Navigation – Plan du site
Lectures

Carine Chavarochette, Frontières et identités en terres mayas. Mexique-Guatemala (xixe-xxie siècle)

Paris, L’Harmattan, 2011
Martine Dauzier
p. 151-154
Référence(s) :
Carine Chavarochette, Frontières et identités en terres mayas. Mexique-Guatemala (xixe-xxie siècle), avant-propos de Henri Favre, préface de Jean Piel, Paris, L’Harmattan, 2011, 318 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Comitán, Mexique, Huehuetenango, Guatemala
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat dirigée par un historien ( Jean Piel) et un anthropologue (Alain Breton), Carine Chavarochette conduit une réflexion sur la notion de frontière – notion à la mode s’il en est depuis le double mouvement d’abolition et de multiplication des frontières qui a suivi, en Europe, la chute du mur de Berlin. Son laboratoire ? Une zone enclavée, faiblement peuplée et éloignée de toute grande ville, sans grands axes routiers ou fluviaux, à savoir l’extrémité du département de Huehuetenango (Guatemala) qui fait face à la région de Comitán (Mexique). Le regard aigu de l’historienne le dispute à l’écoute de l’anthropologue : d’une part, l’auteur a étudié sur deux siècles des dizaines de dossiers agraires, aussi bien à l’Archivo General de Centroamérica de Ciudad Guatemala que dans les fonds mexicains ; d’autre part,elle a construit des histoires de vie, effectué une centaine d’entretiens et n’a pas hésité à parcourir les versants de la Sierra en participant à un long pèlerinage transfrontalier que jamais un étranger n’avait suivi avant elle. Le lecteur en saura ainsi davantage sur la « frontière sud » du Mexique, longtemps oubliée tant la « frontière nord » s’imposa dans le discours politique, médiatique et artistique ; car l’auteur parle de cette « autre frontière » du Mexique depuis un « autre côté », celui des confins guatémaltèques délimités au cordeau sur une centaine de kilomètres. Elle les a explorés dans les années 1990 et 2000 afin d’analyser passé et présent du municipio frontalier de Nentón.

2En huit chapitres illustrés de cartes comme de photos personnelles, la chercheuse de terrain s’interroge sur l’existence spatiale, historique, politique de cette frontière qui prend l’allure d’un simple chemin de traverse, d’un sentier coupant les gués des bras du Lagartero, dans un espace où jamais la guerre n’a opposé les deux pays, habitués pourtant, chacun de son côté, à la violence des révolutions et contre-révolutions. Bien que cette région, très accidentée et boisée, voit passer la grande migration vers le nord, la frontière n’est pour autant qu’une première ligne suivie de beaucoup d’obstacles, au fur et à mesure de la remontée du Chiapas puis de l’isthme de Tehuantepec, comme si les décisions prises pour « protéger » la frontière nord du Mexique avaient vocation à pénétrer jusqu’à la frontière sud, comme si le Mexique tout entier devenait frontière et péril pour les migrants guatémaltèques.

3Une telle situation de frontière secondaire conduira à chercher d’autres éléments de construction de l’identité des frontaliers. Tout autant que de la limite internationale, l’ouvrage traite de limites multiples, de celles qui sont nées d’affrontements depuis longtemps déjà – à l’issue plus ou moins bien négociée – entre ladinos et indigènes mayas, ou entre Mayas (Chuj au Guatemala, Tojolabal et Tzeltal du Mexique). Le lecteur suit les oppositions religieuses comme les différends agraires, tout en découvrant les liens entre deux régions que les autorités, légiférant depuis une capitale, ont souvent le tort de croire séparées. L’auteur manifeste combien, en matière de définition de la nationalité et du territoire, il faut être sensible aux échanges, aux retours en arrière, aux mouvements de balancier, sur un territoire qui correspond d’abord à des terres à semer ou à mettre en pâture.

4Une simple ligne sur une carte ? Pourquoi les villageois admettraient-ils la limite ? Quelles en sont les conséquences sur le quotidien, sur l’identité des populations, sur leur statut et leur mobilité ? Après la reconnaissance juridico-politique tardive (fin du xixe siècle) de la frontière internationale, les signes supposés de toute frontière/border ont eu de la peine à s’instituer : un siècle plus tard, l’auteur signale, pour les avoir cherchés sur le terrain, la rareté des postes frontière et le tout petit nombre d’agents capables d’en assurer le fonctionnement. En effet, pour les paysans frontaliers, peu importe le passeport tant que peut s’y substituer un passe provisoire de 72 heures. Dans les souvenirs des interlocuteurs de l’auteur s’ancrent plutôt les migrations saisonnières, de génération en génération, celles des cueilleurs de café qui, journaliers mayas du Guatemala, retrouvent dans les plantations les Tzotzil des Altos de Chiapas. Chez les ladinos comme dans les communautés indiennes, ce qui compte, c’est découvrir et coloniser, avoir toujours un pied ici et l’autre là, un cousin à Comitán et un autre dans la capitale guatémaltèque, préférer parfois un produit venu du Guatemala à un autre arrivé du Mexique, qu’il s’agisse d’images saintes ou de médicaments. En lisant des correspondances anciennes, en construisant des biographies familiales et en travaillant à des entretiens contemporains, Carine Chavarochette esquisse une identité régionale dense et dynamique où rien n’est acquis d’avance pour l’un ou l’autre des États. Le grand voisin mexicain, tout fort politiquement et économiquement qu’il peut être, ne sort pas automatiquement vainqueur si à Nentón ou même à La Trinitaria (Mexique) il faut choisir où aller commercer, étudier, ou prier. Le lecteur note vite le statut intermédiaire du Chiapas dont la devise « En Chiapas, todo es México » tient parfois plus de la propagande politique que de la perception du quotidien.

5Le chercheur « en situation de frontière » confirme cependant, sur ce cas d’espèce, les différences entre des autorités mexicaines et les gouvernants guatémaltèques. Les premières, en négociant la délimitation de la frontière sud, s’attachent à fixer une identité strictement nationale. Afin d’appliquer la Constitution, elles tentent d’interdire en zone frontière la présence de propriétés privées appartenant à des étrangers ; pour les gouvernements guatémaltèques, cette frontière fermée aurait moins d’intérêt que les passages qu’elle ouvre aux troupeaux, aux commerçants ou à la main-d’œuvre descendant vers le Soconusco. La frontière est donc plus importante pour l’État mexicain – mais pas nécessairement l’État du Chiapas qui joue ses propres cartes – que pour le Guatemala. Quant aux populations indigènes présentes de part et d’autre,elles ont une longue histoire commune et conflictuelle dès lors que le territoire correspond d’abord à des terres. L’idée n’est pas nouvelle, mais l’auteur, en choisissant de se limiter à une zone restreinte et peu étudiée jusqu’ici, en fournit, de terres communautaires en fincas, une preuve de plus. Le lecteur découvrira une histoire des consolidations agraires, des négociations difficiles et de l’atout que constitue pour un groupe ethnique ou un autre le maintien volontaire de la porosité frontalière.

6La frontière existe toutefois. Aux terribles jours de violence des années 1980, la fuite de « l’autre côté » ne fut-elle pas l’unique solution de survie des groupes indiens décimés de la région de Nentón ? Grâce à la force juridique de la frontière internationale,» l’autre côté » devint alors refuge comme ce fut le cas aussi pour les populations de l’Ixcan guatémaltèque passés dans la forêt lacandone. Le traité ancien de non-militarisation de la zone frontalière a été globalement respecté. Sans doute les frontières introduisent-elles des éléments de contrainte que d’aucuns, nombreux, voient d’un mauvais œil dans un monde globalisé.

7Mais l’expérience de la guerre civile guatémaltèque rappelle qu’une simple ligne, nommée « frontière », put jouer un rôle essentiel de mur de protection.

8Avec le retour à la paix dans cette marche des confins, le chercheur note la densification démographique et la croissance actuelle de la mobilité des habitants du municipio, comme si habiter en frontière accentuait le désir de partir. Dès lors qu’une frontière marqua le salut des indigènes qui fuyaient, dès lors qu’elle continue à attirer Centraméricains et Sud-Américains dans leur trajet vers l’autre frontière, celle du rêve états-unien, les passeurs se multiplient, le commerce reprend et voici les habitants de Nentón au premier rang pour connaître les règles d’une migration réussie. C’est aussi aux allées et venues de ses fils, partis un an ou deux travailler aux États-Unis, que la bourgade doit son entrée dans une plus rapide modernisation.

9Tout en demeurant sensible à l’impact des transformations qui entourent « la frontière oubliée », Carine Chavarochette a porté son attention, dans le dernier tiers de l’ouvrage, sur une pratique transfrontalière qui va à contresens de la migration vers le nord, celle des pèlerinages chiapanèques en direction du Guatemala. Elle dévoile tout spécialement l’un d’entre eux qui conduit une cinquantaine de pèlerins de La Trinitaria (Chiapas) à San Mateo Ixtatán (Guatemala), distants de 100 km. Pratique d’abord indigène dont elle cherche, non sans difficultés, à déterminer l’origine historique, et dont elle présente les participants, principalement Tojolabal, sous la houlette spirituelle d’un Tzeltal, auxquels il faut ajouter quelques ladinos. L’auteur, en ethnologue discrète et perspicace, a observé les préparatifs dans les bourgs et les hameaux, entre Las Margaritas et La Trinitaria, avant de partir avec le groupe, au moment du Carême et des prières pour la pluie. Le récit fournit au lecteur une mine de détails sur le trajet, les offrandes, les lieux consacrés, les repas et les confidences, récit dont la qualité prouve que six jours exténuants n’ont pas fait baisser l’attention de l’observatrice participante.

10La traversée de la frontière internationale, grâce à un passe accordé sans aucune difficulté, n’appartient pas aux récits mythiques qui accompagnent la marche ni aux espoirs plus politiques d’une réponse à l’instabilité et aux tensions contemporaines. En effet, pour qui regarde bien et connaît les dossiers agraires comme Carine Chavarochette, les marcheurs retracent dans le paysage d’autres limites, celles des anciennes fincas, où leurs ancêtres avaient connu asservissement et spoliation. Ils retrouveraient aussi les limites d’un territoire perdu par les Tojolabal entre le ve et le xiiie siècle autour de San Mateo Ixtatán, comme l’avance l’auteur qui analyse la tradition orale et les interprétations des archéologues. Le trajet rituel vers le Guatemala constituerait-il l’aveu de faiblesse d’un groupe pour toujours vaincu ? Pensons plutôt qu’il donne une leçon de vie.

11L’auteur a choisi de terminer son ouvrage sur le pèlerinage, une pratique qui nie l’enfermement en recréant l’articulation entre identité et migration, au rebours des partisans d’une identité que l’on voudrait « de souche », fondée sur l’autochtonie et l’enracinement. L’identité frontalière, indigène ou métis, se confond avec la marche, la lutte, la production, les échanges et la mobilité, condition de survie ou de progrès. Pour apprécier autant de sujets, que le lecteur ne se prive pas des pages stimulantes de l’avant-propos et de la préface, écrites par les fins connaisseurs du Chiapas et du Guatemala que sont Henri Favre et Jean Piel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Dauzier, « Carine Chavarochette, Frontières et identités en terres mayas. Mexique-Guatemala (xixe-xxie siècle) », Cahiers des Amériques latines, 70 | 2012, 151-154.

Référence électronique

Martine Dauzier, « Carine Chavarochette, Frontières et identités en terres mayas. Mexique-Guatemala (xixe-xxie siècle) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 22 juillet 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/2404

Haut de page

Auteur

Martine Dauzier

Université Paris Est-Créteil/LiS

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org