Navigation – Plan du site
Dossier

Modes de gouvernement en Haïti après le séisme de 2010

Jorge Heine et Jan Verlin
p. 15-24

Entrées d’index

Index géographique :

Haïti
Haut de page

Texte intégral

« Haïti fait partie de notre histoire, mais non de notre mémoire. » Régis Debray, 2004

1En octobre 2010, neuf mois à peine après le séisme dévastateur qui a bouleversé Haïti, un second désastre a lieu dans le pays des Jacobins noirs. Dans une partie du monde où le choléra a été éradiqué il y a un siècle, une épidémie soudaine de cette maladie apparaît. Son origine est retracée jusqu’à la ville de Mirebalais, en Artibonite, une région souvent décrite comme le grenier d’Haïti, d’où l’épidémie s’est rapidement répandue et a infecté des milliers d’Haïtiens. Jusqu’à la fin 2013, 650 000 d’entre eux en ont été affectés (un Haïtien sur seize) et 8 300 en sont morts. Au pic de l’épidémie, 40 Haïtiens mouraient et 2 300 tombaient malades chaque semaine. La maladie s’est répandue jusqu’en République dominicaine avec laquelle Haïti partage l’île d’Hispaniola, et quelques observateurs évoquent la possibilité que la maladie devienne endémique sur l’île. C’est un paradoxe extraordinaire, mais de nombreux éléments convergents indiquent que la maladie a été amenée par des soldats onusiens népalais, envoyés pour stabiliser Haïti, et qui ont finalement contribué au prolongement de la crise dans le pays. En octobre 2013, presque dix ans après l’installation de la Minustah (la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti (IDH) et son partenaire haïtien, le Bureau des avocats, ont déposé un recours collectif contre l’Organisation des Nations unies et son rôle dans l’irruption du choléra devant la cour du district sud de New York, avec un préjudice estimé à 2,2 milliards de dollars. Alors que le pays est souvent décrit comme un protectorat de la communauté internationale, Haïti tente une contre-attaque en mettant les Nations unies dans une position inédite.

2Comme dans le cas du séisme du 12 janvier 2010, une partie du dommage de l’épidémie du choléra semble être provoquée par l’inefficacité de l’État haïtien. Les conditions hygiéniques précaires ont leur part dans la propagation rapide du choléra, car la majorité de la population n’a pas accès à des sources d’eau potable. Le programme étatique de vaccination contre le choléra a également mis 18 mois à être déclenché. La question de l’État haïtien, de ses capacités administratives et coercitives est donc au centre des diagnostics faits sur Haïti.

L’État haïtien aujourd’hui

  • 1 Parmi la littérature récente en anglais sur Haïti : Robert Fatton Jr [2014] ; Alyssa Goldstein Sepi (...)
  • 2 « L’Oraison démocratique en Haïti », numéro spécial de Pouvoirs dans la Caraïbe [1998].
  • 3 Le dossier « Haïti et l’anthropologie » de la Revue d’anthropologie et d’histoire des arts [2005] t (...)
  • 4 En ce qui concerne l’histoire, le numéro spécial « Haïti, première république noire » [Outre-mer, 2 (...)

3Ce dossier des Cahiers des Amériques latines propose de mettre l’État haïtien au centre de son analyse, car il est à la fois sous et surreprésenté dans les sciences sociales contemporaines francophones 1. Décrit avant tout comme absent, faible ou prédateur, l’État haïtien, paradigme de l’État dysfonctionnel du Tiers-Monde, fait régulièrement son apparition dans des articles sur le développement et la pauvreté, mais cet intérêt ne se matérialise souvent que comme simple référence à son impuissance, considérée comme évidente. Les travaux empiriques sur les institutions politiques en Haïti et leurs modes de gouvernement sont rares. Le dernier dossier spécial publié par une revue française qui se soit intéressée à la situation politique du pays (construction et organisation de l’État, modes de gouvernement, institutions publiques, etc.) date de 1998 2. Si l’on trouve d’autres numéros spéciaux dédiés à Haïti (dont certains récents), ces dossiers reproduisent une logique disciplinaire, que l’on trouve aussi dans la plupart des ouvrages sur ce pays. Ce sont des travaux anthropologiques ou ethnologiques, principalement intéressés par les questions religieuses, notamment la pratique du vaudou 3, ou bien des analyses historiques centrées sur l’étude de la lutte contre l’esclavage et le processus d’indépendance de l’île d’Hispaniola 4. Il semble qu’Haïti produise une certaine fascination exotique, qui réduit le pays à l’histoire et à la religion postcoloniale de sa population noire, en laissant de côté l’étude approfondie de son système politique comme de son système économique et de ses élites.

  • 5 « Îles en crises », numéro spécial d’Études Caribéennes [2010].

4Une des raisons de la disparition d’Haïti en tant qu’objet politique dans la production scientifique contemporaine francophone est la couverture médiatique extensive et dramatisante du pays, qui dissimule d’autres enjeux que ceux de la seule crise humanitaire. Cet impératif humanitaire pèse sur la production scientifique publiée sur un pays décrit comme en crise permanente. Les travaux existants qui ne s’intéressent ni à la culture du vaudou, ni au passé glorieux de la première république noire, se concentrent avant tout sur les différents aspects de cette crise ainsi que sur les tentatives de « reconstruction » de l’État haïtien par l’humanitaire, comme le plan de Bill Clinton du « building back better » (reconstruire en mieux) 5.

5Haïti n’est pas pris au sérieux par les sciences sociales en tant qu’objet d’étude comme un autre, autrement dit en ce qui concerne ses modes de gouvernement, les relations entre ce gouvernement et la présence de forces internationales et d’acteurs humanitaires sur place, la sociologie de ses acteurs, notamment ses élites tant politiques qu’économiques, etc. Surtout, quand les scientifiques travaillent sur Haïti, le gouvernement haïtien est souvent considéré comme un protagoniste humanitaire parmi d’autres.

  • 6 Sur Aristide et son impact en Haïti, lire Alex Dupuy [2007]. Pour les écrits d'Aristide lui-même, l (...)

6La faiblesse des travaux existants est d’autant plus frappante que l’État haïtien s’est fortement transformé dans l’ère post-Aristide 6. Le gouvernement de René Préval et la classe politique autour du parti Inite ont été accusés de fraude électorale lors des élections présidentielles post-séisme et c’est une alliance étonnante entre la communauté internationale et un nouveau type d’acteur politique comme le chanteur et actuel président Michel Martelly qui a permis à celui-ci d’être élu, de façon non moins frauduleuse. À la fois proche de secteurs de l’élite mulâtresse francophone et de l’émergente diaspora américaine et canadienne, Martelly combine, de façon hétéroclite, des éléments duvaliéristes avec une mise en scène entrepreneuriale de sa gestion du pouvoir. L’exercice de ce pouvoir était, jusqu’à présent, contraint de deux manières. D’une part, la majorité législative des vieilles élites proches de Préval a permis la mise en œuvre d’un blocage qui a empêché, pendant une année entière, la nomination d’un Premier ministre et la formation d’un gouvernement stable, ce qui a repoussé l’organisation des élections parlementaires. D’autre part, tous les gouvernements haïtiens doivent s’adapter à la présence d’un gouvernement humanitaire parallèle. Ce gouvernement humanitaire, constitué par les forces transnationales présentes sur place (les milliers d’ONG, les services de coopération des ambassades, l’ONU et la Minustah), a accumulé une force budgétaire qui représente jusqu’à dix fois le budget total de l’État haïtien. Il dispose donc d’une capacité logistique, économique et même politique bien supérieure à celle de l’État haïtien.

7Un système politique en crise ?

  • 7 Voir UNICEF, At a glance Haiti, http://www.unicef.org/infobycountry/haiti_statistics.html
  • 8 Voir UNICEF, At a glance Haiti, http://www.unicef.org/infobycountry/haiti_statistics.html
  • 9 Voir UNICEF, At a glance Haiti, http://www.unicef.org/infobycountry/haiti_statistics.html
  • 10 59,2 2001 et 112% 1998, Banque mondiale, Gini index, http://data.worldbank.org/indicator/SI.POV.GIN
  • 11 Banque mondiale, données, http://donnees.banquemondiale.org/pays/haiti

8Ce système d’action publique transnationalisée est confronté à de grands problèmes socio-économiques : la misère d’un grand nombre de ses habitants (une espérance de vie à la naissance de 63 ans7, un taux d'alphabétisation des adultes de 48 %8 et un taux de scolarité net dans le secondaire de 21,6 % (filles) et 29,6 % (garçons)9, une haute inégalité des revenus10 et 77 % de la population sous le seuil de pauvreté national11. Sur le plan économique l’impuissance productive qui caractérise la plupart de ses terres, l’incapacité de l’économie à créer des emplois et son incapacité à exporter empirent la situation. Les exportations ne dépassent en effet pas les 500 millions de dollars. Ce qui est un montant faible pour un pays comptant 11 millions d’individus.

  • 12 David Nicholls, From Dessalines to Duvalier: Race, Colour and National Independence in Haiti. Cambr (...)

9Les élites politiques haïtiennes témoignent par ailleurs d’une faible volonté de réforme, ce qui a pour conséquence un changement politique presque inexistant. La gestion de la population haïtienne par le gouvernement, à la fois limitée sur le plan social, et caractérisée par une politique sécuritaire répressive est le produit de l’histoire longue d’Haïti. Alors qu’elle était considérée comme la colonie française la plus riche, la genèse du système politique dans le soulèvement des esclaves qui ébranla le monde et conduit à son indépendance en 1804, fut problématique. En effet, le prix de l’indépendance fut un embargo international, des réparations imposées par la France et un isolement qui décima l’économie du pays toute au long du xixe siècle. Quant au xxe siècle, il a été marqué par des interventions et occupations américaines et par l’ère Duvalier (1957-1986), avec ses pratiques extrêmement répressives. Ces développements ont rendu vaines les tentatives de construction d’une démocratie libérale sur le modèle français12.

  • 13 Sur la transition haïtienne, Jean-Claude Jean et Marc Maeschalck, Transition Politique en Haiti. Pa (...)
  • 14 Pour une analyse de la Constitution de 1987, voir Mirlande Manigat, “The legacy of the 1987 Constit (...)

10Cependant, la fuite de Jean-Claude (« Baby Doc ») Duvalier en 1986 (concomitante de sa fuite en compagnie de sa femme, Michèle Bennet, à bord d’un avion affrété par l’ambassade américaine ayant permis son exil dans le sud de la France, où il vécut jusqu’à début 2011, date à laquelle il rentra en Haïti) déclencha une forte réaction contre le système présidentialiste de l’«homme fort»13. La constitution de 1987, document de nouveau inspiré d’une tradition constitutionnelle française14, en témoigne. Une de ses caractéristiques majeures est de limiter le pouvoir du président, « pour éviter un autre Duvalier ». Pour ce faire, la Constitution offre une palette d’actions. L’une d’elles est la mise en place d’un système semi-présidentiel (dans la droite ligne de la Cinquième République française) au sein duquel le chef d’État élu dépend des majorités parlementaires pour former un gouvernement.

  • 15 Le parti du présidant Réponse Paysanne n'a que trois députés élus.

11C’est ce système qui bloque actuellement le processus politique ; étant donné que le système de partis est très fragmenté et polarisé15, il est pratiquement impossible pour le président de recueillir de pareilles majorités. L’idéal de stabilité se trouve encore mis à mal par un calendrier électoral en quinconce (le Sénat est renouvelé par tiers –ce qui veut dire qu’il y a des élections presque constamment ; à l’écriture de ces lignes, seulement 2/3 des sénateurs siègent, car les mandats des sénateurs du troisième tiers ont expiré en mai 2012, et les élections pour les remplacer n’ont pas encore eu lieu). L’obligation constitutionnelle imposant que le premier ministre doive obtenir l’aval du Sénat et de la Chambre des Députés, signifie qu’il dépend d’une majorité parlementaire variable et souvent inconstante non seulement pour être nommé, mais aussi pour continuer à exercer ses fonctions. Les divisions politiques sont si profondes, que l’on ne peut d’ailleurs pas vraiment parler d’« opposition » en soi –il y a autant d’« oppositions » qu’il y a de parlementaires. Cela entraîne de fait une domination du très court terme (depuis 1988, chaque Premier ministre a en moyenne tenu son poste 15 mois), faisant de la continuité politique une tâche particulièrement ardue.

12La Constitution stipule également que les membres du comité directeur en charge des gouvernements régionaux et locaux doivent être élus –toujours dans le but de créer des contrepouvoirs à « la république de Port-au-Prince » (telle qu’est surnommée la capitale haïtienne qui concentre tous les pouvoirs). Mais l’élection de ces membres et le fonctionnement de ces gouvernements régionaux et locaux sont si complexes et coûteux, que ces dispositions constitutionnelles n’ont jamais été appliquées dans le quart de siècle qui s’est écoulé depuis l’approbation de la constitution en 1987.

  • 16 Voir Robert Fatton Jr, “Haiti in the Aftermath of the Earthquake: The Politics of Catastrophe”, Jou (...)

13Les problèmes de la politique haïtienne ne se limitent cependant pas au-delà des « règles du jeu » constitutionnelles, aussi problématiques fussent-elles. Comme le souligne le politiste Robert Fatton, spécialiste d’Haïti depuis de longues années, il existe en Haïti une « politique du ventre »16. Par ces mots, Fatton souhaite exprimer le fait qu’au fil du temps, l’extrême rareté économique a profondément corrompu la pratique politique. La politique est devenue l’apanage de ceux qui veulent sortir de la misère dans un pays où la pauvreté est endémique et où, quelle que soit la richesse qui existe, elle demeure concentrée entre les mains de quelques familles.

  • 17 Terry Buss avec Adrian Garner, Why Foreign Aid to Haiti has Failed and What We Can Do About It. Was (...)

14Ces déficiences du système politique haïtien sont interdépendantes de l’émergence d’un gouvernement humanitaire dans le pays. Une étude récente conclut en effet qu’une des raisons de l’échec des programmes de la coopération internationales est la mise à l’écart systématique de l’État haïtien, ce qui renforce plus encore les problèmes de pénurie des ressources étatiques17, et leur accaparement par une petite élite. Une des propositions formulées par Buss est que, parallèlement aux programmes d'aide substantiels qui soutiennent le peuple haïtien, il est essentiel de mettre en œuvre des programmes qui favorisent le développement des capacités de l’État haïtien lui-même, de telle sorte qu’il sera capable de gérer des ressources externes et fournir de véritables services publics à ses citoyens pour sortir de la dépendance internationale. Il est donc positif qu’une partie des ONG internationales montre récemment une certaine volonté de s’intéresser à l’État haïtien.

15Face à ces transformations profondes, ce numéro spécial pose la question suivante : quels sont les modes spécifiques de gouvernement sous ces conditions ? Quels nouveaux types d’acteurs agissent dans les arènes politiques actuelles ? Et quelle est l’interdépendance politique entre acteurs inter/transnationaux et locaux ?

16Le dossier se propose d’étudier cette nouvelle condition politique haïtienne avec une perspective combinée de science politique, de géographie urbaine, d’économie politique, une sociologie des élites et une analyse des modes de gouvernement. Nous avons trois objectifs. Premièrement, ce dossier a pour ambition de sensibiliser les lecteurs aux mécanismes d’occultation de l’Haïti politique : quelles sont les origines de la surreprésentation médiatique d’Haïti et, en même temps, de la déficience des analyses de sciences sociales produites sur ce pays ?

17Deuxièmement, pour étudier la nouvelle ère politique haïtienne, nous avons choisi de réunir dans ce numéro spécial des textes produits en France et en Amérique du Nord. En effet, il existe relativement plus de travaux anglophones sur la politique haïtienne, mais ils sont peu lus dans les pays francophones. L’objectif de ce numéro est donc aussi d’amener les lecteurs francophones à mieux connaître cette littérature, en la traduisant en français, et de la faire dialoguer avec la production scientifique francophone.

18Troisièmement, les défis auxquels Haïti fait face ne sont pas si différents de ceux que rencontrent de nombreux pays du Sud aujourd’hui, et ils peuvent contribuer à éclairer certaines facettes des dynamiques de recomposition des modes de gouvernement dans ces pays. Ce dossier veut ainsi rassembler des analyses des modes de gouvernement haïtien et du contexte géopolitique dans lesquelles ils s’inscrivent, afin de permettre des comparaisons futures.

19L’article de Jan Verlin identifie pour cette raison l’émergence du concept d’État failli dans les sciences politiques et les relations internationales comme l’un des processus responsables du désintérêt scientifique pour la vie politique haïtienne. Il analyse comment la transition haïtienne post-duvaliériste et la politique extérieure des États-Unis ont permis d’associer Haïti aux différentes catégories des États endommagés : État faible, État collapsé ou État failli. Ces catégories, nées du dispositif de sécurité mis en place par les forces internationales et utilisées aujourd’hui pour désigner des formes hétéroclites de crises, ont eu un impact important sur la perception du grand public ainsi que sur celle de la communauté scientifique vis-à-vis d’Haïti. Cette perception d’une société en crise avec un État dysfonctionnel n’est pas seulement réductrice, elle ignore aussi l’intentionnalité des acteurs étatiques.

20Robert Fatton Jr, politiste spécialiste d’Haïti, analyse ensuite le contexte de l’arrivée de Martelly à la présidence et les difficultés auxquelles il a fait face pendant ses deux premières années au pouvoir. Fatton se penche sur la « république des ONG » et le rôle inédit joué par ces entités qui dispensent l’aide étrangère dans les modes de gouvernement du pays, tandis que le gouvernement haïtien ne reçoit qu’une partie infime de ces sources de financement. Le texte pose aussi la question de la stratégie de développement du pays sous Martelly. Il montre que le choix fait par le président est de profiter des opportunités offertes par la proximité du marché américain grâce à la main-d’œuvre haïtienne qualifiée mais à bas coût, sur le modèle de la stratégie de Baby Doc (Jean-Claude Duvalier) dans les années 1970 et 1980. À l’inverse, Fatton recommande un développement fondé sur le développement d’un marché intérieur et la modernisation du secteur agricole, afin d’arriver à l’autosuffisance alimentaire.

21L’article de Robert Maguire insiste justement sur cette dépendance d’Haïti vis-à-vis du marché américain et des mandats d’argent envoyés par les Haïtiens résidant aux États-Unis. Conseiller de Barack Obama sur la question, il analyse les politiques de coopération de l’Usaid (l’Agence des États-Unis pour le développement international) et pointe les obstacles qui demeurent pour changer les pratiques en vigueur, notamment le fait que l’organisme finance avant tout de grosses entités sans toujours se préoccuper de faire ensuite l’évaluation des projets menés.

22Le politologue Pierre Therme s’interroge ensuite sur la nature des récentes luttes politiques haïtiennes au prisme de l’ingérence internationale en Haïti. Son étude des émeutes en 2003, 2004 et 2008 souligne le caractère fondamentalement politique de ces surgissements, qu’il analyse comme n’étant ni des revendications de statut, ni des revendications de changement de gouvernement.

23Yasmine Shamsie offre quelques lueurs d’espoir à travers une étude de cas compréhensive du projet de développement le plus ambitieux que le pays ait mené depuis des années – le parc industriel Caracol – doté d’un investissement de plusieurs centaines de millions de dollars. De façon contre-intuitive, elle montre que, dans ce cas particulier qui implique de nombreux acteurs nationaux et internationaux, l’État haïtien ne fonctionne pas si mal. En effet, son effectivité a été suffisante pour permettre à l’entreprise coréenne de textile Sae-A Trading Company de s’installer et de commencer à produire des vêtements pour l’exportation vers les États-Unis. La conclusion de Shamsie est que, dans les États fragiles comme Haïti, la capacité de ces derniers peut être plus forte quand de grands intérêts économiques sont en jeu.

24Enfin, l’article de Marie Lombart, Kevin Pierrat et Marie Redon analyse avec un point de vue original les relations inégales entre acteurs étatiques et internationaux sur le terrain de la gouvernance urbaine comme mode de gouvernement spécifique, qu’ils ont choisi d’appeler « projectorat ». L’espace urbain de Port-au-Prince est analysé comme un révélateur de l’impact profond de l’« international » et de la catastrophe sur l’organisation des fonctions publiques.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupuy Alex, The Prophet and Power: Jean-Bertrand Aristide, the International Community, and Haiti, Lanham/Boulder, Rowman and Littlefield, 2006.

Études caribéennes, « Îles en crises », dossier 1, Crises Haïti et Jamaïque, vol. 17, 2010.

Fatton Jr Robert, Haiti: Trapped in the Outer Periphery, Boulder, Lynnes Rienner Publishers, 2014.

Goldstein Sepinwall Alyssa (dir), Haitian History: New Perspectives, New York et Londres, Routledge, 2013.

Heine Jorge, Thompson Andrew S. (dir.), Fixing Haiti: Minustah and Beyond, Tokyo, United Nations University Press, 2011.

Outre-Mer. Revue d’histoire, « Haïti, première république noire », vol. 340-341, 2003.

Pouvoirs dans la Caraïbe, « L’Oraison démocratique en Haïti », vol. 10, 1998, 344 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Quinn Kathe, Sutton Paul (dir.), Politics and Power in Haiti, New York, Palgrave/MacMillan, 2013.
DOI : 10.1057/9781137312006

Revue d’anthropologie et d’histoire des arts, « Haïti et l’anthropologie », vol. 1, 2005.

Haut de page

Notes

1 Parmi la littérature récente en anglais sur Haïti : Robert Fatton Jr [2014] ; Alyssa Goldstein Sepinwall [2013] ; Kate Quinn et al. [2013] ; et Jorge Heine et al. [2011].

2 « L’Oraison démocratique en Haïti », numéro spécial de Pouvoirs dans la Caraïbe [1998].

3 Le dossier « Haïti et l’anthropologie » de la Revue d’anthropologie et d’histoire des arts [2005] témoigne de cet intérêt monothématique de la part de l’anthropologie et de l’ethnologie française. Sur les dix articles du dossier, huit sont consacrés directement ou indirectement au vaudou, un des articles s’intéresse à la question des adoptions internationales et enfin le dernier à l’homme politique et intellectuel Anténor Firmin.

4 En ce qui concerne l’histoire, le numéro spécial « Haïti, première république noire » [Outre-mer, 2003] traite, comme son titre l’indique, des questions de l’esclavage et du processus d’indépendance face à la puissance coloniale.

5 « Îles en crises », numéro spécial d’Études Caribéennes [2010].

6 Sur Aristide et son impact en Haïti, lire Alex Dupuy [2007]. Pour les écrits d'Aristide lui-même, lire Tout Moun se Moun/Tout Homme est un homme, Paris, éd. du Seuil, 1992.

7 Voir UNICEF, At a glance Haiti, http://www.unicef.org/infobycountry/haiti_statistics.html

8 Voir UNICEF, At a glance Haiti, http://www.unicef.org/infobycountry/haiti_statistics.html

9 Voir UNICEF, At a glance Haiti, http://www.unicef.org/infobycountry/haiti_statistics.html

10 59,2 2001 et 112% 1998, Banque mondiale, Gini index, http://data.worldbank.org/indicator/SI.POV.GINI

11 Banque mondiale, données, http://donnees.banquemondiale.org/pays/haiti

12 David Nicholls, From Dessalines to Duvalier: Race, Colour and National Independence in Haiti. Cambridge: Cambridge University Press, 1979. On the Duvaliers, see James Ferguson, Papa Doc, Baby Doc:Haiti and the Duvaliers, Oxford: Basil Blackwell, 1988, and Laennec Hurbon, Culture et Dictature en Haiti. Paris: L’Harmattan, 1979.

13 Sur la transition haïtienne, Jean-Claude Jean et Marc Maeschalck, Transition Politique en Haiti. Paris: L’Harmattan, 1999.

14 Pour une analyse de la Constitution de 1987, voir Mirlande Manigat, “The legacy of the 1987 Constitution: reform or renewal”, dans Jorge Heine et Andrew S. Thompson (dir.), Fixing Haiti: MINUSTAH and Beyond, Tokio: United Nations University Press, 2011, p. 66-77.

15 Le parti du présidant Réponse Paysanne n'a que trois députés élus.

16 Voir Robert Fatton Jr, “Haiti in the Aftermath of the Earthquake: The Politics of Catastrophe”, Journal of Black Studies, 42 (2), 2011, p. 158-159; et Jean-François Bayart, L’État en Afrique : la politique du ventre, Paris, Fayard, 2006.

17 Terry Buss avec Adrian Garner, Why Foreign Aid to Haiti has Failed and What We Can Do About It. Washington DC, Brookings Institution Press, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3090/img-1.png
Fichier image/png, 411k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jorge Heine et Jan Verlin, « Modes de gouvernement en Haïti après le séisme de 2010 », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 15-24.

Référence électronique

Jorge Heine et Jan Verlin, « Modes de gouvernement en Haïti après le séisme de 2010 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 05 septembre 2014, consulté le 28 mai 2016. URL : http://cal.revues.org/3090

Haut de page

Auteurs

Jorge Heine

Université Wilfrid Laurier, Waterloo, Canada.

Jan Verlin

Université Paris Ouest-Nanterre.

Jan Verlin est doctorant en sociologie et en science politique à l’Institut des sciences sociales du politique de l’université Paris Ouest-Nanterre et Ater à l’université Lille-2. Sa thèse porte sur les modes de gouvernement humanitaires en Haïti après le séisme (2010-2014). Il travaille également sur les interdépendances des gouvernements révolutionnaires du Nicaragua, du Venezuela et de Cuba dans une perspective de circulation d’acteurs et savoirs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org