Navigation – Plan du site
Dossier. Sciences participatives et restitution

Sciences participatives et biodiversité : de l’exploration à la transformation des socio-écosystèmes

Participatory science and biodiversity: from exploration to transformation of socio-ecosystems
Ciências participativas e biodiversidade : da exploração à transformação dos socio-ecosistemas
Denis Couvet et Anne Teyssèdre
p. 49-64

Résumés

Les sciences participatives contribuent largement aux progrès des recherches sur l’environnement et la biodiversité. Elles peuvent être distinguées selon leur objectif, révélant des logiques complémentaires. Les recherches de type « exploratoire », entreprises dans un objectif de connaissances, sont de manière générale initiées et pilotées par des laboratoires de recherche. Les recherches de type « transformatif », entreprises dans un objectif plus direct de gestion des écosystèmes et/ou de préservation de la biodiversité, le plus souvent initiées et conduites par des acteurs de terrain ou « parties prenantes » (ONGE, collectivités locales, entreprises…), peuvent à cette fin recruter des scientifiques. Nous explorons ici les logiques, problématiques, complémentarités mais aussi l’évolution possible de ces deux types de recherches participatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Définies comme la collaboration de scientifiques et de citoyens non experts à des programmes de recherche scientifique, les sciences participatives varient par l’investissement relatif des deux catégories de participants, leurs motivations respectives et l’organisation de leurs interactions. Pouvant impliquer des acteurs de terrain ou « parties prenantes », telles que des ONG ou des entreprises, les recherches participatives en sciences de la biodiversité se multiplient depuis quelques années, en réponse aux demandes des scientifiques comme à celles de la société, des acteurs de terrain [Couvet et al., 2008 ; Schmeller et al., 2009].

2Dans un essai de classification de ces recherches et de leurs enjeux, Conrad et Hitchley [2011] ont récemment distingué trois types de projets participatifs : les suivis de biodiversité « consultatifs », lancés et pilotés par une agence centrale (gouvernement, organisme de recherche…), les projets « collaboratifs », gouvernés par un groupe de représentants des parties prenantes et les projets « transformatifs », pilotés par les communautés locales, la société civile.

3S’inspirant de leur typologie, nous proposons de contraster deux schémas de recherches participatives, selon leur objectif. Dans le premier, un laboratoire de recherche publique entreprend dans une démarche exploratoire des recherches sur l’état, le fonctionnement et/ou la dynamique d’écosystèmes ou de socio-écosystèmes, avec un objectif de production de connaissances. Ce laboratoire définit les problématiques et les protocoles, identifie les groupes sociaux susceptibles d’être intéressés, recrute les observateurs, analyse généralement les données – en interaction éventuelle avec les parties prenantes – puis transfère les résultats aux observateurs, décideurs et médias.

4Dans le second schéma, de type « transformatif », des parties prenantes de la société civile initient des recherches sur l’état ou le fonctionnement des écosystèmes en émettant leurs interrogations, puis contactent un ou plusieurs laboratoires de recherches ou recrutent des chercheurs, pour définir des protocoles de recherche et analyser des résultats, dans l’objectif de changer les modes de gestion des écosystèmes (figure 1).

Figure 1. Deux modes d’interaction au sein des sciences participatives

Figure 1. Deux modes d’interaction au sein des sciences participatives

5L’objet de cet article est d’examiner la pertinence de cette catégorisation pour éclairer les potentialités et l’évolution des recherches participatives sur la biodiversité. Nous examinerons son aptitude à révéler des différences de logique et d’enjeux sociaux, et à fournir un cadre d’analyse aux problématiques soulevées par les sciences participatives.

Schémas exploratoires : les observatoires extensifs
de biodiversité

6Les sciences participatives jouent un rôle important dans l’observation de la biodiversité du fait de la complexité des étapes de détection, de catégorisation et de mesure des variables biologiques ou écologiques étudiées (ex. : identification d’espèces ou de groupes d’espèces, de types d’habitats ou d’autres variables biologiques ou écologiques complexes), qui rend souvent incontournable l’implication d’humains dans la collecte des données.

7Les observatoires citoyens ou participatifs résultent de la collaboration entre une équipe de chercheurs et un réseau d’observateurs. Pour que les analyses spatiales et temporelles aient un sens, les variables choisies doivent être porteuses d’information sur les conditions locales et sur l’état de la biodiversité ; mais il faut aussi que les données soient collectées selon un protocole standardisé, respecté par l’ensemble des observateurs sur l’ensemble du territoire exploré et maintenu au fil des ans. Les protocoles doivent donc être adaptés à la fois aux particularités biologiques des organismes, aux connaissances et capacités des observateurs et aux objectifs scientifiques.

Observatoires extensifs

8Les observatoires participatifs permettent notamment des suivis à large échelle spatiale, coordonnant de nombreux observateurs, que l’on peut qualifier d’extensifs [Schmeller et al., 2009 ; Couvet et al., 2011]. Bien que de tels observatoires aient été critiqués pour leur absence de problématique scientifique précise [Windle et al., 2010 et Couvet et al., 2011], la recherche publique s’investit largement dans leur construction, au moins pour trois raisons.

9Tout d’abord, les nouvelles technologies d’information et de communication, en facilitant la transmission et la centralisation des données ainsi que la gestion des réseaux d’observateurs, permettent de faire face à la multiplication des observateurs et des données. Ensuite, la complexité de la démarche et des méthodes fournit un terrain de recherches prometteur. La mise au point des protocoles, par exemple, est une opération techniquement difficile. Les méthodes doivent tenir compte de la variabilité spatio-temporelle des entités suivies dans le domaine de l’écologie. Elles devront combiner des données provenant de multiples observateurs, aux motivations et aptitudes variables, ce qui soulève de nombreuses difficultés.

10Enfin et surtout, ces observatoires et suivis extensifs répondent à une demande scientifique forte de disposer d’informations pertinentes sur la biodiversité aux différentes échelles spatiales, du local au mondial. Ils doivent permettre d’analyser en profondeur les transformations des peuplements et des communautés vivantes en réponse aux changements globaux, à ces différentes échelles. Ces suivis extensifs, qui mobilisent des centaines voire des milliers d’observateurs, permettent de suivre et d’analyser finement les variations de biodiversité dans le temps et dans l’espace, grâce à la vaste couverture spatio-temporelle et à l’abondance des données « calibrées » recueillies, hors de portée des équipes de chercheurs. Ils se distinguent des suivis de type transformatif, qui répondent à une question sociale précise (voir plus loin).

11C’est dans cette perspective que le laboratoire « Conservation des espèces, restauration et suivi des populations » (Cersp) du Muséum national d’histoire naturelle a développé depuis 2007 le programme Vigie-Nature (voir l’article de Marine Legrand, dans ce volume), qui rassemble des milliers de participants et compte des centaines de milliers d’heures d’observation à échelle nationale, à l’image d’autres pays européens [Levrel et al., 2010]. La participation d’un grand nombre d’observateurs est un objectif fondamental : la puissance et la précision des analyses augmentent avec le nombre des données, tandis que les incertitudes liées au hasard, aux particularités des sites d’observation, s’estompent. Par la puissance et la précision des analyses qu’elles autorisent, les données issues de ces suivis extensifs jouent un rôle majeur dans les recherches actuelles en écologie fondamentale et en sciences de la conservation. Résultats et analyses de ces suivis participatifs sont publiés dans des revues scientifiques internationales renommées, confirmant l’intérêt et la rigueur scientifique de ces recherches [Gregory et al., 2005 et synthèse pour les oiseaux de Jiguet et al., 2011].

Relations et communication entre scientifiques et observateurs

12La pérennité de ces observatoires dépend de la motivation des observateurs, qui dépend elle-même de la qualité des échanges entre chercheurs et observateurs. Les premiers doivent tenir compte de la diversité des motivations des seconds, collaborateurs bénévoles : désir d’acquérir personnellement des connaissances sur la biodiversité, la dynamique des espèces et écosystèmes locaux, mais aussi de contribuer aux progrès des connaissances ; volonté de participer aux recherches en sciences de la conservation, d’identifier et de quantifier les menaces pesant sur la biodiversité… Les sciences participatives peuvent, par la qualité des échanges entre chercheurs et observateurs, favoriser la « reconnexion » de ceux-ci avec la nature, en particulier les observateurs citadins, tout en augmentant leurs connaissances en sciences de la conservation [Miller, 2006 ; Couvet et al., 2008].

Des observateurs aux autres publics

13Un objectif des observatoires est de porter à la connaissance du grand public des informations complexes sur l’état et la dynamique de la biodiversité, si possible en relation avec les activités humaines. Ceci afin de faire percevoir le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes dont ils dépendent par les différents publics, notamment les personnes peu exposées à la nature telles que les citadins, et de les « reconnecter » avec la nature [Miller, 2006]. Si chacun tient compte de ces connaissances sur le fonctionnement des écosystèmes dans ses décisions individuelles et/ou collectives, la dynamique locale des écosystèmes devrait être affectée significativement [Cooper et al., 2007].

14Les nombreux participants sont susceptibles de diffuser les principaux résultats de ces recherches au sein de leurs réseaux sociaux. Les organisations, associations et ONG environnementales, connectées aux observatoires participatifs et autres expériences de sciences participatives, ainsi que les médias, enseignants et autres communicants, jouent un rôle important de diffusion des connaissances et préoccupations en sciences de la conservation. Ainsi, le journal Le Monde a consacré entre 2007 et 2012 une dizaine d’articles au programme Vigie-Nature. L’échange des connaissances sur l’état et le fonctionnement de la biodiversité et des écosystèmes, les enjeux liés à leur maintien, la mise en pratique de ces connaissances sur le terrain par les ONG environnementales ou leur diffusion par les enseignants et les médias, touchent ainsi de proche en proche non seulement les observateurs participant à ces recherches mais aussi d’autres publics – citadins, agriculteurs, entrepreneurs…

15Les sciences participatives facilitent donc les échanges entre les scientifiques et les différents publics, médias et décideurs, en bénéficiant du relais des observateurs et des organisations associées (figure 2). La symétrie des échanges entre publics, participants et scientifiques, renforce l’écoute de la demande sociale, la communication et la diffusion des résultats. Elle facilite aussi le recrutement de nouveaux observateurs, répondant ainsi à une demande scientifique forte.

Figure 2. Relations entre scientifiques et les différents publics
à travers les sciences participatives

Figure 2. Relations entre scientifiques et les différents publics à travers les sciences participatives

16La dynamique de ces observatoires dépend des mécanismes régissant la dynamique des réseaux sociaux, des modes d’échanges et de communication entre scientifiques et citoyens. Elle dépend aussi des positions stratégiques des autres organisations impliquées dans l’observation (organismes publics, ONG…). Ainsi, la propriété et la gestion des bases de données issues des sciences participatives pourraient devenir un enjeu majeur, déterminant la dynamique de ces observatoires extensifs. La centralisation et l’appropriation des données par la recherche publique pourraient affaiblir, voire délégitimer les ONG environnementales et autres associations naturalistes jouant un rôle de défenseurs de la biodiversité [Turnhout et Boonman-Berson, 2011]. En retour, les connaissances issues de ces observatoires devraient influencer les positions sociales des organisations impliquées dans la gestion de l’environnement. Ces effets demandent à être analysés et pourraient s’appuyer sur une conceptualisation des systèmes de communication entre groupes sociaux [Luhmann, 1996].

Schémas transformatifs : gestion des écosystèmes

17Les schémas exploratoires font l’hypothèse que les observateurs partagent ou sont susceptibles de partager les préoccupations des chercheurs. Ils négligent le décalage éventuel entre les priorités des différents groupes sociaux et celles de la recherche publique en biodiversité, décalage lié aux différences dans les représentations, valeurs, intérêts matériels et culturels de ces différents groupes, donc dans la formulation des problématiques et des réponses apportées.

18Ce décalage résulte aussi des difficultés des chercheurs en biodiversité à intégrer les connaissances traditionnelles (TEK, de l’anglais « Traditional Ecological Knowledge ») dans leurs problématiques.

19C’est pourquoi de nombreux projets participatifs, appliqués à la conservation de la biodiversité ou à la gestion adaptative des écosystèmes, se sont développés hors du cadre de la recherche publique. Ces projets, entrepris par toutes sortes d’acteurs ou parties prenantes – ONG environnementales, collectivités locales, fédérations d’agriculteurs…, sont désignés ici comme « transformatifs ». De telles initiatives sont nombreuses, voire prépondérantes, dans le domaine de l’identification de nouveaux taxons [Fontaine et al., 2012], des inventaires et catégorisation des espèces menacées. Dans ce deuxième type de recherche participative, les initiatives, résultats, propositions et revendications des participants ne sont – éventuellement – validés par la recherche publique que dans un deuxième temps [Brosi et Biber, 2012].

20Prenant acte d’une déconnexion partielle des objectifs poursuivis, la recherche publique tente d’améliorer ses rapports avec la société civile. Comme le soulignent Mooney et Mace [2009], il faut « un dialogue effectif entre information scientifique et mécanismes politiques, pour augmenter la vitesse et la clarté du flux d’information ». C’est le sens de l’initiative IPBES (International Platform on Biodiversity and Ecosystem Services), dont l’une de ses ambitions est d’améliorer les relations entre scientifiques et parties prenantes. Mais comment favoriser ces échanges ? Est-ce que la science participative peut faciliter l’ajustement de la recherche publique aux préoccupations sociales ?

Recherche et expérimentation participative

21Les sciences participatives peuvent aussi permettre des expérimentations par les parties prenantes, à leur initiative ou à celle de la recherche publique. Par exemple, les acteurs cherchent à élaborer de nouvelles pratiques et mesures environnementales, notamment agricoles, moins agressives envers la biodiversité. Il s’agit alors non seulement d’apporter de l’information sur le fonctionnement et/ou la dynamique de socio-écosystèmes, mais aussi d’utiliser cette information pour changer leur fonctionnement.

22Étant données la multiplicité et la corrélation des facteurs potentiellement explicatifs, la mise en évidence des effets des pratiques demande, pour être rigoureux, une multiplication des sites d’expérimentation. En permettant de réunir un grand nombre de participants, facilitant une démarche et une coordination collectives par leur puissance d’observation, ces expérimentations participatives devraient diminuer les coûts importants de l’innovation.

23Dans ce cadre, les participants non experts d’un observatoire (voir figure 1) peuvent être associés à des expérimentations sur la gestion d’écosystèmes variés, éventuellement à l’initiative d’un acteur tiers, se greffant sur cet observatoire. De telles expérimentations peuvent se placer à diverses échelles spatiales. Ainsi, l’Observatoire des papillons des jardins (OPJ, cf. www.noe-conservation.org), coordonné par le Cersp, propose sous l’impulsion de l’ONG Noé Conservation l’intervention active des participants dans les jardins suivis, afin de favoriser la biodiversité à cette échelle très locale.

24Ces expérimentations peuvent avoir lieu à différentes échelles. Elles permettent d’explorer l’impact des pratiques agricoles à grande échelle, sur un grand nombre de parcelles et d’exploitations, pour étudier l’effet de variables non seulement physiques, chimiques et biologiques mais aussi humaines. Les potentialités de tels dispositifs peuvent être illustrées par un exemple conduit depuis dix ans au Malawi (Afrique centrale), impliquant près de mille agriculteurs. Cette expérimentation a montré que la mise en rotation de cultures de maïs et de légumineuses annuelles et semi-pérennes est non seulement moins défavorable à la biodiversité locale mais aussi tout aussi productive et plus stable qu’une monoculture de maïs utilisant deux fois plus de fertilisants [Snapp et al., 2010].

25Ces expériences participatives peuvent conduire à des applications directes en termes de gestion des agro-écosystèmes. Ainsi, dans l’expérience d’agronomie participative malawie, les chercheurs ont constaté que plus de 90 % des agriculteurs concernés ont opté pour une agriculture combinant maïs et légumineuses – productive, stable et nécessitant peu d’engrais –, et cela malgré les subventions élevées au maïs et aux engrais octroyées par le gouvernement [Snapp et al., 2010] : il n’y a qu’un petit pas de l’expérimentation au choix de la pratique par les agriculteurs.

26Les schémas « exploratoires » devraient être complémentaires de ces schémas « transformatifs ». Ils apportent des méthodologies d’observation et d’analyse, fournissent par ailleurs des informations générales, de référence sur les pressions pesant sur la biodiversité et les composantes les plus affectées, utiles à l’évaluation de ces expérimentations.

Projets transformatifs : conséquences sur le lien recherche-action

27Analysant une centaine de publications, Danielsen et al. [2010] ont étudié l’impact des résultats des projets participatifs sur la prise de décision et les actions environnementales. Ils ont comparé selon l’identité des pilotes de ces projets : chercheurs ou acteurs locaux. Ces deux catégories de projets diffèrent nettement par le délai et l’échelle géographique de leur impact. Les projets pilotés par les chercheurs, plutôt de type « exploratoire », ont un impact différé de trois à neuf ans sur les mesures et politiques régionales, nationales et internationales. Les projets menés par les acteurs locaux ont un impact rapide – moins d’un an – et à une échelle géographique plus fine, locale et régionale.

28Grâce à leur composante transformative, les sciences participatives en agriculture ou en agronomie pourraient contribuer à lever le verrou lié à la forte coadaptation entre pratiques des agriculteurs, filières agroindustrielles, modes de consommation et recherche ; coadaptation qui s’est imposée car elle permettait de diminuer les coûts de transaction liés à l’hétérogénéité et la diversité des acteurs, facilitant l’organisation des filières [Cowan et Gunby, 1996]. La contrepartie de cette coadaptation pourrait cependant être de freiner l’innovation et d’inhiber la recherche par les acteurs, car il est difficile de modifier les variables d’un domaine indépendamment des autres [Geels, 2002]. L’expérimentation participative, en mobilisant des moyens et des acteurs indépendamment de cette filière recherche-industrie-consommateurs, pourrait faciliter l’examen de nouvelles options, ouvrant l’éventail des possibilités adaptatives de l’agriculture, notamment par son aptitude à intégrer les connaissances traditionnelles [Storup et Neubauer, 2012]. Le développement du réseau Semences paysannes (http://www.semencespaysannes.org) pourrait témoigner de ce découplage entre demande paysanne et filières agroalimentaires.

Entre exploration et transformation des socio-écosystèmes : les indicateurs et scénarios de biodiversité

29Les socio-écosystèmes étant ouverts et connectés entre eux, les résultats provenant des observations et des expérimentations doivent être mis en relation et se placer à une échelle collective qui prenne en compte les interactions entre acteurs.

30Pour favoriser la gestion concertée et durable des écosystèmes, une ambition des chercheurs est d’élargir le domaine de la science participative à l’ensemble des acteurs des sociétés. Ainsi, la gestion des ressources communes fait l’objet d’expérimentations mises en œuvre par les sciences participatives, portant sur la négociation entre acteurs ayant des intérêts et/ou des représentations divergents [Etienne et al., 2003].

31La mise en relation des acteurs peut et doit avoir lieu à différentes échelles – locales, régionales, nationales et internationales –, impliquant des interactions « horizontales » et « verticales » entre institutions et organisations [Young, 2011]. Deux outils de communication et d’aide à la décision, élaborés et proposés dans un premier temps par les laboratoires de recherche (mais voir plus loin), permettent de représenter les interactions entre acteurs et la dynamique des socio-écosystèmes à ces différentes échelles : les indicateurs et les scénarios de biodiversité.

Indicateurs de biodiversité et connaissance des écosystèmes

32Les indicateurs de biodiversité synthétisent sous forme quantitative les informations portant sur la biodiversité. Ils peuvent être utilisés dans le but de caractériser les relations société-biodiversité. Il s’agit dans ce cas d’identifier les principaux facteurs – écologiques, mais aussi économiques, sociaux, anthropologiques… – agissant sur la dynamique des populations, des communautés et des écosystèmes en interaction avec les sociétés, ce qui implique la construction de modèles de fonctionnement de ces systèmes socio-écologiques, dits socio-écosystèmes. Ces modèles sont appelés PER, pour « Pression (des sociétés) – État (de la biodiversité) – Réponse (des sociétés) ». Mis en relation avec les différents facteurs de pression sur la biodiversité, et avec les réponses des sociétés, ces indicateurs sont de précieux outils d’analyse du fonctionnement des socio-écosystèmes.

33Outils de communication entre scientifiques de différentes disciplines, entre chercheurs et observateurs ou entre parties prenantes, les indicateurs (et scénarios, voir plus bas) de biodiversité s’imposent comme outils d’aide à la décision pour la gestion concertée des socio-écosystèmes, de l’échelle locale à l’échelle mondiale. Jusqu’à présent, la construction d’indicateurs de biodiversité s’est plutôt inscrite dans un processus de type « exploratoire », piloté par la recherche publique et les ONG. Les chercheurs en sciences de la conservation ont joué un rôle prépondérant dans l’élaboration de ces outils de synthèse et communication, demandant une médiation entre les disciplines concernées par la relation Homme-biodiversité (ex. : écologie, économie, anthropologie…), ainsi que de la complexité du travail d’analyse nécessaire à leur construction. Ils se sont appuyés sur les informations apportées par les observatoires participatifs. C’est le cas des indicateurs majeurs de biodiversité, définis par la CBD et validés par d’autres instances, telles que l’Agence européenne de l’environnement avec le dispositif Sebi (acronyme de l’anglais « Streamlining European Biodiversity Indicators ») en 2005. Ainsi, l’indicateur de biodiversité terrestre « Oiseaux communs », adopté par la Communauté européenne comme l’un de ses douze indicateurs majeurs de développement durable, résulte d’un travail d’analyse et de co-construction s’appuyant sur les compétences techniques et scientifiques de plusieurs laboratoires [Gregory et al., 2005].

34L’utilité et la pertinence des indicateurs de biodiversité sur lesquels s’appuient les politiques publiques, à différentes échelles, dépendent bien sûr de leur acceptation par les différentes parties prenantes concernées par les changements de biodiversité ou de fonctionnement des écosystèmes. Parce qu’ils ont été l’objet d’une consultation sociale indirecte, les indicateurs de biodiversité développés en science participative bénéficient a priori d’une certaine légitimité sociale. Néanmoins, le caractère « transformatif » de ces outils demande à être renforcé, notamment par une organisation de la consultation des parties prenantes et de leurs demandes. Le Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE) a ainsi proposé une organisation de la consultation des acteurs en différents groupes, dont ceux des jeunes et des femmes, afin d’éviter des biais dans la représentation sociale (www.unep.org).

Indicateurs et transformation des socio-écosystèmes

35Quel que soit le succès de ces processus de consultation, les indicateurs de biodiversité devraient prendre un caractère plus appliqué à la gestion des écosystèmes – donc « transformatif » – sous l’impulsion des parties prenantes. Ces dernières développent en effet leurs propres indicateurs en réponse aux politiques publiques, indicateurs les plus à même de représenter leurs préoccupations ou intérêts. C’est par exemple le cas de la « Global Reporting Initiative » (https://www.globalreporting.org), élaborée à l’initiative d’un consortium d’entreprises à l’échelle internationale. De telles initiatives pourraient aboutir à un florilège d’indicateurs « transformatifs » proposés par les parties prenantes, certaines pouvant s’appuyer sur des services de recherche internes de taille non négligeable.

36Ces indicateurs « transformatifs » développés par les acteurs restent néanmoins des outils collectifs, contribuant à la négociation entre groupes aux intérêts divergents, à la coordination de leurs actions et à la diminution des coûts de transactions et d’arbitrage. Mais les incertitudes scientifiques dans l’analyse des données au moyen d’indicateurs de biodiversité existent et peuvent prêter à controverses. Il existe en effet diverses manières de caractériser la biodiversité, selon le groupe biologique et les caractéristiques des écosystèmes considérés. Pour un même compartiment de la biodiversité, les données peuvent être synthétisées de différentes manières, suscitant des interprétations parfois divergentes concernant l’état, la dynamique ou le fonctionnement de ces écosystèmes. C’est le cas par exemple avec la diversité spécifique (i. e. le nombre d’espèces) et l’indice de spécialisation des communautés, qui ne varient pas toujours dans le même sens à l’échelle locale et régionale [Kerbiriou et al., 2009 ; Filippi-Codaccioni, 2010], et dont les variations spatiales et temporelles ne sont pas toujours simples à interpréter.

37On peut donc anticiper que le choix d’un indicateur particulier, parmi plusieurs suggérant des informations différentes, puisse représenter un choix de valeurs, loin d’une neutralité scientifique supposée. Les analyses des parties prenantes d’un même projet participatif peuvent alors diverger, nécessitant un arbitrage ou une médiation scientifique, c’est-à-dire un éclairage sur les tenants et les aboutissants des différences observées. Quelle que soit l’ampleur des initiatives transformatives, la recherche publique garde ainsi un rôle majeur incontournable dans la co-construction et/ou la validation de ces initiatives [Couvet, 2012].

38L’élaboration des indicateurs devrait donc faire l’objet d’échanges croissants et réciproques entre recherche publique et groupes sociaux. Les sciences participatives, en se préoccupant de la représentation de l’ensemble des acteurs, pourraient être une arène favorable à de tels échanges [Sanders, 1997]. Elles pourraient néanmoins conduire à une prolifération, voire une compétition entre de nombreux indicateurs, « exploratoires » et « transformatifs ».

Scénarios de biodiversité et concertation entre acteurs

39S’appuyant ou non sur l’utilisation d’indicateurs de biodiversité, les analyses du fonctionnement des socio-écosystèmes permettent d’élaborer des modèles simulant leur dynamique, pour anticiper l’impact des pressions humaines sur la biodiversité. Appliqués aux données sur l’état actuel de la biodiversité, recueillies notamment par les observatoires participatifs, ces modèles permettent de simuler la dynamique des socio-écosystèmes selon certaines hypothèses ou scénarios socio-économiques, c’est-à-dire de construire des « scénarios de biodiversité ». Tout comme les indicateurs, les scénarios de biodiversité sont des outils d’analyse, de concertation et d’aide à la décision pour la gestion des écosystèmes. Leur utilisation par les chercheurs de différentes disciplines, en interaction plus ou moins étroite avec les observateurs, doit permettre d’élaborer et proposer des mesures, actions et politiques visant à préserver la biodiversité ainsi que les multiples ressources et « services écologiques » dont bénéficient les sociétés [ex. : MEA, 2005 ; Teyssèdre et Couvet, 2007].

40Dans l’élaboration de ces outils, indicateurs et scénarios de biodiversité, l’implication d’un grand nombre d’acteurs est essentielle [Couvet et al., 2008]. L’intervention de citoyens dans la collecte des données et la discussion des indicateurs et scénarios semble un excellent préalable à cette large implication, mais elle ne peut s’y substituer, car ni ceux-ci ni les chercheurs professionnels ne forment un échantillon représentatif de l’ensemble des acteurs des socio-écosystèmes [voir catégories de l’Unep]. La pertinence des scénarios tout comme celle des indicateurs dépend et bénéficie de l’implication des différentes parties prenantes et notamment de celles dont les représentations divergent de celles des chercheurs, des gestionnaires et/ou des décideurs.

41Comme dans le cas des indicateurs de biodiversité, il semble nécessaire d’étudier et d’analyser les rôles respectifs de la recherche publique, des parties prenantes et des pouvoirs publics, la compétition entre scénarios « transformatifs » et « exploratoires », ainsi que leurs échanges lors de la construction des outils d’analyse et de concertation.

42Si le contexte des sciences participatives favorise le développement et l’utilisation de ces outils, les indicateurs et scénarios de biodiversité doivent quant à eux, pour jouer pleinement leur rôle, intégrer deux composantes : l’une exploratoire et l’autre transformative. On peut alors enrichir le cercle d’échange des sciences participatives dans un cadre de relations réciproques, répondant à la fois aux demandes sociale et scientifique (figure 3).

Figure 3. Différents types d’échanges entre laboratoires et participants

Figure 3. Différents types d’échanges entre laboratoires et participants

Conclusion

43Les sciences participatives s’insèrent dans un système plus vaste de développement de la culture participative, où les citoyens jouent un rôle croissant, concourant au renforcement des procédures démocratiques et des fonctions d’impartialité, de réflexivité et de proximité [Rosanvallon, 2006, 2008]. Par ailleurs, la complexité des enjeux, le souci d’anticiper les effets des technologies et/ou des politiques publiques, renforcent et modifient la place des chercheurs [Gibbons, 1999]. Ceux-ci sont amenés à tenir compte du contexte socio-économique au sein duquel leurs disciplines se déploient, affectant leur rôle, statut et organisation. En formalisant la place des chercheurs notamment lorsque des processus juridiques sont impliqués, le concept de « science réglementaire » proposé par Jasanoff [2005] fournit un cadre d’analyse de ces enjeux.

44À la croisée de ces dynamiques, les sciences participatives en biodiversité augmentent les connaissances des citoyens par une culture écologique élargie, leur fournissent des possibilités d’expérimentation, de gestion et d’évaluation des pratiques et des politiques publiques.

Figure 4 : Place des différents types de recherche des sciences participatives au sein des relations entre État, marchés et société civile

Figure 4 : Place des différents types de recherche des sciences participatives au sein des relations entre État, marchés et société civile

45En apportant une partie significative de l’information dans le domaine de la biodiversité, en favorisant l’innovation par l’organisation des parties prenantes, les sciences participatives devraient jouer ainsi un rôle croissant dans la construction des politiques environnementales. La place des scientifiques et de leurs organisations devraient varier selon le caractère « exploratoire » ou « transformatif » des recherches. Elle dépend des processus de légitimation sociale de leurs résultats et de leurs relations avec les stratégies des différents acteurs sociaux (figure 4).

46Plus généralement, les sciences participatives sont concernées par la dynamique des relations entre organisations et institutions, notamment scientifiques et entre science et société, par la dynamique des processus politiques. Le développement des sciences participatives pourrait aussi participer aux modifications des relations entre l’État, les marchés et la société civile [Swyngedouw, 2005].

Haut de page

Bibliographie

Brosi B. J. et Biber E. G.N., « Citizen involvement in the US endangered species act », Science, n° 337, 2012, p. 802-803.

Butchart S. H.M. et al., « Global biodiversity indicators of recent decline », Science, n° 328, 2010, p. 1164-1168.

Conrad C. C. et Hitchley K. G., « A review of citizen science and community-based environmental monitoring : issues and opportunities », Environment Monitoring Assessment, n° 176, 2011, p. 273-291.

Cooper C. B. et al., « Citizen science as a tool for conservation in residential ecosystems », Ecology and Society, n° 12, 2007, p. 11-21.

Couvet D., Diversité et comparabilité des indicateurs, Annales des Mines, à paraître, 2012.

Couvet D., Devictor V. Jiguet F. et JulliardR., « Scientific contributions of extensive biodiversity monitoring », C. R. Biologies, n° 334, 2011, p. 370-377.

Couvet D., Jiguet F., Julliard R., Levrel H. et Teyssèdre A., « Enhancing citizen contributions to biodiversity science and public policy », Interdisciplinary Science Reviews, n° 33, 2008, p. 95-103.

Cowan R. et Gunby P., « Sprayed to Death : Path Dependence, Lock-In and Pest Control Strategies », Economic Journal, n° 106, 1996, p. 521-542.

Danielsen F. et al., « Environmental monitoring : The scale and speed of implementation varies according to the degree of people’s involvement », Journal of Applied Ecology, n° 47, 2010, p. 1166-1168.

Etienne M., Lepage C. et Cohen M., « A Step-by-step Approach to Building Land Management Scenarios Based on Multiple Viewpoints on Multi-agent System Simulations », Journal of Artificial Societies and Social Simulation, vol. 6, n° 2, 2003.

Filippi-Codaccioni O., Devictor V., Bas Y. et Julliard J., « Toward more concern for specialisation and less for species diversity in conserving farmland biodiversity », Biol. Cons., n° 143, 2010, p. 1493-1500.

Fontaine B. et al., « Newn species in the old world : Europe as a frontier in biodiversity exploration », Plosone, n° 7, 2012. DOI : 10.1371/journal.pone.0036881.

Geels F. W., « Technological transitions as evolutionary reconfiguration processes : A multi-level perspective and a case-study », Research Policy, n° 31, 2002, p. 1257-1274.

Gibbons M., « Science’s new social contract », Nature, 402, 1999, c81-84.

Gregory R., van Strien A. et al., « Developing indicators for European birds », Phil. Trans. R. Soc. B, n° 360, 2005, p. 269-288.

Jasanoff S., Designs on Nature: Science and Democracy in Europe and the United States, Princeton University Press, 2005.

Jiguet F., Julliard R., Thomas C. D., Dehorter O., Newson S. E. et Couvet D., French citizens monitoring ordinary birds provide tools for conservation and ecological sciences, Acta Oecologica, 2011. DOI : 10.1016/j.actao.2011.05.003.

Julliard R., Jiguet F. et Couvet D., « Common birds facing global changes: what makes a species at risk? », Global Change Biology, n° 10, 2004, p. 148-154.

Kerbiriou C., Leviol I., Jiguet F., Devictor V., « More species, fewer specialists: 100 years of changes in community composition in an island-biogeographical study », Diversity and Distribution, n° 15, 2009, p. 641-648.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Deux modes d’interaction au sein des sciences participatives
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2792/img-1.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 2. Relations entre scientifiques et les différents publics à travers les sciences participatives
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2792/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 3. Différents types d’échanges entre laboratoires et participants
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2792/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 4 : Place des différents types de recherche des sciences participatives au sein des relations entre État, marchés et société civile
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2792/img-4.png
Fichier image/png, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Couvet et Anne Teyssèdre, « Sciences participatives et biodiversité : de l’exploration à la transformation des socio-écosystèmes », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 49-64.

Référence électronique

Denis Couvet et Anne Teyssèdre, « Sciences participatives et biodiversité : de l’exploration à la transformation des socio-écosystèmes », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/2792 ; DOI : 10.4000/cal.2792

Haut de page

Auteurs

Denis Couvet

Écologue, ingénieur agronome, Denis Couvet occupe les postes de professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) et de directeur du Département « Écologie et Gestion de la Biodiversité » de cet établissement. Ses recherches portent sur la dynamique et les stratégies de préservation de la biodiversité, emblématique et ordinaire. Allant de l’observation à la modélisation, ses travaux concernent les observatoires, indicateurs et scénarios de biodiversité, le rôle des approches participatives ainsi que les processus sociaux associés aux organisations et institutions.
couvet@mnhn.fr

Anne Teyssèdre

Docteure en biologie de l’évolution, Anne Teyssèdre est médiatrice scientifique et chercheuse indépendante en écologie, évolution et sciences de la conservation. Depuis 1993, elle a écrit, (co)réalisé ou coordonné de nombreux articles, livres, films, vidéos, sites Internet et autres projets de diffusion dans ces domaines, destinés à différents publics. Parallèlement, elle poursuit des recherches en sciences de la conservation en tant que chercheuse associée au Département d’Ecologie du MNHN. Son site web : http://www.sfecologie.org/regards/
anne.teyssedre@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org