Navigation – Plan du site
Dossier. Colombia, tierra de pelea: le(s) conflit(s) au cœur de la société

Colombia, tierra de pelea: le(s) conflit(s) au cœur de la société

Colombia tierra de peleas: el/los conflicto/s en el corazón de la sociedad
Colombia, tierra de peleas: the conflict(s) in the depths of the society
Nadège Mazars et Marie-Laure Guilland
p. 17-32

Résumés

L’objectif de ce dossier est de proposer une approche de la Colombie dépassant les problématiques directement liées au conflit armé. Notre volonté n’est pas seulement d’analyser le conflit au travers de ses aspects immédiatement perceptibles (acteurs armés, situations de violence, etc.) mais aussi de considérer les conflits que la société colombienne connaît et qui sont à la fois facteurs et symptômes de la persistance de l’état de guerre dans le pays. Plus de vingt ans après l’adoption d’une nouvelle constitution et la refonte du contrat politique national, quelles sont les raisons de l’échec d’une paix intégrale, en dépit d’un cadre constitutionnel qui l’encourageait? Si des mécanismes de protection d’un certain nombre de droits sociaux et humains ont pu être encouragés, il subsiste dans la société colombienne de profondes situations d’injustice sociale et d’impunité bornant le champ d’exercice de la démocratie colombienne.
Pour tenter de répondre à ces questionnements, le dossier s’appuie sur des études de cas concrètes et s’organise autour de quatre axes: l’articulation entre droits constitutionnels et transformation du social; les politiques publiques et leur pratique dans le contexte post-constitutionnel; les enjeux autour de l’exploitation des ressources naturelles, matérielles et immatérielles, du pays; un retour sur le conflit armé sous forme de bilan et perspectives.

Haut de page

Texte intégral

La Colombie, entre guerre, paix et sécurité

  • 1 La doctrine d’Action intégrale a par exemple été proposée à partir de 2006 comme une stratégie de r (...)

1La littérature académique présente le plus souvent la Colombie au travers du prisme du conflit armé que le pays subit depuis près de 50 ans. À partir des premiers moments de la « Violencia » [Gonzalo Sánchez, 2000], cette période de guerre civile commencée en 1948 et au cours de laquelle plus de 200 000 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements opposant initialement conservateurs et libéraux, la société colombienne n’a effectivement jamais cessé d’être en proie à des situations de guerre, latentes ou manifestes, aux effets structurants sur les rapports sociaux, politiques et économiques, tant au niveau local que national. Dans ce conflit, ce sont comme dans toutes les guerres, les populations civiles qui en souffrent le plus. Si des entreprises de négociations de paix ont été régulièrement initiées depuis les années 1980, elles n’ont pas jusqu’à présent, réussi à formuler les termes d’une résolution intégrale du conflit. En 1999, la reprise des négociations sous le gouvernement d’Andrés Pastrana a un temps apporté beaucoup d’espoir, mais la rupture du dialogue à San Vicente del Caguán en 2002 marque l’ouverture d’une nouvelle période politique avec l’élection la même année d’Alvaro Uribe Vélez à la présidence de la République. Promouvant la résolution du conflit non plus par le biais de négociations mais par des actions essentiellement militaires, sa politique de « sécurité démocratique » s’articule autour du renforcement des effectifs policiers et de la militarisation des territoires jusque dans certains projets sociaux1 [Leal Buitrago, 2011]. Dans le numéro de 2012 de la revue Problèmes d’Amérique latine consacré au conflit armé en Colombie en 2012, Adolfo León Atehortúa Cruz et Diana Marcela Rojas Rivera dressent un bilan mitigé de la période de gouvernement d’Uribe, rappelant que si le dispositif mis en place a rempli ses objectifs de nature proprement sécuritaire, il a aussi contribué à profondément fragiliser les processus démocratiques et les droits humains [2012, p. 81-99], ce sur quoi revient notamment Jaime Zuluaga au sein de ce dossier des Cahiers des Amériques latines. En plus de ses effets bien directs sur le territoire et les populations locales, la politique de « sécurité démocratique » a transformé la représentation que l’on donnait du conflit en révisant les termes utilisés dans le discours officiel et en investissant les lieux de formation de l’opinion publique. On ne parle plus de guerre mais d’actes de terrorisme, légitimant ainsi l’intervention de maintien de l’ordre par la présence armée et délégitimant tout discours politique qui s’interrogerait sur les origines du conflit. Comme le note Alberto Valencia Gutiérrez [2012, p. 8], il y a alors eu une certaine tendance à évoquer une situation de « post-conflit » dans laquelle le pays serait entré, en dépit de la persistance bien réelle d’affrontements sur le terrain et de la refonte de la stratégie des guérillas. Dans ce dossier des Cahiers des Amériques latines, nous proposons de dépasser l’approche académique classique réservée au pays, en nous intéressant aux conflits sociaux et politiques, souvent invisibles ou invisibilisés, mais dont l’existence est selon nous facteurs et symptômes de la persistance de l’état de guerre dans le pays.

  • 2 Voir le document Bases del Plan Nacional de Desarrollo 2010-2014 – Prosperidad para todos, Republic (...)
  • 3 « Crecen rumores sobre presuntas “movidas por La Paz” del gobierno », El Espectador, 25 mars 2012. (...)

2En 2010, Juan Manuel Santos, ancien ministre de la Défense d’Alvaro Uribe, accède à la présidence de la République. On s’attend alors à ce qu’il poursuive la ligne politique de son prédécesseur notamment vis-à-vis du contrôle territorial. Quant à la politique économique, ce nouveau gouvernement l’oriente en grande partie sur la réactivation de la « locomotive minéro-énergétique »2 grâce à laquelle l’exploitation des ressources naturelles doit impulser l’entrée de capitaux dans le pays parallèlement à la signature de traités de libre commerce. Les territoires où se trouvent ces richesses sont cependant très souvent le théâtre du conflit armé. Mais contrairement aux attentes la stratégie de pacification de ces territoires a été réorientée, comme l’indique le changement d’approche dont témoigne la reprise de négociations de paix en octobre dernier, remettant sur le devant de la scène le conflit et les conditions de sa résolution. Il ne s’agit plus seulement de reprendre par la force ces territoires mais bien d’en finir avec la guerre dans la perspective très pragmatique de rendre accessibles aux entreprises nationales et multinationales les lieux d’exploitation des ressources naturelles (minérales dont l’or, énergétiques dont le pétrole et le gaz, agricoles dont la palme, pour ne citer que quelques-unes des ressources emblématiques du pays). Pour ce faire, le discours officiel sur le conflit et son issue a été revisité et popularisé auprès de l’opinion publique, comme l’indiquerait par exemple le recours par le gouvernement à une agence de communication [cf. article El Espectador]3 six mois avant l’annonce de l’ouverture de négociations avec les Farc, ou encore la reconnaissance officielle de l’existence d’un conflit dans le pays. Il s’agit alors pour le gouvernement de familiariser l’opinion publique à l’ouverture du dialogue avec les Farc après les huit années de gouvernement Uribe et la promotion d’une guerre totale contre les guérillas, sans espace de pourparlers possibles avec ceux désignés jusqu’alors comme des « terroristes ».

3Néanmoins, qu’est-il possible d’espérer de ces négociations? Si ces dernières ne peuvent être qu’encouragées, il est encore difficile de se prononcer sur leur issue tant les espoirs de paix et les entreprises de négociations précédentes ont été régulièrement initiés en vain. Aussi, un accord entre l’État et la guérilla des Farc mettant fin aux hostilités et amenant à la démobilisation de ce groupe armé irrégulier apporterait-il des éléments tangibles pour la pacification du pays mais ne représenterait que le début d’un long processus vers une paix intégrale tant les problèmes et les conflits vécus dans le pays ne se réduisent pas à la présence de groupes de guérillas sur le territoire colombien.

Comprendre le conflit au travers de ses origines structurelles

4Dans cette perspective, l’objectif de ce dossier est de proposer une approche de la Colombie dépassant les problématiques directement liées au conflit armé. Il n’est pas pour autant question d’en minimiser l’incidence puisque, on le verra, le conflit armé resurgit dans les moindres espaces de la vie colombienne. Notre volonté est d’analyser non pas seulement le conflit au travers de ses aspects immédiatement perceptibles (acteurs armés, situation de violence, etc.) mais aussi les conflits que la société colombienne connaît et qui sont à la fois facteurs et symptômes de la persistance de l’état de « guerre » dans le pays.

5L’idée de constituer ce dossier est née en 2011 alors qu’étaient célébrés les 20 ans de la Constitution de 1991. Comme nous le rappelle l’article de Rodrigo Uprimny et de Luz Maria Sánchez, ce texte aux ambitions démocratiques et reconnu pour son caractère progressiste était alors pensé comme une étape de la réconciliation nationale. La refonte du contrat politique national visait à consolider une légitimité institutionnelle malmenée en fondant un État social de droit et en y associant des secteurs sociaux et une partie des acteurs jusqu’alors exclus des négociations politiques. De plus, cette période de profondes transformations politiques de l’appareil d’État et de ses politiques publiques coïncide avec l’importation et l’adaptation des thèses néolibérales qui influencent dès lors l’orientation donnée aux principes constitutionnels.

6Qu’en est-il aujourd’hui? Quelles sont les raisons de l’échec d’une paix intégrale, en dépit d’un cadre institutionnel formel qui l’encourageait? La Constitution de 1991 a certes permis de consolider les mécanismes de protection d’un certain nombre de droits sociaux et humains mais il subsiste dans la société colombienne de profondes situations d’injustice sociale et d’impunité bornant le champ d’exercice de la démocratie colombienne.

  • 4 Selon la Dirección de Síntesis y Cuentas Nacionales (DANE) on relève une croissance économique annu (...)

7En faisant ressortir les paradoxes qui caractérisent la vie politique, sociale et économique du pays, nous tenterons de comprendre comment la Colombie oscille continuellement au sein d’un régime qui, sous ses formes institutionnelles et formelles apparaît comme politiquement démocratique, mais qui d’un point de vue social et économique demeure hautement excluant. Cette double face du régime colombien produit et multiplie depuis plus d’un demi-siècle des tensions de natures complexes et variées. La refonte constitutionnelle de 1991 n’a pas suffi à estomper ces paradoxes faisant coexister « la norme et l’illégalité, le crime et la loi, la violence et l’ordre » [Pécaut, 2001; Garcia Duarte, 2011]. De plus, en dépit d’une croissance positive soutenue (4,7 % en 2012)4, le modèle économique colombien, loin d’encourager une logique d’équité sociale, creuse au contraire les inégalités, réduisant aussi les ambitions démocratiques réelles. Et l’option sécuritaire, en se concentrant sur la résolution de situations conjoncturelles, a contribué à accentuer des problèmes de fond qui alimentent les maux colombiens (pouvoir accru des forces de sécurité, criminalisation de l’opposition, renforcement des fiefs clientélistes allant de pair avec la subordination des politiques sociales à ces pouvoirs locaux, etc.). Il apparaît donc urgent d’analyser les fondements de ces maux et, comme le signal Ricardo Garcia Duarte, de « consulter l’état actuel [des] failles structurelles du régime politique et social desquelles émerge la multiplication des conflits violents » du pays [Garcia Duarte, 2011, p. 33]. Ainsi, pour expliquer la persistance des violences colombiennes, il est essentiel de comprendre comment celles-ci s’inscrivent dans un système économique dont les fondements capitalistes et néo-libéraux mettent au cœur de son fonctionnement les velléités d’appropriation des ressources du pays, qu’elles soient urbaines comme le montre l’article d’Alice Beuf, rurales, naturelles ou matérielles comme le soulignent les articles de Margarita Serje, de Diana Ojeda et Marie-Laure Guilland ou de Dario Fajardo, dans ce dossier.

  • 5 Pour plus de détails sur les stratégies économiques et fiscales du gouvernement Santos : Juan Carlo (...)

8La politique du gouvernement de Juan Manuel Santos vient consolider ces orientations économiques. En s’articulant autour de cinq locomotoras (minéroénergétique, du logement, des infrastructures, de l’agriculture et de l’innovation), le projet économique entend favoriser la « prospérité démocratique » du pays5. Cette promesse politique dépend, selon le gouvernement, du développement de ces cinq secteurs prioritaires, des ressources qui leur sont liées et de leur capacité à attirer les entreprises, les investisseurs et les capitaux étrangers en vue d’une fiscalité basée sur un système de rentes (les regalias). L’argent prélevé aux entreprises exploitantes doit être redistribué au niveau régional mais dans la réalité, la gestion locale de ce système de redistribution est encore très problématique et peu efficace [González Espinosa, 2009]. Cette intégration de la Colombie dans le marché global légal au côté d’une intégration par les voies illégales de divers trafics (drogue, émeraude, orpaillage, pièces préhispaniques, etc.), impose des stratégies d’acteurs en concurrence pour s’approprier les territoires et les ressources du pays. La pression des multinationales, des agents de la coopération internationale (Serje), des promoteurs immobiliers (Beuf), des acteurs armés irréguliers (Farjado), de l’industrie du tourisme (Ojeda et Guilland) et de l’État lui-même pour développer le pays afin qu’il puisse être concurrentiel sur la scène économique internationale, donne lieu à des résistances de populations locales urbaines (Beuf), rurales (Farjado, Serje, Ojeda et Guilland) ou indigènes (Laurent, Serje, Ojeda et Guilland) qui luttent généralement pour le respect de leurs droits, le plus souvent pourtant déjà inscrits dans la Constitution.

9La Colombie, on le comprend, se trouve confrontée à une série de situations faisant naître des résistances face à des violences multiples, physiques ou symboliques, qui repoussent souvent les marges de la légalité et in fine font ressortir des conflits parfois violents, devenus constitutifs et intrinsèques de la vie politique, sociale et économique du pays dans son ensemble.

10Afin d’illustrer ce propos, nous proposons de nous appuyer sur sept analyses articulées autour de quatre axes. En premier lieu, l’article de Rodrigo Uprimny Yepes et Luz María Sánchez Duque revient sur l’articulation entre droits constitutionnels et transformation sociale. En second lieu, Alice Beuf et Virginie Laurent s’intéressent à la question des politiques publiques et de leur pratique dans le contexte post-constitutionnel. L’une s’attache à la thématique de la terre urbaine, l’autre relève combien les aspects conflictuels de l’exercice du multiculturalisme s’expriment tant dans la voie institutionnelle qu’au cœur des mobilisations sociales autochtones. En troisième lieu, il sera question d’analyser les enjeux de l’exploitation des ressources naturelles et immatérielles du pays. Margarita Serje s’attache à montrer comment le mythe de l’absence de l’État a rendu possible l’appropriation et l’exploitation souvent violente des populations et des ressources naturelles des régions dites frontières du pays. Diana Ojeda et Marie-Laure Guilland s’intéressent aux conflits identitaires et aux luttes territoriales induites par le développement du tourisme aujourd’hui en pleine expansion. Dario Fajardo revient quant

11à lui sur deux décennies de mouvements agraires, avant d’en révéler les enjeux actuels. Enfin pour clore ce dossier nous nous concentrerons plus directement sur la question du conflit armé. L’article de Jaime Zuluaga Nieto revient sur les origines du conflit colombien et en énumère les multiples acteurs et les différentes postures politiques des gouvernements successifs. Il s’intéresse particulièrement aux politiques de sécurité démocratique d’Alvaro Uribe avant d’ouvrir son analyse sur les stratégies de négociations du gouvernement actuel.

Le dossier

12Pensé autour des vingt ans de la Constitution de 1991 et des paradoxes qui caractérisent sa mise en application, il nous a paru essentiel d’ouvrir le dossier en mettant l’accent sur le droit, son importance dans la société colombienne et les ambitions démocratiques « échouées » de cette réforme constitutionnelle.

13En proposant un bilan des années qui ont suivi la réforme constitutionnelle, les analyses de Rodrigo Uprimny et de Luz Maria Sánchez initient et posent les bases de ce dossier. Les auteurs rappellent les principales aspirations transformatrices de la Constitution et analysent la dialectique entre les ambitions d’ouverture démocratique et la volonté de faire respecter le droit au travers d’une forte judiciarisation des affaires publiques. Ils constatent que si une forte normativité constitutionnelle a fini par s’imposer de manière positive, le bilan concernant la consolidation démocratique est lui plus contrasté. Ces auteurs, sans nier les tensions existantes entre les processus menant à la concrétisation de ces deux paris ambitieux, démontrent qu’il existe entre eux plus de complémentarités que d’oppositions, l’un n’entravant généralement pas l’autre. En s’appuyant sur quatre cas concrets, Rodrigo Uprimny et Luz Maria Sánchez montrent comment les mécanismes de garantie judiciaire des droits favorisés par la Constitution apparaissent régulièrement comme autant de garanties démocratiques et non comme des obstacles.

14Ouvrant la deuxième partie de ce dossier, l’article d’Alice Beuf revient sur le statut des terres urbaines dans le contexte néolibéral d’application de la Constitution de 1991, notamment avec les contradictions autour de l’application de la loi 388 de 1997. Elle y analyse les différentes formes de conflictualité que soulève le « paradoxe apparent » de la mise en place d’un urbanisme néolibéral parallèlement aux efforts de renforcement de processus de régulation urbaine. Après avoir dressé les étapes du passage d’un modèle foncier rentier à un modèle foncier régulé, l’auteure ouvre son analyse autour de deux types d’exemples. Dans un premier temps, prenant pour objet d’études la production massive de logements sociaux dans les espaces périphériques, et notamment autour de Bogotá, elle démontre de quelle façon l’aménagement urbain peut être mis sous tension entre deux interprétations des instruments de la régulation urbaine et autour d’enjeux proprement politiques opposant, dans le cas de Bogotá, l’administration municipale et le gouvernement. Dans un second temps, elle revient sur les programmes de rénovation urbaine en illustrant son propos à partir des conflits soulevés par l’aménagement des centres de Bogotá, Manizales et Santa Marta. L’acteur institutionnel s’y confronte à l’opposition et aux mobilisations des habitants originaires de ces zones, dont l’une des demandes est de bénéficier de compensations plus importantes en cas d’expropriations. Ce sont en fait deux conceptions de la propriété privée (stricte ou ouverte à l’« intérêt général ») et de la justice (compensatoire et procédurale) qui s’affrontent dans la pratique de cet urbanisme néolibéral « réellement existant », conclut l’auteure.

15Virginie Laurent quant à elle propose une réflexion autour de la notion de « politique du conflit » qu’elle emprunte à Charles Tilly et Sydney Tarrow et qu’elle analyse à travers les processus de construction des politiques publiques pour indigènes. Elle observe que ces populations, pour faire appliquer leurs droits et respecter les accords passés, interagissent avec l’État dans deux espaces de négociation parallèles et complémentaires. D’une part, à travers la voie institutionnelle, notamment par le biais de la Commission des droits humains des peuples indigènes, la Commission nationale des territoires indigènes et la Mesa Permanente de Concertación Nacional (MPCN) – ou Table permanente de concertation nationale. Et d’autre part, au travers de la voie de la contestation sociale plus radicale comme des manifestations et plus spécifiquement des mingas. Cette analyse offre l’occasion de revenir sur les principes d’ouverture à la diversité promus par la Constitution de 1991 mais qui peinent à se concrétiser dans la réalité. Virginie Laurent montre la difficile mise en place d’une citoyenneté multiculturelle, différentielle en dépit des garanties constitutionnelles qui la favorise. Cet article revient également sur les mandats d’Alvaro Uribe durant lesquels les actions directes indigènes se sont multipliées face à un gouvernement qui a appréhendé le respect de droits autochtones comme une entrave à la souveraineté nationale et à son programme de sécurité démocratique. L’arrivée au pouvoir de Juan Manuel Santos représente en ce sens un virage. Les populations natives, si elles ne sont plus appréhendées comme étant des ennemis, ou pire comme des terroristes, restent néanmoins perçues comme des opposants au gouvernement. L’auteure nous explique comment Juan Manuel Santos tente d’établir des « stratégies de rapprochement » avec les populations indigènes.

16Cependant, la relation qui se tisse entre ce gouvernement et les populations indigènes n’est toujours pas homogène et tant que les « contradictions entre les principes d’ouverture à la diversité ratifiés par la Constitution de 1991 et leur application » persisteront, les populations indigènes continueront à faire pression sur le gouvernement en combinant les concertations institutionnelles, inscrites dans le cadre légal, et les mobilisations et actions directes. Pour clore son article Virginie Laurent ne manque pas de souligner, en faisant référence à Nancy Fraser, que l’impératif n’est pas seulement de répondre aux questions de reconnaissance mais que celles-ci doivent aussi s’articuler à celles de redistribution pour enfin aboutir à une véritable construction démocratique paritaire.

17La troisième partie de ce dossier traite de la question de l’exploitation des ressources naturelles et immatérielles de la Colombie et des tensions qui lui sont liées. Margarita Serje nous apporte une réflexion éclairante sur la fonction et l’instrumentalisation du mythe de l’absence de l’État dans les zones « frontières » du pays. Désirant rompre avec l’idée qu’il existe une « autre Colombie » qui ne serait ni intégrée au projet national ni à l’économie du pays, elle affirme que les richesses produites dans ces régions dites « de marge », ont en fait largement permis aux régions andines centrales de prospérer, particulièrement aux centres urbains de consommation et d’accumulation de capital. Afin de mener cette réflexion, l’auteure emprunte à l’anthropologue haïtien Michel-Rolph Trouillot les notions de « géographie de l’imagination » et de « géographie de la gestion ». La première notion lui permet de comprendre quelles pratiques discursives ont permis de faire exister la représentation de « l’autre Colombie » comme espace inaccessible, vide de population et de culture capable de se développer. Aussi, cette « autre Colombie » où la violence serait inhérente représente-t-elle autant une menace qu’une promesse puisqu’elle regorge de richesses naturelles exploitables grâce à une main-d’œuvre bon marché. À travers la notion de « géographie de la gestion », Margarita Serje entend ensuite rétablir la responsabilité et le rôle de l’État dans le développement d’un capitalisme sauvage pour lequel l’exploitation des ressources et des êtres humains a fini par produire des économies d’enclave dans des régions « où la frontière entre le légal et l’illégal n’existe plus ». Elle explique comment l’État, grâce à une présence continue s’exprimant par « les actions, les omissions, et les interventions de groupes sociaux concrets qui l’ont incarné historiquement », a toujours cherché à éliminer les obstacles obstruant l’exploitation commerciale de ces régions. Le mythe de l’absence de l’État a servi à légitimer, depuis la colonisation jusqu’à l’ère néolibérale, toutes les stratégies violentes de pénétration, d’appropriation, d’extraction et d’exploitation de ces territoires sans que l’État n’ait jamais eu à rendre de compte. Ce mythe représente ainsi la condition sine qua non permettant l’inclusion, paradoxalement par l’exclusion, et généralement par la violence, de ces « périphéries » à la logique du marché global.

18Dans leur contribution, Diana Ojeda et Marie-Laure Guilland analysent les injonctions identitaires engendrées par l’émergence du tourisme en Colombie. Les gouvernements successifs d’Alvaro Uribe et de Juan Manuel Santos ont mis en place un ensemble de politiques visant à convertir le tourisme en outil central pour leurs politiques respectives de sécurité et de prospérité économique. Ces initiatives répondent également aux orientations politiques déjà présentes dans les principes de la Constitution de 1991. « La rationalité néolibérale qui guide cette promotion touristique se combine, non sans ambiguïté, aux impératifs de conservation environnementale et de protection culturelle promus par le multiculturalisme d’État caractéristique de la constitution colombienne ». Les campagnes de promotion touristique s’inscrivent dans une logique de développement économique plus vaste puisqu’elles visent à rassurer les investisseurs et à attirer les capitaux étrangers. Elles s’accompagnent localement de programmes de développement qui, sous la rhétorique d’un tourisme éthique et communautaire, viennent reconfigurer le contrôle, l’usage et l’accès aux ressources naturelles et matérielles des territoires. Les auteures montrent que les populations paysannes du parc Tayrona et les populations indigènes de la Sierra Nevada et de Tierradentro n’ont plus d’autres options que celle de se plier aux impératifs du développement du marché touristique. Afin de conserver leur légitimité sur leur propre territoire, ces populations sont amenées à transformer leurs formes de subsistance jusqu’à « touristifier » leur identité afin de correspondre aux images plus facilement consommables de « paysans verts » ou « d’Indiens authentiques ».

19Cette troisième partie se termine sur une contribution de Dario Fajardo dans laquelle l’auteur analyse deux décennies de mouvements sociaux, pour l’essentiel ancrés dans les campagnes colombiennes, théâtre principal du conflit. C’est ainsi l’occasion de revenir sur la centralité de la question agraire, et de se pencher plus spécifiquement sur les enjeux que la propriété de la terre soulève autour des mobilisations paysannes, indigènes, afro-colombiennes ou encore syndicales. Les campagnes sont le lieu de formation d’organisations sociales alternatives, qu’il s’agisse des expériences de réserves paysannes ou encore de celles menées dans le cadre des communautés indiennes. Par ces expériences, se pense un rapport distinct au territoire qui se confronte à une tendance opposée construite autour de la concentration de la propriété de la terre et accompagnée d’un « climat de terreur » qui n’a jamais quitté les campagnes. Dario Fajardo relève en effet la persistance d’une répression à l’égard de ces mouvements notamment paysans, venant autant de l’État que des acteurs « para-étatiques », qui a, au cours des années 1990, gagné en puissance, en particulier avec l’expansion du narcotrafic. Face à cette répression, et tandis que l’on trouve dans ces terres de nombreuses ressources naturelles stratégiques, le développement d’un mouvement syndical agraire est entravé, en particulier dans le cadre des industries de la palme africaine ou de la canne à sucre, comme l’indique l’auteur. De plus, il se trouve confronté à une législation du travail qui, par sa promotion de la flexibilité, « configure un cadre de relations dans lequel disparaissent les garanties limitées obtenues jusqu’alors par les travailleurs ». Dario Fajardo conclut sur la nécessaire prise en compte dans les négociations de paix d’une réalité économique paysanne maintenue dans une dynamique asymétrique propre au « modèle de développement » promu dans le pays.

20Dans une quatrième partie, il s’agira pour terminer de s’intéresser cette fois-ci directement au conflit armé et à son actualité. Jaime Zualaga Nieto dresse un bilan de la « guerre interne » en s’attachant à distinguer les dimensions économiques qui ont contribué à profondément changer la géographie du conflit au cours des vingt dernières années. L’auteur revient tout d’abord sur quelques aspects qui, au début des années 1990, caractérisent les transformations de la guerre et contribuent à reformuler les politiques et perspectives de chacun des acteurs: une intensification de l’activité des guérillas; l’explosion du narcotrafic et avec elle, le renforcement du paramilitarisme; un changement de modèle de développement; l’adoption d’une nouvelle constitution politique. La nouvelle donne politique que permet la Constitution de 1991 est insuffisante pour en finir avec le conflit. Au contraire, le pays connaît durant la décennie une intensification des affrontements avec une montée en puissance numérique et militaire des guérillas. Confrontées à une politique de « guerre intégrale », celles-ci doivent progressivement opter pour une mobilité accrue au détriment de leur ancrage social, concentrant alors leur intervention dans les zones à fort potentiel économique et « substitu[ant] une conquête des consciences à celle des territoires ». L’unification des forces paramilitaires quant à elle contribue à complexifier les formes prises par le conflit en recentrant les enjeux autour des corridors de sortie de la drogue. Les paramilitaires gagnent le contrôle de régions entières, étendant leur pouvoir aux espaces politiques et sociaux, comme en rend compte, à partir de 2007, le scandale de la « parapolitique » révélant les liens troubles entretenus avec les élus régionaux et nationaux. Et dans les faits, la démobilisation de ces groupes dits « contre-insurrectionnels » entreprise à partir de 2003 n’aboutit pas à une cessation de leur activité, Jaime Zuluaga notant la persistance d’assassinats, de massacres, de menaces contre les organisations sociales et du trafic de drogue, commis par ceux que l’on désigne désormais comme les Bacrim (« bandes criminelles »). Par ailleurs, l’échec des négociations entreprises avec les Farc sous le gouvernement de Pastrana (1998-2002) contribue à envisager une sortie exclusivement militaire de la guerre que la politique de « sécurité démocratique » du gouvernement Uribe s’attache dès lors à légitimer. Mais ce qui a alors été gagné en sécurité, explique Jaime Zuluaga, l’a été au détriment de la démocratie, tandis qu’en dépit d’un effort militaire accru de l’État, les guérillas restent présentes et actives. Dès lors, la politique de « prospérité démocratique » du gouvernement Santos, si elle s’inscrit dans une certaine continuité en cherchant à assurer « des garanties de sécurité aux investisseurs », introduit une rupture en proposant une autre approche de la question agraire et en repolitisant le débat sur le conflit.

Dépasser le déni des conflits

21Le bilan que l’on peut dresser après deux décennies d’effectivité de la Constitution de 1991 reste donc mitigé. Les auteurs de ce dossier ne manquent pas de remarquer l’écart persistant entre un cadre institutionnel fort, qui certes maintient et appuie un certain nombre de droits, et une réalité sociale, politique, économique révélant toutes les limites de la démocratie colombienne, non étrangère d’ailleurs à la promotion d’un mode de développement propre au paradigme néolibéral. La Colombie est bien une terre aux conflits multiples dans l’essence desquels se pose la question de la capacité à associer l’ensemble de la société au devenir commun. Même si la reconfiguration de la guerre a eu tendance à isoler les guérillas (Zuluaga), dissocier la persistance de leur activité du constat de cette réalité excluante pour la majorité des Colombiens revient à nier l’actualité du « hors-lieu social » que Daniel Pécaut [2001, p. 538] identifiait déjà au cœur des racines de la « Violencia ». En guise de conclusion et d’ouverture au débat, on peut ici émettre quelques pistes de réflexion et hypothèses quant aux raisons de cet écart.

22D’abord au travers de ces conflits persistants, ne faut-il pas voir les limites des droits dans leur capacité à assurer et appuyer, seuls, la démocratie ? Comme le note Rodrigo Uprimny et de Luz Maria Sánchez, les droits promus dans la Constitution de 1991 et les mécanismes d’application qui leur sont associés assurent le maintien de principes à même de transformer et d’« approfondir » la démocratie colombienne. Ces droits et mécanismes contribuent à défaire ces structures de dénégation héritées de la constitution antérieure sur laquelle, par exemple, le projet d’une nation métisse prenait forme, niant l’existence des autochtones et des afro-descendants, ou omettant la question sociale. Le recours aux droits par des groupes jusqu’alors exclus a valeur d’instrument de libération car ils permettent d’ouvrir des espaces pour la potentialisation de celles et ceux jusqu’alors sans-voix [Williams, 2003, p. 66-67]. En somme, il s’agit de percevoir l’application de ces droits comme une tactique dans la lutte politique [Jaramillo Sierra, 2003, p. 22]. Mais comme l’explique Wendy Brown [2003, p. 83], les droits sont toujours produits à un moment donné, résultat d’un contexte historique, social, culturel spécifique tout en étant énoncés comme universels, promouvant un langage décontextualisé sans rappel des conditions dans lesquelles ils ont été produits. Le Sujet du droit qui en résulte est alors un Sujet abstrait, « idéalement émancipé », définissant un individu de façon générique et uniforme, mais qui n’en demeure pas moins « re-subordonné dans la pratique » puisque sont passées sous silence les conditions matérielles qui enferment l’exercice concret de son émancipation [Brown, 2003, p. 97]. Consciente du paradoxe que révèle la distance entre un « effet local » émancipateur des droits, à certaines occasions, et leur tendance à produire un « langage universel » [2003, p. 83], Wendy Brown met l’accent sur cette capacité à réifier le Sujet et à l’effet proprement régulateur qui en découle, c’est-à-dire un effet de contrôle et de cooptation. Du discours générique des droits est produit un individu abstrait dont l’essence serait faite de ces droits et qui interagirait au travers de relations formelles, mettant entre parenthèses la réalité sociale de chaque être [Jaramillo Sierra, 2003, p. 20].

23Ensuite, cette tendance à nier l’existence des conflits, à nier leurs raisons d’être et le droit de ces protagonistes à exister en tant que tels, révèle que l’opposition est encore pensée dans les seuls termes de l’antagonisme, c’est-à-dire selon une configuration privilégiant des rapports ami/ennemi. Or, si « [la démocratie] doit permettre au conflit de s’exprimer » [Mouffe, 2010, p. 20], il est nécessaire de produire un espace où s’exprime la lutte agonistique, une lutte où s’affrontent des projets hégémoniques distincts, non réconciliables, mais où cette dimension antagoniste persistante est « mise en scène à travers une confrontation dont les procédures sont acceptées par les adversaires » [Mouffe, 2010, p. 20]. Dans cette conception du conflit proposée par Chantal Mouffe, le modèle agonistique « reconnaît le caractère contingent des articulations hégémoniques qui déterminent la configuration spécifique d’une société à un moment donné et le fait qu’en tant que constructions pragmatiques et contingentes, elles peuvent toujours être désarticulées et transformées par la lutte agonistique » [2010, p. 20]. En somme, il s’agit aussi de faire vivre et respecter ces perspectives distinctes des rapports de pouvoir configurant la société et son ordre à un moment donné.

  • 6 Dans le cas du contre-public autochtone, et notamment dans le département du Cauca avec les communa (...)

24Peut-on alors voir dans l’ouverture des négociations entre gouvernement et les Farc l’expression d’un changement vers le modèle agonistique ? Et plus généralement, retrouve-t-on une ouverture vers cette perspective dans les conflits qui traversent la société colombienne ? L’article de Virginie Laurent laisse entrevoir une dynamique dans laquelle s’articulent espaces de concertation, vivacité d’une opposition au travers des mobilisations et participation d’organisations, somme toute difficile, à la mise en place de politiques publiques dirigées vers les populations autochtones. Les articles d’Alice Beuf, de Dario Fajardo ou encore de Diana Ojeda et Marie-Laure Guilland, suggèrent qu’on en reste à la persistance d’un seul rapport d’antagonisme entre la position des décideurs publics et celle des communautés locales. Contrairement à d’autres groupes sociaux, les autochtones disposent en tant que sujet collectif de la reconnaissance constitutionnelle d’un certain nombre de droits venant appuyer et légitimer par le juridique l’existence historiquement et socialement ancrée d’une dynamique locale autonome. Concrètement, cela a permis aux organisations autochtones les plus fortes d’investir le champ institutionnel tout en conservant les modes d’intervention propres aux mouvements sociaux. L’entrée d’une organisation comme le Conseil régional indigène du Cauca (Cric), parmi les plus puissantes d’Amérique latine, dans les processus d’administration du système de santé colombien en est un exemple et participe à la construction d’une autonomie territoriale et politique de ces territoires autochtones [Mazars, 2013]. Cela n’a été rendu possible que par l’existence bien antérieure à la Constitution de 1991 d’un processus social large par lequel se sont renforcés des espaces d’exercice du pouvoir distinct du paradigme dominant. En somme, parallèlement à l’espace public officiel s’est progressivement constitué et consolidé un espace public alternatif au dominant, un contre-public [Fraser, 2011, p. 126-128] autochtone socialement ancré dans un territoire et inscrit dans le temps. Les autochtones ne représentent qu’un faible pourcentage de la population colombienne, mais l’expérience est en soi révélatrice de l’importance de ces espaces discursifs où se forme une opinion distincte de la dominante, témoignant aussi d’une réalité et d’une pratique sociale sous certains aspects autonomes6.

25Plus généralement, qu’ils soient autochtones ou non, si l’on accepte l’existence de ces contre-publics dans le débat politique et en tant que réalité sociale, cela les conduirait à reconnaître la nature agonistique du politique, c’est-à-dire accepter « le caractère constitutif de la division sociale » [Mouffe, 2010, p. 24] tout en créant les conditions pour le dialogue. Reconnaître les contre-publics, c’est aussi reconsidérer dans l’exercice du pouvoir les conditions matérielles limitant l’émancipation des subalternes quand jusqu’alors leur seule reconnaissance dans les droits les identifie à un Sujet abstrait, individualisé et désocialisé. Bref, les contrepublics présentent l’intérêt de nommer un espace social et discursif à prendre en compte dans l’exercice concret de la démocratie. Plus largement, ils peuvent aider à recaractériser l’État si, dans une définition large, on considère ce dernier comme « le produit de l’ensemble des agents mandatés pour exercer la souveraineté » [Bourdieu, 2012, p. 68]. De cette façon, il s’agit aussi de passer outre la dissimulation de « formes extrajuridiques de pouvoir » [Brown, 2003, p. 124] dont rend compte l’article de Margarita Serje sur le mythe de l’absence d’État.

26Dans la société colombienne, les contre-publics sont multiples. Ils se retrouvent dans les campagnes autour des projets de Zones de réserves paysannes, dans les communautés d’afro-descendants ou encore au cœur des quartiers pauvres des grandes villes, dans ces espaces désignés comme marginaux. Reste encore à les reconnaître, que ce soit dans le droit et/ou dans la pratique concrète.

Haut de page

Bibliographie

Atehortúa Cruz Adolfo León et Rojas Rivera Diana Marcela, « La politique de sécurité démocratique d’Uribe Vélez: éléments pour une analyse critique », Problèmes d’Amérique latine, 2012/1, n° 83, p. 81-99.

Bourdieu Pierre, Sur l’État, Raisons d’Agir/Seuil, Paris, 2012, 656 p.

Brown Wendy, « Lo que se pierde con los derechos », in Wendy Brown, Patricia Williams, La Crítica de los derechos, Universidad de los Andes, Instituto Pensar, Siglo del Hombre Editores, Bogotá, 2003, 144 p.

Echeverry Garzón Juan Carlos, Suescun Melo Rodrigo et Masmela Gloria Alonso, « Estrategia económica y fiscal 2010-2014 », Notas fiscales, Ministerio de Hacienda y Crédito Público, n° 1, Enero 2011. [URL: http:// www.minhacienda.gov.co, consulté le 03/01/2013]

Fraser Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, La Découverte, 2011, 178 p.

Garcia Duarte Ricardo, « Un conflicto sempiterno en una democracia con capitalismo sin equidad », Foro, Bogotá, n° 73, 2011, p. 32-45.

González Espinosa Ana Carolina, « Control ciudadano a la gestión de las regalías: ¿Nuevas condiciones de gobernanza en el sector petrolero colombiano? », América Latina Hoy, Salamanca, vol. 53, 2009, p. 43-65.

Jaramillo Sierra Isabel Cristina, « Instrucciones para salir del discurso de los derechos », in Wendy Brown, Patricia Williams, La Crítica de los derechos, Universidad de los Andes, Instituto Pensar, Siglo del Hombre Editores, Bogotá, 2003, 144 p.

Leal Buitrago Francisco, « Una visión de la seguridad en Colombia », Análisis Político, vol. 24, n° 73, 2011, p. 3-36.

Mazars Nadège, Les ruses de la pratique subalterne. La santé gérée par les autochtones en Colombie: un multiculturalisme de domination et/ ou d’autonomie ?, thèse de sociologie, Paris, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, 2013, 624 p.

Mouffe Chantal, « Politique et agonisme », Rue Descartes, 2010/1, n° 67, p. 18-24.

Pécaut Daniel, Orden y violencia: evolución socio-política de Colombia entre 1930 y 1953, Norma, Bogotá, 2001, 648 p.

Podec, Plataforma de Organizaciones de Desarrollo Europeas en Colombia, Análisis del Plan de Consolidación de Montes de María, bulletin n° 6, Bogotá, marzo 2011.

Gonzalo Sánchez Gómez, Grandes potencias, el 9 de abril y la violencia, 1. ed. en Planeta Colombiana Editorial S.A, 2000.

Valencia Gutiérrez Alberto, « Introduction », Problèmes d’Amérique latine, 2012/1, n° 83, p. 8.

Williams Patricia, « La dolorosa prisión del lenguaje de los derechos », in Wendy Brown, Patricia Williams, La Crítica de los derechos, Universidad de los Andes, Instituto Pensar, Siglo del Hombre Editores, Bogotá, 2003, 144 p.

Haut de page

Notes

1 La doctrine d’Action intégrale a par exemple été proposée à partir de 2006 comme une stratégie de récupération sociale du territoire devant articuler action des forces armées et action sociale de l’État au travers de Centres de coordination d’Action intégrale (CCAI) [Podec, 2011]. Voir aussi l’article de Jaime Zuluaga de ce dossier.

2 Voir le document Bases del Plan Nacional de Desarrollo 2010-2014 – Prosperidad para todos, Republica de Colombia, DNP, 150 p.

3 « Crecen rumores sobre presuntas “movidas por La Paz” del gobierno », El Espectador, 25 mars 2012. http://www.elespectador.com/noticias/paz/articulo-334468-crecen-rumores-sobre-presuntas-movidas-paz-del-gobierno

4 Selon la Dirección de Síntesis y Cuentas Nacionales (DANE) on relève une croissance économique annuelle variant de 3,5 % à 6,9 % entre 2003 et 2012 (avec une baisse à 1,9 % en 2009).

5 Pour plus de détails sur les stratégies économiques et fiscales du gouvernement Santos : Juan Carlos Echeverry Garzón, Rodrigo Suescun Melo, Gloria Alonso Masmela, « Estrategia económica y fiscal 2010-2014 », Notas Fiscales, Ministerio de Hacienda y Crédito Público, no 1, Enero 2011. [Disponible en ligne : http://www.minhacienda.gov.co consulté le 03/01/2013].

6 Dans le cas du contre-public autochtone, et notamment dans le département du Cauca avec les communautés affiliées au Cric, on pense ici au mode d’organisation communautaire, au rapport collectif à la terre, au mode de décision politique et au poids des autorités locales dans le processus organisationnel régional, etc. [Mazars, 2013, p. 187-224].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadège Mazars et Marie-Laure Guilland, « Colombia, tierra de pelea: le(s) conflit(s) au cœur de la société », Cahiers des Amériques latines, 71 | 2012, 17-32.

Référence électronique

Nadège Mazars et Marie-Laure Guilland, « Colombia, tierra de pelea: le(s) conflit(s) au cœur de la société », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 31 août 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/2648

Haut de page

Auteurs

Nadège Mazars

Nadège Mazars est docteure en sociologie de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL-Paris 3). Sa thèse s’intitule Les ruses de la pratique subalterne. La santé gérée par les autochtones en Colombie, un multiculturalisme de domination et/ou d’autonomie ? pour laquelle elle a obtenue une bourse de l’Institut français d’études andines (Ifea, Umifre 17 - CNRS/MAEE) et une aide de l’Association française des femmes diplômées des universités (Affdu). Elle est actuellement chercheure associée de l’Ifea. Travaillant depuis 2001 sur les mouvements autochtones en Amérique latine, ses principales publications sont : « Entre “chamanisme” et politique : les transmigrations du discours autochtone à la recherche du tempo de la résistance », Civilisations, n° 61-2, 2013 ; « Santé et multiculturalisme en Colombie : l’épreuve de la pratique. Étude autour du cas de l’EPSI AIC dans le Cauca autochtone », in Christian Gros et David Dumoulin, Le Multiculturalisme au concret. Un modèle latino-américain ? Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012 ; Et la forêt se déplaça… En marche avec les Zapatistes, avec Damien Fellous, éd. Noesis, 2001.

Marie-Laure Guilland

Marie-Laure Guilland est doctorante en socio-anthropologie à l’IHEAL-Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Son travail de thèse aborde la question de la mise en valeur patrimoniale et touristique des vestiges préhispaniques colombiens, elle analyse particulièrement les négociations identitaires, les disputes territoriales et les conflits de valeurs qui y sont liés. Sa recherche repose sur trois études de cas : les régions archéologiques de la Sierra Nevada de Santa Marta, du Cauca et du Huila. Un contrat doctoral lui permet d’effectuer cette recherche et de dispenser des cours en partie sur la Colombie. Elle a notamment publié « Mise en tourisme du patrimoine colombien : désappropriation, appropriation et réappropriation en territoires indigènes », Études caribéennes, à paraître, printemps 2013. « La Colombie, le risque est de vouloir y rester »; « Vers une Colombie touristique : usages et détournements de l’imaginaire du risque », Vi@ revue internationale 210 interdisciplinaire de tourisme, 2012/1. « Le multiculturalisme colombien à l’épreuve de la multivocalité de l’archéologie » (à paraître).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org