Navigation – Plan du site
Lectures

Ceferino Reato, Disposición Final. La confession de Videla sobre los desaparecidos

Renée Fregosi
p. 230-233
Référence(s) :
Ceferino Reato, Disposición Final. La confession de Videla sobre los desaparecidos, Buenos Aires, Editorial Sudamerica, 2012, 316 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui bouscule un certain nombre d’idées reçues, dans le fond de son propos et par l’objet même de ce livre qui donne la parole à Jorge Videla et à plusieurs autres militaires et anciens militaires impliqués dans la répression sanguinaire massive de la dictature argentine de 1976-1983 – notamment le général Albano Harguindeguy, le puissant et redouté ministre de l’Intérieur de Videla. On aborde ainsi plusieurs thèmes fondamentaux et extrêmement sensibles touchant, d’une part, à la dictature elle-même, à sa définition, à ses objectifs, à ses modes de fonctionnement, à ses alliances dans différents milieux de la société argentine, et, d’autre part, à ses victimes, à leurs identités politiques, à leur nombre, aux conditions de leur disparition et à l’usage fait de leur mémoire.

2Disposición Final est le nom donné – par les responsables de la junte eux-mêmes – à la liquidation d’un certain nombre de « subversifs » constituant à leur sens la masse critique permettant de « purifier » la société argentine dans le Proceso de reorganización nacional, autodénomination de la dictature destinée à en souligner le caractère à la fois transitoire et impératif. Pour les militaires et leurs alliés civils et religieux, il s’agissait en effet « de “discipliner une société anarchisée” et de “fonder un nouveau modèle économique” pour libérer l’Argentine des “plaies” l’empêchant d’atteindre son destin manifeste : le péronisme comme “populisme démagogique” imbattable dans les urnes, le syndicalisme en tant que facteur de pouvoir “exacerbé et irrationnel”, la bourgeoise “prébendière” […] et le virus “désagrégateur et internationalisant” de la gauche enkystée dans la politique, le syndicalisme et surtout la culture » (p. 13).

3Dans le contexte actuel de nos années 2010, à la fois de forte polarisation et de politiquement correct, oser adopter ainsi une posture cognitive et donner crédit à la parole d’un dictateur relève du défi. Défi à la parole hégémonique d’une mémoire militante qui diffuse sa vision de l’histoire au-delà des frontières argentines, défi au conformisme d’une pensée politique et universitaire allergique au pluralisme des idées et à la posture critique c’est-à-dire à la volonté de comprendre les conditions de possibilité d’un phénomène aussi révoltant soit-il. Ceferino Reato se sent donc obligé de se justifier longuement au début du livre – et à plusieurs reprises ensuite – au cours de sa mise en forme des propos de Videla et d’autres acteurs du drame de la Disposición Final. La recherche de vérité historique, les précautions méthodologiques de croisements des informations, les préventions habituelles dans le traitement des témoignages directs à 30 ans de distance : tous ces éléments sont posés explicitement. Mais, en somme, comment refuser d’entendre l’acteur principal du drame lorsque celui-ci admet, reclus et au crépuscule de sa vie, sa « responsabilité cruciale, décisive, dans la méthode de la Disposición Final » ?

4Videla justifie la nécessité, selon lui, de mener la répression. À l’appui de sa thèse, il affirme tout d’abord que l’élimination des guérilleros avait commencé avant la prise du pouvoir par la junte militaire le 24 mars 1976 et, ensuite, que les techniques utilisées dataient des années 1960. La dictature s’installe en effet dans un contexte de grande violence provoquée par les guérillas urbaines et par la « Triple A » (Alliance anticommuniste argentine). Selon le journaliste Andrew Graham-Yool, « seulement dans l’année 1975, il y a eu 1 065 assassinats politiques » (p. 29) et, « à la veille du coup d’État, toutes les cinq heures se produisait un assassinat politique et toutes les trois heures explosait une bombe, selon le journal La Opinión, de Jacobo Timermann, considéré de centre-gauche » (p. 30). Le 6 octobre 1975, le gouvernement intérimaire – Isabel Perón étant momentanément éloignée de la présidence pour raison de santé – de Italo Luder promulgue des décrets qui constituent selon l’expression de Videla « une autorisation de tuer », « d’anéantir l’ennemi » (p. 133-137). La doctrine et les techniques de la guerre contre-révolutionnaire promues par l’armée française en Algérie, notamment la pratique du quadrillage du territoire et de la torture systématique, sont en fait mises en œuvre en Argentine dès 1966 sous la dictature du général Onganía, qui en fut le plus fervent promoteur (p. 83).

5Par ailleurs, Videla souligne la participation de civils au gouvernement de la junte pour partager la responsabilité des militaires y compris dans la répression (p. 31, 129, 162). Outre les milieux de l’entreprise, les militaires se targuent également du soutien d’une partie importante de la hiérarchie catholique (p. 13 et 255 notamment) et d’autres secteurs de la société – ainsi les relations ambiguës du parti communiste avec la junte, notamment fondées sur un accord commercial de poids entre l’Argentine et l’URSS (p. 261-262). Par ailleurs, les liens entre des personnages du haut commandement militaire et différents secteurs du syndicalisme péroniste sont également tout particulièrement à souligner : « Lorenzo Miguel s’entend très bien avec Massera », tandis que Casildo Herreras, secrétaire général de la CGT, avait de bonnes relations avec le clan de Videla au point qu’il promit à celui-ci que « la CGT ne se mobiliserait pas contre ce groupe de militaires (p. 117). En 1975, on parle ainsi souvent de « pacte miltaire-syndical » (p. 121 à 124).

6On notera alors une convergence paradoxale sur la caractérisation de la dictature, aujourd’hui, entre les tenants de la mémoire militante idéalisant la jeunesse des années 1970 et l’histoire officielle kirchnériste d’une part, et d’autre part, les promoteurs d’une mémoire dite procesista, qui se manifeste depuis le début des années 2000 en défense et justification du Proceso. Longtemps qualifiée de dictature « militaire » par ses opposants, elle est caractérisée désormais comme une dictature de nature « civico-militaire ». En effet, pour discréditer les secteurs de l’économie capitaliste libérale et « les profiteurs du dedans et du dehors », Kirchner associe ainsi les civils aux militaires et utilise dès le début des années 2000 le terme de « civico-militaire ».

7Complexité des liens entre militaires et civils donc, mais également divergences – voire antagonisme – au sein même des forces armées. La distinction entre différents groupes au cœur du pouvoir se manifestera notamment eu égard aux stratégies de sortie de la dictature (p. 209-2014) : « selon Videla, certains de ses camarades, les “perfectionnistes” voulaient que le Proceso continue sans changement » (p. 214), tandis que Videla souhaitait sans parvenir à l’imposer une transition « à travers un dialogue politique par secteurs pour « instaurer, le moment venu, une authentique démocratie républicaine pluraliste » (p. 209). « Mais le conflit le plus grave » se développait, selon Yofre, « entre ceux qui se présentaient comme les “héritiers” du régime » – notamment au travers de l’affrontement entre l’amiral Emilio Massera et le binôme formé par Videla et le général Roberto Viola (p. 214). Ces conflits internes à la dictature allèrent même jusqu’à « des séquestrations, assassinats et disparitions » selon « les méthodes qui avaient servi à “annihiler” les guérilleros » (p. 215). Ceferino Reato rappelle ainsi les cas d’Hector Hidalgo Sóla, d’Elena Holmberg et d’Oscar Smith (p. 216-224) et montre bien que la dictature argentine ne fut jamais unifiée au contraire de ce que réussit à faire Pinochet au Chili.

8Y compris pour mener la répression, les trois armes principales des forces armées avaient donc une certaine autonomie. Certes, les forces terrestres assumèrent indéniablement « la responsabilité première de la lutte contre la guérilla », mais leur pouvoir était décentralisé « suivant la distribution des “corps” de [cette] force » répartis sur « le territoire argentin en cinq zones géographiques » (p. 34). Par ailleurs, les tâches étaient réparties en fonctions des différentes « cibles » : la Marine « se spécialisa dans la lutte contre les Montoneros » tandis que l’ERP, davantage militarisée, revenait à l’Armée de terre (p. 145). Si la répression était bien organisée et coordonnée par le haut commandement des forces armées, il ne pouvait cependant y « avoir un registre des disparus au niveau national parce que le chef de chaque zone n’avait “absolument pas” l’obligation d’informer la tête de l’Armée de terre ni le gouvernement de chaque personne qu’il avait fait disparaître » (p. 99).

9Ainsi, en dépit de la résonance du terme avec la solution finale, il n’y eut pas de conférence de Wannsee pour mettre au point les modalités pratiques de la répression militaire dans la Disposición Final. « La décision sur quoi faire avec les prisonniers était dans les mains de chacune des armes des Forces armées » (p. 62), mais la disparition fit de fait consensus parmi les bourreaux sur le terrain ; « ces milliers de prisonniers “irrécupérables” ne pouvaient ni être fusillés ni remis à la justice ni encore moins être libérés, puisqu’ils auraient repris les armes ou auraient recommencé à remettre en question ou à affronter la dictature, le concept de “subversif” utilisé par les chefs militaires étant large, élastique, discrétionnaire, ne se limitant pas à ceux qui prenaient les armes » (p. 53). Une différence fondamentale distingue en effet les dictatures de Onganía et de Videla : la pratique massive de la disparition comme aboutissement du processus de l’enlèvement, la réclusion d’un lieu secret et la torture. Jusque-là, les dictatures torturaient, mais après quelques jours terribles, les prisonniers finissaient par être laissés en paix – voire relâchés. La capture était rarement fatale. Or cette « nouveauté » de la disparition ne fut en fait jamais intégrée réellement par les guérillas et notamment par Mario Firmenich, chef des Montoneros, qui continuèrent à envoyer en masse des militants tomber entre les mains des militaires (p. 91).

10La question des disparus implique alors de prendre en compte une complexité qui oblige non seulement à la condamnation radicale de la dictature, mais aussi à un regard critique sur ses opposants. Pour ce qui relève des chiffres, après les 8 961 du rapport Nunca Más puis les 13 000 recensés jusqu’en 2003 par la Secretaría de Derechos Humanos de la Nación Argentina, le chiffre mythique des 30 000 disparus avancé par les Mères de la place de Mai (tendance Hebe de Bonafini) devrait tomber de lui-même. « Si le gouvernement avait la volonté de mener des recherches sur ce qui est arrivé à chacune des victimes de la Disposición Final, les paroles inédites de Videla et d’autres militaires et ex-militaires leur offriraient des pistes fiables sur la direction où chercher. […] Le problème, pour le kirchnérisme et pour les organisations des droits de l’Homme les plus sonores, c’est que ce relevé [des victimes] les obligerait probablement à reconnaître que le nombre total des victimes avoisine plutôt les 7 000 ou 8 000 personnes auxquelles se réfère Videla [quelques mois avant sa mort]. Ce chiffre est davantage en rapport avec une source insoupçonnable : le nombre de victimes de la dictature qui ont été indemnisées, à travers leurs familiers, et qui peut difficilement augmenter de façon significative à presque 30 ans du retour de la démocratie » (p. 278-279).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renée Fregosi, « Ceferino Reato, Disposición Final. La confession de Videla sobre los desaparecidos », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 230-233.

Référence électronique

Renée Fregosi, « Ceferino Reato, Disposición Final. La confession de Videla sobre los desaparecidos », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/2917

Haut de page

Auteur

Renée Fregosi

Paris-3 – IHEAL/CREDA – UMR 7227
renee.fregosi@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org