Navigation – Plan du site
Dossier. Colombia, tierra de pelea: le(s) conflit(s) au cœur de la société

Enjeux et conflits autour de la terre urbaine. Politiques foncières et planification urbaine en Colombie

Retos y conflictos en torno a la tierra urbana. Políticas de suelo y planificación urbana en Colombia
Challenges And Conflicts over Urban Land. Land Policy And Urban Planning in Colombia
Alice Beuf
p. 55-74

Résumés

La Colombie a adopté une des législations foncières et de développement urbain les plus innovantes et régulationnistes en Amérique latine – la loi dite de « réforme urbaine ». Perçue comme très ambitieuse dans ses objectifs et dans les outils de planification, de gestion foncière et de financement du développement urbain qu’elle met à disposition des municipalités, la loi 388 de 1997 constitue une déclinaison de la Constitution de 1991 dans le champ urbain. Mais l’application de cette loi rencontre d’importantes résistances, en partie liées aux divergences de conception du droit de propriété. Nous proposons ici d’analyser la mise en œuvre de nouveaux modèles d’aménagements urbains, leurs effets sur les grandes villes colombiennes, ainsi que les évolutions de l’utilisation des instruments prévus par la loi, en relation avec les intérêts conflictuels des acteurs urbains : gouvernement national, municipalités, agents formels et informels de production des espaces urbains, comités de résidents.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

foncier, urbain, ville

Index géographique :

Colombie
Haut de page

Texte intégral

1La Colombie est aujourd’hui un pays urbain, mais dont les références identitaires restent en grande mesure attachées au monde rural. Les élites, espagnoles puis créoles, ont imposé un régime de propriété issu du droit romain, où le droit de propriété est conçu comme inviolable et sacré, en niant les droits coutumiers préexistants des communautés autochtones et paysannes. Ce processus de concentration des terres est ancien, mais il s’est accéléré au cours des dernières décennies, sous les effets conjugués du conflit armé et plus récemment de l’accaparement de terres pour l’agroalimentaire et l’extraction de ressources naturelles. Ces dynamiques se donnent dans des espaces ruraux où les mécanismes de régulation restent limités et peu appliqués et où la question foncière demeure au cœur des conflits, armés dans certaines régions.

2Dans les villes, ce panorama est différent et nous souhaiterions dans cet article prendre la mesure de la spécificité de la terre urbaine. En effet, la Colombie a adopté une des législations foncières et de développement urbain – loi dite de « réforme urbaine » – les plus innovantes et régulationnistes en Amérique latine, avec le Brésil. Perçue comme très ambitieuse dans ses objectifs et dans les outils de planification, de gestion foncière et de financement du développement urbain qu’elle met à disposition des municipalités, la loi 388 de 1997 constitue une déclinaison de la Constitution de 1991 dans le champ urbain. De nouveaux rapports à la terre urbaine émergent, fondamentalement différents de ce que l’on continue à observer dans les espaces ruraux. Mais l’application de cette loi rencontre d’importantes résistances. Par ailleurs, les défis urbains auxquels doit répondre ce nouveau modèle d’aménagement urbain sont immenses, bien que non spécifiques aux villes colombiennes. La croissance rapide des années 1950-1990 a produit des villes profondément inégalitaires : ségrégation sociospatiale, importance de l’informalité (de l’habitat, du travail et des entreprises), niveaux élevés de congestion et problèmes d’accessibilité à la centralité et aux ressources urbaines pour les habitants des lointaines périphéries, etc. Certes, les politiques de transports urbains ont indéniablement remporté des succès depuis le début des années 2000 en promouvant BRT (Bus Rapid Transit : Transmilenio à Bogotá, Mio à Cali, etc.) et Metrocables. Mais aucune planification des transports n’est suffisante si elle n’est articulée à une planification urbaine opérationnelle. C’est en ce sens que nous entendons analyser la mise en œuvre du nouveau modèle d’aménagement urbain, ses effets urbains dans les grandes villes colombiennes, ainsi que les évolutions dans l’utilisation des instruments prévus par la loi, en relation avec les intérêts conflictuels des acteurs urbains. Trois axes majeurs de réflexion se dégagent alors : le poids des marchés fonciers face aux tentatives de régulation ; la particularité de la conception du droit de propriété privée en milieu urbain qui s’appuie sur des conceptions de la justice portées par des acteurs urbains aux intérêts divergents ; les politiques foncières et urbaines et plus généralement le rôle de l’État dans une régulation qui s’établit au final à travers les pratiques effectives de planification urbaine qui sont issues des rapports de force entre acteurs urbains et qui redéfinissent sans cesse la portée du droit de propriété par rapport à « l’intérêt général ». En ce sens, cet article vise à caractériser les formes de régulation des processus urbains à l’œuvre dans les villes colombiennes, et donc, le type de « néolibéralisme réellement existant » [Brenner & Theodore, 2002] qui les régit.

La production des espaces urbains : d’un modèle rentier à un modèle régulé

  • 1 Du fait d’un cloisonnement régional historique qui perdure, bien qu’atténué aujourd’hui par d’impor (...)

3Dotée d’un réseau urbain plus équilibré que les autres pays latino-américains1, la Colombie comporte seize villes de plus de 300 000 habitants. En 1950, seules deux dépassaient ce seuil : Bogotá (7,8 millions d’habitants en 2005, 650 000 en 1953) et Medellín (3,3 millions en 2005, 376 000 en 1950). Les agglomérations de Cali et Barranquilla dépassent aujourd’hui les deux millions d’habitants et celles de Bucaramanga, Cartagena et Cúcuta ont franchi le seuil du million d’habitants. La plupart de ces villes présentent au cours des années 2000 des taux de croissance de 2 à 3 % annuels : la transition urbaine – avec des taux de 6 ou 7 % annuels dans les années 1950 à 1970 – est achevée, mais la croissance urbaine se poursuit à un rythme soutenu. De plus, conformément à la tendance mondiale, l’expansion spatiale est désormais plus rapide que la croissance démographique ; elle est impulsée par de nouveaux développements commerciaux, logistiques et industriels à la périphérie des grandes villes, mais aussi par d’importants chantiers de construction de logements, pour classes aisées dans les espaces suburbains et pour classes populaires en grande périphérie. En ce sens, le modèle colombien tend à s’apparenter aux modèles chilien ou mexicain, avec la production massive de logements sociaux par le secteur privé en lointaine périphérie, là où le foncier est moins cher, au risque d’une réduction des mobilités quotidiennes quand la distance aux emplois est trop grande.

  • 2 La délimitation d’un périmètre urbain et d’un périmètre de service, mis en place en 1979 et quasime (...)

4Les dynamiques d’expansion urbaine exercent des pressions sur les terres périphériques d’autant plus fortes dans les métropoles andines, qui, du fait de leur site, présentent diverses problématiques qui réduisent les disponibilités de terrains urbanisables : risques de glissement de terrain sur les pentes les plus raides, difficultés d’approvisionnement en eau, conflits environnementaux pour la préservation des zones forestières ou des riches terres agricoles de montagne, etc. L’épuisement des terrains urbanisables est ainsi un leitmotiv des plans et politiques urbaines de Bogotá depuis les années 1990 [Molina, 1997]2. Par ailleurs, alors que les réserves foncières publiques ou collectives jouent un rôle clé dans le processus d’expansion de certaines métropoles des Suds [Denis, 2011 ; Salazar Cruz, 2011], ce n’est pas le cas pour les villes colombiennes qui connaissent des processus anciens de privatisation du foncier, ce qui d’une part a limité les processus d’invasion de terrains et, d’autre part, a favorisé l’accumulation spéculative de terres. Les agents de production des espaces urbains, formels comme informels, c’est-à-dire principalement les promoteurs immobiliers et les urbanisateurs-pirates ont su tirer profit des réserves foncières privées à la périphérie des grandes villes. Ils se sont considérablement enrichis au cours de la période de croissance urbaine rapide, très peu régulée.

  • 3 La stratification socio-économique est mise en place au niveau national en 1983. Son objectif est d (...)

5Les promoteurs immobiliers se sont renforcés à partir de la mise en place en 1972 du système d’ajustement de la valeur des crédits hypothécaires sur l’indice de l’inflation (Upac). Le développement du crédit a donné naissance à une nouvelle manière de produire la ville, standardisée et à grande échelle, avec pour conséquence directe l’essor de la construction des grands ensembles résidentiels fermés, destinés dans un premier temps aux strates socio-économiques élevées3 mais généralisés ensuite à la quasi-totalité de l’offre de logements neufs. Dans les années 1980, simultanément à la diminution de la production immobilière artisanale, le pouvoir économique des grandes entreprises de la construction se consolide, comme par exemple l’Organisation Luis Carlos Sarmiento Angulo (OLCSA), Pedro Gómez y Cia, Grupo Bolivar. La trajectoire de Luis Carlos Sarmiento Angulo, 64e fortune mondiale selon la revue Forbes en 2012, est révélatrice de l’intensité des dynamiques d’accumulation de capital qui sous-tendent le processus d’urbanisation des villes colombiennes. Ingénieur civil de formation issu de la classe moyenne bogotaine, il lance en 1959 sa propre entreprise de construction qu’il développe en acquérant peu à peu les terrains qui deviendront par la suite les espaces résidentiels pour les classes moyennes de Bogotá. Leader dans le domaine de la construction dès les années 1970, il entre dans le secteur financier après l’adoption de l’UPAC en créant une agence de crédits hypothécaires puis en rachetant d’importantes banques colombiennes. À la fin des années 1990, il forme le groupe Aval qui contrôle aujourd’hui 40 % du secteur financier colombien. En 50 ans, il aurait urbanisé plus de 4 millions de mètres carrés, construit directement plus de 40 000 logements et donné naissance à toute une série de quartiers et ensembles résidentiels dont les noms évoquent sa première agence de crédit « Las Villas » : Villa Luz, Villa del Rosario, Villa del Prado, Villa de Granada, Bulevar Las Villas, etc.

6Les seconds, les urbanisateurs-pirates, ont orchestré l’accès au logement informel des couches populaires durant plusieurs décennies. Agissant comme de véritables agents capitalistes, les urbanisateurs-pirates peuvent être des propriétaires de terrains urbains ou ruraux, des intermédiaires ayant regroupé des lots en les achetant selon diverses modalités à des paysans (avec ou sans titre de propriété) ou bien des tierreros agissant au sein de réseaux mafieux. Tout en octroyant des titres de propriété (non reconnus par les autorités), ils vendent ensuite des petites parcelles à des familles qui recourent à l’autoconstruction pour consolider leur logement de manière progressive, en attente de la légalisation du quartier par les autorités [Jaramillo, 2008]. Ils urbanisent bien souvent des zones à risques non constructibles : zones inondables, terrains instables, etc. Ces opérations sont hautement rentables du fait des faibles investissements de départ et des densités de population très élevées des nouveaux quartiers ainsi produits. Par ailleurs, aux bénéfices économiques, il faut ajouter la possibilité de constituer un capital politique et électoraliste, selon des schémas clientélistes qui ont été bien étudiés [Torres Carrilo, 1993]. Au cours de la période 1950-2005 et pour la seule ville de Bogotá, 7 150 hectares ont été produits et occupés de manière informelle (DAPD, 2006), dont plus de la moitié pendant la décennie 1990-2000. Néanmoins, en chiffres relatifs et pour l’ensemble de la Colombie, le taux de population urbaine qui vit dans des quartiers précaires a fortement diminué durant la dernière décennie : 16,1 % en 2007 contre 31,2 % en 1990 [Onu-HABITAT, Global Report on Human Settlements, 2011, p. 209].

  • 4 Voir le rapport : Departamento Nacional de Planeación (1995), Ciudades y ciudadanía. La Política Ur (...)

7Le tournant des années 1980-1990 marque une certaine prise de conscience des injustices de tels processus de production des espaces urbains4. Au-delà de la dénonciation des inégalités socio-spatiales, de la mauvaise qualité des espaces urbains et de l’irrationalité des formes d’occupation du sol, le débat vise à mettre en évidence les injustices des processus mêmes de production des espaces urbains, et pas seulement leurs résultats. Pour María Mercedes Maldonado, avocate et professeur à l’Institut d’études urbaines de Bogotá, actuelle secrétaire de l’Habitat de Bogotá, l’injustice de ce modèle de développement urbain réside dans le comportement des marchés fonciers, caractérisés par « la coexistence de situations de concentration de la terre qui génèrent de rapides capacités de mobilisation du capital foncier (dans les marchés formels comme informels) avec de faibles niveaux d’imposition, la quasi-inexistence d’obligations pour les propriétaires fonciers, des prix fonciers très élevés, de fortes relations patrimoniales à la terre et surtout la persistance de l’informalité et d’une ségrégation résidentielle particulièrement aiguë » [Maldonado, 2008]. Dans le modèle de développement urbain qui prévaut jusqu’aux années 1990, ce sont les propriétaires de la terre qui perçoivent tous les bénéfices de la prodigieuse urbanisation, formelle et informelle, qu’ont connu les grandes villes colombiennes, alors que toutes les charges incombent aux collectivités, et ce, de manière d’autant plus coûteuse dans les quartiers d’origine informelle non planifiés, du fait de la nécessité de construire VRD, espaces publics et équipements, une fois les quartiers intégralement construits. Dans les espaces centraux, la généralisation de l’urbanisation parcelle par parcelle effectuée par le secteur privé ne permet pas non plus de construire les équipements et réseaux rendus nécessaires par la densification du bâti, ce qui concourt à la dégradation des espaces urbains (congestion, espaces publics insuffisants et de mauvaise qualité, etc.). Ces points sont au cœur du débat qui débouche sur l’adoption de la loi 388 de 1997, qui met en place des mécanismes pour assurer une répartition équitable des charges et des bénéfices de l’urbanisation entre les propriétaires fonciers, les promoteurs immobiliers et les municipalités : une loi qui combine une ambition de réforme urbaine avec une refonte de la planification territoriale.

8Cette loi a des antécédents, que l’on doit ici rappeler pour comprendre comment sa promulgation a été possible [Maldonado, 2004]. Premièrement, la Colombie est un pays pionnier dans l’application d’un instrument, l’impôt de « contribution de valorisation », qui, dès les années 1920, fait porter la charge de la construction des principales avenues sur les propriétaires de la zone d’influence : ceux-ci sont supposés bénéficier de la plus-value de leur bien, même en l’absence de transaction commerciale. Ce dispositif, qui ne conçoit de fait le logement que par sa valeur d’échange, a permis de financer une bonne partie du réseau viaire des grandes villes colombiennes. Deuxièmement, les premières discussions sur la nécessité d’une loi de réforme urbaine remontent aux années 1960. Les projets de lois avortés ont cependant permis de donner consistance à des thèmes comme la réglementation urbanistique, la récupération des plus-values, etc. Dans ce contexte, le gouvernement libéral de Virgilio Barco adopte la loi 9a de 1989 dite « de réforme urbaine » : une première loi qui définit une série d’instruments modifiant la portée du droit de propriété au nom d’une redistribution plus juste de la rente urbaine. Parmi ces instruments, il faut mentionner le droit de préemption et la possibilité pour les collectivités de constituer des réserves foncières (sur le modèle français), le remembrement urbain (sur le modèle japonais), le transfert de droits de construire (sur le modèle états-unien), l’impôt sur les plusvalues, l’expropriation administrative et judiciaire. Or, cet ensemble d’instruments sophistiqués ne fait pas système et certains donnent lieu à une levée de boucliers de la part des propriétaires fonciers, comme la possibilité d’exproprier des terrains non urbanisés déclarés de développement prioritaire. Dès lors, et dans le contexte d’élaboration de la nouvelle Constitution de 1991, la loi n’est pas appliquée. Le débat sur la réforme urbaine et le renforcement de la planification territoriale n’est rouvert qu’au milieu des années 1990 pour adapter la législation foncière aux nouvelles dispositions de la Constitution concernant le droit de propriété. En effet, manifestant explicitement la volonté de dépasser la tradition civiliste, celle-ci établit que la propriété est un droit mais aussi un devoir, car elle est porteuse d’une fonction sociale et écologique.

9Il est ici important de signaler que cette Constitution a été adoptée simultanément à l’introduction par le président César Gaviria (1990-1994) du modèle néolibéral en Colombie. Comme dans la plupart des pays latino-américains, le changement de modèle économique a eu d’importantes conséquences sur les modalités de production et gestion des espaces urbains, au premier rang desquelles la privatisation des services urbains et, en matière de logement, la transformation du rôle de l’État, avec le passage de la construction directe par le biais d’organismes d’État (ICT) à la facilitation de la production de logements par le secteur privé (adoption d’une politique de logement social fondée sur l’attribution de subventions à la demande qui abandonne toute action sur l’offre). C’est aussi à cette époque qu’est introduit en Colombie le discours sur la compétitivité urbaine et sur la planification stratégique, qui conduit à une transformation profonde des objectifs de l’action publique, avec le passage d’un modèle gestionnaire à un modèle entrepreneurial visant prioritairement à attirer les investissements [Harvey, 1989].

10Donc – et c’est ce paradoxe apparent qui nous intéresse dans cet article – la mise en place d’un urbanisme néolibéral est allée de pair en Colombie avec le renforcement des dispositifs de régulation urbaine à travers l’adoption de la loi 388 de 1997 dite « de développement territorial ». Le principal apport de cette loi est de récupérer et renforcer les instruments de gestion foncière de la loi de réforme urbaine de 1989 et de les articuler avec de nouveaux instruments de planification urbaine (obligation par exemple pour toutes les municipalités d’adopter un Plan d’aménagement territorial – POT). Le cœur de ce nouveau dispositif réside dans le remembrement urbain. Ce mécanisme devient obligatoire pour financer les développements de plus de 10 hectares dans les espaces d’expansion et de rénovation urbaine ; il doit être mis en place à partir de « plans partiels » qui établissent le nouveau parcellaire et les péréquations sur lesquelles reposent le mécanisme de redistribution des charges et des bénéfices entre les municipalités, les propriétaires fonciers initiaux et les promoteurs des nouveaux projets. De cette manière, l’urbanisation « parcelle par parcelle » est combattue et une partie des profits doit revenir aux municipalités par le biais des travaux d’urbanisme ainsi financés. L’État n’intervient pas directement sur le foncier, mais crée des outils lui permettant d’obtenir des résultats « souhaitables » du point de vue de l’intérêt général. Assumant pleinement le changement de représentation du droit de propriété, avec le passage d’un droit de propriété inaliénable, primant sur toute autre considération, à un droit de propriété assorti de devoirs, la loi 388 de 1997 affirme la fonction publique de l’aménagement territorial.

11Par là même, dans le cas colombien, la ville néolibérale est aussi une ville aux régulations urbanistiques renforcées. La mise en place du néolibéralisme n’a pas conduit, comme dans les villes européennes, à détruire les fondements d’une planification étatique fortement interventionniste : la planification de type keynésienne était si faible durant la période de croissance rapide qu’elle avait été abandonnée dès la fin des années 1970 au profit d’une normativité urbaine ne reposant sur aucun plan urbain, si ce n’est de générer d’importants profits pour les privés. Au début des années 1990, les villes expérimentaient une situation de crise, due tant à l’irrationalité de leur gestion qu’à la rapidité de leur croissance. La mise en place du néolibéralisme s’est donc dans ce cas précis accompagnée de la volonté de reprise de contrôle sur le développement urbain : une reprise de contrôle nécessaire pour produire de la compétitivité urbaine. Conformément au projet néolibéral, les limitations au droit de propriété et la régulation des processus urbains devaient éviter les situations monopolistiques et produire un cadre concurrentiel pour mobiliser le capital foncier urbain et suburbain au profit d’un projet de ville, supposé collectif grâce à la promotion de la participation dans le cadre de la planification stratégique. Le néolibéralisme s’est donc accommodé d’un modèle de développement urbain plus régulé afin de détruire le modèle antérieur, rentier et spéculatif, mais surtout irrationnel, ingérable et non durable. Cela a été rendu possible, comme dans le cas brésilien, par l’ancienneté des débats politiques sur les limites au droit de propriété privée en milieu urbain.

La mise en œuvre des outils de gestion foncière et planification urbaine : perfectionnement ou détournement des instruments ?

12Les formes de régulation des processus urbains, bien que déterminées par le cadre législatif, se mettent néanmoins en place au cours du processus d’application de la loi, c’est-à-dire ici, dans la construction de la planification urbaine, l’utilisation effective des instruments de gestion foncière et les pratiques réelles des acteurs urbains engendrées.

  • 5 Action à dimension sociale, économique et urbanistique fondée sur une coordination interinstitution (...)

13Dès la fin des années 1990, les villes qui donnent l’impulsion en matière foncière sont Bogotá et Medellín, en premier lieu car elles disposent d’un appareil administratif et technique leur permettant d’inventer de nouvelles méthodes de planification et de gestion et en second lieu car des maires indépendants et leurs équipes se sont fortement engagés dans cette voie (Mockus à Bogotá et Fajardo à Medellín). Le plan partiel de rénovation urbaine Naranja adopté en 2000 dans la ville de Medellín est par exemple le premier du pays. Cette même ville peut se prévaloir d’une gestion foncière dynamique qui a été mise à contribution dans la réalisation de projets urbains visant l’amélioration des quartiers d’origine informelle et la construction de logements sociaux. C’est notamment le cas du projet de réaménagement de la quebrada Juan Bobo, dans le secteur nord-oriental de la ville. La démolition des maisons les plus vulnérables a été accompagnée de la construction dans le même secteur de huit petits immeubles collectifs destinés à reloger les familles déplacées, ainsi que d’un réseau d’espaces publics le long du ravin. Le processus participatif a permis d’obtenir l’adhésion des habitants au projet, qui est présenté comme une des réussites de la politique d’« urbanisme social » de Medellín (2004-2007). En effet, la quebrada Juan Bobo a également bénéficié des retombées positives du Projet urbain intégral (PUI)5 mené dans l’aire d’influence de la ligne K du Metrocable.

  • 6 Le logement social, produit et commercialisé par le secteur privé, est défini en Colombie par son p (...)

14Cependant, au-delà des réussites de certains projets portés par une forte volonté politique, les politiques foncières sont mises en œuvre très lentement. À Medellín toujours, sur les 75 propositions de plans partiels d’initiative publique et privée, seuls 28 avaient été approuvés entre 1999 et 2005. Ces lenteurs sont en partie liées aux complications bureaucratiques mais aussi au temps d’apprentissage nécessaire aux collectivités pour appliquer les instruments de gestion foncière. L’évolution du rôle de Metrovivienda à Bogotá, principal organisme public intervenant sur le foncier, est en ce sens significative. La création de cette entreprise commerciale de la mairie de Bogotá a joué un rôle moteur dans la mise en œuvre de la politique néolibérale du logement social6, en montrant l’exemple de la possibilité de produire à plus bas coût, tout en restant rentable : une exigence incontournable pour les promoteurs privés qui se mettent à construire des logements sociaux. La gestion de Metrovivienda a permis d’abaisser les prix fonciers et de construire des logements à 8 500 US$ dans le cadre de son premier projet, Ciudadelo El Recreo, alors que les logements à l’époque ne se négociaient pas à moins de 11 500 US$ [Torres Arzayús et García Botero, 2010]. Fonctionnant comme une banque de terre, Metrovivienda a élaboré au fil des années trois types de gestion foncière et immobilière, qui correspondent à trois générations de projets. Dans un premier temps, Metrovivienda achetait et regroupait les terrains, les urbanisait et vendait les parcelles ainsi constituées aux constructeurs (cas pour El Recreo, El Porvenir) qui se chargeaient ensuite de leur commercialisation. Il n’y avait pas d’utilisation d’outils de gestion foncière. Dans un deuxième temps, Metrovivienda a mis en place une gestion foncière associée avec les propriétaires des terrains avant de revendre les parcelles urbanisées aux constructeurs (cas de la première citadelle d’Usme). Enfin, l’opération Nuevo Usme actuellement en cours (près de 50 000 logements prévus en 20 ans) constitue un véritable laboratoire d’application des instruments promus par la loi 388 de 1997. Les propriétaires de parcelles comprises dans les plans partiels de l’opération ont le choix entre vendre à Metrovivienda ou bien s’associer au projet en apportant des terrains et retirer une part proportionnelle des bénéfices finaux. Le gel du foncier consécutif à l’annonce du projet dès 2003 aurait dû inciter les habitants à s’associer, mais ceux-ci, réticents, ont préféré vendre : les bas prix d’achat offerts par Metrovivienda sont à l’origine des mobilisations sociales qui se sont formées autour du projet, sur un schéma similaire à celui analysé en 3e partie. Les outils que la loi met à disposition des municipalités pour aménager l’espace urbain nécessitent donc une phase de perfectionnement, mais aussi un soutien politique sans faille.

15Différents programmes de recherche ont été lancés pour évaluer la mise en œuvre des instruments fonciers et leur impact, comme par exemple le programme du Lincoln Institute of Land Policy « Monitoreo a las políticas de suelo en relación con los mercados formal e informal del suelo en Bogotá ». Dans le cadre de cette étude, il a pu être démontré que, dans la plupart des cas à Bogotá, l’application des instruments fonciers a transféré aux propriétaires les charges d’urbanisation et de l’impôt sur la plus-value, dans la mesure où ces derniers ont tendance à décompter ces coûts des prix des terrains mis sur le marché, même si ce sont les constructeurs qui les paient effectivement [Borrero, 2007]. Ces coûts ne sont pas supportés par les acheteurs finaux, qui n’ont pas la capacité financière d’augmenter leur budget logement. Ce résultat important atteste d’un début d’acceptation des nouvelles politiques foncières qui parviennent, surtout dans le cas des zones périphériques de strates populaires, à redistribuer dans une certaine mesure les rentes urbaines. À Bogotá, on observe donc l’apparition d’un nouveau rapport à la propriété privée, mais ce type d’évolution n’est pas généralisé. Si les propriétaires de petites ou moyennes parcelles se plient désormais à ces nouvelles exigences, les grands propriétaires de terres suburbaines, plus puissants, sont réticents. Les promoteurs immobiliers cherchent quant à eux à compenser la réduction de leurs marges par la massivité des projets (économies d’échelle) et l’accélération de la rotation de leur capital. Leurs stratégies économiques dépendent donc de grandes et constantes disponibilités foncières, un paramètre de plus en plus difficile à garantir.

16Les résistances à l’application de la loi 388 sont aussi relayées au niveau politique. À cet égard, la phrase de l’ex-maire de Bogotá Enrique Peñalosa, proche des promoteurs immobiliers et grands propriétaires terriens, pour qui les instruments de gestion foncière sont pour le Danemark (Dinamarca en espagnol) et non pour le Cundinamarca (département de Bogotá), est révélatrice des tensions politiques suscitées. Depuis que le District de Bogotá n’est plus gouverné par la droite traditionnelle, qui a quant à elle toujours le pouvoir au niveau national, ces tensions se cristallisent en un conflit entre Bogotá et la nation qui a pour enjeu la capacité de mobilisation de terrains pour la production de logements sociaux.

  • 7 Selon le dernier recensement officiel de la population, il y a 3,8 millions de ménages qui présente (...)

17À travers l’adoption du décret 4 260 de 2007, le gouvernement national a en effet créé la figure des macroprojets d’intérêt national, accédant ainsi aux revendications des promoteurs immobiliers (organisés au sein du gremio Camacol) qui critiquent la lenteur de la formulation et adoption des plans partiels, une lenteur qui freine la rotation de leur capital. L’argument de l’impérieuse nécessité de réduire le déficit quantitatif et qualitatif de logements7 a justifié l’adoption de ce dispositif qui facilite les transformations d’usages des sols – de ruraux à urbains – pour la production de logements sociaux. Les macroprojets sont formulés à l’initiative de propriétaires qui se regroupent en société foncière et qui portent leur projet auprès du ministère du Logement. Dans un premier temps, ils pouvaient être directement approuvés par le ministère, sans être concertés avec les municipalités ni même respecter le Plan d’aménagement territorial et les zonages réglementaires.

18Mais des élus de Bogotá ont dénoncé au niveau juridique cette figure urbanistique. Du fait du non-respect de l’autonomie des municipalités en matière d’aménagement territorial, ils ont obtenu la déclaration de leur inconstitutionnalité par la Cour constitutionnelle, mais non l’arrêt des dix macroprojets en cours. Ces derniers sont aujourd’hui dénommés macroprojets de première génération ; les plus importants sont Ciudad Verde à Soacha (42 000 logements), Ciudad del Bicentenario à Cartagena (25 000 logements), Villas de San Pablo à Barranquilla (20 000 logements), Nuevo Occidente à Medellín (10 000 logements), San José à Manizales (3 500 logements). Dans un deuxième temps, le président Juan Manuel Santos arrivé au pouvoir en 2010 a impulsé l’adoption de la « Loi de sols urbanisables » n° 1469 de juin 2011 dans le but d’ajuster la figure des macroprojets aux dispositions de la Constitution. Les nouveaux macroprojets seront désormais concertés avec les municipalités : ce sont les macroprojets de deuxième génération.

  • 8 À titre de comparaison, et dans la mesure où ces opérations sont conçues comme des alternatives à l (...)

19Mais la gestion foncière est inchangée, elle reste très avantageuse pour les propriétaires initiaux des terrains qui reçoivent l’intégralité de la plus-value produite par le changement d’usages du sol, de rural à urbain. Seul le mécanisme de répartition des charges et des bénéfices est utilisé dans un deuxième temps par le promoteur, sur la base de la valeur urbaine des terrains. À titre d’exemple, dans le cadre du macroprojet Ciudad Verde à Soacha (municipalité qui forme une conurbation avec Bogotá), les propriétaires fonciers ont obtenu de la vente de leurs terrains ruraux au promoteur Amarillo des bénéfices à hauteur de 60 000 pesos/m2, alors que dans le même temps, l’estimation de la valeur vénale à partir de laquelle Metrovivenda achetait le foncier dans le cadre de l’Opération Nuevo Usme était de 4 400 pesos/m2. Les localisations de ces deux projets sont pourtant comparables ; ils se situent tous deux dans la grande périphérie sud caractérisée par l’intensité de l’urbanisation informelle et les niveaux de pauvreté les plus élevés de l’agglomération. Il apparaît d’autant plus injuste d’appliquer des mécanismes fonciers dans un cas et non dans l’autre lorsque l’on connaît les propriétaires concernés. À Soacha, les 325 hectares de Ciudad Verde se divisent en 26 parcelles appartenant à un nombre réduit de propriétaires, parmi lesquels de grandes familles colombiennes ayant investi dans la constitution d’un patrimoine foncier à la marge de la ville. À Usme, 753 parcelles forment les 627 hectares de l’opération. Près de 81 % des terrains font moins d’un hectare et appartiennent à des paysans-propriétaires ou sont en fermage, alors que 40 % de la superficie appartient à un seul propriétaire rentier, un urbanisateur-pirate8.

20Les macroprojets, qui permettent de développer de grandes extensions de terrains suburbains sans formuler de plans partiels, sont quasi systématiquement reliés à de puissants intérêts fonciers directement associés à des intérêts politiques. C’est ce que nous a révélé la réalisation d’une cartographie des acteurs engagés dans ces projets. Par exemple, dans le cas des macroprojets Ciudad del Bicentenario à Cartagena et Villas de San Pablo à Barranquilla, on retrouve comme promoteur et gérant la Fondation Julio Mario Santo Domingo (2e fortune de Colombie, 108e fortune mondiale selon Forbes en 2012) et des appuis forts de la part des maires Judith Piñedo et Elsa Noguera. Ces convergences d’intérêt nous ont donc amené à interpréter les macroprojets comme un instrument de détournement de la loi 388 de 1997, destiné à préserver certains intérêts menacés – ou insuffisamment rétribués dans le cadre de projets appliquant les instruments fonciers de la loi 388 de 1997. Les macroprojets traduisent une tentative de conciliation entre la prise en compte d’un certain intérêt général (répondre au déficit de logement) et le retour à une conception de la propriété privée non bornée, elle-même articulée à une conception de la justice purement utilitariste.

  • 9 L’aire métropolitaine de Bogotá, qui regroupe 17 municipalités, s’étend sur un plateau d’altitude à (...)
  • 10 En décembre 2011, les remontées d’eau dans le réseau d’évacuation des eaux dues au niveau de crue é (...)

21Ils fournissent aussi au gouvernement national l’opportunité politique de critiquer la lenteur voire l’inefficacité de Bogotá dans la construction de logements sociaux. Les macroprojets se caractérisent en effet par leur rapidité d’exécution, à la différence des plans partiels. Ils contribuent de la sorte à la croissance spectaculaire du secteur de la construction, une des cinq locomotives du Plan national de développement de Juan Manuel Santos, dans des villes comme Medellín ou Barranquilla (+ 25 % en moyenne ces derniers mois). Avec l’annonce en 2012 par le président de la République de la construction de 100 000 logements gratuits « pour les plus pauvres », ces deux dernières villes font désormais figure de bonnes élèves de la politique nationale. En revanche Bogotá, qui ne dispose pas de macroprojets et qui a établi dans son Plan de développement l’obligation de réserver 20 % du foncier de tous les plans partiels pour des logements d’intérêt social, se heurte à une forte opposition du secteur de la construction, relayée par le nouveau ministre du logement. Caamcol a ainsi annoncé en août 2012 la paralysie de 158 000 projets immobiliers dans le périmètre de la ville et dans les municipalités limitrophes. Cette situation s’explique en grande partie par la saturation du marché de logements de moyen et haut standing, mais les arguments relayés dans la presse sont la nouvelle normativité sur le logement social à Bogotá et le refus du maire de Bogotá de vendre désormais de l’eau en gros pour approvisionner les grands projets immobiliers, d’intérêt social ou pour classes aisées, localisés hors des périmètres urbains des municipalités de l’aire métropolitaine9. Celui-ci a également bloqué la construction de projets dans des zones inondables où les conditions techniques d’atténuation du risque n’étaient plus garanties. Pour Bogotá qui a adopté un modèle de ville compacte soucieuse de l’environnement, l’eau est un élément décisif pour l’aménagement territorial. L’irrationalité de la construction d’ensembles résidentiels conduisant au « bétonnage » de l’altiplano de la Savane doit être combattue, de même que les projets de logements sociaux ne doivent pas être menés à tout prix10.

22Cette perspective entre en conflit avec la politique du gouvernement national, fondée sur l’urgence de construire les 100 000 « logements pour les pauvres » promis dans tout le pays : une politique qui présente un niveau d’opérationnalité élevé pour diminuer le déficit de logements, mais qui, fondée sur des critères exclusivement comptables, en oublie de nombreux autres tels que la prévention des risques, le respect de l’environnement, la qualité des espaces urbains et leur accessibilité, l’identité des espaces construits. Cette politique ne permet pas de répondre aux attentes de nombreux groupes sociaux. Par exemple à Moravia, un quartier de Medellín construit sur une décharge et donc extrêmement pollué, de nombreuses familles ont été expulsées, mais elles refusent les appartements proposés par l’administration dans le macroprojet Ciudadela Nuevo Occidente parce qu’ils ne sont pas adaptés à leurs pratiques professionnelles et sociales. Cette politique exclusivement centrée sur le logement montre aussi ses limites pour la reconstruction de villes détruites par des catastrophes naturelles, comme Gramalote, dont les 1 200 habitants attentent depuis décembre 2010 que soit posée la première pierre de leur nouveau village. Le terme de « logements pour les pauvres » utilisé par le ministre est en soi générateur de stigmatisation et montre combien la politique de logement du gouvernement national est susceptible de produire une nouvelle pauvreté urbaine [Hurtado Tarazona, 2011].

23L’aménagement urbain « réellement existant » en Colombie est donc sous tension, entre deux interprétations du rôle de l’État dans la régulation de l’urbanisme néolibéral, à tel point qu’il n’existe pas toujours une unification des instruments fonciers appliqués sur un même territoire. Dans tous les cas, la construction de la dimension sociale et territoriale de la planification urbaine, c’est-à-dire la production d’urbanité par-delà la couverture du déficit de logements, constitue une faiblesse majeure, comme nous avons pu le montrer ailleurs pour le cas de Bogotá [Beuf, 2011].

Des contradictions de l’intérêt général. La planification urbaine au risque de la paupérisation des habitants

24Si la gestion foncière dans les fronts d’urbanisation donne lieu à des jeux d’échelles complexes et à des tensions entre acteurs de pouvoir, l’application des instruments fonciers dans le cas d’interventions dans les espaces construits soulève d’autres types de conflits, entre acteurs institutionnels et communautés d’habitants.

  • 11 Le terme consacré dans le droit urbanistique colombien est celui de rénovation urbaine. Il intègre (...)
  • 12 Cette hausse du foncier est directement imputable aux travaux de rénovation du centre historique, c (...)

25En adéquation avec la tendance mondiale, la plupart des grandes villes colombiennes ont engagé des programmes de « revitalisation », « récupération » ou « rénovation »11 de leurs espaces centraux, perçus comme « dégradés » ou simplement détenteurs d’un potentiel de densification. Ces politiques sont impulsées par le secteur public, avec une plus ou moins grande participation du privé dans leur exécution. Elles ont comme conséquence une forte valorisation foncière et immobilière, que l’on observe aujourd’hui dans la plupart des centres des villes colombiennes, grandes mais aussi moyennes et petites, et en particulier dans les secteurs historiques. La ville où cette dynamique a été la plus forte ces dernières années est Santa Marta. La « récupération » du centre historique y a fait l’objet depuis 2002 d’un programme appuyé par la BID, le ministère de la Culture et la mairie, programme qui a attiré d’importants investisseurs privés, comme l’ex vice-président de la République Francisco Santos. Les paysages urbains du centre historique ont été profondément transformés : réhabilitation de maisons à caractère patrimonial, démolitions et reconstructions, piétonisation de rues, réaménagement d’espaces publics et mise en concession d’un port de plaisance de luxe. Ces transformations physiques vont de pair avec une hausse vertigineuse des prix fonciers, une plus-value en partie générée par les investissements publics dans les espaces publics et les infrastructures qui, en l’absence d’application des instruments de gestion foncière, termine totalement appropriée par les privés. Au cours de la période 2006-2011, pour l’ensemble des 46 hectares du secteur historique, les prix du mètre carré en valeur constante ont doublé et dans quelques rues réaménagées de l’hypercentre près de la cathédrale, ils ont quadruplé voire quintuplé12 [Borrero, 2013]. Ces processus ont d’importantes conséquences économiques mais aussi sociales : alors qu’au début des années 2000, 9 000 habitants vivaient dans le centre historique de Santa Marta, ils ne sont plus que 3 500 aujourd’hui [Ospina, 2013]. Dans la mesure où il s’agit d’une rénovation urbaine parcelle par parcelle menée par le secteur privé, il est très difficile d’avoir des informations sur la manière dont sont parties ces familles ainsi que sur leur destination. Toujours est-il que les mobilisations contre ce processus de gentrification n’ont pas pris d’ampleur, de même qu’il n’y a pas eu de participation au moment de l’élaboration du programme. Il en est autrement dans les projets de plus grande échelle encadrés par le secteur public.

26La gestion foncière en matière de rénovation urbaine s’effectue principalement à partir de plans partiels qui regroupent un ou plusieurs îlots. À une échelle supérieure, on peut identifier deux expériences pionnières dans le pays : le Plan zonal du centre de Bogotá, rattaché à une « opération stratégique » visant l’adéquation du centre aux standards internationaux en matière de compétitivité (consommation de produits patrimoniaux et culturels, construction de logements neufs, mobilité, sécurité) et le macroprojet d’intérêt national San José à Manizales qui doit permettre de construire 3 500 appartements, une avenue, des collèges et des parcs urbains en lieu et place d’un ancien quartier d’invasion péricentral, développé autour de la place du marché sur un versant instable de la cordillère. Les nouveaux édifices prévus à San José, aux normes, devraient reloger des familles vivant dans les zones à risques de la ville. Alors que la rénovation urbaine du macroprojet de San José constitue une tabula rasa d’un quartier historique dégradé, celle du centre de Bogotá est plus complexe et pensée à un horizon de temps bien plus long. Cette rénovation articule des projets urbains de diverses natures et dimensions et, surtout, prend en compte des objectifs de natures économique, culturelle et symbolique, en plus de la construction de logements sociaux.

  • 13 Expulsions qui ont accompagné la destruction du quartier du Cartucho au début des années 2000.
  • 14 http://vimeo.com/14190230

27De par leur caractère intégral, et face aux menaces de destruction des tissus urbains et sociaux et de paupérisation des familles les plus fragiles, ces deux projets ont donné lieu à de fortes mobilisations des habitants qui présentent des similitudes : revendication du droit à la centralité, exigence d’indemnisations justes, demande de prise en compte des pratiques sociales et professionnelles des habitants, critique de l’absence de caractère décisionnel au sein des processus participatifs menés par les autorités et réduits à une simple dimension informative, etc. Les mobilisations, organisées et combatives, sont déjà anciennes et fondées sur des précédents d’expulsions violentes13 dans le centre de Bogotá, où il existe un conflit durable entre l’administration municipale et les comités d’habitants et de travailleurs du centre [Beuf, 2011]. Plus récentes et plus diverses à Manizales, des mobilisations sont aussi fortement relayées par divers organismes extérieurs au quartier, comme en témoigne la réalisation du film documentaire Viviendo la Comuna14 par l’université du Caldas.

28Il est possible d’interpréter ces situations de blocage à partir de l’incompatibilité entre deux conceptions de la justice : une justice compensatoire fondée sur les droits des individus à obtenir un logement de qualité équivalente ou supérieure à celui qu’ils détenaient avant le début des opérations et une justice procédurale fondée sur la sauvegarde des intérêts de l’État face à la prédominance historique des intérêts privés, telle que l’on a pu la mettre en évidence dans le cas de Santa Marta. En l’absence de réels financements publics des projets urbains, l’abaissement du coût du foncier devient un impératif pour les promoteurs publics, qui doivent vendre les terrains urbanisés à bas prix aux constructeurs privés pour que ceux-ci puissent off rir à la vente des produits immobiliers répondant aux caractéristiques des logements sociaux, tout en réalisant des bénéfices. Tel est finalement l’un des principaux motifs d’application des instruments de gestion foncière de la loi 388 de 1997. Dans cette configuration, l’État est amené à acheter ou à indemniser les biens immobiliers et fonciers sur la base de valeurs vénales très basses. Dès lors, au nom de la nécessaire réalisation de projets censés répondre à l’intérêt général, l’État ne parvient pas à mettre en place des mécanismes compensatoires suffisants pour que les personnes affectées puissent racheter un logement équivalent, ce qui génère de forts sentiments d’injustice au niveau individuel car les prix fonciers ont connu ces dernières années des hausses très fortes dans la plupart des grandes villes. Les mobilisations et revendications collectives sont ensuite d’autant plus fortes que l’intérêt général du projet ayant légitimé de telles interventions est lui-même contestable. Tel est le cas de la démolition de quartiers populaires pour construire des logements auxquels pourront accéder uniquement des classes moyennes et les franges supérieures des classes populaires, sans que soient offertes de réelles alternatives aux populations expulsées. À ce sujet, un travail de terrain sur la gestion sociale du projet Avenue Comuneros (projet intégré au Plan Centre de Bogotá qui a nécessité l’expulsion de plus de 3 000 personnes entre 2003 et 2007) nous a révélé que l’administration n’avait quasiment pas d’information sur le devenir des familles expulsées [Beuf, 2011].

29Dans cet autre contexte urbain qu’est la rénovation urbaine, les conflits en matière foncière se cristallisent sur la question des compensations, dans les macroprojets comme dans les plans partiels. La redéfinition des rapports entre rentes publiques et rentes privées oblige à questionner avec d’autant plus de finesse la nature des intérêts privés en jeu, tant il apparaît injuste d’indemniser au plus bas des petits propriétaires ou possédants, qui n’ont d’autre capital que leurs maisons et les réseaux sociaux et de voisinage construits dans la durée de leur permanence dans le quartier. C’est pourquoi la législation foncière n’est pas en soi suffisante, elle trouve son sens au sein d’une politique urbaine articulée dont la mise en œuvre suppose un positionnement clair face aux intérêts de chacun des acteurs.

Le statut de la terre urbaine, un objet de dispute pour l’urbanisme néolibéral colombien

30Le néolibéralisme tel qu’il existe en pratique ne constitue pas un modèle unique et reproductible grâce à la mise en place d’un certain nombre de « bonnes pratiques » conformes aux discours idéologiques. Les modèles antérieurs, c’est-à-dire ce qui a été détruit, de même que les divergences d’intérêts des acteurs politiques et sociaux et les nécessaires arbitrages – toujours conjoncturels – déterminent des formes de régulation souvent plurielles, contradictoires et finalement changeantes dans le temps. En Colombie, le marché détient un poids très fort car les processus de concentration du capital foncier, économique et financier sont anciens, intenses et profondément articulés au jeu politique – les pratiques de corruption et de clientélisme n’ont pas été évoquées ici mais elles continuent à influencer les prises de décisions publiques au profit de logiques privées d’accumulation de capital. Dans ce contexte, le renforcement du rôle régulateur de l’État se heurte à de puissantes résistances. Les conflits liés aux politiques foncières et à la planification urbaine observés dans les villes colombiennes sont ainsi l’expression de tensions entre des « modèles de ville » qui proposent plusieurs interprétations de la régulation des processus urbains – jugée par ailleurs unanimement nécessaire – car se référant à des conceptions différentes de la propriété privée et de la justice. Le gouvernement national entend réguler le développement urbain sans remettre en cause le caractère absolu de la propriété privée ni toucher à la distribution profondément inégalitaire du foncier. Pour les tenants de cette conception utilitariste de la justice, le renforcement de la ségrégation sociospatiale et la génération de nouvelles formes de pauvreté urbaine ne posent pas problème, à condition que la ville redevienne fonctionnelle. D’un autre côté, des gouvernements locaux, comme la mairie de Bogotá, cherchent à introduire des mécanismes pour redistribuer la rente urbaine à leur profit, afin d’augmenter leur budget-investissement et financer l’urbanisation des nouveaux quartiers ainsi que des projets jugés prioritaires. Appliquant de manière stricte la loi de réforme urbaine, ils s’en réfèrent à une conception de la propriété privée limitée, comportant des servitudes, et à une conception de la justice redistributrice structurelle : il s’agit de réduire les inégalités en agissant au niveau de leur genèse. Or, les conflits générés par ce type de politique, prônant la supériorité de l’intérêt général sur les intérêts particuliers, n’opposent pas seulement l’État avec des « riches » mais aussi avec des « pauvres » : une contradiction forte, à l’origine de nombreuses mobilisations sociales, sur laquelle butent encore les gouvernements locaux qui se veulent progressistes.

31Loin de la vision consensuelle prônée par l’idéologie néolibérale dans ses diverses composantes (planification stratégique, promotion de la participation citoyenne, etc.), le cas des villes colombiennes révèle le caractère indépassable des conflits qui traversent l’aménagement urbain. Mettant en jeu des conceptions profondément différentes de la propriété privée sur la terre urbaine, ces conflits sont difficilement susceptibles de « consensus building » [Lautier, 2009], et donc éminemment politiques.

Haut de page

Bibliographie

Beuf Alice, Les centralités à Bogotá, ente compétitivité urbaine et équité territoriale, thèse de doctorat de géographie, université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, 2011.

Borrero Oscar, « Los precios del suelo en los centros urbanos. Caso de las ciudades intermedias en Colombia », in Alice Beuf et Martínez María Eugenia, Colombia. Centralidades históricas en transformación, Quito, Olacchi/ flacso, 2013, à paraître.

Borrero Oscar, « Efecto de las políticas del suelo en el precio de terrenos urbanos en Bogotá », Lincoln Institute of Land Policy, working paper, 2007.

Brenner Neil et Theodore Nik, « Cities and the Geographies of “Actually Existing Neoliberalism” », Antipode, 2002, 34/3, p. 349–379.

Denis Éric, « La financiarisation du foncier observé à partir des métropoles égyptiennes et indiennes », Revue Tiers-Monde, 2011/2 n° 206, p. 139-158.

Harvey David, « from Managerialism to Entrepreneurialism : the Transformation in Urban Governance in Late Capitalism », Geografiska Annaler, 1989, B. 71, p. 3-17.

Hurtado Tarazona Adriana, « La quinta “locomotora” del Plan Nacional de Desarrollo 2010-2014 : más allá del millón de viviendas », Papeles De Coyuntura n° 30, Universidad Piloto de Colombia, v.30 fasc. N/A, p. 4-13, 2011.

Jaramillo Samuel, « Reflexiones sobre la “informalidad” fundiaria como peculiaridad de los mercados de suelo en las ciudades de América latina », Territorios, 2008, 18-19, p. 11-53.

Lautier Bruno, « Le consensus sur les politiques sociales en Amérique latine, négation de la démocratie ? », communication au colloque de l’Association française de science politique, 2009.

Maldonado Copello María Mercedes, « El proceso de reforma del sistema urbanístico colombiano : entre reforma urbana y ordenamiento territorial », 2004.

Maldonado Copello María Mercedes, « La Ley 388 de 1997 en Colombia : algunos puntos de tensión en el proceso de su implementación », ACE, año III, núm. 7, junio 2008.

Molina Humberto, « Bogotá metropolitana en perspectiva : crecimiento y saturación », foro Económico Regional y Urbano, n° 7, abril-junio 1997, p. 65-82.

Ospina Medina Natalia, « ¿A quien pertenece el centro histórico ? Análisis sobre el proceso de reforma urbana del centro histórico de Santa Marta » in Alice Beuf et María Eugenia Martínez, Colombia. Centralidades históricas en transformación, Quito, OLACCHI/fLACSO, 2013, à paraître.

Salazar Cruz Clara Eugenia, « La privatisation des terres collectives agraires dans l’agglomération de Mexico. L’impact des réformes de 1992 sur l’expansion urbaine et la régularisation des lots urbains », Revue Tiers Monde, 2011/2, n° 206, p. 95-114.

Torres Carrillo Alfonso, « La ciudad en la sombra. Barrios y luchas populares en Bogotá. 1950-1977 », Bogotá, CINEP, 1993.

Torres Tovar Carlos Alberto, La ciudad informal colombiana. Barrios construidos por la gente, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, Grupo de investigación Procesos urbanos en Hábitat, Vivienda e Informalidad, 2009, 320 p.

Torres Arzayús Patricia et García Botero María Constanza, Las ciudades del mañana. Gestión del suelo urbano en Colombia, Washington D.C., BID, 2010, 295 p.

Haut de page

Notes

1 Du fait d’un cloisonnement régional historique qui perdure, bien qu’atténué aujourd’hui par d’importants investissements dans la construction de nouvelles voies rapides à l’échelle nationale.

2 La délimitation d’un périmètre urbain et d’un périmètre de service, mis en place en 1979 et quasiment inchangé depuis lors, s’est avérée efficace pour limiter le processus d’expansion urbaine.

3 La stratification socio-économique est mise en place au niveau national en 1983. Son objectif est de corriger les inégalités socio-économiques par l’introduction de mécanismes de redistribution dans la taxation des charges et services urbains. Une méthodologie est élaborée pour attribuer à chaque îlot une strate socio-économique allant de 1 (les plus précaires) à 6 (les plus riches). Les ménages des îlots des strates 5 et 6 subventionnent les prix des services urbains des ménages des îlots de strate 1, 2 et 3 : ce sont les « subventions croisées ». Les critères retenus pour l’attribution d’une strate sont les conditions physiques externes du logement. Principale mesure pour répondre aux inégalités intra-urbaines, la stratification socio-économique a avec le temps un impact rétroactif sur les processus ségrégatifs spontanés, même s’il est difficile de savoir dans quelle mesure, faute d’étude de référence sur le sujet.

4 Voir le rapport : Departamento Nacional de Planeación (1995), Ciudades y ciudadanía. La Política Urbana de El Salto Social, p. 8.

5 Action à dimension sociale, économique et urbanistique fondée sur une coordination interinstitutionnelle.

6 Le logement social, produit et commercialisé par le secteur privé, est défini en Colombie par son prix de vente, qui ne doit pas excéder 135 salaires minimums mensuels (environ 33 000 euros). Dans le cas des logements prioritaires, celui-ci ne doit pas excéder 70 salaires minimums mensuels (environ 17 000 euros). Il est possible d’obtenir une subvention du gouvernement pour l’acquisition de ce type de bien, sous conditions de ressources (= subventions à la demande). Il n’y a aucune politique sociale concernant le marché locatif.

7 Selon le dernier recensement officiel de la population, il y a 3,8 millions de ménages qui présentent un déficit de logement en Colombie : 1,3 million, un déficit quantitatif, et 2,5 millions, un déficit qualitatif. Selon les autorités, au sein des 13 principales aires métropolitaines, il faudrait construire 623 000 logements et en restructurer 450 000. Ces chiffres justifient l’approche quasi exclusivement comptable de la politique du logement menée par le gouvernement national.

8 À titre de comparaison, et dans la mesure où ces opérations sont conçues comme des alternatives à l’urbanisation informelle, il faut savoir que dans le secteur d’Usme, les urbanisateurs-pirates achetaient les terrains ruraux aux paysans à 2 500 pesos/m2 et les vendaient à 50 000 pesos/m2 aux familles qui se lançaient dans l’autoconstruction.

9 L’aire métropolitaine de Bogotá, qui regroupe 17 municipalités, s’étend sur un plateau d’altitude à 2 600 m, la Savane, qui constitue un écosystème montagnard à la fois riche en biodiversité et menacé par l’expansion urbaine.

10 En décembre 2011, les remontées d’eau dans le réseau d’évacuation des eaux dues au niveau de crue élevé du río Bogotá ont inondé des ensembles résidentiels formels de logements sociaux dans le Sud-Ouest de la ville, faisant plus de 50 000 sinistrés.

11 Le terme consacré dans le droit urbanistique colombien est celui de rénovation urbaine. Il intègre toutes les formes d’interventions dans les espaces déjà construits, quels que soient leurs objectifs et modalités.

12 Cette hausse du foncier est directement imputable aux travaux de rénovation du centre historique, car elle ne s’observe pas dans les autres parties de la ville.

13 Expulsions qui ont accompagné la destruction du quartier du Cartucho au début des années 2000.

14 http://vimeo.com/14190230

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Beuf, « Enjeux et conflits autour de la terre urbaine. Politiques foncières et planification urbaine en Colombie », Cahiers des Amériques latines, 71 | 2012, 55-74.

Référence électronique

Alice Beuf, « Enjeux et conflits autour de la terre urbaine. Politiques foncières et planification urbaine en Colombie », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/2669 ; DOI : 10.4000/cal.2669

Haut de page

Auteur

Alice Beuf

Chercheuse Ifea (Umifre 17 – CNRS/MAE). Chercheuse associée Creda (UMR 7227).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org