Navigation – Plan du site
Dossier. L'autre continent du football

Le métier de footballeur : origines, ascension sociale et condition des joueurs brésiliens des années 1950 à 1980

Clément Astruc
p. 75-92

Résumés

Cet article traite de l’histoire des footballeurs brésiliens, des années 1950 aux années 1980, à partir d’un corpus de témoignages permettant de restituer des parcours individuels. L’attractivité de leur métier dans les décennies de l’après-guerre, l’origine et les perspectives d’insertion sur le marché du travail des jeunes qui le choisissaient puis l’ascension sociale que connaissait grâce à cette profession une minorité d’entre eux sont étudiées. Dans un second temps, l’analyse porte sur le monde du travail de ces sportifs. Sont alors mises en évidence la spécificité de leur statut juridique qui contribue à faire d’eux des travailleurs à part, l’existence de conflits individuels entre employeurs-dirigeants et joueurs-employés ainsi que la faible capacité de mobilisation collective des footballeurs brésiliens.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil
Haut de page

Texte intégral

Les enjeux d’une histoire des footballeurs brésiliens

1Dans un documentaire diffusé à la télévision brésilienne en 1998, João Moreira Salles et Arthur Fontes suivent le parcours d’un jeune et talentueux joueur de football, Fabrício, qui rêve de devenir professionnel. Interrogé devant sa modeste maison, située dans une favela de Rio de Janeiro, son père déclare :

  • 1 Futebol, premier épisode : « O sonho », réalisé par João Moreira Salles et Arthur Fontes, Rio de Ja (...)

« Avec l’emploi que j’ai, il n’y a pas moyen ; il n’y a pas moyen de sortir de ce morro [favela], non. Alors je dépends seulement de lui. Vu le sens du football que je pense qu’il a. Tout père voit ça en son fils, n’est-ce pas ? Et mon espoir c’est qu’il dépense cet argent pour sortir du morro, de cette zone où nous vivons »1.

  • 2 La polémique créée par la victoire de Vasco en 1923 illustre les tensions propres à cette décennie (...)
  • 3 Le statut de socio, très répandu en Amérique latine, implique le paiement mensuel d’une somme au cl (...)

2Depuis sa professionnalisation en 1933 dans les États de Rio de Janeiro et São Paulo, le football a été présenté au Brésil comme une opportunité d’ascension sociale, en particulier pour les jeunes de couleur. Ainsi, dès 1947, l’ouvrage O negro no futebol brasileiro [Filho, 2003] décrivait comment le passage au professionnalisme avait permis aux athlètes Leônidas et Domingos da Guia – l’un noir, l’autre métis – d’atteindre le statut d’idole et d’améliorer leur niveau de vie dans une société pourtant encore marquée par son récent passé esclavagiste [Fernandes, 2007, p. 64-68]. En effet, la fin de l’amateurisme est liée à un profond bouleversement de la composition sociale des joueurs des principales équipes des deux métropoles brésiliennes. Dans la première décennie du xxe siècle, la pratique du football – alors considérée comme une nouveauté anglaise raffinée et un outil de distinction – s’est d’abord répandue chez certains membres des élites urbaines, regroupés dans des associations socialement homogènes. Mais rapidement, les classes populaires métissées se sont également approprié ce loisir et de nouvelles équipes ont vu le jour [Pereira, 2000]. Les années 1910 et 1920 sont ainsi émaillées de conflits liés à l’apparition progressive dans les principales compétitions d’équipes en partie composées de travailleurs manuels, de Noirs ou de Métis, qui mettait en péril l’entre-soi prôné par les élites. La controverse était également alimentée par le développement de l’amateurisme marron, pratique consistant à rémunérer de façon dissimulée les meilleurs joueurs pour qu’ils puissent consacrer plus de temps à l’entraînement en leur offrant par exemple un emploi de façade2. Dans ce contexte, l’adoption du professionnalisme apportait, selon Pereira [2000, p. 325], une solution aux problèmes posés par la croissante tension raciale mais aussi sociale. Parce qu’il introduisait une différence de statut au sein des clubs entre les sócios3 (associés) et les joueurs salariés, le nouveau système permettait de recruter les meilleurs joueurs sur des critères sportifs bien que la discrimination et les préjugés subsistent. Il supposait également la création d’une nouvelle profession : footballeur.

  • 4 Pour une analyse de la spécificité du statut des travailleurs sportifs, voir Fleuriel et Schotté [2 (...)
  • 5 Cette situation, qui distingue les footballeurs des salariés d’autres secteurs de l’économie, n’éta (...)

3Ainsi, ce n’est pas seulement l’histoire du sport mais aussi celle de la société brésilienne et en particulier de ses classes populaires que l’étude de ce métier singulier amène à questionner. Il importe en ce sens de se demander pour quelles raisons de jeunes hommes choisissaient une profession aussi incertaine et si leur choix était lié à un espoir voire à une stratégie, individuelle ou familiale, d’ascension sociale. À ce titre, l’origine, les perspectives alternatives d’insertion sur le marché du travail des athlètes et l’image qu’avait à l’époque leur travail sont à prendre en compte. Par ailleurs, nous entendons mettre en avant la spécificité de ce métier et de ce milieu professionnel. En premier lieu, ces sportifs sont rarement considérés comme des travailleurs4. D’abord amateur, cette pratique est encore pour beaucoup un loisir. Évoluant dans un environnement en partie construit sur la dénégation du travail [Bertrand, p. 11-12] et durablement influencé par les valeurs de l’amateurisme, les footballeurs ont eu, tout au long du xxe siècle au Brésil, un statut particulier : professionnels, ils étaient les salariés de clubs dont les dirigeants – les cartolas – étaient bénévoles5. Deuxièmement, leur condition est double : ils sont à la fois les employés et les biens des clubs, qui peuvent les « acheter », les « vendre », les « prêter ». Ce constat est essentiel pour comprendre la spécificité du marché du travail des footballeurs, fondé jusqu’en 1998 sur un dispositif juridique – le passe – qui empêchait les joueurs de disposer librement de leur propre force de travail. Enfin, la diversité des footballeurs est telle qu’elle rend leur étude en tant que groupe socio-professionnel difficile. Parfois comparés à des artistes, ils ont de courtes carrières, souvent décrites comme des parcours individuels, singuliers. Et parce que la compétition pour attirer les joueurs les plus talentueux est extrêmement forte, les différences de salaire à statut égal sont considérables. Dès lors, c’est aussi à partir du rapport entre employeurs et employés et entre collègues que la réflexion sur l’unité de ces sportifs peut être menée.

  • 6 Ces sources orales ont été rassemblées entre 2011 et 2012 par le Centro de Pesquisa em História Con (...)
  • 7 Peu de recherches portent sur le métier de footballeur dans les décennies de l’après-guerre. La plu (...)

4Cet article repose principalement sur l’étude des témoignages6 et des trajectoires individuelles de 43 athlètes qui ont participé avec l’équipe nationale brésilienne – la Seleção – à la Coupe du monde entre 1954 et 1978. À notre connaissance, aucune étude fondée sur un corpus de joueurs de cette époque n’avait été réalisée jusqu’à présent. Ces athlètes, représentatifs de l’élite des professionnels, ont commencé leur carrière – dans les États de Rio de Janeiro et São Paulo pour la grande majorité d’entre eux – entre 1948 et 1970, période où il existait encore une relative continuité dans les conditions d’exercice du métier avec l’époque de sa création [Leite Lopes, 2004, p. 152-153]7. Les plus jeunes d’entre eux ont joué jusqu’à la fin des années 1980. Pendant ces quatre décennies, qui correspondent en partie à l’époque de la dictature militaire (de 1964 à 1985), le Brésil a gagné à trois reprises la Coupe du monde et la profession de footballeur a fait l’objet de plusieurs textes de loi.

Choix et attractivité du métier de footballeur

  • 8 Dans les sources consultées, les témoins s’expriment plusieurs décennies après la fin de leur carri (...)
  • 9 Voir en particulier les témoignages d’Amarildo et de Piazza [Astruc, 2013, p. 60-63].
  • 10 Pour un exemple, voir le témoignage d’Ado. La chance et l’incertitude apparaissent centrales dans c (...)

5D’après l’enquête pionnière d’Araújo [1980, Ch. 1], fondée sur des entretiens avec huit joueurs, le choix du métier de footballeur était le fruit d’un calcul rationnel et se faisait aux dépens d’autres projets d’insertion sur le marché du travail, antérieurs et plus sûrs. Cette profession apparaissait à la fois comme une opportunité unique d’enrichissement rapide et comme une occasion de réalisation individuelle, qui permettait aux athlètes de mettre en pratique ce qu’ils concevaient comme un talent personnel. Recueillis dans des conditions différentes8, les témoignages que nous avons consultés suggèrent que l’idée d’une décision stratégique, mûrie, à long terme, ne correspond pas exactement à l’attitude des joueurs brésiliens devenus professionnels dans les décennies d’après-guerre. En effet, l’argent apparaît plutôt ponctuellement dans les récits, dans des circonstances précises [Astruc, 2013, p. 75-81]. Par ailleurs, la présence de deux autres types de discours, pas toujours compatibles, souligne que ce choix de métier ne peut être compris uniquement à la lumière de la position sociale qu’il pouvait permettre d’atteindre. Premièrement, certains joueurs racontent que devenir professionnel revenait pour eux à réaliser un rêve, à faire de leur passion d’enfance leur métier9. Par ailleurs, d’autres – et il s’agit là d’un élément central dans la façon dont certains athlètes perçoivent leur carrière – insistent sur le poids des circonstances et du hasard10.

  • 11 Ce terme est difficile à traduire et possède plusieurs connotations. Il désigne un archétype de la (...)
  • 12 Témoignage de Carlos Alberto Torres.
  • 13 Témoignage de Joel Camargo.
  • 14 Témoignage de Pepe.
  • 15 Voir par exemples les témoignages de Waldir Peres et Lima.

6Or, si la plupart des témoins devenus professionnels dans les décennies de l’après-guerre insistent moins sur l’intérêt qu’ils pouvaient avoir à choisir cette profession, c’est peut-être parce que cette dernière était moins attractive à leur époque. Du moins, elle avait une mauvaise réputation auprès de la génération de leurs parents, même dans les milieux populaires. Celle-ci est née au moment où le sport s’est professionnalisé et où l’origine sociale des joueurs a changé. Autrefois figures élégantes, les footballeurs – rémunérés et désormais issus des couches inférieures de la société – ont commencé à être considérés comme des marginaux et à pâtir de préjugés sociaux dans les années 1920 et 1930 [Caldas, 1990, p. 51-52]. Ainsi, pour décrire l’image qu’avait leur profession, les anciens athlètes emploient dans leur témoignage des mots qui font référence à la marginalité tels que vagabundo, malandro11 ou encore safado, qui correspondent à peu près au français vagabond, vaurien, voyou, canaille. Comme ces termes le suggèrent, cette représentation agrégeait des considérations économiques et morales. Premièrement, le métier de footballeur ne permettait pas de vivre ou, selon l’expression rapportée par Carlos Alberto Torres, « não dava camisa pra ninguém » [ne donnait à personne de quoi s’acheter une chemise], à moins d’être particulièrement talentueux12. Par ailleurs, selon Joel Camargo, les joueurs étaient perçus comme « à moitié au chômage »13, une expression qui peut avoir une double signification. Elle suggère que la vie des athlètes était précaire et risquée mais aussi que leur activité n’était pas considérée comme un véritable travail. Pepe relate ainsi que pour la génération de ses parents : « Le footballeur est un vagabond, qui ne travaille pas »14 ; des propos qui soulignent le peu de respectabilité que cette profession procurait. Plusieurs témoins rapportent d’ailleurs que les footballeurs avaient la réputation d’avoir des mœurs douteuses15. Alors que c’est à travers de petites anecdotes que d’autres, comme Marinho Peres, illustrent le peu de prestige dont jouissaient les professionnels de l’époque :

  • 16 Témoignage de Marinho Peres. Les traductions ont été effectuées par les soins de l’auteur.

« Vois seulement, à cette époque-là, c’est un fait intéressant, parce que à cette époque-là être joueur de football, même si le Brésil était champion et tout, l’image que tu véhiculais, celui qui vient du morro [de la colline, de la favela], tu étais le pauvre qui s’était accroché au football. Tu comprends ce que je veux dire ? Alors, je me rappelle que quand je jouais à la Portuguesa de Desportos, j’allais à quelques bals à Sorocaba, les filles me demandaient : “ Qu’est-ce que tu fais ? ”, je disais : “ Je suis étudiant ”, parce que si je disais : “ Joueur de football ”… Je veux dire, ce n’était pas comme aujourd’hui. À cette époque-là c’était un gars qui venait du morro »16.

Profil sociologique des footballeurs et chances réduites d’ascension sociale

  • 17 Voir le témoignage de Dadá, athlète qui incarne ce profil mais fait figure de cas singulier.
  • 18 Quinze joueurs sur quarante-trois, alors que la question ne leur a pas systématiquement été posée.
  • 19 Voir par exemple les témoignages de Piazza et de Jair da Costa [Astruc, 2013, p. 79-81].
  • 20 Les témoignages ne fournissent pas systématiquement cette information et sont parfois peu précis. E (...)

7Si ce témoignage révèle le mépris social dont les joueurs étaient parfois les victimes, il souligne également la distance qui existait entre la représentation – selon laquelle les footballeurs étaient des jeunes pauvres sans perspective d’avenir – et la réalité, plus nuancée. En effet, le père de Peres était médecin. Certes, il fait figure d’exception dans notre corpus d’étude, où seuls deux ou trois joueurs appartenaient aux classes moyennes supérieures ou aux élites. Pour autant, peu d’athlètes étaient originaires des secteurs les plus précarisés et marginalisés de la société brésilienne17, la majorité des témoins venant plutôt des classes populaires et des franges inférieures des classes moyennes. Beaucoup expliquent qu’ils ont vécu une enfance modeste. Plus d’un sur trois rapporte par exemple avoir occupé un emploi18, peu ou pas qualifié, avant de devenir professionnel, notamment dans des bureaux ou dans l’industrie ; ce qui leur permettait souvent de contribuer tôt à, ou de ne plus peser sur, un budget familial serré19. Par ailleurs, l’analyse du métier de leurs parents apporte d’autres éléments sur le profil et surtout la diversité de cette population20.

  • 21 Deux ont joué en sélection ; les autres ont fait une carrière modeste. L’un d’entre eux était égale (...)
  • 22 À titre de comparaison, ce phénomène est observable en France depuis les années 1970 et, en 1991, 5 (...)

8Sept joueurs mentionnent qu’au moins un de leurs parents travaillait dans l’industrie, dix dans le secteur du commerce ou de l’artisanat. Certains occupaient un emploi public. Trois étaient professeurs. D’autres étaient employés dans une compagnie électrique, dans une entreprise de bus, dans une banque. Les métiers de cheminot, domestique, laveuse, sage-femme sont également cités. Seuls deux pères exerçaient un emploi en lien direct avec l’agriculture. Enfin, six, soit presque 15 % d’entre eux, ont été joueurs de football21. Compte tenu de la proportion dérisoire de footballeurs dans la population active, cette donnée est significative. Elle suggère l’existence d’une dynamique de reproduction à l’intérieur de ce groupe professionnel récent22.

La diversité des métiers exercés par les parents des joueurs

Joueur

Métier des parents

Cabeção

Père mécanicien

Alfredo Mostarda

Père soudeur ; mère tisseuse

Roberto Miranda

Père métallurgiste

Pepe

Père propriétaire d’une épicerie

Feliciano Marco Antonio

Père gérant d’un magasin de café ; mère tenant une pension

Gérson

Père footballeur, exerçant aussi d’autres emplois ; mère sage-femme

Piazza

Père gardien de prison ; mère employée publique

Tostão

Père employé de banque ; mère travaillant à domicile puis employée de la poste

Ado

Père professeur

Waldir Peres

Père cheminot

Coutinho

Père travaillant à l’engenho central (moulin à sucre, sucrerie) ; mère laveuse

  • 23 Le début de la dictature entraîne un changement de politique économique et, entre autres, une forte (...)

9Mais, outre la profession de leurs parents, les perspectives d’insertion sur le marché du travail des témoins doivent être prises en compte pour évaluer dans quelle mesure le football constituait effectivement pour eux une opportunité unique d’enrichissement. Notons d’abord qu’ils effectuent leur choix de métier entre l’après- guerre et 1970, à un moment où le Brésil est, même si de nombreux changements ont lieu à partir de 196423, dans un moment décisif de son industrialisation [Novais, Cardoso de Mello, 1998, p. 560-564]. Ce fort dynamisme économique engendre la création de nombreuses opportunités d’insertion sur le marché de l’emploi et fait du pays une « société en mouvement » où l’ascension sociale, à des rythmes divers, est généralisée [Novais, Cardoso de Mello, p. 585-586]. Une étude systématique est impossible, notamment en raison des différents espaces géographiques dont les joueurs sont originaires – certains ayant grandi dans la très dynamique São Paulo quand d’autres vivaient dans une zone plus rurale qui concentrait moins d’opportunités – mais les témoignages fournissent plusieurs exemples de métiers que les athlètes auraient exercé ou auraient pu exercer s’ils n’avaient pas choisi la voie du football.

  • 24 Témoignage de Valdomiro.

10Au même titre que leurs origines, leurs perspectives étaient diverses. Certains avaient peu d’espoir d’améliorer leurs conditions de vie. Valdomiro explique qu’il aurait sans doute été mineur, comme son père, s’il n’avait pas été renvoyé de la compagnie minière où il travaillait dans l’État de Santa Catarina et invité peu après à devenir professionnel. Il ajoute : « Parce que tu sais que c’est l’unique moyen pour la personne de vaincre, pour le gars qui est pauvre de réussir dans la vie… Je dis toujours, encore aujourd’hui, ou il est chanteur, ou il joue au football »24. Mais d’autres auraient pu occuper un emploi qualifié ou semi-qualifié. Paraná a commencé dans sa jeunesse une formation de dactylographe. Amarildo avait des compétences de tailleur. Fils d’ouvriers, Alfredo Mostarda a suivi et terminé – sur ordre de son père – une formation professionnelle de soudeur avant de se consacrer au football.

Alfredo Mostarda, sous les couleurs de la Sociedade Esportiva Palmeiras (État de São Paulo) en 1978

Alfredo Mostarda, sous les couleurs de la Sociedade Esportiva Palmeiras (État de São Paulo) en 1978

Droits réservés

11Enfin, quelques joueurs avaient la possibilité d’accéder, en faisant des études supérieures, à des professions valorisées socialement. Si Emerson Leão – dont le père était tailleur – a choisi le sport de haut niveau, ses frères étudiaient la médecine. Quant à José Baldocchi, dont le père tenait une menuiserie et un magasin de matériel de construction, il a passé le concours d’entrée à l’université de médecine. S’il a échoué, faute de temps pour suivre assidûment la préparation, ses propos suggèrent que ses parents avaient une stratégie d’ascension sociale familiale plutôt fondée sur l’investissement dans l’éducation :

  • 25 Témoignage de Baldocchi.

« J’ai étudié. Dans ma famille, j’ai même un cousin dentiste, un ingénieur et un médecin, plus ou moins de ma classe d’âge. Et mon père disait : “ Va étudier. Va étudier ”. Avec des sacrifices – on n’avait pas beaucoup de moyens –, mais…“ Je vais travailler pour que tu étudies ” »25.

  • 26 Nous n’indiquons ici qu’une proportion générale, tout chiffre précis nous semblant contestable. Les (...)

12Notons que ceux qui semblaient en position d’accéder aux professions qui conféraient le meilleur statut social étaient tous blancs, parfois descendants d’immigrés européens. Ce constat confirme l’analyse de Fernandes [2007] selon laquelle les Noirs et les Métis étaient encore discriminés et occupaient des positions sociales basses dans les décennies de l’après-guerre. De fait, même si leur situation s’était améliorée depuis 1930, ils étaient encore moins bien positionnés que les descendants d’immigrés européens dans la compétition pour profiter des opportunités liées au développement économique. Partant de très bas sur l’échelle sociale, la majorité d’entre eux se situait encore à la base du marché du travail et avait des emplois routiniers de subordonnés [Novais, Cardoso de Mello, 1998, p. 583-534 et 598-599]. Dès lors, la conséquente proportion d’athlètes noirs et métis dans le corpus – un peu plus de la moitié des joueurs26 – peut avoir plusieurs significations. D’une part, elle prouve que des jeunes de couleur pouvaient avoir accès à l’élite du football professionnel et ainsi améliorer leurs conditions de vie ; d’autre part, elle suggère que la plupart de ceux qui choisissaient ce métier avaient des perspectives d’insertion sur le marché du travail modestes et limitées.

  • 27 Placar, n° 300, 12 octobre 1975, p. 3-8.
  • 28 Des investissements dans l’immobilier sont fréquemment mentionnés dans les témoignages. Ils profite (...)

13Mais à quels revenus pouvaient-ils prétendre en exerçant ce métier entre les années 1950 et les années 1970 ? Autrement dit, quel était le niveau de vie d’un joueur de l’époque ? Un article de 1975, consacré à Ademir da Guia, joueur de Palmeiras et de la Seleção, représentant de l’élite de la profession, nous donne quelques indications27. Plusieurs marqueurs d’appartenance aux classes moyennes supérieures, voire aux élites, sont évoqués. Âgé de presque 33 ans, il vivait alors dans une grande maison – estimée à un million de cruzeiros – situé dans le quartier cossu de Vila Madalena, à São Paulo. Il possédait une voiture, employait une domestique et ses deux enfants fréquentaient une école privée. Il songeait à partir faire une croisière en famille pendant ses prochaines vacances. Son salaire mensuel était de 30 000 cruzeiros, auxquels pouvaient s’ajouter jusqu’à 10 000 cruzeiros en fonction des mois. En outre, des investissements passés lui garantissaient d’autres revenus. Il possédait – et c’était une pratique courante chez les footballeurs les mieux payés – plusieurs biens immobiliers dont un occupé par son père et deux en location28. Enfin, il détenait des actions, des lettres de change et était l’actionnaire majoritaire de deux entreprises. La réussite d’Ademir constituait toutefois un modèle plus qu’une moyenne, et c’est ce que suggère l’article en comparant son cas à celui d’Afonso, joueur d’un club modeste.

Ademir da Guia (le troisième en partant de la droite) avant le match opposant le Brésil et la Pologne pour la troisième place de la Coupe du monde 1974 en Allemagne

Ademir da Guia (le troisième en partant de la droite) avant le match opposant le Brésil et la Pologne pour la troisième place de la Coupe du monde 1974 en Allemagne

Droits réservés

  • 29 Placar, n° 80, 24 septembre 1971, p. 6-11.

14En effet, toute affirmation générale sur l’ascension sociale permise par le football se heurte aux disparités de revenus spectaculaires qui caractérisaient – et caractérisent encore – ce milieu professionnel. À titre d’exemple, une enquête publiée dans Placar en 1971 révèle que moins de 1 000 des presque 7 000 footballeurs professionnels brésiliens de l’époque vivaient uniquement de ce métier29 ; 77 % des joueurs gagnaient moins de 1 000 cruzeiros par mois ; une petite élite d’à peu près 500 individus gagnaient davantage et seul 0,5 % des athlètes gagnaient plus de 10 000 cruzeiros. En d’autres termes, peu nombreux étaient ceux qui pouvaient prétendre au statut social d’Ademir. Et si certains avaient l’opportunité de gagner décemment leur vie, d’acheter une maison et parfois d’avoir une voiture, la majorité de ces sportifs avait des conditions de vie précaires. Notons par ailleurs que d’autres éléments, tels que la capacité des joueurs les mieux payés à faire face à leur rapide enrichissement [Leite Lopes, 2004, p. 152-156] ou à se reconvertir après leur carrière, seraient également à considérer pour mesurer l’ascension sociale connue par ces athlètes. Enfin, paradoxalement, si le football était pour quelques-uns un moyen d’émancipation sociale, celle-ci passait par l’expérience d’un statut contraignant voire aliénant.

Des travailleurs dominés ?

  • 30 À propos de la situation des professionnels au début du xxie siècle, Damo écrit : « Peu d’espaces s (...)
  • 31 Le concept de domination a fait l’objet de nombreuses recherches en sciences sociales et a été appl (...)
  • 32 Témoignage de César Lemos.
  • 33 Témoignage de Paraná.
  • 34 Décret n° 53.820 du 24 mars 1964.

15À ce titre, les transferts, que les joueurs évoquent souvent dans leurs témoignages, sont un bon révélateur de leur condition. Ce qui frappe dans le récit qu’ils en font parfois, c’est leur passivité au cours d’un processus qui les concerne pourtant au premier chef. Ce constat renvoie au statut spécifique des joueurs vis-à-vis de leur club : employés, ils sont aussi des biens « vendus » ou « achetés »30. Il suggère aussi que les joueurs étaient des travailleurs dominés31, qui ne disposaient pas pleinement de leur force de travail. Certains rapportent ainsi avoir eu vent d’un transfert seulement au terme des négociations. César Lemos raconte qu’en 1975, alors qu’il jouait à Palmeiras, le président de son club qui venait de lui annoncer son transfert vers les Corinthians lui aurait déclaré, alors qu’il manifestait son opposition à cette transaction : « Non, tu vas devoir y aller. Parce que tu as déjà été vendu ». Commentant l’anecdote, Lemos ajoute : « À l’époque on était vendu sans le savoir, mec. D’abord ils se rencontraient entre eux, ensuite avec nous. On était le dernier à savoir qu’on était vendu »32. Ici, plus que d’un changement d’employeur, c’est d’une transaction qu’il s’agit. D’autres témoins précisent pour leur part qu’ils se sont parfois vu imposer des choix qui n’étaient pas les meilleurs pour eux. Alors qu’il jouait au São Bento au début des années 1960, Paraná a été vendu au São Paulo FC alors qu’il désirait plutôt rejoindre Santos, qui souhaitait également le recruter et où il aurait gagné un meilleur salaire33. Là encore, le rapport de force apparaît largement favorable aux dirigeants. Les autorités avaient d’ailleurs conscience de ce déséquilibre, comme l’atteste le préambule du décret sur les athlètes de football de 196434. Le législateur y reconnaît que, dans la majorité des cas, les joueurs étaient vendus indépendamment de leur volonté, qu’ils ne tiraient aucun bénéfice d’une transaction qui pouvait rapporter beaucoup à leur ancien club et qu’ils restaient parfois liés à un employeur contre leur gré et aux dépens de leur aspiration à un meilleur salaire en raison du prix prohibitif réclamé pour leur achat. Autant d’abus qui justifiaient une réglementation du passe.

  • 35 Ce système a été mis en place au début des années 1890 en Angleterre. Pour plus de détails sur son (...)
  • 36 Voir les propos du président de Flamengo dans le documentaire d’Oswaldo Caldeira, Passe livre, Oswa (...)
  • 37 Décret n° 53.820, 24 mars 1964 ; loi n° 6.354, 2 septembre 1976.
  • 38 Florenzano, qui compare les footballeurs aux ouvriers, affirme : « […] à travers le mécanisme du pa (...)
  • 39 C’est par exemple l’avis de la juge Maria Nunes Silva Lisboa du Tribunal régional du travail de Bah (...)
  • 40 Voir par exemple Placar, n° 63, 28 juin 1971, p. 16-7. Même si la référence à l’esclavage est parti (...)

16C’est en effet sur ce dispositif juridique, version brésilienne du retain-and-transfer system né en Angleterre35, que reposait la maîtrise des clubs sur les joueurs. Au sens strict, il s’agissait d’une lettre, d’un certificat de transfert, qui liait un joueur à un club, lequel avait la possibilité de vendre ou prêter le passe dont il était propriétaire [Araújo, 1980, p. 75]. Il attribuait aux dirigeants un contrôle sur les athlètes au-delà de la durée de leur contrat. Par conséquent, il assurait aux clubs le gain d’une indemnité de transfert même une fois le contrat du joueur arrivé à échéance et faisait ainsi de ce dernier un bien dans le patrimoine de son club. À cet égard, notons que les défenseurs du passe le présentaient comme le garant d’un juste retour sur investissement sans lequel les clubs cesseraient de consacrer de l’argent à la formation de jeunes talents36. Deux textes de loi – de 1964 et 197637 – ont règlementé ce système, introduisant notamment l’obligation du consentement du joueur à la transaction et lui accordant un intéressement de 15 % sur celle-ci. Néanmoins, ils n’ont pas changé la racine du passe, aboli en 1998 [Rodrigues, 2007]. En effet, ils ne revenaient pas sur l’entrave faite au droit de disposer librement de sa propre force de travail, qui faisait du joueur un travailleur à part et sous contrôle dont le statut, plus contraignant voire aliénant que celui des autres salariés38, était contraire au droit du travail brésilien [Araújo, 1980, p. 75] et, selon certains, à la constitution39. À ce titre, certains opposants au passe n’hésitaient pas à comparer les joueurs à des esclaves40.

  • 41 Témoignage d’Indio.
  • 42 Les cartolas étaient fréquemment décrits comme des dirigeants malhonnêtes par une partie des joueur (...)

17Outre la question du statut juridique et l’enjeu des transferts, il semblerait, à la lecture des témoignages, que certains joueurs étaient sous l’emprise de leurs dirigeants et incapables de défendre leurs intérêts. Professionnel de la fin des années 1940 aux années 1960, Indio souligne ainsi son impuissance face à ses employeurs : « Je n’ai jamais su comment faire un contrat… j’ai toujours perdu ; Jamais… Je n’avais personne à qui faire appel, et je devais accepter ce qu’il disait »41. Or, l’incapacité à négocier qu’il décrit rappelle celle d’une idole du football brésilien, Garrincha. Ce dernier, qui signait des contrats sans commune mesure avec sa valeur sportive, incarne la figure – peut-être caractéristique des années 1950 et 1960 – du footballeur abusé par les cartolas42.

Garrincha, « o anjo de pernas tortas » (« L’ange aux jambes tordues »), lors de la Coupe du monde de 1962 au Chili

Garrincha, « o anjo de pernas tortas » (« L’ange aux jambes tordues »), lors de la Coupe du monde de 1962 au Chili

Droits réservés

  • 43 Leite Lopes et Maresca ont montré le lien entre l’incapacité de Garrincha à gérer sa carrière profe (...)

18Pour autant, ces exemples ne doivent pas mener à une description misérabiliste de la relation joueurs-dirigeants. Dans un milieu professionnel où chaque travailleur a une valeur différente et où les contrats sont négociés individuellement, certains parvenaient à mieux défendre leurs intérêts que d’autres. Ainsi, des facteurs tels que l’importance sportive du joueur, son expérience, son entourage, son rapport au métier ou encore son origine sociale sont à prendre en compte43. Par ailleurs, plusieurs témoignages indiquent que les intérêts divergents d’un joueur et de ses dirigeants pouvaient mener à des conflits particulièrement durs entre employeur et employé. Propres au monde du travail, ils prenaient toutefois, étant donné les spécificités de ce milieu professionnel, un tour singulier.

  • 44 Témoignage de José Baldocchi.
  • 45 Diário de Noticias, 10 août 1973, p. 19 ; Placar, n° 181, 08 août 1973, p. 3-4.
  • 46 Diário de Noticias, 11 août 1973, p. 19 ; Placar, n° 182, 07 septembre 1973, p. 10-11.
  • 47 Jornal do Brasil, 16 février 1974, p. 23.
  • 48 Diário de Noticias du 23 octobre 1975, p. 15, du 24 octobre 1975, p. 15 et du 24 décembre 1975, p.  (...)
  • 49 Témoignage de José Baldocchi.
  • 50 Placar, n° 352, 21 janvier 1976, p. 10. Son cas a ensuite fait jurisprudence. Voir Placar, n° 775, (...)

19L’histoire de José Baldocchi, joueur des Corinthians, l’illustre. Son passage dans ce club – de 1971 à 1975 – s’est terminé par un conflit prolongé avec son employeur et une procédure judiciaire. Pour l’ancien athlète, cet affrontement avait une très forte dimension personnelle et le président du club, Vicente Matheus, aurait été immédiatement hostile à son égard44. Pour autant, des intérêts opposés peuvent aussi être mis en avant. Dès 1973, le premier renouvellement de son contrat suscite une tension : le club propose au joueur le même salaire mais celui-ci veut une augmentation et refuse la proposition45. Il est alors mis en vente et se trouve un temps sans contrat46. En février 1974, un journal rapporte que Baldocchi est à nouveau mis en vente suite à un litige entre le club et le joueur porté devant le Tribunal de la justice sportive de la fédération de São Paulo, qui avait tranché en faveur du joueur et contrarié ainsi la demande des Corinthians, qui sollicitaient la suspension de son contrat pour indiscipline47. Mais c’est un an plus tard que le conflit atteint son paroxysme. Le contrat de Baldocchi n’est pas renouvelé et il lui est interdit de s’entraîner avec le groupe professionnel. Le joueur se trouve alors dans une impasse : sans contrat et donc sans salaire, il ne peut pas pour autant disposer librement de sa force de travail, le club refusant de lui accorder son passe livre [la propriété de son propre passe]48. Pendant les premiers mois, sur les conseils de son avocat, il va même « faire ses heures » tous les jours, s’entraînant séparément49. Il pense un temps à abandonner la profession et reste pendant plus d’un an éloigné des terrains, jusqu’à ce que la justice du travail lui donne raison50. Son club, qui avait d’abord décidé de faire appel, choisit finalement, début 1977, d’accepter de lui donner son passe livre et de lui verser plus d’un an de salaires impayés. S’il est singulier, ce conflit n’est pas unique. En effet, d’autres affrontements entre joueurs et dirigeants ont été portés devant les tribunaux dans les années 1970, notamment celui qui a opposé Afonsinho à Botafogo au début de la décennie [Florenzano, 1998]. Ils témoignent de l’existence dans le football professionnel brésilien d’une conflictualité, propre au monde du travail, entre joueurs et dirigeants, et ce malgré le statut contraignant voire aliénant de l’athlète et l’influence persistante de l’idéologie amateur dans ce milieu [Araújo, 1980, ch. 3]. Opposant à chaque fois un joueur à son club, ces affrontements suscitent également une interrogation : les footballeurs étaient-ils capables de défendre leurs intérêts collectivement ?

Un groupe professionnel peu mobilisé

  • 51 Placar, n° 63, 28 mai 1971, p. 17.
  • 52 Placar, n° 90, 3 décembre 1971, p. 10.
  • 53 Témoignage de Gérson et Placar, n° 90, 03 décembre 1971, p. 10. Plusieurs textes ont d’ailleurs été (...)

20Les syndicats de joueurs de football se sont d’abord organisés au Brésil à l’échelle des États. Le premier d’entre eux, le Sindicato dos Atletas Profissionais do Estado de São Paulo (SAPESP) a été créé à la fin des années 1940. Mais il semblerait qu’il ait été pendant longtemps le seul et qu’il ait eu, dans les premières décennies de son existence une influence et une visibilité réduite. Interrogé par la revue Placar, l’avocat Werner Becker déclare par exemple en 1971 : « Je ne connais aucun syndicat de joueurs avec une existence active »51. Six mois plus tard, à l’occasion d’un entretien avec Afonsinho organisé par la même revue, Pelé fait pour sa part référence à une « classe très désunie ». Et, évoquant les difficultés rencontrées par Gilmar, président du SAPESP à l’époque, il ajoute : « On ne réussit pas à réunir tous les joueurs autour d’une cause, d’une idée. On ne réussit même pas à les réunir autour d’un syndicat ici à São Paulo »52. Il est d’ailleurs probable qu’au début des années 1970, dans le contexte de la troisième victoire de la Seleção et de la dictature militaire, l’élite des footballeurs ait – ou ait cru pouvoir – exposer directement ses revendications aux autorités. En effet, les joueurs de la Seleção ont été reçus par le général Emílio Garrastazu Médici après la Coupe du monde 1970 et ont eu l’occasion de s’entretenir avec lui sur les questions de la régulation de leur profession et de leurs retraites53.

  • 54 Placar, n° 387, 23 septembre 1977, p. 19-20 et n° 501, 30 novembre 1979, p. 9. La Fondation de gara (...)
  • 55 Placar, n° 684, 1er juin 1983, p. 50.
  • 56 Placar, n° 459, 09 février 1979, p. 7 ; n° 584, 24 juillet 1981, p. 21 et n° 719, 02 mars 1984, p.  (...)
  • 57 Placar, n° 724, 10 août 1984, p. 46.
  • 58 Témoignage de Waldir Peres.

21Ainsi, des années 1950 aux années 1970, aucune organisation syndicale de joueurs ne semblait en mesure de porter avec force les revendications de ces professionnels. Cependant, quelques chiffres permettent de mesurer le développement des syndicats de São Paulo et de Rio de Janeiro. Ce dernier, le Sindicato de Atletas de Futebol do Estado do Rio de Janeiro, fondé en 197954, comptait 500 membres en 1983, soit presque la moitié des 1 020 athlètes de l’État55. Le SAPESP rassemblait pour sa part 560 des 2 500 ou 3 000 joueurs de l’État à la fin des années 1970, puis 240 des 2 400 joueurs recensés en 1981 et enfin 650 athlètes, soit moins de 30 % du groupe, en 198456. Si ces chiffres peuvent sembler non négligeables, il importe toutefois de considérer que très peu de joueurs étaient effectivement mobilisés. Alors président du SAPESP, Waldir Peres regrettait par exemple, dans un entretien accordé à Placar en 198457, l’inertie de son groupe professionnel, qu’il attribuait à un manque de conscience de classe. Il constatait que peu d’athlètes venaient aux réunions concernant des revendications globales et que le syndicat n’était souvent sollicité par les joueurs que lorsqu’ils étaient individuellement affectés, c’est-à-dire, lorsque le paiement de leur salaire posait problème ou après avoir subi « toutes les injustices que vous pouvez imagine ». Or, force est de constater qu’en 2011 Peres tenait, à propos de la situation actuelle, le même discours : « Le syndicat des joueurs ici au Brésil n’est pas grand-chose, n’est pas très actif. Le syndicat n’est recherché que quand les joueurs ne reçoivent pas leur salaire, il n’y a pas de mouvement politique derrière ce syndicat »58.

Conclusion

22Le constat de la faiblesse du mouvement syndical des joueurs brésiliens renvoie à nouveau à l’un des principaux enjeux de l’étude de ces athlètes, la question de leur unité. En effet, faire l’histoire des footballeurs brésiliens conduit à se demander dans quelle mesure la création d’un nouveau métier a entraîné l’apparition d’un groupe socio-professionnel, qui partage des pratiques, des expériences et des conditions de travail, des idées, une mémoire et peut-être une culture communes. Or, le trait le plus saillant des footballeurs et la principale difficulté à laquelle se heurte l’analyse, c’est précisément leur diversité : diversité des milieux d’origine et des perspectives d’avenir qui remet en question l’image du jeune pauvre dont le sport serait le seul espoir ; diversité des conditions de travail et des niveaux de rémunération qui fait que seule une élite pouvait connaître une ascension sociale spectaculaire ; diversité des capacités à défendre ses intérêts dans un monde professionnel où les joueurs négocient individuellement leurs contrats. Si elle est un obstacle à l’analyse, cette variété est aussi le révélateur d’un monde professionnel structuré par une compétition accrue, où les joueurs – au cours d’une carrière courte – sont souvent très mobiles et où les représentations liées à l’individualisme, comme la réussite personnelle ou le talent, sont centrales [Araújo, 1980].

23Par ailleurs, si plusieurs aspects de l’histoire des footballeurs brésiliens des années 1950 aux années 1970 – leurs origines sociales, leur niveau de vie, leur statut particulier, leurs relations avec leurs dirigeants ou encore la réputation de leur métier – ont été évoquées, d’autres questions nécessiteraient de faire l’objet de davantage de recherches. Se demander dans quelle mesure les joueurs se percevaient comme des travailleurs ou des professionnels, comment ils percevaient leur activité et comment ces représentations ont évolué au cours de la seconde moitié du xxe siècle permettrait d’approfondir l’analyse du rapport des athlètes à leurs employeurs et leurs collègues. Enfin, les liens entre la faible mobilisation collective des joueurs et leur culture politique mais aussi leur origine sociale, l’influence persistante des valeurs amateurs ou encore le contexte de la dictature militaire mériteraient autant d’études spécifiques.

Haut de page

Bibliographie

Astruc Clément, Parcours de footballeurs. Récits, nature et diversité des trajectoires sociales et professionnelles des joueurs de l’élite du football brésilien des années 1950 aux années 1980, mémoire de master en histoire contemporaine, École normale supérieure de Lyon, 2013.

Araújo Ricardo Benzaquem, Os gênios da pelota, um estudo do futebol como profissão, mémoire de master en anthropologie, université fédérale de Rio de Janeiro, 1980.

Bertrand Julien, La Fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute, 2012.

Caldas Waldenyr, O pontapé inicial : memória do futebol brasileiro (1894-1933), São Paulo, Instituição Brasileira de Difusão Cultural, 1990.

Damo Arlei Sander, Do dom à profissão : formação de futebolistas no Brasil e na França, São Paulo, Hucitec, 2007.

Fernandes Florestan, O negro no mundo dos brancos, São Paulo, Global Editora, 2007.

Filho Mário, O negro no futebol brasileiro, Rio de Janeiro, Mauad Ed., 2003 [1ère éd. 1947].

Fleuriel Sébastien, Schotté Manuel, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Bellecombe-en-Bauges, éd. du Croquant, 2008.

Florenzano José Paulo, Afonsinho e Edmundo: a rebeldia no futebol brasileiro, São Paulo, Musa Editora, 1998.

Leite Lopes José Sérgio, « Classe, etnicidade e cor na formação do futebol brasileiro », in Cláudio Batalha, Fernando Teixeira da Silva, Alexandre Fortes (dir.), Culturas de classe: identidade e diversidade na formação do operariado, Campinas, Unicamp, 2004, p. 121-163.

Leite Lopes José Sérgio, « Considerações em torno das transformações do profissionalismo no futebol a partir da observação da Copa de 1998 », Estudos Históricos, vol. 1, n° 23, 1999, p. 175-190.

Leite Lopes José Sérgio, maresca Sylvain, « La disparition de la “ joie du peuple ” », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 79, sept. 1989, p. 21-36.

Novais Fernando, Cardoso de Mello João Manuel, « Capitalismo tardio e sociabilidade moderna », in Fernando Novais, Lilia Moritz Schwarcz [dir.], História da vida privada no Brasil. Contrastes e intimidade contemporânea (t. 4), São Paulo, Companhia das Letras, 1998, p. 560-661.

Pereira Leonardo Affonso de Miranda, Footballmania. Uma história social do futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938, Rio de Janeiro, Ed. Nova Fronteira, 2000.

Rodrigues Francisco X. F., O fim do passe e a modernização conservadora no futebol brasileiro (2001-2006), thèse de doctorat en sociologie, université fédérale de Rio Grande do Sul, 2007.

Schwarcz Lilia Moritz, Nem preto nem branco, muito pelo contrário, São Paulo, Claro Enigma, 2013.

Taylor Matthew, The Leaguers. The Making of Professional Football in England, 1900-1939, Liverpool, Liverpool University Press, 2005.

Toledo Luiz Henrique, Lógicas no futebol, São Paulo, Hucitec, 2000.

Wahl Alfred, Lanfranchi Pierre, Les footballeurs professionnels : des années trente à nos jours, Paris, Hachette, 1995.

Haut de page

Notes

1 Futebol, premier épisode : « O sonho », réalisé par João Moreira Salles et Arthur Fontes, Rio de Janeiro, Vídeo Filmes, 1998.

2 La polémique créée par la victoire de Vasco en 1923 illustre les tensions propres à cette décennie [Pereira, 2000, p. 308-312].

3 Le statut de socio, très répandu en Amérique latine, implique le paiement mensuel d’une somme au club contre le droit de prendre part aux décisions internes au club : élection ou licenciement du président du club, vote du budget, etc.

4 Pour une analyse de la spécificité du statut des travailleurs sportifs, voir Fleuriel et Schotté [2008].

5 Cette situation, qui distingue les footballeurs des salariés d’autres secteurs de l’économie, n’était pas propre au Brésil. Dans son étude sur Afonsinho, Florenzano montre comment les dirigeants pouvaient faire référence aux valeurs amateurs pour défendre leurs intérêts [1998, p. 46-47].

6 Ces sources orales ont été rassemblées entre 2011 et 2012 par le Centro de Pesquisa em História Contemporânea do Brasil (CPDOC), un laboratoire de recherche de la Fundação Getúlio Vargas, et le musée du Football de São Paulo à l’occasion d’un programme intitulé « Futebol, Memória e Patrimônio ». Pour davantage d’informations, voir le site du CPDOC (http://cpdoc.fgv.br/museudofutebol).

7 Peu de recherches portent sur le métier de footballeur dans les décennies de l’après-guerre. La plupart des travaux traitent des décennies 1920 et 1930 ou des dernières décennies du xxe siècle (à partir de 1970). Au cours de cette dernière période, un large processus de modernisation du football brésilien et de nouvelles dynamiques internationales modifient en profondeur la condition des footballeurs. Voir Florenzano [1998], Leite Lopes [1999], Toledo [2000], Damo [2007] et Rodrigues [2007].

8 Dans les sources consultées, les témoins s’expriment plusieurs décennies après la fin de leur carrière, qui a commencé plus tôt que celle des joueurs qui ont accordé un entretien à Araújo, et ils ne sont pas spécifiquement interrogés sur les raisons de leur choix de carrière. Par ailleurs, les profils sociologiques des témoins diffèrent.

9 Voir en particulier les témoignages d’Amarildo et de Piazza [Astruc, 2013, p. 60-63].

10 Pour un exemple, voir le témoignage d’Ado. La chance et l’incertitude apparaissent centrales dans ce milieu professionnel et les joueurs évoquent souvent des « coups de chance » qui ont été décisifs dans leur carrière [Astruc, 2013, p. 64].

11 Ce terme est difficile à traduire et possède plusieurs connotations. Il désigne un archétype de la société urbaine brésilienne lié au non-conformisme et au métissage, qui refuse l’exercice d’un travail régulier et vit d’expédients [Schwarcz, 2013, p. 59-60].

12 Témoignage de Carlos Alberto Torres.

13 Témoignage de Joel Camargo.

14 Témoignage de Pepe.

15 Voir par exemples les témoignages de Waldir Peres et Lima.

16 Témoignage de Marinho Peres. Les traductions ont été effectuées par les soins de l’auteur.

17 Voir le témoignage de Dadá, athlète qui incarne ce profil mais fait figure de cas singulier.

18 Quinze joueurs sur quarante-trois, alors que la question ne leur a pas systématiquement été posée.

19 Voir par exemple les témoignages de Piazza et de Jair da Costa [Astruc, 2013, p. 79-81].

20 Les témoignages ne fournissent pas systématiquement cette information et sont parfois peu précis. En conséquence, il ne s’agit pas d’une étude exhaustive.

21 Deux ont joué en sélection ; les autres ont fait une carrière modeste. L’un d’entre eux était également tailleur.

22 À titre de comparaison, ce phénomène est observable en France depuis les années 1970 et, en 1991, 5 % des professionnels étaient fils de professionnels [Wahl, Lanfranchi, 1995, p. 210-11 et 237-239].

23 Le début de la dictature entraîne un changement de politique économique et, entre autres, une forte pression sur les bas salaires et la massification de certaines professions [Novais, Cardoso de Mello, 1998, p. 620].

24 Témoignage de Valdomiro.

25 Témoignage de Baldocchi.

26 Nous n’indiquons ici qu’une proportion générale, tout chiffre précis nous semblant contestable. Les catégories raciales employées dans les enquêtes statistiques et la manière de les attribuer ont varié au xxe siècle au Brésil. De plus, l’appartenance à une catégorie est dynamique. Pour plus de détails Schwarcz [2012, p. 97-106].

27 Placar, n° 300, 12 octobre 1975, p. 3-8.

28 Des investissements dans l’immobilier sont fréquemment mentionnés dans les témoignages. Ils profitent souvent à la famille et sont un bon indicateur d’ascension sociale à une époque où fugir do aluguel [fuir le loyer] est une préoccupation centrale des salariés [Novais, 1998, p. 601]. Ces achats servaient aussi à constituer une rente (voir le témoignage de Carlos Alberto Torres).

29 Placar, n° 80, 24 septembre 1971, p. 6-11.

30 À propos de la situation des professionnels au début du xxie siècle, Damo écrit : « Peu d’espaces sociaux transforment de nos jours, sans restrictions éthiques, les personnes en choses comme le football » [2007, p. 68].

31 Le concept de domination a fait l’objet de nombreuses recherches en sciences sociales et a été appliqué à divers types de rapport de force (entre classes, entre sexes, entre colonisateurs et colonisés). Dans cet article et dans le contexte de la relation entre les joueurs et leurs dirigeants, le terme « dominés » doit être considéré dans son acception courante et souligne que ces employés ne disposaient pas pleinement d’eux-mêmes et n’étaient pas toujours en mesure de faire des choix souverains concernant leur carrière.

32 Témoignage de César Lemos.

33 Témoignage de Paraná.

34 Décret n° 53.820 du 24 mars 1964.

35 Ce système a été mis en place au début des années 1890 en Angleterre. Pour plus de détails sur son fonctionnement [Taylor, 2005, p. 98-101]. La maîtrise des clubs sur les joueurs n’était pas propre au Brésil et le même phénomène avait cours en France, voir Wahl et Lanfranchi [1995].

36 Voir les propos du président de Flamengo dans le documentaire d’Oswaldo Caldeira, Passe livre, Oswaldo Caldeira Prod., 1974 et du cartola Felisberto Pinto Filho dans Placar, n° 94, 31 décembre 1971, p. 37.

37 Décret n° 53.820, 24 mars 1964 ; loi n° 6.354, 2 septembre 1976.

38 Florenzano, qui compare les footballeurs aux ouvriers, affirme : « […] à travers le mécanisme du passe le club s’appropriait le corps du joueur en garantissant, de cette manière, sa domination » [1998, p. 102].

39 C’est par exemple l’avis de la juge Maria Nunes Silva Lisboa du Tribunal régional du travail de Bahia. Voir Placar, n° 93, 24 décembre 1971, p. 18-9.

40 Voir par exemple Placar, n° 63, 28 juin 1971, p. 16-7. Même si la référence à l’esclavage est particulièrement significative dans le contexte brésilien, elle n’est pas propre à ce pays et le même rapprochement a été fait en France [Wahl, Lanfranchi, 1995, p. 147].

41 Témoignage d’Indio.

42 Les cartolas étaient fréquemment décrits comme des dirigeants malhonnêtes par une partie des joueurs [Araújo, 1980, ch. 3] et de la presse (voir Placar, n° 20, 31 juin 1970, p. 15-17).

43 Leite Lopes et Maresca ont montré le lien entre l’incapacité de Garrincha à gérer sa carrière professionnelle et son habitus caractéristique du milieu ouvrier de son enfance [1989].

44 Témoignage de José Baldocchi.

45 Diário de Noticias, 10 août 1973, p. 19 ; Placar, n° 181, 08 août 1973, p. 3-4.

46 Diário de Noticias, 11 août 1973, p. 19 ; Placar, n° 182, 07 septembre 1973, p. 10-11.

47 Jornal do Brasil, 16 février 1974, p. 23.

48 Diário de Noticias du 23 octobre 1975, p. 15, du 24 octobre 1975, p. 15 et du 24 décembre 1975, p. 16.

49 Témoignage de José Baldocchi.

50 Placar, n° 352, 21 janvier 1976, p. 10. Son cas a ensuite fait jurisprudence. Voir Placar, n° 775, 29 mars 1985, p. 54.

51 Placar, n° 63, 28 mai 1971, p. 17.

52 Placar, n° 90, 3 décembre 1971, p. 10.

53 Témoignage de Gérson et Placar, n° 90, 03 décembre 1971, p. 10. Plusieurs textes ont d’ailleurs été adoptés au cours de cette décennie : la loi n° 6.269 de 1975 qui créait un fonds destiné à faciliter la reconversion des sportifs et la loi n° 6.354 de 1976, destinée à encadrer le travail des athlètes professionnels.

54 Placar, n° 387, 23 septembre 1977, p. 19-20 et n° 501, 30 novembre 1979, p. 9. La Fondation de garantie de l’athlète professionnel (Fugap) existait depuis 1963 mais n’était pas un syndicat à proprement parler. Nous avons également trouvé des références à deux syndicats antérieurs (Sindicato dos Jogadores Profissionais da Guanabara et le Sindicato de Empregados de Confederações Desportivas) mais l’organisation créée en 1979 semble le premier syndicat indépendant et significatif de l’État.

55 Placar, n° 684, 1er juin 1983, p. 50.

56 Placar, n° 459, 09 février 1979, p. 7 ; n° 584, 24 juillet 1981, p. 21 et n° 719, 02 mars 1984, p. 22.

57 Placar, n° 724, 10 août 1984, p. 46.

58 Témoignage de Waldir Peres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Alfredo Mostarda, sous les couleurs de la Sociedade Esportiva Palmeiras (État de São Paulo) en 1978
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Ademir da Guia (le troisième en partant de la droite) avant le match opposant le Brésil et la Pologne pour la troisième place de la Coupe du monde 1974 en Allemagne
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Garrincha, « o anjo de pernas tortas » (« L’ange aux jambes tordues »), lors de la Coupe du monde de 1962 au Chili
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2992/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Astruc, « Le métier de footballeur : origines, ascension sociale et condition des joueurs brésiliens des années 1950 à 1980 », Cahiers des Amériques latines, 74 | 2013, 75-92.

Référence électronique

Clément Astruc, « Le métier de footballeur : origines, ascension sociale et condition des joueurs brésiliens des années 1950 à 1980 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/2992 ; DOI : 10.4000/cal.2992

Haut de page

Auteur

Clément Astruc

École normale supérieure de Lyon.

Clément Astruc est titulaire d’un master d’histoire moderne et contemporaine (École normale supérieure de Lyon), et a été lecteur à l’université de Campinas (Unicamp). Son mémoire de recherche, réalisé sous la direction de Paul Dietschy et en collaboration avec des chercheurs du Centro de Pesquisa e Documentação em História Contemporânea do Brasil (CPDOC/FGV), portait sur les footballeurs professionnels brésiliens, leur métier et leurs trajectoires sociales. La recherche a été menée à Rio de Janeiro avec le soutien du Réseau français d’études brésiliennes.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org