Navigation – Plan du site
Etudes

L’émigration des réfugiés espagnols de France au Mexique. Les relations franco-mexicaines 1939-1942

Claudia Dávila Valdés
p. 163-182

Résumés

Entre 1939 et 1942, les gouvernements français et mexicain ont maintenu des relations diplomatiques presque exclusivement dans le but d’organiser le ravitaillement et la réémigration au Mexique des réfugiés de la guerre civile espagnole qui se trouvaient en France. On peut distinguer deux étapes dans ces relations. La première a vu, en 1939, l’organisation de trois expéditions collectives. La seconde est liée à l’Accord franco-mexicain de 1940 dont les résultats n’eurent pas grand-chose à voir avec les objectifs initiaux. Cette dernière va se terminer en novembre 1942, quand le Mexique prend la décision de rompre les relations avec le gouvernement français, mettant ainsi fin à l’aide que la légation mexicaine en France avait donnée aux réfugiés depuis la fin de la guerre civile espagnole.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

réfugiés, diplomatie

Keywords :

refugees, diplomacy

Palabras claves :

refugiados, diplomacia

Index géographique :

Mexique, France, Espagne
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il est difficile d’établir avec exactitude le nombre exact d’Espagnols qui ont quitté leur pays pou (...)

1À la fin de la guerre civile espagnole, près d’un demi-million1 de personnes se sont vues obligées de fuir leur pays et de chercher refuge en France où la tradition d’asile était mondialement reconnue. Cependant, ces Espagnols ont découvert les ambiguïtés d’un pays qui, dans la conjoncture précédant la Seconde Guerre mondiale, devait d’une part, préserver l’une des valeurs prônées par la Révolution française dans le cadre des droits de l’homme et, d’autre part, satisfaire les attentes nationales et les gouvernements conservateurs qui allaient s’installer après la chute du Front populaire en 1938 [Noiriel, 1998]. Dans un contexte de crise économique et politique, de renfermement et de xénophobie exaltée, le gouvernement radical d’Édouard Daladier autorisa, à contrecœur, l’entrée de la vague d’immigration la plus importante que le pays n’ait jamais vécu. Il s’agissait d’un accueil forcé, improvisé et réalisé dans des conditions déplorables. Une fois les familles séparées, les hommes étaient internés dans les camps de concentration éloignés de la frontière et les femmes, les enfants et les vieillards envoyés dans différents refuges répartis sur tout le territoire.

  • 2 Selon les données de l’archive du CTARE, environ 5 760 réfugiés sont arrivés au Mexique en 1939 dan (...)
  • 3 Le yacht Vita, qui transportait les biens du gouvernement républicain, avait été envoyé de France a (...)

2Pour sa part, le gouvernement mexicain, qui avait toujours soutenu les républicains espagnols, voyait l’opportunité d’importer une main-d’œuvre qualifiée utile dans les processus d’industrialisation nationale, ainsi qu’une importante élite intellectuelle. L’accueil de l’immigration espagnole s’est organisé dans le cadre d’une politique du gouvernement mexicain qui encourageait les réfugiés à se rendre dans le pays, tout en les soumettant à une sélection très discrétionnaire. Deux organismes ont collaboré, du point de vue logistique et économique, avec la légation mexicaine en France dans l’organisation des processus de sélection et des départs collectifs des réfugiés pour le Mexique dans deux étapes respectivement. La première, en 1939, fut la plus importante avec plus de 6 000 personnes2 et fut orchestrée par l’organisme républicain Sere (Service d’évacuation des réfugiés espagnols), de tendance communiste, avec à sa tête l’ex-président du gouvernement républicain Juan Negrín, et dont les ressources financières héritaient des vestiges du gouvernement républicain espagnol. Par la suite, entre 1941 et 1942, nous pouvons distinguer une nouvelle étape de réémigration, d’environ 2 500 réfugiés, mise en œuvre par la Junta d’aide aux réfugiés espagnols (Jare), contrepartie du Sere, de tendance socialiste, organisée par le rival politique de Negrín, Indalecio Prieto, et dont les fonds provenaient principalement de l’appropriation du trésor du yacht Vita3.

3Cet ouvrage analyse les caractéristiques des relations particulières entre le Mexique et la France dans une conjoncture internationale très spécifique, notamment de 1939 à la fin de l’année 1942. Nous partons du postulat que, malgré des différences idéologiques, le gouvernement mexicain a maintenu ses relations avec le gouvernement français presque exclusivement afin d’organiser le ravitaillement et les réémigrations collectives des réfugiés espagnols qui se trouvaient en France et qui souhaitaient partir au Mexique. Pour sa part, si le gouvernement français s’est montré ouvert aux propositions mexicaines, c’était dans le but de se débarrasser des réfugiés. Toutefois, le fort désir d’atteindre leurs objectifs n’a pas été suffisant car le contexte national et international a déterminé très fortement le résultat de leurs actions.

La réémigration collective avec le Sere

  • 4 MAE, Lettre n° 89 du 29 juin 1939 du ministre de France au Mexique au ministre des Affaires étrangè (...)

4Pour résoudre le problème du grand nombre de réfugiés espagnols qui se trouvaient en territoire français, le gouvernement n’avait tout d’abord que deux options : le rapatriement volontaire et la réémigration vers un tiers pays. Le Mexique étant l’un des rares pays à les accepter, le gouvernement mexicain a entamé une série de démarches auprès du gouvernement français pour organiser la réémigration des réfugiés. Il y avait cependant une certaine méfiance vis-à-vis de la vision « humanitaire » du gouvernement mexicain d’accueillir les réfugiés. Pour les autorités françaises, le geste répondait plutôt au désir de voir les richesses républicaines, « qu’on évalue à 30 ou 40 millions de dollars », être investies au Mexique à travers les organismes républicains d’aide aux réfugiés4.

  • 5 Bassols est considéré comme un communiste très ancré sur ses idées politiques [Matesanz, 2000, p. 1 (...)
  • 6 AHGE, 111-2394-15, Mémorandum du Sere, fait à Paris en février 1940.
  • 7 Pour mettre l’accent sur les facilités octroyées au gouvernement mexicain, nous pouvons comparer ce (...)

5La mise en œuvre du projet de réémigration des réfugiés au Mexique revêtait un caractère spécial en ce qui concerne les démarches administratives mexicaines en matière d’immigration. En effet, ce n’était plus le ministère de l’Intérieur qui autorisait l’entrée de ces ressortissants, comme d’ordinaire, mais Narciso Bassols5, ministre de la légation du Mexique en France, qui décidait de manière plus au moins autonome, qui seraient les réfugiés sélectionnés pour se rendre au Mexique. Pour organiser la réémigration, Bassols, en accord avec Negrín, procéda « à la création, “par les soins de la légation du Mexique”, d’un organisme réunissant les représentants de tous les partis et organisations syndicales de l’ancien bloc gouvernemental de la République espagnole, appelé Service pour l’évacuation des réfugiés espagnols »6. Le fonctionnement de ce bureau était autorisé par le gouvernement de Daladier7. Les membres et fonctionnaires du Sere recevaient alors une pièce d’identité délivrée par la légation du Mexique et validée par le gouvernement français. Ce document était revêtu, lors de la demande de la légation même, d’un visa spécial signé par le ministre de l’Intérieur avec le cachet officiel de la sûreté nationale. Il s’agissait d’un permis de séjour pour Paris valable trois mois, ainsi que d’un laissez-passer leur permettant de visiter les camps de concentration afin de procéder à la sélection des Espagnols républicains qui pourraient se rendre au Mexique.

  • 8 AHGE, 111-2394-15, Mémorandum du Sere fait à Paris en février 1940.

6Pour éviter les problèmes liés à l’acceptation des anciens passeports républicains espagnols, le Sere « remettait à tout émigrant âgé de plus de 12 ans une “feuille de filiation” dont le texte fût établi en accord entre les autorités françaises et le S.E.R.E ». Dans cette « feuille » se trouvaient le visa du pays de destination et le visa de sortie de France8. Une fois obtenus la déclaration d’emigrable et le visa mexicain, la légation du Mexique demandait aux autorités françaises le permis de sortie du camp des réfugiés sélectionnés afin de leur remettre leurs papiers.

  • 9 ALMF, 341-2, Lettre du 10 mars 1939 de la Direction politique du MAE de France à la légation du Mex (...)
  • 10 CTARE, Secc. Estadística, Exp. 6033-6036 « Sinaia », 6015-6018 « Ipanema », 6022-6023 « Mexique ».

7Les voyageurs individuels devaient se rendre à la capitale et, pour les expéditions collectives, Georges Bonnet, ministre des Affaires étrangères informait la légation que les réfugiés pouvaient « être dirigés par les soins des Autorités françaises vers un port d’embarquement ou groupés dans un camp spécial en attendant leur départ »9. En ce qui concerne l’acheminement au Mexique, Bassols avait négocié avec Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur en France, la possibilité d’obtenir une importante coopération, ainsi que la médiation française auprès du gouvernement anglais car, à cette époque, les relations diplomatiques entre le Mexique et l’Angleterre étaient suspendues en raison de la nationalisation de l’industrie pétrolière en 1938. Trois expéditions collectives ont embarqué sur le Sinaia, l’Ipanema et le Mexique, représentant plus de 4 600 personnes10.

8Dans cette convergence d’intérêts, les relations se sont déroulées de manière très cordiale. Toutefois, fin 1939, nous observons un léger changement dans les libertés accordées au gouvernement mexicain. La Seconde Guerre mondiale ayant commencé, les autorités françaises ont pris des mesures pour restreindre les déplacements à l’intérieur du pays et les réémigrations des réfugiés sélectionnés. La France ne voulait plus se défaire des réfugiés espagnols qui se trouvaient concentrés dans les camps et dont elle tirait profit. Le travail des réfugiés en France était devenu obligatoire, en raison de la pénurie de main-d’œuvre, dans l’industrie et l’agriculture, provoquée par la mobilisation et accentuée par le développement des industries de défense nationale [Dreyfus-Armand, 1999].

9Pour sa part, le projet du gouvernement mexicain d’accueillir les réfugiés espagnols n’a pas été conçu de manière linéaire. Nous pouvons observer diverses interprétations. D’une part, la position politique du ministre de la légation mexicaine qui voulait donner la préférence aux réfugiés en danger du fait de leurs activités pendant la guerre civile ; de l’autre, les restrictions que le ministre de l’Intérieur, Ignacio García Téllez, prétendait instaurer s’appuyant sur la Loi générale de peuplement, qui donnait préférence à l’aspect économique dans la sélection. Nous devons aussi ajouter les préférences idéologiques du Sere qui, selon les sources, donnait la priorité aux communistes avec le consentement de la légation mexicaine. À partir d’août 1939, comme résultat de ces désaccords, les réémigrations collectives vers le Mexique ont été suspendues, et seules avaient lieu quelques migrations individuelles, liées au regroupement des familles [Dàvila, 2012, p. 93].

Les négociations de l’Accord franco-mexicain d’août 1940

10Au Mexique, l’installation du nouveau gouvernement du maréchal Pétain mit en évidence ce que serait l’avenir des réfugiés espagnols dans ce pays. La situation des réfugiés en zone libre était, en effet, lamentable. Ils avaient été placés au centre de la politique d’exclusion d’un régime qui voulait les voir partir. Pour la plupart, ils étaient sans ressources, vivaient dans des logements sordides et bon nombre d’entre eux se trouvaient dans des hospices et asiles. Ils étaient aussi confrontés au risque d’être envoyés dans les camps de concentration allemands, dont le plus connu, qui comptait le plus de réfugiés espagnols, était Mauthausen.

11Luis I. Rodríguez, nommé ministre de la Légation mexicaine en France, en remplacement de Narciso Bassols a reçu les instructions suivantes du président Càrdenas.

  • 11 Instructions du président du Mexique. Message reçu le 1er juillet 1940 [Segovia, 2000, p. 3].

« […] Le Mexique est disposé à accueillir tous les réfugiés espagnols des deux sexes résidant en France […] Si le gouvernement français accepte sur le principe cette idée, veuillez déclarer que dès le moment de leur acceptation tous les réfugiés espagnols seront sous la protection du drapeau mexicain […]. »11

12Mais quelles ont été les raisons de cette proposition du Mexique, très peu réaliste, d’accueillir un si grand nombre de réfugiés alors qu’il était clair que le pays n’était pas en mesure de le faire ? À cette époque, il y avait au Mexique nombre de réfugiés espagnols arrivés en 1939 qui n’avaient pas encore trouvé de travail et qui étaient toujours à la charge des organismes de soutien. Le ministre du Mexique en France a pourtant entrepris les démarches nécessaires auprès du gouvernement français pour organiser ce qui serait la deuxième étape de réémigration. Lors d’une réunion avec le maréchal Pétain le 8 juillet 1940, il présenta la disposition du gouvernement de recevoir tous les réfugiés espagnols qui voulaient aller au Mexique, même s’ils étaient plus de 130 000. Dans le journal de Luís I. Rodríguez, nous pouvons constater la très claire aversion de Pétain envers les réfugiés espagnols, décrits comme des gens « indésirables ». Pour le ministre mexicain cette réémigration servirait à alléger la charge que représentaient ces réfugiés pour la France et le maréchal considérait l’attitude du Mexique comme un :

  • 12 Conférence avec Pétain, Vichy, le 8 juillet 1940 [Ibid., p. 9-10].

« […] élan d’humanité, bien plus qu’une aide à la France, parce que comme nous le savons dans les grandes misères les rats sont les premiers qui périssent, et dans notre cas, les exilés d’Espagne auraient un avantage sur mes compatriotes […]. »12

  • 13 MAE, Lettre n° 391 du 18 juillet 1940, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, vol. 284, (...)
  • 14 Ibid., p. 30, Télégramme 370-371 du 20 août 1940 du ministre des Affaires étrangères à l’ambassade (...)

13Finalement, le gouvernement de Vichy accepta le projet mexicain avec grand intérêt, désirant le mettre en place au plus vite de sorte que le ministre du Mexique a pu s’entretenir courant juillet avec les différents ministres français, qui se sont montrés ouverts à accorder le soutien logistique permettant de mener à bien cet objectif. Le ministre des Affaires étrangères, Paul Baudouin, dit au ministre de l’Intérieur que, dans les circonstances actuelles, cette proposition présentait un « très grand intérêt »13. Il trouvait en effet intéressante l’initiative du gouvernement mexicain d’accueillir les réfugiés espagnols, car elle se présentait « au moment où la France doit faire face aux plus grandes difficultés en ce qui concerne l’hébergement et le ravitaillement de très nombreux réfugiés, tant français qu’étrangers »14.

  • 15 Conférence avec Pierre Laval le 31 août 1940 [Segovia, 2000, p. 34-35].

14À cette attitude de coopération, il faut cependant opposer la réticence du vice-président du Conseil des ministres, Pierre Laval, principal représentant de l’idéologie de droite, qui manifestait ouvertement à Luís I. Rodríguez sa répulsion contre les réfugiés espagnols. Bien qu’il ne s’opposât pas au départ des réfugiés, il déclara qu’il ne ferait rien pour garantir leur sécurité en France car « à eux nous devons nos plus grands malheurs, y compris celui de les maintenir malgré la tragédie que nous vivons »15.

  • 16 Lettre du ministre de l’Intérieur du Mexique à la légation du Mexique en France, 23 juillet 1940 [I (...)

15Si, en France, les autorités avaient pour objectif de voir partir les réfugiés, au Mexique, les positions étaient très hétérogènes. Tandis que le président Cárdenas déclarait publiquement sa volonté d’accueillir tous les réfugiés se trouvant en France, le ministre de l’Intérieur mexicain, avait une vision beaucoup plus conservatrice ou, devrait-on dire, réaliste, de la situation. Il rappelait le malaise provoqué par les premières réémigrations collectives, ainsi que les complications liées à l’arrivée de nombreux réfugiés sans emploi et « inaptes ». Sans s’opposer à l’arrivée de nouveaux contingents, le ministre de l’Intérieur insistait cependant sur le fait d’attacher une importance particulière à la profession des réfugiés mais aussi à la problématique des ressources économiques suffisantes pour subvenir à leurs besoins dans les premiers temps16.

  • 17 MAE, Entretien de 24 juillet 1940 entre M. de Seguin et le ministre du Mexique au sujet du départ a (...)

16Le ministre de la Légation du Mexique poursuivit pourtant les discussions pour arriver à un accord avec les autorités françaises. En principe, le gouvernement mexicain s’engageait – avec les ressources de la Jare – à couvrir les frais de transport des réfugiés de France au Mexique et il montrait son désir d’obtenir du gouvernement français l’engagement de prendre en charge le transport des réfugiés à l’intérieur du territoire français, jusqu’au port d’embarquement17. Luís I. Rodríguez proposa la création d’une Commission franco-mexicaine, avec la participation de réfugiés espagnols, qui serait chargée d’organiser le départ des réfugiés pour le Mexique. Le gouvernement français ayant seulement refusé la proposition d’y inclure des éléments espagnols, huit représentants du gouvernement français et huit du gouvernement mexicain ont composé la Commission franco-mexicaine.

17Finalement, le 22 août, le ministre Luís I. Rodriguez a envoyé au gouvernement français une lettre posant les termes de l’accord. Le gouvernement mexicain s’engageait à recevoir tous les réfugiés espagnols qui se trouvaient en France non-occupée et dans les colonies et qui manifestaient le désir d’aller au Mexique, et à prendre en charge le transport transatlantique. Il s’engageait aussi à subvenir aux besoins de tous les réfugiés qui ne recevaient pas d’autres aides financières. De son côté, le gouvernement français assurait le respect de la liberté et du droit d’asile des réfugiés sur son territoire, tout en limitant les extraditions aux délits de droit commun. Il assurait aussi une étroite collaboration avec la légation du Mexique pour organiser les réémigrations.

  • 18 MAE, Communiqué sur l’échange de lettres franco-mexicaines en date du 22 août 1940, Série Guerre 19 (...)

18Le ministre français des Affaires étrangères fit connaître aux autres ministres, le compte-rendu des réunions de la commission franco-mexicaine et l’échange de lettres qui avait donné lieu à l’Accord. Il leur demanda de lui faire part de leurs observations afin de pouvoir définir la procédure à suivre pour l’organisation du départ des réfugiés espagnols. Pour sa part, le maréchal Pétain se montrait très heureux d’avoir accepté la proposition du gouvernement mexicain, aboutissant finalement à la conclusion de cet Accord, et il demanda au ministre Rodríguez d’en remercier vivement le président mexicain tout en garantissant que, pendant la période précédant le départ, les réfugiés espagnols en France jouiraient d’hospitalité et de liberté18.

  • 19 Ibid., Commission franco-mexicaine, p. 65 et 85.
  • 20 Ibid., Sous-commission du recensement des réfugiés espagnols, 30 août 1940, p. 88-89.

19La commission franco-mexicaine décida de la formation de différentes sous-commissions destinées à établir les modalités de l’évacuation des réfugiés au Mexique. On mentionnera par exemple la sous-commission du recensement des Espagnols ou la sous-commission des allocations pour étudier les modalités de distribution des aides que le gouvernement mexicain souhaitait accorder aux réfugiés19. Selon la sous-commission du recensement, tout Espagnol ayant quitté l’Espagne après le 17 juillet 1936 et rompu avec le gouvernement du général Franco était considéré comme réfugié20.

  • 21 Ibid., M. Rodríguez et M. Bressy, sous-directeur des Affaires d’Europe, 2 août 1940, p. 48-52.
  • 22 En septembre 1940, Luís I. Rodríguez écrivait sur l’impossibilité de faire venir au Mexique Manuel (...)

20Luís I. Rodríguez voulait en outre attribuer un statut juridique, en France, aux réfugiés ayant manifesté leur désir de se rendre au Mexique, en les considérant comme immigrants mexicains. Il demanda aussi au gouvernement français la permission de distribuer les aides aux réfugiés se trouvant dans la « misère »21. Mais la représentation mexicaine n’a pas été autorisée à protéger les communistes et anarchistes indésirables ni certaines personnalités politiques. La position du gouvernement français sur le sort de ces réfugiés était en partie déterminée par les relations qu’il voulait maintenir avec le gouvernement franquiste, de sorte que ni les pressions du ministre Rodríguez ni ses démarches auprès des différentes autorités françaises n’ont été utiles22.

  • 23 ALMF, Leg. 361, Exp. 12, Déclarations du ministre Luís I. Rodríguez, 18 septembre 1940.

21Pour garantir la protection des réfugiés espagnols et organiser de nouvelles réémigrations, l’exécution de l’Accord, selon Luís I. Rodríguez, présentait trois aspects23 :

  • La délivrance de documents aux républicains et leur protection pendant leur séjour en France en zone libre où se trouvait d’ailleurs la plupart d’entre eux. Il s’agissait de leur fournir un document que le ministre mexicain décrivait en trois parties. La première serait de la responsabilité du gouvernement français, la deuxième correspondrait au gouvernement mexicain et la troisième partie serait un document rédigé par la commission franco-mexicaine avec la mention « protégé du gouvernement mexicain ». Cette dernière partie serait signée par le ministre mexicain et les autorités françaises. Toutefois nous ne savons pas si ce document a vu le jour.

  • L’assistance. La répartition des subsides demeurait dans les conditions stipulées par les organismes d’aide espagnols à travers la légation du Mexique (quantité, modalités). À cette fin, des consulats mexicains étaient installés dans plusieurs villes des zones libres et occupées.

  • Les embarquements. Tous ceux qui le demandaient, sans distinction et sans aucun favoritisme, pouvaient embarquer puisque, selon le ministre, l’Accord incluait tous les Espagnols républicains résidant en France, colonies et protectorats inclus. Le gouvernement mexicain devait financer les embarcations, mais il n’en comptait pas suffisamment. La légation mexicaine proposa donc à la marine marchande française de prendre en charge la plus grande émigration de l’histoire.

Une situation particulière en France

22Pour prêter assistance aux réfugiés espagnols – avec les ressources de la Jare –, la légation du Mexique et le consulat général à Marseille ont pris à leur charge différents refuges (pensions et hôtels) pour leur séjour, ainsi que différents réfectoires publics à Paris, Bordeaux, Bayonne, Biarritz, Marseille, Lyon, Montauban, Toulouse, Perpignan entre autres, dans lesquels ont été assistés environ 10 000 réfugiés. Certes ce chiffre est assez considérable, mais insuffisant puisqu’il représente moins de 10 % des réfugiés se trouvant en France. L’objectif était d’assister surtout les réfugiés qui ne recevaient aucune allocation. Il y avait pourtant, selon la légation, quelques problèmes dans la mise en place de l’aide, en conséquence du manque d’instructions et d’informations des autorités locales au sujet de l’Accord franco-mexicain.

  • 24 « Política de Protección a los Republicanos Españoles », Memoria Relaciones Exteriores, 1940-1941, (...)

23Selon le consul mexicain Gilberto Bosques, la création de deux résidences pour les loger fut l’une des mesures prises pour améliorer la situation des réfugiés espagnols à Marseille. Fin 1941, la légation mexicaine avait obtenu, avec l’autorisation de la préfecture de Marseille, la location de deux châteaux en France où les réfugiés autorisés à réémigrer se sont installés en attendant leur départ24. Le Château La Reynarde pour les hommes et le Château Montgrand pour les femmes et les enfants ont donné asile à plus de 2 500 réfugiés espagnols [Fresco, 1950, p. 44]. Nombre de ces réfugiés y ont trouvé un logement beaucoup plus confortable que dans les camps. Dans les châteaux, les réfugiés s’organisaient tant pour le travail que pour le divertissement.

  • 25 Nous ne sommes pas en mesure de connaître la position du gouvernement français en ce qui concerne l (...)

24Par la suite, le Château de la Reynarde a été vendu à une entreprise d’électricité française, de sorte que tous les résidents ont dû évacuer la propriété et gagner le Château Montgrand. Puis, en décembre 1941, au lendemain de l’attaque de Pearl Harbor, les gendarmes et gardes mobiles français ont pénétré dans la résidence qui a dû, à son tour, fermer ses portes [Pla, 1999, p. 151]. La légation du Mexique en France a continué à représenter une protection économique et administrative pour quelques milliers de réfugiés jusqu’à la fin de 1942, lors de l’occupation totale de la France par les Allemands et de la rupture des relations entre le gouvernement de Vichy et le gouvernement mexicain25.

La réémigration collective avec la Jare

  • 26 De juin à juillet 1940, trois bateaux sont partis de France, le De grasse à destination de New York (...)
  • 27 ALMF, 359-33, Mémorandum, 19 octobre 1940.

25Fin 1939, les émigrations collectives des Espagnols républicains au Mexique ont été suspendues26, mais après la signature de l’Accord en 1940 une nouvelle étape a commencé. Le 19 octobre 1940, le consul général du Mexique à Paris, Bernardo Reyes a fait savoir au ministre Luís I. Rodríguez, que jusqu’à ce jour il avait reçu 5 890 demandes d’émigration, auxquelles s’ajoutaient 2 600 membres des familles de ces réfugiés27. L’intention de la légation était de répondre à chacune de ces demandes par une lettre-circulaire dans laquelle le gouvernement mexicain considérait immédiatement le demandeur comme immigrant accepté par le Mexique et mis à disposition des clauses de l’Accord franco-mexicain, dont le texte était ajouté à cette circulaire. Plusieurs mois après la signature, les autorités mexicaines en France ne pouvaient pas informer les réfugiés sur les démarches nécessaires pour réémigrer au Mexique. Cette fois, pour pouvoir émigrer, il fallait aussi en faire la demande par écrit et remplir un formulaire, mais ces formulaires ne furent fournis aux réfugiés que début 1941 [Rubio, 1977, p. 451].

  • 28 ALMF, 363-6.

26Dans le discours, il semblait que, cette fois, il n’y aurait pas de sélection si rigoureuse qu’à l’époque de Bassols. Les autorités mexicaines et de la Jare assuraient que personne ne devait penser à des recommandations ni à des préférences. En ce sens, en France, un bulletin de la légation du Mexique réalisé par les réfugiés eux-mêmes a été publié, soulignant que tous ceux qui le souhaitaient seraient admis au Mexique sans distinction d’âge, d’idéologie, de religion et que la migration serait effectuée dans un ordre numérique rigoureux28. De son côté, dans le même sens, le ministre Luis I. Rodriguez déclarait que :

  • 29 ALMF, 361-12, 18 septembre 1940, Déclarations du ministre Luis I. Rodríguez.

« […] il ne s’agit pas d’une émigration normale. Le réfugié n’est ni le touriste ni l’émigrant courant, commun, qui doit s’assujettir aux lois d’entrée dans un pays. Il n’est pas l’émigré politique qui demande un visa. Pas du tout. Le Mexique augmente sa population avec 130 000 personnes. Depuis le moment de l’Accord et une fois les réfugiés munis du document en question, moi, ma légation et ma nation, nous avons en France 130 000 habitants mexicains, citoyens de mon pays […]. »29

  • 30 Rubio affirme qu’ils étaient environ 4 000 [Rubio, 1977, p. 454].
  • 31 Chiffres obtenus auprès de l’archive du CTARE, Secc. Estadística, Exp. 6024, 6026, 6027, 6028, 6029 (...)

27La force de la réalité finit par s’imposer, parmi les 130 000 réfugiés se trouvant encore en France, un peu moins de 2 50030 seulement ont quitté la France pour le Mexique depuis le début de l’Accord franco-mexicain. Les navires Quanza et Serpa Pinto sont partis avec 342 et 128 réfugiés respectivement, par la suite, en 1942, le Nyassa embarqua 61 Espagnols, le Sao Thomé 74, le Nyassa de nouveau 854, le Guinea 103, une nouvelle fois le Serpa Pinto 104 et enfin une dernière fois le Nyassa avec 826 réfugiés31.

Les contraintes internes et externes

  • 32 MAE, Note verbale du 3 septembre 1940 de l’ambassade d’Espagne à Paris, Série Guerre 1939-1945, Sou (...)

28La publication en France d’informations concernant l’Accord franco-mexicain a évidemment provoqué la réaction de l’Espagne franquiste qui considérait la réémigration au Mexique comme une rétention indue de richesses et de capitaux espagnols, volés pendant la guerre d’Espagne32. Le gouvernement français a tenu à se justifier auprès des autorités espagnoles en rappelant qu’elles avaient été informées de l’Accord avant sa signature et que la seule restriction que celles-ci avaient émise était une liste d’environ 800 anciens dirigeants réfugiés afin de les empêcher de sortir du territoire français [Rubio, 1977, p. 452]. Pour faire face à ces réactions, le ministre des Affaires étrangères écrivait que, par « compréhension » des protestations des autorités espagnoles, l’embarquement des réfugiés soupçonnés serait suspendu.

29Mais, le problème principal du gouvernement de Vichy pour mener à bien l’Accord, ne résidait pas tant dans les objections du gouvernement franquiste que dans le manque d’indépendance dans la prise de décisions sur son propre territoire occupé par les Allemands. Au début, les autorités d’occupation n’avaient pas montré d’objection aux réémigrations des réfugiés espagnols envisagées dans l’Accord, à l’exception du départ des principaux dirigeants politiques. En novembre 1940, elles ont pourtant commencé à présenter des obstacles.

30Les raisons données par les Allemands revêtaient une double crainte, d’une part la possibilité d’une collaboration future de ces émigrés avec l’Angleterre pour mener en Amérique une action hostile au Reich, et de l’autre, suivant la position franquiste, le transfert au Mexique de documents et de valeurs. C’est ainsi que le gouvernement du Reich a interdit le départ d’un convoi d’environ 500 Espagnols qui avait été préparé pour partir de Marseille sur les vapeurs Wagram et Oceanía. Le gouvernement français ne comprenait pas pourquoi, trois mois après la signature de l’Accord, les Allemands annonçaient leurs réticences au moment même de l’embarquement, il avait pourtant l’impression que cette nouvelle attitude avait été prise à l’instigation du gouvernement de Franco.

  • 33 Ibid., Télégramme n° 2.934 du 1er avril 1941 au ministre français au Mexique et à l’ambassadeur fra (...)
  • 34 À cette époque, les Allemands ont commencé à utiliser les réfugiés espagnols pour le travail forcé (...)

31Face à cette situation, les autorités françaises envisagèrent la possibilité de remplacer les Espagnols « dangereux » qui se trouvaient dans le convoi sur le point de sortir par un autre contingent d’Espagnols du même nombre, mais l’autorisation de la Commission d’armistice n’est jamais arrivée. Le désir du gouvernement français de voir partir les réfugiés s’est donc vu frustré à la suite d’une intervention formelle du Gouvernement du Reich car les embarquements collectifs, expliquait le ministre des Affaires étrangères, « ne peuvent pratiquement avoir lieu sans l’agrément des autorités allemandes, qui aux termes de la convention d’armistice, contrôlent la navigation de nos ports »33. De plus, la position de ces dernières s’était radicalisée. Après l’interdiction du départ des 500 réfugiés espagnols, la Commission d’armistice a ordonné d’empêcher le départ de tous les réfugiés « rouges » en âge mobilisable entre 17 et 48 ans34 et, enfin, elle a étendu sa position aux étrangers de toutes nationalités susceptibles d’organiser hors de France des agissements contre le Reich.

  • 35 Ibid., Lettre n° 14480 du 13 décembre 1940 du ministre de la Guerre au représentant de l’Office all (...)

32L’attitude de la Commission d’armistice était inopportune, disait le ministre de la Guerre aux autorités allemandes, en argumentant toutes les difficultés d’ordres technique et matériel liées à la présence de ces étrangers dans le pays. Il cherchait à obtenir une position « moins absolue » des Allemands35. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères argumentait que la présence des réfugiés aboutirait à une situation compliquée pour l’ordre public et sur le marché du travail. Il se résistait à penser que les Allemands voulaient interdire d’apporter « une solution pratique à un problème qui présente pour lui [le gouvernement du Reich], tant du point de vue de la sécurité intérieure, que du point de vue économique, une telle importance ». L’objectif du ministre était de montrer aux Allemands :

  • 36 Ibid., Lettre du 18 décembre 1940 du ministre des Affaires étrangères au ministre de la Guerre, p.  (...)

« […] qu’il n’est pas seulement de l’intérêt de la France, mais aussi des pays voisins et, en particulier, de l’Allemagne, de voir des éléments généralement hostiles au Gouvernement du général Franco, s’éloigner du continent : leur présence en Amérique comportera manifestement moins d’inconvénients que leur maintien en Europe […]. »36

  • 37 MAE Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 72, p. 80-83, note du 27 février 1941 d (...)

33Le gouvernement français se trouvait donc impuissant à satisfaire ses propres intérêts. Il était évident qu’il ne voulait pas laisser passer l’opportunité que signifiait l’Accord franco-mexicain, de sorte qu’il a même demandé au gouvernement mexicain d’intervenir, par l’intermédiaire de son ministre à Berlin, sur le thème de l’évacuation des réfugiés espagnols vers le Mexique37. L’objectif était d’expliquer que les justifications des Allemands n’avaient pas de fondements, tout en démontrant que le ministre de France au Mexique n’avait recueilli aucune indication lui permettant de croire que des réfugiés espagnols seraient recrutés dans ce pays pour le compte du mouvement du général de Gaulle.

  • 38 MAE, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, vol. 281, p. 142-143, texte d’une circulair (...)

34Les complications pour mener à bien la réémigration des réfugiés étaient telles qu’à cette époque, un document de la légation du Mexique, reconnaissant tacitement la difficile réalisation de l’Accord, circulait. Ce texte manifestait que les efforts ne pouvaient être poussés au-delà de ce que permettait la complexité des relations internationales de cette période. « Il faut considérer – expliquait la circulaire – l’émigration massive comme très difficile… nos amis et compatriotes ne doivent se faire aucune illusion sur les quelques possibilités de sorties individuelles et sur l’obtention de quelques visas de sortie »38.

35Certes, si l’Accord se trouvait ajourné, c’était suite à des circonstances que le gouvernement français ne pouvait pas contrôler. Cependant, fin juin 1941, lors de l’attaque surprise de l’Allemagne en URSS, il y a eu un changement d’attitude de la part du gouvernement espagnol. Celui-ci était sûr que l’URSS ne serait plus en condition de soutenir les communistes espagnols et c’est pourquoi il ne voyait plus d’inconvénients aux départs des réfugiés au Mexique, sauf pour ceux qui avaient fait l’objet d’une demande d’extradition. Toutefois, la réémigration des réfugiés restait encore en suspend car il fallait surtout l’accord de la Commission d’armistice. Malgré les efforts français, les autorités du ministère de l’Intérieur allemand se sont montrées absolument intransigeantes, n’autorisant les départs au Mexique ni à titre individuel ni par convoi.

  • 39 Il s’agit d’un gouvernement plus modéré que celui de Cárdenas. Selon les rapports de l’ambassadeur (...)
  • 40 « Acuerdo que regirá la política en favor de los refugiados españoles », Diario Oficial de la Feder (...)

36Tandis que les autorités de Vichy essayaient d’une part de trouver une solution face à l’opposition du gouvernement espagnol et de l’autre de convaincre la Commission d’armistice de renvoyer tous les réfugiés espagnols au Mexique, les choses avaient commencé à changer à partir de 1941, avec le nouveau gouvernement de Manuel Avila Camacho39. Des mesures restrictives à la réémigration des réfugiés espagnols se trouvant en France étaient mises en place officiellement. La réémigration était devenue, selon les différents arrêtés adoptés au Mexique, un projet plus économique que politique. Le gouvernement mexicain avait ainsi décidé de prendre en compte les professions de ceux qui arriveraient dans le pays pour ne pas faire concurrence aux emplois nationaux. Selon un accord publié dans le Journal officiel mexicain, les professionnels représentant un danger pour les postes nationaux ne seraient pas admis : il s’agissait des avocats, des médecins, des ingénieurs civils, des journalistes entre autres. En revanche, les agriculteurs, surtout spécialisés, les pêcheurs, les artisans et les travailleurs qualifiés auraient la préférence40.

37Le nouveau gouvernement mexicain montrait alors une position publique plus consciente du grand projet de réémigration pensé à partir de l’Accord franco-mexicain, en réalisant que celui-ci était impossible du fait de l’incapacité structurelle du pays à absorber cette nouvelle masse d’immigrés, des réticences du nouveau gouvernement et des fortes critiques de l’opposition, principalement dans la presse nationale. Comme l’affirme Denis Rolland, le Mexique a contribué après la deuxième moitié de l’année 1941 à une réémigration des réfugiés espagnols plutôt « occasionnelle et clandestine » [Rolland, 1994, p. 67].

38Financièrement, il faut dire que si le Mexique s’était engagé à payer le transport, c’était en sachant qu’il comptait sur les ressources de la Jare. Le gouvernement mexicain n’a jamais eu l’intention de faire des dépenses économiques dans ce cadre. Le problème était que les ressources de la Jare ne permettaient d’évacuer de France que quelques 15 000 réfugiés [Mateos, 2005, p. 232]. De plus, le prolongement de la Seconde Guerre mondiale a rendu très difficile l’utilisation de navires pour réaliser le voyage. Toutefois, malgré les contraintes rencontrées par les deux gouvernements, quelques expéditions ont été organisées en 1941, un an après la signature de l’Accord et cela grâce, sans doute, au fort désir du gouvernement français de voir diminuer le nombre de réfugiés espagnols sur son territoire, mais aussi au souhait du gouvernement mexicain de leur venir en aide.

La fin des relations franco-mexicaines

39Dès février 1941, François Darlan, le nouveau ministre de l’Intérieur, qui prônait alors une politique collaborationniste avec les occupants allemands, a commencé à adopter une attitude de méfiance concernant l’action de la légation du Mexique sur le territoire français. Selon lui, les représentants mexicains dépassaient le cadre normal de leurs attributions. Il s’opposait notamment à la constitution de grandes agglomérations d’Espagnols, aidées par la légation du Mexique, afin de ne pas compromettre l’ordre public. L’une des raisons de ce refus était l’évasion de nombreux réfugiés du camp d’Argelès, suite à des convocations que leur adressait le consulat du Mexique à Marseille. L’opposition du gouvernement de Vichy portait aussi sur la possibilité qu’avait le Parti communiste français de tirer profit de la reconstitution de « groupes de combat » espagnols qui avaient déjà fait leurs preuves, lors de la guerre civile espagnole. La préfecture de Police avait alors pris des mesures de répression : détentions, expulsions, emprisonnement ou internement dans des camps de punition.

  • 41 MAE, Note du 29 janvier 1941 de la Direction politique d’Amérique, Série Guerre 1939-1945 Vichy, So (...)

40Les services de police criminelle en France ont entamé une série d’enquêtes sur l’activité des réfugiés, surtout pour ceux qui avaient été accrédités comme « experts » par la légation mexicaine. Les autorités de Vichy croyaient que la légation mexicaine « Sans tenir compte de la position prise par le gouvernement français… a délivré à des Espagnols des ordres de mission »41. Le ministère des Affaires étrangères écrivait :

  • 42 Ibid., p. 31-46, Notes du ministère des Affaires étrangères du 29 janvier 1941 sur Eduard Ragasol S (...)

« […] Porteurs de “certificats d’accréditation” dont ils ont eu le soin de faire légaliser la signature de M. le ministre du Mexique, par les services des Chancelleries et du Contentieux du Ministère des Affaires étrangères, aux fins de leur donner une apparence “d’ordre de mission”, ces soi-disant “experts”, en réalité agents secrets de la légation du Mexique, se livrent en France à de véritables enquêtes dont ils rendent compte au ministre, lors de leurs nombreux séjours à Vichy.
Négligeant parfois de se mettre en règle avec les lois et règlements régissant le séjour des étrangers, omettant de solliciter la délivrance d’un sauf-conduit pour leurs déplacements, sous prétexte qu’ils voyagent dans les voitures automobiles de la légation et des Consulats, ne jouissant en fait d’aucun domicile certain, disposant de fonds importants, ces “experts” sont difficilement suivis dans leurs déplacements par les services de Police et leur activité en grande partie échappe à tout contrôle […]. »42

  • 43 MAE, Note du 29 janvier 1941 établie par les services de police, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série (...)

41En février 1941, le statut des chargés de mission en France fut suspendu. La recommandation du service de police était de procéder aux arrestations des réfugiés qui étaient en situation irrégulière et d’interner dans des camps surveillés ces « agents secrets »43. Nous constatons que les autorités françaises tenaient surtout à montrer à la légation mexicaine, qu’entre le gouvernement français et les réfugiés espagnols, il n’y avait d’autre autorité que la française.

42C’est surtout le ministère de l’Intérieur qui a réagi contre cette situation. Il recommanda une surveillance discrète, mais attentive, pour contrôler l’activité de la légation du Mexique dans ses locaux et de tous les étrangers qui n’appartenaient pas au corps diplomatique de celle-ci. Certes, le gouvernement français avait admis la participation de quelques Espagnols dans les différentes tâches de la légation du Mexique, mais ces auxiliaires ne jouissaient nullement de privilèges diplomatiques et, par conséquent, ils ne pouvaient pas être acceptés comme « chefs de mission » ou « experts ». Mais les autorités de Vichy assuraient que, en dépit des mesures, la légation du Mexique allait poursuivre son activité par d’autres moyens.

43Quant à la position du gouvernement de Vichy sur les activités d’aide économique de la légation mexicaine aux réfugiés espagnols, nous constatons dès le début une certaine liberté d’action. En fait, Javier Rubio affirme qu’il est fort probable que Pétain n’eût même pas été au courant de la source réelle des fonds dont disposait la légation et que cela ne constituait pas une de ses préoccupations [Rubio, 1977, p. 456]. L’information dont le gouvernement français disposait à propos des ressources économiques se résumait à l’itinéraire que celles-ci suivaient, à savoir du Mexique, en passant par le Portugal et la Suisse, jusqu’à son arrivée en France.

  • 44 Ibid., Lettre du 10 février 1941 n° B.875/12, du ministre des Affaires étrangères au ministre de l’ (...)

44Toutefois, dans les premiers mois de 1941, le ministère de l’Intérieur français a commencé à insister sur l’importance de déterminer les modalités d’assistance aux réfugiés espagnols et sur l’interdiction de versements directs de subsides par la légation mexicaine. Pour sa part, le ministère des Affaires étrangères exprimait que « ces fonds servent vraisemblablement davantage à réorganiser les troupes de choc qu’à subvenir aux besoins de la masse de réfugiés »44. Le gouvernement français décida que les sommes destinées à cette aide devaient être versées au ministère de l’Intérieur en France qui en assurerait la répartition selon des modalités, en principe fixées avec la légation mexicaine.

  • 45 Le général Francisco Javier Aguilar a remplacé Luis I. Rodríguez début 1941. Il a été ministre de l (...)
  • 46 MAE, Lettre du 14 mars 1941 de la légation du Mexique en France : observations à la note provisoire (...)

45Le ministre de la légation mexicaine en France de l’époque, le général Aguilar45, après avoir étudié la question avec son gouvernement, déclara finalement que les termes établis dans l’Accord franco-mexicain n’avaient pas été respectés. La légation demanda aux autorités françaises de préciser « d’une façon concrète quelles étaient les irrégularités motivant l’opposition du Gouvernement français à ce que la légation continue de distribuer les secours ». Elle lui demanda aussi de l’informer chaque fois que le départ d’un réfugié était refusé soit par décision du gouvernement français lui-même, soit par intervention extérieure46.

46La suite de ces discussions qui ont eu lieu entre octobre 1941 et septembre 1942 nous est méconnue car le dossier de l’archive du ministère des Affaires étrangères qui correspond à ces dates a malheureusement été perdu. Nous savons cependant que la légation mexicaine a continué la distribution des secours, soit directement, soit par l’intermédiaire du consulat général de Marseille.

  • 47 MAE, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, vol. 281, p. 372, Lettre du 9 octobre 1942 (...)
  • 48 Ibid., Lettre du 5 octobre 1942 de la légation du Mexique au ministère des Affaires étrangères, p.  (...)

47Au mois d’octobre 1942, la légation manifestait son accord à condition que le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’Intérieur français désignent des délégués pour contrôler les fonds, en argumentant que « le Chargé d’affaires ne peut déléguer à un autre organisme les fonctions qu’il tient du ministère des Finances du Mexique et qui engagent sa responsabilité personnelle vis-à-vis du fisc »47. De plus, la légation mexicaine considérait que le gouvernement français continuait à prendre des dispositions lésant directement l’Accord, en agissant unilatéralement, et « qu’une représentation diplomatique qui agit conformément à un Accord ne saurait se subordonner, comme un simple Comité Privé, à un organisme de bienfaisance »48. Les discussions ont continué mais l’évolution du contexte international et le prolongement de la Seconde Guerre mondiale, à laquelle le Mexique participait déjà depuis mai 1942 aux côtés des alliés, ont provoqué la rupture des relations diplomatiques entre le Mexique et le gouvernement de Vichy le 9 novembre 1942.

  • 49 Ibid., Lettre du 19 février 1944 de la Direction politique du ministère des Affaires étrangères à l (...)

48Il était évident qu’après la déclaration de rupture des relations, l’Accord franco-mexicain devenait lui aussi caduc, de sorte que les faibles possibilités de réémigration que l’Accord signifiait pour les réfugiés espagnols étaient désormais nulles. La légation du Mexique a cessé, par conséquent, de protéger elle-même les réfugiés sur le territoire français et c’est la légation de Suède, chargée du bâtiment, des archives et, en général, des intérêts du Mexique en France, qui a reçu du gouvernement mexicain des fonds s’élevant à environ 8 millions de francs afin de les répartir aux réfugiés espagnols49. Cet argent a été distribué jusqu’en 1944 par le Service social d’aide aux émigrants.

  • 50 Ibid., Note de la Direction politique pour le secrétaire général, le 14 février 1944, vol. 281, p.  (...)

49Pour les autorités françaises, la rupture des relations signifiait la fin des difficultés engendrées par la protection officieuse des réfugiés espagnols, exercée par le gouvernement mexicain en France. Il ne s’agissait pas seulement de la résolution du problème de la répartition des allocations, il était surtout question de mettre fin à la protection de la part de la légation mexicaine des éléments révolutionnaires espagnols. Nous pourrions dire que le gouvernement français s’est vu libéré de la présence inconfortable de la légation mexicaine mais, surtout, qu’il a continué à bénéficier des ressources qui allégeaient la charge économique que représentaient environ 4 000 familles espagnoles. Il était tellement intéressé par cette aide qu’une fois ces ressources épuisées, début 1944, les autorités françaises ont demandé à la légation de la Suède d’intervenir auprès du gouvernement mexicain pour savoir s’il entendait maintenir son aide aux réfugiés espagnols. Dans le cas d’une réponse négative, le gouvernement français se posait la question du rapatriement pour ne pas leur « fournir aux frais de l’État français le moyen de subsister sur notre territoire »50.

Conclusions

50Entre 1939 et 1942, la France et le Mexique ont organisé le ravitaillement, ainsi que la réémigration des réfugiés espagnols qui se trouvaient en France à la fin de la guerre civile espagnole. Les démarches pour mener à bien ces objectifs s’inscrivent dans les rapports que les gouvernements des deux pays ont dû établir. Les réfugiés espagnols sont devenus le sujet principal et presque exclusif de leurs relations, mais les intérêts de chacun étaient différents. La France cherchait à s’en débarrasser pour alléger la charge économique et politique que représentait la présence des réfugiés sur son territoire. Le Mexique voulait mettre en place une politique lui permettant de se placer, au niveau international, comme le seul pays au monde ouvrant ses portes, par un geste d’humanité, aux réfugiés espagnols, tout en bénéficiant d’une nouvelle injection de population dont les caractéristiques (hispanisme, langue, idéologie et formation professionnelle) étaient particulièrement opportunes pour le Mexique post-révolutionnaire.

51Bien que 1939 ait été une année de tensions, qui a abouti au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les réémigrations collectives des réfugiés espagnols de France au Mexique ont eu lieu sans complications majeures. Dans les années suivantes, la situation a radicalement changé, de sorte que la grande disposition des deux gouvernements pour organiser de nouvelles réémigrations a trouvé des limites conjoncturelles internes et externes, ce qui a abouti à l’échec de l’Accord franco-mexicain d’août 1940. Les résultats de cet Accord ont été minimes, mais il a au moins permis à quelques réfugiés de réémigrer au Mexique ou de recevoir une aide économique ou matérielle en France.

52Le Mexique a décidé de maintenir les relations avec le gouvernement du maréchal Pétain, qui était tout à fait contraire à l’idéologie du gouvernement du moment, afin de continuer à accéder, sur le territoire français, aux réfugiés espagnols. Au moment où le président mexicain a mis fin à ses relations avec le gouvernement de Vichy fin 1942, il a établi aussitôt des relations avec la Convention nationale de Charles de Gaulle qui se trouvait à cette époque à Londres, relations qui se sont maintenues jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Dàvila Valdés Claudia, Refugiados españoles en Francia y México. Un estudio comparativo, México, Colmex, 2012, 296 p.

Diario Oficial de la Federación, 8 février 1941.

Dreyfus-Armand Geneviève, L’exil des républicains espagnols en France. De la guerre civile à la mort de Franco, Paris, Albin Michel, 1999, 475 p.

Fresco Mauricio, La emigración republicana española : Una victoria de México, México, Editores Asociados, 1950, 190 p.

Herrerín Ángel, El dinero del exilio. Indalecio Prieto y las pugnas de posguerra, Madrid, Siglo xxi, 2007, 252 p.

Laguna Jorge, Diplomacia y Decisión. Vichy y la extradición de los refugiados españoles (junio de 1940 a agosto de 1942), thèse de maîtrise, México, Colmex, 2005, 158 p.

Mateos Abdón, De la guerra civil al exilio. Los republicanos españoles y México. Indalecio Prieto y Lázaro Matesanz Cárdenas, Madrid, Biblioteca Nueva/Fundación Indalecio Prieto, 2005, 272 p.

Matesanz José Antonio, Las raíces del exilio. México ante la guerra civil española 1936-1939, México, Colmex, UNAM, 2000, 490 p.

Noiriel Gérard, Réfugiés et sans-papiers. La République face au droit d’asile xixe-xxe siècle, Paris, Hachette littératures, 1998, 355 p.

Pla Dolores, Els exiliats catalans : un estudio de la emigración republicana en México, México, INAH, Orfeo Català de Méxic, Libros del Umbral, 1999, 393 p.

Rafaneau-Boj Marie-Claude, Los campos de concentración de los refugiados españoles en Francia (1939-1945), Barcelona, Omega, 1995, 416 p.

Rolland Denis, « Extraditions ou réémigrations ? Les vases communicants de la gestion xénophobe des réfugiés espagnols en France », in Milza Pierre et Peschanski Denis (dir.), Éxils et migrations. Italiens et Espagnols en France 1938-1946, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 47-69.

Rubio Javier, La Emigración de la guerra civil de 1936-1939. Historia del éxodo que se produce con el fin de la segunda República española, Madrid, Editorial San Martín, vol. 3, 1977, 1229 p.

Segovia Rafael, Misión de Luís I. Rodríguez en Francia. La protección de los refugiados españoles 1940, México, SRE/Colmex/Sep/Conacyt, 2000, 604 p.

ARCHIVES

Archive historique Genaro Estrada (AHGE) du ministère des Relations étrangères au Mexique

Archives de la légation du Mexique en France (ALMF)

Archives du Comité Técnico de Ayuda a los Refugiados Españoles (CTARE)

Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE)

Archives de la préfecture de Police (APP)

Haut de page

Notes

1 Il est difficile d’établir avec exactitude le nombre exact d’Espagnols qui ont quitté leur pays pour être accueillis en France. Voir les chiffres de Pike [1969, p. 26-30], Dreyfus-Armand [1999, p. 52-53] et Rubio [1977].

2 Selon les données de l’archive du CTARE, environ 5 760 réfugiés sont arrivés au Mexique en 1939 dans les différents bateaux et via New York, plus quelques 2 390 arrivées individuelles. CTARE, Secc. Gobernación, Exp. 6443. Selon les chiffres présentés par Pla [1999, p. 158], 6 236 réfugiés sont arrivés en 1939.

3 Le yacht Vita, qui transportait les biens du gouvernement républicain, avait été envoyé de France au Mexique par Negrín à la représentation du Sere, mais le président Cárdenas décida de rendre les biens à Indalecio Prieto [Herrerín, 2007].

4 MAE, Lettre n° 89 du 29 juin 1939 du ministre de France au Mexique au ministre des Affaires étrangères, Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 71, p. 015-017.

5 Bassols est considéré comme un communiste très ancré sur ses idées politiques [Matesanz, 2000, p. 198-199]. Pour les autorités françaises, c’était un personnage ayant des opinions extrémistes. APP, BA2363, Note n° 95.998, sans date.

6 AHGE, 111-2394-15, Mémorandum du Sere, fait à Paris en février 1940.

7 Pour mettre l’accent sur les facilités octroyées au gouvernement mexicain, nous pouvons comparer ce cas avec les problèmes rencontrés par les autorités d’autres pays d’accueil pour avoir accès aux camps. Nous trouvons par exemple les plaintes du vice-consul d’Argentine qui n’a pas pu obtenir les permis nécessaires pour visiter les camps de Saint-Cyprien [Rafaneau-Boj, 1995, p. 187].

8 AHGE, 111-2394-15, Mémorandum du Sere fait à Paris en février 1940.

9 ALMF, 341-2, Lettre du 10 mars 1939 de la Direction politique du MAE de France à la légation du Mexique.

10 CTARE, Secc. Estadística, Exp. 6033-6036 « Sinaia », 6015-6018 « Ipanema », 6022-6023 « Mexique ».

11 Instructions du président du Mexique. Message reçu le 1er juillet 1940 [Segovia, 2000, p. 3].

12 Conférence avec Pétain, Vichy, le 8 juillet 1940 [Ibid., p. 9-10].

13 MAE, Lettre n° 391 du 18 juillet 1940, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, vol. 284, p. 10.

14 Ibid., p. 30, Télégramme 370-371 du 20 août 1940 du ministre des Affaires étrangères à l’ambassade à Madrid.

15 Conférence avec Pierre Laval le 31 août 1940 [Segovia, 2000, p. 34-35].

16 Lettre du ministre de l’Intérieur du Mexique à la légation du Mexique en France, 23 juillet 1940 [Ibid., p. 15-16].

17 MAE, Entretien de 24 juillet 1940 entre M. de Seguin et le ministre du Mexique au sujet du départ au Mexique des réfugiés espagnols, Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 71, p. 46-47.

18 MAE, Communiqué sur l’échange de lettres franco-mexicaines en date du 22 août 1940, Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 71, p. 83.

19 Ibid., Commission franco-mexicaine, p. 65 et 85.

20 Ibid., Sous-commission du recensement des réfugiés espagnols, 30 août 1940, p. 88-89.

21 Ibid., M. Rodríguez et M. Bressy, sous-directeur des Affaires d’Europe, 2 août 1940, p. 48-52.

22 En septembre 1940, Luís I. Rodríguez écrivait sur l’impossibilité de faire venir au Mexique Manuel Azaña, « l’ambassade franquiste s’est finalement opposée à ce qu’il soit transféré et la Chancellerie française est manifestement sourde à nos suppliques et demandes. À aucun des collaborationnistes ne paraît l’intéresser son amère condition » [Segovia, 2000, p. 264].

23 ALMF, Leg. 361, Exp. 12, Déclarations du ministre Luís I. Rodríguez, 18 septembre 1940.

24 « Política de Protección a los Republicanos Españoles », Memoria Relaciones Exteriores, 1940-1941, p. 153-157 [Matesanz, 1978, p. 85-86].

25 Nous ne sommes pas en mesure de connaître la position du gouvernement français en ce qui concerne les deux châteaux cédés à la légation mexicaine car le dossier correspondant à ces dates dans les archives du ministère des Affaires étrangères de la France a été perdu.

26 De juin à juillet 1940, trois bateaux sont partis de France, le De grasse à destination de New York avec 188 réfugiés, le Champlain également à destination de New York mais qui a été attaqué et coulé lors de sa sortie de Marseille et le Cuba avec environ 500 réfugiés à destination de la République dominicaine, mais qui n’ont pas été autorisés à entrer dans le pays et qui ont dû changer leur destination finale vers le Mexique.

27 ALMF, 359-33, Mémorandum, 19 octobre 1940.

28 ALMF, 363-6.

29 ALMF, 361-12, 18 septembre 1940, Déclarations du ministre Luis I. Rodríguez.

30 Rubio affirme qu’ils étaient environ 4 000 [Rubio, 1977, p. 454].

31 Chiffres obtenus auprès de l’archive du CTARE, Secc. Estadística, Exp. 6024, 6026, 6027, 6028, 6029 et 6030.

32 MAE, Note verbale du 3 septembre 1940 de l’ambassade d’Espagne à Paris, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, vol. 284, p. 35

33 Ibid., Télégramme n° 2.934 du 1er avril 1941 au ministre français au Mexique et à l’ambassadeur français à Washington, p. 114.

34 À cette époque, les Allemands ont commencé à utiliser les réfugiés espagnols pour le travail forcé dans la construction du mur de l’Atlantique dans le cadre de l’organisation Todt.

35 Ibid., Lettre n° 14480 du 13 décembre 1940 du ministre de la Guerre au représentant de l’Office allemande des Affaires étrangères, p. 70.

36 Ibid., Lettre du 18 décembre 1940 du ministre des Affaires étrangères au ministre de la Guerre, p. 74-76.

37 MAE Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 72, p. 80-83, note du 27 février 1941 de la direction d’Amérique.

38 MAE, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, vol. 281, p. 142-143, texte d’une circulaire adressée aux Espagnols réfugiés. Le texte n’a pas de date mais nous calculons, de par sa localisation dans le dossier, qu’il a été fait entre février et avril 1941.

39 Il s’agit d’un gouvernement plus modéré que celui de Cárdenas. Selon les rapports de l’ambassadeur de France au Mexique, ce nouveau gouvernement cherchait à éviter la présence, parmi les réfugiés espagnols, d’agitateurs plus ou moins communistes. MAE, Télégramme n° 37 du 27 février 1941 de l’ambassade de France au Mexique, Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 73, p. 79.

40 « Acuerdo que regirá la política en favor de los refugiados españoles », Diario Oficial de la Federación, 8 febrero 1941, p. 1-3.

41 MAE, Note du 29 janvier 1941 de la Direction politique d’Amérique, Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 72, p. 27-29.

42 Ibid., p. 31-46, Notes du ministère des Affaires étrangères du 29 janvier 1941 sur Eduard Ragasol Sarra, Julio de Just, Luis Fuentes José, José Riquelme López, Vicente Carrillo Frontelo, Antonio Sbert Massanet, Carlos de Jan Rodríguez et Mariano Anzo Zunrzarren.

43 MAE, Note du 29 janvier 1941 établie par les services de police, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, 281, p. 84-86.

44 Ibid., Lettre du 10 février 1941 n° B.875/12, du ministre des Affaires étrangères au ministre de l’Intérieur, p. 81-82.

45 Le général Francisco Javier Aguilar a remplacé Luis I. Rodríguez début 1941. Il a été ministre de la Légation du Mexique en France jusqu’en juin 1942. Par la suite, Gilberto Bosques occupera ce poste jusqu’à la fin de l’année, lors de la rupture des relations diplomatiques entre le Mexique et la France.

46 MAE, Lettre du 14 mars 1941 de la légation du Mexique en France : observations à la note provisoire du 26 février de la sous-direction Amérique du ministère des Affaires étrangères, Série Guerre 1939-1945 Vichy, Sous-Série Amérique, vol. 72, p. 87-89.

47 MAE, Série Guerre 1939-1945, Sous-Série Z Vichy-Europe, vol. 281, p. 372, Lettre du 9 octobre 1942 de la Direction d’Europe. Il n’est pas spécifié à qui est dirigée cette lettre.

48 Ibid., Lettre du 5 octobre 1942 de la légation du Mexique au ministère des Affaires étrangères, p. 374-376.

49 Ibid., Lettre du 19 février 1944 de la Direction politique du ministère des Affaires étrangères à la Direction générale de la Police nationale du ministère de l’Intérieur, vol. 286, p. 123.

50 Ibid., Note de la Direction politique pour le secrétaire général, le 14 février 1944, vol. 281, p. 402-403.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Dávila Valdés, « L’émigration des réfugiés espagnols de France au Mexique. Les relations franco-mexicaines 1939-1942 », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 163-182.

Référence électronique

Claudia Dávila Valdés, « L’émigration des réfugiés espagnols de France au Mexique. Les relations franco-mexicaines 1939-1942 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/2873 ; DOI : 10.4000/cal.2873

Haut de page

Auteur

Claudia Dávila Valdés

Docteur de l’université Paris Diderot – Paris 7, Claudia Dávila Valdés effectue un post-doctorat au CEPHCIS-Unam depuis deux ans. Elle est enseignant-chercheur à l’université autonome du Yucatán. Ses thématiques de recherche sont la comparaison de l’expérience migratoire des réfugiés espagnols au Mexique et en France, et celle des migrants libanais et coréens au Yucatán. Claudia Davila Valdes est l’auteur de l’ouvrage Refugiados españoles en Francia y en México. Un estudio comparativo (1939-1951), de la collection « Ambas Orillas » du Colegio de México.
claudavila@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org