Navigation – Plan du site
Lectures

Diana Quattrocchi-Woisson (dir.), Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine. La force de la pensée et de l’écriture

Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2011
Patrice Vermeren
p. 154-158
Référence(s) :
Diana Quattrocchi-Woisson (dir.), Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine. La force de la pensée et de l’écriture, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2011.

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Oscar Terán, Alberdi póstumo, Buenos Aires, Punto Sur, 1988, p. 84.
  • 2 Sur ce point, voir les thèses de Dominique Quentin-Mauroy (Toulouse, 1973) et de Gabriela Rodriguez (...)

1De quoi Alberdi est-il le nom ? Dans cet ouvrage paru sous la responsabilité de Diana Quattrocchi-Woisson, Eduardo Jozami rappelle que l’écrivain Paul Groussac (1848-1929) le tenait pour un velléitaire, « successivement ami et adversaire de ses plus illustres contemporains » (p. 213), et que l’historien Oscar Terán, faisant le catalogue de ses prises de position contradictoires, a vu plusieurs personnages coexistant en lui non sans conflits et tensions1. Ce qui expliquerait peut-être pourquoi, contrairement à Mitre et Sarmiento, il n’accéda pas dans son pays à la magistrature suprême. Après des missions diplomatiques en Europe de 1855 à 1862, Alberdi s’installa pour la fin de sa vie – avec un épisode tardif et avorté de retour au pays – dans un exil parisien qui lui permit de penser et d’écrire librement pour un public argentin qui ne cessera de le lire avec passion. « Je n’ai jamais vécu en dehors de mon pays autrement que pour y être plus présent par mes écrits. » Habitant de la « province flottante de la République argentine que l’on appelle son émigration politique », Alberdi peut-il pour autant accéder à une pensée de l’exil au sens où Miguel Abensour, à propos de Adorno, montre comment l’exil déplace la question politique et que, chez lui, « le refus de la praxis va de pair avec le refus de la résignation puisque se découvre dans ce double refus une nouvelle exigence de la pensée » ? Ce qui renverrait à une autre interrogation sur le nom d’Alberdi qui va à l’encontre une autre accusation portée par Paul Groussac : celle d’être « un plagiaire capable de faire passer des emprunts pour des inventions propres, pratiquant méthodiquement le plagiat clandestin ». La pensée d’Alberdi : un syncrétisme plutôt qu’un éclectisme ? Andrea Reguera cite ici la défense par anticipation d’Alberdi dans ses Cartas Quillotanas : « en reprenant à mon compte le bon sens général de cette époque, je crois avoir pioché un peu partout, et je m’en flatte, car je n’ai pas réussi à me séparer de tous, mais plutôt à m’en faire l’écho. Je crois pourtant n’avoir copié personne autant que moi-même » (p. 84). Comme toute la génération de 1837, ainsi que le remarquent ici, outre Andrea Reguera et Eduardo Jozami, Juan Vicente Salas (p. 39) et Eugenio Raul Zafaroni (p. 46), Alberdi avait puisé sa culture dans les échos tardifs et mêlés de ce que Stendhal avait nommé la nouvelle philosophie de Paris, Victor Cousin et Jouffroy, et de ses détracteurs, Leroux ou Lerminier. C’est par ces lectures françaises qu’il connaissait la théorie des grands hommes d’Hegel, l’école historique de Savigny et le saint-simonisme2 ; l’un des effets de ces emprunts pourrait finalement résider dans une manière originale de penser en Amérique latine avec des concepts venus d’ailleurs.

2S’agissant de sa pensée juridique, Jean-Michel Blanquer montre de son côté comment la posture alberdienne procède d’une mixité institutionnelle qui puise aux trois paradigmes de l’Antiquité grecque et romaine, de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Il en résulte qu’Alberdi choisirait les libertés modernes contre celles des Anciens, tenant en méfiance la Révolution française, Rousseau et Robespierre, pour défendre l’individu à la manière de Benjamin Constant parce que porteur du progrès social. Et que, s’agissant de l’organisation de l’État, son pragmatisme, dans l’idée régulatrice de privilégier l’unité de l’Argentine, lui commanderait de se tenir éloigné des extrêmes – le fédéralisme au risque du caudillisme et l’unitarisme centralisateur, tout autant cause de fragmentation – pour favoriser une approche mixte du fédéralisme. S’il faut s’éloigner de la monarchie espagnole pour construire en Argentine une société républicaine et libérale à l’image des États-Unis, c’est sous condition d’un regard européen et français.

3On a abondamment discuté, depuis 150 ans, l’influence réelle de Bases et point de départ pour l’organisation politique de la République argentine d’après la loi qui préside au développement de la civilisation en Amérique du Sud et de son Projet de Constitution sur la rédaction de la constitution argentine de 1853 et la cohérence des positions polémiques qu’Alberdi ne cessera de prendre ensuite – jusqu’au débat avec Vélez-Sarsfield en 1867 ; mais il est partout démontré, dans cet ouvrage collectif, que la vision d’Alberdi, jouant sur des tensions, relève d’un ordre des raisons qui lui est propre et éclaire d’un jour ancien le destin actuel de l’Argentine. Juan Vicente Sola explique ainsi – comme Eduardo Zimmermann (p. 247) – que la conception alberdienne de la constitution est sous condition d’un programme de gouvernement et requiert que la tradition du Code civil ne saurait être supérieure et contraire à celle de la République démocratique portée par la constitution, soit une critique qui pourrait valoir encore aujourd’hui pour les apories juridiques auxquelles se confronte l’Argentine du xxie siècle (p. 43).De son côté, Eugenio Raul Zafaroni montre combien l’Argentine s’est éloignée dans le réel du rêve alberdien (p. 56). Le libéralisme conservateur, ayant engendré une république oligarchique et la domination du plus grand nombre sous couvert du respect formel de la Constitution, peut-il dès lors légitimement revendiquer Alberdi quand d’autres voient en lui, au contraire, celui qui avertit sans relâche des risques de l’hégémonie nationale de Buenos Aires ? Un ou deux Alberdi ? Alberdi contre Alberdi ? Non. La leçon actuelle qu’il faudrait prendre d’Alberdi serait plutôt de repenser les institutions argentines – dans une circonstance qui n’est plus celle de 1853 – sous le rapport du pouvoir exécutif, de la coparticipation fédérale et du contrôle de la constitutionnalité.

4Lire Alberdi aujourd’hui, peu après la célébration du bicentenaire de l’indépendance de l’Argentine qui est aussi celui du natif de San Miguel de Tucumán, revient à la fois, pour Diana Quattrocchi-Woisson et les co-auteurs de ce livre, à restituer sa pensée dans l’Argentine dans son temps et à interroger sa capacité à penser la situation de l’Argentine au présent, en tant qu’il serait notre contemporain. Le Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina (1853) est ainsi lu par Noemi Guirbal Blacha comme une œuvre de politique économique définissant quatre conditions du bon gouvernement pour la République Argentine : une Constitution républicaine représentative, un pacte fiscal qui ordonne le système productif et favorise l’immigration, une stabilité monétaire propice à l’investissement public et privé, un pacte fédéral qui établisse l’équité dans la redistribution des revenus entre les provinces et la nation ; ainsi que comme l’application pratique du droit organique stipulé dans la Constitution nationale qui serait une pensée économique et financière toujours d’actualité (p. 73).Dans le champ des relations internationales, Rut Diamint démontre que les préoccupations majeures d’Alberdi – à savoir l’américanisme, le rôle du Brésil dans la région et les processus d’intégration sud-américaine – ne sont pas très éloignées de celles de l’Amérique latine du xxie siècle bien que de nombreuses réalités aient radicalement évolué. Diana Quattrocchi-Woisson et Sébastien Velut vont même jusqu’à en faire un précurseur de la géopolitique, repérant au passage ses liens inaperçus avec Elisée Reclus. « La géopolitique alberdienne pêche sans doute par excès d’optimisme quant aux vertus du doux commerce et du progrès technique », écrit ainsi Sébastien Velut ; « elle n’en constitue pas moins une tentative originale pour relier de façon concrète les trois dimensions de la société, de la politique et des technologies pour rendre compte au mieux de l’originalité sud américaine. Pour y parvenir, Alberdi relève le double défi de dépasser à la fois la pensée européenne et ses contraintes séculaires tout comme les théories impériales, abolies par les indépendances, incapables toutes deux de rendre compte de l’originalité absolue de cette construction de nouvelles nations dans des espaces mal connus et aux statuts encore indéfinis » (p. 343).

  • 3 Sur ce point, voir Gabriela Rodriguez, « La revolución de mayo y su legado en el lenguaje de la gen (...)

5Ce livre éclaire donc d’un jour nouveau l’œuvre d’Alberdi : en se tenant à l’écart de toute hagiographie comme de toute histoire monumentale, il constitue le xixe siècle comme incontournable pour comprendre la modernité de l’Argentine. De ce point de vue, le caractère polémique de ses essais étudiés par Carlos Altamirano, son écriture de l’histoire à travers les biographies de Manuel Bulnes et de William Wheelwright analysée par Patricia Funes, son recours aux pièces de théâtre et tardivement au roman – dont Axel Gasquet montre qu’ils sont porteurs d’une vision singulière de la civilisation et de la barbarie comme indissociablement liées, à l’encontre de celle de Sarmiento, et dont Nora Parola-Leconte décrit le caractère précurseur – sont autant de raisons d’interroger le style d’Alberdi en tant que politique de l’écriture portée par l’exigence d’émancipation intellectuelle de la génération de 1837, au risque de renoncer à la révolution3.

Haut de page

Notes

1 Oscar Terán, Alberdi póstumo, Buenos Aires, Punto Sur, 1988, p. 84.

2 Sur ce point, voir les thèses de Dominique Quentin-Mauroy (Toulouse, 1973) et de Gabriela Rodriguez (Paris-8/universidad de Buenos Aires, 2009), toutes deux hélas inédites.

3 Sur ce point, voir Gabriela Rodriguez, « La revolución de mayo y su legado en el lenguaje de la generación de 1837. Una interpretación en el marco del Bicentenario », in Waldo Ansaldi, Patricia Funes, Susana Villavicencio (comp.), Bicentenario, otros relatos, Buenos Aires, Editorial del Puerto/Instituto Gino Germani, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Vermeren, « Diana Quattrocchi-Woisson (dir.), Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine. La force de la pensée et de l’écriture », Cahiers des Amériques latines, 70 | 2012, 154-158.

Référence électronique

Patrice Vermeren, « Diana Quattrocchi-Woisson (dir.), Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine. La force de la pensée et de l’écriture », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/2410

Haut de page

Auteur

Patrice Vermeren

(Université Paris-8/LLCP)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org