Navigation – Plan du site
Lectures

Cynthia Ghorra-Gobin (dir.), Dictionnaire critique de la mondialisation

Marie-Noëlle Carré
p. 234-236
Référence(s) :
Cynthia Ghorra-Gobin (dir.,)Dictionnaire critique de la mondialisation Paris, Armand Colin, 2012, 648 p.

Texte intégral

1Le Dictionnaire critique de la mondialisation, refonte du Dictionnaire des mondialisations (2006), donne un nouveau souffle aux travaux sur un processus rarement nommé jusqu’aux années 1980. La nouvelle édition de cet outil est donc précieuse pour appréhender un basculement du monde aux contours mouvants, difficile à définir, et qui constitue néanmoins un incontournable de notre quotidien. Le dictionnaire étoffe considérablement la portée de son exploration, passant de 141 à 235 entrées, de 398 à 645 pages, de 40 à 72 collaborateurs. Il prend aussi de la distance avec le positionnement scientifique adopté dans l’ouvrage précédent.

2Les deux introductions, celle de 2006 et celle de 2013, disposées en miroir au début de l’ouvrage rendent compte du chemin parcouru. La première version avait vocation à montrer la multiplicité des approches de la mondialisation en rassemblant des points de vue scientifiques d’horizons divers, à éclaircir l’ambiguïté sémantique du terme, les paradoxes des fondamentaux de la gouvernance et appréhender l’interdépendance et les interférences entre deux types d’espaces (monde et territoire). En relisant les intenses transformations du monde au prisme de la recherche en sciences sociales en France, le Dictionnaire critique de la mondialisation propose, d’emblée, un autre cheminement. Il entre dans la matérialité du concept initial, et en propose une triple ramification, poussant dans leurs retranchements, d’entrée en entrée, globalisation, mondialisation, et planétarisation.

3Les premières pages donnent des clés de navigation dans des articles concis, amendés de ressources bibliographiques qui privilégient la recherche française sur le sujet. Le dictionnaire entend ainsi disséquer, respectivement, les mutations récentes du capitalisme, les enjeux d’une nouvelle échelle à laquelle raisonnent les acteurs pour élaborer des stratégies, celle du monde, et enfin la prise de conscience de la finitude des écosystèmes. À la manière de la Marelle, de Cortázar, ce sont donc différents récits de la mondialisation qui se dessinent peu au peu, au fil des renvois et de la lecture. Une soixantaine d’entrées problématisées, plus longues que les autres, reprennent le schéma adopté dans l’édition de 2006, permettant de cerner des enjeux plus saillants (géolocalisation, écoumène, etc.). Elles entendent souligner des inflexions, et des débats, encore non résolus, et liés aux mutations qu’engendre la mondialisation.

4Ces trajectoires sont-elles pour autant si hermétiques les unes d’avec les autres ? D’une part, les différentes entrées du dictionnaire et surtout leurs renvois soulignent leur étroite imbrication. Insensiblement, on glisse de la mondialisation, vers la globalisation et la planétarisation et vice-versa : ces frontières poreuses mettent en évidence qu’il est nécessaire d’adopter une approche systémique pour bien comprendre tous les enjeux du processus. D’ailleurs, c’est en termes de « chaînon manquant » que Cynthia Ghorra-Gobin introduit l’un des enjeux de l’ouvrage, celui de mieux comprendre la place de l’économie et de l’intégration globale dans la production de la pauvreté à l’échelle mondiale. Mais cet ouvrage prend aussi à bras-le-corps les mouvements contradictoires de ce système. La lettre d en est emblématique. « déréglementation », « dénationalisation », « délocalisation », des termes que l’on trouvait déjà dans la première édition, font désormais face à « décroissance » et « démondialisation », laquelle a pris le pas sur l’antimondialisation, et vient compléter l’article « altermondialisation », repris de l’édition précédente.

5Tout comme la lecture de la mondialisation proposée dans le dictionnaire, le découpage du monde esquissé, en filigrane, se fait sur un mode exploratoire et dynamique. Il ajoute sa pierre à l’édifice des différents essais d’« invention des continents » recensés depuis la géographie universelle de Conrad Malte-Brun. La division que l’ouvrage donne à lire prend acte du poids croissant des réseaux dans la redéfinition des contours du monde. Ce bouleversement conduit parfois à la tentation de l’hybridité où, de la carte et de la terre ferme, on ne sait plus distinguer la virtualité de la matérialité. Ainsi en va-t-il de l’anglosphère, faite de cercles concentriques de pays qui se différencient ou se rassemblent en fonction de leur degré de maîtrise de la langue. C’est aussi le cas de la Chinamérique, assemblage transocéanique solidement arrimé aux liens économiques qui unissent les deux franges continentales. Ces territoires du monde prennent parfois la forme d’une limite, à l’épaisseur variable, comme la Grande muraille verte, « réponse africaine à un drame africain : la désertification ». Barrage durable aux conséquences de la crise écologique du changement climatique, ce projet tire, depuis les années 1970, un trait d’union panafricain à mi-chemin entre la mondialisation : par son échelle, la globalisation : par les logiques économiques en jeu, la planétarisation : par les processus biogéophysiques du changement climatique en jeu. Faits de flux et en lieux, ces territoires du monde où la connectivité, plus que l’échelle, sont mis en évidence, font l’objet d’une lecture sur un mode spatio-temporel, l’entrée la plus emblématique en étant probablement celle du Printemps arabe. Mais les processus explorés dans la première édition, comme celui de l’américanisation, font aussi l’objet d’une tension. Ainsi est-elle confrontée à son pendant, la « post-Amérique », qui suggère un état dépassé de ce cœur de la mondialisation.

6Le point le plus important de ce redécoupage est celui du rapport entre l’ensemble des processus et l’affirmation d’un monde urbain. En effet, dans la mesure où le capitalisme prend pied d’abord dans les villes –  et bien que les places boursières soient toujours plus dématérialisées, c’est bien à des noms de villes qu’elles sont associées –  les processus de la mondialisation se tiennent surtout dans les villes. Gentrification, ville globale, mais aussi subprimes font le dessin d’un monde tout à la fois vigoureux et vulnérable, sur lequel pèse l’injonction de la résilience, au risque de voir son futur hypothéqué par les processus mêmes qui ont servi à bâtir sa puissance. L’ouvrage fait l’effort de rendre accessibles les clés conceptuelles et techniques de ces crises, et notamment celles, issues du monde de la finance, de la crise de 2008.

7Loin de se transformer en dictionnaire de la ville, l’ouvrage insiste davantage sur les outils dont disposent les acteurs pour parer aux difficultés auxquelles sont confrontés les espaces urbains. La question de la circulation des modèles, abordée dans la première édition, donne ici le ton à la réflexion sur la gouvernance de la mondialisation. Le dictionnaire précédent disposait déjà d’une entrée « glocal », qui renvoie davantage à une échelle qu’à un processus. Mais dans cette nouvelle version, la capacité des acteurs à se saisir des « bonnes recettes » et à les appliquer, moyennant une certaine marge de manœuvre dans leurs territoires, met en évidence que c’est bien au niveau local que le global se fait. Les trames verte et bleue, les paradis fiscaux, les clusters donnent ainsi des points d’appui au monde, avec leurs variantes locales. Au final, ce « système monde », dont Olivier Dollfus avait été l’un des pionniers explorateurs apparaît sous un tour bien plus complexe qu’à la fin des années 1990, lorsqu’il s’agissait de mettre des « mots et des choses » sur la mondialisation.

8Le parti pris franco-français de l’ouvrage, qui donne à lire une recherche vigoureuse en la matière, est complété par une riche bibliographie anglo-saxonne, pour chacune des entrées présentées. En revanche, l’ouvrage ne retrace pas les débats qui se tiennent sur la mondialisation en d’autres points du monde, cette absence tenant surtout à celle de collaborateurs en provenance d’autres foyers géographiques de controverses. Enfin, l’Amérique latine, où se situent pourtant quatre des plus grands pays émergents (Argentine, Brésil, Chili, Mexique), n’apparaît qu’en pointillés dans l’ouvrage. Les relations avec la Chine, mais aussi avec l’Afrique et l’Inde, ainsi que la consolidation des partenariats entre des chefs d’État et des gouvernements qui se réclament d’une autre forme de mondialisation pourrait bien faire l’objet d’une entrée, que ce soit au titre des modèles, ou bien du découpage du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noëlle Carré, « Cynthia Ghorra-Gobin (dir.), Dictionnaire critique de la mondialisation », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 234-236.

Référence électronique

Marie-Noëlle Carré, « Cynthia Ghorra-Gobin (dir.), Dictionnaire critique de la mondialisation », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/2919

Haut de page

Auteur

Marie-Noëlle Carré

Paris 3 –  IHEAL/CREDA –  UMR 7227
marie-noelle.carre@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org