Navigation – Plan du site
Lectures

Verónica Giménez Béliveau et Silvia Montenegro (dir.), La Triple frontera. Dinámicas culturales y procesos transnacionales

Buenos Aires, Espacio Editorial, 2010, 240 p.
Élodie Brun
p. 201-204
Référence(s) :
Verónica Giménez Béliveau et Silvia Montenegro (dir.), La Triple frontera. Dinámicas culturales y procesos transnacionales, Buenos Aires, Espacio Editorial, 2010, 240 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine, Brésil, Paraguay
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le résultat d’une mise en réseau de chercheurs, principalement argentins et brésiliens, spécialistes de la Triple Frontière. Celleci, qui renvoie à un espace à la confluence de l’Argentine, du Brésil et du Paraguay, a connu un accroissement de visibilité suite aux attentats du 11 septembre 2001. Caractérisée par la multitude de ses activités transfrontalières, allant du licite, avec les mouvements migratoires et les activités touristiques et commerciales, à l’illicite au travers des trafics délictueux (contrefaçons chinoises, blanchiment d’argent, vente d’armes et de drogues), cette région a depuis plusieurs décennies attiré des migrants nationaux et internationaux, surtout arabes et chinois. La présence d’une importante communauté libanaise, d’obédiences diverses, dans cette zone aux flux multiples a retenu l’attention du Département d’état des États-Unis qui a propagé des soupçons sur le rôle de la Triple Frontière dans l’essor du terrorisme islamique international, en particulier à partir de 2001. Dans ce contexte, l’objectif des auteurs est double. Il s’agit de dénoncer, parfois de manière engagée, une vision dite « dominante », jugée simplificatrice, erronée et péjorative, promue par certains organismes gouvernementaux ainsi que par plusieurs médias états-uniens. Ce faisant, les recherches présentées participent du débat sur la complexité des zones frontalières. À partir d’analyses qui se fondent avant tout sur des données empiriques, plusieurs mécanismes de la frontière sont soulignés. Il s’agit de dépasser une approche spatiale et statique de cet objet en faveur d’une appréhension diversifiée et mouvante, voire floue. Nous avons retenu trois caractéristiques principales qui ressortent de l’étude de la Triple Frontière.

2Tout d’abord, il existe une imbrication d’échelles qui participe au façonnement de cette zone, partant de la cellule familiale ou communautaire (organisation des diasporas et cosmovision des indiens Guarani) jusqu’à l’échelle globale (production d’une vision dominante sur la région depuis les États-Unis), et passant par des niveaux locaux (relations entre les nationaux des différents pays, répartition des rôles entre Ciudad del Este commerçante et Foz do Iguaçu plus résidentielle), et nationaux (conséquences des nouvelles lois de fiscalisation brésiliennes sur la fluidité de la frontière et sur son équilibre sociétal par exemple). Le croisement entre les différentes échelles fait ressortir la variété des intérêts en jeu autour de la Triple Frontière, et surtout le fonctionnement d’un système international où les liens inter-étatiques ne représentent qu’une des possibles mises en relation.

3En effet, il ressort également de l’ouvrage qu’une multitude d’acteurs agit sur la définition de la région, venant complexifier l’analyse de la frontière comme instrument de démarcation entre États. D’une part, les habitants de chaque pays voisin se servent de son existence pour faire prospérer le commerce : les vendeurs ambulants brésiliens, nommés sacoleiros, viennent s’approvisionner au Paraguay en marchandises bon marché – souvent de contrefaçon – qu’ils vont ensuite revendre dans leur pays. À l’inverse, d’autre part, les agriculteurs brésiliens qui s’installent sur les terres paraguayennes, parfois appelés brasiguayos, agissent comme si la frontière n’existait pas. En même temps, des acteurs extra-régionaux, tels que les médias états-uniens souvent cités dans l’ouvrage, ont une grande influence sur la vision d’un espace que leurs journalistes viennent pourtant rarement visiter. Ainsi, la pluralité des acteurs révèle également l’asymétrie qui existe entre pays transfrontaliers, notamment l’arrogance brésilienne à l’égard du Paraguay, mais aussi entre acteurs locaux, nationaux et transnationaux.

4Les premiers se sentent souvent pris au piège des mesures prises par les autorités centrales, par exemple avec le renforcement des contrôles sur le Puente de la Amistad entre le Brésil et le Paraguay, mais aussi d’une étiquette qui leur est accolée par des médias internationaux plus puissants, dans laquelle ils ne se reconnaissent pas et qu’ils peinent à contester au-delà de leur propre région.

5Enfin, plusieurs chapitres font état d’une contradiction entre la représentation qu’ont certains acteurs de la frontière comme symbole de rassemblement et d’échanges pluriculturels et le résultat d’études empiriques qui amènent au constat de la prégnance de la logique de différenciation. Les hommes politiques présentent ainsi en général leur vision de ce que « doit être » le Mercosur comme vecteur d’intégration alors que les témoignages provenant de la Triple Frontière révèlent des dysfonctionnements et amènent à penser que le processus s’effectue plus entre capitales qu’autour des zones de contact. La frontière au sens de séparation n’est pas seulement physique ; les analyses présentées dans le livre rappellent qu’elle est avant tout sociale et symbolique. Ainsi, y compris les militants de l’altermondialisation ou les prédicateurs évangélistes recourent à un moment ou à un autre à des critères de distinction pour présenter leurs actions ou déterminer leurs objectifs. Les activistes du premier groupe prônent la diversité religieuse, en opposition à la thèse du « choc des civilisations », mais certains d’entre eux critiquent le port du voile pour les femmes musulmanes. Les membres du second affirment quant à eux lutter contre les stéréotypes qui affectent les populations musulmanes, mais ils se fondent eux-mêmes sur la différence chiite/sunnite et les écarts générationnels pour affiner leur prosélytisme.

  • 1 Silvia Montenegro, Verónica Giménez Béliveau (dir.), La Triple Frontera. Globalización y construcci (...)

6Cet ouvrage constitue un véritable apport grâce à des auteurs qui ont effectué des travaux originaux, suite à une présence prolongée et/ou répétée sur le terrain. Nous regrettons toutefois que la vision dominante qu’ils essaient de déconstruire ne fasse pas l’objet d’une présentation dès l’introduction, afin que le lecteur puisse contextualiser le débat dans lequel le livre s’inscrit. La contribution de John Karam s’y penche plus en détail, mais tardivement (p. 121-127). De même, c’est seulement dans l’article de José Lindomar C. Albuquerque que les enjeux théoriques autour de la notion de frontière sont évoqués (p. 192-201). Finalement, le présent ouvrage s’inscrit dans la continuité d’une première publication des deux coordinatrices, qui peut faire office d’introduction aux problématiques dominantes autour de la Triple Frontière, potentiellement utile aux lecteurs non avisés1. Pour finir, la communauté arabe est privilégiée dans les chapitres par rapport aux autres diasporas, ce qui s’explique par le fait que ce soit les migrants les plus stigmatisés dans le sillage du 11 septembre 2001. En revanche, les liens avec leur territoire d’origine ne sont pas abordés, ce qui aurait pu enrichir l’analyse de la logique globale/locale et permis de revenir sur d’autres clichés à propos du monde arabe.

7La Triple Frontera. Dinámicas culturales y procesos transnacionales semble néanmoins devoir constituer une référence indispensable aux chercheurs qui travaillent sur la Triple Frontière, pour les connaissances que le livre apporte sur le débat autour de cette région et sur sa configuration concrète. De manière plus générale, les différentes contributions rappellent l’utilité et la richesse de la méthode empirique.

Haut de page

Notes

1 Silvia Montenegro, Verónica Giménez Béliveau (dir.), La Triple Frontera. Globalización y construcción social del espacio, Buenos Aires, Miño y Dávila Editores, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Brun, « Verónica Giménez Béliveau et Silvia Montenegro (dir.), La Triple frontera. Dinámicas culturales y procesos transnacionales », Cahiers des Amériques latines, 71 | 2012, 201-204.

Référence électronique

Élodie Brun, « Verónica Giménez Béliveau et Silvia Montenegro (dir.), La Triple frontera. Dinámicas culturales y procesos transnacionales », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/2697

Haut de page

Auteur

Élodie Brun

Sciences Po / Ceri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org