Navigation – Plan du site

72-73 | 2013
Sciences participatives et restitution

volume 2013/1-2

On appelle « sciences participatives » les programmes scientifiques visant à répondre directement ou indirectement à des demandes de la société civile, et qui associent les diverses parties prenantes dans la construction d’un objet, dans son exploration, et dans les décisions qui peuvent en dériver.
L’objet de ce dossier est de présenter, d’un point de vue avant tout méthodologique, un éventail de recherches participatives divergeant dans leurs modalités et dans leurs finalités. On distinguera d’abord celles dont l’objectif est d’abord d’accroître les connaissances scientifiques (articles de Couvet & Teyssèdre, Legrand, et Kohler et al.) ; puis celles qui répondent à des demandes locales (gestion des risques – Hardy ; mise en place de filières horticoles – Correia et al) ; enfin, un regard extérieur posé sur les dynamiques participatives à l’échelle micro-locale, dans leur impact sur l’organisation d’une micro-société (article de Stoll et Folhes). Dans la mesure où ce dossier se veut une présentation ample de la démarche participative, on ne s’étonnera pas d’en voir les trois premiers articles consacrés à la dimension française de la question. Quant au champ privilégié par ce type de recherche, il se situe à l’interface de la nature et de la société. Il répond à une demande forte de prise en compte de l’environnement au niveau global, demande qui vient buter, localement, sur des dynamiques sociales et économiques difficiles à maîtriser. L’intervention d’équipes scientifiques apparaît alors comme révélateur d’un état des lieux et comme médiateur entre environnement et société.

  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org