Navigation – Plan du site
Dossier

Football à grand spectacle et identification de quartier à Buenos Aires

Julio D. Frydenberg
Traduction de Stéphanie Robert-Le Fur
p. 37-53

Résumés

Au tournant du xxe siècle et, plus spécifiquement, au cours des années 1910 et 1920, la ville de Buenos Aires connaît de profondes transformations qui se caractérisent notamment par une segmentation croissante de l’espace urbain en quartiers. Ce phénomène, à l’origine de la ville que nous connaissons actuellement, est aussi marqué par le développement d’univers symboliques propres à chaque barrio auquel les clubs de football et les sentiments d’appartenance qu’il génère contribuent de manière décisive. À l’heure où ce sport, spectacle de plus en plus ritualisé et de plus en plus médiatisé, s’affirme comme l’une des pratiques de la culture de masse naissante, il devient aussi un puissant vecteur identitaire contribuant à l’enracinement des frontières internes de Buenos Aires.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de sa transformation en ville moderne, le paysage de Buenos Aires se modifie considérablement en l’espace de quelques décennies. Dans les dernières années du xixe siècle, la ville se polarise : alors que le centre est surpeuplé, des vecindarios (regroupements d’habitats populaires de petite taille distribués autour d’un patio commun) éloignés grandissent au rythme du développement du réseau de tramways et de la mise en vente de terrains. Les traits caractéristiques de la ville que nous connaissons aujourd’hui se mettent en place au tournant du xxe siècle et, plus précisément, au cours des années 1910 et 1920. Buenos Aires ne se définit pas uniquement par son tracé urbain ou par le quadrillage de ses quartiers, mais aussi par l’univers symbolique qui caractérise ces derniers. Les années 1920 et 1930 marquent en effet la naissance de l’imaginaire de quartier et celle du quartier lui-même. Cet article vise justement à analyser le rôle que joue le football dans ce processus.

2L’action conjuguée de l’État et du marché a pour effet d’urbaniser intégralement la ville. Beaucoup de terrains privés sont fractionnés et mis en vente à la suite de l’essor du réseau de tramways. De son côté, l’État ébauche le tracé des quartiers, ainsi de nouvelles rues et places sont créées. Les limites légales de la juridiction fédérale sont fixées dès 1887, mais le territoire ne peut être considéré comme étant totalement urbanisé qu’à partir des années 1930. Dans le Buenos Aires du début du xxe siècle, on trouve un centre surpeuplé, des quartiers traditionnels tels que La Boca, des enclaves plus éloignées (comme Flores et Belgrano), une multitude de vecindarios plus ou moins bien reliés au centre grâce au train et aux tramways. Dans la première décennie du xxe siècle, les vecindarios marquent la frontière entre la périphérie et le centre qui tend à s’étaler vers l’extérieur. Entre 1900 et 1920, l’urbanisation gagne les vecindarios et les zones intermédiaires et c’est dans les années 1920 qu’apparaissent les barrios (quartiers) dont la morphologie est généralement calquée sur celle du quadrillage urbain. L’apparition des barrios est accompagnée d’un mouvement urbain et social qui donne naissance à un nouvel espace public local, structuré par l’action conjuguée de nouvelles associations (activités éducatives, bibliothèques populaires, clubs), de nouveaux acteurs sociaux (associations de voisins socialement homogènes) et de nouveaux lieux (rues, places, cafés de quartier). Avec ces nouveaux groupes populaires, de nouvelles convivialités et une nouvelle culture populaire voient le jour. Tout cela est rendu possible grâce à la consolidation des liens entre le quartier et ses habitants : l’école, les médias, les nouvelles formes de consommation, ainsi que la construction de rituels profanes de masse [Gutiérrez, Romero, 1995 ; Sarlo, 1996 ; Gorelik, 1998 ; Martín Barbero, 1987].

  • 1 Bien qu’il ait ses propres éléments caractéristiques, le football est fortement associé à la presse (...)

3Les spectacles de masse ne se construisent pas sans l’aide d’un public déjà acclimaté à la consommation des nouveaux produits de l’industrie culturelle parmi lesquels le football. Ce public se compose de travailleurs et de personnes issues de la classe moyenne, un public généralement informé et consommateur de journaux notamment [Prieto, 1988 ; Sarlo, 1996]. En ce sens, le football et son public ne sont pas en contraste avec la sensibilité qui caractérise les premières décennies du xxe siècle. Ce public partage l’idée d’un « mouvement de la subjectivité dans lequel se jouent l’amour, le désir, la passion » – à ceci près que ce public est essentiellement masculin [Sarlo, 1996]1. Les études qui portent sur la ville de Buenos Aires montrent la relation intime qui existe entre la naissance des barrios portègnes et le développement du phénomène du football à grand spectacle. Bien qu’il soit incontournable, ce processus est à la fois complexe et difficile à cerner.

  • 2 Vers 1910, les matchs qui attirent le plus de monde sont les classiques qui opposent l’Argentine à (...)

4Au cours des vingt premières années du xxe siècle, le football se transforme. Alors qu’il n’était qu’une mode juvénile, il devient une pratique institutionnalisée. En ce début de siècle, suite à la vague de fondation de clubs, des équipes commencent à émerger en parallèle avec la petite ligue dirigée par les écoles anglaises. Néanmoins, dans les années 1910, la situation change radicalement : en 1912, la ligue officielle se scinde en deux. Plusieurs petites institutions apparues de manière spontanée décident de rejoindre l’organisation officielle. Par ailleurs, ce football institutionnalisé s’émancipe de la domination britannique en adoptant la langue et le style local, avant d’atteindre, pendant la seconde moitié du xxe siècle, toutes les couches de la société, toutes les corporations, de l’armée à l’Église, en passant par les partis politiques, les entreprises et les syndicats. Au cours de la première décennie du xxe siècle, le football est encore un spectacle en devenir, mais, porté par des foules de plus en plus denses, son importance se décuple2. Les années 1920 sont marquées par un véritable bond en avant dans le processus d’acclimatation des masses à la consommation et à la production de biens de la culture populaire. Entre 1922 et 1928, les statistiques montrent que l’Argentine a connu une période de prospérité économique suite à la croissance de ses activités de production et d’exportation agricole. Les travailleurs sont favorisés par un coût de la vie moins élevé et un peu plus de temps libre pour les activités récréatives. Ils consomment les produits des industries culturelles, comme le journal Crítica, ou bien se rendent dans les stades pour assister à des spectacles sportifs de plus en plus en vogue et qui constituent une grande attraction populaire.

  • 3 Sur le concept du rituel et de ses liens avec le football, les idées principales sont reprises de C (...)

5Il est nécessaire d’insister sur le fait que les nouveaux barrios portègnes sont des constructions symboliques. Les différences morphologiques entre un barrio et un autre sont pratiquement imperceptibles en termes structurels et ne sont que le fruit d’une urbanisation accélérée. Le spectacle ritualisé du football cristallise très fortement l’identité des barrios. Ainsi, on remarque que le spectacle du football s’inscrit dans un contexte rituel particulier, moderne et profane3. Ce processus s’ajoute à d’autres mutations structurelles et médiatiques, à d’autres appropriations et productions propres qui finissent par provoquer des modifications dans la culture de ces groupes sociaux. C’est à Buenos Aires dans les années 1930 qu’est parachevée cette ritualisation du football avec tous ses ingrédients. Nous proposons ici une plongée dans cette étape de formation et nous nous attacherons plus particulièrement à situer dans le temps la mise en place des éléments urbains et matériels, ainsi que les changements observés dans la société portègne ayant permis cette éclosion. Ce travail, comme nous l’avons déjà dit, aborde également la question de la contribution du football à la construction des identités de barrios. L’univers symbolique qui se construit dans ce contexte de ritualisation du spectacle coïncide avec le développement d’un nouvel espace public et l’avènement d’une époque nouvelle dans l’évolution de la ville. Le football a une incidence directe sur cette époque de l’histoire de Buenos Aires, l’essor des barrios et la place qu’y occupe le football étant deux phénomènes indissociables, le football permettant d’articuler les identifications territoriales locales avec l’espace urbain englobant. Au cours d’un processus unique, on assiste à la fois à l’apparition d’un nouvel espace public, au développement du rituel footballistique et à la construction de l’identité de barrios (qui entraînera celle de tous les barrios). Bien entendu, cette construction d’identité n’est pas uniquement due au football et le point culminant de ce processus se situe environ au milieu des années 1920 et 1930.

Les « prémices » urbaines et culturelles du spectacle footballistique à Buenos Aires

6Il existe une relation de cause à effet entre la structure rituelle du spectacle footballistique et la modification de certaines pratiques sociales et de la manière dont est vécu l’espace urbain. Parmi les nouveautés apportées par la massification de la vie culturelle, le football occupe une place de premier ordre. Les nouveaux divertissements peuvent se mettre en place dès lors que les travailleurs disposent de plus de temps libre et d’un meilleur niveau de vie, que de nouvelles sociabilités masculines voient le jour, que l’État met à la disposition des citoyens de nouveaux espaces publics, que tout cela est relayé par les médias de masse (presse écrite populaire et radio), que des transports relient les barrios entre eux et que les citadins constituent un public. Dès que ces conditions ont été réunies, les portègnes sont immédiatement devenus des participants actifs à ce spectacle rituel du football hebdomadaire. Dès le début du xxe siècle, les habitants des barrios prennent l’habitude de se regrouper dans la rue et dans les stades, d’interagir avec les autres groupes et individus. Ce véritable processus d’apprentissage collectif se cristallise au tournant des années 1920.

7On ne peut aborder les conditions urbaines matérielles qui ont permis la structuration du football comme spectacle rituel sans parler des grands stades qui sont le théâtre de cet événement. On remarque d’ailleurs que la construction des grands stades remonte à cette époque : celle du Sportivo Barracas en 1920, du Club A. Atlanta en 1922, d’Independiente en 1928, de San Lorenzo de Almagro en 1929, de River Plate, commencée dans les années 1920, et achevée en 1938, d’Argentinos Juniors, de Boca Juniors et de Nueva Chicago dans les années 1940, etc. [Iwanczuk, 1992].

La Bombonera, stade de Boca Junior, en construction en 1940

La Bombonera, stade de Boca Junior, en construction en 1940

Droits réservés

8Le stade de football est donc un théâtre qui offre la possibilité de participer activement et de manifester sa présence de manière visible. C’est dans les stades que se forment les comunitas (communautés) scellées par l’aspect émotionnel et qui tissent des liens horizontaux constituant la base de la construction de l’identité collective [Bromberger, 2001]. En 1924, le grillage avec bavolet fait son apparition et sert à délimiter clairement l’aire de jeu par rapport aux tribunes et/ou l’intérieur du stade par rapport à l’extérieur. Jusqu’à présent, ces limites étaient fréquemment violées. Ce grillage surmonté d’une triple ligne de fil de fer barbelé contribue à sacraliser l’aire de jeu. L’uniformité dans le comportement du public ne suffit pas à masquer la ségrégation sociale qui divise le public entre ceux qui sont assis aux premières loges et ceux qui occupent les places les plus éloignées.

9Le football est un spectacle très spécial. Au cours de ces années-là, alors que l’adhésion du public devient plus ou moins inconditionnelle et que la structure institutionnelle n’est pas encore totalement mercantile, la demande est telle que l’offre ne parvient pas à la satisfaire totalement. Ainsi, la densité des installations sportives est en deçà des attentes du public et des médias, particulièrement en ce qui concerne les « grandes » équipes. Les journaux s’accordent à magnifier le spectacle en montrant l’insuffisance des installations face à l’affluence massive de supporters. Par exemple, le journal Crítica relate le match qui s’est joué au stade de San Lorenzo entre l’équipe locale et le Racing en ces termes :

  • 4 Crítica, 8 août 1926, p. 4. Deux exemples supplémentaires : « Jour après jour, les adeptes du sport (...)

« Vingt mille personnes ont assisté au match qui s’est joué entre San Lorenzo et le Racing, mais cinq mille personnes n’ont pas pu entrer. Dès 13 heures, toutes les places étaient vendues et il a fallu arrêter la vente de billets. Une équipe de sécurité a dû intervenir […]. À midi, il y avait déjà dix mille personnes dans le stade. Depuis les tribunes, il était pratiquement impossible de voir le jeu. Avec des tribunes adaptées à un tel match, au moins cinquante mille personnes auraient pu y assister. Des incidents ont eu lieu dans la rue à cause des protestations du public »4.

10Il faut bien dire que, dès les années 1910, une frange importante de la population adulte masculine fréquente régulièrement les stades. Cependant, à partir des années 1920, le phénomène s’universalise et concerne la quasi-totalité des jeunes hommes, particulièrement ceux issus des classes populaires. De plus, on associe le football aux qualités viriles et aux codes de la culture masculine ; les hommes jouent et sont aussi des supporters. Le football est ainsi devenu une pratique distinctive [Archetti, 1995, 2003].

  • 5 À l’occasion du match entre Estudiantes de la Plata et Quilmes : « Les sympathisants de Quilmes son (...)

11Revenons aux prémices urbaines du développement du football en tant que spectacle. Sans moyens de transport, les stades ne sont rien. Ce n’est pas un hasard si au cours de la décennie que nous avons mentionnée, apparaissent de nouveaux moyens de transport étroitement liés au football tels que les colectivos (camionnettes de transport collectif), les omnibus ou les autobus, voire les autocars qui peuvent être spécialement affrétés pour transporter des supporters. À partir de 1928, le colectivo permet de circuler de manière moins contraignante entre les différents quartiers, contrairement au train ou au tramway dont les rails ne permettent pas de modifier des trajets qui sont généralement tracés du centre vers la périphérie ou bien du centre vers les villes proches5. Les photographies et les films des années 1930, ainsi que les chroniques journalistiques de cette époque, montrent comment le public utilise ces moyens de transport pour se rendre dans les stades. Par exemple, en 1932, le club d’Independiente affrète un service d’autocar pour transporter ses supporters depuis Avellaneda jusqu’à Caballito, le ticket coûtant un peso. En outre, l’organisation institutionnelle des tournois, la programmation des calendriers et leur ample diffusion constituent des éléments de taille dans l’instauration d’un contexte rituel, auxquelles s’ajoutent la force des institutions sportives et la presse populaire et sportive. Depuis le milieu des années 1920, le journal Crítica et la revue hebdomadaire El Gráfico ont la préférence du public et sont en tête des ventes. Tout cela suppose une organisation institutionnelle bien huilée qui sera couronnée dans les années 1940 avec la professionnalisation du football.

12Dans les années 1920, le public se fait plus nombreux et joue un rôle comparable à celui du public de n’importe quel autre spectacle : il participe à un événement spécifique et codifié, on ne peut pas lui proposer n’importe quoi. Vers la fin de cette décennie, les codes du football sont fixés. S’il est vrai que le public s’approprie des règles et des codes élaborés par d’autres, il y ajoute sa touche personnelle, ses valeurs et son style. Faire partie du public qui assiste à ces événements massifs nécessite un apprentissage et l’adoption de manières que l’on acquiert avec l’expérience. Il s’agit d’un public qui, pendant la durée du spectacle, n’est ni patient ni passif. Être supporter constitue la base du rituel et représente l’une des identifications les plus fortes de l’époque. Cette forme d’adhésion est le résultat de la popularisation du football et constitue l’élément principal de la corrélation entre identité de barrio et identité de supporter. Il est nécessaire de rappeler que le supporter est apparu avec la popularisation du football au début du xxe siècle. Il n’est pas tout de suite encouragé par les médias qui restent neutres ou le dénigrent, comme en témoignent Argentina et La Mañana, les journaux qui ont consacré la plus grande quantité d’articles à ce sujet. C’est un lieu commun que de comparer les opinions et les attitudes des supporters d’autrefois avec celles du public actuel. Afin de mieux mettre en valeur les éléments dramatiques et tragiques actuels, on tend à accentuer l’aspect comique et parodique du public des années 1930 dont on prétend qu’il encourageait son équipe et son joueur fétiche sans pour autant agresser ses rivaux ni l’équipe adverse et savait rester fair-play en toutes circonstances. Les récits traditionnels relatent que c’est à ce public que l’on doit ce que l’on appelle le « fútbol fiesta » (le football festif) des années 1940 et 1950.

13Pourtant, les stades deviennent très rapidement le lieu dans lequel se trouvent à la fois réunis les ingrédients du drame et de la parodie. Dans les années 1920, certains journaux – en particulier Crítica – publient des articles sur la vie quotidienne et le comportement des supporters. Les papiers sur les muchachadas et les barras se font l’écho de cette dualité. Ces articles, souvent illustrés par des photos, encensent les muchachadas, ces réunions de jeunes supporters qui se tenaient dans les bars et les cafés du quartier, au cours desquelles on débattait passionnément mais courtoisement de football, encourageait son club ou son joueur favori. Mais, à l’inverse, on trouve aussi des articles qui, non sans un certain ton moralisateur, désapprouvent les barras (des supporters agités, voire violents). Plus que d’autres, le journal Crítica est intimement lié au développement du spectacle. Avec distance et appréhension, il scrute les attitudes des barras et les accuse de mettre le football officiel en danger. Pourtant, il s’agit parfois des mêmes groupes : ces jeunes, presque exotiques, qui discutent passionnément dans les cafés, sont parfois aussi ceux qui se comportent violemment et sans scrupule au stade. Quoi qu’il en soit, ceux du café comme ceux du stade sont des supporters.

  • 6 Crítica, 31 octobre 1932.
  • 7 Bien qu’il n’ait pas encore été étudié à ce jour, le phénomène des cartes d’adhérents déchirées est (...)

14Quant aux chants qui ponctuent les matchs, on prétend que ceux qui sont antérieurs aux années 1960 font l’éloge de l’équipe alors que ceux qui sont postérieurs critiquent l’adversaire. Le sujet mériterait que l’on s’y intéresse de plus près ; cependant, il semble que ce ne soit pas exact. Le journal Crítica, qui cherche à s’adresser au plus vaste public possible, nous permet de détecter l’intention de montrer les rivalités entre clubs. Par exemple, à l’occasion d’un match entre le Club Atlanta et le Racing Club (aussi appelé « Academia »), les supporters du Club Atlanta n’avaient de cesse de crier « La academia ya sonó » (« Academia, ton heure a sonné » – « sonó » pouvant à la fois signifier perdre ou mourir)6. Les nouveaux espacses de convivialité masculine tels que les bars, les rues et les coins de rue où on discute debout, sont amplement décrits dans la presse populaire et suscitent de plus en plus d’intérêt chez les lecteurs [Saítta, 1998]. Crítica, par exemple, publie des photos de muchachadas dans des bars fréquentés par des supporters de certains clubs. Le soutien aux équipes de cette époque était plus innocent que celui d’aujourd’hui, mais l’émotion de ces supporters-là est facilement perceptible. Cette innocence que nous percevons nous invite à conclure que la passion des supporters de football des années 1920 et 1930 n’était pas ponctuée d’éléments dramatiques. Mais on pourrait aussi supposer le contraire. Notre théâtralité actuelle contient peut-être une certaine dose d’ironie qui n’était pas fréquente à l’époque. Ainsi, ce qui caractériserait notre époque serait un manque d’innocence, le goût de l’ironie et de la méfiance, davantage que le goût de la passion et de la théâtralité7. Dans ce cadre rituel tragicomique, nous essayons de percevoir la manière dont la rivalité et l’inimitié engendrées par le football sont des éléments constitutifs des identités territoriales de Buenos Aires. Observons à nouveau la manière dont les médias traitent la thématique de la rivalité, la plupart du temps pour inciter le public à assister aux matchs ou tout simplement pour rendre leurs pages plus attractives. Lisons ainsi cet article de Crítica qui relate le match entre San Lorenzo et Atlanta en juin 1924 :

  • 8 Crítica, 3 juillet 1924, p. 14. D’autres exemples : « Adversaires des quartiers de Platense et Belg (...)

« Nous ne croyons pas qu’il existe deux institutions dont les membres fassent preuve d’une si grande rivalité à l’égard l’une de l’autre que celle dont nous allons parler ici. La quasi-totalité d’entre eux habite le quartier éloigné et populeux de Boedo, quartier ‟footballistique” par excellence, où l’on est supporter du San Lorenzo ou de l’Atlanta. Là-bas, le sujet de conversation incontournable concerne le prochain match. Personne n’échappe à la curiosité suscitée par la rivalité entre les deux clubs ou par les attroupements de supporters des deux camps que l’on peut voir dans leurs cafés respectifs. Une invitation courtoise à prendre un café express se convertit rapidement en une discussion animée pour départager si Monti est plutôt ceci ou plutôt cela ; si Semino est un joueur de milieu de terrain plus scientifique que les autres grâce à l’intelligence stratégique de ses déplacements et l’admirable maîtrise de son jeu de tête ; si Célico – le capitaine de l’Atlanta au tempérament bien trempé – peut affronter et même dominer seul le redoutable duo Acosta, Carricaberry et… terminer comme un gardien de but ? »8

15On sait que les portes de certains bars ne sont ouvertes qu’aux sympathisants de certains clubs. Ces bars se situent au centre des barrios et sont parfois fréquentés par les joueurs eux-mêmes. C’est le cas du Platense, du San Lorenzo et du Vélez, entre autres. Il est très important de rappeler que, lorsque ces quartiers voient le jour, les supporters et la rivalité haineuse entre les clubs existent déjà. Ce sont eux qui sont à l’origine d’une certaine manière de vivre le football, de voir l’autre comme un rival, un ennemi et non plus comme un adversaire purement occasionnel.

Football et identification de quartier

16La genèse des quartiers portègnes porte aux nues le phénomène d’identification territoriale entamé par le football dès le début du xxe siècle. Cette identification territoriale, que l’on observe d’abord entre voisins d’immeuble ou de pâté de maison, s’est construite grâce au football, grâce aux émotions qu’il suscite, à la manière de les exprimer et de les institutionnaliser par le prisme des loyautés ou des rivalités.

17La rue et les coins de rue appelés paradas (du verbe parar, « s’arrêter » et « se lever », littéralement l’endroit où on s’arrête, où on reste debout) sont investis par le football et les jeunes qui s’y intéressent. Le tango, le turf et les matchs de football hebdomadaires encouragent la naissance de nouvelles convivialités masculines et constituent l’animation des coins de rue, cafés et clubs de barrios. Ces réunions d’hommes, en contact intime avec la vie quotidienne et familiale, ont donné naissance aux muchachadas futboleras (réunions de jeunes supporters de football). Dans les barrios, un nouvel univers voit le jour grâce au football qui devient le thème récurrent des conversations et restructure l’organisation de la vie ordinaire. Dans les bars et à chaque coin de rue, on raconte ses expériences mêlées aux commentaires et analyses des médias tels que la radio (qui n’en est qu’à ses débuts mais est cependant en pleine expansion) et la presse populaire écrite (qui, elle, est déjà un média de masse). Comme le montre le quadrillage urbain, il n’y a que très peu de différences morphologiques entre un quartier et un autre, cependant, c’est sur ces légères dissemblances que se construisent les identités de quartier [Gutiérrez, Romero, 1995 ; Gorelik, 1998]. Comme nous l’avons déjà signalé, ces identifications, hétérogènes et conflictuelles se bâtissent sur une base d’homogénéité et d’indifférenciation spatiale.

18Si l’on prête attention à la chronologie, on remarque sans difficulté que le football était déjà très présent dans les générations qui ont participé à la construction des barrios. Pour ces groupes, le football était naturel ; ils l’avaient adopté et il leur appartenait. Il ne s’agit pas là d’un fait sans importance ou d’un détail mineur. Avant la construction de ces barrios, au début du xxe siècle, avec le spectacle footballistique qui se popularise, un univers symbolique se met en place. Ce phénomène est porté par les jeunes qui deviennent les représentants d’un territoire, d’un quartier, face à l’uniformité du reste de la ville, mais plus particulièrement face au quartier voisin qui est le rival direct. Ces jeunes supporters des barrios sentent qu’ils sont les seuls vrais représentants de leur petit bout de quartier : le défendre est une question d’honneur. C’est à partir de ce schéma de rivalité sportive qui oppose « nous » à « eux » que se délimitent les nouveaux espaces publics locaux. Dans les années 1920, l’urbanisation et l’impact de la presse ne firent que magnifier ce phénomène. Ainsi, on constate que les quartiers se construisent véritablement sur la base de ces rivalités nées du football : les identités se définissent à partir d’une forte opposition à l’autre (le rival, l’ennemi), ainsi qu’à tous les autres compétiteurs.

19Le football est un des canaux grâce auxquels ces processus à la fois parallèles et juxtaposés d’homogénéisation socioculturelle et d’individualisme se concrétisent. Ce sport obéit à un discours officiel de modernisation, bien que, paradoxalement, il entraîne de l’hétérogénéité et des conflits. Les rivalités qu’il entraîne créent de nouvelles différences en opposition avec cette tendance à créer de l’homogénéité. Le contexte rituel du football et la culture qui s’y associe ont fait émerger un phénomène paradoxal : elles tendent dans le même temps à rendre invisibles les différences au sein des petites communautés et à mettre en lumière l’indéniable présence des distances sociales. La connaissance de ce phénomène enrichit ce que la production historiographique argentine nous a appris sur la culture lettrée, les activités éducatives et les bibliothèques populaires [Gutiérrez, Romero, 1995]. Le barrio se complaît dans le conflit tout autant que dans la solidarité. L’identité des quartiers engendrée par le football s’est construite sur la base de la distance, sur l’invention des différences avec l’autre, spécialement le voisin. Cela permet d’affirmer que les rivalités occupent une place centrale dans ce processus.

20Vivre pleinement le football implique de ressentir de la rivalité. C’est un sentiment contagieux qui formate l’identité du barrio. Les supporters emploient de manière réelle ou supposée un ton de voix « violent » et agressif. Si l’on se penche sur l’histoire du football professionnel dans les années 1920, on constate qu’il y a eu des événements violents : des jets de pierre contre les arbitres, des charges contre les joueurs, des chants stigmatisant les supporters adverses, des invasions de terrain, etc. Les supporters d’aujourd’hui seraient surpris par la quantité de matchs interrompus pour ce genre de motifs.

  • 9 Saítta [1998] a étudié l’évolution du journal Crítica. Archetti [1995] a fait des recherches sur le (...)
  • 10 Gimnasia y Esgrima de la Plata devient ainsi « Mens sana » ou « Triperos » (« Ceux qui ont des trip (...)
  • 11 La presse populaire commence à proposer une série de récits relatifs au passé (plus ou moins récent (...)

21Les médias de masse relaient ces nouvelles convivialités dans ces nouveaux espaces publics. Les deux organes les plus diffusés sont le journal Crítica et la revue El Gráfico9. Contrairement à cette dernière, Crítica s’immisce dans les rivalités locales liées au football. Cela correspond à une politique éditoriale désireuse de faire du journal le porte-parole du plus grand nombre. En dévoilant les rivalités et les identifications, Crítica met le doigt sur une zone sensible pour ses lecteurs et se fait l’écho de cette sensibilité. Le rayonnement du football est assuré principalement par les médias de masse depuis la seconde moitié des années 1920. Ces médias ont donné au football de la visibilité, l’ont classifié, identifié, nommé, construit, optimisé et en ont fixé les limites. Les pages du journal Crítica sont révélatrices : en l’espace de quelques années, les références aux clubs changent complètement, et dans les années 1930, on observe de nouveaux éléments comme les surnoms accolés aux clubs, encore utilisés aujourd’hui10, dont l’emploi devient courant en 1932, alors qu’ils n’étaient utilisés qu’épisodiquement six ans auparavant. Crítica s’attache également à créer une relation de complicité avec le lectorat populaire en décrivant les espaces de sociabilité [Saítta, 1998], tandis que le spectacle sportif est magnifié. De son côté, la revue à grand tirage El Gráfico se fixe des objectifs pédagogiques davantage attachés à la construction d’un imaginaire national plutôt que local11. Crítica est assurément le plus efficace des porte-parole de l’identité du barrio, désignée par le terme muchachada. Le journal publie des photos de bandes de jeunes qui passent leurs après-midi dans les bars des quartiers, et sur les légendes on peut lire ce type de commentaires : « Ces jeunes gens joyeux font partie de la muchachada du quartier de Saavedra et du club Platense ». Ces annotations ont un effet normatif. En insistant sur les drapeaux et l’exotisme, en prenant de la distance, Crítica dissimule et tente de neutraliser la violence qui se cache derrière ces photos. Sur les mêmes pages, on peut aussi lire des articles qui, sans vraiment les mentionner, dénoncent ces jeunes qui se comportent violemment lorsqu’ils assistent à un match, appelés les barras bravas. Les éditeurs du journal El Gráfico semblent craindre cette violence et préfèrent la dissimuler, ce qui explique qu’ils privilégient le football comme instrument de construction d’une identité nationale. En définitive, les médias emploient des éléments de la vie quotidienne et de la culture des groupes majoritaires dans le but de gagner le plus de lecteurs possible. Ce faisant, ces médias hypertrophient certains aspects et en négligent d’autres. De leur côté, les lecteurs s’approprient ces informations et les adaptent à leurs propres expériences. Dans cette circulation permanente, c’est toutefois la presse populaire qui fait la pluie et le beau temps et tente d’arrondir certains angles jugés « inacceptables ». Mais en montrant les aspects exotiques du football, la presse populaire les rend légitimes.

22Comme tous les sports modernes venus de Grande-Bretagne, le football a été adopté, mais son adoption a engendré de nouvelles pratiques dans lesquelles se mêlent d’une part les valeurs reçues, et d’autre part les valeurs de ceux qui les adoptent. En s’appropriant le football, ces différents groupes sociaux, installés sur des territoires lointains, entament un processus d’appropriation, de circulation et une désinhibition émotionnelle en lieu et place du traditionnel fair-play. Ainsi, dans sa pratique locale, le football mêle affectivité et raison, effusion et contrôle de soi [Ford, 1994]. Au cours de son insertion dans l’identité des quartiers, cette structure du football des débuts s’est maintenue et fonctionne encore aujourd’hui, même si les modalités de ses manifestations ont évolué. En outre, et cela ne concerne pas seulement Buenos Aires, la popularisation du football a rendu les supporters visibles et les a dotés d’une expression orale et corporelle particulière [de Certeau, 1974]. Les stades sont devenus le théâtre d’une certaine liberté d’expression malgré tout régie par des règles. Les supporters ressentent qu’ils ont eux aussi un rôle à jouer et qu’ils font désormais partie du spectacle. Ils imposent ce changement et, dès le début du xxe siècle, passent du rôle de figurants à celui de protagonistes en prenant des initiatives et en adoptant des attitudes qui soulignent leur volonté d’être au centre du spectacle [Sarlo, 1996]. Sur le terrain, le spectacle est le résultat d’une compétition entre sportifs de même niveau. Dans les gradins, le spectacle est le résultat des rituels, du rôle que chaque supporter joue pendant le spectacle et des valeurs qu’il défend. La question qui se posait hier, et peut-être encore aujourd’hui, concernait la possibilité que chacun avait d’intervenir dans cette dynamique. Tout comme les joueurs qui s’affrontent sur le terrain, les supporters s’affrontent d’égal à égal entre clubs rivaux et luttent pour obtenir la première place. Cette lutte, en accord avec la vision du groupe, s’apparente – en même temps qu’une défense de ses propres intérêts – à un combat pour la justice. Le stade est un lieu dans lequel on se bat pour la justice (sportive). Dans cet espace social et culturel idéal, la ritualisation du football légitime les manifestations corporelles, la gestuelle et l’expression de passions habituellement censurées dans la vie quotidienne [Bromberger, 2001]. Le sentiment que le football touche à l’essence profonde de chacun et du groupe, qu’il est un emblème fédérateur, explique la force des émotions qu’il suscite [Geertz, 1990].

  • 12 El Diario, 2 janvier 1930, p. 13.
  • 13 El Diario, 4 janvier 1930, p. 14.

23Observons brièvement les valeurs qui apparaissent dans le rituel et dans le discours des médias et voyons en quoi ils interviennent dans la configuration des identités de quartier. Ces valeurs traditionnelles masculines sont la virilité, le courage, l’honneur que le monde du football alimente tant du côté des joueurs que de celui des supporters. L’honneur est en jeu et c’est ce que les supporters défendent, tout autant que les joueurs, lors des tournois officiels. Ce n’est pas un hasard si l’apparition des ligues socialistes et communistes créées dans les années 1920 avaient revendiqué l’objectif d’enseigner à jouer en public. Cette volonté moralisatrice rappelle le discours des « inventeurs » du sport. Cette incitation à adopter une façon d’être « de gauche » fut un échec, ce qui est révélateur de la distance qui existe entre ce que l’on voudrait que soient les secteurs populaires, leur style de vie, leur sens commun dominant et la réalité souvent bien différente [Mateu, 1998]. L’identité de quartier formatée sur le football impliquait nécessairement l’existence de l’autre, du rival et les médias contribuaient activement à cette construction. Ainsi se construisait un « nous » associé à un club-équipe-territoire, les dirigeants adoptant fréquemment une attitude proche du fanatisme. Par exemple, en 1931, alors que le club d’Independiente fête ses noces d’argent, « le Club Estudiantes de La Plata décide de lui rendre hommage en posant une plaque commémorative dans son propre stade […] en témoignage d’amitié12. » Ulcéré par cet événement, le Racing Club, rival d’Independiente, décide de suspendre toute relation avec les Estudiantes. Le chroniqueur du journal El Diario conclut : « La rupture des relations entre clubs se systématise. Ce qui est curieux, c’est que tout cela est absolument contraire à l’esprit sportif. Mais ceci explique peut-être cela ! »13. Le développement du spectacle footballistique amène les différents clubs de Buenos Aires à devenir de manière très efficace des représentants identitaires et des étendards des communautés de quartier. C’est pour cette raison que les résultats, les histoires et les souvenirs liés aux performances sportives occupent une place si importante dans la création et la transmission de ces identités.

Scène du clásico platense de 1931 entre les clubs d’Estudiantes et de Gimnasia y Esgrima La Plata

Scène du clásico platense de 1931 entre les clubs d’Estudiantes et de Gimnasia y Esgrima La Plata

Droits réservés

Considérations finales

24Au cours du processus de rénovation urbaine du début du xxe siècle, le football tente de se frayer un chemin dans la ville. Sa pratique met en lien des espaces vastes et ouverts avec la frontière urbaine et les quartiers surpeuplés. Dans ces quartiers, toutes sortes de langues étrangères résonnent comme une musique nouvelle. Le football est une pratique à la mode parmi les jeunes des milieux populaires et commence à devenir un spectacle avant même la naissance des quartiers. Il se popularise dans les vecindarios et les jeunes apprennent rapidement ce que rivalité, ennemi et supporter veulent dire. Les initiatives des fondateurs de clubs se basent sur cette structure : tandis que l’identité locale et vicinale est exaltée, les fondateurs de clubs affirment vouloir défendre l’honneur du lieu et de ses véritables représentants.

25Lorsque, plus tard, surgissent les identifications territoriales de barrio, on retrouve cette façon d’exprimer ses émotions, de se comporter et d’affirmer sa valeur. Mais cela advient dans le contexte de l’émergence d’une autre ville, avec les changements violents qui surviennent entre 1910 et 1930. Les transformations sont le résultat de l’édification de nouveaux quartiers et les constructions obéissent aux plans d’urbanisme, avec le quadrillage indifférencié des pâtés de maison, voulu par l’État. Tant pour la pratique que pour le spectacle, le football nécessite de nouveaux espaces. Bien entendu, il n’est pas le seul phénomène à l’origine de la création de nouveaux espaces publics, mais il est le vecteur privilégié de la formation de nouvelles identités territoriales. Dans cette société ouverte, avide de construire un univers propre en lien avec son territoire indifférencié, le football est un extraordinaire outil pour la construction et la préservation de l’univers du barrio. La différence entre un barrio et un autre se construit sur le plan symbolique et, dans cette construction, le football occupe une place fondamentale puisqu’il relie son théâtre rituel avec la vie quotidienne et les espaces de sociabilité masculine. Au cours d’un mouvement simultané qui n’a pas d’équivalent ailleurs, le football se convertit en un puissant spectacle et des clubs sont fondés, tandis que le barrio et la presse codifient la pratique du fútbol avec délectation. Alors que le football fait de plus en plus parler de lui, les supporters issus des secteurs populaires portègnes ont su, en se regroupant dans des collectifs forts, se rendre visibles dans la ville.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Archetti Eduardo, « Estilos y virtudes masculinas en El Gráfico : la creación del imaginario del fútbol argentino », Desarrollo Económico, n° 35/139, 1995, p. 419-442.
DOI : 10.2307/3467209

Archetti Eduardo, Masculinidades, fútbol, tango y polo en la Argentina, Buenos Aires, Ed. Antropofagia, 2003.

Archetti Eduardo, El Potrero, la pista y el ring, Buenos Aires, FCE, 2001.

Bromberger Christian, « Las multitudes deportivas : analogías entre rituales deportivos y religiosos », Revista digital www.efdeportes.com, n° 6/29, 2001.

de Certeau Michel, La Culture au pluriel, Paris, Union générale d’éditions, coll. » 10/18 », 1974.

Ford Anibal, Navegaciones, Buenos Aires, Amorortu, 1994.

Gayol Sandra, « Conversaciones y desafíos en los cafés de Buenos Aires (1870-1910) », in Fernando Devoto, Marta Madero (dir.), Historia de la vida privada en la Argentina, T. 2, La Argentina plural : 1870-1930, Buenos Aires, Taurus, 1999, p. 47-69.

Geertz Clifford, La Interpretación de las culturas, Barcelone, Gedisa, 1990.

Gorelik Adrian, La Grilla y el Parque, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes, 1998.

Gutierrez Leandro, Romero Luis Alberto, Sectores populares, cultura y política. Buenos Aires en la entreguerra, Buenos Aires, Ed. Sudamericana, 1995.

Iwanczuk Jorge, Historia del fútbol amateur en la Argentina, Buenos Aires, 1992.

Korn Francis, Buenos Aires : los huéspedes del 20, Buenos Aires, Ed Sudamericana, 1975.

Martin-Barbero Jesus, De los medios a las mediaciones, Barcelone, Paidos, 1987.

Mateu Cristina, « Política e ideología de la Federación Deportiva Obrera, 1924-1929 », in Pablo Alabarces, Roberto Di Giano, Julio Frydenberg (dir.), Deporte y Sociedad, Buenos Aires, Eudeba, 1998, p. 67-86.

Prieto Adolfo, El discurso criollista, Buenos Aires, Ed. Sudamericana, 1988.

Romero Jose Luis, Romero Luis Alberto (dir.), Buenos Aires. Historia de cuatro siglos, Buenos Aires, Ed. Abril, 1983.

Sarlo Beatriz, Una modernidad periférica : Buenos Aires 1920 y 1930, Buenos Aires, Nueva Visión, 1988.

Sarlo Beatriz, « Retomar el debate. Debate sobre intelectuales, a propósito de textos de Horacio González y Andrea Pagni y Erna van der Walde », Punto de vista, n° 19/55, 1996, p. 38-42.

Sarlo Beatriz, « Modernidad y mezcla cultural », in Hector Vázquez Rial (dir.), Buenos Aires 1880-1930. La capital de un imperio imaginario, Madrid, Ed. Alianza, 1996, p. 183-195.

Sarlo Beatriz, El Imperio de los sentimientos, Buenos Aires, Ed. Catalogos, 1985.

Saítta Sylvia, Regueros de tinta. El diario Crítica en la década de 1920, Buenos Aires, Ed. Sudamericana, 1998.

Ulanovsky Carlos (dir.), Días de radio. Historia de la radio argentina, Buenos Aires, Espasa Calpe, 1995.

Haut de page

Notes

1 Bien qu’il ait ses propres éléments caractéristiques, le football est fortement associé à la presse écrite et n’échappe pas à la médiation de cette dernière. Dans les années 1920, il est lié à un certain type de consommation et bénéficie de l’alphabétisation et de la hausse de la consommation de biens culturels (cinéma, publications, etc.).

2 Vers 1910, les matchs qui attirent le plus de monde sont les classiques qui opposent l’Argentine à l’Uruguay. On y dénombre entre 8 000 et 10 000 spectateurs qui parfois s’affrontent. Vers 1930, les stades des clubs les plus populaires pouvaient accueillir jusqu’à 40 000 personnes chaque fin de semaine et demeuraient malgré cela trop petits. Le pouvoir d’attraction du football et des clubs est également attesté par la quantité de membres affiliés à ces institutions. Dès la fin des années 1920, on parle des « Cinco grandes » (les cinq grands), la grandeur de ces clubs étant quantifiée par le nombre de supporters, de membres (socios) et de succès sportifs. La professionnalisation du football en 1931 et l’action volontariste des dirigeants a multiplié de manière exponentielle les membres de ces grands clubs. Entre 1925 et 1932, les cinq grands ont quadruplé la masse de leurs socios en passant de 3 000 ou 4 000 membres à 12 000 ou 15 000. Il faut cependant noter que, si aucun document ne confirme pleinement cette affirmation, pendant cette même période, la vente de tickets d’entrée dans les stades n’a pas doublé.

3 Sur le concept du rituel et de ses liens avec le football, les idées principales sont reprises de Christian Bromberger [2001].

4 Crítica, 8 août 1926, p. 4. Deux exemples supplémentaires : « Jour après jour, les adeptes du sport se font plus nombreux. Lors des matchs internationaux les plus prestigieux, on peut s’attendre à voir 40 000 spectateurs. Il est urgent d’augmenter la capacité des stades et pour cela, nous comptons sur les clubs plutôt que sur les autorités officielles toujours trop lentes » (El Gráfico, 25 août 1928, p. 17) ; à l’occasion d’un match entre Boca et Independiente : « Une journée splendide et les supporters sont arrivés tôt pour assister à leur divertissement favori. Le stade d’Independiente s’est révélé trop petit (33 000 entrées vendues, 7 000 membres, 5 000 femmes, 5 000 qui se sont incrustés grâce à la pression de la foule qui a submergé les vigiles – record de la billetterie). Si on ajoute à cela toutes les personnes qui n’ont pas pu se déplacer par manque de moyens de transport mais qui seraient bien volontiers venues, nous en arrivons à la conclusion qu’il faudrait un stade d’une capacité de 100 000 personnes. Ce projet ne se fera pas en un jour, mais la ligue doit commencer à y penser (en référence à la ligue professionnelle récemment créée) » (El Gráfico, 4 juillet 1931, p. 21).

5 À l’occasion du match entre Estudiantes de la Plata et Quilmes : « Les sympathisants de Quilmes sont arrivés à La Plata dans un train rapide spécialement affrété par leur club, alors que d’autres sont venus dans de grands autobus recouverts des drapeaux de leur club » (Crítica, 18 mai 1930, p. 7).

6 Crítica, 31 octobre 1932.

7 Bien qu’il n’ait pas encore été étudié à ce jour, le phénomène des cartes d’adhérents déchirées est intéressant. Frustrés par le résultat d’un match, certains socios peuvent en effet parfois déchirer leur carte. Existe-t-il une manière plus convaincante de démontrer une violente crise identitaire et institutionnelle que cette mise en scène dramatique ? Le statut de socio, très répandu en Amérique latine, implique le paiement mensuel d’une somme au club contre le droit de prendre part aux décisions internes au club : élection ou licenciement du président du club, vote du budget, etc.

8 Crítica, 3 juillet 1924, p. 14. D’autres exemples : « Adversaires des quartiers de Platense et Belgrano. À cette occasion, ces deux vieux “amici” [sic] se disputent les deux points du championnat et la supériorité dans le quartier. […] On a souvent vu des relations et même des bals populaires entre les supporters de ces deux clubs » (Crítica, 7 août 1926, p. 11). Un autre cas : « Argentinos Junior et Colegiales se disputent la suprématie du secteur. Ils sont rivaux de quartier. […] Vieille discussion sur la suprématie des uns par rapport aux autres. C’est le prestige du quartier qui est en jeu, mais il est divisé par les affects et les commentaires haineux qui augmentent à l’approche du match » (Crítica, 27 mai 1930, p. 16).

9 Saítta [1998] a étudié l’évolution du journal Crítica. Archetti [1995] a fait des recherches sur le rôle joué par la revue El Gráfico.

10 Gimnasia y Esgrima de la Plata devient ainsi « Mens sana » ou « Triperos » (« Ceux qui ont des tripes ») ; le Racing, « La Academia » (« L’académie ») ; Independiente, « Los Diablos Rojos » (« Les diables rouges ») ou « Los Rojos de Avellaneda » (« Les rouges d’Avellaneda ») ; Argentinos Juniors, « Los de la avenida San Martín » (« Ceux de l’avenue San Martín »), « Chacarita » (« La petite bourse ») ou encore « Los funebreros » (« Les croque-morts ») ; Vélez Sarsfield, « El Fortín » (« Le fortin ») ou « Los de Villa Luro » (« Ceux de Villa Luro ») ; River Plate, « Los Millonarios » (« Les millionnaires ») ; Atlanta, « Los Bohemios » (« Les bohémiens ») ou « Los de Villa Crespo » (« Ceux de Villa Crespo ») ; Huracán, « Los del Parque de los Patricios » (« Ceux du Parc des Patricios ») ou « El Globito » (« Le petit globe ») ; Platense, « Los Calamares » (« Les calamars ») ou « Los de Saavedra » (« Ceux de Saavedra ») ; San Lorenzo, « La Escuadra de Boedo » (« L’équipe de Boedo »), « El Ciclón » (« Le cyclone ») ou « Los Santos » (« Les saints ») ; Estudiantes de la Plata, « Los Pincharratas » (« Les explorateurs ») ; Quimes, « Los Cerveceros » (« Les buveurs de bière ») ; Boca, « Los Xeneises » (« Les génois »), etc.

11 La presse populaire commence à proposer une série de récits relatifs au passé (plus ou moins récents) des institutions et des acteurs du football. La publication de notes sur les joueurs au ton nostalgique est récurrente à partir de la fin des années 1920 et dans les années 1930. Beaucoup d’articles se font par exemple l’écho des anniversaires des clubs ou proposent des entretiens avec les fondateurs. Vers la fin des années 1920, la radio diffuse le programme « La gran pensión del campeonato » (« La grande pension du championnat ») qui devient le pendant parodique du journal Crítica en ce qui concerne les surnoms des clubs de football. Le programme met lui aussi en exergue les grandes figures, les icônes et les rivaux traditionnels. La première retransmission d’un match de football a lieu en 1928. L’année suivante, on ne comptait pas moins de 500 000 appareils de radio et en 1930, dix stations. C’est ensuite dans les années 1930 que l’on assiste à la naissance de programmes sportifs consacrés exclusivement à ce thème [Ulanovsky, 1995].

12 El Diario, 2 janvier 1930, p. 13.

13 El Diario, 4 janvier 1930, p. 14.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Bombonera, stade de Boca Junior, en construction en 1940
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2972/img-1.png
Fichier image/png, 107k
Titre Scène du clásico platense de 1931 entre les clubs d’Estudiantes et de Gimnasia y Esgrima La Plata
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2972/img-2.png
Fichier image/png, 1005k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julio D. Frydenberg, « Football à grand spectacle et identification de quartier à Buenos Aires », Cahiers des Amériques latines, 74 | 2014, 37-53.

Référence électronique

Julio D. Frydenberg, « Football à grand spectacle et identification de quartier à Buenos Aires », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 74 | 2014, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 26 mai 2016. URL : http://cal.revues.org/2972 ; DOI : 10.4000/cal.2972

Haut de page

Auteur

Julio D. Frydenberg

Universidad Nacional de General San Martín.

Julio Frydenberg est historien, enseigne à la Faculdad de Filosofía y Letras de l’université de Buenos Aires et dirige le Centro de Estudios del Deporte au sein de l’Escuela de Política y Gobierno à l’Universidad Nacional General San Martín. Grand spécialiste de l’histoire du football argentin, il vient notamment de publier Historia social del fútbol. Del amateurismo a la profesionalización (Buenos Aires, Siglo xxi Editores, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org