Navigation – Plan du site
Lectures

Yves d’Évreux,Voyage au nord du Brésil (1615)

Géraldine Méret
p. 222-224
Référence(s) :
Yves d’Évreux, Voyage au nord du Brésil (1615), Édition critique établie par Franz Obermeier, Kiel, Westensee Verlag, Die Deutsche Bibliothek, coll. « Fontes Americanae », 2012, 440 p.

Texte intégral

1L’édition proposée par Franz Obermeier du livre du père capucin Yves d’Évreux, dans la collection « Fontes Americanae » de la Deutsche Bibliothek, vient combler un vide bibliographique conséquent, puisqu’il s’agit de la première édition complète de cet ouvrage près de 400 ans après sa première impression. Le livre du père Yves d’Évreux, originairement intitulé Suitte de l’Histoire des choses plus memorables advenues en Maragnan és années 1613 et 1614, imprimé à Paris en 1615, reste encore très largement méconnu et sa lecture demeure limitée à un cercle restreint de spécialistes, en grande partie du fait de la difficulté à se le procurer. L’édition de Franz Obermeier devrait donc permettre de rendre enfin plus accessible ce texte, d’un grand intérêt historique, historiographique et ethnographique, mais aussi linguistique et littéraire. Au-delà de l’effort de divulgation d’un texte trop longtemps réservé aux seuls spécialistes, il faut saluer le travail d’édition et d’annotation proposé par Franz Obermeier, grand connaisseur de la mission française d’évangélisation du Maranhão, au nord-est du Brésil, dans les années 1612-1614, et notamment des écrits laissés par les pères capucins Claude d’Abbeville et Yves d’Évreux, auxquels il a consacré plusieurs études.

2Yves d’Évreux, religieux de l’ordre des capucins est, avec son coreligionnaire Claude d’Abbeville, l’un des principaux témoins de la dernière tentative française d’implantation coloniale et missionnaire au Brésil, de mars 1612 à novembre 1615. L’un des quatre capucins dont la présence faisait de l’expédition coloniale française une mission d’évangélisation, le père Yves a, comme le père Claude un an avant lui, consigné par écrit les progrès de l’évangélisation des Indiens et de l’implantation de la colonie. Son texte ne redouble pas l’Histoire de la mission des Pères Capucins en l’Isle de Maragnan et terres circonvoisines de Claude d’Abbeville, mais la poursuit et la complète, grâce aux nombreuses observations permises par un séjour plus long parmi les Indiens Tupinambas, au sein de la faune et de la flore du littoral du nord-est du Brésil.

3L’édition proposée par Franz Obermeier est le fruit d’un travail minutieux de présentation et d’annotations, mais aussi d’établissement du texte original ce qui, dans le cas du livre d’Yves d’Évreux, relève presque de la gageure. La Suitte de l’Histoire des choses plus memorables advenues en Maragnan és années 1613 et 1614, a en effet connu un destin éditorial des plus singuliers. Le livre, imprimé en 1615 par François Huby – imprimeur-libraire reconnu qui avait déjà publié l’Histoire de la mission des Pères Capucins en l’Isle de Maragnan et terres circonvoisines du père Claude d’Abbeville un an auparavant –, a en effet été volontairement détruit dans les ateliers mêmes de l’imprimeur, comme nous l’apprend la Préface « Au Roy » insérée par François de Rasilly. Cette préface imprimée, qui figure pourtant dans les deux exemplaires aujourd’hui conservés, évoque un unique exemplaire sauvé de la destruction totale mais déjà endommagé, quelques pages ayant été lacérées du fait de cette « censure ». Il n’existe pas aujourd’hui d’exemplaire complet connu du livre d’Yves d’Évreux. Les deux exemplaires qui nous sont parvenus, l’un conservé à la Bibliothèque nationale de France, l’autre à la New York Public Library, s’ils sont tous deux lacunaires, proposent toutefois des versions plus ou moins intègres du texte du père Yves. L’exemplaire aujourd’hui conservé à New York est plus complet que celui de Paris, auquel manquent davantage de feuillets, ce qui fait dire à Franz Obermeier que le texte du capucin aurait connu une double censure, dont la seconde serait de la main même de François de Rasilly, soucieux de présenter au Roi et à la cour une version allégée de tout ce qui pourrait les choquer ou les contrarier. Cette hypothèse, plus que vraisemblable, est cependant parfois développée par Franz Obermeier de façon quelque peu péremptoire, alors qu’elle ne permet pas de résoudre tous les problèmes posés par ce texte, en particulier l’existence d’une double préface et de plusieurs exemplaires – on sait qu’il existait au moins un troisième exemplaire, disparu durant la Seconde Guerre mondiale.

4L’édition proposée par Obermeier s’appuie sur l’édition établie par Ferdinand Denis, qui avait redécouvert le texte dans la Bibliothèque du roi à Paris en 1835 et l’avait publié en 1864, dans une édition commentée, avec un nouveau titre, Voyage au nord du Brésil. Franz Obermeier reprend ce titre, qui permet de dissocier l’œuvre d’Yves d’Évreux de celle de son prédécesseur Claude d’Abbeville, à laquelle elle reste trop souvent associée en tant que « Suitte », et complète cette édition – jusqu’à présent la seule édition intégrale disponible – en y insérant les passages contenus dans l’exemplaire de New York, absents de l’exemplaire conservé à Paris. La restitution est donc la plus fidèle possible, signalant par des changements typographiques les passages qui ne figurent que dans l’exemplaire de New York, allant jusqu’à maintenir la graphie originale, souvent archaïsante et à conserver dans son texte la pagination de l’édition Ferdinand Denis, celle-ci faisant référence dans tous les travaux antérieurs sur le texte.

5Ce souci d’exhaustivité est peut-être d’ailleurs le principal défaut de l’édition du chercheur allemand, dans la mesure où il limite la lecture de ce texte à un public de spécialistes que ne rebutent pas l’absence de distinction graphique entre les u et les v, les i et les j, l’emploi des tildes pour abréger les consonnes nasales, ni surtout la mise en page du texte, avec des marges très étroites et des titres de chapitre ne bénéficiant d’aucune mise en valeur typographique. Le plus inconfortable à la lecture reste cependant les ruptures introduites par le rappel de la pagination de Ferdinand Denis, qui se surajoute à celles de l’édition actuelle et coupent ainsi fréquemment des phrases, voire des mots. L’édition d’Obermeier fait donc passer le confort de la lecture après le sérieux scientifique, quant à lui irréprochable.

6L’introduction, que l’auteur de langue maternelle allemande a fait l’effort d’écrire en français, résume efficacement les différents problèmes soulevés par le texte, proposant notamment une synthèse bibliographique analysant non seulement le destin éditorial singulier de l’œuvre du capucin et les raisons qui ont pu mener à l’état actuel du texte, mais aussi la façon dont ce livre a ensuite été cité et étudié, par les bibliophiles comme par les chercheurs. Obermeier pointe avec justesse l’intérêt des observations du capucin sur une société indienne alors en pleine transformation, du fait des contacts répétés avec les Européens et des contraintes même indirectes que la présence européenne a pu faire peser sur les sociétés indiennes présentes sur le littoral de l’actuel Maranhão, dans le nord-est du Brésil. Cette situation éphémère, équilibre très précaire que les écrits du missionnaire capucin ont en quelque sorte pris sur le vif, a longtemps été la cause du désintérêt des anthropologues (à l’exception notable d’Alfred Métraux et Hélène Clastres) et des historiens pour cette œuvre, qui ne permettait pas d’accéder à un état « originel » des sociétés Tupi-Guaranis, tel que les récits des premiers contacts pouvaient le laisser entrevoir. Elle est pourtant le témoignage précieux de ces transformations progressives qui ont affecté le Nouveau Monde et de ces ajustements réciproques indissociables des processus de colonisation.

7Le travail de Franz Obermeier se signale également par l’excellente mise en situation du texte du père Yves par rapport non seulement aux auteurs qui l’ont précédé, mais aussi à ses contemporains et à la situation politique de l’époque, soulignant des traits de l’œuvre du capucin que l’on retrouve ensuite chez des auteurs postérieurs. L’étude attentive de M. Obermeier permet ainsi non seulement de discerner ce qui, dans le texte du père Yves, est caractéristique de son époque, voire relève du dialogue avec d’autres œuvres, et ce qui le distingue et le rend original. La parfaite connaissance que Franz Obermeier a du sujet permet en outre de bénéficier de son travail minutieux de recoupements des diverses sources disponibles sur l’entreprise missionnaire du Maranhão, notamment de ses nombreuses recherches parmi les sources portugaises, permettant de compléter, de confirmer ou de nuancer les écrits du capucin dans les nombreuses notes qui enrichissent l’ouvrage. Enfin, la bibliographie fournie par Franz Obermeier, particulièrement à jour, est un excellent outil de travail, se limitant aux sources et aux ouvrages critiques essentiels, lesquels y figurent cependant tous sans exception. Il convient également de signaler l’effort réalisé pour recenser les versions électroniques disponibles des textes cités dans sa bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Méret, « Yves d’Évreux,Voyage au nord du Brésil (1615) », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 222-224.

Référence électronique

Géraldine Méret, « Yves d’Évreux,Voyage au nord du Brésil (1615) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/2908

Haut de page

Auteur

Géraldine Méret

Mondes Américains – UMR CNRS/EHESS, Université de Genève
geraldine.meret@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org