Navigation – Plan du site
Dossier. Sciences participatives et restitution

Vigie-Nature : sciences participatives et biodiversité à grande échelle

Vigie-Nature: citizen science and biodiversity on a large scale
Vigie-Nature: la biodiversidad y la ciencia ciudadana a gran escala
Marine Legrand
p. 65-84

Résumés

Vigie-Nature est un « observatoire » de la biodiversité ordinaire en France métropolitaine, qui repose entièrement sur des données récoltées par des bénévoles. Issu d’une collaboration ancienne informelle entre chercheurs en écologie et ornithologues amateurs, cet observatoire s’est progressivement institutionnalisé en intégrant de nouveaux objets d’études et de nouveaux partenaires. Les protocoles d’observation résultent d’un compromis entre une standardisation des outils et procédures réclamées par les chercheurs, et la nécessité de laisser une place à l’initiative individuelle. Enfin, au-delà de l’utilisation d’Internet pour des échanges virtuels qui restent souvent impersonnels, les rencontres réelles entre initiateurs des projets et volontaires jouent un rôle clé dans la cohésion des réseaux.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Merci à Romain Julliard, directeur scientifique de Vigie-Nature et à l’ensemble de mes collègues pour la confiance accordée pendant ces deux années.
Merci à Anne-Laure Gourmand, Lisa Jacquin et Romain Julliard pour la relecture de cet article.

Introduction

  • 1 La biologie de la conservation peut se définir comme « une discipline qui s’intéresse à la biologie (...)

1Au cours de l’histoire de l’écologie scientifique, un lien fort s’est toujours maintenu entre les chercheurs professionnels et des acteurs extérieurs à l’institution de la recherche publique [Charvolin, 2007], ainsi qu’entre le laboratoire et le terrain d’étude [Callon et al., 2001]. Avec le glissement de l’idée de protection de la nature vers celle de « pilotage de la biodiversité » éclairé par la science [Blandin, 2009], ces relations ont pris de nouvelles formes. Le développement de la biologie de la conservation depuis les années 1980 [Soulé, 1985]1 est ainsi allé de pair avec la création d’« observatoires » visant à rassembler des données à grande échelle sur l’état de la biodiversité. Dans le contexte de ces observatoires, la « participation » recouvre un sens spécifique : il s’agit de la mobilisation de volontaires prêts à récolter de l’information sur la faune et la flore suivant des protocoles standards, démultipliant ainsi les capacités d’analyse des chercheurs. Quelle forme prennent les relations entre acteurs dans ce contexte, très cadré, des observatoires sur la biodiversité, pilotés par des chercheurs en écologie ? Cet article a pour but d’aborder les modalités de participation et de restitution propres à ces observatoires en partant d’une expérience française : celle du projet Vigie-Nature. Il s’agit d’un retour d’expérience, écrit avec la volonté de partager un savoir acquis par la pratique, suite à l’animation d’un projet regroupant des acteurs de la recherche publique, du monde associatif et de simples citoyens.

  • 2 Laboratoire Conservation des espèces, restauration et suivi des populations, UMR 7204 MNHN/CNRS/Par (...)

2Vigie-Nature est une bannière sous laquelle se regroupe un ensemble d’observatoires de la « biodiversité ordinaire ». Ces projets reposent sur des contributions volontaires de bénévoles qui récoltent des données sur la faune et la flore communes, partout en France métropolitaine. Vigie-Nature est né à l’initiative d’un laboratoire de recherche en biologie de la conservation, le Cersp2, au Muséum national d’histoire naturelle, au tournant des années 2000. C’est un projet multipartenarial, qui recouvre un triple enjeu : scientifique, politique et pédagogique. L’enjeu scientifique est de mieux comprendre la dynamique de la biodiversité à grande échelle spatiale et temporelle, en s’appuyant sur l’étude des espèces les plus communes. C’est un travail qui mobilise essentiellement des chercheurs en écologie des communautés, c’est-à-dire qui étudient ensemble les différentes espèces évoluant dans un même habitat. L’objectif politique est de contribuer à rendre publique la crise que connaît actuellement la biodiversité par la production, à l’échelle nationale, d’indicateurs d’état et de scénarios d’évolution, en s’appuyant sur les travaux scientifiques précédents. Enfin, l’objectif pédagogique est d’inciter les individus à observer la nature autour de chez eux, dite « nature ordinaire », en espérant ainsi renforcer au niveau individuel l’importance accordée à la biodiversité et à sa conservation. Les observatoires, s’ils sont tous différents, se rassemblent autour de fondamentaux concernant les objectifs scientifiques, les protocoles, et les partenariats : étudier les espèces communes, à grande échelle spatiale et temporelle ; construire des protocoles de suivi pouvant être appliqués par des personnes n’ayant pas de formation en écologie ; travailler en partenariat avec des associations d’étude et de protection de la nature. En raison de la multiplicité des enjeux et des partenariats, Vigie-Nature garde une identité parfois floue. Mais le projet bénéficie d’une importante notoriété : connu des réseaux naturalistes et des réseaux d’éducation à l’environnement, il est aussi visible dans les médias. Enfin, il est reconnu par les institutions publiques nationales et suscite l’intérêt d’un certain nombre de collectivités locales.

  • 3 Pour une exploration plus large des projets de sciences participatives sur la biodiversité, on pour (...)

3Membre de l’équipe de coordination de Vigie-Nature de 2009 à 2011, j’ai eu différentes responsabilités, entre recherche de partenariats et animation de réseau. L’objectif de cet article est de proposer, à partir de mon expérience, une analyse empirique des procédés ainsi que les outils propres à ce programme de « sciences participatives »3, en mettant l’accent sur les particularités liées à l’objet de recherche (la biodiversité, et plus précisément la dynamique des espèces communes) et à l’échelle d’étude (France métropolitaine). J’essaierai de montrer en quoi, selon moi, ce choix de construire un modèle participatif à la fois « à grande échelle » et centralisé comporte des contraintes qui encadrent fortement les modalités de participation. Vigie-Nature est le résultat d’une trajectoire de plus de dix ans, partant d’une relation forte entre chercheurs en écologie et ornithologues amateurs. Les nombreux partenariats noués au fil du temps en ont depuis fait un projet très riche mais délicat à manœuvrer. Au niveau des protocoles de suivi, on trouve une tension entre la standardisation des outils et procédures de participation, et la place laissée à l’initiative individuelle. Cela prend des formes différentes en fonction des compétences et du statut des participants, entre naturalistes confirmés et simples curieux de nature. Enfin, les possibilités d’échanges entre participants sont conditionnées par l’échelle à laquelle se déploient les observatoires ; elles varient également entre les deux types de participants.

Vigie-Nature : vers un « Météo-France » de la nature ordinaire ?

  • 4 On utilisera « Muséum » dans la suite du texte pour désigner l’établissement.

4L’intervention de bénévoles dans les sciences naturelles repose sur une tradition longue, dans laquelle le Muséum national d’histoire naturelle4 tient une place importante. Mais c’est une nouvelle forme de collaboration qui se dessine avec Vigie-Nature. L’objectif, ambitieux, est de construire un réseau de suivi des espèces communes couvrant l’ensemble du territoire et permettant, in fine, de prédire les changements affectant la biodiversité à long terme. D’où l’image de Météo-France, souvent utilisée comme point de référence par le directeur du Cersp, à la fois comme ligne d’horizon et pour marquer une opposition. Comme il le souligne, à l’inverse de la météorologie, l’étude de la biodiversité repose essentiellement sur l’humain. La réussite du projet est ainsi conditionnée par la participation massive de bénévoles à la récolte de données naturalistes. Vigie-Nature s’est construit en s’appuyant sur un modèle historique, celui du suivi des oiseaux par les ornithologues amateurs. La création de plus de dix observatoires en dix ans a ensuite donné naissance à un projet multipartenarial (voir tableau 1), entraînant un certain nombre de contraintes.

Tableau 1. Vigie-Nature, un ensemble d’observatoires des espèces communes en France

Projet

Année de lancement

Groupes suivis

Milieux

Partenaires associatifs

Observatoires naturalistes

Stoc

1989

oiseaux

tous

Associations ornithologiques régionales

Shoc

2008

oiseaux

champs

LPO Drôme

Spoc

2006

chauves-souris

tous

Associations et collectivités

Vigie-Flore

2009

plantes

tous

Tela botanica

Sterf

2006

papillons

tous

Association des lépidopétistes

de France

Steli

2011

libellules

milieux humides

Conservatoire des espaces naturels

du Nord-Pas-de-Calais,

Office pour les insectes et leur

environnement, société française

d’odonatologie

Observatoires ouverts à tous

observatoire des papillons des jardins

2006

papillons

jardins

Noé conservation

opération escargots

2009

escargots et limaces

jardins

Noé conservation

enquête coléos

2010

coléoptères

jardins

Noé conservation

observatoire des Bourdons

2008

bourdons

jardins

Asterella

SPIPOLL

2010

insectes

tous

OPIE

sauvages de ma rue

2011

plantes

rues

Tela Botanica

oiseaux des jardins

2012

oiseaux

jardins

LPO

50 000 observations pour la forêt

2012

plusieurs

forêt

Noé conservation

Observatoires professionnels

PROPAGE

2010

papillons

jardins publics

Noé conservation

observatoire Agricole de la Biodiversité

en construction

Diversification à partir d’un modèle historique

  • 5 Centre de recherche sur la biologie des populations d’oiseaux. Ce service du Muséum, intégré au Cer (...)
  • 6 http://www2.mnhn.fr/crbpo/, consulté le 7 juin 2012.

5L’histoire du projet Vigie-Nature s’inscrit dans la continuité d’une collaboration ancienne entre le Muséum et de nombreux naturalistes amateurs, au premier rang desquels, les ornithologues. Le Muséum abrite depuis 1923 le CRBPO5, structure qui coordonne l’activité de baguage des oiseaux en France. Plus de 200 000 bagues sont ainsi posées chaque année par environ 500 bagueurs, pour suivre les populations d’oiseaux, notamment à deux moments clés : la migration et la reproduction. En France, cette activité repose en grande majorité sur un réseau de bénévoles. Le rôle du CRBPO est double : organiser le baguage (dispenser des formations, délivrer les permis de baguage, distribuer les bagues) ; gérer et valoriser les données (gestion informatique, expertise, recherche)6.

  • 7 Par opposition aux espèces rares à l’échelle nationale, c’est-à-dire dont les populations ont des e (...)

6Lancé en 1989 par le CRBPO, et relancé en 2001 après une période d’essoufflement, le Suivi temporel des oiseaux communs est le premier observatoire des espèces communes7 au Muséum. Il servira de modèle pour la construction de Vigie-Nature au cours des années 2000. L’objectif du Stoc est de suivre les variations d’effectifs des populations d’oiseaux nicheurs, d’une année sur l’autre, à l’échelle nationale et d’étudier les tendances d’évolution à long terme, pour mieux connaître l’influence de changements dans l’environnement, en particulier concernant le climat et l’occupation du territoire. Le suivi s’appuie sur le réseau des bagueurs, et plus largement sur les ornithologues capables de reconnaître les oiseaux à leur chant. Le Stoc comporte ainsi deux volets, l’un basé sur la capture et le baguage (Stoc Capture), l’autre sur des points d’écoute (Stoc EPS, pour « échantillonnage ponctuel simple »).

  • 8 Le CRBPO a entre-temps été intégré au laboratoire de recherche dont il est devenu un service intern (...)

7À partir de 2005, c’est à la faveur de différentes rencontres avec des acteurs associatifs, que le projet Vigie-Nature voit progressivement le jour, cette fois au sein du Cersp8. La création de nouveaux observatoires prend deux directions : d’une part en répliquant le Stoc à d’autres groupes taxonomiques, d’autre part en s’adressant à un public d’observateurs novices. Le modèle initié par le Stoc est d’abord repris pour lancer des suivis sur d’autres groupes taxonomiques : chauves-souris, papillons de jour, plantes vasculaires, libellules. Ces projets s’adressent également à des amateurs en partie rassemblés au sein d’associations. Ils sont nommés sur le modèle du Stoc, en insistant sur la dimension de « suivi », qui contraste avec la démarche classique de l’inventaire naturaliste. Ils s’appuient sur les réseaux naturalistes correspondant aux différents taxons. Naissent ainsi entre 2006 et 2011 quatre nouveaux suivis : le Spaf, Suivi des plantes à fleurs – aujourd’hui Vigie-Flore (avec Tela botanica). Le Shoc, Suivi hivernal des oiseaux des champs (avec la LPO Drôme), le Suivi des populations de chauves-souris (avec un ensemble de partenaires locaux), le Sterf, Suivi temporel des rhopalocères de France (avec l’association des Lépidoptéristes de France). Le dernier né est Steli, pour Suivi temporel des libellules (avec le Conservatoire des espaces naturels du Nord-Pas-de-Calais, l’Office pour les insectes et leur environnement et la Société française d’odonatologie).

8Vigie-Nature se développe également par la création d’observatoires destinés au grand public, ou pour le dire autrement, aux observateurs novices, c’est-à-dire ne demandant aux participants aucune connaissance préalable. Le but est alors, en mobilisant un public large, d’articuler travaux scientifiques et découverte de la pratique naturaliste (avec, en ligne d’horizon, une possible sensibilisation aux enjeux de conservation de la biodiversité). L’enjeu pédagogique est, par l’observation attentive, de faire appréhender aux individus la diversité des formes de vie qu’ils côtoient au quotidien, et donc à rendre plus palpable, pour ainsi dire plus vivant, le concept de biodiversité. Le premier projet de la série est l’Observatoire des papillons des jardins, lancé en 2006 avec l’association Noé conservation, dédié à l’étude des populations de papillons de jour dans les jardins privés. Suivent six autres observatoires, – soit un nouveau projet chaque année – dont le Suivi photographique des pollinisateurs (Spipoll, 2010) avec l’Opie, Sauvages de ma rue (2011) avec Tela botanica, Oiseaux des jardins (2012), avec la LPO.

  • 9 La gestion différenciée consiste à prendre en compte les enjeux écologiques (gestion de l’eau, poll (...)
  • 10 Nous laisserons cette troisième catégorie d’observatoires de côté dans la suite de l’article : noto (...)

9Enfin, les développements les plus récents de Vigie-Nature concernent la création d’outils de suivi de la biodiversité destinés à des professionnels, tels qu’agriculteurs et gestionnaires d’espaces verts urbains. Ainsi le Propage, (Protocole papillons gestionnaires, lancé en 2010 avec Noé conservation) est un projet de suivi de papillons de jour qui s’adresse aux jardiniers professionnels, et se définit comme un outil d’aide à la décision, pour accompagner le passage à la gestion différenciée9. L’Observatoire agricole de la biodiversité, piloté avec le ministère en charge de l’Agriculture et les Chambres d’agricultures, s’adresse quant à lui aux agriculteurs et vise aussi à faire le lien entre dynamique de la biodiversité et évolution des pratiques agricoles. Il s’appuie pour cela sur le suivi d’espèces auxiliaires des cultures (vers de terre et abeilles solitaires, entre autres)10.

10En termes de partenariats, le modèle général est le suivant, même si la réalité varie grandement entre les observatoires : les chercheurs du Muséum sont chargés d’établir les protocoles, et de valoriser les données sous forme de travaux scientifiques et d’indicateurs. Ils s’engagent aussi à faire un retour aux observateurs des résultats de leurs analyses. Les partenaires associatifs sont chargés de faire vivre le réseau des observateurs. Ils apportent également une expertise naturaliste et une expérience de terrain qui joue un rôle important au moment de la construction des observatoires. Cette complémentarité est un facteur essentiel à la réussite des observatoires. Les projets qui réussissent le mieux sont selon moi ceux qui savent en tenir compte, à chaque étape de la construction.

11L’histoire de Vigie-Nature est par ailleurs marquée par une formalisation croissante des partenariats. Les observatoires les plus anciens reposent sur des accords informels, les initiatives les plus récentes tendent à s’appuyer de plus en plus systématiquement sur des conventions, spécifiant le partage des rôles entre chaque acteur. En effet, si les premières initiatives (en particulier le Stoc) ont été construites au sein de réseaux d’interconnaissance déjà formé, les partenariats lancés pour les nouveaux projets obéissent plus à une logique de rencontre entre structures. Enfin, la création d’un comité de pilotage de Vigie-Nature, rassemblant les chercheurs du Muséum et les associations partenaires est actuellement en cours. On peut espérer que son existence, loin de rigidifier les échanges, favorisera la mise en commun des compétences de chacun.

Changements d’échelle, changement de statut

12Au fur et à mesure que Vigie-Nature a pris de l’ampleur, l’équipe de coordination, au Cersp, s’est agrandie. Le laboratoire a accédé à un meilleur financement (augmentation du financement du ministère en charge de l’Écologie, puis obtention d’un mécénat en 2010). Vigie-Nature a reçu l’attention de différents services du Muséum (communication, informatique, etc.), qui s’investissent dans le développement des nouveaux programmes (à partir du Spipoll, en 2010). Les partenariats extérieurs se sont également multipliés.

13En effet, en parallèle de la diversification des observatoires au sein de Vigie-Nature, des travaux ont progressivement été lancés au cours des années 2000 avec des acteurs locaux (collectivités, gestionnaires d’espaces naturels) par la déclinaison locale des observatoires existants. Ces partenariats concernent soit des programmes isolés, soit Vigie-Nature dans son ensemble. Certains protocoles sont utilisés par des gestionnaires d’espaces naturels pour acquérir des nouvelles connaissances sur leur territoire. C’est par exemple le cas du Stoc, décliné dans les réserves naturelles, ou de Vigie-Flore, utilisé par le Parc national des Pyrénées, en complément des inventaires qui portent sur les espèces patrimoniales, pour suivre la flore commune. Les plans d’échantillonnages, adaptés au cas par cas, ne permettent pas toujours d’intégrer les données dans les bases nationales. À l’inverse, les données récoltées à l’échelle nationale peuvent servir de référence pour les territoires qui lancent des suivis locaux s’appuyant sur les mêmes protocoles.

14D’autres partenariats concernent l’animation de Vigie-Nature par des collectivités locales, qui ont commencé à se nouer au tournant de 2010. Entre acquisition de connaissance et éducation à l’environnement, les objectifs sont hiérarchisés de manière différente selon les cas. Ainsi, la région Haute-Normandie utilise les protocoles Vigie-Nature pour nourrir les indicateurs de l’Observatoire de la biodiversité. Pour ce faire, elle se concentre sur les protocoles « naturalistes ». Le Conservatoire des espaces naturels du Nord-Pas-de-Calais, quant à lui, mobilise essentiellement Vigie-Nature dans un objectif d’éducation à l’environnement, et pour ce faire, met logiquement l’accent sur les projets grand public. Enfin, certaines collectivités comme le département de Seine-Saint-Denis couplent les deux objectifs.

  • 11 Aux chercheurs et aux naturalistes des débuts sont notamment venus s’ajouter informaticiens, commun (...)
  • 12 Pour plus de détails sur les acteurs qui jouent un rôle dans Vigie-Nature, se référer à Gourmand et (...)

15D’un projet de recherche animé par un laboratoire et géré de manière relativement informelle, Vigie-Nature est devenu un projet d’établissement, mis en avant par la direction du Muséum. Le projet a aujourd’hui une visibilité importante, aussi bien au niveau médiatique qu’institutionnel. Mais le nombre croissant d’acteurs impliqués dans Vigie-Nature a finalement rendu la structure de l’ensemble peu lisible : autant le partage des rôles entre services du Muséum est peu clair pour les partenaires associatifs, autant la structure multipartenariale de Vigie-Nature échappe grandement aux différents services administratifs du Muséum, et dans une certaine mesure aux partenaires locaux. Travailler avec les différents services du Muséum et avec les collectivités locales demande ainsi un effort important pour expliciter les rôles de chacun, et le sens général du projet. De manière plus positive, chaque nouveau métier11 et chaque nouveau territoire qui appréhende Vigie-Nature lui apporte une dimension nouvelle et peut potentiellement l’enrichir12.

Des outils standardisés pour une participation à grande échelle

16Les observatoires qui forment Vigie-Nature ont en commun un pilotage fort par le laboratoire Cersp, qui définit les questions et les protocoles de récolte de données permettant d’y répondre… Néanmoins, les modalités de participation et de restitution, la structure des partenariats ainsi que les outils utilisés, varient en fonction des publics concernés (entre projets « naturalistes » et projets « grand public »).

Des protocoles pour les naturalistes : une rencontre entre professionnels et amateurs

17Le protocole du Stoc représente un compromis entre la pratique de terrain propre aux naturalistes amateurs, et celle propre aux chercheurs en biologie des populations. Prenons l’exemple du protocole du Stoc EPS (points d’écoute) :

« Un observateur désirant participer au programme se voit attribuer un carré de 2 x 2 kilomètres tiré au sort dans un rayon de 10 kilomètres autour d’un lieu de son choix, ainsi que d’un carré de remplacement au cas où le premier carré serait inaccessible. À l’intérieur de ce carré, l’observateur répartit 10 points de comptage de manière homogène et proportionnellement aux habitats présents, sur lesquels il effectue deux relevés de 5 minutes exactement ( = EPS) chaque printemps, à au moins quatre semaines d’intervalle, avant et après la date charnière du 8 mai. Tous les oiseaux vus et entendus sont notés et un relevé de l’habitat est également effectué, selon un code utilisé dans d’autres pays européens et adapté pour la France. Les relevés oiseaux et habitat sont réitérés chaque année aux mêmes points et aux mêmes dates, dans la mesure de conditions météorologiques favorables, par le même observateur. »13

18Ce protocole respecte des critères permettant une exploitation statistique des données, ce qui apporte une valorisation scientifique (tirage aléatoire du site suivi, standardisation du relevé, répétition des mesures). Une faible marge de manœuvre est laissée à celui qui va sur le terrain, quant au choix des points d’écoute et de la date du relevé à l’intérieur d’une fourchette de date définie par le protocole (on indique son lieu de résidence, on fait soi-même le plan d’échantillonnage à l’intérieur du carré tiré au sort dans un rayon de 10 km autour de son domicile, on a deux mois pour faire les mesures, mais les deux passages doivent être distants de quatre semaines).

19Plusieurs éléments s’écartent, ici, d’une pratique habituelle de l’ornithologie, c’est-à-dire d’une recherche des espèces rares dans des espaces remarquables : il est en effet demandé aux participants de noter toutes les espèces qu’ils voient et entendent sans distinction. Par ailleurs, ils ne choisissent pas les sites qu’ils suivent : un point d’écoute peut ainsi aussi bien se trouver dans un marais riche en oiseaux limicoles ou dans un parking de supermarché. Enfin, ils s’engagent à répéter les mesures chaque année sur le même site. Le but recherché est de pouvoir comparer les sites entre eux et d’une année sur l’autre, en obtenant une image la plus fidèle possible du territoire (notion de « représentativité » de l’échantillon).

20Pour les autres taxons suivis, les protocoles naturalistes sont construits sur le modèle du Stoc. Les relevés prennent des formes nouvelles : des placettes pour les plantes (relevé effectué dans un carré), des transects pour les papillons, (relevés en ligne droite), etc. Les dates et les méthodes de relevés sont adaptées en fonction des taxons. Mais le principe reste identique : le même observateur revient chaque année au même endroit et à la même date, suivant la même procédure. L’objectif est toujours de pouvoir comparer entre eux les relevés de l’ensemble des observateurs, entre différentes régions de France, et d’une année sur l’autre. Du fait de la petite taille de certains réseaux naturalistes, si l’on veut obtenir une adhésion suffisante pour que les projets fonctionnent, il est important d’éviter de décourager les personnes potentiellement motivées à participer, et il est donc impossible de proposer des protocoles aussi contraignants que le Stoc. Ainsi, certains suivis naturalistes laissent des possibilités de choix importantes aux observateurs. Pour prendre l’exemple du suivi des libellules, une grande liberté est laissée quant à la méthode de relevé, tant qu’ils informent les coordinateurs de la technique utilisée. Si cette souplesse a pour but de motiver le plus grand nombre, elle permet aussi de rassembler dans le Steli, moyennant quelques adaptations, des personnes à l’origine de suivis qui fonctionnaient déjà localement.

Des protocoles pour les novices : entre rigueur et convivialité

21Les observatoires s’adressant au grand public sont construits avec ce même objectif de comparaisons temporelles et spatiales. Mais ils diffèrent sur plusieurs points des précédents : au niveau de la construction de l’objet de recherche, et celui de la récolte des données. Pour la construction de l’objet de recherche, les thèmes de travail sont choisis dans le but de combiner l’intérêt scientifique des observatoires avec un deuxième objectif, pédagogique : ce sont des sujets porteurs, auxquels tout un chacun peut porter un intérêt. Dans le cas de l’OPJ par exemple, les papillons ont un double rôle : utilisés comme groupe indicateur pour comprendre l’effet des pratiques de jardinage sur la biodiversité, ils servent aussi de médium pour inciter les particuliers à soigner leur jardin de manière plus écologique (sans pesticides, en tondant moins souvent, etc.). De même, Sauvages de ma rue, observatoire des plantes en ville, vise non seulement à récolter des données sur la dynamique de la flore urbaine, mais aussi à inciter les citadins à porter de l’intérêt aux plantes sauvages qui poussent sans contrôle au pied des arbres, après l’abandon des pesticides par les collectivités locales. Enfin le Spipoll, dont l’objectif scientifique est d’étudier les réseaux d’interactions plantes-insectes pollinisateurs, permet également de mettre en lumière, au-delà des seules abeilles domestiques, la diversité des insectes sauvages qui participent à la pollinisation. L’observation de la nature se fait donc à des fins à la fois scientifiques et pédagogiques, servant de support à une familiarisation avec la faune et la flore sauvages, en ville ou au jardin, par l’apprentissage des noms des espèces [Cosquer et al., 2012].

22Au niveau de la récolte des données, pour toucher un public le plus large possible, plusieurs changements sont opérés par rapport aux suivis destinés aux naturalistes confirmés : simplification des protocoles de relevés, regroupement des espèces difficiles à distinguer et création de guides d’identifications. En premier lieu, les protocoles sont assouplis : ils comportent moins de contraintes sur les dates de relevés, le choix du site de suivi et la durée du relevé. Néanmoins, la participation peut quand même demander un certain temps, mais aussi toujours de la rigueur. Citons en exemple le protocole du Spipoll, décrit sur le site internet du projet14. Le principe général est le suivant : choisir une plante en fleur, prendre en photo toutes les espèces d’insectes qui s’y posent en un temps donné (20 minutes minimum), recadrer les photos, choisir une photo par espèce rencontrée, mettre un nom sur ces insectes grâce à une clé d’identification et poster la « collection » ainsi constituée sur le site internet du Spipoll. Ensuite, il est aussi possible de regarder les collections postées par les autres et de… comparer les récoltes.

« 1. La phase « terrain » :

Choisissez une plante en fleur dont vous prenez deux photos :

(1) une macro (un gros plan) de la fleur ;

(2) l’environnement proche de la plante (prise à 2-3 mètres de celle-ci).

Puis deux possibilités pour constituer une collection des insectes se nourrissant sur les fleurs de l’espèce choisie :

  • une version Flash : exactement 20 minutes, montre en main ;

  • une version Longue : les 20 minutes deviennent un minimum : prolongez le plaisir de l’observation autant que vous le voulez ! Vous avez trois jours pour revenir prendre des photos autant de fois que vous le souhaitez sur la même fleur. Notez l’heure de début et de fin de vos différents affûts photographiques (appelés « sessions »).

Dans les deux cas, l’objectif est d’avoir une photo par espèce d’insecte, de qualité suffisante pour certifier que cette espèce diffère des autres espèces de votre collection. Un doute sur un nouvel arrivant ? Prenez-le en photo : vous regarderez plus tard si vous l’aviez déjà photographié ou non. Pour chacune des espèces photographiées, vous aurez la possibilité de nous communiquer une information sur son abondance : y a-t-il un seul individu ? Entre deux et cinq ? Ou plus de cinq ? […]. »

23Il faut donc du temps pour se familiariser avec les outils et pour mener l’action de participation jusqu’à son terme (poster les données sur Internet). La convivialité du ton, et l’ergonomie des outils informatiques sont là pour rassurer les participants.

24Un autre type de simplification concerne les espèces à suivre : on regroupe les espèces difficiles à distinguer à l’œil nu ou on se limite aux plus communes. Ainsi, dans le cas de l’OPJ, il s’agit de suivre 28 types de papillons de jour. Si le demi-deuil avec ses motifs noirs et blancs caractéristiques (voir photo 1) est facile à reconnaître, les piérides blanches (piéride de la rave, du chou et du navet), qui se ressemblent beaucoup, sont comptées ensemble. Dans le cas du Spipoll, tous les insectes floricoles sont considérés, mais seulement la moitié (298 taxons sur les 598 que compte la clé d’identification) sont déterminés à l’espèce (on arrive à 75 % si on intègre les taxons déterminés au genre). Les insectes absents de la clé d’identification sont regroupés sous la formule « taxon inconnu de la clé », ce qui permet de ne laisser aucune donnée de côté.

Photo 1. Demi-deuil (Melanargia galathea)

Photo 1. Demi-deuil (Melanargia galathea)

Source : Benoît Fontaine

  • 15 Machon N., Sauvages de ma rue. Guide des plantes sauvages des villes de la région parisienne.

25La dernière différence concerne les outils fournis aux participants : divers types de guides conçus pour une formation autonome des individus sont mis à leur disposition pour apprendre à distinguer les espèces (fiches à imprimer, guides papiers15, clés d’identification en ligne). Ces outils sont assortis de glossaires (vocabulaire de l’anatomie des insectes, des plantes, etc.). Une attention est également accordée à la formulation, rendue moins intimidante par l’élimination de tout vocabulaire trop technique. Enfin, la notion de plaisir revient souvent dans les textes de présentation. Tout est fait pour rendre accessible mais aussi attrayante la récolte de données standardisées et pour en minimiser les aspects fastidieux.

Validation des données : faire confiance ou demander des preuves ?

26De même que pour les projets naturalistes, les observatoires qui s’adressent au grand public sont encadrés par un protocole entièrement défini par les chercheurs, qu’il convient de respecter strictement. Entre les deux, c’est le niveau de précision des données récoltées qui varie. Le succès de l’entreprise repose dans tous les cas sur la confiance accordée aux participants en ce qui concerne le respect du protocole. Il est donc essentiel que celui-ci soit adapté aux compétences et aux motivations de ceux-là. Il s’agit de trouver un compromis entre le nombre d’observateurs potentiels et la précision des données attendues en fin de course. Ainsi les projets menés avec les naturalistes permettent de produire des données précises, mais les observateurs seront, a priori, peu nombreux du fait du niveau de compétences exigées. Réciproquement, les observatoires reposant sur un public novice, (conçus pour que n’importe qui puisse respecter les règles du jeu sans faire trop d’effort) pourront impliquer plus de personnes, mais produiront des données moins précises.

27D’une manière générale, le principe de Vigie-Nature est d’accorder sa confiance à l’observateur. Selon les coordinateurs scientifiques, les protocoles sont suffisamment contraignants pour qu’il n’y ait aucun intérêt à participer sans faire de son mieux. Les statistiques font le reste. Étant donné que la valorisation des données passe par des comparaisons et par la production de patrons à grande échelle spatiale et temporelle, il est possible de conserver un certain taux d’erreur dans les données, tant que celui-ci n’est pas biaisé géographiquement ou bien d’une année sur l’autre. Et si c’est le cas, si cette variation est connue, elle peut aussi être prise en compte. Ainsi, dans le cas du Stoc, il a été possible d’estimer la variation du taux d’erreur entre la première année et la deuxième année de participation. C’est « l’effet apprentissage », alors intégré dans les analyses statistiques [Jiguet, 2009]. Par ailleurs et quand c’est possible, les données sont validées de manière individuelle. C’est le cas pour le suivi des chauves-souris et pour le Spipoll. Pour les chauves-souris, les données sont des enregistrements de cris émis pendant l’activité de chasse, qui permettent de les identifier par la lecture de sonagrammes (traduction graphique des sons enregistrés), chaque espèce ayant sa signature propre. Si les participants sont invités à identifier eux-mêmes les espèces rencontrées, ils envoient également leurs données aux coordinateurs nationaux qui procèdent à une validation. Néanmoins, cette précaution est très coûteuse en temps. Dans le cas du Spipoll, la validation des données est distribuée : l’affichage en temps réel des collections d’insectes postées sur le site, assorti d’un système de commentaire, permet à tout participant de signaler un doute sur l’identification. Enfin, un ensemble de personnes, considérées comme expertes, ont la possibilité de corriger directement les identifications, validant ainsi les observations. Outre l’amélioration de la qualité des données, cette validation permet aux participants de se perfectionner, en prenant connaissance de leurs erreurs.

28Les outils de participation développés dans le cadre de Vigie-Nature sont construits pour obtenir des données standardisées. Les observateurs doivent exécuter une procédure strictement définie par ceux qui ont créé les observatoires. Si une certaine marge de manœuvre existe, ces modalités de participation laissent en principe peu de place à la créativité. Or, il me semble que si cette rigidité est rendue nécessaire par le but que se donne Vigie-Nature, elle constitue peut-être aussi un frein à la participation. Le médium photographique, utilisé dans le cas du Spipoll seulement, qui permet à chacun de « laisser sa patte » dans les données, est peut-être la meilleure forme de compensation à laquelle on puisse penser pour l’instant.

Un réseau ou un public ? Participation et partenariats

  • 16 Devise de Vigie-Nature depuis 2011.

29Les personnes qui participent aux différents observatoires Vigie-Nature forment, selon la nouvelle devise du projet, « un réseau de citoyens qui font avancer la science »16. Ces personnes sont plus ou moins fortement connectées entre elles, en fonction de l’histoire des projets et des outils de communication développés au cas par cas. On retrouve à ce niveau un contraste entre les deux types d’observatoires : d’un côté, les chercheurs s’adressent d’abord à un ou plusieurs réseaux identifiables, ce sont des naturalistes amateurs qui ont des chances de se connaître entre eux au niveau local. De l’autre, on s’adresse d’abord à un public de curieux de nature, réparti sur tout le territoire.

Du côté des naturalistes : une logique de réseaux

30Aujourd’hui, le Stoc compte environ 1 000 participants qui se renouvellent en partie d’une année sur l’autre. Il est animé par 50 coordinateurs locaux (un par région, plus un certain nombre par départements particulièrement mobilisés), des ornithologues appartenant en général à des antennes locales de la Ligue pour la protection des oiseaux ou à des associations indépendantes liées de manière informelle au CRBPO. Les coordinateurs s’engagent à centraliser les données sur leur département ou leur région et à les transmettre au coordinateur national. En retour celui-ci publie un bilan annuel, qui comprend notamment les tendances d’évolution des effectifs pour 175 espèces d’oiseaux à l’échelle nationale. Il propose également, certaines années, des formations à l’analyse de données. Les coordinateurs régionaux produisent également des bilans annuels à leur échelle, et organisent des rencontres entre observateurs. Cette animation locale, propre à renforcer le sentiment d’appartenance à un projet commun, me semble un élément important dans la réussite du Stoc.

31Le Stoc se rattache enfin à un réseau européen, animé par l’association britannique BirdLife. De nombreux articles scientifiques sont publiés chaque année à partir des données Stoc, notamment axées sur l’influence du changement climatique ou des pratiques agricoles sur les communautés d’oiseaux. Il n’est pas rare que les analyses soient faites directement à l’échelle européenne, les données étant centralisées et accessibles à ce niveau. Par ailleurs, l’indicateur « oiseau commun » issu des données Stoc fait partie des indicateurs du développement durable au niveau national. Il en est de même au niveau européen pour les oiseaux spécialistes du milieu agricole (voir figure 1). Ainsi, le Suivi temporel des oiseaux communs, premier des observatoires Vigie-Nature, est aussi, peut être à l’image de l’ensemble des ornithologues amateurs eux-mêmes, de loin le plus structuré, ce qui rejaillit sur les modalités de restitution ainsi que sur la valorisation scientifique des données récoltées.

Figure 1. Indicateurs habitats produits à partir du Stoc, actualisation 2011

Figure 1. Indicateurs habitats produits à partir du Stoc, actualisation 2011

Les valeurs sont arbitrairement fixées à 1 en 1989.

32Les quatre autres suivis naturalistes n’ont pas attiré, jusqu’à aujourd’hui, autant de participants que le Stoc. Ils comptent de 50 à 200 personnes en fonction des projets. En outre, ces suivis ne s’adossent pas à un réseau structuré de manière aussi nette que pour le Stoc. Les naturalistes attentifs aux chauves-souris, aux libellules, aux papillons et aux plantes à fleur ne sont pas aussi organisés que les ornithologues. Différentes raisons peuvent être évoquées pour expliquer l’engouement plus modeste des naturalistes pour ces autres suivis, comme une moins forte adhésion des associations référentes aux propositions du Muséum (par exemple la Société d’étude et de protection des mammifères – SFEPM – pour les chauves-souris). Ces partenariats demandent du temps pour se construire, le temps pour les chercheurs de présenter les preuves de l’intérêt scientifique de ces projets (les premiers résultats entraînant l’implication de nouveaux acteurs). Le temps aussi de dépasser les conflits de nature technique (liés aux protocoles eux-mêmes) et de nature politique, liés à la place de chaque partenaire dans le projet [Gourmand et al., 2012].

33À mon sens, cette taille plus modeste, si elle limite dans l’immédiat les possibilités de valorisation scientifique, a l’avantage de permettre des contacts plus étroits entre chercheurs et participants. Les coordinateurs de Vigie-Flore (deux chercheuses du Cersp et l’association Tela-Botanica) organisent ainsi une rencontre annuelle, occasion de présenter les derniers résultats, de proposer des formations – par exemple au printemps 2012, autour de la reconnaissance des graminées – et de partager un repas. Des démarches sont par ailleurs en cours pour trouver des volontaires prêts à assurer une animation régionale selon le modèle du Stoc. De même, les stages organisés pour le réseau de Suivi des chauves-souris apportent une convivialité, à mon sens, essentielle.

Participation individuelle, communauté virtuelle

34Les observatoires ouverts à tous sont animés par des associations nationales : Noé conservation, Opie, Tela botanica et LPO, dont les champs d’action varient entre recueil de données naturalistes, protection de la nature et éducation à l’environnement. Celles-ci ont un rôle essentiel lors de la construction des projets aussi bien que pour leur animation. Au moment de la construction des protocoles, la prise en compte des motivations et des compétences des observateurs n’est pas évidente, car ils sont censés s’adresser à tous, c’est-à-dire à personne en particulier. Cela se fait donc de manière indirecte, au travers du savoir-faire et de l’expérience des associations animatrices.

35Tous les observatoires Vigie-Nature utilisent Internet comme moyen de communication privilégié, mais son rôle est encore plus central pour les projets qui s’adressent à tous. La participation est conçue comme individuelle (voire familiale), et l’animation se fait au travers de lettres d’information régulières et de forums. Une adresse électronique est à la disposition des participants pour toute question. Enfin, des bilans annuels sont publiés sur Internet, rapportant aux observateurs les résultats scientifiques obtenus grâce à eux. Ainsi, les observateurs ne se rencontrent pas entre eux, et sauf exception ne rencontrent pas les animateurs du programme (chercheurs et associations nationales).

36La dimension collective de la participation reste donc limitée, en particulier dans le cas de l’OPJ qui est l’observatoire le plus ancien et le moins interactif. Le sentiment d’appartenir à un groupe reste néanmoins [Cosquer, 2012]. Pour les projets les plus récents, les échanges entre participants ont été favorisés par deux nouveautés : la possibilité de poster des photos et l’affichage en temps réel des données récoltées sur le site Internet du projet, parfois assorti d’un système de commentaire. Mon impression est que l’évolution des outils de communication offerts par Internet et l’avènement des réseaux sociaux virtuels peuvent profiter à ces observatoires ouverts à tous, les transformant potentiellement en communautés dynamiques. C’est ce qui se passe (de manière marginale encore) pour le Spipoll, qui a vu en deux ans d’existence la création autonome de plusieurs groupes locaux, passant ainsi du contact virtuel (par l’intermédiaire d’Internet) à la rencontre réelle.

Conclusion

37C’est la réussite du Suivi temporel des oiseaux communs qui a permis, au cours des années 2000, la création de nouveaux observatoires de la biodiversité ordinaire au Muséum ; impliquant d’une part des naturalistes amateurs ayant déjà une pratique d’observation assidue de la nature et d’autre part un public sans expérience particulière en la matière, mais désireux d’en apprendre plus. L’implication de partenaires associatifs, disposant d’une expertise naturaliste et capables d’animer les réseaux d’observateurs tient une place essentielle dans le succès des projets. D’un projet de laboratoire géré de manière informelle, Vigie-Nature est devenu un projet d’établissement pour le Muséum, impliquant de nombreux partenaires. Cela conduit nécessairement à une gouvernance plus strictement structurée. Le défi consiste alors à donner à chacun une place suffisante pour s’exprimer.

38La participation de bénévoles au suivi de la faune et de la flore repose, dans le cas de Vigie-Nature, sur des protocoles standardisés, permettant une exploitation à grande échelle spatiale et temporelle des données récoltées. Néanmoins, ceux-ci comportent une série de compromis, visant à prendre en compte les motivations des participants. L’étape de validation des données est importante à souligner : au-delà de la confiance faite aux participants (élément essentiel de tous les projets de ce genre), plusieurs systèmes de validation permettent non seulement d’améliorer la qualité des données, mais aussi, dans le meilleur des cas, permettent aux participants de se former. Enfin, si la rigidité des protocoles constitue un frein possible à la participation, elle peut être compensée par l’utilisation d’outils comme la photographie, support d’expression de la créativité de chaque observateur.

39Internet tient une place centrale dans les différentes étapes de participation et de restitution propres aux observatoires Vigie-Nature : la diffusion des outils, la saisie des données, la communication des résultats (voire publication en ligne des données elles-mêmes) et les échanges entre participants. Les rencontres physiques apportent néanmoins beaucoup à la cohésion des réseaux. Cela peut passer par des échanges avec les chercheurs du Muséum ou avec les associations naturalistes, lors de formations ou de journées annuelles. Cela peut aussi passer par la formation de groupes locaux. Le fait de pouvoir échanger de vive voix, d’aller ensemble sur le terrain, apparaît de mon point de vue comme un enjeu fort pour la formation et la motivation à participer à ce projet collectif. Au-delà de la surveillance de la biodiversité, un des objectifs de Vigie-Nature est de contribuer à diffuser la culture naturaliste. Cette approche particulière de l’animal et du végétal, qui passe par l’identification et le dénombrement comporte aussi une dimension sensible qui rend à mon sens essentiel le fait de recevoir un enseignement d’une personne que l’on rencontre réellement, en qui on a confiance, et de communiquer ce qu’on sait. C’est un défi que de créer ce sentiment et ces rencontres à si grande échelle, dans le cadre contraint d’un projet institutionnel. Les différents observatoires qui forment Vigie-Nature, au vu de leurs évolutions actuelles, pourraient, à mon sens, aller dans cette direction.

Haut de page

Bibliographie

Blandin P., De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Quae éditions, collection « Sciences en questions », 2009, 124 p.

Callon M., Lasoumes P., Barthe Y., Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, éditions du Seuil, 2001.

Charvolin F., Micoud A., Nyhart L. K., Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, Actes du colloque international sur les Sciences Citoyennes de Saint-Étienne les 13 et 14 janvier 2005, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, 2007.

Cosquer A., Raymond R. et Prévot-Julliard A.-C., « Observations of everyday biodiversity: a new perspective for conservation? », Ecology and Society, 2012, sous presse.

Gourmand A., Legrand M. et Cosquer A., « Vigie-Nature, quand la recherche en écologie devient participative », in C. Fleury et A.-C. Prévot-Julliard (dir), L’exigence de la réconciliation, Fayard, collection « Le temps des sciences », 2012, p. 335-350.

Ifree (Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement), Sciences participatives et biodiversité – Implication du public, portée éducative et pratiques pédagogiques associées, Livret n° 2, collection « Les livrets de l’IFREE », 2011.

Jiguet F., 100 Oiseaux des parcs et des jardins, Delachaux et Niestlé, 2012.

Jiguet F., « Method learning caused a first-time observer effect in a newly started breeding bird survey », Bird Study, vol. 56, n° 2, 2009, p. 253-258.

Machon N., Motard E., Arnal G. (collectif), Sauvages de ma rue. Guide des plantes sauvages des villes de France, éditions Le Passage, 2012, 416 p.

Machon N. (collectif), Sauvages de ma rue. Guide des plantes sauvages des villes de la région parisienne, éditions Le Passage, 2011, 256 p.

Soulé M. E., « What is conservation biology ? », Bioscience, n° 35, 1985, p. 727-734.

Tela botanica, Observons la nature. Des réseaux et des sciences pour préserver la biodiversité, livret publié en vue du colloque Sciences citoyennes et biodiversité organisé à Montpellier les 22 et 23 octobre 2009. URL : http://colloquescb.tela-botanica.org).

Haut de page

Notes

1 La biologie de la conservation peut se définir comme « une discipline qui s’intéresse à la biologie des espèces, des communautés et des écosystèmes perturbés par les activités humaines, dans le but de proposer des principes et des outils pour conserver la diversité biologique » [Soulé, 1985].

2 Laboratoire Conservation des espèces, restauration et suivi des populations, UMR 7204 MNHN/CNRS/Paris-6, dirigé par Denis Couvet.

3 Pour une exploration plus large des projets de sciences participatives sur la biodiversité, on pourra se référer à deux livrets, l’un produit par Tela-Botanica en 2009, l’autre par l’Ifree en 2011.

4 On utilisera « Muséum » dans la suite du texte pour désigner l’établissement.

5 Centre de recherche sur la biologie des populations d’oiseaux. Ce service du Muséum, intégré au Cersp lors de sa création, assure une mission de coordination et d’expertise, en plus d’activités de recherche et de diffusion de connaissances.

6 http://www2.mnhn.fr/crbpo/, consulté le 7 juin 2012.

7 Par opposition aux espèces rares à l’échelle nationale, c’est-à-dire dont les populations ont des effectifs faibles, ou qui ne sont présentes que sur une petite partie du territoire.

8 Le CRBPO a entre-temps été intégré au laboratoire de recherche dont il est devenu un service interne.

9 La gestion différenciée consiste à prendre en compte les enjeux écologiques (gestion de l’eau, pollution, biodiversité) dans l’aménagement et l’entretien des espaces verts.

10 Nous laisserons cette troisième catégorie d’observatoires de côté dans la suite de l’article : notons seulement que ceux-ci se rapprochent dans le fonctionnement des projets grand public, avec une plus grande attention portée à l’animation (organisation de formations).

11 Aux chercheurs et aux naturalistes des débuts sont notamment venus s’ajouter informaticiens, communicants, enseignants, gestionnaires d’espaces naturels… qui ont chacun des pratiques et des objectifs différents.

12 Pour plus de détails sur les acteurs qui jouent un rôle dans Vigie-Nature, se référer à Gourmand et al., 2012.

13 http://vigienature.mnhn.fr/page/protocole, consulté le 7 juin 2012.

14 http://www.spipoll.org/sites/spipoll.org/files/spipoll_guide_utilisateur_simplifié_0.pdf, consulté le 9 juillet 2012.

15 Machon N., Sauvages de ma rue. Guide des plantes sauvages des villes de la région parisienne.

16 Devise de Vigie-Nature depuis 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Demi-deuil (Melanargia galathea)
Crédits Source : Benoît Fontaine
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2805/img-1.png
Fichier image/png, 587k
Titre Figure 1. Indicateurs habitats produits à partir du Stoc, actualisation 2011
Légende Les valeurs sont arbitrairement fixées à 1 en 1989.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2805/img-2.png
Fichier image/png, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Legrand, « Vigie-Nature : sciences participatives et biodiversité à grande échelle », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 65-84.

Référence électronique

Marine Legrand, « Vigie-Nature : sciences participatives et biodiversité à grande échelle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/2805 ; DOI : 10.4000/cal.2805

Haut de page

Auteur

Marine Legrand

Marine Legrand est doctorante au département Écologie et gestion de la biodiversité au Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7204. Avant d’entamer une thèse en anthropologie de la nature, Marine Legrand a occupé pendant deux ans les fonctions de coordinatrice du réseau Vigie-Nature au Muséum national d’histoire naturelle. Elle travaille aujourd’hui sur le thème de la nature en ville.
marine.legrand@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org