Navigation – Plan du site
Lectures

Patrice Melé, Transactions territoriales, Patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2011
Sébastien Velut
p. 176-179
Référence(s) :
Patrice Melé, Transactions territoriales, Patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2011, 216 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1Patrice Melé, professeur à l’université de Tours, poursuit depuis plusieurs années des recherches sur les conflits territoriaux au Mexique qui lui ont donné l’occasion de prendre des positions scientifiques originales dans différents articles. L’ouvrage qu’il fait paraître sous le titre quelque peu énigmatique de Transactions territoriales reprend et synthétise plusieurs de ses travaux consacrés aux conflits autour du patrimoine et de l’environnement au Mexique.

2Ces deux catégories d’intervention publique et d’action collective s’affirment en effet depuis deux décennies avec la souscription d’accords internationaux, la création d’institutions spécialisées et des mobilisations sociales autour de ces nouvelles valeurs. Or, celles-ci placent sous tension les mécanismes et les arrangements sociaux de gestion des territoires qui paraissaient bien établis. Cela n’est évidemment pas limité au Mexique. Pierre Lascoumes a montré pour la France les enjeux de la construction d’une politique de l’environnement comme dimension transversale par rapport aux cadres existants et on a pu suivre des processus semblables dans d’autres pays d’Amérique latine. Ces derniers ont en effet créé, à l’instar du Mexique, un corpus de référence juridique redéfinissant les notions de patrimoine et d’environnement, sans toujours disposer des instruments de politique pour les mettre en application. Le travail de Patrice Melé s’inscrit dans cet écart entre les différents niveaux de normes pour explorer les formes d’action collective qui s’y développent.

3Toutefois, son approche ne vient pas s’ajouter aux nombreuses études et recommandations portant sur les instruments de gestion et l’élaboration de « bonnes pratiques », mais part au contraire d’observations très précises et localisées relatives à la mise en œuvre des nouveaux principes de protection du patrimoine et de l’environnement. Celles-ci portent principalement sur les acteurs collectifs et la façon dont ils construisent leurs actions dans trois situations conflictuelles : l’installation d’une décharge de déchets dangereux à Guadalcázar (San Luis Potosí), un projet de mine à ciel ouvert, également dans l’état de San Luis Potosí et de l’implantation d’un club de golf à Tepoztlán (Morelos) à proximité de Mexico. Ces trois conflits sont appréhendés à partir d’entretiens et mis en regard avec d’autres situations similaires directement étudiées et à travers la littérature disponible.

4Si les conflits territoriaux suscitent en Amérique latine une production assez abondante, celle-ci n’échappe pas aux écueils que Patrice Melé s’efforce d’éviter par une prise de position méthodologique qui constitue un apport véritablement original. Il s’agit en effet de se méfier des oppositions faciles, par exemple entre des « communautés » et des porteurs de projet ou entre environnement et projets industriels. De même, l’auteur se refuse à limiter les conflits à des perceptions antagonistes : il y a bien des opérations majeures qui bouleversent l’espace et ses fonctionnements et amènent logiquement l’inquiétude des habitants. Il s’agit donc de trouver un point d’équilibre entre des visions constructivistes privilégiant les processus d’élaboration des conflits et des visions essentialistes faisant d’un élément perturbateur la cause d’un affrontement. En cela, Patrice Melé se livre à un exercice original qu’il serait vain de résumer en quelques lignes pour proposer une synthèse utilisant largement les travaux de la sociologie, de la science politique et du droit. Le cadre proposé, résultat d’un bel effort transdisciplinaire, mériterait certainement d’être adapté à d’autres contextes.

5Les études de cas permettent de montrer les décalages entre niveaux d’intervention et de légitimité dans la gestion des conflits : habitants, municipalités, états et gouvernement fédéral entrent bien souvent en contradiction et sont parfois perturbés par des interventions juridiques supranationales dans le cadre de l’Alena. Dès lors, les transactions territoriales font référence aux nombreuses médiations à mettre en place entre ces niveaux de légitimité et de gestion du territoire pour élaborer des instruments socialement acceptables – par exemple des systèmes de suivi et de mesure de l’activité minière. Ce ne sont donc plus seulement le patrimoine et l’environnement qui sont interrogés, mais les processus sociaux de régulation et d’aménagement des territoires. Pour les aborder, Patrice Melé s’attache plutôt aux institutions et aux compromis sociaux capables de la réguler – évacuant peut-être un peu rapidement les questions de corruption et l’accentuation de la violence au Mexique.

6Le territoire apparaît comme le résultat de processus : zonages qui qualifient certains espaces comme d’intérêt patrimonial ou environnemental, élections et conflits politiques autour de l’implantation locale des grands partis dans les municipes et les états, mobilisations différenciées des individus, compromis sur les usages, interventions de justice prohibant ou autorisant certaines activités. Le territoire n’est donc pas donné. Il ne préexiste pas au conflit ou à l’intervention, ce sont les interactions sociales qui le transforment. De ce fait, il est important d’inscrire la lecture des conflits dans la temporalité car, bien souvent, d’anciens clivages rejouent ou sont mobilisés.

7L’étude dépasse le cadre mexicain. Des situations semblables se retrouvent en Amérique latine face à la double perte de légitimité des États centraux : perte de la légitimité politique pour imposer des décisions aux sociétés locales, et perte de la légitimité technique fondée sur le monopole de l’expertise. Le renforcement de la société civile, comme conséquence des transitions démocratiques, et les interventions extérieures, notamment les grands projets miniers, industriels et urbains se retrouvent dans d’autres pays. À la multiplication des lieux de productions de normes, déjà présente dans le cadre fédéral, s’ajoutent les interventions internationales découlant des conventions et des instances d’intégration – toutes ont en commun de poser des questions sur l’espace, soit qu’elles en orientent les usages soit qu’elles s’inscrivent dans des territoires spécifiques de validité. Au-delà des conflits patrimoniaux et environnementaux, ce questionnement sur le lien entre géographie et droit ouvre des pistes qu’il faudra explorer.

8Patrice Melé montre ainsi la portée d’une analyse partant d’une connaissance approfondie de situations locales, qu’il n’a pu élaborer que par de nombreuses enquêtes de terrain, et par le dialogue entre références provenant de différents horizons de la recherche. Il démontre s’il en était besoin la valeur d’une recherche construite sur une longue durée d’observation, une profonde familiarité avec les situations enracinées dans leur contexte historique et géographique. On pourrait souhaiter qu’il prenne parfois position de façon plus ferme, qu’il tente une généralisation plus ambitieuse que celle de sa conclusion et dise les choses avec plus de netteté – notamment à propos des implications politiques de ses recherches et des capacités d’action collective de la société mexicaine. Il ne fait en effet aucun doute que ses recherches, loin de se limiter à des particularismes mexicains, présentent un intérêt général et ouvrent de nombreuses perspectives pour interroger des cas empiriques dans d’autres contextes, développer des outils et repenser les liens entre conflits et territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Velut, « Patrice Melé, Transactions territoriales, Patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique », Cahiers des Amériques latines, 70 | 2012, 176-179.

Référence électronique

Sébastien Velut, « Patrice Melé, Transactions territoriales, Patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/2430

Haut de page

Auteur

Sébastien Velut

(Université Paris 3 - IHEAL/CREDA – UMR 7227)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org