Navigation – Plan du site
Dossier. L'autre continent du football

Carrières et engagement au sein d’un groupe de supporters de foot en Équateur

Quand l’apprentissage de comportements déviants se transforme en facteur d’intégration sociale
Guillaume Fleury
p. 93-115

Résumés

L’analyse de l’engagement et des carrières au sein de la Sur Oscura, barra brava du club de football de Barcelone en Équateur, permet de mettre à jour l’adoption séquentielle et progressive de comportements propres à l’identité barrista. Ceci nous permet de mieux comprendre la place qu’occupent les savoir-faire violents au sein du monde des supporters. Si la violence n’est pas recherchée pour elle-même, elle reste extrêmement présente et traverse le quotidien de ces supporters. Cependant, elle ne peut être comprise sans analyser conjointement la dimension festive des activités barristas. Cette maîtrise combinée de l’action violente et festive rend possible la mise en relation avec des dominants, ouvrant la voie à la mise en place d’échanges en politique où les leaders de la Sur Oscura occupent une position centrale. Ainsi, l’ethnographie de la Sur Oscura nous invite-t-elle, en définitive, à nous interroger sur les dynamiques sociales et politiques extérieures à ce groupe qui nourrissent ses pratiques.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Équateur
Haut de page

Texte intégral

1En Europe comme en Amérique latine, de nombreux clubs de football sont investis par des professionnels de la politique. Les exemples sont nombreux sur les deux continents. En Europe, les premiers exemples qui nous viennent à l’esprit sont ceux de Bernard Tapie, président de l’Olympique de Marseille de 1986 à 1994, et Silvio Berlusconi, à la tête du Milan AC depuis 1986. En Amérique latine, le phénomène est également répandu. L’actuel président de la République chilienne, Sebastián Piñera, est propriétaire à près de 13,7 % du club de Colo Colo, 29 fois champion du Chili. Washington Cataldi et José Pedro Damiani, membres du Partido Colorado (parti de la droite uruguayenne), ont été deux présidents éminents du club de Peñarol, le plus populaire d’Uruguay. En Argentine, Mauricio Macri, l’actuel maire de Buenos Aires, élu depuis 2007, a été président du Club Athlétique Boca Juniors jusqu’en 2008. Le Barcelona Sporting Club de Guayaquil en Équateur, sur lequel porte cet article, en constitue un autre exemple.

2La présence récurrente de professionnels de la politique au sein de la sphère dirigeante de ce dernier a attiré notre attention. Il s’agissait de suivre l’invitation faite par Christian Bromberger à la réalisation d’« une enquête spécifique » [Bromberger, 1995, p. 354] pour évaluer plus précisément les attitudes des supporters face à cette immixtion du politique dans le sport. Le travail de recherche réalisé a permis de mettre au jour de nombreuses relations entre les membres de la barra brava du Barcelone, la Sur Oscura, et les dirigeants/professionnels de la politique qui peuplent la direction de ce club. L’analyse et la compréhension de cette dynamique relationnelle comportent deux intérêts majeurs d’un point de vue scientifique. Elles permettent, premièrement et d’un point de vue général, de désenclaver l’étude de collectifs étiquetés comme déviants et de réintroduire l’idée d’une influence extérieure au groupe sur sa structuration interne, son identité collective et ses pratiques. Deuxièmement, elles ouvrent de nouvelles perspectives dans l’analyse spécialisée des groupes de supporters. L’enjeu est ici de sortir d’une approche consistant à assimiler les supporters à des masses apathiques, passives et acceptant leur domination pour lui préférer une approche qui favorise la compréhension des dynamiques sociales qui traversent ces groupes, leur vision du monde qui les entoure et la construction de leur place dans la société.

3La Sur Oscura est une barra brava. Cette dénomination s’applique à des groupes de supporters latino-américains qui organisent un véritable spectacle en tribune les jours de matchs, mais qui sont également impliqués dans des rapports extrêmement conflictuels et violents avec d’autres barras ainsi qu’avec les forces de l’ordre. Appartenir à une barra brava comme la Sur Oscura implique une dévotion totale de l’individu au groupe, la construction d’une identité individuelle et collective exclusive fondée sur l’opposition d’un « Nous » à un « Autre » toujours à redéfinir et à décrédibiliser. Dans le même temps, cette appartenance suppose aussi de faire face à un certain mépris provenant de la société dans son ensemble et qui peut se traduire par une position délicate vis-à-vis de sa famille, de ses amis, de ses camarades de classe et de ses collègues de travail et, enfin, la possibilité que la conflictualité qui caractérise le monde social barrista surgisse dans d’autres sphères de l’espace social : dans le quartier de résidence, sur le lieu de travail ou d’étude, dans l’ensemble de la ville, dans notre cas Guayaquil.

Écusson de commémoration du 17e anniversaire de la Sur Oscura

Écusson de commémoration du 17e anniversaire de la Sur Oscura

Droits réservés

4Les membres de cette barra sont généralement considérés, par de nombreux équatoriens et par la presse dans son ensemble, comme des exclus sociaux et violents par nature. L’analyse de l’engagement au sein de la Sur Oscura à l’aide de la notion de carrière [Becker, 1985 ; Fillieule, 2001] permet, cependant, de mettre en lumière l’adoption progressive et séquentielle de comportements propres à l’identité barrista, notamment des attitudes violentes. De plus, ces comportements, s’ils sont jugés illégitimes socialement, n’en sont pas moins utilisés par les membres de la barra pour se mettre en relation avec les dirigeants. En effet, les barras bravas sont connues pour participer à certains événements politiques que ce soit en tant que force de frappe, service d’ordre ou tout simplement en tant qu’animateurs des festivités. Nous entreprendrons donc ici de comprendre comment l’engagement barrista, qui résulte autant de mécanismes sociaux que d’une décision individuelle, permet la mise en contact avec des dominants et donne accès à des ressources externes au groupe alors même qu’il implique l’apprentissage de savoir-faire et de savoir-être propres à l’identité barrista pouvant être catalogués comme déviants. Ceci nous permettra, dans un cadre plus large, d’insister sur les dynamiques sociales et politiques qui nourrissent et participent de la reproduction des comportements de ces collectifs, notamment en ce qui concerne des savoir-faire relevant d’une maîtrise de l’action violente.

5Pour ce faire, nous commencerons par revenir brièvement sur les origines et les traits caractéristiques des barras bravas et de la Sur Oscura en abordant la question du rapport à la violence de ces groupes. Nous étudierons, ensuite, de manière séquentielle l’engagement barrista tout en démontrant que l’adoption de comportements violents est le résultat d’une intégration progressive au groupe, réfutant par là-même l’idée d’une violence recherchée par elle-même par le biais de cet engagement. Ceci nous amènera à décrire comment le collectif, grâce à sa maîtrise de l’action festive mais aussi violente, s’approprie certains espaces au sein desquels sont réaffirmées les valeurs et l’identité collective du groupe. Les chants lors des matchs seront ainsi analysés en tant que discours renvoyant à des pratiques bien réelles et non comme un simple folklore cantonné à la temporalité du match. Enfin, nous montrerons comment des savoir-faire et des savoir-être développés au sein du monde social barrista permettent la mise en relation avec des dominants sociaux et la mise en place d’échanges en politique où les leaders de la barra jouent un rôle central et adoptent un discours permettant de légitimer celui-ci.

Les barras bravas sèment la terreur de l’Équateur à l’Argentine

  • 1 Le nom « Sur Oscura » (« Sud Obscure ») provient de l’emplacement du groupe dans la tribune Général (...)

6La Sur Oscura, fondée le 13 septembre 1995, est la barra brava la plus importante du Barcelone1. Les barras bravas sont, en Amérique latine, des groupes de supporters extrêmement organisés. Ils sont à l’origine d’un spectacle à la fois visuel et sonore souvent valorisé par les autres supporters et spectateurs, réalisé à l’aide de chants, d’éléments pyrotechniques (feux d’artifices, feux de Bengale, fumigènes, etc.), de banderoles, de drapeaux, tout au long du match quel que soit son résultat. C’est l’intensité extrême de leur soutien au club qui les caractérise et les différencie des simples spectateurs. Alors que ces derniers recherchent principalement le divertissement, les barristas se font un devoir moral d’aller au stade afin d’apporter leur soutien inconditionnel à leur équipe quelle que soit la qualité du spectacle offert. C’est ainsi que de nombreuses chansons font part de leur soutien « en las buenas y en las malas » (« pour le meilleur comme pour le pire »). Une barra brava se rapproche des groupes Ultras en Europe. Ceux-ci se caractérisent par « l’extrémisme de leur soutien (chants continus, présence permanente en déplacements), ainsi que leur autonomie » [Hourcade, 2002]. Les barras bravas en général et la Sur Oscura en particulier sont ces inconditionnels présents lors de chaque match, organisés en groupes se rassemblant dans les virages des enceintes sportives, producteurs d’un spectacle que certains qualifient de « carnaval ». Mais ces groupes sont aussi redoutés car engagés dans des processus de confrontation avec les forces de l’ordre et les supporters adverses.

  • 2 C’est d’ailleurs ici une différence fondamentale entre hooligans et Ultras.

7C’est bien la violence engendrée par ces groupes qui est évoquée en premier lieu lorsque l’on en parle. Pourtant, s’ils n’hésitent pas à avoir recours à la force physique face aux supporters adverses ou avec les forces de l’ordre, leur violence est loin d’être systématique2. Le terme barra brava apparaît dans le langage journalistique argentin des années 1950 pour parler de groupes qui se forment, au départ, pour défendre physiquement leur équipe face aux supporters adverses et aux forces de l’ordre lors des déplacements à l’extérieur [Romero, 1985]. Le terme fait donc d’emblée référence à la capacité violente de ces groupes et n’est pas utilisé, originellement, par les membres de ces groupes eux-mêmes. En Argentine, cette dénomination générique est repoussée par les membres des différentes barras brava qui lui préfèrent le terme de hinchada. Ce refus n’est pas motivé par la référence à la violence, car ces supporters lui accordent généralement une valeur positive, mais plutôt par le fait qu’ils estiment qu’un membre d’une « barra brava c’est celui qui est appuyé par le club, celui qui vit des faveurs du club » [Garriga Zucal, 2007, p. 18].

8Quoi qu’il en soit, en Équateur, les groupes de supporters se définissent eux-mêmes comme des barras bravas. L’expression, qui renvoie directement à la violence dont le groupe est capable de faire preuve, est utilisée comme un logo, un signe distinctif exposé à la vue de tous. Elle se trouve ainsi floquée sur de nombreux vêtements portés par les membres du groupe qui affichent dans tous les cas cette simple annonce : sembrando terror, « semant la terreur ». Le stigmate est donc non seulement accepté mais se voit conférer une valeur positive dans le cadre de l’activité barrista ; il est donc « retourné » [Goffman, 1975]. La « première destruction » du stade Capwell, stade de l’ennemi historique du Barcelone, le Club Sport émelec, constitue le point de départ de ce phénomène de réappropriation à leur profit de ce stigmate qui leur avait été attribué par la presse après plusieurs démonstrations de force. C’est, en tout cas, ce que suggère le site de la Sur Oscura : « C’est alors que la presse partisane des bleus [c’est-à-dire d’émelec] […] nous attribua l’étiquette de barra brava, quelque chose qui jusqu’à aujourd’hui nous permet d’être respectés sur n’importe quelle pelouse d’Équateur et connus en Amérique du Sud »3. La disqualification de la violence engendrée par la Sur Oscura, si elle stigmatise l’ensemble du groupe aux yeux de la société et, donc, en un sens atteint son but, opère également dans une autre direction. Elle permet à la Sur Oscura de faire valoir sa force de frappe aux yeux de l’ensemble de ses rivaux.

9L’organisation des différentes barras latino-américaines comporte des traits communs qui proviennent du modèle argentin à partir duquel elles se sont formées. Les barras bravas apparaissent au cours des années 1950 et 1960 en Argentine, puis on distingue quatre vagues de développement sur le continent latino-américain. La quatrième vague atteint l’Équateur, la Colombie et le Mexique avant d’atteindre un peu plus tard le Panama au cours des années 1990 et 2000. Il s’agit de collectifs très hiérarchisés dont le nom du leader est publiquement connu. Lorsqu’ils atteignent une masse importante, ils adoptent une forme organisationnelle moins monolithique tout en restant extrêmement hiérarchisés. Des « colonnes », si l’on reprend le vocabulaire militaire utilisé dans le cas de la Sur Oscura, se créent et sont chacune menées par un leader, souvent entouré de plusieurs individus en lesquels il a confiance et à qui il délègue certaines tâches, notamment la gestion de la trésorerie. En effet, chaque colonne gère ses propres fonds et la coordination des activités de la barra se fait au cours des réunions de leaders. D’après ses propres membres, la Sur Oscura comptait, en 2012, entre 600 et 700 personnes à Guayaquil réparties en quatorze colonnes. La popularité du Barcelone a permis l’expansion de la Sur Oscura sur l’ensemble du territoire national et de nombreuses sections existent dans différentes provinces. À Guayaquil, la vie du groupe est rythmée par trois rendez-vous hebdomadaires incontournables et qui montrent un degré d’organisation très avancé. Le premier rendez-vous est la réunion des leaders de colonnes qui se déroule en début de semaine. Les lignes directrices de l’activité hebdomadaire de la barra définies lors de cette réunion sont reprises lors de celle qui se tient au sein de chaque colonne le jeudi ou le vendredi soir. La quasi-totalité des colonnes tiennent cette réunion dans le même lieu, considéré comme « territoire Sur Oscura », qu’ils ont renommé La Zona, sous-entendu « notre zone ». C’est au cours de ces réunions que les membres de chaque colonne s’acquittent de la « cuota », cotisation permettant de subvenir aux activités de la barra et dont le montant évolue selon l’importance du match hebdomadaire qui constitue, lui, le troisième et dernier rendez-vous qui clôt la semaine.

10Ainsi, la violence occupe une place importante au sein du monde social barrista. Cependant elle n’est ni recherchée pour elle-même, ni n’est ce qui informe en premier lieu l’identité barrista qui induit l’apprentissage de savoir-faire et savoir-être aussi bien festifs que combatifs. Ce dernier se fait de manière séquentielle comme nous le montre l’analyse de l’engagement et des carrières au sein de la barra.

Entrée dans la carrière et apprentissage des savoir-faire et savoir-être barristas

  • 4 Dix-sept questionnaires ont été remplis au sein de la colonne Abismo sur un total d’environ soixant (...)

11Analyser l’engagement au sein d’un tel collectif doit sortir d’une approche pathologisante faisant la part belle à une psychologie des foules revisitée et à l’existence d’individus ontologiquement violents. De telles approches, qu’elles relèvent du sens commun ou de certains écrits scientifiques, voient souvent dans ces supporters les dignes représentants d’un sous-prolétariat où régneraient chômage et violence endémique. Au contraire, les données collectées sur la Sur Oscura et sa colonne Abismo rejoignent le constat de Bromberger à propos des Ultras en Europe : « ce sont, le plus souvent, des jeunes gens sociologiquement très ordinaires » [Bromberger, 1995, p. 213]. La comparaison des données recueillies par questionnaire avec une étude de l’Institut national de statistiques et de recensement équatorien (INEC)4 confirme que les membres de la Sur Oscura se distinguent bien plus par leur jeunesse et l’écrasante proportion d’hommes que par leur appartenance sociale. En se fondant sur la classification opérée par l’INEC, on peut, de fait, affirmer que toutes les classes sociales sont représentées, sans présence majoritaire de catégories très défavorisées ou en situation d’exclusion sociale. La majorité des barristas appartiennent aux classes moyennes hautes et basses qui sont aussi les classes sociales proportionnellement majoritaires au sein de la société équatorienne. On peut même avancer l’hypothèse qu’ils sont nombreux à être en phase d’ascension sociale puisqu’étudiant à l’université.

  • 5 Le mot « politique » a été remplacé par le mot « sportive ».

12Ceci nous invite donc à explorer les logiques sociales qui mènent cette jeunesse quasi exclusivement masculine à l’engagement au sein d’une barra brava. Processus séquentiel, cet engagement résulte d’une dialectique permanente entre « histoire individuelle et institutions et, plus généralement, les contextes » [Fillieule, 2001, p. 200]. Tout d’abord, dans la genèse de l’attachement passionnel au club et de l’intégration à une barra brava, la famille joue un rôle majeur. Nombreux sont les barristas à déclarer en entretien qu’ils sont « nés » barcelonistas. Au-delà de la force performative d’un tel énoncé qui permet de se distinguer en tant que fidèle et inconditionnel supporter, l’idée de naître barcelonista renvoie à un fait sociologique bien réel. Il existe, en effet, une véritable « efficacité des processus de transmission de valeurs et de croyances [sportives]5 entre parents et enfants » [Joignant, 1997, p. 536]. La grande majorité des barristas provient de familles pro-Barcelone. Cet attachement passionnel est acquis dès la plus tendre enfance pour ne jamais être remis en question ensuite. Lorsqu’on leur demande comment ils sont devenus supporters du Barcelone, ils sont nombreux à répondre comme Pablo, étudiant en première année à l’université : « Chez moi, par exemple, nous sommes tous barcelonais […]. Depuis tout petit m’est entré le sentiment ». Cependant, la famille ne voit que rarement d’un bon œil l’entrée de l’un des siens au sein d’une barra brava et certains barristas, bien que minoritaires, proviennent de familles supportant un autre club.

13C’est dans l’expérience du stade qu’il faut aller chercher ce qui contrebalancera, dans le processus d’engagement, l’absence de « socialisation barcelonaise » et/ou la réticence de la famille à voir l’un des siens intégrer une barra. L’ensemble des personnes interrogées déclare avoir connu leur première expérience au stade avant ou aux alentours de leurs 10 ans. C’est à cette occasion que la confrontation au carnaval proposé par la Sur Oscura a motivé leur volonté de répéter l’expérience au sein de la Générale Sud, tribune où se place la barra. Le stade devient un vecteur de création de vocations barristas, confirmant en cela que « même en l’absence de réseaux préexistants, la configuration spatiale peut fonctionner comme un vecteur d’identification collective et de mobilisation » [Hmed, 2009, p. 221]. La présence répétée au sein de la tribune permet la mise en contact avec les membres de la barra, à l’initiative de l’individu lui-même ou des barristas qui sont toujours attentifs à repérer des recrues motivées. Dès lors, les nouveaux arrivants se voient invités aux réunions hebdomadaires et il leur est offert une chance de rejoindre le collectif. Ceci confirme les résultats obtenus dans le cadre de recherches portant sur les espaces de socialisation militante dans le sens où la Générale Sud opère en tant que « [lieu] de transmission de dispositions au militantisme » [Bargel, 2009, p. 513].

14Néanmoins, devenir membre de la Sur Oscura dépend, au-delà du choix individuel, de contraintes propres au collectif lui-même dont le degré d’ouverture à de nouveaux arrivants varie selon les contextes. En effet, de même que dans le cas du militantisme politique, on peut dire que « les collectifs militants contribuent de manière variable dans le temps à produire, ou tout du moins à orienter, les chances pour chaque individu de s’engager ou non » [Fillieule, 2001, p. 210]. C’est notamment lors des épisodes de conflits internes que la porte d’entrée se referme, comme l’évoque José, sans emploi : « Je te le dis, avant il était un peu plus facile de recruter des personnes […]. Maintenant c’est un peu plus complexe parce qu’il y a tant d’insécurité […]. Je crois que c’est plus facile de recruter des personnes, pour qu’elles viennent avec nous, par quartier. Parce que ce sont des personnes que tu connais ». La peur des infiltrés et des informateurs à la solde de barras ennemies ou de colonnes exclues renforce la nécessité du contrôle à l’entrée. Dans ce cadre, c’est le réseau d’interconnaissance situé dans le quartier où vit le nouvel arrivant qui permet d’obtenir des informations sur celui-ci. Les barristas qui y vivent vont alors s’assurer de ses bonnes intentions.

15Une fois offerte l’opportunité d’intégrer le collectif, une nouvelle séquence du processus d’engagement se met en route. Il s’agit désormais d’adopter les valeurs et les comportements propres au collectif. Ces valeurs et ces comportements se cristallisent autour de la notion d’aguante, un élément caractéristique qui se doit d’être détenu collectivement et individuellement. Le terme d’aguante renvoie ici à l’idée de résistance, avant tout corporelle. Celle-ci peut s’affirmer sur deux plans qui composent les deux faces de l’aguante. Sur le plan festif, l’idée d’aguantar représente la capacité à aller au stade quelles que soient les conditions climatiques, à chanter, sauter et danser durant tout le match, à s’user les cordes vocales, à suivre l’équipe partout où elle va. L’aguante comporte également une connotation combative, mise en avant dans de nombreuses chansons. Il s’agit ici de ne pas reculer lors des affrontements avec d’autres barras ou avec la police, de défendre ses biens (banderoles, tambours, etc.). Quand les barristas sont invités à définir l’aguante, ce sont bien les deux faces festives et combatives qui sont mises en avant, mais c’est la face festive qui informe en premier lieu leurs pratiques.

16Être possesseur d’aguante est nécessaire pour être intégré définitivement au sein de la Sur Oscura. Les premiers pas dans la barra sont destinés à l’apprentissage de comportements qui font de vous un possesseur d’aguante comme nous le décrit Johnny, gardien d’école : « J’ai appris au fur et à mesure […]. Dans le stade je criais parce que je voyais comment les personnes criaient, chantaient, sautaient, montaient et descendaient, “ se tuaient ” pour l’équipe. Peu à peu j’ai appris. » Ici, c’est avant tout l’apprentissage de l’aspect festif qui est mis en avant, mais tout un ensemble de jeux et de pratiques permettent également l’adoption progressive de techniques liées à l’affrontement. Ainsi, en de nombreuses occasions, des simulacres de bagarres se mettent en place entre barristas d’une même colonne. Bien que la situation soit définie de manière claire – il s’agit d’un jeu – les coups échangés sont bien réels et parfois des objets tels que des petits couteaux sont utilisés lors de ces scènes. La fin du pugilat est souvent le moment d’un éclat de rire général. Pour les membres du groupe, l’objectif est ici d’afficher aux yeux de tous qu’ils possèdent l’aguante mais également de tester l’autre afin de s’assurer qu’il « sautera pour vous » en cas de besoin.

17Tout ce processus est soumis à une mise à l’épreuve permanente qui touche l’ensemble des barristas, à l’exception des leaders. La barra fonctionne comme un espace d’évaluation mutuelle de la possession d’aguante. Ceux qui ne participent pas aux réunions, ratent certains matchs, ne chantent pas durant les 90 minutes se le voient reprocher par les leaders ou les anciens. C’est la même chose pour ceux qui ne participent pas aux affrontements ou qui ne sont jamais en première ligne. Il faut faire preuve d’aguante dans les moments festifs comme dans les moments conflictuels. Être en première ligne d’un affrontement ne garantit pas de ne pas être exclu du groupe si cette dévotion « combative » n’est pas accompagnée d’une attitude irréprochable en tribune ; et inversement. Cette évaluation mutuelle s’inscrit également dans la rivalité entre colonnes puisqu’une colonne faisant preuve d’une possession collective de l’aguante permettra à son leader de s’élever dans la hiérarchie générale de la barra. Les innovations d’une colonne, la réussite de ses activités, sa participation au cours des batailles, avec leurs conséquences sur la place relative de son leader dans le collectif : autant de sources d’informations qui permettent, comme l’affirme Mathieu à propos de l’espace des mouvements sociaux, « les évaluations du “ jouable ”, de l’“ opportun ” ou encore du “ risqué ” » [Mathieu, 2007, p. 135] au sein de la barra.

18L’intégration définitive d’un individu au sein de la barra est entérinée par le passage du « baptême ». Être baptisé, c’est être reconnu comme membre à part entière du groupe et se voir reconnu comme possesseur de l’aguante. Le nouveau membre passe au milieu d’une haie d’honneur composée d’une quarantaine, voire d’une cinquantaine, d’autres barristas. Au cours de son aller-retour, il est roué de coups de poings et de pieds, parfois de ceinture, après quoi tout le monde applaudit et le nouveau membre doit afficher son plus beau sourire, montrant par là qu’au contact des « anciens », il « apprend à prendre conscience de nouveaux types d’expériences et à les considérer comme agréables » [Becker, 1985, p. 53]. Les membres de la Sur Oscura évoquent ainsi ce moment, qui peut se répéter plusieurs fois au stade ou en déplacement, avec plaisir. La vision que Johnny, gardien d’école, nous en livre est ainsi majoritairement partagée par les membres de la barra : « Le baptême c’est sympa ! […] Le baptême est meilleur au cours des voyages. Les coups sont mieux ».

19Le processus d’engagement au sein de la Sur Oscura est donc le résultat de multiples étapes au cours desquelles différents facteurs influencent la poursuite de ce processus. Si la famille est l’espace de gestation d’un sentiment d’attachement passionnel au club, l’expérience du stade, le contact répété avec les membres du groupe, l’ouverture de ce dernier selon les contextes, sont les facteurs principaux qui conditionnent, ensuite, l’entrée d’un individu au sein de la Sur Oscura. Les valeurs et les comportements propres à celle-ci adoptés au cours de ces étapes sont ensuite réaffirmés au sein de différents espaces et au cours de différents moments.

Réaffirmer les valeurs du groupe, s’imposer comme un acteur incontournable du club

Quand l’aguante permet l’appropriation de fait de la tribune, lieu de réaffirmation de l’identité collective de la barra

  • 6 Note d’observation, Noche Amarilla, Stade Monumental, Guayaquil, 27 janvier 2012. La Noche Amarilla(...)

20La possession collective et individuelle de l’aguante permet de se faire respecter par les autres barras qui composent le monde social barrista, mais également de faire de la Sur Oscura un acteur collectif qui compte dans la vie du Barcelone. En quinze ans d’existence, elle s’est ainsi appropriée un espace qui ne lui appartient pourtant pas en droit mais qu’elle considère comme sa maison : la Générale Sud. Elle en régule l’entrée les jours de matchs selon son bon vouloir. Posséder un billet pour accéder à la tribune n’est pas une condition suffisante pour pouvoir y entrer car vous devez également être accepté par la barra. Lors de notre présence en son sein, la Sur Oscura était secouée par un conflit interne qui avait donné lieu à l’exclusion de certaines colonnes. Par exemple, lors du match de présentation de l’équipe pour la nouvelle saison, le frère de l’un des exclus a eu le malheur de se présenter billet en main aux portes de la Générale Sud6. Il s’est tout de suite fait pourchasser par certains membres de la barra qui ont stoppé la course-poursuite à temps afin d’éviter une confrontation avec les forces de l’ordre. Le moment de l’entrée de la barra au sein de la tribune est également très révélateur. Lorsque la Sur Oscura estime qu’il est temps de prendre place dans les gradins, elle passe en priorité devant l’ensemble des autres supporters qui s’agglutinent autour du stade. Pour cette entrée collective, elle compte sur l’appui des forces de l’ordre qui cherchent avant tout à éviter une situation conflictuelle qui pourrait leur échapper. L’aguante dans sa face combative est ainsi une ressource utilisée de manière calculée par le collectif en dehors du monde purement barrista.

  • 7 Plusieurs affrontements ont émaillé notre observation au début de l’année 2012.

21De plus, ce trait caractéristique peut être mis à profit par la direction du club elle-même. En novembre 2011, le conflit qui agitait la barra a entraîné un affrontement général au sein de la Générale Sud. Cet événement a conduit les forces de l’ordre à séparer la tribune en deux, laissant un espace vide synonyme de manque à gagner pour les dirigeants du club. Ces derniers ont alors fait pression sur les leaders de la Sur Oscura, comme nous l’explique Narciso, avocat de profession : « Tonio Noboa [le président du Barcelone] lui a dit [à l’un des leaders] : “ Organisez vos affaires parce que sinon le club va engager des poursuites légales contre les leaders de la barra ” ». Pour la Sur Oscura, l’enjeu principal est devenu d’empêcher les exclus d’entrer dans le stade. Les affrontements ont été contenus dans les abords immédiats du stade par la police avec qui le dialogue n’a jamais été rompu malgré la récurrence d’affrontements entre barristas et forces de l’ordre. Ainsi, une fois les exclus repoussés et la totalité des supporters entrés dans le stade, la police fermait les portes à la demande de la barra afin d’éviter toute arrivée postérieure du groupe exclu. Le conflit n’a pas disparu mais les affrontements se déroulant aux abords du stade7 et non plus en son sein, ainsi que les pressions de la part des dirigeants ont disparu. Cet événement a mis en lumière la possession collective de l’aguante par les colonnes non exclues puisque qu’elles se sont montrées capables de « faire courir » leur adversaire et de défendre « leur » tribune. Mais il montre également que le groupe qui s’impose dans ce type de conflit devient le principal interlocuteur des dirigeants qui s’assurent, par le biais de pressions sur les leaders, que le conflit, ainsi confiné à l’extérieur du stade, n’aura que peu d’influence négative sur les recettes et l’image du club.

  • 8 Note d’observation, Barcelona SC - CD Olmedo, Stade monumental, 23 mars 2012.
  • 9 Le pogo est une danse où les corps se rentrent les uns dans les autres, de manière désordonnée et a (...)
  • 10 Il s’agit de la chanson « Que amargo es ser azúl » (« qu’il est amer d’être bleu »), en référence à (...)

22Cependant, la dimension festive et carnavalesque constitue également une ressource de l’aguante. Le spectacle proposé par la Sur Oscura est réellement impressionnant et permet de renforcer l’effet d’attraction du club. Ceci a pour conséquence directe d’attirer de nombreux spectateurs au stade en fin de semaine et donc de remplir les caisses du club. Les barristas peuvent ainsi organiser la tribune selon leur bon vouloir et accéder au stade en dehors des jours de matchs, car « ils sont ceux qui possèdent l’élément clé de la fête » [Garriga Zucal, 2007, p. 104]. Des piquets ont été installés pour pouvoir accrocher la banderole principale du groupe. Un espace a été aménagé et entouré de barrières au centre de la tribune pour accueillir les tambours et les instruments à vent utilisés lors des matchs. Ne pas respecter l’appartenance de la tribune aux barristas, porter atteinte aux banderoles ou aux instruments est considéré comme un affront terrible. Lors d’un match, lorsqu’une rixe éclata entre deux colonnes qui se disputaient un espace pour accrocher la banderole de leur groupe, la police décida d’intervenir et de retirer l’ensemble des banderoles accrochées dans la tribune8. La Sur Oscura mit alors en place une stratégie de réaffirmation de sa domination de cet espace afin de réparer cette insulte faite au groupe. L’une des chansons du répertoire de la barra possède ainsi un passage qui déclenche un pogo9 général dans la tribune10. Le 23 mars 2012, ce titre est joué de manière répétitive déclenchant un pogo auquel les forces de l’ordre répondent par des jets de gaz lacrymogènes. La Sur Oscura s’applique, à chaque match, à faire de la Générale Sud un « “ espace sûr ” protégé des incursions policières et qui permet une production plus libre des revendications et des stratégies collectives » [Hmed, 2002, p. 222 ; voir aussi Tilly, 2000].

23C’est donc au sein de cet espace sûr, au vu et au su de tous, que l’ensemble des savoir-faire et des savoir-être propres à l’identité barrista, appris et intégrés au cours du processus d’engagement, sont réaffirmés. C’est au cours des matchs que se mettent en place les répétitions de baptême et les simulacres de pugilat. C’est également lors des matchs que ces savoir-faire et ces savoir-être sont exposés à tous ceux présents au stade par le biais des chants qui sont entonnés par la barra. Certaines chansons mettent notamment en avant la consommation de drogues. La plus connue déclare ainsi :

  • 11 « Je vais chaque dimanche à la [tribune] populaire/Je vais avec la Oscura qui t’encourage et t’est (...)

« Voy cada domingo a la popular/me voy pa’ la Oscura que te alienta y es leal/Una borrachera hoy me voy a pegar/Una marijuana y una tola para variar/Vieja querida tu me diste la vida/Barcelona la locura y pasion/No me importa lo que la gente diga, ni verga/Que paro con borrachos que soy patan »11.

24Cette chanson, qui associe consommation de drogue et affirmation d’être l’appui indispensable au club, renvoie à des pratiques observables au sein de la barra. De fait, la consommation de drogues et d’alcool existe mais elle n’est ni généralisée ni totalement débridée. En effet, elle est soumise à l’objectif principal de la barra, à savoir organiser le meilleur carnaval possible en tribune. De nombreux barristas déprécient ceux qui, pour avoir trop bu ou pris d’autres substances, ne sont pas en capacité de participer pleinement à la performance collective. Le stigmate est ainsi retourné et l’interdit trouve une valeur positive en même temps qu’il rejoint la dimension carnavalesque de l’activité barrista. Les membres du groupe affirment des pratiques qui leur sont généralement reprochées afin de montrer leur absence de sensibilité face à ce jugement, le seul important étant celui porté sur leurs encouragements et leur organisation du carnaval.

L’opposition à l’« autre » : au-delà du folklore, des pratiques bien réelles

25Le match est aussi le moment de prédilection pour affirmer l’opposition du groupe à « un autre » toujours à redéfinir et à disqualifier, exemplifié dans notre cas par l’ennemi héréditaire, La Boca del Pozo. Ces chants traduisent le passage du terrain aux tribunes du match qui est en train de se jouer, mais ils renvoient également aux affrontements physiques qui ont vu la Sur Oscura prouver sa supériorité sur ses adversaires. Par deux fois, elle a sérieusement endommagé le stade du CS émelec, le Capwell, ce que conte la chanson « El Capwell lo destrozé » (« Le Capwell je l’ai détruit »). Ces confrontations ont souvent été racontées en détail lors des entretiens, les défaites étant passées sous silence ou très vite évoquées. Par ce biais, la barra réaffirme la possession d’aguante dans sa dimension combative. L’une des manières de le faire est aussi de réussir à voler, au cours d’un affrontement, des objets de l’autre groupe – tambours, banderoles, maillots géants ; vol qu’il conviendra ensuite de mettre en scène sur les réseaux sociaux à l’aide de photos. En effet, se faire dérober est profondément honteux et peut déclencher une spirale de violence visant à laver cet affront et l’honneur du groupe. La Sur Oscura jouit par exemple d’un grand prestige pour avoir dérobé le maillot géant d’émelec qui appartenait à la barra La Boca del Pozo.

26Faire partie d’une barra, c’est accepter les risques qui accompagnent cet engagement. Guayaquil est une ville divisée sur le plan footballistique entre Barcelone et émelec. Les deux barras ennemies sont présentes dans l’ensemble des quartiers de la ville et rares sont les espaces exclusivement dominés par l’un des deux groupes. Dans cette conflictualité généralisée et quotidienne, des signes distinctifs permettent aux différents barristas de se repérer, notamment par des bracelets qu’ils sont les seuls à pouvoir identifier comme marquant un individu appartenant au groupe ennemi. La Sur Oscura mais également La Boca del Pozo ont mis en place des pages sur les réseaux sociaux visant à publier les photos des membres de l’autre groupe, parfois même leur adresse et leur lieu de travail ou d’étude. Afin d’éviter de tomber sur des groupes plus nombreux et donc de préserver leur intégrité physique, les barristas se meuvent dans la ville selon une géographie définie par cette conflictualité. Ils évitent certains quartiers à tout prix, notamment lorsqu’ils se déplacent avec des amis extérieur à la barra ou avec leur famille. D’autres quartiers sont, eux, extrêmement conflictuels, lieux d’une bataille perpétuelle entre les deux groupes.

27Quand un barrista vit dans un quartier où il est isolé, il n’est pas rare que la Sur Oscura « fasse un tour », sorte d’expédition qui peut être punitive, en cas d’agression antérieure, ou préventive. Par ce biais, le groupe marque le barrista comme l’un des siens et montre que toute atteinte à l’intégrité physique de celui-ci entraînera un retour de bâton de leur part. C’est aussi une manière de réaffirmer la possession collective de l’aguante et de rétablir l’honneur du groupe si l’individu s’est fait attaquer auparavant. Enfin, une véritable bataille de graffitis se joue dans l’ensemble de la ville. Chaque groupe tente de marquer son territoire. Les quartiers où l’un des groupes domine outrageusement sont décorés d’immenses fresques en l’honneur du club ou de la barra. Les quartiers conflictuels, qui sont les plus nombreux, donnent à voir des murs où les graffitis des différents groupes se recouvrent les uns les autres. Le graffiti d’une colonne ennemie sera recouvert par une verge signifiant, « valen verga », qu’ils « ne valent rien ». Cette pratique permet de mesurer la présence adverse dans son quartier, de montrer la sienne tout en acceptant d’être une cible potentielle pour la barra ennemie.

28Devenir membre d’une barra brava, c’est donc entrer dans un monde social où la violence physique est considérée comme légitime. D’où l’apprentissage progressif de techniques visant à la défense de soi ou de l’honneur du groupe. Mais cette maîtrise de l’action violente a également permis au groupe de s’imposer comme un acteur central de la vie du club, de transformer la Générale Sud en sa maison. Un espace devenu leur qui leur permet de manifester leur possession de l’aguante dans sa dimension festive par le carnaval qui s’y déroule mais aussi combative, puisque les chants renvoient à une réalité conflictuelle qui traverse l’ensemble de leur quotidien et de la ville. Cependant, si la violence est considérée comme illégitime dans le reste du monde social, elle n’en reste pas moins utile, tout comme la capacité collective à produire un carnaval, pour se mettre en lien avec des acteurs sociaux dominants.

Faire « carrière » dans la barra : quand la déviance devient facteur d’intégration sociale

La barra comme vecteur de mise en relation avec des dominants

  • 12 Très peu de barristas sont socios, environ une cinquantaine sur les près de 2 000 socios référencés (...)
  • 13 Pour une description journalistique, on peut se référer à la narration des événements évoqués ici p (...)

29Les dirigeants du Barcelone cherchent généralement à maintenir de bonnes relations avec la Sur Oscura pour deux raisons. Premièrement, en tant que productrice d’un spectacle apprécié dans les tribunes, la barra est l’un des facteurs incontournables de l’attractivité du club. En second lieu, en raison de sa propension à la violence, elle peut rapidement se transformer en facteur de déstabilisation institutionnelle. En de nombreuses occasions, la barra a forcé l’entrée de l’entraînement pour aller « dialoguer » avec joueurs et entraîneurs. N’influant que très peu sur la vie institutionnelle du club12, elle utilise sa capacité à faire usage de la violence pour se poser en interlocuteur majeur. Cela n’implique pas l’utilisation effective de la violence. Néanmoins, quand les barristas décrivent en entretien ces « dialogues », il est clair que l’interaction repose sur leur capacité à recourir à la violence à tout moment. Il s’agit, avant tout, de mettre en place un rapport de force qui laisse peu de doutes sur l’issue de la situation en cas d’absence de réponse de la part des personnels du club. En 2009, les résultats du Barcelone étant très mauvais, la barra a pris l’initiative et envahi l’entraînement dirigé par Benito Floro. Les mots utilisés par Maximo, employé dans un institut de statistiques, rendent bien compte de ce qui s’est joué à ce moment précis : « On est entré malgré tout, on a parlé avec les joueurs. […] Au début on est arrivé avec l’idée d’avoir des problèmes. Mais au final on n’est pas obligé d’avoir des problèmes, on peut dialoguer. » Les descriptions montrent des barristas aux visages tendus, haussant le ton face aux joueurs13. Il s’agit de mettre en avant leur savoir-faire, acquis au sein du monde barrista, pour prendre part à la vie du club et peser sur les décisions. Ils sont pris au sérieux puisqu’en certaines occasions la Sur Oscura est passée aux actes : destruction de voitures, de pare-brises, coups sur des joueurs. Comme le dit si bien José, sans emploi, la Sur Oscura peut faire valoir son « diplôme en lancer de pierre » pour se faire entendre.

  • 14 « Las bodegas del estadio que Barcelona facilita a su barra fueron inspeccionadas », El Universo, 1 (...)

30Lorsque les résultats du club sont mauvais, la Sur Oscura n’est pas le seul collectif à faire face aux dirigeants ; elle est néanmoins la seule à pouvoir forcer le « dialogue » avec les joueurs et l’entraîneur, à aller à l’affrontement. La direction du club cherche donc, généralement, à entretenir une relation cordiale avec la barra, d’autant plus que cela peut permettre de confiner à l’extérieur du stade ses débordements et d’éviter des sanctions de la part de la Fédération équatorienne de football. Ainsi les dirigeants fournissent-ils et ont-ils fourni de nombreuses aides à la Sur Oscura : bus pour les déplacements, autorisations pour faire des travaux ou pour répéter dans le stade, appui lors des négociations avec les forces de l’ordre, etc. Ces aides peuvent parfois être assez importantes, bien que les dirigeants du club refusent de les détailler. Le gérant général du Barcelone, Carlos Rodriguez, nous a déclaré que « réellement durant tout le temps où j’ai été présent, nous n’avons jamais interféré dans leur organisation [à la Sur Oscura], ni rien qui y paraisse. […] Tout ce que je sais, c’est que j’ai toujours eu des très bonnes relations avec eux ». Or, pendant un certain temps, la Sur Oscura a pu bénéficier des revenus des panneaux publicitaires de la Générale Sud, elle s’est également vu remettre un dollar par entrée dans cette tribune de 15 000 places pour trois matchs joués en 2009. Cette réticence à parler de ces aides peut être comprise à la lumière d’un événement fondamental dans la vie du club et de la Sur Oscura. En 2007, alors qu’allait se jouer un « Clasico » entre Barcelone et émelec au stade Monumental, les deux barras ennemies ont commencé à se lancer des feux de Bengale. L’un des projectiles a alors dévié de sa course et tué un enfant de 11 ans. La Sur Oscura, désignée comme responsable, s’est trouvée sous pression, tout comme les dirigeants du Barcelone. En effet, les média les ont pointés du doigt pour avoir mis à disposition de la Sur Oscura une cave au sein du stade où auraient été entreposés des feux de Bengale14. Carlos Rodriguez était en première ligne à ce moment-là. Par la suite, toutes les aides données à la Sur Oscura ont disparu comme nous l’a expliqué Pancho, un leader de colonne : « À partir du moment où s’est passé ce qu’il s’est passé avec l’enfant, la barra a été dénigrée et quasiment personne n’offre plus d’appui. Si tu as un panneau publicitaire je te le loue, cette location nous l’avons perdue, nous l’avons eu un an, mais pas plus ».

Carte commémorative du 25e anniversaire de l'Estadio Munumental de Guayaquil

Carte commémorative du 25e anniversaire de l'Estadio Munumental de Guayaquil

Droits réservés

  • 15 Le statut de socio, très répandu en Amérique latine, implique le paiement mensuel d’une somme au cl (...)

31Cet événement est fondamental pour comprendre la nature profondément instable de la relation de réciprocité entre les dirigeants du club et la barra. Dans ses travaux sur la norme de réciprocité, Gouldner insiste sur la contribution de celle-ci à la stabilité des systèmes sociaux tout en reconnaissant qu’il est essentiel de s’intéresser également à « l’examen de ses dysfonctionnements et de la manière dont cela induit des tensions et des changements au sein des systèmes sociaux » [Gouldner, 1960, p. 177]. Si certains événements provoquent une rupture de réciprocité, elle peut se remettre en place sous de nouveaux auspices, plus avantageux pour l’acteur qui a profité de cette rupture. Quand meurt le jeune Carlos Cedeño en 2007, la barra a rompu la réciprocité, la violence ayant explosé dans le stade et les dirigeants du club ayant eux-mêmes été soumis à de vives critiques. La direction a alors profité de ce moment unique pour retourner la situation à son avantage. Toutes les aides ont été supprimées, tous les barristas qui étaient socios15 ont perdu ce statut. Cependant, la relation se remettra en place. Les raisons de cette préservation de la relation de réciprocité qui lie les dirigeants à la Sur Oscura reposent dans le caractère dual de l’aguante. Si sa face violente s’est révélée contre-productive avec le drame de la mort de Carlos Cedeño, sa face festive fait de la barra un acteur prisé lors des rencontres sportives. Lors de la présidence suivante, celle de Maruri, des aides importantes seront ainsi accordées à la barra. Mais la Sur Oscura opère désormais sous contrainte puisqu’elle doit signer un contrat avec les forces de l’ordre avant chaque match.

Du coordinateur au broker : le rôle central des leaders dans les relations avec des dominants

32Au centre de cette relation entre dirigeants du club et barra se trouvent les leaders de colonnes. Ils sont les seuls à savoir ce qui s’échange exactement dans cette relation. Ils disposent des numéros de téléphone des différents dirigeants, les connaissent personnellement et sont les premiers concernés lorsqu’une aide est versée au groupe – par exemple des billets d’avions pour un déplacement à l’étranger. Ainsi, l’asymétrie d’information entre leaders et simples barristas est-elle extrêmement forte. Au cours des entretiens, les leaders ont décrit avec une grande précision les aides provenant des dirigeants mais également l’organisation des réunions avec ceux-ci. De leur côté, les simples barristas répondaient très vaguement à cette question ou nous renvoyaient vers les leaders. Les réponses variaient ici de l’absence d’information la plus totale, comme dans le cas de Johnny, gardien d’école, « économiquement je ne crois pas qu’ils aident », à l’intuition que la direction du club accorde des aides, comme l’expriment les propos de Kitu, employé dans un hôtel : « J’imagine, je ne le sais pas de source sûre, que oui ils nous donnent un appui. Je pense. » Les plus anciens dans la barra sont plus informés sur ces pratiques tout comme ceux qui sont assez proches du leader. C’est en définitive la possession d’aguante qui donne accès à l’information et aux ressources. Les leaders sont les possesseurs d’aguante par excellence, avant tout dans son aspect violent. Ils sont respectés pour cela, et c’est ce qu’attendent d’eux les simples barristas. La définition de Kitu, marqué par son expérience dans un gang, de ce qu’est un bon leader est assez révélatrice : « C’est le seul qui prend la parole et qui autorise à parler. Si l’un des membres ne respecte pas la règle, seul le leader peut le frapper. Aucune autre personne ne peut participer à cette punition ». Le possesseur ultime d’aguante, le leader de colonne, se voit ainsi offrir un contrôle de l’information et des ressources quasi total.

33Ce contrôle est d’autant plus accepté par l’ensemble des barristas que le respect voué aux leaders est parfois extrême. Cependant, cette situation de domination reste soumise à une économie morale bien précise qui lie le leader à ses barristas. Si c’est la démonstration de la possession d’aguante qui lui a permis d’atteindre son statut, un leader ne se définit plus seulement ainsi lorsqu’il franchit cette étape dans sa carrière de barrista. Devenir leader implique un changement de discours sur soi-même. Nous rejoignons ici les propos de Fillieule sur l’engagement individuel lorsqu’il affirme que « la carrière suppose toute un série de remaniements subjectifs en fonction d’éventuels changements de position » [Fillieule, 2001, p. 203]. C’est ainsi que tous les leaders se définissent comme des « coordinateurs » afin de minimiser la domination qu’ils exercent sur les simples barristas, alors même que ceux-ci se réfèrent à eux en tant que « leaders », « têtes » ou encore « principaux » et que la hiérarchie n’est jamais remise en cause. C’est que la relation leader-simple barrista repose sur une économie morale propre au groupe et s’inscrit dans un système d’entraide fondamentalement dirigé vers la subsistance. Si la maladie ou la mort frappe l’un des barristas ou un membre de sa famille, c’est la barra qui s’organise pour payer les frais si la famille ne le peut pas. Il en est de même en ce qui concerne les frais judiciaires si l’un des membres de la Sur Oscura est emprisonné pour un délit commis dans le cadre d’activités barristas.

34Le leader occupe ici une place centrale puisqu’on attend de lui qu’il redistribue de manière juste les fonds propres de la barra mais aussi les ressources qu’il peut obtenir auprès du club. Que le leader gère de manière opaque les ressources ainsi obtenues n’est pas problématique du moment qu’elles sont réinvesties en temps voulu dans le régime d’entraide de la barra. Ainsi, lorsqu’en 2007 quatre ordres d’arrestation ont été délivrés à l’encontre de membres de la Sur Oscura à la suite à la mort de Carlos Cedeño, l’un des leaders concernés utilisa-t-il l’accès au compte de la barra pour financer sa propre fuite. Quand l’ordre fut levé quatre mois plus tard et qu’il revint, il fut immédiatement exclu du groupe. Ce qui lui était reproché n’était pas d’avoir utilisé les fonds de la barra pour financer sa fuite mais bien de ne pas avoir redistribué cette aide aux trois autres barristas concernés. Il n’a donc pas souscrit à ce qui est considéré comme juste et injuste au sein de la barra, confirmant en cela que « “ l’économie morale ” suppose […] de prendre au sérieux des attentes qui […] ne parlent, précisément, jamais de la seule subsistance mais d’un sens du juste et de l’injuste » [Siméant, 2010, p. 151]. Être leader, c’est donc construire une carrière fondée sur la redistribution en se définissant comme un bon coordinateur afin de légitimer une situation d’inégalité forte dans l’accès aux informations et aux ressources soutenant le réseau d’entraide barrista.

  • 16 La modalité de redistribution qui existe ici est à rapprocher de la deuxième modalité définie par R (...)
  • 17 Bien qu’il s’agisse d’un acte solennel à la gloire de Guayaquil, il comportait une forte connotatio (...)

35Être un leader respecté, un bon « coordinateur », permet de jouir d’un soutien sans faille des simples barristas, ce qui ouvre des opportunités aux leaders pour se mettre en relation avec des acteurs sociaux extérieurs au monde proprement footballistique. En effet, les leaders deviennent dès lors des points d’appuis pour la mise en place d’échanges en politique où la barra devient une ressource valorisée par les hommes politiques qui ont investi la direction du Barcelone depuis des années. Les leaders se transforment en brokers, en individus capables de mobiliser un groupe conséquent derrière leur personne16. C’est ainsi que certains membres de la colonne Abismo ont participé à un événement solennel à la gloire de Guayaquil après que Jaime Nebot, le maire de la ville, l’a demandé à leur leader17. Cependant, participer à ces événements est contesté et ne fait pas l’unanimité entre colonnes et au sein des colonnes elles-mêmes. La participation est donc présentée sur un plan strictement individuel. Pour justifier leur participation, certains évoquent l’« amour » pour un candidat, d’autres l’échange purement monétaire. L’individualisation de la participation à ce type d’événements permet une réappropriation individuelle des ressources qui en sont retirées. Elles ne sont donc plus soumises à la nécessité d’une redistribution au sein de la barra et seuls les leaders sont concernés par des échanges important de type monétaire dans ce cadre. Les simples barristas n’évoquent, eux, que des rétributions de plus basse échelle : T-shirts, boissons et nourriture le jour de l’événement, etc.

Conclusion

36Le monde social barrista est traversé par des phénomènes de violence, parfois dramatiques. Il n’est pas question de le nier ici. Mais cette violence n’est et n’a que rarement été cherchée pour elle-même. Les barras bravas sont nées dans la société argentine avec pour objectif de défendre leur équipe contre les atteintes physiques provenant des forces de l’ordre et des supporters adverses. Lorsque le phénomène s’est étendu à l’ensemble de l’Amérique latine, l’aspect festif de l’identité barrista a toujours été un élément essentiel de cette culture, accompagnant voire précédant son volet combatif et violent. De plus, étudier l’engagement barrista en tant que processus séquentiel nous permet d’éclairer les ressorts individuels, collectifs mais aussi contextuels qui aboutissent, pour un individu, à l’adoption de comportements violents. Cela permet également de comprendre que l’on ne peut analyser la violence de ces groupes sans prendre en compte la dimension passionnelle et festive de leur engagement.

37Par cette recherche nous avons démontré qu’une analyse des mécaniques, reliant jeunesse désocialisée appartenant au lumpenprolétariat d’une part et violence d’autre part, non seulement ne permettait pas une analyse fine des multiples facteurs qui mènent un individu à adopter des comportements violents au sein de ce monde social, mais surtout ne rendait aucunement compte de la réalité de la composition sociale de ces groupes. On devient membre de la Sur Oscura avant tout par amour pour le Barcelone et par fascination pour le spectacle déployé en tribune. Le sentiment d’attachement au club est majoritairement lié à l’environnement familial tandis que l’entrée progressive dans le groupe est davantage liée à l’expérience du stade, au contact répété avec les barristas et au degré d’ouverture du groupe selon les contextes. On apprend, ensuite, à s’approprier toute une gamme de savoir-faire et de savoir-être propres à l’identité barrista, dont ceux qui renvoient à des comportements violents. Cette appropriation se faisant sous le regard critique de ses pairs et des leaders. Et on ne peut aspirer à rester dans le groupe qu’en adoptant une attitude irréprochable tant sur le plan festif que combatif. Cet engagement réclame une extrême fidélité et une dévotion totale au groupe ainsi qu’une prise de risque réelle dans sa vie quotidienne. La maîtrise collective de l’action violente permet l’appropriation collective de certains espaces, parmi lesquels la Générale Sud est certainement l’exemple le plus marquant. Ce qui est exposé à la face de tous dans cet « espace sûr » ne relève ainsi pas du simple folklore. Ce qui est dit renvoie à des pratiques bien réelles qui impliquent la possibilité d’une irruption de la violence propre au monde social barrista au sein des autres espaces sociaux dans lesquels se meuvent les barristas. Ce risque permanent est compensé par un système d’entraide extrêmement poussé où l’aguante, dans ses dimensions violentes et festives, est utilisé pour attirer des ressources par le biais d’une relation de réciprocité entre les dirigeants du club et la Sur Oscura. La redistribution de ces ressources au sein du groupe se doit d’être réalisée de manière « juste » par les leaders sans quoi leur légitimité s’effrite. Cette position leur permet de légitimer leur domination sur l’information et les ressources tandis qu’elle les transforme en potentiels brokers aux yeux des hommes politiques. Les échanges en politique qui en résultent sont présentés comme dépendant du libre arbitre de chacun ouvrant la porte à une réappropriation individuelle des ressources qui circulent dans cette relation.

  • 18 Nous n’avons rien trouvé de tel sur notre terrain équatorien, au contraire de certaines études à pr (...)

38Ainsi, l’acquisition d’une certaine maîtrise de l’action violente n’est pas synonyme de mise au ban sur le plan sociétal. Bien que considérée comme illégitime par la société dans sa grande majorité, la violence n’en reste pas moins une ressource efficace et utile pour se mettre en relation avec des acteurs sociaux extérieurs au monde barrista. Associée au pouvoir de fascination du carnaval barrista, elle devient un moyen pour les leaders de créer des relations personnelles avec des dominants. Si les services demandés à la Sur Oscura à l’occasion de certains événements politiques présentent une dimension festive, dans d’autres pays c’est justement la capacité combative de tels groupes à laquelle il est fait appel18. Il paraît donc légitime de continuer à comprendre les dynamiques sociales et politiques qui entretiennent et nourrissent des comportements jugés néfastes mais qui n’impliquent pas seulement ceux qui les adoptent. À la suite de Michel Foucault, il nous semble donc nécessaire de s’interroger sur le rôle qu’occupent les illégalismes populaires en tant qu’« agent pour les illégalismes des dominants » [Foucault, 1970, p. 327].

Haut de page

Bibliographie

Alabarces Pablo, Crónicas del aguante: futbol, violencia y política, Buenos Aires, Capital Intelectual, 2004.

Banegas Richard, « “ Bouffer l’argent ”. Politique du ventre, démocratie et clientélisme au Bénin », in Frédéric Sawicki, Jean-Louis Briquet (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, 1998, p. 75-109.

Bargel Lucie, « Socialisation Politique », in Fillieule Olivier (et al.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 510-517.

Becker Howard, Outsiders: études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (éd. originale 1963).

Bromberger Christian, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Bayard, 1998.

Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post scriptum », Revue française de science politique, vol. 51, 2001/1, p. 199-215.

Fillieule Olivier (et al.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1970.

Garriga Zucal José, Haciendo amigos a las piñas: violencia y redes sociales de una hinchada del fútbol, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2007.

Goffman Erving, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975.

Gouldner Alvin W., « The Norm of Reciprocity: A Preliminary Statement », American Sociological Review, vol. 25, n° 2, avril 1960, p. 161-178.

Hmed Choukri, « Espace géographique et mouvements sociaux », in Olivier Fillieule (et al.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 220-227.

Hourcade Nicolas, « La place des supporters dans le monde du football », Pouvoirs, n° 101, 2002/2, p. 75-87.

Joignant Alfredo, « Compétence politique et bricolage », Revue française de science politique, vol. 57, n° 6, 2007, p. 799-817.

Mathieu Lilian, « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n° 77, 2007/1, p. 131-151.

Romero Amilcar, Deporte, violencia y política : Crónica negra (1958-1983), Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1985.

Simeant Johanna, « “ économie morale ” et protestation – détours africains », Genèses, vol. 81, n° 4, 2010, p. 142-160.

Tilly Charles, « Spaces of Contention », Mobilization, vol. 5, n° 2, 2000, p. 135-159.

Haut de page

Notes

1 Le nom « Sur Oscura » (« Sud Obscure ») provient de l’emplacement du groupe dans la tribune Générale Sud du stade Banco Pinchincha et d’une passion commune pour le hard rock des fondateurs de la barra.

2 C’est d’ailleurs ici une différence fondamentale entre hooligans et Ultras.

3 Site de la Sur Oscura, catégorie historia :
http://www.angelfire.com/folk/suroscura. Consulté le 21 janvier 2012.

4 Dix-sept questionnaires ont été remplis au sein de la colonne Abismo sur un total d’environ soixante barristas. Si les traits caractéristiques du groupe peuvent varier d’une colonne à l’autre, les observations menées au sein de la Sur Oscura invitent à penser que ces variations ne sont pas extrêmes et que les résultats obtenus au sein de la colonne Abismo peuvent être généralisés à l’ensemble de la barra.

5 Le mot « politique » a été remplacé par le mot « sportive ».

6 Note d’observation, Noche Amarilla, Stade Monumental, Guayaquil, 27 janvier 2012. La Noche Amarilla, la « nuit jaune » (la couleur du Barcelona SC), est le rendez-vous annuel de pré-saison où est présentée la nouvelle équipe pour la saison à venir.

7 Plusieurs affrontements ont émaillé notre observation au début de l’année 2012.

8 Note d’observation, Barcelona SC - CD Olmedo, Stade monumental, 23 mars 2012.

9 Le pogo est une danse où les corps se rentrent les uns dans les autres, de manière désordonnée et avec force. Elle est beaucoup pratiquée lors des concerts de hard rock, métal, punk, etc.

10 Il s’agit de la chanson « Que amargo es ser azúl » (« qu’il est amer d’être bleu »), en référence à la couleur du maillot du CS émelec.

11 « Je vais chaque dimanche à la [tribune] populaire/Je vais avec la Oscura qui t’encourage et t’est loyale/Aujourd’hui je vais me bourrer la gueule/Un joint et une pistola [cigarette de crack] pour changer/Maman chérie tu m’as donné la vie/Barcelone la folie et la passion/Je m’en fous de ce que disent les gens, je m’en tape/Que je traîne avec des alcooliques, que je suis un ignorant ».

12 Très peu de barristas sont socios, environ une cinquantaine sur les près de 2 000 socios référencés en 2012. Leur capacité d’action en interne est donc extrêmement faible.

13 Pour une description journalistique, on peut se référer à la narration des événements évoqués ici par le quotidien El Universo du jeudi 21 mai 2009, « Barra “ Sur Oscura ”clama cambios en Barcelona », disponible en ligne : http://www.eluniverso.com/2009/05/21/1/1372/E1B01F9C083847CE9F9063FE005A7E3C.html. Consulté le 29 octobre 2011.

14 « Las bodegas del estadio que Barcelona facilita a su barra fueron inspeccionadas », El Universo, 19 septembre 2007. Disponible en ligne : http ://www.eluniverso.com/2007/09/19/0001/15/AB99E1E63C2A4789A91961A89F222427.html. Consulté le 21 janvier 2012.

15 Le statut de socio, très répandu en Amérique latine, implique le paiement mensuel d’une somme au club contre le droit de prendre part aux décisions internes au club : élection ou licenciement du président du club, vote du budget, etc.

16 La modalité de redistribution qui existe ici est à rapprocher de la deuxième modalité définie par Richard Banégas à propos du Bénin [Banegas, 1998, p. 80].

17 Bien qu’il s’agisse d’un acte solennel à la gloire de Guayaquil, il comportait une forte connotation politique dans un pays très régionalisé où Quito et Guayaquil se disputent la domination sur le pays, et où le maire de Guayaquil, Jaime Nebot, fait office de premier opposant au président de la République Rafael Correa.

18 Nous n’avons rien trouvé de tel sur notre terrain équatorien, au contraire de certaines études à propos de l’Argentine [Alabarces, 2004 ; Garriga Zucal, 2007].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Écusson de commémoration du 17e anniversaire de la Sur Oscura
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Carte commémorative du 25e anniversaire de l'Estadio Munumental de Guayaquil
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Fleury, « Carrières et engagement au sein d’un groupe de supporters de foot en Équateur », Cahiers des Amériques latines, 74 | 2013, 93-115.

Référence électronique

Guillaume Fleury, « Carrières et engagement au sein d’un groupe de supporters de foot en Équateur », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/3004 ; DOI : 10.4000/cal.3004

Haut de page

Auteur

Guillaume Fleury

Sciences Po / CERI

Guillaume Fleury est doctorant au Centre d’études et de recherches internationales (CERI, Sciences Po / CNRS). Sa thèse porte sur le rapport au politique des supporters de football argentin et s’intéresse plus particulièrement aux échanges politiques impliquant ces supporters, à la gestion de leurs illégalismes ainsi qu’à leur socialisation politique.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org