derrière Manigat et devant Martelly. Ces élections ainsi que l’annonce des résultats entraînèrent des mobilisations populaires, particulièrement chez les militants pro-Martelly. Les résultats avaient une faible légitimité12. Le président Préval demanda à l’Organisation des États américains (OEA) de créer la « Mission d’experts pour l’évaluation des votes du 28 novembre 2010 de la république d’Haïti », dont le mandat était d’examiner les « irrégularités », qui avaient marqué le premier tour des élections présidentielles [OEA, 2011].

  • 13 Mary Beth Sheridan, « In Haiti, Hillary Clinton meets with candidates, pushes Preval on elections » (...)
  • 14 Center for Economic and Policy Research, « CEPR examines OAS report on Haiti's élection, finds it “ (...)

11La mission jugea que les résultats étaient inacceptables et que le processus avait été manipulé, mais elle n’appela pas à la tenue de nouvelles élections [OEA, 2011, p. 3]. Les experts proposèrent de garder les votes du premier tour, si le Conseil électoral et le gouvernement se mettaient d’accord pour réduire les effets de la fraude et pour améliorer la gestion du deuxième tour. La recommandation principale et la plus controversée était que « le candidat en troisième place se retrouverait en deuxième place. Le candidat maintenant en deuxième place passerait en troisième » [OEA, 2011, p. 4]. La communauté internationale, désenchantée vis-à-vis du président Préval, n’était pas prête à accepter la victoire potentielle de son dauphin Jude Célestin ; elle était donc encline à manipuler les résultats des élections13. L’OEA soutenait que Martelly était en deuxième position avec 22,2 % et Célestin en troisième position avec 21,9 % des votes [OEA, 2011, p. 15]. Étant donné l’étendue de la fraude, la différence de 0,3 % entre Martelly et Célestin n’était pas significative. De ce fait, le Centre pour la recherche politique et économique (CEPR), qui avait recommandé l’organisation de nouvelles élections, justes et libres, parce qu’il jugeait que le premier tour était « entièrement biaisé », condamna le rapport de l’OEA comme « peu concluant, statistiquement biaisé et indéfendable »14. Cependant, la communauté internationale, emmenée par les États-Unis et la France, força le gouvernement Préval à capituler et à inverser les résultats. Cette ingérence grossière dans la politique nationale haïtienne n’est pas nouvelle, elle a profondément influencé le passé récent du pays. Célestin fut donc éliminé du deuxième tour des élections, qui eurent lieu le 20 mars 2011.

  • 15 Martelly pensait présenter sa candidature à la présidence dès la fin des années 1990. S’il aimait b (...)
  • 16 Emily Troutman, « Colorful haitian’s campaign is in the pink », AOL News, le 27 novembre 2010 : htt (...)

12Le deuxième tour fut bien mieux organisé que le premier. Grâce à une campagne intelligente et bien financée, Martelly se présenta comme le candidat anti-système et comme le nouveau visage de la politique haïtienne. Il mit en scène ce qu’on a appelé la « vague rose », du fait de la couleur de son parti, et gagna contre Manigat avec un score écrasant de 67 % des votes. Mais cette victoire ne constituait pas un mandat populaire, car les 67 % des votes exprimés ne représentaient pas plus de 4,3 % des votants potentiels [Lundahl, 2013, p. 221]. Alors que la candidature de Martelly avait au départ été perçue comme une blague, son image de mauvais garçon ainsi que sa capacité à se présenter comme un outsider qui pourrait balayer les restes d’un État corrompu et déclinant ont trouvé un écho auprès des électeurs15. Martelly a réussi à la fois à jouer de son image de Sweet Micky, le « Presiden Kompa » (le président du Kompa) qui baisse son pantalon pour montrer ses fesses à son public, et à s’en distancier. D’un côté, il a déclaré que ces performances burlesques font partie de sa personnalité d’artiste et n’ont rien à voir avec Martelly l’homme de principe, l’homme politique. D’un autre côté, il a soutenu que la classe politique d’Haïti avait baissé son pantalon dans un sens figuratif pour se moquer du peuple haïtien sans honte ni pitié16.

  • 17 C’est le terme local pour le séisme.
  • 18 Patrick Sylvain, « Martelly’s election: shades of populism and authoritarian rule », Boston Haitian (...)

13L’ascension de Martelly à la présidence constituait un écho de la crise systémique d’Haïti. Le séisme avait créé une atmosphère politique imprévisible et confuse, aggravée par le sentiment populaire que l’État était incompétent, égoïste et irresponsable. Les Haïtiens était déçus par Préval, qui semblait impuissant et perdu après le goudougoudou 17. Ils n’étaient pas préparés à accepter son candidat, Célestin, et on leur avait ôté la possibilité de voter pour le parti de l’ancien président Aristide, Fanmi Lavalas. La minorité qui vota choisit Sweet Micky. Paradoxalement, alors qu’il était un chanteur anti-Lavalas, il était populaire parmi les soutiens de Lavalas, et sa personnalité exubérante n’était pas entachée par vingt ans de promesses non tenues18. Dans une étonnante convergence des contraires, les militants pro-Martelly célébrèrent sa victoire en brandissant à la fois son portrait et celui d’Aristide. Têt-Kalé et Titid étaient soudainement devenus marassa – des jumeaux unis par un supposé intérêt commun, l’amélioration des conditions de vie des moun en deyo, la majorité marginalisée.

La présidence de Martelly

14Après une courte lune de miel, la présidence de Martelly est rapidement devenue turbulente, et il est probable qu’elle le reste. Ses deux premiers choix pour le poste de Premier ministre, Daniel Rouzier puis Bernard Gouze, furent refusés par le parlement. Le troisième choix, Garry Conille, a été ratifié après d’intenses pressions étrangères. Il ne s’est pas maintenu en poste plus de quatre mois et démissionna après avoir été humilié à de multiples reprises par le président [Gilot, 2012]. Martelly réussit finalement à installer son candidat favori, Laurent Lamothe, au poste de Premier ministre. Lamothe est un vieil ami de Martelly, ses relations avec le président devraient donc être moins troublées que celles de ses prédécesseurs.

15Martelly est par ailleurs contraint par son environnement. S’il peut prétendre être un bon papa neutre, il ne peut pas mettre à distance les forces aussi bien nationales qu’internationales qui ont contribué à son avènement au pouvoir. Alors que le candidat Sweet Micky avait fortement critiqué la communauté internationale et ses projets de développement, le président Martelly les entérine. Il ne peut véritablement se défaire des financiers nationaux et étrangers qui ont soutenu sa candidature. Martelly est donc pris entre les intérêts de la communauté internationale, les attentes de la majorité pauvre et la volonté des élites de sauvegarder leurs privilèges.

16De plus, l’environnement politique de la présidence Martelly est hostile. Le parti Inite, de l’ancien président Préval, majoritaire tant au Congrès qu’au Sénat, l’attaque constamment. Le parti de Martelly, Réponse des paysans, ne dispose que de trois sièges au Congrès et n’en a pas un seul au Sénat. Bien que le président ait réussi à coopter quelques figures importantes de l’opposition, l’horizon politique demeure incertain.

17Que peut-on attendre de la présidence de Michel Martelly ? Il avait promis, pendant sa campagne, une réforme agraire, un accès gratuit à l’éducation, et la réconciliation et la reconstruction politiques. Mais il a également appelé à la reconstitution de l’armée haïtienne et à l’ouverture d’Haïti au marché. Quels sont les objectifs stratégiques atteignables dans la conjoncture actuelle ?

Une conjoncture difficile

18Pour comprendre la politique haïtienne aujourd’hui, il faut prendre en compte les puissants intérêts nationaux et internationaux qui contraignent la présidence. La classe politique et l’élite traditionnelle qui ont contribué aux crises qui secouent actuellement le pays restent incontournables. La politique du ventre mine encore l’émergence d’un sens collectif des obligations civiques [Fatton Jr, 2002].

  • 19 International Federation for Human Rights, Haiti: Human Security in Danger, Paris, 2012, p. 7.
  • 20 Haiti Grassroots Watch, « Reconstruction of Haiti Slum to Cost Hundred of Millions of Dollars », Po (...)

19Ces difficultés sont aggravées par la forte présence des institutions financières internationales qui ont élaboré les programmes de développement et de reconstruction. Les Haïtiens ont assez peu de marge de manœuvre dans le processus de reconstruction. Bien que le nombre de réfugiés dans les camps ait diminué de 75 % deux ans et demi après le séisme, 390 276 personnes vivaient encore dans 575 camps, dans des conditions extrêmement précaires19. Très peu de logements permanents ont été construits, et les logements temporaires se transformeront probablement en de nouveaux bidonvilles dans le paysage urbain déjà chaotique d’Haïti. Le quartier de Corail en est un bon exemple. Alors que la Banque mondiale avait évalué ce quartier comme le meilleur site pour créer une « zone économique intégrée » et pour reloger les réfugiés du séisme, il est devenu un immense bidonville qui ne fournit ni emploi ni logement20. De plus, les moun en deyo, la population marginalisée, ne sont toujours pas partie prenante des processus de prises de décision. Cela aggrave la polarisation sociale et la politique à somme zéro qui ont traditionnellement caractérisé l’histoire haïtienne. Pourtant, la reconstruction constitue une opportunité pour le gouvernement de Martelly et la communauté internationale de changer la situation.

20Pendant les quarante dernières années, la peur de la corruption et une perspective idéologique aveugle avant tout favorable au marché ont mené les bailleurs de fonds internationaux à marginaliser l’État et à privilégier le développement par l’action des ONG. Les résultats de cette expérience sont minces. Il faut rapidement donner la priorité à des investissements massifs dans les travaux publics afin de favoriser le développement des infrastructures, la transformation de l’agriculture et la souveraineté alimentaire. Cela permettrait de créer des emplois publics et de soulager la pauvreté en réduisant le fossé obscène qui sépare une petite minorité de privilégiés et la grande majorité de pauvres. Les bailleurs doivent renoncer à leurs dogmes néolibéraux et tenir leurs promesses tandis que l’État haïtien devra utiliser cette aide de façon productive.

Une république d’ONG ?

  • 21 Le nombre exact d’ONG travaillant à Haïti est inconnu. Les estimations varient de 343 à plus de 20  (...)
  • 22 Gabriel Elizondo, « An Insider's Critique of What Went Wrong in Haiti », Al Jazeera, le 8 janvier 2 (...)

21Les politiques menées pendant les quatre dernières décennies ont remplacé l’État par des ONG omniprésentes et un « nouvel humanitarisme ». Plus de 10 000 ONG ont travaillé au « développement » d’Haïti depuis trente ans21. Mais l’absence de coordination entre ces ONG et le manque de cohésion nationale de leur action en ont fait des agents palliatifs à la lutte contre la pauvreté. Le postulat selon lequel les ONG seraient de meilleures gestionnaires du développement que l’État est à mettre en question. Ricardo Seitenfus, l’ex-représentant spécial de l’OEA en Haïti, le présente ainsi : « Des centaines de millions de dollars sont entre les mains des ONG sans contrôle social, sans transparence et sans gestion gouvernementale. Et nous accusons le gouvernement d’Haïti de corruption alors que le gouvernement d’Haïti ne dispose même pas des ressources qui pourraient le corrompre ! Nous ne pouvons exiger d’Haïti ce que nous n’exigeons pas de nous-mêmes… Nous pouvons tenter de créer un nouveau modèle d’État et faire d’Haïti un laboratoire, mais nous ne pouvons plus laisser Haïti se transformer en un pays d’ONG… Les projets qui s’installent en Haïti et qui affaiblissent plus avant l’État haïtien devraient être rejetés. Nous ne devrions accepter que des projets qui apportent des ressources qui permettent de consolider les institutions haïtiennes et qui pousse Haïti à gérer ses inégalités par elle-même… Nous ne pouvons pas faire d’Haïti un Disneyland des “ONG” »22.

22Les ONG peuvent être aussi corrompues et inefficaces que l’État. Quand les institutions financières internationales imposèrent les programmes d’ajustement structurel à Haïti, elles contribuèrent au recul de l’État. Cela précipita la fuite paradoxale tant des fonctionnaires honnêtes et compétents que des fonctionnaires corrompus et irresponsables, de la bureaucratie d’État vers des emplois dans le secteur plus lucratif des ONG.

23Certes, Haïti n’irait pas nécessairement mieux aujourd’hui sans les ONG, puisque celles-ci apportent des fonds dont le pays a désespérément besoin ainsi que des services médicaux et d’autres services de base. Mais cette situation génère un cycle délétère de corruption et de dépendance. Les ONG ne rendent aucun compte aux Haïtiens qui n’ont que peu de contrôle sur leurs activités. Et les ONG absolvent l’État sans le vouloir en prenant en charge son rôle social envers ses propres citoyens [Ramachandran et al., 2012, p. 19-20].

24La société civile et les ONG ne peuvent pas mettre à distance les vieilles structures de pouvoir, de privilège et de richesse. Elles sont elles-mêmes un reflet des contradictions que les interactions entre le capitalisme global, la société et l’État haïtiens incarnent. Il ne s’agit pas ici de diaboliser les ONG mais de comprendre leur rôle dans la perpétuation de la crise haïtienne. Certaines sont d’ailleurs capables de créer des initiatives locales autonomes et de remettre en question les logiques dominantes du pouvoir. Par exemple, des ONG comme « Fanm Tet Ansanm » (Femmes unies) [Schuller, 2012] ou « Zanmi Lasante », l’organisateur sœur de « Partenaires de Santé » de Paul Farmer en Haïti, ont ancré leur travail dans le terrain local même si elles reçoivent de l’aide internationale. Elles ont cherché à promouvoir les apports de la communauté qu’elles souhaitaient servir et ont ainsi généré un leadership haïtien efficace qui permet à la population de s’approprier ces organisations [Smith, 2001].

  • 23 Disaster Accountability Project, « One Year Follow Up Report on the Transparency of Relief Organiza (...)

25Les ONG déclarent que leur objectif est de partager le processus de prise de décision et d’allocation des ressources avec la population locale, puis de les lancer entre leurs mains, mais peu atteignent ce but. En réalité, la plupart des ONG échouent parce qu’elles sont encore persuadées que les pauvres sont incapables de prendre de bonnes décisions et que seuls des experts étrangers peuvent leur apporter la rationalité et les moyens de réussir [Schuller, 2012, p. 9]. Les ONG reproduisent les schémas hiérarchiques et sans reddition de comptes des programmes étrangers imposés aux populations locales. En réalité, le Disaster Accountability Project (« Projet de reddition de comptes après les désastres », organisation étatsunienne) est arrivé à la conclusion que les ONG qui opèrent en Haïti manquent de transparence et n’évaluent pas suffisamment les résultats de leur travail 23.

26Finalement, si les ONG ne font pas partie de l’État, les réseaux qu’elles forment ont acquis un pouvoir qui remet en question les politiques d’État. Cela pose la question de la souveraineté d’Haïti puisque la majorité des ONG forment une force parallèle et internationalisée. Pour le dire autrement, le modèle de développement par les ONG est en banqueroute.

27Haïti a pris une voie de développement néolibérale parce que les bailleurs étrangers cherchaient à éviter la corruption et l’incompétence des gouvernements successifs. Cependant, cette corruption et cette incompétence ne sont pas inévitables. Elles sont, dans une large mesure, le produit des politiques des institutions financières internationales qui ont éviscéré l’État et du soutien étranger à des gouvernements qui adoptaient ces politiques. Par exemple, le soutien tant ouvert qu’occulte de « l’international » à la dictature de Jean-Claude Duvalier a exacerbé l’autoritarisme et la corruption de la politique haïtienne. Mais si la corruption et l’autoritarisme ne sont pas désirables, ils ne sont pas synonymes de régression économique, d’institutions faibles et d’incompétence gestionnaire de l’État. Les exemples de la Chine, de Taïwan et de la Corée du Sud montrent que le décollage des pays pauvres est tout à fait compatible avec des structures politiques répressives et de hauts niveaux de vénalité [Gerrefi et al., 1990 ; Przeworski et al., 2000].

Un régime d’État inefficace

  • 24 Office of the Special Envoy for Haiti, « Has Aid Changed ? Channeling Assistance to Haiti Before an (...)
  • 25 Office of the Special Envoy for Haiti, « Has Aid Changed ? Channeling Assistance to Haiti Before an (...)
  • 26 Vijaya Ramachandran, Julie Walz, « Haiti: Where Has All the Money Gone ? », CGD Policy Paper 004, W (...)

28Si la corruption de l’État et la prédation sont de véritables problèmes, ils ne sont pas la cause centrale de la situation actuelle d’Haïti. C’est le choix délibéré des gouvernements haïtiens et des décideurs internationaux de contourner l’État dans les choix de développement qui ont détruit des institutions gouvernementales clés et causé l’impasse dans laquelle se trouve le pays. Pendant des décennies, seule une toute petite part de l’aide internationale a été donnée au gouvernement. Selon le rapport 2011 de l’envoyé spécial de l’ONU pour Haïti, 99 % de l’aide post-séisme a été donnée à des acteurs non haïtiens 24. De plus, les ONG haïtiennes ont été quasiment exclues de l’obtention de ces fonds pour la reconstruction. Seules deux d’entre elles – Développement adventiste/Agence pour l’aide humanitaire en Haïti, et Perspectives pour la santé et le développement ont reçu des fonds pour un montant total ridiculement faible : 0,8 million de dollars 25. Une part significative de l’aide humanitaire et de reconstruction retourne même dans les pays donateurs. Par exemple, « plus de 75 % des fonds de l’Usaid sont allés à des entrepreneurs privés à Washington D.C., dans le Maryland ou en Virginie » 26.

  • 27 CNN, « World Bank cancels Haiti’s debt », le 28 mai 2010 : http://articles.cnn.com/2010-05-28/world (...)
  • 28 Gilbert Terrier, Taline Koranchelian, Rodrigo A. Chaves and Jeffrey D. Lewi, « Joint Bank-Fund Staf (...)

29Ce régime d’aide ne peut pas mener à une reconstruction et à un développement autonomes et soutenables en Haïti. Toute reconstruction aurait de toute façon été impensable sans l’annulation d’un milliard de dollars de dette extérieure en octobre 2009 et sans l’annulation du solde qui restait, au lendemain du séisme 27. Ce soutien financier est malgré tout insuffisant car la dette d’Haïti ne pourra que croître, étant donné les vastes ressources nécessaires à la reconstruction du pays et la faiblesse des exportations 28.

30Les institutions locales demeurent très fragiles. Elles ne pourraient fonctionner sans les largesses des bailleurs étrangers, qui contrôlent l’agenda de développement du pays. Il faudrait que ceux-ci acceptent de construire des capacités d’État au lieu de favoriser le développement continuel de la « république des ONG ». Refuser toute aide au gouvernement sous prétexte qu’il est corrompu ne peut qu’affaiblir un État déjà faible et l’empêcher d’assumer ses responsabilités. Des mécanismes de contrôle et de reddition de compte pourraient être mis en place pour minimiser les pratiques de corruption. Des auditeurs indépendants devraient pouvoir superviser les dépenses et contrôler les excès de la corruption publique.

  • 29 Government of the Republic of Haiti, Action Plan for National Recovery and Development of Haiti, 1e (...)
  • 30 Paul Collier, « Haiti: From Natural Catastrophe to Economic Security. A Report for the Secretary-Ge (...)

31À cette date, les programmes de reconstruction élaborés par les institutions financières internationales après le séisme mentionnent la construction de capacités d’État, le renouveau agricole et la décentralisation économique. En réalité, il s’agit de « vieux vin dans de nouvelles bouteilles » 29. Ces programmes continuent de privilégier le développement de l’industrie d’assemblage parce que la main-d’œuvre est extrêmement bon marché en Haïti, ainsi que les exportations agricoles (principalement les mangues et le café). Elles sont peu différentes des politiques de Duvalier de la fin des années 1970 et du début des années 1980 et du rapport économique de Paul Collier pour le Secrétaire général de l’ONU en 2009. Pour Paul Collier et l’ancien président des États-Unis, Bill Clinton, respectivement envoyé spécial de l’ONU en Haïti et co-président de la Commission intérimaire, les exportations doivent être au cœur de la stratégie économique d’Haïti. Cette stratégie concerne particulièrement le secteur du textile car « dans l’industrie textile, le coût le plus déterminant est celui du travail. Étant donné sa pauvreté et les relativement faibles régulations de son marché du travail, Haïti a des coûts de travail qui sont compétitifs par rapport à la Chine, qui est la référence. Le travail haïtien n’est pas seulement bon marché, il est aussi de bonne qualité »30. Cette stratégie n’est certes pas à négliger, mais elle ne peut être prioritaire pour permettre de diminuer la pauvreté et générer de la croissance.

32Une stratégie de développement devrait promouvoir un modèle alternatif fondé sur la protection et la redynamisation de la production nationale, afin de satisfaire les besoins de base de la population et de privilégier les zones rurales. L’objectif de cette stratégie tournée vers l’agraire devrait être la promotion de l’auto-suffisance alimentaire, la modération des inégalités régionales et de classe et le développement d’un sens de la cohésion nationale. Car la pénurie alimentaire a empiré pour la majeure partie de la population.

  • 31 Trenton Daniel, « 2 out of 3 people face hunger as Haiti woes mount », AP, 10 juin 2013 : http://ne (...)

33En 1997, 1,2 million d’Haïtiens n’avaient pas assez à manger. Dix ans plus tard, ce nombre avait doublé. Aujourd’hui, il s’agit de 6,7 millions, autrement 67 % de la population qui vit parfois sans nourriture et ne peut se permettre d’avoir une nutrition équilibrée, d’après les études faites par la Coordination nationale de la sécurité alimentaire du gouvernement. Plus de 1,5 million d’Haïtiens sont touchés par la malnutrition et d’autres problèmes liés à la faim31.

Industrialisation par invitation

  • 32 Marc J. Cohen, « Diri Nasyonal ou Diri Miami ? Food, agriculture and US-Haiti relations », Food Sec (...)
  • 33 Keith Crane et al., Building a More Resilient Haitian State, Rand Corporation, 2010, p. 84 : http:/ (...)

34Cette stratégie requiert un changement majeur de politique. Malheureusement, un biais explicitement antirural est visible dans les politiques privilégiées par la communauté internationale. Comme le montre Marc Cohen, « entre 2000 et 2005, l’aide à l’agriculture et au développement rural constituait à peine 2,5 % de l’ensemble de l’aide officielle au développement en Haïti »32. Ce biais antirural est aussi visible dans le rapport 2010 de l’influente Rand Corporation, qui déclare sans ambiguïté : « Une partie trop importante de la population d’Haïti travaille dans l’agriculture. Le pays est densément peuplé et la culture des terres n’est pas écologiquement soutenable. Au contraire, les industries qui consomment beaucoup de main-d’œuvre, comme le textile, fournissent de nombreux emplois et des revenus. Or, Haïti dispose justement d’un coût de main-d’œuvre particulièrement compétitif33. »

  • 34 Lundahl, 2013, p. xxiv, 284, 341.
  • 35 Lundahl, 2013, p. 283.
  • 36 Lundahl, 2013, p. 277.

35L’universitaire Mats Lundahl, reconnu pour ses travaux d’économie politique sur le pays, défend également ce mode néolibéral d’industrialisation. Il soutient qu’Haïti doit se soumettre aux prix mondiaux du marché et tirer parti du faible coût de sa main-d’œuvre pour construire une industrie d’exportation, autrement dit une industrie textile. Pour Lundahl, c’est la seule option viable car cela permettrait de relocaliser la population rurale et de profiter de la proximité du marché américain34. Il rejette tout autre plan qui privilégierait le développement de l’agriculture et l’autosuffisance alimentaire comme « utopique »35, du fait des problèmes de distribution et d’érosion des terres 36.

  • 37 Lundahl, 2013, p. 292.

36Pourtant, cette stratégie, adoptée par Duvalier au tournant des années 1980, avait échoué à industrialiser le pays. Elle a mené à une corruption massive, à l’abandon de l’agriculture et à la création d’immenses bidonvilles à proximité des zones industrielles. Lundahl reconnaît lui-même qu’il faut des services sociaux, des logements et l’urbanisation des villages pour éviter que ces zones industrielles ne se transforment en de nouveaux bidonvilles 37. S’il ne faut certes pas privilégier les structures existantes de production rurale, il n’y a aucune raison de penser que la modernisation de la campagne ne puisse pas fonctionner. Le lancement d’une réforme agraire cohérente, la hausse des droits de douane et un plan public de reforestation pourraient être plus efficaces pour employer, nourrir et arriver à l’égalitarisation des conditions de vie des Haïtiens que tous les plans fondés sur une industrialisation néolibérale, le faible coût de la main-d’œuvre et l’incertaine demande internationale pour le textile.

L’agriculture comme force motrice

  • 38 Cohen, 2013, p. 7.
  • 39 Comme l’explique Marc Cohen [2013, p. 8], de puissantes forces aussi bien intérieures qu’internatio (...)

37Cela ne signifie pas que la production orientée vers l’exportation ne doit pas être partie prenante du plan de développement. Mais le secteur agricole et particulièrement la production alimentaire pour le marché national devraient être prioritaires. Ceci n’est pas une recommandation passéiste, elle implique la construction d’une infrastructure moderne de routes, de canaux d’irrigations et d’usines de production d’électricité. Cela implique aussi d’employer la population dans des secteurs ayant massivement besoin de main-d’œuvre afin de réduire le fort taux de chômage et d’enrayer l’exode rural. Pour mettre en œuvre ce plan, le gouvernement haïtien doit d’abord concevoir une période de transition qui impose des mesures protectionnistes 38 ; le pays ne peut pas se permettre d’être entièrement ouvert au marché qui détruit son économie nationale. Ce plan entre en contradiction manifeste avec les recommandations des institutions financières internationales et les intérêts des élites nationales et internationales39. Mais le pays ne peut plus se permettre de s’ouvrir encore plus à la libéralisation économique. Le président Bill Clinton a lui-même reconnu que la destruction de la production alimentaire nationale est directement liée aux conséquences de la libéralisation imposées dans les années 1980 et 1990 (et a présenté un mea culpa pour avoir soutenu ces mesures à l’époque).

  • 40 Haiti Briefing, « Disastrous Food Policy Bites Hands that Feed: Haiti’s Hunger Games », no. 72, Oct (...)
  • 41 Haiti Briefing, « Disastrous Food Policy Bites Hands that Feed: Haiti’s Hunger Games », no. 72, Oct (...)

38Ainsi, la sécurité alimentaire d’Haïti a constamment décliné pendant les dernières années. Alors que le pays était considéré comme autosuffisant il y a trente ans, la situation est aujourd’hui considérée comme « extrêmement préoccupante », avec « 57 % de sous-nutrition et 18,9 % d’enfants de moins de cinq ans en sous-poids, un facteur clé dans la mortalité infantile qui atteint 16,5 % dans ce groupe de population » 40 . Malgré les effets désastreux du régime néolibéral imposé à Haïti, ni l’administration Martelly ni les institutions financières internationales n’ont annoncé de changement significatif de politique. Ils continuent à promouvoir l’agri-business. Pourtant, la conséquence en est l’exode rural et la densification des bidonvilles des espaces urbains les plus importants, où il existe peu d’opportunités d’emploi41.

L’argent et le pouvoir

  • 42 Point de presse du Bureau du porte-parole du Secrétaire des Nations unies pour Haïti, 5 octobre 201 (...)

39La politique haïtienne est entrée dans une phase ploutocratique dans laquelle l’argent est central pour le pouvoir. La politique du ventre demeure la pratique dominante des modes de gouvernement en Haïti, comme le montrent les nominations de Garry Conille puis Laurent Lamothe. Il faut acheter et vendre des votes pour devenir Premier ministre. Cela n’est pas nouveau, c’est l’héritage du système de patronage de la société haïtienne. De plus, aveuglés par leur empressement à construire un régime fonctionnel, les puissants partenaires d’Haïti ont publiquement applaudi ce processus dysfonctionnel 42.

  • 43 « Politique de doublure » est l’expression que les Haïtiens utilisent pour expliquer que les person (...)

40Le fait que Conille ait été nommé Premier ministre préfigurait la croissance envahissante d’un modèle corrompu fondé sur les prébendes en matière d’arbitrage public. Sous Martelly, l’influence de l’argent sur les politiques publiques est devenue prédominante. La plupart des postes sont à vendre et nombreux sont les acquéreurs intéressés [Gilot, 2012, p. 66-70]. On estime qu’il en coûte un demi-million de dollars pour devenir sénateur, tandis que le « coût » d’un siège à la Chambre des députés serait d’environ 300 000 $. La majorité des candidats ne dispose pas de ces ressources, car ils viennent de la petite classe moyenne. Il faut donc obtenir le patronage des familles riches ou bien accumuler du capital illicitement grâce au trafic de drogue. Rony Gilot se demande intelligemment si ces familles riches vont continuer à pratiquer la politique de la doublure 43 (où ceux qui sont nommés à des postes politiques ne disposent pas d’un réel pouvoir puisque ce pouvoir est acheté), ou bien si elles vont prendre les rênes du gouvernement, sans plus s’embarrasser d’intermédiaires [Gilot, 2012, p. 68-70]. Avec la relative résurgence du Noirisme – la version haïtienne démagogique du Black power –, le premier cas de figure est le plus plausible. Le petit nombre de « grandes familles », des Haïtiens à peau plus pâle, va continuer à contrôler la politique comme elles contrôlent l’économie haïtienne.

  • 44 Associated Press, « Martelly's links to Duvalier regime cause some to worry », le 14 octobre 2011 : (...)

41Le séisme n’a pas changé la politique haïtienne. Les forces internes et externes, responsables de la crise continuelle en Haïti, demeurent puissantes et la politique du ventre continue à créer des dysfonctionnements pervers. Plusieurs membres du gouvernement Martelly ainsi que des conseillers clés et des membres du cabinet, dont Gary Conille, ont des relations familiales étroites avec d’anciens duvaliéristes. Ces enfants de l’ancienne coalition « Jean-Claudiste » n’ont peut-être pas hérité des réflexes corrompus et autoritaires de leurs parents, mais ils ont le symptôme d’un retour potentiel du passé. Martelly a même donné un poste à Nicolas Duvalier, le fils de Jean-Claude Duvalier, ainsi qu’aux rejetons de figures clés de la dictature Duvalier comme Claude Raymond, Adrien Raymond, Edner Day, Serge Conille et Pierre E. Gousse 44. Ce tournant duvaliériste est cependant à nuancer du fait de la présence de technocrates largement acquis aux intérêts des institutions financières internationales et des entrepreneurs.

  • 45 J’explore ce concept de « périphérie extérieure » dans mon dernier livre Haiti: Trapped in the Oute (...)

42La composition de l’administration Martelly indique non seulement la continuité avec la politique du ventre, mais également avec les politiques économiques mises en œuvre dans le passé. La bourgeoisie n’a pas de projet national, excepté l’acceptation de la dépendance envers des forces extérieures, afin de permettre sa survie politique et son bien-être matériel. Peu de choses ont donc changé depuis le séisme. La classe dirigeante comme la communauté internationale ont choisi de maintenir l’ancienne trajectoire économique qui a mené à l’impasse actuelle. Sans une stratégie de développement radicalement différente, le futur d’Haïti ressemblera à son passé immédiat. L’instabilité politique et les protestations populaires continueront face aux inégalités croissantes et à la faim, tandis que l’ingérence impérialiste maintiendra Haïti dans ce que j’ai appelé une « périphérie extérieure », « un terrain vague du système capitaliste globalisé » 45.

Haut de page

Bibliographie

Collier Paul, Haiti: From Natural Catastrophe to Economic Security. A Report for the Secretary-General of the United Nations, Oxford, 2009.

Fatton Jr. Robert, Haiti: Trapped in the Outer Periphery, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2014.

Fatton Jr. Robert, Haiti’s Predatory Republic, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2002.

Gereffi Gary, Wyman Donald (éd.), Manufacturing Miracles: Paths of Industrialization in Latin America and East Asia, Princeton, Princeton University Press, 1990.

Gilot Rony, Au Gré de la mémoire : Garry Conille ou le Passage d’un météore, Port-au-Prince, éditions des Antilles, 2012.

Johnston Jake, Weisbrot Mark, « Haiti’s Fatally Flawed Election », Washington D.C., CEPR, 2011, p 2. http://www.scribd.com/doc/46553409/Haiti-s-Fatally-Flawed-Election [consulté le 27 mai 2014].

Lundahl Mats, Poverty in Haiti: Essays on Underdevelopment and Post Disaster Prospects, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011.

Lundahl Mats, The Political Economy of Disaster, Londres, Routledge, 2013.

Lundahl Mats, Sources of Growth in the Haitian Economy, Washington, Inter-American Development Bank, Economic and Sector Study Series, 2004.

Organisation des États américains, Rapport final. Mission d’experts pour la vérification de la tabulation des votes de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 en République d’Haïti, Port-au-Prince, 13 janvier 2011 : http://scm.oas.org/pdfs/2011/CP25512F.pdf [consulté le 27 mai 2014].

Przeworski Adam, Alvarez Michael E., Cheibub José Antonio, Limongi Fernando, Democracy and Development. Political Institutions and Well-Being in the World, 1950-1990, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

Ramachandran Vijaya, Walz Julie, Haiti: Where Has All the Money Gone ?, Washington D.C., Center for Global Development, 2012,

http://www.cgdev.org/sites/default/files/1426185_file_Ramachandran_Walz_haiti_FINAL_0.pdf [consulté le 27 mai 2014].

Schuller Mark, Killing with Kindness: Haiti, International Aid, and NGOs, New Brunswick, Rutgers University Press, 2012.

Smith Jennie M., When the Hands Are Many - Community Organization and Social Change in Rural Haiti, Ithaca, Cornell University Press, 2001.

Haut de page

Notes

1 « L’international » est la notion utilisée par les Haïtiens pour décrire les pouvoirs extérieurs majeurs et leurs organisations financières. Les Nations unies, la Minustah, les États-Unis, la Banque mondiale sont une partie de « l'international ».

2 Site de la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) : http://en.cirh.ht/about-us.html [NdE : le site n’est plus accessible en mai 2014].

3 Cheryl Mills, « Concept Note: Haiti Development Authority », Washington D.C., United States Department of State, 4 février 2010. Document non publié.

4 Martin Kaste, « After Quake in Haiti, Who’s Boss ? », National Public Radio, le 31 mars 2010 : http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=125328026 (consulté le 27 mai 2014).

5 « Bylaws of the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), effective as of 17 June 2010 », p. 5 : http://en.cirh.ht/files/pdf/ihrc_bylaws_20100615.pdf [NdE : le site n’est plus accessible en mai 2014].

6 « Bylaws of the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), effective as of 17 June 2010 », p. 2.

7 « Bylaws of the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), effective as of 17 June 2010 », p. 23.

8 « La Commission intérimaire est définitivement enterrée », Radio Métropole, 22 juin 2012 : http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=21003

9 Michel Carlin, « Le Caed remplace la CIRH, des organisations sont à l'avant garde », Le Nouvelliste, le 29 novembre 2012) : http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/articleprint/111227.html ; Dieudonné Joachim Carl-Henry Cadet, « Caed : des habits neufs pour l'aide externe », Le Nouvelliste, le 26 novembre 2012, http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/articleprint/111099.html ; Michel Martelly, « Discours de Michel Joseph Martelly, au lancement du cadre de Caed », Le Nouvelliste, le 26 novembre 2012.

10 Dan Coughlin and Kim Ives, « WikiLeaks Haiti: Cable Depicts Fraudulent Haiti Election », The Nation, le 8 juin 2011 : http://www.thenation.com/article/161216/wikileaks-haiti-cable-depicts-fraudulent-haiti-election (consulté le 27 mai 2014).

11 Jake Johnston et Mark Weisbrot [2011] ont montré que « le taux de participation était extrêmement faible, seuls 22,8 % des votants enregistrés ont voté. Si l’on retire les bulletins estimés comme irréguliers, le taux de participation tombe à 20,1 %. Alors que les élections présidentielles de 2006 avaient eu une participation de 59,26 % », p. 2.

12 Jake Johnston et Mark Weisbrot [2011], p. 2.

13 Mary Beth Sheridan, « In Haiti, Hillary Clinton meets with candidates, pushes Preval on elections », Washington Post, le 30 janvier 2011 : http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2011/01/30/AR2011013003516.html ; Joseph Delva et Tom Brown, « Haiti leader has ‘reservations’ over OAS report », Reuters, le 13 janvier 2011 : http://www.reuters.com/article/2011/01/13/us-haiti-elections-idUSTRE70C6SH20110113 ; Fabricia Peixoto, « Afastado, representante da OEA critica ONGs e missão de paz no Haiti »,BBC Brasil, reproduit dans Folha de São Paulo, le 29 décembre 2010 : http://www1.folha.uol.com.br/bbc/852201-afastado-representante-da-oea-critica-ongs-e-missao-de-paz-no-haiti.shtml ; Amy Wilentz, « Haiti: not for amateurs », The Nation, le 17 février 2011 : http://www.thenation.com/article/158091/haiti-not-amateurs. Voir également : Roberson Alphonse, « Edmond Mulet voulait la tête de René Préval », Le Nouvelliste, le 3 avril 2013 : http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/articleprint/115203.html ; Catherine Porter, « Haiti’s René Préval says UN tried to remove him », The Star, le 13 mai 2013 : http://www.thestar.com/news/world/2013/05/13/haitis_ren_prval_says_un_tried_to_remove_him.html (tous liens consultés le 27 mai 2014).

14 Center for Economic and Policy Research, « CEPR examines OAS report on Haiti's élection, finds it “Inconclusive, Statistically Flawed, and Indefensible” », Washington D.C., le 11 janvier 2011 : http://www.cepr.net/index.php/press-releases/press-releases/cepr-examines-oas-report-on-haitis-election-finds-it-qinconclusive-statistically-flawed-and-indefensibleq [consulté le 27 mai 2014].

15 Martelly pensait présenter sa candidature à la présidence dès la fin des années 1990. S’il aimait bien se faire appeler « Prezidan », la plupart des observateurs pensaient qu’ils resteraient le « Prezidan Kompa », le président de la musique haïtienne. Sur le rôle de Martelly en politique, voir : Elise Ackerman, « His music rules in Haiti: Sweet Micky’s provocative music moves Haitians with an infectious beat and political overtones », Miami New Times, le 29 mai 1997 : http://www.miaminewtimes.com/1997-05-29/news/his-music-rules-in-haiti/ [consulté le 27 mai 2014].

16 Emily Troutman, « Colorful haitian’s campaign is in the pink », AOL News, le 27 novembre 2010 : http://emilytroutman.blogspot.de/2010/11/colorful-haitian-campaign-is-in-pink_27.html [consulté le 27 mai 2014].

17 C’est le terme local pour le séisme.

18 Patrick Sylvain, « Martelly’s election: shades of populism and authoritarian rule », Boston Haitian Reporter, le 14 avril 2011 : http://www.bostonhaitian.com/node/471 (consulté le 27 mai 2014).

19 International Federation for Human Rights, Haiti: Human Security in Danger, Paris, 2012, p. 7.

20 Haiti Grassroots Watch, « Reconstruction of Haiti Slum to Cost Hundred of Millions of Dollars », Port-au-Prince, le 17 juin 2013 : http://haitigrassrootswatch.squarespace.com/haiti-grassroots-watch-engli/2013/6/17/reconstructions-massive-slum-will-cost-hundreds-of-millions.html (consulté le 27 mai 2014).

21 Le nombre exact d’ONG travaillant à Haïti est inconnu. Les estimations varient de 343 à plus de 20 000. La plupart des Haïtiens estiment qu’au moins 10 000 se trouvent dans le pays [Ramachandran, Walz, 2012, p. 15].

22 Gabriel Elizondo, « An Insider's Critique of What Went Wrong in Haiti », Al Jazeera, le 8 janvier 2011 : http://blogs.aljazeera.com/blog/americas/insiders-critique-what-went-wrong-haiti (consulté le 27 mai 2014).

23 Disaster Accountability Project, « One Year Follow Up Report on the Transparency of Relief Organizations Responding to the 2010 Haiti Earthquake », décembre 2010 / janvier 2011 : http://www.disasteraccountability.org/assets/docs/pdfs/reports/HaitiReportUpdated1-6-11.pdf (consulté le 27 mai 2014), p. 33.

24 Office of the Special Envoy for Haiti, « Has Aid Changed ? Channeling Assistance to Haiti Before and After the Quake », juin 2011, p. 15.

25 Office of the Special Envoy for Haiti, « Has Aid Changed ? Channeling Assistance to Haiti Before and After the Quake », juin 2011, p. 15-16.

26 Vijaya Ramachandran, Julie Walz, « Haiti: Where Has All the Money Gone ? », CGD Policy Paper 004, Washington D.C., Center for Global Development, 2012 : http://www.cgdev.org/publication/haiti-where-has-all-money-gone, p. 13. See also: Martha Mendoza and Trenton Daniel, « US pledge to rebuild Haiti not being met », Associated Press, 21 juillet 2012 : http://news.yahoo.com/us-pledge-rebuild-haiti-not-being-met-170346036.html (consulté le 27 mai 2014).

27 CNN, « World Bank cancels Haiti’s debt », le 28 mai 2010 : http://articles.cnn.com/2010-05-28/world/haiti.world.bank.debt.canceled_1_world-bank-haiti-billion-in-debt-relief?_s=PM:WORLD [consulté le 27 mai 2014].

28 Gilbert Terrier, Taline Koranchelian, Rodrigo A. Chaves and Jeffrey D. Lewi, « Joint Bank-Fund Staff Debt Sustainability Analysis 2012: Haiti », Fonds monétaire international et Association internationale de développement, le 23 février 2012 : http://www.imf.org/external/pubs/ft/dsa/pdf/2012/dsacr1274.pdf [consulté le 27 mai 2014]. Comme ce rapport l’indique cependant, Haïti a toujours une dette significative, non plus auprès des nations traditionnellement débitrices et des organisations financières mais envers le Venezuela principalement.

29 Government of the Republic of Haiti, Action Plan for National Recovery and Development of Haiti, 1er avril 2010 : http://www.haiticonference.org/Haiti_Action_Plan_ENG.pdf See also: Gouvernement de la République d’Haïti, Haïti –PDNA du Tremblement de Terre Évaluation des dommages, des pertes et des besoins généraux et sectoriels, Préparé par le gouvernement de la République d’Haïti avec l’appui de la Communauté internationale Rapport provisoire mars, 2010.

30 Paul Collier, « Haiti: From Natural Catastrophe to Economic Security. A Report for the Secretary-General of the United Nations », Oxford, 28 janvier 2009, p. 6. Voir également Lundahl, 2004, et Lundahl, 2011.

31 Trenton Daniel, « 2 out of 3 people face hunger as Haiti woes mount », AP, 10 juin 2013 : http://news.yahoo.com/2-3-people-face-hunger-haiti-woes-mount-074207335.html [consulté le 27 mai 2014].

32 Marc J. Cohen, « Diri Nasyonal ou Diri Miami ? Food, agriculture and US-Haiti relations », Food Security, août 2013, Volume 5, Issue 4, p. 597-606, p. 3, http://link.springer.com/content/pdf/10.1007%2Fs12571-013-0283-7.pdf

33 Keith Crane et al., Building a More Resilient Haitian State, Rand Corporation, 2010, p. 84 : http://www.rand.org/pubs/monographs/MG1039.html [consulté le 27 mai 2014] ; voir aussi Lundahl, 2013.

34 Lundahl, 2013, p. xxiv, 284, 341.

35 Lundahl, 2013, p. 283.

36 Lundahl, 2013, p. 277.

37 Lundahl, 2013, p. 292.

38 Cohen, 2013, p. 7.

39 Comme l’explique Marc Cohen [2013, p. 8], de puissantes forces aussi bien intérieures qu’internationales s’opposent à donner la priorité à la production alimentaire locale : « Cependant, afin d’encourager l’attention grandissante portée à la production de riz, le gouvernement a seulement proposé une légère augmentation des taxes douanières, à 3,5 % [USDA/FAS, 2011], et dans le même temps a évité d’autres questions d’envergure concernant l’agriculture, comme la sécurité foncière et la décentralisation. En tant que pays parmi les moins développés, Haïti a le droit, selon les lois de l’Organisation mondiale du commerce, d’imposer les taxes douanières de son choix jusqu’à un maximum de 50 %, et de les maintenir indéfiniment. Mais le pays subit de fortes pressions de la part de nombreuses sources pour maintenir le statu quo. De façon évidente, toute augmentation même minime des taxes douanières risquerait d’offenser les États-Unis, le principal partenaire commercial et fournisseur d’aide bilatérale. Une telle action s’attirerait aussi l’opposition de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, et de la Banque interaméricaine de développement, tous acteurs clés du développement de Haïti. De plus, les importateurs haïtiens de riz chercheraient indubitablement à défendre leurs intérêts dans le contrôle oligopolistique du marché haïtien du riz d’importation. »

40 Haiti Briefing, « Disastrous Food Policy Bites Hands that Feed: Haiti’s Hunger Games », no. 72, Oct. 2012, p. 1. http://www.haitisupportgroup.org/images/HaitiBriefings/haiti_72_haitis_hunger_games.pdf [consulté le 27 mai 2014].

41 Haiti Briefing, « Disastrous Food Policy Bites Hands that Feed: Haiti’s Hunger Games », no. 72, Oct. 2012, p. 3. http://www.haitisupportgroup.org/images/HaitiBriefings/haiti_72_haitis_hunger_games.pdf [consulté le 27 mai 2014].

42 Point de presse du Bureau du porte-parole du Secrétaire des Nations unies pour Haïti, 5 octobre 2011 : http://www.un.org/News/briefings/docs/2011/db111005.doc.htm ; voir aussi : Ambassade des États-Unis, « The Embassy of the United States Welcomes the Ratification of Dr. Garry Conille as Prime Minister », Port-au-Prince, le 5 octobre 2011 : http://haiti.usembassy.gov/pr-pm-conille-october-5-2011.html (consulté le 27 mai 2014).

43 « Politique de doublure » est l’expression que les Haïtiens utilisent pour expliquer que les personnes élues constitutionnellement ne sont pas celles qui gouvernent en réalité le pays. Ces politiciens gouvernent pour le compte de tiers, et/ou monnayent leurs intérêts. Dans la vision spécifique des Noiristes, la « politique de doublure » sous-entend que les élus noirs doivent leur position à l’élite métisse, qui exerce son pouvoir en coulisses.

44 Associated Press, « Martelly's links to Duvalier regime cause some to worry », le 14 octobre 2011 : http://www.ctvnews.ca/martelly-s-links-to-duvalier-regime-cause-some-to-worry-1.711488#ixzz290bJbgQZ (consulté le 27 mai 2014). Haitian Times, « Haiti’s New Comedians », 5 mai 2012 : <http://www.haitiantimes.com/haitis-new-comedians/>.

45 J’explore ce concept de « périphérie extérieure » dans mon dernier livre Haiti: Trapped in the Outer Periphery [2014].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Fatton Jr, « Haïti : la politique d’industrialisation par invitation », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 41-58.

Référence électronique

Robert Fatton Jr, « Haïti : la politique d’industrialisation par invitation », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 02 juillet 2016. URL : http://cal.revues.org/3109 ; DOI : 10.4000/cal.3109

Haut de page

Auteur

Robert Fatton Jr

Université de Virginie, États-Unis. Robert Fatton est professeur de gouvernement et d’affaires étrangères au département de science politique de l’Université de Virginie. Il a publié une série d’ouvrages sur Haïti, notamment Haiti: Trapped in outer periphery, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2014, Haiti´s Predatory Republic: The Unending Transition to Democracy, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2002, The Roots of Hatian Despotism, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2007.

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org