Navigation – Plan du site
Études

Immigrants nationaux, vers une nouvelle approche des flux migratoires ruraux. Brésil, 1900-1930

Patricia Sampaio Silva
p. 161-181

Résumés

Dans les trente premières années du xxe siècle, des milliers de travailleurs brésiliens entament une migration interne pour être employés dans les plantations de café de l’État de São Paulo, dans le sud du pays. Originaires pour la plupart des régions du nord et arrivés au même moment que de nombreux ouvriers agricoles en provenance de l’Europe et du Japon, ils seront classés, comme eux, en tant qu’immigrants. Pourtant, en dépit des chiffres impressionnants, leur présence s’est, en quelque sorte, évanouie de l’historiographie. On tend, en effet, à considérer que ce flux migratoire n’a débuté qu’à partir de 1934, lors de l’instauration des quotas limitant l’entrée des étrangers dans le pays. Ces quotas étaient dans un premier temps censés « blanchir le pays ». Le propos de cet article est de poser des pistes pour restituer la mémoire de cette migration interne et de démontrer la diversité et la complexité de situations de ces immigrants, d’analyser les discours qui se tissent autour de l’élément national, l’atténuation de l’importance de la question raciale de la part des responsables des politiques d’immigration et la plasticité même du terme « immigrant ».

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

immigrants, café, migration

Palavras chaves :

imigração, café, migração
Haut de page

Texte intégral

1En 1871, un décret-loi autorise le gouvernement impérial brésilien à subventionner la venue de travailleurs migrants européens destinés aux plantations de café, culture en plein essor dans la province de São Paulo, dans le sud du pays. L’introduction des trois premiers milliers d’Italiens marque le début d’une politique qui prendra une nouvelle ampleur après l’abolition de l’esclavage en 1888 et l’instauration, l’année suivante, du régime républicain. La mise en place du système fédératif, fortement décentralisé, permet au dès lors État de São Paulo d’envoyer ses propres agents sillonner l’Europe et de prendre directement en charge les frais de voyage.

En effet, après les États-Unis et l’Argentine, le Brésil – et plus particulièrement ses régions méridionales – accueille un nombre important d’individus qui, à partir de la fin du xixe siècle, se lancent dans la traversée de l’Atlantique dans l’espoir de « faire l’Amérique ». Installés dans les colonies de peuplement établies dans les États du sud ou employés dans les fazendas de café et devenus ou non par la suite des propriétaires terriens, leur présence a indubitablement refaçonné une partie du monde rural brésilien.

Cependant les pages de cette histoire du » Brésil des immigrants » ne sont pas encore écrites lorsqu’un jour de 1900, Raimondo Pereira da Silva, accompagné de sa femme et de leurs quatre fils, pénètrent dans l’immeuble de l’Hospedária dos Imigrantes (Auberge des immigrants) de São Paulo.

2Après avoir déclaré, auprès des services d’immatriculation, être agriculteur et venir de l’intérieur des terres d’un État du nord – Bahia –, il se dirige comme tous les autres vers la grande salle où dans le brouhaha, entremêlé de différentes langues et dialectes, des corps se bousculent à la recherche d’un endroit pour y entreposer les maigres bagages et attendre la distribution d’un repas frugal. Pourtant sa famille et lui, ainsi que 2 741 autres individus de nationalité brésilienne, arrivés en cette année 1900 dans l’Hospedária, seront enregistrés en tant qu’« immigrants ».

En réalité, bien que la loi définisse l’immigrant comme « tout étranger de moins de 60 ans voyageant en 3e classe », seul le moyen de transport finira par être retenu comme critère, de sorte que les autorités n’hésiteront pas à employer ce terme pour désigner l’ensemble de voyageurs pauvres qui, pour se rendre à São Paulo, empruntent les cabines insalubres de troisième classe des navires. Qu’ils soient ou non de nationalité brésilienne, les responsables du service de l’inspection du port de Santos leur refusait même le statut de « passagers », celui-ci étant réservé à ceux qui pouvaient s’offrir un billet en première ou deuxième classe.

Certes, durant la première décennie du xxe siècle, les « immigrants nationaux » restent encore largement minoritaires face aux autres nationalités, notamment italienne. Néanmoins leur nombre s’accroît progressivement de sorte qu’en 1919, si les autorités espèrent « qu’avec la fin de la guerre et les conditions de vie particulièrement difficiles en Europe qui en ont résulté, un intense flux d’immigrants se dirigera vers notre État », si débarquent à nouveau au port de Santos des milliers de Portugais, Espagnols et Italiens, à ce moment le « São Paulo des immigrants » a déjà acquis un tout autre visage : les Brésiliens sont désormais la nationalité prédominante.

  • 1 Les Secretarías sont l’équivalent des ministères au niveau de chaque État de la Fédération, de sort (...)

3Ils représentent 12 699 personnes en 1921, 15 570 en 1922, 14 578 en 1923 et constituent un phénomène que le responsable de la Secretaría da Agricultura, Comércio e Obras Públicas (Secrétariat de l’agriculture, du commerce et des travaux publics)1, organisme chargé de la politique des « Terres, de la colonisation et de l’immigration » tient à signaler comme fait digne d’intérêt. Il consacre quelques paragraphes de son rapport de 1923 à informer le président de l’État de São Paulo du fait qu’« il ne date pas d’aujourd’hui qu’entrent annuellement des milliers d’immigrants brésiliens, presque tous originaires d’autres États. À partir de 1901, les statistiques en enregistrent plus de mille, à l’unique exception de 1901 [...] Durant ces treize dernières années, nous avons ainsi eu 95 815 immigrants nationaux, soit en moyenne 4 165 par an ».

En 1925 leur présence étant déjà parfaitement intégrée à la réalité des flux migratoires, le nouveau Secretário nous informe, sans surprise apparente, qu’en cette année-là, « sont entrés à São Paulo 73 335 immigrants, […] les nationalités prédominantes étant les suivantes : 15 909 Brésiliens, 8 990 Espagnols, 7 885 Portugais, 6 968 Italiens, 6 356 Japonais, 6 505 Yougoslaves ».

Parmi ces arrivants aux visages fatigués, empruntant les premières Marias Fumaças, les Marie-la-Fumée, – bien que pensé, construit et entretenu par des hommes, le train n’a pourtant jamais pu être complètement masculinisé – on ne saura bientôt plus distinguer lesquels de ces Alves, Nascimentos et autres Santos, viennent du Minho portugais, de Madère, ou des « autres États » brésiliens. Sur les bancs en bois inconfortables, de gare en gare, ignorant encore jusqu’où la voie de chemin de fer en cours de construction peut les porter, ils prient, comme tous les autres, pour que le contrat seja bom (soit bon) et en premier lieu que leur soit épargné un long voyage en charrette jusqu’à une destination qui ne saurait être celle du repos.

4Pourtant leur présence – telle l’épaisse fumée s’échappant des locomotives qui, au fil de cette « marche du progrès », pénètrent la végétation luxuriante de l’Ouest pauliste – s’est en quelque sorte évanouie de l’historiographie. Contrairement aux autres nationalités, pour lesquelles on dispose d’un grand nombre d’importantes études, les immigrants nationaux n’ont, en dépit des chiffres surprenants, guère attiré l’attention des chercheurs. Plus amplement, on n’assigne généralement à la population rurale brésilienne – sur laquelle pèsent bien des clichés – qu’un rôle de main-d’œuvre circonstancielle, requise par la difficile tâche de déforestation par la technique du brûlis (la « derrubada » ou la queimada) afin d’agrandir l’aire productive ou former une nouvelle fazenda. Les conséquences de ce désintérêt sont doubles.

D’une part, l’idée depuis répandue – et véhiculée par nombre d’ouvrages – est que ce flux migratoire interne n’aurait en réalité débuté qu’après l’instauration en 1934 de quotas limitant l’entrée des étrangers dans le pays. Ce serait seulement face à l’épuisement de l’offre externe que des individus originaires du nord – les Nordistas, appelés plus tard Nordestinos – seraient alors venus remplacer les travailleurs étrangers, aussi bien dans les milieux ruraux qu’urbains. Ayant effectivement constitué une main-d’œuvre bon marché dans le processus de l’industrialisation du sud-est qui s’entame à partir de la dictature de Vargas (1937–1945) et employés en grand nombre dans le bâtiment, notamment dans les périlleux travaux de constructions de gratte-ciels, ces Nordestinos, aux prises avec de lourds préjugés, seront en outre souvent enfermés dans le stéréotype retirante (celui qui est contraint de battre en retraite) puisque leur départ ne serait lié qu’à la nécessité d’échapper aux sécheresses endémiques qui sévissent dans leur région d’origine.

  • 2 L’histoire du monde rural brésilien dans sa complexité de situation est, en fin de compte, un objet (...)

D’autre part, ce désintérêt a permis la construction d’une perception insidieuse, selon laquelle la puissance actuelle de São Paulo serait due au fait qu’ayant accueilli un nombre important d’Italiens, d’Espagnols et de Portugais, cet État, comme ceux du sud, s’est en quelque sorte européanisé. Le terme immigrant a même, de temps à autre, revêtu la dimension d’un élément entrepreneur, dont l’introduction aurait permis la formation d’un marché interne et l’émergence d’une paysannerie, tous deux censés être jusqu’alors inexistants2.

5Il va sans dire que restituer la mémoire de cette migration interne, la décloisonner de la catégorie du retirante, reconnaître sa participation à la formation du monde rural paulista, revoir la place des affranchis, ne peut s’envisager qu’en ouvrant un chantier particulièrement vaste. Nous nous proposons plus simplement de dégager ici différentes pistes de recherche sur ces “ autres immigrants ” du café, à partir de l’analyse des registres d’immatriculation de l’Hospedária, des rapports des Secretários de l’agriculture, des correspondances de cette administration, des archives des décisions de l’assemblée de São Paulo.

Nous nous attacherons à dresser quelques profils de cette masse importante d’immigrants nationaux, tenant compte des conditions diverses auxquelles ils sont soumis et d’apporter une modeste contribution au champ de recherche concernant cette complexe histoire qu’est celle de la paysannerie brésilienne.

Des bras pour l’agriculture dans une marche vers l’ouest

6Au début du xixe siècle, lorsque la culture du café est introduite dans les régions côtières paulistes, le Brésil est un grand exportateur de sucre. São Paulo dispose de ses plantations et de ses moulins (engenhos). Mais plus qu’un grand fournisseur de ce produit pour le commerce international, il est avant tout un important producteur d’une eau-de-vie issue de la canne, la cachaça, destinée au marché brésilien. De fait, il est admis aujourd’hui par l’historiographie que dès l’époque coloniale les latinfundia en monoculture d’exportation n’ont jamais été auto-suffisants. À leurs côtés « et d’une certaine manière en toile de fond, nous trouvons les productions tournées vers l’approvisionnement interne. Elles pouvaient néanmoins garder des différences aussi bien entre elles qu’avec le secteur exportateur » [Fragoso, 1990, p. 115]. Après l’indépendance du pays en 1822, des vastes domaines d’élevage extensif, des moyennes propriétés comptant avec un nombre réduit d’esclaves ou encore une agriculture de base familiale continuent à fournir ce marché interne en denrées alimentaires végétales (maïs, haricot, riz), en bétail, en lard, en tabac et en coton.

  • 3 La production de l’intérieur des terres de São Paulo atteint en 1880 les 106 millions de pieds de c (...)

7São Paulo ne fait pas exception et les plantations de café gagnent rapidement l’intérieur des terres. Dans les années 1860, la culture caféière est déjà bien implantée dans le Planalto Central (plateau central), région où se situe la capitale (appelée également São Paulo) et connue, par la suite comme le « vieil ouest ». La disponibilité de sols vierges, le climat, la présence par endroits d’une terre particulièrement fertile en raison de la présence de potassium et de fer (la terra roxa) et l’accumulation d’un capital constitué grâce à la commercialisation des produits colportés à dos de mule sont les facteurs internes souvent évoqués pour expliquer son incroyable expansion [Perissinotto, 2000]. Rapidement devenu premier produit d’exportation et principale source de devises3, le café permet à São Paulo, jusqu’alors territoire sous-peuplé et faiblement doté de voies de communication, de devenir en quelques décennies le centre dynamique de l’économie brésilienne et l’État le plus influent de la fédération.

  • 4 Contrairement à ce qu’ont pu laisser penser les modèles interprétatifs axés uniquement sur le systè (...)

8L’introduction des caféiers n’entraîne pourtant pas forcément une concentration foncière sur l’ensemble du territoire, ni ne remplace la culture du sucre4. Ainsi, si dans certaines régions on assiste à la mise en place de véritables latifundia, qui, en monoculture, emploient une importante masse de captifs, dans d’autres fronts pionniers se maintiennent des domaines plutôt humbles (fazendolas) et des moyennes, voire des petites propriétés. Ici les modestes propriétaires de moulins à sucre (senhores de engenho) qui, disposant d’un nombre réduit d’esclaves, utilisaient déjà les travailleurs nationaux libres dans divers travaux (réparation de clôtures, construction ou entretien de routes et de chemins), continuent, après l’implantation de la nouvelle culture, à les employer au moment des récoltes, de l’empaquetage et du transport du café jusqu’à la gare la plus proche [Messias, 2003].

  • 5 La condition de camarada est certes illustrative des modes de vie de la population que l’on a conve (...)

9Pourtant, bien que la fin du système esclavagiste soit inéluctable en cette fin du xixsiècle, l’utilisation de cette population rurale, composée d’individus libres et pauvres5 appelés caboclos, en lieu et place de la main-d’œuvre captive, ne fait pas l’unanimité. Les actes du Congrès agricole de 1878, qui est organisé afin de recueillir les propositions de divers fazendeiros, en sont l’illustration : si pour certains le caboclo est meilleur que l’étranger, puisque l’Européen lorsqu’il entre dans la brousse devient inutilisable à cause des insectes qui l’attaquent, pour d’autres c’est l’élément national qui est inemployable [Vangelista, 1991].

Avec la diffusion de la théorie de races dans les années 1870, la population pauvre et libre, déjà perçue comme indolente, réfractaire au travail et à la discipline dès le xviiie [Melo e Souza, 2004], se voit alors affublée d’un défaut supplémentaire : celui d’être majoritairement constituée de métis au teint de peau plutôt foncé.

10Les élites brésiliennes, soucieuses d’un « blanchissement » du pays, prônent alors l’introduction d’immigrants européens qui se destinent à la fois à remplacer les esclaves dans les champs et à y apporter la « civilisation ». C’est ainsi qu’en 1895, l’Assemblée législative de l’État de São Paulo – qui fixe annuellement le budget destiné à l’immigration – autorise « le gouvernement à introduire 60 000 immigrants, constitués exclusivement de familles d’agriculteurs [et par ordre de préférence] de nationalités suivantes : italienne, suédoise, norvégienne, suisse, hollandaise, danoise, allemande, française, anglaise, autrichienne, portugaise et espagnole » (Loi 356). Le nombre d’Espagnols ne devait pourtant pas dépasser 10 000 individus et il était prévu d’installer un même nombre de personnes d’origine canadienne dans le nord de l’État.

Fort du budget obtenu, le gouvernement parvient d’ailleurs à subventionner un nombre plus important d’immigrants que celui escompté, à savoir 65 700 personnes qui pourront travailler dans les plantations sous le système de colonato, modèle selon lequel la rémunération s’effectue à la fois en argent et en avantages en nature. Ces derniers consistent notamment dans l’attribution d’une maison avec l’arrière-cour, d’un pâturage et du droit de planter des céréales entre les pieds de café.

11Les nouveaux venus, que l’on appelle « colons », ne correspondent pourtant pas totalement aux profils souhaités. Certes, dans une écrasante majorité, ils sont de nationalité italienne. Cette année-là, en additionnant ceux qui entrent de manière spontanée dans le pays, ils totalisent 84 722 individus. Mais excepté les 265 Allemands, ce sont en réalité les nationalités les moins désirées que l’on parvient à enrôler, à savoir : 14 185 Portugais, 13 985 Espagnols, dépassant donc le chiffre stipulé, et 1 120 Autrichiens. Seul un Français et un Hollandais empruntent les cabines insalubres des navires pour se rendre au Brésil tandis que nous n’avons nulle trace de Canadiens, de Norvégiens ou de Suédois.

Les préoccupations d’ordre racial et le désir de peupler São Paulo d’Européens du nord s’estompent néanmoins assez rapidement pour les responsables des politiques de l’immigration. Avant que l’on ne subventionne la venue des Japonais, dont le premier navire accoste en 1908, le gouvernement se tourne, sans équivoque, vers l’emploi de la main-d’œuvre nationale.

Dès 1899, une décision législative, la loi 673 vise non seulement à encourager le transport maritime entre les régions brésiliennes (article 15), mais surtout accorde aux nationaux les mêmes avantages qu’aux étrangers (article 5).

  • 6 C’est dans les locaux de cette agence que se trouvaient les représentants de fazendeiros et mitoyen (...)

12Désormais, comme tous les autres, lorsqu’ils viennent par bateau, après leur débarquement dans le port de Santos, ils sont transportés par chemin de fer vers l’Hospedária dos Imigrantes (Auberge des immigrants) de la capitale où ils sont pris en charge durant huit jours, bénéficiant de repas gratuits et de soins médicaux et l’on assure également leur transport entre l’Hospedária et la gare la plus proche de leur lieu de destination. Ils peuvent, s’ils le désirent, disposer des services de l’agence de colocação (agence de placement) qui gère les contrats de colonato6. Lorsque leur voyage n’est pas subventionné, à l’instar de la politique appliquée à toute immigration spontanée, l’État leur rembourse le prix d’un billet de deuxième ou troisième classe, sous justificatif d’embauche en tant que travailleur agricole.

Les gouvernements successifs s’emploient ainsi à satisfaire les demandes de « braços para a lavoura » (des bras pour l’agriculture) émises de manière récurrente par les fazendeiros, d’importances diverses, mais dont les plus puissants sont parvenus à imposer leurs propres intérêts comme des intérêts publics.

  • 7 Si le cours international du café connaît une hausse considérable durant la période 1886-1895 – att (...)
  • 8 Pour rentabiliser leur production et permettre sa commercialisation, réalisée dans un premier temps (...)

13De fait, le café restera encore longtemps le principal produit d’exportation7 – le Brésil étant devenu par ailleurs le premier producteur mondial – et sa culture sera pratiquée sur la quasi-totalité du territoire de l’État de São Paulo, puisque la mise en place du chemin de fer8 avait permis son introduction dans des régions fort éloignées du littoral. Les plantations gagnent alors des zones qui n’étaient pourtant encore, en ce début du xxe siècle, que faiblement habitées par l’homme blanc et pratiquement inconnues des autorités, donnant origine à ce qu’il a été convenu d’appeler la « marche vers l’Ouest ». La construction de voies ferrées – au prix de la quasi-extermination des populations indiennes et d’une mortalité particulièrement élevée chez les ouvriers, soumis à des conditions de travail proche de l’esclavage – permet l’installation de populations, aux origines et aux ressources très diverses, dans les nouveaux fronts pionniers.

14C’est vers l’un des derniers fronts du nouvel ouest – où prédominent des propriétés aux tailles plutôt modestes et où une partie des terres est déjà aux mains des Italiens – que se dirigent Jacinto Duarte, sa femme, ses cinq fils (16, 14, 13, 10 et 6 ans) ainsi que son beau-frère. Comme trois autres familles de Brésiliens, ils sont d’abord passés en 1909 par l’Hospedária, où ils signalent lors de leur enregistrement qu’ils doivent se rendre sur les terres d’un certain Pedro Custódio Guimarães, qui les avait préalablement embauchés. Entre 1900 et 1906, deux autres fazendeiros du nouvel ouest font alors venir 178 Brésiliens, déjà sous contrat lorsqu’ils passent par l’Auberge.

Car, si dans un premier temps, le gouvernement s’engage plus activement dans l’enrôlement de la main-d’œuvre, notamment au travers la Société de promotion de l’immigration de São Paulo, après la dissolution de celle-ci en 1895, les autorités encouragent les fazendeiros à se procurer eux-mêmes les travailleurs dont ils ont besoin ; en contrepartie, il leur assure le remboursement des frais de transport pour des individus âgés de 12 à 50 ans, à condition qu’ils se fassent auparavant enregistrer à l’Hospedária de la capitale.

15Le Secretário de l’Agriculture, en 1919, tient pourtant à signaler qu’il ne s’agit nullement du fruit d’un désintérêt du gouvernement. Au contraire, celui-ci serait « toujours vigilant, promouvant et développant l’immigration de nouvelles nationalités afin que les flux ne s’amenuisent pas et qu’elle puisse être toujours en mesure de répondre aux demandes de main-d’œuvre ».

Après que le gouvernement italien eut interdit en 1902 l’émigration subventionnée vers le Brésil, au vu des mauvaises conditions de travail de ses ressortissants, les autorités de São Paulo tournent leurs attentes vers d’autres pays. Si, malgré cette interdiction, nombre d’Italiens continuent à débarquer au port de Santos, on promeut désormais la venue des Portugais et Espagnols, autrefois peu désirés. On accepte l’arrivée des Japonais, dont le nombre reste réduit jusqu’à 1924, mais on compte surtout, on l’a vu, sur le flux des nationaux, qui constituent, en réalité, la majorité de ces « nouvelles nationalités ». Et qui sont-ils, ces « autres immigrants » pour le café ?

Au-delà des retirantes

16Les livres des registres de l’Hospedária dos imigrantes, également appelés les registres d’immatriculation, nous permettent d’esquisser le profil de 34 559 individus de nationalité brésilienne, qui y ont effectué un séjour entre 1900 et 1923. Ces sources, comportant des renseignements sur plus de trois millions de nationaux et d’étrangers qui sont passés par ces locaux, entre 1888 et 1978, n’ont pourtant attiré l’attention des historiens qu’au début des années 1980. Et ce, très certainement, en raison non seulement de leur dimension particulièrement statistique, mais surtout à cause du grand nombre d’erreurs qu’elles comportent [Paiva, 2009].

De fait, avant qu’ils ne prennent la forme de fiches individuelles dans les années 1930, on a affaire à des tableaux où dans une série de colonnes doivent figurer des informations telles que le numéro d’inscription, la date d’arrivée, la nationalité, le nom et le prénom, le sexe, l’état civil, le lien de parenté, la profession, le niveau d’alphabétisation, la religion d’appartenance, le lieu d’origine ou le moyen de transport emprunté. Bien évidemment, les cases ne sont pas systématiquement remplies, quand elles ne révèlent pas de contradictions flagrantes, comme le cas de Jaoquim Ferreira dos Santos, catalogué comme chef de famille et pourtant âgé de 3 ans.

17Ces mises en garde étant posées, les registres d’immatriculation nous renseignent sur les points suivants. Ces migrants, majoritairement catholiques, se déclarent être pour la plupart des agriculteurs. Environ un tiers de ces individus, soit 10 994 personnes, arrivent seuls à l’Hospedária, à l’instar d’Amazio de Oliveira Neto, jeune célibataire (19 ans) ou de Théophilo Marques, qui âgé de 42 ans et marié, se rend à São Paulo sans sa famille. Ils sont en effet représentatifs de ce groupe migratoire constitué presque exclusivement d’hommes (seulement 78 femmes arrivent non accompagnées), âgés entre 17 et 50 ans, dont seulement un peu moins de la moitié, soit 4 864 personnes se déclarent célibataires. La forte proportion d’hommes mariés laisse donc supposer qu’il s’agit, au moins en partie, d’une migration temporaire, une situation qui pourrait aussi être celle de jeunes hommes en quête de la constitution d’un pécule pour pouvoir, une fois de retour, s’installer et prendre épouse.

18La migration féminine (12 230 registres) se fait donc surtout à l’intérieur des groupes familiaux dont la constitution est en revanche particulièrement variable. On trouve aussi bien plusieurs familles comme celle de José Francisco do Nascimento, constituée seulement de son épouse et d’un enfant en bas âge, ou d’autres pouvant compter plus de dix personnes, comme celle de Antonio Ferreira Barbosa qui se rend dans les locaux de l’Auberge en compagnie de sa femme, ses huit enfants, son gendre et ses deux petits-fils. Il arrive constamment, par ailleurs, qu’une mère, un père, un cousin, un oncle ou une belle-sœur les accompagne lors de cette migration, d’autant plus que l’État a ouvert aux membres collatéraux les droits aux subventions du voyage.

19Reste que, au-delà de la subvention ou du remboursement des frais du voyage, il importe pour ces chefs de famille (dénomination réservée exclusivement aux individus de sexe masculin) de disposer d’assez de bras pour espérer briguer un contrat de colonato qui leur soit favorable. Non pas que ces travailleurs agricoles, toutes nationalités confondues, disposent d’une grande marge de manœuvre lors de la signature de ces contrats, étant donné que la politique gouvernementale vise justement à mettre à disposition des fazendeiros une main-d’œuvre abondante afin que l’importance de l’offre permette de tirer les salaires à la baisse. Mais le fait d’avoir sous leur autorité un nombre plus important de personnes aptes au travail permettait à ces chefs de famille de négocier, contre une rémunération annuelle, la prise en charge d’un nombre plus important de lots de pieds de café (le talhão). Comportant la plupart du temps mille arbustes plantés chacun à environ deux mètres les uns des autres, ces lots nécessitaient, en effet, des soins particuliers. Outre la protection contre les intempéries, notamment lorsqu’il s’agissait de jeunes pousses, il fallait laborieusement enlever à la bêche les mauvaises herbes autour de leur base et entre les rangées. Puis, il était également avantageux de disposer d’un nombre suffisant de bras au moment des cueillettes, sachant que la rémunération pour cette tâche était négociée à part, tout comme celle de l’empaquetage et du transport.

20Néanmoins, plus que les salaires, déjà faibles et souvent versés de manière irrégulière, ce sont surtout les avantages en nature prévus dans les contrats de colonato qui constituent les clauses les plus prisées. Et même si les conditions promises lors de l’embauche sont très éloignées de la réalité concrète de ces travailleurs, l’important pour eux est de pouvoir vendre le surplus des denrées alimentaires – cultivées entre les rangées du caféier – ou des produits issus de l’élevage, en particulier celui de basse-cour. Car c’est surtout les profits tirés de cette commercialisation qui rendait possible l’accumulation d’un pécule, souvent utilisé pour l’achat d’une propriété foncière.

21Qu’il s’agisse ou non de devenir propriétaires, à São Paulo ou dans leur région d’origine, les nationaux doivent tenir compte de la nécessité d’être nombreux ou encore doivent compenser la venue d’enfants en très bas âge. Certains groupes familiaux semblent alors se composer spécialement pour cette transhumance, comme nous l’indique la présence dans les registres de filles et fils adoptifs, la plupart d’entre eux étant par ailleurs âgés de 15 à 27 ans. Tel sera le cas de Maria Sergio de Oliveira, 16 ans, fille adoptive de João Cardoso et de sa femme (30 et 28 ans) qui arrivent à l’Hospedária accompagnés de leurs deux fillettes (8 et 3 ans) et de leur beau-frère de 22 ans.

Si certains individus du sexe masculin intègrent les familles de migrants comme des fils adoptifs, d’autres, en revanche, sont déclarés comme étant un agregado, terme qui, bien que signifiant littéralement quelqu’un qui est attaché à un autre, n’en est pas moins employé au Brésil pour désigner les individus dépendants d’un propriétaire terrien.

22Il n’est pas impossible que ces immigrants nationaux viennent avec leurs propres dépendants, puisque nombre de petits et moyens propriétaires disposent du service de quelques travailleurs sans terre, appelés également camaradas. Et les livres des registres nous montrent en effet la présence de 2 553 individus classés dans cette catégorie agregado qui se rendent à l’Hospedária dans des groupes uniquement composés d’individus de sexe masculin et catalogués différemment de ceux qui arrivent seuls. Ainsi, à l’instar de Victorino José Trintade, 38 ans, arrivé en 1921 avec quatre jeunes hommes en pleine force de l’âge (15, 23, 24 et 26 ans), nous trouvons un nombre important d’individus, répertoriés donc comme « chefs de famille », qui en compagnie d’un à cinq agregados, déclarent posséder déjà des contrats d’embauche dans une fazenda.

Certains individus se révèlent, par conséquent, en mesure d’enrégimenter d’autres travailleurs, inscrivant ainsi une hiérarchie interne au sein de la population migrante. Tel est également le cas d’un « jeune homme honnête et bon charpentier », qu’un fazendeiro voudrait faire venir avec sa femme depuis l’État de Sergipe, et qui pourrait amener avec lui, non seulement « d’autres familles », mais encore des « camaradas », pour travailler sur sa propriété ainsi que sur celles de ses amis.

Pour pouvoir bénéficier du savoir-faire de ce « jeune homme honnête », capable d’enrôler d’autres bras pour l’agriculture, le fazendeiro en question adresse une lettre à l’inspecteur de l’immigration. Il voudrait connaître les conditions de remboursement des frais du voyage, mais aussi savoir si depuis le port de Santos, ils peuvent être envoyés directement à sa propriété, s’agissant de « gens simples, habitués à la vie du Nord, et qui par naïveté et bonne foi » pourraient être « pervertis » à leur arrivée.

23Ce ton paternaliste dévoile, en réalité, une dépendance particulièrement intense liant certains nationaux à leurs futurs employeurs. De fait, les correspondances adressées au Secrétariat de l’agriculture en vue du remboursement de l’argent dépensé pour le voyage, démontrent que les Italiens, les Portugais et les Espagnols engagent eux-mêmes les procédures, fournissant toute la documentation nécessaire (passeport, contrat d’embauche dans l’agriculture, enregistrement à l’Hospedária). En revanche, dans le cas des Brésiliens, ce sont systématiquement les fazendeiros qui effectuent les démarches, demandant le remboursement des frais qu’ils ont engagé, en réalité, pour plusieurs familles.

  • 9 Réponse adressée au sollicitant. Requerimentos da Secretaria da Agricultura.

24C’est le cas d’Alipio Marcelino de Almeida qui, ayant fait venir 38 personnes de l’État de Bahia, n’obtient pourtant pas entière satisfaction. Parmi ses nouveaux travailleurs figurent, entre autres, Antonio Benevides da Sousa, 27 ans, son épouse Maria, 27 ans et ses deux fils João, 3 ans et Joanna, 1 an. Comme nous l’indiquent les services responsables, ce couple ne correspond pas à la politique de tres enxadas (trois houes), puisque l’État ne prend en charge que « la venue des familles légalement constituées, à savoir comptant au moins trois personnes aptes au travail »9. Pourtant, un regard, même bref, sur ces correspondances adressées au Secrétariat révèle que nombre de fazendeiros se montrent peu soucieux de la restitution du total des frais engagés pour la venue de travailleurs, renvoyant ainsi à la pratique d’achat d’esclaves depuis les régions du Nord pour les nouvelles plantations de café paulistas, après qu’une loi en 1850 a rendu périlleux et coûteux le commerce de captifs en provenance d’Afrique. Car s’il est de fait admis aujourd’hui dans l’historiographie que cette loi, dite Eusébio de Queiroz, n’a pas mis un terme au trafic négrier, comme on l’a longtemps affirmé, elle n’a pas moins donné origine à un important marché interne d’esclaves et l’attitude de ces fazendeiros tend à démontrer une certaine continuité de ce commerce, sauf que désormais on fait venir, à un coût moindre, des individus « libres », mais non moins assujettis.

25C’est dans le sillage de ce marché interne d’autrefois que semble s’inscrire la fazendeira Maria Lurdes Thesano de Azevedo lorsqu’elle assure le transport, depuis une seule et même ville, Caxambu, située dans l’État du Minas Gerais, de 12 familles qui comportant des enfants en bas âge, lui seront, dès lors, particulièrement soumises. Cet État de Minas, limitrophe de celui de São Paulo, fournit en réalité un nombre important de familles immigrantes qui arrivent ensemble à l’Hospedária en ayant déjà un contrat d’embauche. Le fait que plusieurs familles se rendent dans une même fazenda semble indiquer la présence de réseaux de recrutement, très certainement inscrits dans des relations de clientèle, que seules des monographies approfondies seraient en mesure d’éclairer.

26On peut présumer qu’à l’instar des autres flux migratoires, celui des Brésiliens est le fruit d’une interaction entre individus, réseaux de parenté, de voisinage et professionnels, vecteurs d’information, compagnies de transport maritime, compagnies ferroviaires et de l’action des politiques de chaque État de la fédération.

  • 10 Il est néanmoins intéressant de noter que, sur les chiffres dont nous disposons, à savoir sur un to (...)

Certes, les registres d’admission ne renseignent pas systématiquement l’origine des migrants. C’est, au contraire, l’une des données le plus souvent manquantes10. On sait pourtant, au travers des rapports des Secretários, que les plus grands pourvoyeurs de main-d’œuvre pour l’agriculture, outre le Minas Gerais, sont bien les États du nord.

Dès lors, sortir l’immigrant national du stéréotype du Nordestino retirante ne suppose en aucun cas nier l’existence des populations qui se déplacent en raison des sécheresses qui sévissent dans leur région d’origine. Au contraire, les flagelados (victimes du fléau) représentent une main-d’œuvre extrêmement bon marché et convoitée par les autorités paulistes.

  • 11 La saison de pluie, qui ne dure généralement que trois mois, est en effet appelée « l’hiver ».
  • 12 Cette politique de construction de réservoirs d’eau s’avère particulièrement inefficace pour lutter (...)

27C’est pourquoi le Secretário de l’Agriculture informe, en 1919, le président de l’État de São Paulo d’échanges de télégrammes qu’il a eus avec le gouverneur du Ceará, État alors ravagé par une grave sécheresse. Dans un premier temps, celui-ci est favorable à ce que le gouvernement pauliste assure un service de recrutement et le transport des « ouvriers agricoles » qui s’entassent dans la capitale, Fortaleza, pour travailler dans la cueillette du café contre l’assurance de leur retour une fois le fléau disparu. Un contrat est alors passé avec la compagnie de transport maritime Lloyd Brasileiro et une équipe médicale envoyée sur place au vu de la « condition particulièrement triste de ces pauvres gens ». Mais une fois l’équipe sur place, le gouvernement du Ceará se rétracte, affirmant que « l’hiver était revenu dans le sertão »11. L’assurance de ce retour ne peut, en réalité, être totale. C’est ainsi dans l’objectif d’offrir un emploi à ses ressortissants et d’empêcher leur émigration vers São Paulo que l’État du Ceará avait déjà mis en œuvre, à partir de 1915, tout un programme de travaux publics, appelé « Obras novas contra as secas » (nouveaux travaux contre les sécheresses)12. L’État de Pernambuco, de son côté, va plus loin, interdisant, sans trop de succès, la sortie d’individus sans autorisation préalable, puisque le chef de police de cet État se plaint dans son rapport annuel, du manque de « moyens de la police maritime pour effectuer les contrôles des passagers de troisième classe et empêcher la perte des ouvriers agricoles ».

28Il était, en effet, assez difficile de contenir cette population, étant donné que dès 1900, les autorités, ayant déjà mis au second plan les théories raciales, assurent de plus en plus les subventions de leur voyage. En 1907, par exemple, le gouvernement pauliste prend en charge la venue de 1 840 Brésiliens (soit presque la moitié du total des entrées, à savoir 3 990 personnes), plus que les Portugais (1 324 personnes) mais moins que les Espagnols (3 791 individus). L’année suivante, le nombre de Brésiliens subventionnés s’élève à 2 479 individus.

Vingt ans plus tard, lorsque le nombre d’entrées des nationaux atteint son apogée, le Secretário d’alors tient à signaler que le développement de ce courant migratoire ne devrait « pas être uniquement attribué aux heureuses conditions de prospérité de cet État », mais serait en partie le réflexe de la bonne organisation de ses services d’immigration qui apporterait tout le soutien dont auraient besoin ces nouveaux venus, aux profils les plus divers.

De fait, nous avons affaire à un flux migratoire constitué d’une mosaïque de situations : il y a ceux qui arrivent de manière spontanée, seuls ou en familles, et qui seront enrégimentés par les représentants des propriétaires dans les locaux de l’agence de placement ; ceux dont le coût du transport est avancé par les fazendeiros, ce qui les insère d’emblée dans une relation de forte dépendance envers ces derniers ; enfin ceux qui ont pu bénéficier de la prise en charge de leur voyage directement par le gouvernement pauliste, certains d’ailleurs arrivant avec leurs propres travailleurs.

29Car, comme l’affirme le Dr Heitor Teixiera Pentado, le Secretário de 1920, la prise en charge des coûts de transport » est une dépense de caractère permanent à laquelle l’État ne peut se soustraire », puisque, « au vu de l’organisation du travail dans les fazendas, seule l’immigration subventionnée est en mesure de les maintenir colonisées ». Elle concernerait d’ailleurs 78 % des 265 625 immigrés entrés à São Paulo entre 1908 et 1920, soit un investissement qui doit être en outre sans cesse renouvelé étant donné que l’immigrant, toute nationalité confondue, ne reste que temporairement dans les fazendas, dans la mesure où « son ambition, plus que légitime », continue-t-il , « est de se constituer un pécule pour pouvoir s’établir définitivement à son propre compte ».

Néanmoins, nombreux sont ceux, nationaux comme étrangers, qui, n’étant pas parvenu à devenir propriétaire, repartent vers leur région d’origine. Les gouvernements successifs qui tiennent la comptabilité de ces départs continuent pourtant à débourser d’importantes sommes d’argent pour introduire une population, dont ils savent pertinemment qu’une partie quittera l’État.

Ce Secretário rappelle, toutefois, l’importance du maintien d’une telle politique. Les subventions ne profitent pas uniquement à la culture du café, même si, souligne-t-il, le fait de leur fournir des travailleurs justifie largement son application : « en finançant l’immigration subventionnée, l’État répond aux besoins de bras pour l’agriculture, mais ces dépenses se convertissent, en définitive, au profit de la colonisation et du peuplement du territoire » : deux politiques, donc, intrinsèquement liées.

Immigration, terres et colonisation

30La politique de ne subventionner que la venue de familles prenait comme acquis le fait qu’un groupe familial serait plus à même de se stabiliser dans une propriété. Pourtant, malgré toutes les tentatives d’assujettissement de la part des caféiculteurs, à la fin d’un contrat, un grand nombre de travailleurs, toutes nationalités confondues, ayant ou non réussi à se constituer un modeste capital, quittent les propriétés.

Plusieurs d’entre eux repartent non seulement vers leur région d’origine, mais aussi vers les centres urbains, tandis que d’autres se déplacent de fazendas en fazendas à la recherche de meilleures conditions de travail, et ce à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Une migration, en quelque sorte « cyclique », s’établit ainsi entre le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine, même si le solde s’avère systématiquement défavorable pour le côté brésilien.

Face à une telle situation, en 1912, un accord sans lendemain est pourtant tenté entre le Département du travail de São Paulo et son homologue argentin. Car si le départ d’une partie de cette population migrante au profit des pays du Río de la Plata reste particulièrement problématique, la circulation d’une main-d’œuvre pour les saisons de cueillette représente un intérêt commun.

31Que des individus de nationalité brésilienne, mais uniquement de sexe masculin et âgés de 18 à 50 ans – ainsi que le signalent les registres de l’inspection du port de Santos – originaires « d’autres États » se dirigent vers São Paulo, puis vers Buenos Aires, et retournent à São Paulo, avant de repartir vers leurs régions d’origine, ne semble pas poser de problème.

La possibilité de disposer de cette main-d’œuvre d’appoint, les apanhadores (cueilleurs), est également un souci constant partagé par fazendeiros et autorités. Le Dr Heitor Teixeira Penteado, le secrétaire en poste en 1922 va jusqu’à proposer la prise en charge des billets de retour, afin « d’instaurer le système d’hirondelles (andorinhas) » dans le but de mieux mettre à profit ces migrations temporaires, effectuées la plupart du temps par ces nationaux de sexe masculin. D’autres, au contraire – plus nombreux –, misent sur l’implantation des colonies de peuplement (núcleos coloniais).

32Certes, si les núcleos coloniais de São Paulo furent moindres que ceux des régions sud, ils ne sont pas moins un objet de souci constant de la part du gouvernement. Outre le peuplement, ils sont destinés, comme l’affirme sans détour le Secretário de 1900, à constituer des « viviers de travailleurs pour l’agriculture » et à offrir une alternative au système du colonato dans lequel, répétons-le, une partie de la rémunération se fait en nature, à savoir le droit de planter des céréales entre les pieds de café et de disposer d’un pâturage. Ce Secretário énumère ainsi les avantages de ces colonies :

  • 13 C’est nous qui soulignons.

33« 1) Fixer l’immigrant au sol et le mettre à disposition de la culture du café. 2) Décharger le fazendeiro de l’obligation d’agrandir annuellement son aire de production juste pour permettre aux colons de cultiver les céréales entre les pieds de café récemment plantés. 3) Décharger le fazendeiro des coûts de la construction des maisons des colons ou leur fournir des pâturages ou en créer par la fermeture de ceux-ci. 4) Permettre l’introduction du statut de journaliers (camaradas) et réduire les coûts de production. 5) Soulager le Trésor du coût de l’introduction de nouveaux immigrants, puisque ces derniers sont déjà fixés. 6) Développer et créer dans l’État plusieurs industries qui ne peuvent être menées à bien que par de petits agriculteurs, rendant moins cher le prix de denrées alimentaires et permettant une baisse des salaires13 ».

34Pour les mettre en place, l’État achète la plupart du temps les terres, les divise en lots de 25 à 30 hectares, pour les revendre à des prix raisonnables et payables en dix fois. Un premier apport, d’un dixième de la valeur totale du lot, s’effectue au moment de l’installation, puis la deuxième échéance survient au bout de quatre ans, la troisième au bout de cinq ans et ainsi de suite. Pourtant, plus que les Européens, que l’on voudrait sédentariser en leur offrant un accès plus facile à la terre, ce sont les Brésiliens qui s’installent dans ces nucleos coloniais.

35C’est ainsi que dans le nucleo de « Jorge Tibiriça », assez prospère, on compte en 1919 avec 12 396 nationaux et 6 385 étrangers, étant tous parvenus à s’acquitter de leur dette et à disposer du titre de propriété. D’autres questions viennent alors à nous : qui sont ces Brésiliens devenus petits propriétaires, produisant de la pomme de terre, du riz, des haricots, du manioc, des ananas ou du beurre, vendant leur production dans les grandes villes du Plateau central et dont » l’incroyable prospérité », selon les dires du Secretário de 1920, avait déjà permis une baisse du prix des denrées alimentaires dans la capitale ? Seraient-ils des migrants, qui à l’instar de ceux d’autres nationalités, ont réussi à accumuler un pécule dans le système de colonato, notamment en revendant le surplus de leur production céréalière ou de leur élevage pour s’installer à leur propre compte ?

36De fait, « l’élément national correctement utilisé », selon les dires du Secretário de 1912, est un atout et finira même par être valorisé. C’est ainsi que 15 ans plus tard son homologue tient, lui aussi, à consacrer au sein de son rapport plus qu’un simple paragraphe aux nationaux, afin de faire savoir au président de l’État que l’image du migrant national fruste « est encore un canular forgé à l’extérieur du pays, dans le but de nous diminuer devant les autres peuples ». Il va plus loin : selon lui, le « national qui y entre contribue à une augmentation du pourcentage de la population alphabétisée à São Paulo ». Si cette contribution peut nous laisser dubitatifs, il est indéniable que ces nationaux ont répondu, comme les étrangers, aux objectifs fixés par les autorités : occuper le territoire, créer des centres de production de denrées alimentaires et offrir de la main-d’œuvre pour la culture du café.

37Devenus également propriétaires, on note ainsi la présence de nombreuses familles de Brésiliens qui, aux côtés de celles d’Italiens et de Japonais, passent des contrats pour effectuer les tâches saisonnières de cueillette, empaquetage et transport du café. Pour les autorités, d’ailleurs, nationaux ou étrangers ne constituent que des travailleurs dont il convient d’encadrer la venue, par voie ferrée ou par bateaux, l’installation, les contrats de travail, voire également les litiges avec les employeurs, de sorte que le sens même du terme « immigrant » devient de plus en plus imprécis.

Il ne désigne plus seulement les voyageurs de troisième classe des navires, mais les individus ayant séjourné à l’Hospedária qui s’y rendent en empruntant de plus en plus le chemin de fer. Ainsi, comme le signale le Secretário dans son rapport de 1923, en cette année-là « des 12 569 immigrants arrivés par la voie ferrée, 11 692 étaient des Brésiliens, soit presque la totalité ».

Il n’est plus besoin de provenir d’autres États pour recevoir une telle appellation, puisque les registres d’admission de l’Auberge classent 151 individus – un nombre important dans l’échantillon – comme étant des « immigrants de São Paulo ». Que veulent signifier les responsables de ces registres avec une telle classification ? Ne s’agirait-il pas, tout simplement, d’enregistrer la population libre et pauvre, que l’on ne voulait guère employer dans un premier temps, mais qui désormais encadrée par les services d’immigration et plus particulièrement par l’agence de placement, est devenue « utilisable » ?

38Si la diffusion de la théorie des races, également appelée darwinisme social, a posé à la fin du xixème siècle un problème pour une élite intellectuelle, qui s’auto-désigne comme « hommes de science, fortement empreints des idées de Gobineau, Taine, Galton ou Lombroso [Schwarcz, 1995] », la plupart des fazendeiros ne se sentait guère concernée par un quelconque blanchissement de la population. D’ailleurs, l’expérience avait montré le décalage entre l’idéalisation du travailleur européen et la réalité, faite également de leurs résistances aux conditions de vie auxquelles ils étaient confrontés. D’importantes grèves viennent ainsi ternir l’image utopique de ces ouvriers agricoles, qui, « supérieurs » parce qu’appartenant à la race blanche, seraient, malgré cette supériorité, disposés à se soumettre aux traitements jusqu’alors réservés aux esclaves.

39Toute une série de stéréotypes se mettent en place : à l’instar de la population nationale pauvre et libre, les immigrants européens, aux dires des fazendeiros, seraient tout aussi « indisciplinés », « réfractaires au travail », « ivrognes » [Fausto, 2000]. L’utilisation même du terme immigrant pour désigner tout voyageur de troisième classe, le refus de leur accorder le statut de passagers, pourraient alors indiquer qu’un dédain se construit également et progressivement au sein de la classe dirigeante envers cette population. Loin d’être cet élément entrepreneur dont la présence aurait permis la constitution d’un marché interne, image qu’une certaine historiographie a forgée, l’immigrant, tel qu’on le voit débarquer dans les ports, visage fatigué, emportant des baluchons remplis de bric-à-brac, n’est que cet individu sans ressources, matérielles et symboliques, que l’on destine uniquement à remplacer la main-d’œuvre captive.

40Cela ne signifie pas que cette classe dirigeante, qui ne constitue pas un groupe homogène et compte parmi ses membres certains « hommes de sciences », ait pour autant abandonné l’idée de la supériorité européenne. La majorité d’entre eux est, à n’en pas douter, restée jusqu’aux années 1920 fortement persuadée de l’infériorité de la « race » noire et du fait que le métissage produirait des hybrides dégénérés – ce qui les insère dans une situation paradoxale quant au processus tant souhaité de blanchissement du pays – et assume aussi des prises de positions divergentes quant à l’introduction des Japonais. Mais, c’est la plasticité même de ces prises de positions qui leur permet à la fois d’entrer en conflit à certains moments avec les intérêts de leur propre classe sociale d’origine et de répondre aux intérêts des fazendeiros. Non pas parce qu’ils seraient des représentants d’un appareil étatique uniquement au service des grands propriétaires [Perissinotto, 2000], mais parce que nombre d’entre eux partagent l’idée de la vocation du Brésil à être un pays éminemment agricole, briguant par ailleurs la modernisation des cultures [Mendonça, 1999].

41Avant donc que ne s’opère le renversement de l’image du métis – qui non seulement rend possible la valorisation de l’élément national, mais encore permet la valorisation du métissage lui-même dans les années 1930 et l’élaboration du mythe de la « démocratie raciale » brésilienne –, les autorités sont attentives aux aspirations des fazendeiros. Sans aller jusqu’à faire l’éloge du « national », ce que la majorité d’entre eux revendiquaient lors du Congrès agricole de 1878 – et ont obtenu par la suite – était une législation particulièrement coercitive envers les travailleurs libres. Une loi est ainsi votée obligeant le national à s’engager pour un contrat de travail de six ans et prévoyant des peines de prison en cas de « désertion ». Inapplicable, au vu déjà de la faiblesse du corps policier, elle est abrogée quelques années après et les fazendeiros sont alors, à leur corps défendant, bien obligés de composer avec la mobilité de leur nouvelle main-d’œuvre libre, même lorsqu’ils se tournent vers l’immigration européenne, l’abondance de l’offre compensant les déplacements.

42En provenance d’autres États ou « immigrants de São Paulo », l’emploi des travailleurs nationaux, avant que ne se tarisse « l’offre étrangère », est donc irréfutable et nous avons dès lors la réponse à une fausse question qui revient de manière récurrente dans l’historiographie : pour quelles raisons les fazendeiros de São Paulo n’ont pas employé leurs anciens esclaves, comme cela fut le cas partout ailleurs sur le territoire brésilien, d’autant plus qu’après l’introduction du café, cet État a fini par concentrer un tiers de la population esclave ?

Ayant effectivement eu recours à la main-d’œuvre locale, l’exception du cas pauliste serait plutôt à chercher dans la rapidité avec laquelle, grâce au chemin de fer, s’est opérée la conquête de vastes territoires, qu’il fallut ensuite occuper et contrôler.

Considérations finales

43La prise en compte de l’utilisation massive des travailleurs nationaux dans le monde rural paulista, bien avant l’instauration des quotas, nous ouvre ainsi un riche champ de recherche encore peu exploré. Loin du stéréotype d’un flux migratoire constitué uniquement d’individus misérables fuyant les sécheresses, nous avons affaire à une migration comportant une mosaïque de situations : arrivant de manière spontanée, seuls ou en familles, enrégimentés ou non par les représentants des propriétaires dans les locaux de l’agence de placement, ayant pu ou non bénéficier des subventions étatiques, insérés ou non dans une relation de forte dépendance envers les fazendeiros ayant financé leurs transports. La diversité même de la réalité de ces immigrants nationaux, aux origines sociales diverses, est un terrain fertile pour de nouvelles études. Seuls de nouveaux travaux pourraient nous éclairer sur les réseaux d’engagement, les motivations de départ, les accès aux ressources, les intérêts en jeu de cette vague migratoire qui a profondément remodelé tant les régions d’origine que celles qui l’ont accueillie.

44De la même manière, les mesures successives prises par les États du nord pour éviter le départ de cette population mérite que l’on y prête plus d’attention. Les disputes pour cette main-d’œuvre très bon marché ne pouvaient être par ailleurs qu’inéluctables après 1850. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce ne sont pourtant pas les États du nord qui souhaitent la fin de ce marché interne d’esclaves, lequel vide les plantations de leurs captifs. Les mesures mises en place pour en finir avec ce commerce proviennent en réalité du gouvernement paulista, craignant une « africanisation » de leur État [Adduci, 2000]. Si le souci du blanchissement devient rapidement secondaire pour les responsables politiques de l’immigration, sans que pour autant disparaissent les idées raciales, c’est en raison du fait que l’idéalisation du travailleur européen a fait long feu. L’immigrant n’est désormais que cet individu démuni, destiné à être une main-d’œuvre bon marché et à servir à l’occupation du territoire. Un regard attentif sur les trajectoires, les réussites ou les échecs, du travailleur national, qu’il soit ou non migrant, sur leurs différentes réalités ainsi que sur la plasticité même du terme d’immigrant, apporterait une plus grande complexité à l’histoire de la paysannerie brésilienne.

Haut de page

Bibliographie

Adduci Cassia Chrispiniano, A Patria Paulista : o separatismo como resposta a crise final do Imperio brasileiro São Paulo, Arquivo do Estado de São Paulo, Imprensa Oficial, 2000.

Castro Lara, Avalanches dos Flagelados no sertão cearense, retirantes operarios nas lidas das Obras contras as secas, Fortaleza, DNCOS/BNDB, 2010.

Fausto Boris (org), Fazer a America: a imigração em massa para a America Latina, 2. ed, São Paulo, EDUSP, 2000.

Fragoso João, “O Império escravista e a Républica dos plantadores, uma economie no século XIX, mais do que uma plantação escravista exportadora”, in Maria Leda Linhares (org), Historia geral do Brasil, Rio de janeiro, Elsevier, 1990, p 144-187.

Holloway Thomas H., Imigrantes para o cafe : cafe e sociedade em São Paulo, 1886-1934, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1984.

Mello e Souza Laura, Desclassificados do ouro : a pobreza mineira no seculo XVIII, Rio de Janeiro, Graal, 2004.

Mendonça Sonia Regina de, O ruralismo brasileiro, (1888-1931), São Paulo, Hucitec, 1997.

Messias Rosane Carvalho, O cultivo do cafe nas bocas do sertão paulista: mercado interno e mão-de-obra no periodo de transição, 1830-1888, São Paulo, UNESP, 2003.

Moura Denise A. Soares de, Saindo das sombras: homens livres no declinio do escravismo, Campinas, FAPESP, 1998.

Paiva Odair da Cruz, “Arquivos da imigração no contexto da Hospedária de imigrantes de São Paulo”, Patrimonio e memoira, UNESP, v. 5, p. 82-97, dez. 2009.

Perissinotto Renato Monseff, Estado e capital cafeeiro em São Paulo: 1889-1930, São Paulo, Annablume, 2000.

Saes Flavio Azevedo Marques de, As ferrovias de São Paulo, 1870-1940, São Paulo, Hucitec, 1981.

Schwarcz Lilia Moritz, O espetaculo das raças : cientistas, instituições e questão racial no Brasil, 1870-1930, São Paulo, Companhia das Letras, 1995.

Vangelista Chiara, Os braços da lavoura : imigrantes e “caipiras” na formação do mercado de trabalho paulista (1850-1930), São Paulo, Hucitec, 1991.

Welch et alli. (orgs.) , Camponeses brasileiros, São Paulo/Brasília, Nead, 2009.

Haut de page

Notes

1 Les Secretarías sont l’équivalent des ministères au niveau de chaque État de la Fédération, de sorte que la charge de Secretário correspondant aussi à celui d’un ministre au niveau estadual, nous laisserons ce terme en portugais.

2 L’histoire du monde rural brésilien dans sa complexité de situation est, en fin de compte, un objet d’étude relativement récent. Malgré les travaux pionniers, jusqu’aux années 1990 les études se sont essentiellement centrées sur les réalités du latifundium agro-exportateur esclavagiste et minimisant fortement l’importance et le rôle des moyennes et petites propriétés, ils ont fini par véhiculer une image particulièrement homogène du vaste intérieur des terres, dans laquelle la population libre et pauvre n’était perçue que comme directement dépendante des grands domaines. L’utilisation ou non du terme paysan (camponês) pour désigner l’homme rural brésilien, ainsi que la question de l’existence ou non d’une paysannerie au Brésil a été, en outre, objet de débats. Si durant longtemps a prévalu le rejet de ces concepts (puisqu’ils renverraient à des réalités exclusivement européennes), actuellement l’historiographie brésilienne définit le camponês comme un poly-producteur inséré, à des degrés divers, dans le marché et utilisant essentiellement la main-d’œuvre familiale [Welch, 2009].

3 La production de l’intérieur des terres de São Paulo atteint en 1880 les 106 millions de pieds de caféier. Neuf ans plus tard, ce chiffre monte à 220 millions de pieds, et à la fin du siècle il est de 520 millions [Fragoso, 1990].

4 Contrairement à ce qu’ont pu laisser penser les modèles interprétatifs axés uniquement sur le système de la plantation, le café n’a nul besoin, pour être rentable, d’être cultivé sur de grandes surfaces.

5 La condition de camarada est certes illustrative des modes de vie de la population que l’on a convenu d’appeler « pauvre et libre », terme qui ne doit pourtant pas gommer la multitude de situations des individus qui la composent. Si l’on y trouve des personnes dont le seul bien est leur propre corps, d’autres disposent d’une petite propriété foncière (sitio) ou d’un esclave, d’autres encore d’un métier (charpentiers, maréchaux ferrants) [Moura, 1998].

6 C’est dans les locaux de cette agence que se trouvaient les représentants de fazendeiros et mitoyens à celui de l’Hospédaria – elle lui était subordonnée. L’agence sera ensuite rattachée au Département du travail dont la création date de 1911.

7 Si le cours international du café connaît une hausse considérable durant la période 1886-1895 – atteignant des prix jamais égalés par la suite, après cette date, au contraire, il est régulièrement confronté à des périodes de crise, dues à la surproduction et à la baisse du cours international [Holloway, 1984]. Mais malgré les aléas, le café constitue la principale source de devises jusqu’aux années 1930.

8 Pour rentabiliser leur production et permettre sa commercialisation, réalisée dans un premier temps à dos de mule, les fazendeiros s’organisent pour fonder des compagnies nationales, dont le capital est fourni par une multitude de petits et moyens actionnaires. Le capital étranger arrive dans un deuxième temps, d’abord sous forme d’emprunts, avant que les banques étrangères (anglaises, françaises et allemandes notamment) ne deviennent les principaux actionnaires [Saes, 1981].

9 Réponse adressée au sollicitant. Requerimentos da Secretaria da Agricultura.

10 Il est néanmoins intéressant de noter que, sur les chiffres dont nous disposons, à savoir sur un total de 11 194 personnes, 3 338  individus proviennent l’État de Minas Gerais, 2 892 de Rio de Janeiro et 1 643 de Bahia. En ce qui concerne les États du nord, le Rio Grande do Norte vient avec 472 ressortissants avant l’Alagoas (286), le Pernambouc (191) et le Ceará (162). Les individus originaires d’autres États sont peu nombreux, ceux en provenance du Paraná, dans le sud du pays, ne représentant que 16 personnes, ou ceux de l’Espírito Santo, situé au centre-sud, 67.

11 La saison de pluie, qui ne dure généralement que trois mois, est en effet appelée « l’hiver ».

12 Cette politique de construction de réservoirs d’eau s’avère particulièrement inefficace pour lutter contre le fléau de la sécheresse, le retour des pluies paralysant, voire endommageant, les chantiers en cours. Par ailleurs, elle donne naissance à des camps de travail insalubres, où s’entassent les ouvriers agricoles, ayant parvenus à être embauchés. En effet, la distribution des emplois au sein de ces chantiers, y compris pour des tâches qualifiées, s’insère dans tout un système de clientélisme [Castro, 2010].

13 C’est nous qui soulignons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Sampaio Silva, « Immigrants nationaux, vers une nouvelle approche des flux migratoires ruraux. Brésil, 1900-1930 », Cahiers des Amériques latines, 74 | 2013, 161-181.

Référence électronique

Patricia Sampaio Silva, « Immigrants nationaux, vers une nouvelle approche des flux migratoires ruraux. Brésil, 1900-1930 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/3036 ; DOI : 10.4000/cal.3036

Haut de page

Auteur

Patricia Sampaio Silva

Maître de conférences à l’EHESS / CRBC.

Patricia Sampaio Silva est historienne et maître de conférences à l’EHESS, attachée au Centre de recherches sur le Brésil colonial et contemporain –CRBC– Mondes Américains. Ses recherches actuelles portent sur les processus de restructuration de l’État brésilien à partir de la la réalité des vastes municipes ruraux, depuis la deuxième moitié du xixe siècle jusqu’aux années 1940. Elle a notamment publié trois chapitres d’ouvrages « De l’envers de l’endroit ou de l’éternel basculement dans la violence dans la vallée du Pajeu », in Gilles Bataillon et Denis Merklen (sous la dir), L’expérience des situations limites, Karthala, Paris, 2009 ; Mihai Dinu Gheorghui, Pascale Gruson, Daniel La Rocha (ed), « Alphabétiser, au-delà des clichés, le cas du Pajeu », in Parcours d’une sociologue, figures d’un engagement, Editura Universitatii, Lasi, 2009 ; Del Império a la Républica, Historia general de América latina, Unesco, (à paraître).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org