Navigation – Plan du site
Lectures

Robert Castel, Gabriel Kessler, Denis Merklen1 et Numa Murard, Individuación, precariedad, inseguridad. ¿ Desinstitucionalización del presente ?

Buenos Aires, Paidós, 2013, 180 p.
Alicia Rinaldy
p. 189-192
Référence(s) :
Robert Castel, Gabriel Kessler, Denis Merklen et Numa Murard, Individuación, precariedad, inseguridad. ¿ Desinstitucionalización del presente ?, Buenos Aires, Paidós, 2013, 180 p.

Texte intégral

  • 1 Denis Merklen est membre du comité de rédaction des Cahiers des Amériques latines.
  • 2 Ils ont tous contribué, à l'exception de Gabriel Kessler, au récent ouvrage : Robert Castel et Clau (...)

1Près de 20 ans après la publication des Métamorphoses de la question sociale, ouvrage considéré comme une pierre d’angle dans le champ de la sociologie du travail et de l’intervention sociale, le recueil Individuación, precariedad, inseguridad s’inscrit dans le sillage ouvert par Robert Castel. À ses côtés, dans la continuité de leurs échanges théoriques – ils ont déjà publié d’autres textes conjointement2 – et de leur collaboration académique – le livre est une retranscription étoffée d’une conférence donnée à la Casa Argentina de Paris le 1er mars 2011 –, Gabriel Kessler, Denis Merklen, Numa Murard et Jean-François Laé s’interrogent à nouveau sur le travail et les politiques publiques en tant qu’organisateurs de nos sociétés : comment continuent-ils de les façonner aujourd’hui au regard de leurs profondes mutations ? La question est posée pour les classes populaires de part et d’autre de l’Atlantique, dans les contextes français et argentin.

  • 3 Tiré de leur livre : Jean-François Laé et Numa Murard, Deux générations dans la débine. Enquête dan (...)

2Le lecteur familier des travaux de ces cinq sociologues sur la précarisation du travail, les différentes insécurités – civiles et sociales – ou la production des subjectivités ne trouvera ici rien de complètement neuf dans l’analyse de ces dynamiques. Mais il appréciera la traduction inédite en espagnol de textes auparavant réservés à un public francophone, comme celui de Numa Murard et Jean-François Laé3. Le néophyte y découvrira une initiation, claire, concise et dense, à l’ensemble de ce champ de la sociologie qui pose au centre de sa réflexion les relations entre travail, politique et classes populaires ; ainsi qu’une invitation à de nouvelles lectures, comme y incite l’introduction, en rappelant les apports fondamentaux de Peter Wagner ou François Dubet. En outre, l’ouvrage est traversé d’une double tension particulièrement féconde pour ces deux types de lecteurs. D’une part, il appelle à changer de « lunettes ». La métaphore chère à Pierre Bourdieu s’opère lors de la lecture : que nous disent les lunettes françaises de la situation argentine ? Et les lunettes argentines de la situation française ? Tout en rappelant qu’en France, le travail s’organise encore en majorité autour du CDI, doté de protections sociales solides, et que ce type de contrat reste inaccessible pour une grande part de la population argentine, l’ouvrage se donne pour gageure de penser ensemble, sans incohérence, deux contextes qui pourraient pourtant sembler très éloignés. D’autre part, le recueil parvient à réunir avec acuité théorie et empirie. Les deux derniers chapitres donnent à lire longuement les voix de différents acteurs – qu’ils soient chômeurs, délinquants ou ouvriers – auxquelles, à rebours du sens commun, les trois premières contributions apportent éclairages conceptuels et mises en sens.

3Assiste-t-on à une « désinstitutionalisation du temps présent » ? L’augmentation de la délinquance, la flexibilisation des marchés du travail, l’érosion des protections sociales ou du système éducatif public, depuis le milieu des années 1970 en Amérique latine et les années 1990 en Europe, sont autant d’éléments qui pourraient nous amener à répondre de manière affirmative à cette question posée en sous-titre du recueil. L’introduction, co-écrite par Gabriel Kessler et Denis Merklen, invite à ne pas être si hâtifs dans nos jugements et à garder une posture critique face à l’idée du désengagement de l’État dans l’ère néolibérale. N’y a-t-il pas plutôt une réorientation des politiques publiques ? Et si certaines institutions se fragilisent, quelles sont celles qui, au contraire, se renforcent ? Le processus de désinstitutionnalisation doit donc toujours être interrogé et précisé.

4Robert Castel ouvre le recueil en se penchant sur un surprenant paradoxe : là où les sécurités sont les plus grandes (en Europe notamment), la sensation de vulnérabilité est aussi plus importante et de nouvelles peurs surgissent. Bien que l’ensemble des risques doivent être pris au sérieux, tous sont de nature différente ; ils ne peuvent être additionnés ou comparés et leurs ressentis ne doivent en aucun cas être confondus avec les données objectives de l’insécurité. En rupture avec une conception globale et indifférenciée des risques (Ulrich Belck, Anthony Giddens), l’auteur nous enjoint au contraire de les distinguer et de les hiérarchiser, révélant les enjeux éminemment politiques de la gestion des risques. Il définit ainsi les contours d’une société janiforme qui valorise et encourage la prise de risques au travail, par exemple, tout en développant de nouvelles sensibilités face aux risques sécuritaires ou écologiques.

  • 4 Si la pensée d'inspiration marxiste, reprise par la gauche dite « radicale », s'attaquait au contrô (...)

5Sur cette toile de fond, Denis Merklen décortique dans le chapitre suivant l’« inflexion » (p. 65) opérée par le processus d’individuation. Il retrace la genèse des politiques publiques : liées jusque dans les années 1980 à la socialisation et à l’intégration des individus dans des collectifs protecteurs, permettant ainsi l’explosion de l’individualisme ; et désormais caractérisées par l’autonomisation, la responsabilisation et l’activation de chacun face à son avenir, précisément quand ce dernier devient de plus en plus incertain et que les individus sont inégalement dotés pour l’affronter. Loin de s’attaquer aux dynamiques socio-économiques qui rendent les populations vulnérables, les nouvelles politiques de l’individu ciblent les personnes qu’elles ont préalablement définies comme « à problèmes » (les migrants, les jeunes, les délinquants, les chômeurs, les familles monoparentales, etc.) et prétendent « intervenir » sur elles en les sommant de devenir les entrepreneurs de leur propre existence. L’argumentation est particulièrement stimulante parce qu’elle opte pour une approche diachronique, qu’elle revient sur les changements de perspectives de la sociologie critique4 et qu’elle puise, pour enrichir l’analyse, dans le répertoire musical, cinématographique et littéraire de la culture populaire française. À contre-courant d’une vision essentialiste, le texte démontre ainsi que la capacité d’être un individu est une construction infiniment historique et culturelle.

6Une fois les concepts donnés, le regard historique et global posé, c’est au tour des percepts de prendre place, des entretiens et récits ethnographiques de se faire entendre. Numa Murard et Jean-François Laé ont retrouvé, en 2010 quelques familles rencontrées il y a trente ans, à la cité de transit des Écameaux, alors construite pour éradiquer les derniers bidonvilles puis détruite au milieu des années 1990. Dans un contexte de désindustrialisation et de précarité extrême, il s’agit pour les deux sociologues de nous parler des pauvres plus que des dynamiques qui les produisent, des subjectivités et ethos des classes populaires plus que des données objectives. On découvre que « se distinguer » n’est pas l’apanage des classes bourgeoises ; qu’il vaut mieux fumer de vraies cigarettes (des « cousues ») pour ne pas être considéré comme un vagabond ; qu’avoir un emploi c’est « être en règle » et ne pas être un assisté (un « cassos ») ; ou que c’est un devoir pour l’homme de subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants. Les récits de vie, contés de manière séquentielle et non linéaire, ne relèvent pas d’une recherche d’authenticité ou de vérité de la part des individus, mais dévoilent les logiques de légitimation auxquelles ils ont recours.

7Dans une perspective méthodologique similaire, le dernier chapitre du recueil livre les narrations de délinquants de la région métropolitaine de Buenos Aires et distingue trois temps historiques (de 1970 à 1980, 1990 à 2002 et l’après 2002) dans le vécu de l’illégalité. Gabriel Kessler rompt avec la vision, souvent portée par la criminologie, du délit comme carrière ou « chemin sans retour » dans lequel les individus s’inscriraient de manière éternelle et immuable. Il montre, au contraire, comment les limites entre la légalité et l’illégalité se redéfinissent sans cesse dans la trajectoire des individus – il parle de « mobilités latérales » – et comment le délit est pensé comme une option conjoncturelle, qui impose un mode de vie instable et ne préfigure jamais d’une continuité dans la criminalité. Les récits de vie permettent ainsi de montrer que la précarisation du travail, l’instabilité économique ou familiale ne peuvent expliquer à elles seules l’entrée des individus dans l’illégalité ; mais dans le même temps les rationalités des acteurs sont insuffisantes pour comprendre la complexité des parcours. L’ouvrage, dans son ensemble, revendique une troisième voie/x, autonome et « honnête » (p. 12), qui n’exclut pas celles des personnes qu’il se donne à comprendre, tout en refusant d’épouser leurs points de vue.

8Destiné avant tout à un lectorat latino-américain, le recueil contribue à diffuser, continuer et amender les travaux ouverts par Robert Castel, disparu quelques mois avant la publication. Malgré l’introduction et le texte de Gabriel Kessler, les spécificités de l’individuation, la précarité et l’insécurité semblent cependant moins balisées par les auteurs pour le contexte argentin qu’elles ne le sont pour la France et l’Europe. C’est en cela que le livre, extrêmement riche, ouvre de nombreuses pistes de réflexion prometteuses et appelle à penser de manière rhizomique les nouvelles dynamiques de la « question sociale » en Amérique latine.

Haut de page

Notes

1 Denis Merklen est membre du comité de rédaction des Cahiers des Amériques latines.

2 Ils ont tous contribué, à l'exception de Gabriel Kessler, au récent ouvrage : Robert Castel et Claude Martin (dir.), Changements et pensées du changement : échanges avec Robert Castel, Paris, La Découverte, 2012.

3 Tiré de leur livre : Jean-François Laé et Numa Murard, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Paris, Bayard, 2012.

4 Si la pensée d'inspiration marxiste, reprise par la gauche dite « radicale », s'attaquait au contrôle social qu'exerçait l’État (providence) sur les individus, elle semble, à partir des années 1990, prendre la défense du rôle de protecteur qu'il doit continuer à jouer. Aujourd'hui, les détracteurs de l’État social sont bien plus nombreux dans les rangs des libéraux, de ceux qui cherchent l'abolition de toutes formes de régulation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alicia Rinaldy, « Robert Castel, Gabriel Kessler, Denis Merklen et Numa Murard, Individuación, precariedad, inseguridad. ¿ Desinstitucionalización del presente ? », Cahiers des Amériques latines, 74 | 2013, 189-192.

Référence électronique

Alicia Rinaldy, « Robert Castel, Gabriel Kessler, Denis Merklen et Numa Murard, Individuación, precariedad, inseguridad. ¿ Desinstitucionalización del presente ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/3055

Haut de page

Auteur

Alicia Rinaldy

CREDA – UMR 7227

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org