Navigation – Plan du site
Dossier. L'autre continent du football

Le continent du football

Fabien Archambault

Résumés

Si le football est né en Europe, il a donné lieu, en Amérique latine, à une culture de masse spécifique d'une puissance telle que l'objet transféré en est ressorti profondément transformé. Les conditions de sa réception et de son développement, fondées sur un antagonisme avec le Vieux Continent sans cesse réactivé, y ont entraîné l'apparition de structures originales, tant en ce qui concerne les clubs et les organisations de supporters que les fédérations nationales et la confédération sud-américaine. Les recherches menées depuis maintenant une trentaine d'années permettent de rendre compte de cette particularité et conduisent ainsi à légitimer la prétention de l'Amérique latine à se présenter comme le véritable continent du football.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

fútbol, cultura de masa, deporte
Haut de page

Texte intégral

1Les premières lignes de l’ouvrage commémorant le 90e anniversaire de la Confederación sudamericana de fútbol (CONMEBOL), publié en 2007, n’y vont pas par quatre chemins : « L’Amérique du Sud est le continent du football »1. Certes, concède-t-on, ce sport a vu le jour en Europe, mais le génie des joueurs, la popularité des clubs ainsi que l’excellence des résultats dans les compétitions internationales sont avancés comme autant d’éléments justifiant ce renversement de perspective. À ces facteurs loin d’être totalement objectivables et donc forcément discutables s’ajoute un argument qui ne souffre quant à lui aucune contestation : l’Amérique latine fut le premier continent à s’être pensé en tant que tel d’un point de vue footballistique. Le 9 juillet 1916, en effet, l’Asociación del fútbol argentino (Afa) invita les fédérations brésilienne, chilienne et uruguayenne à former avec elle la CONMEBOL, chargée de l’organisation de la Copa América, sur le modèle du tournoi qui s’était tenu en hommage au centenaire de l’indépendance argentine. Il fallut attendre près de quarante ans pour qu’une entité similaire fût mise sur pied en Europe avec la création de l’Union of European Football Associations (UEFA) en 1954. Ainsi le monde du football sud-américain ne s’est-il pas construit institutionnellement comme le simple décalque de son homologue européen. Bien au contraire, son développement a obéi à une logique endogène et s’est effectué selon des modalités particulières.

L’équipe nationale argentine lors de la Copa América de 1916

L’équipe nationale argentine lors de la Copa América de 1916

(droits réservés)

2De prime abord pourtant, aux yeux d’un public européen averti, les structures générales semblent aujourd’hui parallèles. On trouve de part et d’autre de l’Atlantique les deux confédérations – l’UEFA et la CONMEBOL – qui administrent des compétitions continentales entre nations – le Championnat d’Europe des Nations et la Copa América – et entre clubs d’un côté, la Coupe des clubs champions européens, devenue Ligue des champions, la Coupe d’Europe des vainqueurs de Coupes, aujourd’hui disparue, et la Coupe de l’UEFA, devenue Europa League ; de l’autre, la Copa Libertadores de América et la Copa Sudamericana. Ces confédérations sont constituées de fédérations nationales qui, à leur échelle, organisent des championnats amateurs et professionnels. À ce stade, déjà, apparaissent les premières différences. La principale réside dans l’absence, en Amérique du Sud, de ligues professionnelles représentant les intérêts des clubs ayant abandonné l’amateurisme et gérant les championnats d’élite en partenariat avec les fédérations. La seconde tient précisément au caractère national de ces championnats. Le Brésil par exemple se singularise longtemps par un emboîtement de compétitions, qu’elles soient municipales, métropolitaines, provinciales ou régionales, qui empêche de déterminer réellement chaque année l’identité de la meilleure équipe du pays. De même, en Argentine, deux championnats ont longtemps coexisté – celui du district fédéral de Buenos Aires et celui du reste du pays – tandis que l’actuel est en réalité double, l’année civile étant divisée en un tournoi d’« ouverture » et un tournoi de « fermeture ». Aussi l’histoire du football sud-américain invite-t-elle à explorer un univers qui, derrière des apparences familières, présente des traits distinctifs propres à fonder son particularisme à l’aune d’un modèle européen. Si les recherches sur le fútbol ou le futebol n’ont pris leur essor que depuis les années 1980, dans le sillage de celles entreprises sur le Vieux Continent ou en Amérique du Nord, elles sont néanmoins désormais assez riches pour permettre de retracer l’évolution originale de ce sport en Amérique latine, qui a contribué à l’affirmation d’une identité continentale antagoniste et à la création d’instances de sociabilité puissantes et centrales dans les sociétés autochtones.

Un antagonisme fondateur

  • 2 La traduction du terme anglais originel en langue vernaculaire dans les sociétés argentine et brési (...)
  • 3 Selon l’expression employée par Henry Fern en 1953 dans « Britain’s Informal Empire in Argentina, 1 (...)

3Les travaux pionniers d’historiens états-uniens [Arbena, 1988, 1996 ; Lever, 1983] puis argentins [Scher, Palomino, 1988] et brésiliens [Caldas, 1990], les sociologues n’étant pas en reste [Damatta, 1982 ; Archetti, 1996], ont bien mis en évidence les liens originels et originaux unissant l’affirmation de pays neufs comme le Brésil et l’Argentine et le développement du football en leur sein. La traduction précoce du terme anglais dans leur langue respective au tournant du xxe siècle, étape décisive dans le processus de légitimation qui accompagne tout phénomène d’acculturation, témoigne à elle seule du succès de cette greffe sportive2 [Mason, 1995 a, b]. Dans ces deux États intégrés à l’« empire informel » britannique3 – l’Argentine en constituant même le fleuron –, mais aussi en Uruguay et, dans une moindre mesure, au Chili et au Pérou, la diffusion du football fut d’abord assurée par une collaborating élite indigène. Depuis le milieu du xixe siècle en effet, les « 400 familles » d’estancieros de la Pampa ou l’oligarchie commerçante de Rio ou de São Paulo envoyaient souvent leurs rejetons étudier dans les public schools en Grande-Bretagne, ou sur place lorsque celles-ci se multiplièrent à la fin du siècle. La fréquentation du système éducatif britannique entraîna leur conversion à l’idéologie sportive et l’adoption des pratiques distinctives en vigueur dans ces établissements d’enseignement, c’est-à-dire le football puis, quand ce dernier y fut progressivement abandonné, le rugby. Aussi, bien des fondateurs des premiers clubs de football sud-américains furent-ils surtout des ressortissants argentins, uruguayens ou brésiliens.

4À partir des années 1880, leur action fut relayée par les promoteurs et les agents de la seconde révolution industrielle, d’origine européenne – courtiers, agents d’assurance et autres techniciens –, dont le nombre augmentait fortement non seulement sur les façades littorales mais aussi, le long des lignes de chemins de fer, dans les arrière-pays du continent, au fur et à mesure de l’intégration de ce dernier dans le système-monde britannique. Toutefois, ceux-ci se faisaient les vecteurs d’une culture anglo-saxonne plus que d’une identité anglaise, ce qui laissait le champ libre aux processus d’appropriation par les sociétés réceptrices. Ainsi, en Argentine, le football fut investi de préoccupations nationalistes. Le projet de bâtir une nation forte en forgeant une histoire patriotique et en s’appuyant sur une « race » régénérée trouva sa traduction dans un style de jeu viril (la grinta), propre aux autochtones « créoles » de Buenos Aires et que l’on voulait supérieur au modèle anglais [Alabarces, 2002]. Comme l’a montré Eduardo Archetti [1998, 1999 a, b, c], le football et son imaginaire apportèrent une contribution essentielle à la genèse de l’identité argentine. En témoigne la précocité du processus de rationalisation et d’institutionnalisation de l’activité footballistique avec la fondation dès 1893 de l’Afa, la deuxième fédération créée au monde après la Football Association anglaise en 1863, sous l’égide d’Alejandro Watson, dont le patronyme indique à lui seul le rôle des élites anglo-argentines dans l’enracinement et la nationalisation du jeu. La même dynamique mêlant anglophilie et nationalisme opère à l’échelon des clubs et ailleurs qu’en Argentine. À Montevideo en 1899, ce sont par exemple des universitaires qui fondent le Club Nacional de Football aux couleurs du drapeau tricolore de José Gervasio Artigas, héros des guerres d’indépendance de l’Argentine et de l’Uruguay, dont le stade est édifié dans le Parque Central, là où le libertador prit le titre de Jefe de los Orientales en 1811 [Giulianotti, 2000 ; Krotee, 1979]. La pratique du football constitua donc en Amérique du Sud un élément essentiel à la construction des identités nationales, syntagme qui désigne à la fois un sentiment d’appartenance, et la conscience de faire partie d’un ensemble national.

  • 4 Dans ce cadre, on peut situer l’entrée définitive dans l’ère des rivalités nationales à l’année 192 (...)
  • 5 Voir Olivier Compagnon, L’Adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, c (...)
  • 6 Craignant de perdre leur influence au sein de la Fifa en raison des affiliations des nouveaux pays (...)

5Toutefois, l’identité se définissant par opposition à l’autre, les sociétés sud-américaines éprouvèrent le besoin de créer une compétition internationale – la Copa América, en 1916 – où puisse s’exprimer un sentiment de fierté sportive à même de fortifier leur cohésion interne. Il s’agissait là d’une innovation majeure. Il existait certes déjà une épreuve mondiale depuis 1896, les Jeux olympiques, dont les éditions de 1908 et 1912 comportaient un tournoi de football, mais celle-ci ne fournissait pas encore la scène sur laquelle se rehaussait ou s’affaiblissait le prestige des nations4. Organisé chaque année, ce véritable championnat sud-américain renforce les identités nationales des participants, au risque d’engendrer des animosités entre rivaux, mais il souligne dans le même temps les affinités qui les relient dans un cadre continental inédit. Dès lors, les sentiments d’appartenance nationale se trouvent enrichis d’un échelon supplémentaire, continental, les deux coexistant, enchâssés, et se renforçant mutuellement plus qu’ils ne se contredisent. Que cette première compétition strictement et uniquement continentale soit apparue en 1916 invite à la considérer à la fois comme un révélateur et une étape dans l’affirmation de cette identité commune, dans un contexte d’« adieu à l’Europe », selon l’expression d’Olivier Compagnon5. Les quatre pays fondateurs furent rejoints dans les décennies suivantes par le Paraguay (1921), le Pérou (1925), la Bolivie (1926), l’Équateur (1927), la Colombie (1936) et enfin le Venezuela (1952). En revanche, le Guyana britannique et le Surinam, lorsqu’ils accédèrent à l’indépendance, respectivement en 1966 et en 1975, faute d’être intégrés, furent contraints de s’affilier à la CONCACAF (Confederation of North, Central American and Caribbean Association Football) apparue pour sa part en 1961. Deux États anglophones ne pouvaient en effet prétendre rejoindre le cercle, désormais immuable, des dix membres de la CONMEBOL, qui dessine dès lors une géographie mentale, celle de l’Amérique latine. La revendication d’une identité continentale qui se distingue tant de l’Amérique du Nord que de l’Europe, formulée jusque dans le nom des compétitions majeures mises sur pied (Copa América pour les équipes nationales et Copa Libertadores de América pour celles de club à partir de 1960), et que les chercheurs n’ont pas encore assez approfondie [Barraza, 2001], fonde la singularité des rapports que les sociétés d’Amérique latine entretiennent avec le football. Cette dimension apparaît d’autant plus éclatante si l’on considère la mise en place des joutes européennes équivalentes au tournant des années 1960, pour lesquelles la référence à « l’Europe » était la plus discrète possible6. A contrario, les manifestations de solidarité collective dans le domaine du supportérisme témoignent du succès rencontré par ces processus d’identification à l’échelle latino-américaine. Ainsi, lorsque les propriétaires new-yorkais du Madison Square Garden installèrent un écran géant pour retransmettre la finale de la Coupe du monde entre l’Italie et le Brésil en 1970, pensant attirer la communauté italienne, ils demeurèrent stupéfaits devant l’afflux d’environ 20 000 Latinos venus exprimer bruyamment leur soutien à la sélection auriverde.

  • 7 Olivier Compagnon, op. cit., p. 22.

6Ce dernier exemple indique que c’est bien la confrontation avec l’Europe qui permit l’émergence d’une identité continentale ne pouvant se définir que comme antagoniste. Le football participa ainsi à un processus général de « resémantisation »7 des identités nationales sud-américaines, à l’œuvre dans les années 1920 et 1930, et dont les Jeux olympiques constituèrent une étape importante. La victoire de l’Uruguay à Paris en 1924 et la finale entre cette même nation et l’Argentine à Amsterdam en 1928, que José Leandro Andrade, la « maravilla negra » (la « merveille noire »), éclaboussa de son talent, furent en effet saluées par la presse européenne comme l’avènement des « artistes du ballon rond ». Ces commentaires élogieux, qui avaient généralement pour objectif de promouvoir une alternative au modèle et à l’excellence britanniques, s’inscrivaient dans le contexte de la réception des ballets nègres et de la musique de Carlos Gardel. Enclenchant un mécanisme d’appropriation indirecte qui n’a rien de paradoxal – comparable par exemple à ce qui advint pour le tango –, la légitimation par le public européen contribua en retour à la définition par les Sud-Américains eux-mêmes de styles nationaux et aida ainsi à la formulation d’une altérité footballistique collective radicale.

La sélection nationale uruguayenne victorieuse du tournoi des Jeux olympiques de Paris en 1924

La sélection nationale uruguayenne victorieuse du tournoi des Jeux olympiques de Paris en 1924
  • 8 Les clubs champions d’Amérique du Sud ont remporté 22 victoires, les clubs européens 21.

7Une logique identique poussa de nombreuses équipes de club à effectuer des tournées en Europe dans ces années-là, que ce soit les Argentins de Boca Juniors en 1925 [Frydenberg, 2006], les Uruguayens du Nacional de Montevideo la même année, ou les Brésiliens du São Paulo FC en 1926 – ces deux dernières pourraient donner lieu à de belles études. Ces tournées, largement victorieuses, furent célébrées jusqu’à plus soif et ont puissamment nourri l’imaginaire sportif sud-américain. Tout aussi capitales furent, symboliquement, les victoires obtenues dans la Coupe intercontinentale entre 1960 et 2004. Si la participation du club champion d’Europe se faisait dans la discrétion sur le Vieux Continent, il n’en allait pas de même en Amérique du Sud où la rencontre était l’une des plus suivies de la saison, suscitant chez le public et les joueurs un enthousiasme et parfois une agressivité telle que les Européens déclarèrent forfait à plusieurs reprises lorsque l’épreuve se jouait selon la formule de matchs aller et retour8.

  • 9 Seules quatre équipes du Vieux Continent et de second plan (la France, la Belgique, la Yougoslavie (...)
  • 10 Jules Rimet, Histoire merveilleuse de la Coupe du monde, Monaco, Union européenne d’édition, 1954, (...)
  • 11 En 1930, les matchs de l’Uruguay attirent en moyenne 100 000 spectateurs ; en 1950, ceux du Brésil (...)
  • 12 Par exemple, en 1990, les présidents brésilien, argentin et uruguayen tinrent à se manifester publi (...)
  • 13 Le capitaine argentin fut expulsé lors du match Angleterre-Argentine, le public de Wembley stigmati (...)

8L’importance de se mesurer et de se comparer à l’Europe explique l’engouement des pays d’Amérique latine pour les Coupes du monde. D’une certaine manière, on peut même affirmer que de 1930 à 1966, quand l’Angleterre remporta le tournoi à domicile, le succès de celles-ci reposait essentiellement sur eux. Les trois épreuves organisées en Uruguay (1930), au Brésil (1950) et au Chili (1962) firent en effet l’objet d’un investissement à la fois politique, symbolique, économique et populaire. Ainsi l’action volontariste du corps diplomatique uruguayen fut-elle déterminante pour la création même de la compétition [Dietschy, 2006], le gouvernement prenant en charge les frais de déplacement et de séjour des équipes étrangères pour ce qui ressembla à une Copa América agrémentée de quelques équipes européennes facilement défaites9. Pour ce petit pays longtemps en proie aux convoitises de ses deux voisins, les victoires de 1930 et de 1950, acquises justement contre l’Argentine puis le Brésil, sonnaient comme la reconnaissance de son existence dans le concert des nations et apparaissaient comme le symbole de la modernisation réussie d’une société qui se présentait comme la plus démocratique et la plus évoluée d’Amérique du Sud. Les Coupes du monde furent d’emblée considérées comme des affaires d’État, justifiant la construction de stades gigantesques qui permettaient de rivaliser avec celui de Wembley édifié en 1923 – le stade du Centenario de Montevideo, véritable monument bâti en hommage au centenaire de l’indépendance de l’Uruguay –, voire de le dépasser – le Maracanã de Rio pouvait accueillir jusqu’à 200 000 spectateurs [Leite Lopes, 1998]. Les Européens présents demeuraient abasourdis par l’intensité de la ferveur entourant les sélections nationales, qu’elle débouche sur des manifestations d’allégresse – Jules Rimet, reçu comme un chef d’État en tant que président de la Fifa en 1930, écrit « avoir rarement vu une tempête d’enthousiasme, d’émotion libérée comparable à celle qui s’éleva des gradins du stade à la fin du match [la finale contre l’Argentine] »10 – ou de désespoir collectif – Jacques de Ryswick, le correspondant de France Football, évoque une atmosphère « d’apocalypse » après la défaite du Brésil contre l’Uruguay en 1950. L’immensité des foules qui se pressaient aux matchs tranchait avec les affluences moyennes bien moins élevées des Coupes du monde organisées en Europe11, au point que certains observateurs s’y interrogeaient sur la viabilité de la compétition. Pour leur part, les Sud-Américains ne doutèrent jamais de l’intérêt de l’épreuve, tant la force des mécanismes d’appropriation nationale et populaire continua de jouer à plein au cours du siècle, entraînant l’intervention permanente du monde politique, mobilisé pour la prise en charge de ce qui relève de l’image que les sociétés latino-américaines se plaisent à donner d’elles-mêmes12. Le seul épisode qui faillit provoquer un repli sur soi de l’Amérique latine intervint en 1966 suite aux éliminations conjuguées des équipes brésilienne et argentine, cette dernière concentrant l’hostilité virulente de la presse et du public anglais13. L’Afa proposa alors à ses partenaires de la CONMEBOL de se retirer des compétitions de la Fifa. Elle ne fut pas suivie, ce qui révèle en creux comment le système sportif sud-américain est symboliquement configuré. Produit de la confrontation avec l’Europe, il n’est pas capable d’être indifférent à l’image de soi chez l’autre et à l’image de l’autre chez soi. Par conséquent, ne se suffisant pas à lui-même, il ne peut choisir de se réfugier dans l’autarcie.

Une culture de masse puissante entre impératifs politiques et industriels

9Un autre élément caractéristique du monde du football en Amérique latine a trait à l’absence de ligues professionnelles telles qu’elles existent en Europe. Elles sont pourtant apparues dans l’entre-deux-guerres, dans le sillage de la légalisation du professionnalisme, aussi bien en Argentine que dans les villes de Rio et de São Paulo, et regroupaient les clubs autorisés à salarier des joueurs depuis 1931 à Buenos Aires [Frydenberg, 2010] et 1933 au Brésil. Le processus était identique à ce qui se passait sur le Vieux Continent, où les industriels qui investissaient dans le football souhaitaient organiser eux-mêmes des compétitions rationalisées et unifiées, sur le modèle de la Football League anglaise fondée en 188814. Par exemple, en France, face aux menaces de la famille Peugeot, propriétaire du club de Sochaux, de faire sécession et de créer une épreuve indépendante, le professionnalisme fut autorisé en 1932 tandis qu’un premier championnat national était mis sur pied, géré à la fois par la fédération française et un « groupement » des clubs professionnels devenu Ligue à la Libération15. Partout en Europe se mirent ainsi en place ces structures duales qui assuraient le lien entre les sphères amateur et professionnelle, les ligues reconnaissant l’autorité des fédérations, même si les tensions étaient permanentes entre elles. En Amérique du Sud en revanche, toutes les formes d’organisations spécifiquement professionnelles disparurent à la fin des années 1930, les fédérations parvenant à affirmer leur toute-puissance dans la gestion du football. En apparence, et à l’aune des canons européens, ce phénomène traduisait la faiblesse des clubs professionnels ; en réalité, c’était exactement le contraire qui s’était produit. Deux facteurs importants doivent être retenus pour expliquer ce paradoxe : d’une part, l’intervention des États qui ne pouvaient accepter de laisser des groupements d’intérêts privés gérer un domaine engageant la cohésion nationale ; d’autre part, l’influence du modèle sportif nord-américain qui consacrait précisément le triomphe des considérations marchandes sur toute autre préoccupation. L’omnipotence des structures fédérales permettait en effet d’aller contre les intérêts des clubs professionnels lorsque les circonstances l’exigeaient. Par exemple, en 1962, dans l’optique de la Coupe du monde chilienne, la Confederação brasileira de futebol (CBF) réunit les internationaux à partir du mois de mars, les empêchant ainsi de participer à la fin des compétitions nationales. De même, en 1978, le sélectionneur argentin, Luis César Menotti, retira 25 joueurs du championnat national dès le mois de janvier, en vue de les préparer au Mondial, que la junte au pouvoir considérait comme un instrument de consensus autour du régime militaire. De leur côté, les fédérations européennes n’auraient jamais même imaginé un seul instant pouvoir mettre en place de tels dispositifs, si tant est d’ailleurs qu’elles en aient éprouvé le désir et le besoin. Du reste, la disparition des ligues professionnelles en Amérique du Sud s’imposait d’autant plus que celles-ci, à la différence de leurs homologues européennes qui avaient finalement choisi une forme de cogestion des compétitions d’élite avec les fédérations, s’étaient en partie inspirées de ce qui avait cours en Amérique du Nord. Ce fut particulièrement le cas dans les deux pays où le base-ball était très important sinon hégémonique, au Venezuela et dans une moindre mesure en Colombie. Ainsi, en 1932, douze clubs de Caracas firent sécession pour créer un championnat professionnel indépendant, sur le modèle du tournoi fermé opposant les franchises de base-ball16. L’expérience ne dura pas et ces clubs revinrent dans le giron fédéral à la fin des années 1940, ce qui ouvrit la voie à l’adhésion du Venezuela à la CONMEBOL en 1952. L’épisode indiquait néanmoins le poids de l’influence culturelle nord-américaine que l’on peut déceler également plus au sud. À cet égard, l’organisation des championnats argentins dans la seconde moitié du xxe siècle fournit un exemple éclairant.

  • 17 Ce système, qui pouvait entraîner des bizarreries comme la relégation en deuxième division d’un clu (...)

10Si l’on retient deux critères principaux permettant de caractériser le fonctionnement des ligues fermées nord-américaines – à savoir, d’une part, la stabilité du nombre d’engagés et l’assurance pour les franchises de toujours participer et donc de rentabiliser les investissements financiers sur le long terme, d’autre part la relative uniformité du niveau de jeu garante de l’intérêt du spectacle et donc de l’attractivité commerciale de la ligue –, force est de constater que les acteurs du football argentins ont toujours eu ces préoccupations en tête. Ainsi, jusqu’en 1966, il n’existe qu’un championnat, celui du district fédéral de Buenos Aires, qui a tout d’une ligue fermée puisque les clubs engagés sont toujours les mêmes, c’est-à-dire ceux établis dans le périmètre géographique et administratif de la capitale du pays. La nécessité de s’ouvrir au reste du pays, imposée par le gouvernement, entraîna l’apparition de plusieurs championnats parallèles qui servaient à sélectionner les participants à un championnat dit Nacional. L’architecture de ces compétitions, qui introduisait de l’incertitude pour la plupart des formations, eut parallèlement pour effet de renforcer la prédominance des cinq grands clubs de Buenos Aires (River Plate, Boca Juniors, Racing, Independiente et San Lorenzo de Almagro) qui remportaient l’essentiel des titres. En somme, le championnat argentin se conformait au modèle européen, ce qui provoquait l’insatisfaction de la très grande majorité des clubs. En 1985 fut donc mis en place un système original destiné à concilier des intérêts contradictoires. D’un côté, afin de lutter contre l’hégémonie des clubs les plus dotés financièrement, le championnat de première division est divisé en deux sur l’année civile, avec un tournoi d’« Apertura » et un autre de « Clausura », tant il est vrai qu’il est plus facile pour une équipe aux moyens financiers limités de rivaliser avec d’autres beaucoup plus riches sur 19 matchs plutôt que sur 38. Deux champions différents sont donc couronnés chaque année en Argentine ; on retrouve là le souci des ligues fermées nord-américaines de préserver l’incertitude du résultat de manière à renforcer le suspens et donc à soutenir l’attention du public. Dans le même temps, un système complexe de points établi sur plusieurs années régit la question de la descente dans la division inférieure, avec l’objectif de rendre quasiment impossible la relégation non seulement des clubs les plus riches mais aussi d’un noyau d’une quinzaine de clubs. Par ce biais, on tenta donc d’assurer la permanence au plus haut niveau des mêmes clubs, afin de leur garantir des perspectives à moyen terme et par conséquent de sécuriser leurs investissements17. Les modalités d’accès au championnat national brésilien, le Brasileirão, créé en 1971, relèvent d’une logique identique. Ainsi le football de club sud-américain est-il tiraillé entre le modèle sportif européen et celui états-unien. Si la soumission des clubs professionnels à l’autorité des fédérations, et donc en définitive au pouvoir politique, fut la solution institutionnelle adoptée partout sur le continent au milieu du xxe siècle – voie bien plus radicale que celle choisie en Europe –, elle impliquait en contrepartie une très grande attention aux desiderata de ces clubs professionnels, marqués par les expériences venues d’Amérique du Nord. Dans cette perspective, le football latino-américain propose une combinaison inédite ailleurs, au moins avec cette ampleur, celle d’un croisement permanent entre les intérêts politiques, industriels et commerciaux.

  • 18 Depuis 1993, le Mexique est régulièrement invité à participer à la Copa Américana, une seconde nati (...)

11Les liens entre les sphères politique et footballistique n’ont pas encore donné lieu à des études systématiques. Les recherches se sont concentrées sur les épisodes qui, d’un point de vue européen, apparaissent comme les plus étranges – la « guerre du football entre le Salvador et le Honduras en 1969 [Martz, 1978 ; Dietschy, 2010] – ou les plus controversés – ceux ayant impliqué les dictatures militaires chilienne et argentine [Larsen, 1983 ; Arbena, 1990 ; Mildenberger, 2000]. D’une manière générale, si le Brésil n’a été qu’effleuré [Caldas, 2002], l’Argentine a fourni la matière à des analyses plus circonstanciées [Mason, 1995 b ; Duke, Crolley, 2001 ; Di Giano, 2006] que Lucie Hémeury se propose d’approfondir. Dans ce numéro, elle nous livre les premiers résultats de ses réflexions sur les liens noués entre le monde du football et la classe politique du premier péronisme, aspect essentiel pour qui veut comprendre la profusion postérieure de toute une littérature de dénonciation de la corruption régnant dans le sport [Pramann, 1978 ; Giulianotti, 2002] ou des trajectoires comme celle de Mauricio Macri, président du club de Boca Juniors devenu maire de Buenos Aires en 2007 [Di Giano, 2005]. Il serait également intéressant de disposer de biographies scientifiques rendant compte de ces exemples de caudillisme sportif et (nécessairement) politique que constituent les carrières de Julio Grondona, à la tête de l’Afa depuis 1980, ou de João Havelange, de la CBF à la Fifa. Le parcours de ce dernier montre bien comment cet avocat carioca proche des milieux conservateurs, élu à la présidence de la CBF en 1958 et confirmé après le coup d’État militaire de 1964, fut aussi le meilleur représentant des investisseurs économiques dans le football. Lorsqu’il prit le contrôle de la Fifa en 1974, porté par les voix de l’Amérique du Sud alliée à l’Afrique et à l’Asie, contre Stanley Rous, le candidat écossais des Européens, il n’eut de cesse de transformer la fédération internationale en une entreprise financière prospère et mondialisée. Par exemple, l’organisation de la Coupe du monde mexicaine de 1986 fut confiée non à une fédération mais à un individu, Emilio Azcarraga, qui dirigeait un consortium télévisuel privé, Televisa. Toujours dans cette optique, et afin de susciter l’intérêt des groupes médiatiques nord-américains, Havelange voulut rendre le jeu plus spectaculaire – par exemple en agrandissant les cages ce qui aurait provoqué l’augmentation du nombre de buts, ou en mettant en place des expulsions temporaires, comme au hockey sur glace – et l’adapter au format télévisuel états-unien qui réclame de nombreuses interruptions publicitaires – en introduisant quatre quart-temps au lieu de deux mi-temps. Toutes ces innovations échouèrent en raison de l’opposition européenne et le fait qu’elles aient été formulées par un Brésilien indique que les dirigeants sud-américains, loin de se considérer comme les dépositaires d’une tradition immuable, ne rechignent pas à envisager de la transformer radicalement en fonction d’intérêts commerciaux. Cette logique conduisit ainsi à ouvrir les compétitions sud-américaines aux pays latin de la CONCACAF, voire même parfois aux États-Unis.18

Côte à côte lors du Mundial argentin de 1978, le général Videla et João Havelange

Côte à côte lors du Mundial argentin de 1978, le général Videla et João Havelange

Droits réservés

12Par ailleurs, le rôle d’une institution fondamentale dans les sociétés latino-américaines, l’Église (catholique), constitue encore un angle mort de la recherche. Étudier son implication tant dans la diffusion géographique, si l’on pense au dense réseau capillaire des paroisses, et sociale, du fait de son interclassisme, que dans l’encadrement de la pratique et du spectacle du football permettrait de mettre en perspective ce qui demeure sans cela au mieux incongru : des messes auxquelles assistèrent pendant longtemps au xxe siècle, genoux à terre, la plupart des joueurs avant et après les matchs, jusqu’aux célébrations grandioses du titre de champion du monde présidées par l’archevêque de Buenos Aires en 1986.

  • 19 Par exemple, en 1955, le père Volpi, ancien entraîneur de l’équipe de football d’un patronage flore (...)
  • 20 Dans les années 1930 déjà, les deux finalistes de la première Coupe du monde avaient été pillés par (...)
  • 21 Pour l’URSS et ses alliés, il s’agissait d’empêcher les transfuges à l’Ouest de porter les couleurs (...)

13L’affirmation d’une industrie du football puissante en Amérique latine commence pour sa part à être mise en lumière. A ainsi été souligné le fait qu’il s’agissait d’abord d’une industrie exportatrice de joueurs, et ce depuis les années 1920, à destination de l’Europe, puis de plus en plus du monde entier [Lanfranchi, Taylor, 2001 ; Taylor, 2006], en dehors d’un moment exceptionnel quand le club des Millonarios de Bogota devint en 1949 importateur d’internationaux anglais [Mason, 1994]. L’économie du football sud-américain est en effet largement extravertie et repose en grande partie sur la manne des transferts vers le reste de la planète qui permettent à ses clubs non seulement d’équilibrer leur budget mais aussi de continuer à réaliser des investissements, notamment en achetant d’autres joueurs du cru destinés à leur tour à être vendus pour réaliser des bénéfices. Si les flux de migration étaient à l’origine organisés par les clubs de l’Europe latine, parfois par des biais inattendus, par exemple ecclésiastiques19, ils ont progressivement été contrôlés par les pays producteurs avec la mise en place de véritables filières gérées par les représentants des clubs et des milliers d’agents-placiers latino-américains. Ce système d’exportation ne concerne pas uniquement les grands clubs employant des cadors repérés et révélés comme tels lors des compétitions internationales, mais également la masse des petites formations salariant des joueurs en devenir et candidats au départ à un âge toujours plus précoce. Le parcours de l’Uruguayen Edinson Cavani est à cet égard emblématique : après une année comme professionnel au Danubio Fútbol Club de Montevideo, il est transféré à Palerme à l’âge de 20 ans, avant de continuer à grimper dans la hiérarchie des clubs européens (Naples puis le Paris-Saint-Germain). Seules des raisons politiques impérieuses ont pu momentanément tarir la source et entraîner une période de fermeture du marché au tournant des années 1960. Les procédures de naturalisation administrative et sportive alors en vigueur faisaient en effet courir le risque pour les sélections nationales sud-américaines de se voir dépossédées de leurs meilleurs représentants. Dans la décennie 1950, ce fut par exemple le cas avec les Uruguayens Juan Alberto Schiaffino et Alcides Ghiggia et les Argentins Omar Sivori et Alfredo Di Stéfano, les trois premiers devenus Italiens, le quatrième Espagnol20. Dans ce contexte, le transfert du « roi » Pelé à l’Inter de Milan fut bloqué par les gouvernements brésiliens au début des années 1960, avant que la CONMEBOL, soutenue en la circonstance par les pays de l’Est21, n’obtienne en 1962 puis en 1964 une réforme du statut des internationaux dans un sens plus restrictif.

  • 22 Voir Pierre Lanfranchi, Alfred Wahl, Les Footballeurs professionnels des années trente à nos jours, (...)
  • 23 Ainsi, en 1958, la délégation qui accompagne l’équipe nationale en Suède pour la Coupe du monde com (...)

14L’Amérique du Sud expérimenta également très tôt les différentes formes possibles de gestion de cette masse de travailleurs particuliers que constituent les joueurs professionnels, en écho aux processus à l’œuvre en Europe, et reste à la pointe de l’innovation juridique et contractuelle, comme en témoigne l’apparition depuis 2005 de nouvelles entreprises locatrices de joueurs comme Desportivo Brasil, ces derniers n’étant plus salariés d’un club mais de fonds d’investissement internationaux [Raspaud, 2010, p. 197-199]. Dans la foulée de travaux sur la construction sociale du groupe professionnel des footballeurs en France22, on dispose dorénavant d’études sur les cas argentin [Frydenberg, 2010] et brésilien, comme celle de Clément Astruc qui nous donne ici un aperçu de ses recherches sur les footballeurs internationaux de ce pays de 1950 aux années 1970. D’autres aspects seront à n’en pas douter développés dans le futur, qui permettront de déconstruire la figure de l’artiste que les Européens se sont plu à valoriser [Fontan, 1963] et d’approfondir la connaissance du style de jeu brésilien. Les entraîneurs auriverde furent ainsi les premiers à envisager la préparation des équipes de manière scientifique et, pour tout dire, professionnelle23.

  • 24 Voir également le site Internet : http://www.efdeportes.com
  • 25 Le statut de socio, très répandu en Amérique latine, implique le paiement mensuel d’une somme au cl (...)
  • 26 Voir Christian Bromberger, Le Match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, N (...)
  • 27 Voir par exemple l’article d’Alejandro Catterberg paru dans La Nación le 7 février 2013 (disponible (...)

15Cette industrie du football a donné naissance à de nombreux clubs qui ont contribué à structurer les espaces urbains et à servir de fondements à une culture de masse hégémonique. Plus qu’ailleurs dans le monde, les métropoles sud-américaines sont devenues des villes de football, qu’elles comptent deux grands clubs comme à Porto Alegre (Internacional et Grêmio), Belo Horizonte (Atlético Mineiro et Cruzeiro), Santiago du Chili (Universidad Católica et Colo-Colo), Bogota (Sante Fe et Millonarios) ou Rosario (Central et Newell’s Old Boys), plusieurs comme à São Paulo (Corinthians, Palmeiras et São Paulo FC) ou Rio de Janeiro (Botafogo, Flamengo, Fluminense, Vasco de Gama), voire une multitude comme à Buenos Aires qui, avec sa quarantaine de clubs, mérite le titre de capitale mondiale du football. Si les monographies sont rares [Araújo, 2000 ; Assaf, 2004], on dispose néanmoins des travaux initiés par Julio Frydenberg au sein du Centro de Estudios del Deporte, dont on trouvera un échantillon dans les pages qui suivent24. Ce groupe de chercheurs a étudié la mise en place et la consolidation de cultures de club à l’échelle de la métropole portègne tout au long du xxe siècle. Le succès de ces clubs tient à leur enracinement au sein des quartiers où ils sont implantés : ils y constituent en effet les points d’aboutissement de plusieurs réseaux de sociabilité, qu’ils soient liés directement au club (les socios25), ou qu’ils soient socio-professionnels, éducatifs, d’entraide et de solidarité, récréatifs, parfois paroissiaux, etc. [Frydenberg, Daskal, 2006]. Leur importance dans la création des identités de quartiers d’une métropole en croissance constante se sont matérialisés dans l’édification de stades, aux financements diversifiés (étatiques, municipaux, privés, par souscription) et points de ralliement des habitants, pour les matchs bien sûr, mais pas seulement (on s’y rend pour fêter des mariages ou des baptêmes, on s’y réunit après des enterrements, etc.). Les études plus spécifiques sur les groupes de supporters ou d’ultras se sont, comme en Europe, penchées dans un premier temps sur les phénomènes de violence et étaient plutôt le fait de sociologues [Archetti, 1992 ; Archetti, Romero, 1994 ; Alabarces, 2003, 2004, 2005]. À ces derniers se sont, au Brésil, ajoutés les géographes, attentifs à ce que le football révèle des dynamiques urbaines [DaCosta, 2006 ; Théry, 2006], comme en témoigne l’entretien dans ce numéro avec João Whitaker, ainsi qu’aux modalités de diffusion de ces groupes de supporters dans la ville [Valverde, 2006]. L’approche anthropologique qui était celle de Christian Bromberger à Naples, Turin et Marseille dans les années 198026, a été retenue ici par Guillaume Fleury dans son article : au-delà des épisodes de violence, il s’emploie à étudier le fonctionnement d’un groupe de supporters en Équateur, pays qui sort ainsi de sa marginalité dans les recherches sur le football sud-américain, dans toutes ses dimensions, sociale, politique et culturelle. Ces aspects gagneraient à être pris en compte pour explorer des domaines encore trop délaissés, que ce soit la montée en puissance du système médiatique – et ses retombées – en 2009, la présidente argentine Cristina Kirchner a ainsi nationalisé les retransmissions télévisées des matchs de championnat, estimant que le football était un « droit du peuple »27 – ou les joueurs comme objets d’identification collective – sur le modèle de José Sergio Leite Lopes décryptant les ressorts de l’adulation pour la « joie du peuple », Garrincha [Leite Lopes, 1989], d’autres figures incontournables telles que Pelé ou Maradona attendent d’être considérées comme autant de « faits sociaux totaux » [Burns, 1998 ; Maradona, 2000].

16En définitive, toutes ces recherches, qu’elles soient produites par des praticiens des sciences humaines débutants ou confirmés, apportent des arguments aux Sud-Américains lorsqu’ils développent un discours visant à affirmer le caractère exceptionnel de leur football, bien différent de celui que nous connaissons en Europe. Elles viennent enrichir les études de leurs aînés dont la bibliographie qui suit donne un aperçu. Ce numéro thématique invite en somme le lecteur à se déprendre du regard européocentré qu’il porte généralement sur la question et à prendre la mesure de l’importance revêtue par le football dans les sociétés latino-américaines. C’est ce caractère central qui explique l’urgence et l’évidence qu’il y avait, et qu’il y a encore, à comprendre ce sport et à travailler sur lui.

Haut de page

Bibliographie

Amérique latine

Alabarces Pablo (dir.), Futbologías. Fútbol, identidad y violencia en América latina, Buenos Aires, Clacso, 2003.

Alabarces Pablo (dir.), Peligro de Gol. Estudios sobre deporte y sociedad en América latina, Buenos Aires, Clacso, 2000.

Arbena Joseph L., « Nationalism and Sport in Latin America 1850-1990: the Paradox of promoting and performing European Sports », in James A. Mangan (dir.), Tribal Identities: Nationalism, Europe and Sport, Londres, Frank Cass, 1996, p. 220-238.

Arbena Joseph L. (dir.), Sport and Society in Latin America: Diffusion, Dependency, and the Rise of Mass Culture, New York, Greenwood Press, 1988.

Barraza Jorge (dir.), Conmebol 2001, Asuncion, Conmebol, 2001.

Biriotti Del Burgo Maurice, « Don’t Stop the Carnival: Football in the Societies of Latin America », in Stephen Wagg (dir.), Giving the Game away: Football, Politics and Culture on Five Continents, Londres, Leicester University Press, 1995, p. 52-71.

Dietschy Paul, « Les révolutions sud-américaines », in Histoire du football, Paris, Perrin, 2010, p. 247-301.

Giulianotti Richard, « Fussball in Südamerika: Globalisierung, Neoliberalismus und die Politik der Korruption », in Michael Fanizadeh, Gerald Hödl, Wolfram Manzenreiter (dir.), Global Players. Kultur, ökonomie und Politik des Fussballs, Francfort-sur-le-Main, Brandes & Apsel-Südwind, 2002, p. 159-182.

Lanfranchi Pierre, Taylor Matthew, « The South American Artists », in Moving with the Ball. The Migration of Professional Footballers, Oxford-New York, Berg, 2001, p. 69-110.

Mangan James A., DaCosta Lamartine D. (dir.), « Sport in Latin American Society. Past and Present », numéro thématique de The International Journal of the History of Sport, n° 18.3, 2001.

Mason Tony, Passion of the People? Football in South America, Londres, Verso, 1995 (a).

Mason Tony, « Fútbol and Politics in Latin America », Race and Class, n° 36.4, 1995 (b), p. 71-85.

Miller Rory M., Crolley Liz (dir.), Football in the Americas: Fútbol, Futebol, Soccer, Londres, Institute for the Study of the Americas, 2007.

Taylor Matthew, « Les migrations de footballeurs: une approche historique », Histoire&Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, n° 18-19, 2006, p. 24-45.

Argentine

Aisenstein Angela, Di Giano Roberto, Frydenberg Julio, Guterman Tulio (dir.), Estudios sobre Deporte, Buenos Aires, Libros del Rojas-UBA, 2001.

Alabarces Pablo, Rodríguez María Graciela, Cuestión de pelotas. Fútbol, deporte, sociedad, cultura, Buenos Aires, Atuel, 1996.

Alabarces Pablo, Di Giano Roberto, Frydenberg Julio (dir.), Deporte y Sociedad, Buenos Aires, Eudeba, 1998.

Alabarces Pablo, Rodríguez María Graciela, « Football and Fatherland. The Crisis of the National Representation in the Argentinean Football », in Gerry Finn, Richard Giulianotti (dir.), Football Culture: Local Conflicts, Global Visions, Londres, Frank Cass, 2000, p. 118-133.

Alabarces Pablo, Fútbol y Patria. El fútbol y las narrativas de la Nación en la Argentina, Buenos Aires, Prometeo, 2002.

Alabarces Pablo, Crónicas del aguante. Fútbol, violencia y política, Buenos Aires, Capital Intelectual, coll. « Claves para todos », 2004.

Alabarces Pablo (dir.), Hinchadas, Buenos Aires, Prometeo, 2005.

Arbena Joseph L., « Generals and Goals. Assessing the Connection between the Military and Soccer in Argentina », The International Journal of the History of Sport, n° 7, 1990, p. 120-130.

Archetti Eduardo P., Masculinities. Football, Polo and the Tango in Argentina, Oxford-New York, Berg, 1999 (a).

Archetti Eduardo P., « Argentinean Football: Traditions and National Identity », Atención, n° 2, 1999 (b), p. 45-67.

Archetti Eduardo P., « Fútbol : imagénes y esterotipos », in Historia de la vida privada en la Argentina, vol. 3, Buenos Aires, Ed. Madero Fernando Devoto, 1999 (c), p. 227-253.

Archetti Eduardo P., « Tango et football dans l’imagerie nationale argentine », Revue Sociétés & Représentations, Publication de la Sorbonne, n° 7, 1998, p. 117-127.

Archetti Eduardo P., « Argentinien », in Christiane Eisenberg (dir.), Fussball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt, Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1997, p. 149-171.

Archetti Eduardo P., « In Search of National Identity: Argentinean Football and Europe », in James A. Mangan (dir.), Tribal Identities: Nationalism, Europe and Sport, Londres, Frank Cass, 1996, p. 201-219.

Archetti Eduardo P., « Nationalisme, football et polo : tradition et créolisation dans la construction de l’Argentine moderne », Revue d’ethnologie Terrain, n° 25, 1995, p. 73-90.

Archetti Eduardo P., « Argentinean Football: A Ritual of Violence? », The International Journal of the History of Sport, n° 9.2, 1992, p. 209-235.

Archetti Eduardo P., Romero Amilcar, « Death and Violence in Argentinean Football », in Richard Giulianotti, Norman Bonney, Mike Hepworth (dir.), Football Violence and Social Identity, Londres, Routledge, 1994, p. 37-72.

Bayer Osvaldo, Fútbol argentino, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1990.

Beto Devoto, Grondona Julio H., Pascual Julian, Zago Manrique, Cien años con el fútbol. One hundred years with football, Buenos Aires, Manrique Zago, 1993.

Burns Jimmy, Die Hand Gottes. Das Leben des Diego Armando Maradona, Berlin, Sport Verlag, 1998.

Di Giano Roberto, El fútbol y las transformaciones del peronismo, Buenos Aires, Leviatán, 2006.

Di Giano Roberto, Fútbol y cultura política en la Argentina. Identidades en crisis, Buenos Aires, Leviatán, 2005.

Duke Vic, Crolley Liz, « Fútbol, Politicians and the People: Populism and Politics in Argentina », The International Journal of the History of Sport, n° 18.3, 2001, p. 93-116.

Escobar Bavio Ernesto, Historia del fútbol en el Rio de la Plata, Buenos Aires, Frigerio, 1923.

Fontanarosa Roberto, No te vayas, Campéon. Equipos memorables del fútbol argentino, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2000.

Frydenberg Julio, Historia social del fútbol. Del amateurismo a la profesionalización, Buenos Aires, Siglo XXI, 2011.

Frydenberg Julio, Daskal Rodrigo (dir.), Fútbol, historia y politíca, Aurelia Rivera Libros, 2010.

Frydenberg Julio, « Le nationalisme sportif argentin : la tournée de Boca Juniors en Europe et le journal Crítica », Histoire&Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, n° 18-19, 2006, p. 76-87.

Frydenberg Julio, « Practicas y valores en el proceso de popolarizacion del fútbol. Buenos Aires 1900-1910 », Entrepasados. Revista de historia, n° 6.12, 1997, p. 7-31.

Gil Gastón Julián, Fútbol e identidades locales. Dilemas de fundación y conflictos latentes en una ciudad feliz, Madrid-Buenos Aires, Miño y Dávila, 2002.

Larsen Neil, « Sport as Civil Society: The Argentinean Junta Plays Championship Soccer », in Id. (dir.), The Discourse of Power. Culture, Hegemony and the Authoritarian State, Minneapolis, Institute for the Study of Ideologies and Literature, 1983, p. 113-128.

Lupo Victor F., Historia política del deporte argentino (1610-2002), Buenos Aires, Corregidor, 2004.

Maradona Diego Armando, Yo Soy el Diego, Buenos Aires, Planeta, 2000.

Pramann Ulrich (dir.), Fussball und Folter: Argentinien 1978, Reinbeck, Rowohlt, 1978.

Ramirez Pablo A., « Historia negra del fútbol argentino », Revista Todo es Historia, n° 18.232, 1986, p. 42-51.

Scher Ariel, Palomino Héctor, Fútbol: pasion de multitudes y de elites, Buenos Aires, CISEA, 1988.

Brésil

Andrade de Melo Victor, Bittencourt Marcelo, « The history of sport for a sports country », numéro thématique de Tempo. Revista digital de História, n° 17.34, 2013 (http://www.historia.uff.br/tempo/site/?page_id=1750).

Araújo José Renato de Campos, Imigração e futebol. O caso Palestra Itália, São Paulo, Editora Sumaré, 2000.

Assaf Roberto, Bangu. Bairro operário, estação do futebol e do samba, Rio de Janeiro, Ediouro, 2004.

Bellos Alex, Futebol: The Brazilian Way of Life, Londres, Bloomsbury, 2002.

Buarque de Hollanda Bernardo B., O Descobrimento do futebol. Modernismo, regionalismo e paixão esportiva em José Lins do Rego, Rio de Janeiro, Edições Biblioteca Nacional, 2004.

Caldas Waldenyr, « Aspects socio-politiques du football brésilien », La Création sociale. Sociétés, cultures, imaginaires, n° 8, 2002, p. 97-113.

Caldas Waldenyr, « Brasilien », in Christiane Eisenberg (dir.), Fussball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt, Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1997, p. 171-184.

Caldas Waldenyr, O pontapé inicial. Memória do futebol brasileiro, São Paulo, Ibrasa, 1990.

DaCosta Lamartine (dir.), Atlas do esporte no Brasil, Rio de Janeiro, Confef, 2006.

Damatta Roberto, « Notes sur le futebol brésilien », Revue Le Débat, publiée chez Gallimard, n° 19, 1982, p. 68-76.

Gordon Cesar, Helal Ronaldo, « The Crisis of Brazilian Football: Perspectives for the Twenty-First Century », The International Journal of the History of Sport, n° 18.2, 2001, p. 139-158.

Filho Mário, O Negro no Futebol Brasileiro, Rio de Janeiro, Mauad, 2003 (4e édition).

Fontan Alain, Divin football brésilien, Paris, Table Ronde, 1963.

Hamilton Aidan, An entirely different game. The British influence on Brazilian football, édimbourg, Mainstream, 1998.

Jacobs Claudia Silva, Duartes Fernando, Futebol exportação, Rio de Janeiro, Editora Senac Rio, 2006.

Leite Lopes José Sergio, « Le Maracanã, cœur du Brésil », Revue Sociétés & Représentations, publication de la Sorbonne, n° 7, 1998, p. 129-140.

Leite Lopes José Sergio, « La disparition de la “joie du peuple”. Notes sur la mort d’un joueur de football », Revue Actes de la recherche en sciences sociales, publication du Seuil, n° 79.9, 1989, p. 21-36.

Leite Lopes José Sergio, Faguer Jean-Pierre, « L’invention du style brésilien. Sport, journalisme et politique au Brésil », Revue Actes de la recherche en sciences sociales, publication du Seuil, n° 103.6, 1994, p. 27-35.

Lever Janet, Soccer Madness, Chicago, University of Chicago Press, 1983.

Manhães Eduardo Dias, Política de esportes no Brasil, Sao Paulo, Editora Paz e Terra, 2002.

Mazzoni Tomaz, História do Futebol no Brazil (1894-1945), São Paulo, Leia, 1950.

Pereira Leonardo Affonso de Miranda, Footballmania. Uma história social do Futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 2000.

Raspaud Michel, Histoire du football au Brésil, Paris, Chandeigne, 2010.

Silva Francisco Carlos Teixeira, Santos Ricardo Pinto dos, Memória social dos esportes. Futebol e política: a construção de uma identidade nacional, vol. 2, Rio de Janeiro, Mauad Editora-FAPERJ, 2006.

Théry Hervé, « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », M@ppemonde, n° 81.1, 2006 (http://mappemonde.mgm.fr/hum9/articles/art06103.html).

Valverde Rodrigo, « Supporters et espace public à Rio de Janeiro », Histoire&Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, n° 18-19, 2006, p. 206-220.

Uruguay

Giulianotti Richard, « Built by the Two Valeras: Football Culture and National Identity in Uruguay », Culture, Sport, Society, n° 2.3, 2000, p. 134-154.

Dietschy Paul, « Le triomphe du modèle uruguayen : la première Coupe du monde de football », in Paul Dietschy, Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane, Histoire politique des Coupes du monde de football, Paris, Vuibert, 2006, p. 33-56.

Krotee March L., « The Rise and Demise of Sport: A Reflection of Uruguayan Society », in Richard D Lambert, Alan W. Heston, James H. Frey (dir.), Contemporary Issues in Sport, “The Annals of the American Academy of Political and Social Science”, Philadelphie, 1979, p. 141-154.

Autres pays d’Amérique du Sud

Mason Tony, « The Bogota Affair », in John Bale, Joseph Maguire (dir.), The Global Sports Arena: Athletic Talent Migration in an Independent World, Londres, Frank Cass, 1994, p. 63-67.

Mildenberger Florian, « Die Angst des Diktators vorm Elfmeter. Sport und Politik bei der Fussballweltmeisterschaft 1974 », Zeitschrift Sozial- und Zeitgeschichte des Sports, n° 14.1, 2000, p. 57-65.

Peláez Restrepo Hernan, Nuestro fútbol 1948-1976, Bogota, Renteria, 1976.

Wood David, « Reading the Game: The Role of Football in Peruvian Literature », The International Journal of the History of Sport, n° 23.2, 2005, p. 266-284.

Amérique centrale

Guzman Juan Antonio, Historia del Fútbol de Guatemala, Guatemala, s.éd., 1953.

Martz Mary Jeanne Reid, Central American Soccer War: Historical Patterns and International Dynamics of OAS Settlement Procedures, Athens (Ohio), Ohio State University Centre for International Studies, 1978.

Rouquie Alain, « Honduras-El Salvador, la guerre des cent heures, un cas de “désintégration régionale” », Revue française de science politique, n° 21-6, 1971, p. 1290-1316.

Haut de page

Notes

1 Voir http://www.conmebol.com/es/libros

2 La traduction du terme anglais originel en langue vernaculaire dans les sociétés argentine et brésilienne précède d’au moins une quinzaine d’années celle opérée en Espagne, en Allemagne (Fussball) et en Italie (Calcio) qui n’intervient que vers 1906-1907.

3 Selon l’expression employée par Henry Fern en 1953 dans « Britain’s Informal Empire in Argentina, 1806-1914 », Past & Present, n° 4, p. 60-75, développée en 1960 dans Britain and Argentina in the nineteenth century, Oxford, Clarendon Press, systématisée par John Gallagher et Ronald Robinson dans « The Imperialism of Free Trade », The Economic History Review, n° 1, 1953, p. 1-15, approfondie et discutée par Peter Cain et Antony Hopkins dans le chapitre « Calling the New World into Existence: South America, 1815-1914 » dans British Imperialism: Innovation and Expansion 1688-1914, Londres, Longman, 1993, p. 276-315. Voir aussi Matthew Brown (dir.), Informal Empire in Latin America: Culture, Commerce and Capital, Oxford, Wiley-Blackwell, 2008.

4 Dans ce cadre, on peut situer l’entrée définitive dans l’ère des rivalités nationales à l’année 1920, lorsque les gouvernements français, belge et britannique exigent de leur comité olympique respectif qu’ils interdisent aux athlètes des anciennes puissances centrales (l’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie) la participation aux Jeux olympiques d’Anvers. Les sportifs deviennent dès lors les représentants d’une nation plus que des compétiteurs individuels.

5 Voir Olivier Compagnon, L’Adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, coll. « L’épreuve de l’histoire », 2013. Selon l’auteur, « alors que les élites latino-américaines se nourrissaient presque exclusivement de référents européens depuis les Indépendances et avaient traversé la Belle Époque convaincues que le cœur de la civilisation se trouvait quelque part entre Paris, Londres et Berlin, elles remettent en cause la culture cosmopolite dont elles étaient les dépositaires et développent une réflexion au long cours, destinée à fonder une nouvelle identité nationale ou continentale qui serait émancipée de “ modèles ” européens désormais considérés comme obsolètes et inadaptés aux réalités sociologiques de l’Amérique latine » (p. 14).

6 Craignant de perdre leur influence au sein de la Fifa en raison des affiliations des nouveaux pays indépendants, les fédérations européennes se constituent en confédération en 1954, sur le modèle de la CONMEBOL. À la différence de cette dernière, l’UEFA n’organise un tournoi entre ses équipes nationales que tous les quatre ans ; les deux premières éditions, en 1960 et 1964, prennent le nom de « Coupe européenne des nations », la dénomination aujourd’hui en vigueur de « Championnat d’Europe des nations » n’apparaissant qu’en 1968. De même, sa compétition phare, l’actuelle Ligue des champions, se nomme jusqu’en 1992 « Coupe des clubs champions européens ». Sur ce refus d’affirmer une dimension européenne, sinon européiste, voir Fabien Archambault, « La difficile gestation d’une Europe du football dans les années 1950 », in Pamela Anastasio, Charles Bossu (dir.), Facciamo l’Europa. Aspetti dell’integrazione culturale europea (1957-2007), Rome, Unione Internazionale degli Istituti di Archeologia, Storia e Storia dell’Arte in Roma, 2012, p. 85-96. Consultable en ligne : http://www.unioneinternazionale.it/facciamoleuropa/index.html

7 Olivier Compagnon, op. cit., p. 22.

8 Les clubs champions d’Amérique du Sud ont remporté 22 victoires, les clubs européens 21.

9 Seules quatre équipes du Vieux Continent et de second plan (la France, la Belgique, la Yougoslavie et la Roumanie) ont fait le déplacement. L’absence des autres peut s’expliquer d’abord par le poids de l’amateurisme. Au congrès de la Fifa tenu à Amsterdam en 1928, cinq des 28 fédérations avaient voté contre la création d’une Coupe du monde ouverte aux joueurs professionnels : il s’agissait des pays scandinaves ou balte (Danemark, Finlande, Norvège, Suède et Estonie) ; logiquement, ils ne se déplacent pas et sont imités par d’autres pays où le football est encore officiellement amateur (Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Portugal). En Italie, ce sont les clubs professionnels qui ne voient pas d’un bon œil l’éloignement pendant plusieurs semaines de leurs meilleurs joueurs, tandis que le régime fasciste semble avoir tenté d’organiser une compétition concurrente avec les nations d’Europe centrale où il essaye d’étendre son influence diplomatique (Autriche, Hongrie, Tchécoslovaquie, Suisse) [Dietschy, 2006]. Enfin, les nations britanniques, qui ont quitté la Fifa en 1920, s’en tiennent à leur « splendide isolement ».

10 Jules Rimet, Histoire merveilleuse de la Coupe du monde, Monaco, Union européenne d’édition, 1954, p. 72.

11 En 1930, les matchs de l’Uruguay attirent en moyenne 100 000 spectateurs ; en 1950, ceux du Brésil 126 000. En Europe, en 1934, 1938, 1954 et 1958, l’affluence moyenne ne dépassa jamais 20 000 personnes par match.

12 Par exemple, en 1990, les présidents brésilien, argentin et uruguayen tinrent à se manifester publiquement à l’occasion du Mondial italien : Fernando Collor de Mello rendit visite à la sélection nationale en tenue de joueur pour tester le gardien Taffarel à l’exercice des tirs au but ; Carlos Menem donna régulièrement son avis sur la composition de la liste des 23 joueurs que devait convoquer le sélectionneur Carlos Bilardo ; enfin les ambassadeurs uruguayens en Europe reçurent des consignes pour répliquer aux accusations d’antijeu qui visaient la Céleste.

13 Le capitaine argentin fut expulsé lors du match Angleterre-Argentine, le public de Wembley stigmatisant les « bouchers » et autres « bêtes sauvages » venus de la pampa. Le Brésil quant à lui, victime du jeu dur lors de ses trois matchs dans le groupe de qualification, ce qui provoqua notamment la blessure de Pelé, s’en prit à Stanley Rous, le président anglais de la Fifa, accusé d’avoir choisi sept arbitres et juges de touche anglais (sur neuf) qui laissèrent faire afin d’éliminer un concurrent sérieux.

14 Voir Matthew Taylor, The Leaguers. The Making of Professional Football in England, 1900-1939, Liverpool, Liverpool University Press, 2005.

15 Voir par exemple Alfred Wahl, « Le footballeur français : de l’amateurisme au salariat (1890-1926) », Le Mouvement social, n° 135, 1986, p. 7-30.

16 Voir http://www.federacionvenezolanadefutbol.org/ve/index.php/2013-03-30-17-58-47/historia

17 Ce système, qui pouvait entraîner des bizarreries comme la relégation en deuxième division d’un club qui venait d’être sacré champion, est entré en crise en 2011 lorsque River Plate n’a pu échapper à la descente, ce qu’il était justement censé éviter. De nouvelles règles sont à l’étude, notamment la fusion des première et deuxième division, ou la suppression pure et simple des relégations, ce qui montre le poids persistant du modèle de la ligue fermée.

18 Depuis 1993, le Mexique est régulièrement invité à participer à la Copa Américana, une seconde nation de la CONCACAF l’accompagnant, que ce soit le Honduras, le Costa-Rica ou les États-Unis (en 1993, 1995 et 2007). De même, depuis 1998, deux puis trois clubs mexicains prennent part chaque année à la Copa Libertadores.

19 Par exemple, en 1955, le père Volpi, ancien entraîneur de l’équipe de football d’un patronage florentin en mission au Chili, repère un joueur argentin du club de l’Universidad Católica, Miguel Angel Montuori, et le recommande chaudement à l’un de ses amis, Luciano Giachetti, directeur sportif de la Fiorentina. Voir Fabien Archambault, Le Contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, Rome, École française de Rome, coll. « BEFAR n° 349 », 2012, p. 314-315.

20 Dans les années 1930 déjà, les deux finalistes de la première Coupe du monde avaient été pillés par l’Italie, l’Uruguayen Miguel Andreolo et les Argentins Raimondo Orsi, Luisito Monti et Enrique Guaita formant l’ossature de la Squadra Azzurra double championne du monde et championne olympique. Le régime de Mussolini considérait ces descendants d’émigrés italiens comme des « rapatriés » (« rimpatriati »). Face à la menace de perdre leurs meilleurs joueurs, l’Argentine n’envoie qu’une équipe de troisième zone à la Coupe du monde organisée en Italie en 1934, tandis que l’Uruguay renonce à défendre son titre. En 1938, les deux nations ne se déplacent pas non plus pour la Coupe du monde française.

21 Pour l’URSS et ses alliés, il s’agissait d’empêcher les transfuges à l’Ouest de porter les couleurs de leur nouveau pays, à l’instar des Hongrois László Kubala et Ferenc Puskás en Espagne.

22 Voir Pierre Lanfranchi, Alfred Wahl, Les Footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette, coll. « La vie quotidienne », 1995.

23 Ainsi, en 1958, la délégation qui accompagne l’équipe nationale en Suède pour la Coupe du monde comporte un médecin, un dentiste et un psychologue ; celle de 1966 en Angleterre y ajoute un masseur. Il s’agissait là d’innovations, vite imitées par les Européens. Autre exemple : en 1970, pour la Coupe du monde mexicaine, le Brésil fut le seul participant à intégrer la question de l’altitude : les joueurs arrivèrent cinq semaines avant le début de la compétition pour s’y entraîner en gagnant progressivement en altitude (1 680 m dans un premier temps, puis 2 050 m).

24 Voir également le site Internet : http://www.efdeportes.com

25 Le statut de socio, très répandu en Amérique latine, implique le paiement mensuel d’une somme au club contre le droit de prendre part aux décisions internes au club : élection ou licenciement du président du club, vote du budget, etc.

26 Voir Christian Bromberger, Le Match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995.

27 Voir par exemple l’article d’Alejandro Catterberg paru dans La Nación le 7 février 2013 (disponible sur le site Internet de Courrier international : http://www.courrierinternational.com/article/2013/02/07/au-foot-cristina-kirchner-la-joue-perso).

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’équipe nationale argentine lors de la Copa América de 1916
Crédits (droits réservés)
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2963/img-1.png
Fichier image/png, 535k
Titre La sélection nationale uruguayenne victorieuse du tournoi des Jeux olympiques de Paris en 1924
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2963/img-2.png
Fichier image/png, 241k
Titre Côte à côte lors du Mundial argentin de 1978, le général Videla et João Havelange
Crédits Droits réservés
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2963/img-3.png
Fichier image/png, 190k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Archambault, « Le continent du football », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/2963 ; DOI : 10.4000/cal.2963

Haut de page

Auteur

Fabien Archambault

Université de Limoges / CRIHAM – EA 4270 / CHCSC – EA 2448.

Ancien élève de l’ENS de Fontenay – Saint-Cloud et ancien membre de l’École française de Rome, Fabien Archambault est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Limoges, membre du Centre de recherches interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM – EA 4270) et membre associé du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC – EA 2448). Auteur de nombreux travaux consacrés à l’histoire du sport et, plus spécifiquement, à l’histoire du football en Italie, il a récemment publié Le contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, de 1943 au tournant des années 1980 (Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org