Navigation – Plan du site
Dossier. Religion et société en Amérique latine xvie-xixe siècles : traces et destins d’une « orthodoxie coloniale »

Introduction

Juan Carlos Estenssoro Fuchs et Aliocha Maldavsky
p. 23-27

Texte intégral

  • 1 Les travaux de Nathan Wachtel [1971] et Pierre Duviols [1972] sont, pour les Andes, représentatifs (...)

1La recherche historique américaniste dans le champ du fait religieux à l’époque coloniale s’inscrit dans le paradigme de l’évangélisation et de la conversion des populations locales au christianisme. D’abord tributaire d’une histoire de l’Église au Nouveau Monde, souvent apologétique, l’historiographie du fait religieux, grâce à l’apport de l’anthropologie historique, s’est tournée vers une approche de la réception du christianisme de la part des populations indigènes vaincues, sans toujours échapper à une vision dualiste, entre résistance et assimilation. La quête des continuités est devenue alors la principale préoccupation des chercheurs. Ils ont vu dans l’objet des activités répressives contre les idolâtries des survivances directes des religions préhispaniques, et dans les advocations locales avant tout des syncrétismes1. Même l’espace construit par l’Église catholique universaliste à l’aide de dévotions, principalement ibériques, telles que le culte des saints et de la vierge au moyen d’organisations confraternelles a été envisagé prioritairement dans la perspective de la reproduction des sociétés indigènes.

  • 2 Dans des registres différents, c’est ce que proposent Pierre Ragon [2003] et Thérèse Bouysse-Cassag (...)

2Inscrivant plus largement le processus d’évangélisation dans une histoire politique, culturelle et sociale de la colonisation, l’historiographie récente s’intéresse à la fois aux motivations des acteurs, qu’ils soient religieux ou laïcs, aux formes d’adaptation des méthodes et discours religieux à des contextes divers dans l’espace et changeants dans le temps et aux usages et interprétations des populations évangélisées, souvent ambivalents2.

  • 3 Le dernier numéro de la revue Mélanges de l’École française de Rome [Broggio, Castelnau-L’Estoile, (...)

3Cette perspective conduit non seulement à restituer la complexité de ces sociétés coloniales, mais également à intégrer à l’étude du fait religieux américain, en tenant compte de sa spécificité liée au couple inséparable que forment colonisation et évangélisation, les développements d’une histoire plus vaste des rapports entre religion et société, dans un monde que l’on dit « connecté » dès le xvie siècle [Gruzinski, 2004 ; Subrahmanyam, 1997, 2007]. Ainsi, les bouleversements que connaît le christianisme européen aux xvie et xviie siècle, suite aux réformes protestante et catholique, la définition d’une nouvelle orthodoxie tridentine qui se diffuse en Europe et en Amérique, combinés aux nécessités d’une domination plus ferme des nouvelles sociétés américaines en formation, sont indissociables du catholicisme qui se développe en Amérique jusqu’à l’Indépendance. Comme le montrent Juan Carlos Estenssoro [2003], Danièle Dehouve [2004] et Paolo Broggio [2004] dans trois ouvrages récents, le catholicisme hispano-américain ne se développe pas en vase clos, détaché des influences et des changements doctrinaux ou pastoraux européens3.

4Les auteurs participant à ce numéro proposent d’explorer les adaptations du discours religieux et des pratiques que suscite la diffusion de l’orthodoxie tridentine dans le contexte des sociétés coloniales américaines, mais aussi les décalages entre celle-ci et les expériences précédentes, ainsi que l’importance du rapport à l’Europe dans le catholicisme post-tridentin américain.

5La complexité des situations et des processus à l’œuvre dans l’entreprise d’évangélisation, les interactions entre Européens et Indiens, sont à penser dans un contexte de domination d’une part, de fragilité d’autre part. L’évangélisation apparaît comme un point privilégié d’observation des processus de digestion, d’adaptations réciproques, comme de double lecture des objets et des situations produits dans le contexte de domination coloniale.

6Les relations coloniales sont liées, soumises même, au travail de conversion qui suppose de définir l’autre du point de vue religieux. Indépendamment du fait que cette différence se transforme au contact du christianisme sans nécessairement devenir identique à celui-ci, la question a toujours été celle de la limite des transformations que l’évangélisateur et son message doivent subir pour une communication efficace. Charlotte de Castelnau L’Estoile étudie les transformations d’un jésuite au contact des Tupi dans le Brésil du xvie siècle et les interprétations par ces derniers du discours religieux, en invitant à réfléchir sur l’aptitude des contextes américains dits de « frontière » à produire à la fois des adaptations de la part des missionnaires et des réponses de la part des Indiens à la situation coloniale. Il en résulte la création d’un « chamanisme colonial », interprété différemment par les religieux et les Indiens selon leurs objectifs et le rapport de force dans lequel ils se trouvent.

7Les populations indigènes n’ont pas été seulement des récepteurs passifs ou des résistants ; sans leur participation aucune communication efficace n’aurait été envisageable. Bérénice Gaillemin le prouve grâce à une nouvelle lecture des manuscrits dits « testériens », des catéchismes pictographiques particulièrement complexes à dater et à déchiffrer. Sa proposition d’une lecture fondée sur l’identification de phonogrammes s’appuyant sur les pictographies dans un but mnémotechnique invite à reconsidérer la signification de ces documents et à émettre des hypothèses sur leurs usages, leurs auteurs et leurs usagers. Les Indiens ont ainsi activement participé à l’élaboration de ces instruments de l’évangélisation, « manuscrits hybrides », objets complexes qui cristallisent la domination coloniale à travers l’imposition d’un discours religieux et la capacité des Indiens à se l’approprier et à le transformer.

8L’art rhétorique est indispensable pour garantir la conversion à condition d’articuler les contenus chrétiens à une réalité locale. Pour que la persuasion puisse agir, l’évangélisateur doit maîtriser la langue, mais sans lui faire violence pour que les catéchumènes puissent y reconnaître la leur. La conversion met donc au centre l’intermédiaire. L’œuvre de Diego Valadés permet à Boris Jeanne de mettre en évidence la complexité de la réalité coloniale et l’impossibilité de la réduire à la seule opposition entre Espagnols et Indiens. Il rend compte de l’émergence du groupe créole (les Espagnols américains) qui, identifié aux ordres mendiants, se sépare nettement de la tradition des anciens conquistadores pour devenir le bras qui relie Rome et la Nouvelle Espagne. Tout en soutenant cette dimension internationale, les franciscains créoles s’érigent, d’une part, en cœur d’une société spécifiquement locale qui a réussi grâce à eux pleinement sa christianisation et, de l’autre, en moteur de conversion poursuivant une expansion civilisatrice à visée universelle. Dès le xvie siècle se produit donc un dédoublement des rapports coloniaux caractéristique de l’Amérique coloniale. La transformation religieuse perpétue néanmoins une dépendance symbolique des sociétés converties en même temps que l’émergence d’intermédiaires religieux sur place ouvre un horizon d’autonomie créole, non indigène, vis-à-vis de la métropole.

9La charité joue un rôle dans la construction d’une distinction religieuse entre les Indiens, considérés comme néophytes, et les Espagnols, assimilés à des dévots, qu’ils soient encomenderos au xvie siècle, ou marchands au xviie. Aliocha Maldavsky montre combien l’adhésion des laïcs espagnols à l’élaboration d’un espace christianisé en Amérique, par l’intermédiaire d’une participation financière à l’évangélisation, va de pair avec l’affirmation de leur statut de dominants et constitue une véritable voie de légitimation sociale.

10Jaime Valenzuela pose la question des avatars du catholicisme créole dans la perspective d’Indépendance et de l’État-nation. Il dévoile les mécanismes de l’invention d’une tradition permettant de construire une identité nationale républicaine, catholique et militaire au Chili. Celle-ci intervient malgré la rupture avec le régime et les traditions coloniales, avec néanmoins la contrainte supplémentaire de devoir donner un caractère fondateur et autochtone à une dévotion venue d’un pays voisin. Il montre les instrumentalisations successives de la mémoire historique pour donner une continuité et une dimension collective à une réalité fragmentaire et restreinte.

Haut de page

Bibliographie

Axtell James, The Invasion Within. The Contest of Cultures in Colonial North America, New York, Oxford, Oxford University Press, 1985.

Bouysse-Cassagne Thérèse, “De Empedócles a Tunupa: evangelización-hagiografía y mitos”, in Bouysse-Cassagne Thérèse (dir.), Saberes y memorias en los Andes. In memorian Thierry Saignes, Lima, IFEA, 1997, p. 157-212.

Bouysse-Cassagne Thérèse, « Le Diable en son royaume », Terrain 1/2008 (n°  50), p. 124-139.

Bouysse-Cassagne Thérèse, Harris Olivia, Platt Tristan, Qaraqara-Charka. Mallku, Inka y Rey en la provincia de Charcas (siglos xv-xvii). Historia antropológica de una confederación aymara, Lima-La Paz-Fife, IFEA-Plural editores, CIAS Université de Saint Andrews, 2006.

Broggio Paolo, Evangelizzare il mondo. Le missioni della Compagnia di Gesù tra Europa e América (secoli xvi-xvii), Roma, Carocci, 2004.

Broggio Paolo, Castelnau-L’Estoile Charlotte de, Pizzorusso Giovanni (dir.), Administrer les sacrements en Europe et au Nouveau Monde : la Curie romaine et les dubia circa sacramenta, Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, MEFRIM, 121, 2009.

Comaroff Jean et John L., Of Revelation and Revolution, vol. I, Christianity, Colonialism, and Consciousness in South Africa, Chicago, University of Chicago Press, 1991 ; vol. II, The Dialectics of Modernity on a South African Frontier, Chicago, University of Chicago Press, 1997.

Dehouve Danièle, L’évangélisation des Aztèques ou le pécheur universel, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

Duviols Pierre, « Religions et répression dans les Andes aux xvie et xviie siècle », L’Ethnocide à travers les Amériques, Paris, 1972, p. 93-105.

Duviols Pierre, La lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial. « L’extirpation de l’idolâtrie » entre 1532 et 1660, Lima, [1971], 2008.

Estenssoro Fuchs Juan Carlos, Del paganismo a la santidad. La incorporación de los Indios del Perú al catolicismo, 1532-1750, Lima, IFEA, 2003.

Gruzinski Serge, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de la Martinière, 2004.

Pompa Cristina, Religião como tradução. Missionários, Tupi e Tapuia no Brasil colonial, São Paulo, Edusc, 2003.

Ragon Pierre, Les saints et les images du Mexique : xvie-xviiie siècle, Paris, l’Harmattan, 2003.

Saignes Thierry, "The colonial condition in the Quechua-Aymara Heartland (1570-1780)", in Frank Salomon et Stuart B. Schwartz (dir.), The Cambridge history of the native peoples of the Americas, Volume III, South America, Cambridge, Cambridge university press, 1999, p. 58-137.

Subrahmanyam Sanjay, "Connected histories: Notes towards a reconfiguration of Early Modern Eurasia", Modern Asian Studies, vol. 31, n° 3, (Jul. 1997), p. 735-762.

Subrahmanyam Sanjay, "Holding the World in Balance : The Connected Histories of the Iberian Overseas Empires, 1500–1640", The American Historical Review, vol.  112, n° 5, 2007, p. 1359-1385.

Wachtel Nathan, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole, Paris, Gallimard, 1971.

Wilde Guillermo, Religión y poder en las misiones de Guaraníes, Buenos Aires, Editorial San Benito, 2009.

Haut de page

Notes

1 Les travaux de Nathan Wachtel [1971] et Pierre Duviols [1972] sont, pour les Andes, représentatifs de cette veine historiographique.

2 Dans des registres différents, c’est ce que proposent Pierre Ragon [2003] et Thérèse Bouysse-Cassagne [1997 ; 2006 ; 2008]. Sur ces questions, voir également les travaux récents et moins récents d’Axtell [1985], Saignes [1999], Pompa [2003], Wilde [2009], mais aussi les propositions des époux Comaroff [1991 ; 1997].

3 Le dernier numéro de la revue Mélanges de l’École française de Rome [Broggio, Castelnau-L’Estoile, Pizzorusso, 2009] sur l’administration des sacrements en Europe et en Amérique insiste également sur ce contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Carlos Estenssoro Fuchs et Aliocha Maldavsky, « Introduction », Cahiers des Amériques latines, 67 | 2011, 23-27.

Référence électronique

Juan Carlos Estenssoro Fuchs et Aliocha Maldavsky, « Introduction », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/234 ; DOI : 10.4000/cal.234

Haut de page

Auteurs

Juan Carlos Estenssoro Fuchs

Juan Carlos Estenssoro Fuchs est historien, maître de conférences à l’université de Lille 3, spécialiste d’histoire sociale de la musique dans le Pérou colonial ainsi que des transformations religieuses dans les Andes durant la période coloniale. Directeur pour le Pérou du Diccionario Enciclopédico de la Música Española e Hispanoamericana et collaborateur du New Grove Dictionary of Music and Musicians, il est notamment l’auteur de Musica y sociedad coloniales (1989) et Del paganismo a la Santidad. La incorporacion de los indios del Perú al catolicismo (2003). Son article “Autorretrato del conquistador como vencido o la invención del Perú: la aparición del inca y sus atributos políticos en las representaciones plásticas, 1526-1548” paru dans Colonial Latin American Review a reçu le Franklin Pease G. Y. Memorial Prize (2009-2011).

Aliocha Maldavsky

Aliocha Maldavsky est l’auteur d’une thèse de doctorat sur l’identité missionnaire des jésuites dans le Pérou colonial (2000). Ses travaux actuels portent sur l’histoire sociale des missions d’évangélisation de part et d’autre de l’Atlantique, avec un intérêt particulier pour l’implication des laïcs, européens et américains, dans l’évangélisation pendant la période coloniale. Articles récents : "The Problematic Acquisition of Indigenous Languages: Practices and Contentions in Missionary Specialization in the Jesuit Province of Peru (1568-1640)", dans John O’Malley, Gauvin Alexander Bailey, Steven J. Harris et T. Frank Kennedy (éd.), The Jesuits II: Culture, Sciences, and the Arts (1540-1773), Toronto, University of Toronto Press, 2006, p. 602-615 ; « Société urbaine et désir de mission : les ressorts de la mobilité missionnaire jésuite à Milan au début du xviie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-sept. 2009, p. 7-32. Ouvrage à paraître en 2011 : Vocaciones inciertas. Misión y misioneros en la provincia jesuita del Perú en los siglos XVI y XVII, Séville, CSIC-EEHA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org