Navigation – Plan du site
Dossier. La frontière Mexique / États-Unis après 15 ans d’Alena

Agriculture pour l’exportation et peuplement rural dans la région frontalière Mexique/États-Unis : San Quintin en Basse Californie

Marie-Laure Coubès
p. 45-61

Résumés

Cet article retrace le développement de la Vallée de San Quintin en Basse Californie, un exemple de la transformation des régions rurales frontalières du nord du Mexique sous l’effet des investissements étrangers dans l’agriculture pour l’exportation. Les investissements dans l’horticulture ont soutenu une modernisation productive qui a touché les formes et types de production et de travail, lesquels ne sont cependant pas exempts de graves problèmes écologiques et sociaux. Cette évolution de l’agriculture a entraîné un processus de transformation de la dynamique démographique et du système résidentiel de la région : l’accroissement de la production et de la demande de main d’œuvre tout au long de l’année a transformé les migrations temporaires de travail en migrations de peuplement, générant une très forte croissance démographique ; et l’abandon des campements pour les quartiers d’habitations a fissuré la ségrégation résidentielle rigide entre les ouvriers agricoles migrants, d’origine indienne du Sud du Mexique, et le reste de la population. Dans les nombreux quartiers où l’agriculture n’est plus la seule activité économique la population développe des stratégies de survie adaptées à la situation frontalière.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article relate comment le développement de l’agro-business a transformé une région frontalière et rurale, en présentant les évolutions du peuplement régional et les transformations de la structure démographique et du système de résidence. La vallée de San Quintin, zone d’agriculture pour l’exportation, principalement pour le marché nord-américain, présente, en époque d’intégration commerciale, une configuration particulière dans l’articulation global/local, basée sur sa localisation frontalière entre Mexique et États-Unis.

2Les recherches sur la frontière Mexique/États-Unis ont généralement privilégié l’analyse des zones urbaines de cette frontière, même si, déjà au début du xxe siècle, la vallée de Mexicali, avec ses districts plantés de coton a joué un rôle significatif dans l´histoire de cette région. Le poids démographique de la population urbaine (81 % de la population frontalière réside dans les dix plus grandes villes) et le dynamisme économique des relocalisations industrielles, en zone urbaine, expliquent en grande partie ce biais des études frontalières. Cependant l’intégration commerciale actuelle s´étend aussi au secteur agricole et les importants flux de capitaux étrangers se dirigent désormais vers l’agriculture intensive d´exportation. Ainsi, des régions rurales frontalières, comme celle de San Quintin en Basse Californie, se transforment sous l’effet d’investissements agricoles croissants.

  • 1 Cet article présente les résultats d’un projet de recherche pluridisciplinaire, financé au Mexique (...)

3La vallée de San Quintín est une zone d’horticulture intensive pour l’exportation, située à 300 km au sud de la frontière, entre l’océan Pacifique et la chaîne montagneuse centrale de la Basse Californie, et s’étend sur plus de 80 km de long. Région aride, elle connaît cependant une situation climatique propice à la culture horticole irriguée avec l’eau des nappes phréatiques. Dans cette zone frontalière, de nombreux phénomènes tant économiques (relation capital/travail), que démographiques (migration) et sociologiques (consommation) sont basés sur les interactions entre les deux côtés de la ligne internationale1.

L’agro-business d’exportation dans le contexte de l’Alena

4Deuxième producteur de tomates du pays, San Quintin est aujourd’hui une région de pointe de l’agro exportation, qui est le résultat d’une modernisation productive qui a touchant les formes et les types de production ainsi que de travail. Aujourd’hui l’horticulture de San Quintin est une agriculture industrielle aux rendements productifs élevés, avec une technologie ultramoderne et des investissements de capitaux externes, sa production est exportée en hiver et en été.

5L’Alena a favorisé l’entrée plus importante du capital américain et transnational lequel est attiré par la main-d’œuvre bon marché et surtout par de bien moindres restrictions écologiques pour la production qu’aux États-Unis (particulièrement dans l’usage des pesticides). Avec cet accroissement des investissements, il s’opère une concentration du capital dans quelques grandes entreprises : la plus grande part de la production actuelle est dirigée par des grandes firmes, soit directement, soit parce qu’elles contrôlent les dirigeants d’origine [Zlolniski, 2008]. Cette production est destinée principalement aux marchés américain et canadien.

  • 2 Entre 1997 et 2004, alors que la tomate a diminué de 89 % à 59 % du total de la production d’été, l (...)

6Production intensive en travail et en technologie, ses rendements sont élevés avec une forte demande de main-d’œuvre. La modernisation productive a d’ailleurs consisté en une réduction de la superficie cultivée avec une augmentation de la productivité. La période de production s’étend sur toute l’année, même avec une saison d’été plus productive, elle s’approche du modèle californien de forte production sur l’ensemble de l’année [Zabin, 1997]. La production s’est diversifiée. La tomate, produit emblématique des années 80 et 90, ne représente aujourd’hui que 59 % des cultures d’été, et de nombreux autres f ruits et légumes (concombres, oignons, céleris, brocolis, etc.) sont apparus ; la fraise représente aujourd’hui 20 % des cultures d’hiver2.

7La technologie de pointe a été adoptée pour résoudre les problèmes liés à un certain niveau d’épuisement des sols et permettre leur usage intensif, mais aussi pour standardiser les produits afin de pénétrer le marché américain. Il s’agissait de passer des hauts volumes de production, à des produits de qualité supérieure [Zlolniski, 2008]. L’introduction de la technologie s’est faite grâce à de forts investissements en infrastructures (serres, système d’irrigation goutte-à-goutte), mais aussi dans la culture de plantes bouturées, et dans les engrais, pesticides et produits phytosanitaires. Cette transformation technique des formes de production a également engendré des transformations dans les formes de travail. On observe une spécialisation du travail, entre les tâches de préparation du champ et celles de la récolte, générant de nouveaux types d’emplois nécessaires à la production agricole, tels que les emplois de techniciens pour contrôler l’irrigation au goutte-à-goutte et les serres hypermodernes, dont la technologie est importée de Hollande, d’Espagne ou d’Israël. Depuis 2000, on a construit deux usines de désalinisation de l’eau de mer pour répondre à l’épuisement des nappes phréatiques.

  • 3 Visite de terrain, entreprise Los Pinos.

8La technologie ne se développe pas seulement dans la production, ainsi dans les plus grandes entreprises, le conditionnement est totalement automatisé : sélection des tomates sur tapis roulant par ordinateur et photographie, et le transport est organisé en flux tendu3

  • 4 Si le travail des enfants dans les champs n´a pas disparu, particulièrement dans les entreprises mo (...)

9Pour répondre aux nouvelles exigences du marché américain et donc obtenir la certification des standards de qualité, les entrepreneurs ont dû contrôler la qualité de l’ensemble de la production. Que ce soit du point de vue des conditions d’hygiène des cultures (on a ainsi vu apparaître les WC portables chimiques dans les champs) que dans les conditions de travail les plus condamnables, comme celle du travail des enfants. Si l’État s’est toujours montré incapable de faire cesser le travail des enfants, on observe cependant une certaine amélioration dans ce domaine, résultat d’une régulation venue du marché grâce à l’action des consommateurs4.

  • 5 Ainsi pour toute la Basse Californie, en 1998 l’horticulture représente 12 % de la superficie culti (...)

10L’horticulture est une culture exigeante en main-d’œuvre5, et après l’Alena, on a observé une augmentation de la capacité d’absorption du travail [Garcia et Omaña, 2001]. Cependant, les conditions de travail sont basées sur une très forte exploitation de la main-d’œuvre immigrante, indienne le plus souvent. Le processus de modernisation qui a touché aussi les relations de travail a rendu celles-ci plus flexibles [Lara, 1998] Ainsi, alors qu’auparavant les ouvriers agricoles étaient pratiquement tous payés à la journée, aujourd’hui un grand nombre est payé à la pièce (particulièrement dans les cultures de fraises) ou à la tâche. Ce système a provoqué une intensification du travail, les ouvriers cherchant à augmenter leurs revenus par une plus forte productivité [Zlolniski, 2008, p. 17].

11Le développement horticole qui est donc favorisé par l’Alena présente aussi d´importantes difficultés et limites liées aux problèmes écologiques et au problème d’eau, aux relations de travail qui n’adoptent pas encore les standards du travail international et aux conditions de vie de grande pauvreté des travailleurs agricoles. Les coûts sociaux et écologiques de l’agrobusiness sont donc encore très élevés.

Évolutions du peuplement de la vallée de San Quintín

  • 6 Les données des recensements sur la population correspondent à la période d’hiver, c’est-à-dire qu’ (...)

12La vallée de San Quintín ne correspond à aucune définition administrative. Située dans le municipe d’Ensenada, elle englobe quatre délégations du municipe (Punta Colonet, Camalu, Vicente Guerrero et San Quintín) et comprend cinq localités principales (les quatre qui donnent leur nom aux délégations et Lazaro Cardenas, la plus peuplée située dans la délégation de San Quintin). Cependant, la région comprend aussi un très grand nombre de petites localités, de moins de 2 500 habitants, voire de moins de 1 000 et de 100 habitants : il s’agit de ranchs ou maisons isolées et des campements de journaliers agricoles. Le peuplement est donc très dispersé : en 2000, 43 % de la population vivait dans des localités de moins de 2 500 habitants (voir tableau n° 1)6.

  • 7 La zone semi-urbaine est définie comme les localités comprises entre 2 500 et 15 000 habitants.

13Entre 1960 et 2000, la population a subi une croissance exponentielle, passant d’une zone quasi désertique avec quelques foyers pionniers à une zone semi-urbaine selon les critères mexicains7. Et cette région a vécu une transformation importante au cours des 20 dernières années, particulièrement dans les années 90. La croissance démographique faramineuse (taux de 7 % annuel) explique la dynamique de peuplement basée sur le développement de l’agriculture (production sur toute l’année et plus seulement pendant la saison haute d’été) le changement démographique et social (installation de familles et non plus seulement de travailleurs masculins isolés) et la transformation des types de résidence depuis les campements de travailleurs agricoles vers les nombreux quartiers, créés dans les villages plus peuplés ou à leurs alentours.

Tableau n° 1 : Distribution de la population par taille de localités dans la Vallée de San Quintín, 2000

Tableau n° 1 : Distribution de la population par taille de localités dans la Vallée de San Quintín, 2000

Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.

  • 8 Ces essais furent le fait de religieux comme les dominicains au tout début du xixe siècle qui pours (...)
  • 9 Calculs projet COLEF-CONACYT à partir du recensement de 1960. Toutes les données sur la population (...)
  • 10 Même si la population a plus que doublé au cours de la décennie 1960-1970, cela reste un chiffre tr (...)

14La région très aride habitée par une population native de chasseurs collecteurs extrêmement éparse n’a été peuplée que tardivement. Des essais de colonisation du XIXe siècle, il ne reste que des éléments historiques, comme la mission de Santo Domingo dans la délégation de Vicente Guerrero, le vieux port et le vieux moulin de San Quintín, aujourd’hui transformé en restaurant8. Ce n’est qu’au xxe siècle, à partir des années 1930, que la région de San Quintin commence à se peupler régulièrement. C’est la distribution de terres par l’État dans les années 1930 (sous la présidence de Lazaro Cárdenas) qui déclanche la première colonisation durable. Jusqu’aux années 1960 elle reste une zone très peu peuplée de foyers pionniers (on compte moins de 4 000 habitants dans toute la zone en 1960)9. Le régime de la terre est ejidal, de petits propriétaires pour l’autoconsommation ou la production locale de pommes de terre basée sur le travail familial. La région est alors avant tout une frontière pionnière. L’absence de route goudronnée maintient l’isolement (8 559 habitants en 1970)10. C’est à partir des années 1970, avec la construction de la route qui traverse la péninsule et rompt l’isolement de la vallée en la connectant avec le nord, que San Quintin commence à profiter de sa situation frontalière et d’un début d’articulation avec les États-Unis [Velasco, 2007]. À côté des rancheros qui poursuivent la production à petite échelle, les premiers entrepreneurs agricoles, venus du Sinaloa et Mexicali, démarrent une production horticole pour le marché américain [Martinez, 2004]. Pour cette production horticole, ils font appel à une main-d’œuvre migrante, venue des États du Sud, particulièrement de la région indienne mixtèque du Oaxaca. San Quintin vient alors s’ajouter comme une étape secondaire dans le circuit de la migration agricole du Nord-Ouest du Mexique vers la Californie qui incluait le Jalisco et le Sinaloa, États où s’était déjà développée l’agriculture capitaliste du Nord-Ouest du Mexique. [Velasco, 2002].

15San Quintin est alors mieux connecté vers le Nord, avec les villes d’Ensenada et Tijuana, et au-delà de la frontière vers la Californie, mais reste isolé du reste du Mexique, et l’État, que ce soit l’échelon fédéral ou même régional, y est très absent.

16À partir du milieu des années 1980, commence une période de grande transition, basée sur le développement de l’agriculture. De grandes entreprises nationales (telles l’ABC, productrice de tomates) s’installent et la concurrence entre elles promeut une intensification de la production et une modernisation technologique. La production est désormais destinée principalement à l’exportation. On assiste à une intensification du recrutement de la main-d’œuvre migrante, San Quintin devient une destination propre pour la migration des journaliers agricoles. Il se développe un circuit de migration circulaire entre les montagnes du Oaxaca et San Quintin. Pour loger ces travailleurs saisonniers, recrutés dans leur région d’origine et qui viennent assez souvent avec leurs familles, les campements se multiplient. Ces campements sont situés dans les terrains propriétés des patrons, éloignés des villages de la vallée. Ce sont souvent de grands hangars de tôles, séparés en pièces contiguës, au sol de terre battue, le travailleur mais souvent la famille complète vit dans la même « pièce » où l’on cuisine avec du bois, dans des conditions de grande insalubrité, avec un seul point d’eau collectif.

17La vie dans la région est rythmée par la production horticole : la saison d’été de forte production à partir de mai, fait appel à la population migrante qui se retire en septembre. Il se développe une dynamique de mobilités diverses entre campements des différentes zones : circularité pendulaire avec le Sinaloa (Sinaloa, San Quintin, Sinaloa), des circuits plus complexes de migration itinérante : depuis le Sud, Oaxaca, San Quintin, Sinaloa. [Lara, 2000].

18Les années 1980 sont aussi l’époque de nombreux conflits du travail entre les ouvriers agricoles et les patrons pour retard de paiement, voire non-paiement des salaires [Velasco, 2002]. Les salaires sont très bas, sans aucun droit de sécurité sociale, et les conditions de vie dans les campements sont déplorables : les enfants qui ne sont pas scolarisés, travaillent dans les champs et la mortalité infantile est très élevée [Garduño, 1989] Les familles ouvrières agricoles indiennes vivent en condition de pauvreté extrême et de complète dépendance à leur employeur, isolées du reste de la société de San Quintin.

19Petit à petit la population se transforme avec l’arrivée de familles migrantes de plus en plus nombreuses. Certaines s’installent dans la région, ainsi en 1990 la zone a déjà atteint une population de 38 151 habitants, ce qui représente une croissance annuelle de 7,5 % sur les 20 années (1970-1990), un véritable boom démographique. Parmi cette population, plus de la moitié est migrante (57 %) et presque un quart ne vivait pas dans la zone cinq ans avant leur arrivée (23 %). De nouveaux quartiers d’habitations se développent formant de nouvelles localités le long de la grande route, ou se développent dans les localités déjà formées.

Transformations démographiques et sociales au cours des années 1990

20Au cours des années 1990, la production agricole sur toute l’année s’est développée, générant ainsi un besoin de main-d’œuvre au-delà de la traditionnelle saison d’été : les travailleurs peuvent désormais s’installer sur place et plus seulement venir en migration circulaire. C’est la grande période d’installation, de colonisation de nouveaux quartiers. Le peuplement est patent dans cette région qui atteint 74 000 habitants en 2000.

  • 11 La proportion d’actifs passe de 55 % en 1990 à 49 % en 2000, l’indice de masculinité de 105,4 % à 1 (...)
  • 12 Données EBIMRE, Enquête Biographique de Mobilité Résidentielle et d’Emploi réalisée à San Quintin e (...)

21L’importance du peuplement familial transforme la structure démographique et sociale de la région : entre 1990 et 2000, le taux général de masculinité a diminué, ainsi que la proportion des actifs11. La structure démographique présente une base très large, due à la forte fécondité des familles : 41 % de la population est âgée de moins de 15 ans, alors que pour l’ensemble de la Basse Californie cette proportion n’est que de 31 %. Conséquence des migrations antérieures, la population âgée reste très largement masculine ainsi qu’une partie de la population adulte (les taux de masculinité sont supérieurs à 100 pour les plus de 40 ans)12.

  • 13 Les Oaxaqueños ayant la réputation d’être trop combatifs (les décennies de migration et travail agr (...)

22Plus de la moitié de la population totale est migrante (52 %), même si la proportion de migrants récents (migration dans les cinq dernières années) a baissé, de 23 % en 1990 elle est passée à 13 % en 2000. La migration familiale vient souvent rejoindre des parents ou « paisanos » installés auparavant dans la région, et de nouvelles régions s’intègrent aux flux de migration, comme l’État du Guerrero13. La proportion de la population de langue indienne a légèrement augmenté (de 16,7 en 1990 à 18,7 % en 2000), ce qui fait de San Quintin la seule région de Basse Californie où la population indienne a un poids important (dans l’ensemble de l’État la proportion de la population de plus de cinq ans qui parle une langue indienne n’est que de 1,9 %). La population indienne de San Quintin est d’origine migrante (principalement Mixtèques de Oaxaca mais aussi Triquis et Zapotèques de Oaxaca, Mixtèques et Nahuatls de Guerrero, etc.). Pratiquement la totalité de ces Indiens parlent également l’espagnol (95 %), alors que dans les États d’origine (Oaxaca et Guerrero) cette proportion est respectivement de 80 et 65 %.

23Commencés à des époques différentes, les différents types de route migratoire se juxtaposent dans l’actualité provoquant une grande hétérogénéité et complexité des formes de mobilités. Le modèle traditionnel de migrations temporaires circulaires entre le Sud du pays et San Quintin s’est transformé en mobilités plus complexes, prenant en compte différentes destinations et différentes étapes dans les circuits migratoires. En parallèle au processus de peuplement, la migration itinérante continue aussi, avec les migrations des travailleurs pour la saison d’été, et le développement d’autres zones d’agriculture par exemple en Basse Californie du Sud. Ainsi, les circuits migratoires sont aussi plus complexes entre le Sinaloa, San Quintin et la Basse Californie du Sud. L’articulation avec la Californie s’intensifie également, San Quintin prenant sa place dans une migration transnationale, comme point de départ de la migration vers les États-Unis. L’installation de familles à San Quintin favorise la mobilité transnationale : le chef de famille se déplaçant seul vers les États-Unis à partir d’une résidence familiale à San Quintin ; ou aussi sous forme de navettes transfrontalières, cependant la condition générale de sans-papiers est un frein à ce type de mobilité.

24À l’époque où l’agriculture était basée sur la production saisonnière avec des travailleurs migrants recrutés sur leurs lieux d’origine, principalement le Sud indien du Mexique, le système de résidence dans la vallée était défini par une complète ségrégation résidentielle : les journaliers agricoles résident dans des campements isolés, alors que les locaux (ou migrants des régions non indiennes) qui travaillent dans le secteur tertiaire habitent dans les villages. Les campements se remplissent au cours de la saison d’été mais certains journaliers y résident aussi toute l’année. À partir des années 1990, le système résidentiel se transforme profondément : les journaliers quittent les campements et vont s’installer dans des résidences individuelles dans de nouveaux quartiers d’habitation (colonias) proches du centre des villages, sur le bord de la route principale. Pour les ouvriers agricoles, il s’agit d’une transformation de la localisation et de leur type d’habitat.

25Ces quartiers, créés par achat de lots, distribution de terrains ou invasion, présentent une forte homogénéité sociale et souvent la proportion de travailleurs agricoles y est très élevée. Mais cette ségrégation résidentielle entre quartiers de journaliers de l’agriculture et quartiers de travailleurs des autres secteurs d’activité, est sans commune mesure avec la ségrégation antérieure entre campements et quartiers.

26Même très modeste, une maison dans un quartier d’habitation représente un habitat bien moins insalubre que le campement. De plus, pour une famille, la résidence dans un quartier permet un espace « à soi », car même si la maison est très petite (les programmes sociaux financent la construction d’une seule pièce « pie de casa »), les terrains sont assez grands et l’espace de vie familial est donc plus vaste.

  • 14 La cuarteria est un logement collectif mais sa construction est en dur alors que celle des campemen (...)

27Dans ce processus de transformation du système résidentiel antérieur (basé sur la ségrégation totale entre ouvriers de l’agriculture et travailleurs des autres secteurs), on voit l’émergence d’un nouveau type de résidence, la cuartería. Il s’agit d’un logement d’une pièce unique avec services collectifs de sanitaires et arrivée d’eau, loué par le patron ou le travailleur, et situé dans les quartiers d’habitations. Si son type d’habitat s’approche de celui des campements14, sa localisation, au sein des quartiers, marque une profonde différence ainsi que le fait qu’il peut s’agir parfois d’une résidence louée par le travailleur et donc indépendante de son employeur.

  • 15 Ainsi, en 1989, 66 % des travailleurs agricoles résidaient en campements et 33 % en quartiers, alor (...)
  • 16 Les mobilisations sociales et les mouvements sociaux s’orientent désormais sur le problème du logem (...)

28La vie dans le quartier, que ce soit en maison individuelle ou en cuarteria, permet aux travailleurs d’être plus indépendants de leur patron et de pouvoir changer d’employeur. Le changement de patrons dans un système où il y a peu de prestations de travail, n’est guère un inconvénient. Et pour les employeurs, c’est aussi une façon de se décharger du problème des conditions de vie des travailleurs et des campements insalubres dénoncés dans les médias mexicains et états-uniens. Ainsi les campements sont moins nombreux, certains se ferment, car les migrants temporaires s’installent même dans les quartiers, préférant loger en cuarterías ou chez des familiers qui sont déjà installés dans la région. Les quartiers d’habitations se consolident15, il s’y développe une vie de quartier avec de nombreuses associations et organisations (professionnelles, confessionnelles, récréatives) mobilisées autour de la question du logement (légalité des terrains) de la gestion des services publics, de la réception des programmes d’assistance du gouvernement, de manifestations culturelles16. La transformation de l’agriculture et le peuplement modifient également l’ensemble du marché du travail de San Quintin, et la structure d’emploi se diversifie. Entre 1990 et 2000, le secteur agricole perd de l’importance relative, (il passe de 62 % à 55 % de la population active) et c’est le tertiaire qui augmente le plus (de 28 % à 34 % de la population active, soit une augmentation proportionnelle de 22 %) pour les commerces, services aux producteurs ou à la population. De nouvelles professions prolifèrent dans les services pour l’agriculture : intermédiaires pour l’embauche de personnel, chauffeurs du transport du personnel, etc. Mais le tertiaire classique se développe aussi, avec de nombreux commerces et services variés dans les quartiers, ainsi que les services de l’État. En effet, dans cette région qui était oubliée du gouvernement, paradoxalement, l’État apparaît durant cette période qui correspond pour l’ensemble du pays au retrait de l’État du champ économique et social.

Des conditions de vie frontalières et rurales

29San Quintin est la région de Basse Californie où la marginalité et la pauvreté sont les plus importantes et se retrouvent dans tous les domaines particulièrement pour les revenus, l’habitat, la scolarisation des enfants. Région rurale, elle pâtit du déficit d´infrastructure des zones rurales mexicaines ; cependant sa proximité avec la frontière permet un accès à certains produits d’occasion qui sont inaccessibles à la population rurale du Mexique en général.

30Les enfants des premiers migrants sont aujourd’hui de jeunes adultes nés dans la région ou qui y ont vécu depuis leur petite enfance, et se sentent pleinement de San Quintin. De même, les migrants de longue date revendiquent le nom de ‘résidents’ et non plus migrants [Velasco, 2007].

31Du point de vue des revenus de la population active, San Quintin a une position à part, différente du reste de la Basse Californie mais aussi des régions rurales du Mexique, comme par exemple de l’État du Oaxaca d’où vient une grande partie des travailleurs.

  • 17 La proportion au Oaxaca des actifs sans revenus frôle les 30 %. Or l’État du Oaxaca inclut la capit (...)
  • 18 Le salaire minimum mexicain est équivalent à 50,84 pesos journaliers, soit 4,96 dollars (janvier 20 (...)

32À San Quintin, comme en Basse Californie, on ne remarque pas la catégorie des sans revenus et les revenus les plus bas (moins d’un salaire minimum) sont très peu fréquents, à la différence des États ruraux du pays. Si l’on compare avec l’État de Oaxaca d’où vient une grande partie des travailleurs migrants la différence est énorme17. Cependant on ne trouve pas non plus de revenus plus élevés (cinq salaires minimum ou plus) qui sont plus fréquents à la frontière que dans le reste du pays. Ainsi en Basse Californie la moitié de la population se situe dans le rang de revenus de deux à cinq salaires minimum alors qu’à San Quintin cette concentration de la moitié de la population active est dans le rang inférieur de un à deux salaires minimums. De plus, si dans l’ensemble de la Basse Californie, seulement 4,5 % gagne moins du salaire minimum, à San Quintin ils sont 15 % (voir graphique n° 1)18.

33À San Quintin, le marché du travail est suffisamment développé pour que pratiquement toute la population active gagne quelque chose (contrairement aux régions rurales où domine l’agriculture traditionnelle) mais les revenus sont très bas et beaucoup plus bas que dans les marchés du travail frontaliers urbains.

Graphique n° 1. Revenus de la population active à San Quintin, dans les États de Basse Californie et du Oaxaca et dans l’ensemble du pays, 2000

Graphique n° 1. Revenus de la population active à San Quintin, dans les États de Basse Californie et du Oaxaca et dans l’ensemble du pays, 2000

S. M. = salaire minimum

Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.

34La situation frontalière permet aussi un accès à certains biens de consommation, qui viennent de Californie et sont vendus sur les marchés d’occasion des régions frontalières mexicaines. Ainsi, on observe à San Quintin un accès à l’automobile sans commune mesure avec le reste du pays : alors que 32 % des foyers ont une automobile au niveau national, et seulement 12 % dans l’État d’Oaxaca, à San Quintin pratiquement la moitié des foyers dispose d’une automobile ou camionnette (46.6 %).

35Bien que pour les biens électroménagers, l’indicateur soit inférieur par rapport au niveau national, les ménages de San Quintin ont un meilleur accès à ces produits que dans les régions rurales mexicaines puisque 45,5 % ont une machine à laver le linge, et 52,3 % un réfrigérateur, alors qu’au Oaxaca ils ne sont que respectivement 17,8 % et 37,6 %. [Cholin, 2004]

36L’habitat point le plus critique de la situation à San Quintin, s’est sensiblement amélioré. Les conditions de logement sont meilleures du point de vue des matériaux de construction – la quantité des habitats dont le sol est en terre battue a notamment diminué (voir tableau n° 2). Par contre, la proportion de maisons d´une seule pièce a même légèrement augmenté malgré le processus d’installation durable dans les quartiers. Plus du quart des habitations n’ont qu’une seule pièce, ce qui est peut-être dû à la recrudescence des cuarterías dans les quartiers mais aussi aux programmes sociaux qui financent le « pie de casa » avec une seule pièce, sur un terrain pourtant étendu.

37Quant aux services, San Quintin cumule la déficience des infrastructures propres au monde rural au Mexique, et celle des zones frontalières de peuplement rapide et récent. Si la couverture en eau courante et électricité s’est sensiblement améliorée, elle laisse encore près de 20 % des habitations sans ces services de base. L’évacuation des eaux usées reste le grand problème de la vallée. Le tout-à-l’égout n’existe pas et seulement 31 % des habitations ont une fosse septique.

Tableau n° 2. Caractéristiques des habitations individuelles, en pourcentages, San Quintin, 1990 et 2000

Tableau n° 2. Caractéristiques des habitations individuelles, en pourcentages, San Quintin, 1990 et 2000

Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.

  • 19 Il existe des projets spécifiques, pour favoriser la scolarisation des enfants des familles migrant (...)
  • 20 Les cycles scolaires obligatoires au Mexique sont le primaire et le secondaire, qui correspondent a (...)

38Dans le développement local des services de l’État, on peut citer l’exemple de l’éducation, où de nombreux services scolaires publics spécialisés ont été créés pour répondre au grand problème de la non-scolarisation des enfants d’ouvriers agricoles particulièrement dans les campements19. Entre 1990 et 2000 la couverture scolaire s’est beaucoup accrue puisque, la population ayant beaucoup augmenté, le taux de scolarité est passé de 75,5 % à 81,1 % pour les jeunes de 6 à 14 ans (hors période de récolte). Cependant cette couverture est encore nettement inférieure à la moyenne nationale (91,8 % en 2000) de même qu’à celle de l’État d’Oaxaca (89,7 %)20.

39Entre 15 et 17 ans, la scolarisation reste extrêmement faible (37 % alors qu’elle est de 55 % au niveau national, 58 % en Basse Californie et 52 % au Oaxaca). Les opportunités de travail agricole ont un effet dissuasif sur la poursuite des études, particulièrement dans ce groupe d’âge où l’on trouve beaucoup de jeunes migrants qui sont arrivés à San Quintin sans leurs parents pour travailler.

40Au-delà du travail des enfants, les conditions de précarité et de pauvreté dans lesquelles vivent les familles d’ouvriers agricoles ont un effet dissuasif pour la scolarisation des enfants. Une étude spécifique sur ce thème a mis en avant de nombreux facteurs : les ressources très faibles qui ne permettent pas de participer aux nombreuses cotisations qui sont demandées aux parents dans les écoles publiques ; les horaires du travail agricole qui obligent les parents à partir très tôt le matin quand les enfants dorment encore [FOMEIM, 2008]. Ainsi, même la vie de quartier ne favorise pas toujours l’éducation des enfants alors que beaucoup de parents pensaient qu’après les années de migrations temporaires dans les campements, cette installation à San Quintin le permettrait.

Conclusion

41Le développement de l’agro-business a transformé la région de San Quintin en conduisant au cours des vingt dernières années un ample processus de transformations de la dynamique démographique et du système de résidence. Basées auparavant sur la ségrégation entre la population migrante travaillant dans l’agriculture et le reste de la population, la transformation des formes de résidences dans la Vallée accompagne le boom démographique et le passage d’une résidence temporaire à une résidence plus longue à San Quintin des travailleurs agricoles. La transition du campement agricole au quartier, en habitation individuelle, provoque un changement démographique et social avec la diversification du marché du travail, et l’on a vu les conditions de vie de la population agricole s’améliorer même si elles sont toujours soumises à l’exploitation et à la pauvreté.

42La situation frontalière ouvre toujours l´option d’aller travailler aux ÉtatsUnis et de nombreuses familles sont intégrées à des migrations transnationales. Il serait d’ailleurs pertinent d’étudier quelle part de l’amélioration des conditions de vie des familles de travailleurs à San Quintin provient de l’argent qu’envoient des personnes immigrées aux États-Unis.

  • 21 À un niveau bien moindre que l’industrie maquiladora qui est devenue hétérogène et ne se limite plu (...)

43Du point de vue des études frontalières, il est intéressant de faire le parallèle entre la façon dont l’industrie maquiladora a transformé les villes frontalières, redynamisant leur économie, et la transformation actuelle de régions rurales frontalières, comme San Quintin, par la croissance de l’agro-exportation. À cet égard, on remarque plusieurs points de comparaison entre ces deux industries et dans leurs relations avec le développement régional. L’Alena a favorisé la croissance des investissements dans ces deux secteurs d’exportation (industrie maquiladora et agro-business) ce qui a eu un effet important de créations d’emplois (principalement dans l’emploi peu qualifié)21. Cependant dans les deux cas, on observe un secteur productif qui ne fonctionne que pour luimême ne s’intégrant pas à une économie régionale générale. Ainsi, la maquiladora a été critiquée pour son manque d’enchaînements productifs [Alonso et al., 2002 ; Carrillo et al., 1996] principalement en amont de la production maquiladora. À San Quintin l’agro-business produit pour la consommation mais très peu pour l’industrie agro-alimentaire, et ne génère donc pas de débouchés en aval sur une agro-industrie, comme par exemple avec des jus ou sauce de tomates, des confitures.

44De façon générale fait défaut ici une politique globale de développement régional qui prendrait en compte les différents potentiels économiques de la région comme, par exemple, le tourisme de plage très peu développé alors qu´il existe un réel potentiel. Au contraire, le projet de port de Punta Colonet, au Nord de la vallée, comme débouché pour les marchandises, (Long Beach, le port de Los Angeles, étant saturé) renforce l’orientation industrielle et exportatrice de la région.

Haut de page

Bibliographie

Alonso Jorge, Carrillo Jorge, Contreras Oscar, « Aprendizaje tecnológico en las maquiladoras del norte de México », in Frontera Norte, vol. 4, n° 27, COLEF, Tijuana, janvier-juin 2002, p. 43-82.

Barrón Martín, Barbosa Guadalupe, « San Vicente y San Quintín », in David Piñera Ramírez (coord.), Panorama histórico de Baja California, Centro de Investigaciones Históricas UNAMUABC, 1983, p. 247-252.

Conapo, Distribución territorial Localidades rurales. http://www.conapo.gob.mx /distribucion_tp/04.htm

Cholin Sylvie, « Les migrations de travail vers la Vallée de San Quintin en Basse Californie au Mexique », mémoire de DEA, Université de Paris X Nanterre, 2004.

Carrillo Jorge, Hualde Alfredo, « Maquiladoras de tercera generación. El caso de Delphy-General Motors », Comercio Exterior, vol. 47, n° 9, sep. 1997, p. 747-758.

Garduño Everardo, García Efrain, Moran Patricia, Mixtecos en Baja California : el caso de San Quintín, Mexicali, UABC, 1989.

Fomeim, Atención educativa intercultural a toda la infancia en migración interna: estudio de caso en Baja California, 2008.

García Salazar, José Alberto, Omaña Silvestre, José Miguel, « Fuentes de crecimiento del empleo en el sector agrícola del norte de México », Frontera norte, n° 25, vol. 13, janvier-juin 2001, p. 71-93.

Lara Flores, Sara María, Nuevas experiencias productivas y nuevas formas de organización flexible del trabajo en la agricultura mexicana, México, Distrito Federal, Editorial Juan Pablos, 1998, p. 302.

Lara Sara, « Características de las migraciones rurales hacia regiones hortícolas en el noroeste de México », Revista Latinoamericana de estudios del trabajo, año 6, n° 12, Buenos Aires, 2000.

Martinez Novo Carmen, « The Making of Vulnerabilities: Indigenous Day Laborers in Méxicos Neoliberal Agriculture », Identities : Global Studies in Culture and Power, n° 11, 2004, p. 215-239.

Martínez Veiga Ubaldo, « Organización del trabajo y racismo. El ejido (España) en el año 2000 », Migraciones Internacionales, vol. 1, n° 1, juillet-décembre 2001, p. 35-64.

Sagarpa, Informes del Programa Agrícola de San Quintín, 1992-93, 1996-97 à 2003-04, 2004.

Velasco Ortiz Laura, « Migración y fronteras culturales. La contienda por la identidad en una región transnacional », in Odile Hoffman, María Teresa Rodriguez (edit.), Los retos de la diferencia. Los actores de la multiculturalidad entre México y Colombia, Publicaciones de la Casa Chata, IRDCEMCA-CIESAS, 2007, p. 147-182.

Velasco Ortiz Laura, El regreso de la comunidad : migración indígena y agentes étnicos. Los mixtecos en la frontera México-Estados Unidos, El Colegio de México, El Colegio de la Frontera Norte, 2002, 283 p.

Zabin Carol, « U.S.-Mexico Economic Integration : Labor Relations and the Organization of Work in California and Baja California Agriculture », in Economic Geography, vol. 73, Issue 3, juil. 1997, p. 337-355.

Zlolniski Christian, « Economic Globalization and Shifting Capital-Labor Relations in Baja Californias ExportOriented Agriculture », in The Anthropology of Unions, Edited by Paul Durrenberger and Karaleah Reichart, University Press of Colorado, sous presse, 2009.

Haut de page

Notes

1 Cet article présente les résultats d’un projet de recherche pluridisciplinaire, financé au Mexique par le Conseil national de la science et la technologie (CONACYT), auquel je participe ainsi que Laura Velasco (sociologue du COLEF) et Christian Zlolniski (anthropologue de l’Université de Texas à Arlington).

2 Entre 1997 et 2004, alors que la tomate a diminué de 89 % à 59 % du total de la production d’été, le concombre est passé de 3 % à 15 %, et les oignons inexistants en 1997 représentent 19 % de la production d’été en 2004. Données SAGARPA, 1997-2004.

3 Visite de terrain, entreprise Los Pinos.

4 Si le travail des enfants dans les champs n´a pas disparu, particulièrement dans les entreprises moyennes, il est indéniable qu´il a fortement diminué à San Quintin, au cours des dernières années. Il existe d’ailleurs aujourd’hui des garderies dans plusieurs entreprises.

5 Ainsi pour toute la Basse Californie, en 1998 l’horticulture représente 12 % de la superficie cultivée mais 48 % de l’emploi agricole (García et Omaña 2001).

6 Les données des recensements sur la population correspondent à la période d’hiver, c’est-à-dire qu’elles n’incluent pas les immigrants temporaires de la saison d’été.

7 La zone semi-urbaine est définie comme les localités comprises entre 2 500 et 15 000 habitants.

8 Ces essais furent le fait de religieux comme les dominicains au tout début du xixe siècle qui poursuivent l’œuvre d’évangélisation des Jésuites en construisant des missions tout au long de la péninsule de Basse Californie, ou de colonisation civile à la fin du xixe par une compagnie anglaise [Barron et Barbosa, 1983].

9 Calculs projet COLEF-CONACYT à partir du recensement de 1960. Toutes les données sur la population présentées dans cet article ont été reconstruites dans le cadre du projet de recherche, à partir des données des différents recensements (de 1960 à 2000) de toutes les localités de la zone, ce qui a nécessité la construction d’un système d’information géographique pour situer chaque localité à partir de ses coordonnées géographiques.

10 Même si la population a plus que doublé au cours de la décennie 1960-1970, cela reste un chiffre très faible.

11 La proportion d’actifs passe de 55 % en 1990 à 49 % en 2000, l’indice de masculinité de 105,4 % à 102,5 %.

12 Données EBIMRE, Enquête Biographique de Mobilité Résidentielle et d’Emploi réalisée à San Quintin en 2005, dans le cadre de notre projet de recherche.

13 Les Oaxaqueños ayant la réputation d’être trop combatifs (les décennies de migration et travail agricoles ont enfanté des organisations combatives), les patrons sont allés chercher dans des régions plus reculées du Mexique, comme le Guerrero, les travailleurs migrants.

14 La cuarteria est un logement collectif mais sa construction est en dur alors que celle des campements est le plus souvent en tôle.

15 Ainsi, en 1989, 66 % des travailleurs agricoles résidaient en campements et 33 % en quartiers, alors qu’en 1999, on ne recensait que 33 % en campements, 56 % en maisons individuelles de quartiers et 10,5 % en cuarterias [Velasco, 2002   p. 71].

16 Les mobilisations sociales et les mouvements sociaux s’orientent désormais sur le problème du logement plus que sur les problèmes du travail. La mobilisation syndicale est difficile, alors que les entrepreneurs sont organisés et ont des relations avec ceux de Californie, ce n’est pas souvent le cas pour les travailleurs, et seule une organisation est internationale le FIOB : Front Indigène Oaxaquenio Binational.

17 La proportion au Oaxaca des actifs sans revenus frôle les 30 %. Or l’État du Oaxaca inclut la capitale et les autres zones urbaines, si l’on comparait avec le seul Oaxaca rural la différence avec San Quintin serait alors phénoménale.

18 Le salaire minimum mexicain est équivalent à 50,84 pesos journaliers, soit 4,96 dollars (janvier 2008).

19 Il existe des projets spécifiques, pour favoriser la scolarisation des enfants des familles migrantes dans les campements et les quartiers, comme Fomentar y Mejorar la Educación Intercultural para los Migrantes (FOMEIM) qui est constitué de 6 services éducatifs de l’État : Dirección de Educación de Baja California, Educación Indígena, Educación Migrante (PRONIM), Instituto Nacional para la Educación de los Adultos (INEA), Comisión Nacional de Fomento Educativo (CONAFE) y el Programa de Atención a Jornaleros Agrícolas (PRONJAG).

20 Les cycles scolaires obligatoires au Mexique sont le primaire et le secondaire, qui correspondent aux enfants de 6 à 14 ans pour ceux qui ont suivi une scolarité régulière.

21 À un niveau bien moindre que l’industrie maquiladora qui est devenue hétérogène et ne se limite plus seulement aux étapes de forte demande en travail et développe des étapes de recherche et développement (voir Carrillo dans ce dossier), il existe à San Quintin une compagnie agricole (filiale de la transnationale Monsantos) qui développe des étapes de recherche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Distribution de la population par taille de localités dans la Vallée de San Quintín, 2000
Crédits Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1854/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Graphique n° 1. Revenus de la population active à San Quintin, dans les États de Basse Californie et du Oaxaca et dans l’ensemble du pays, 2000
Légende S. M. = salaire minimum
Crédits Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1854/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau n° 2. Caractéristiques des habitations individuelles, en pourcentages, San Quintin, 1990 et 2000
Crédits Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1854/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Coubès, « Agriculture pour l’exportation et peuplement rural dans la région frontalière Mexique/États-Unis : San Quintin en Basse Californie », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 45-61.

Référence électronique

Marie-Laure Coubès, « Agriculture pour l’exportation et peuplement rural dans la région frontalière Mexique/États-Unis : San Quintin en Basse Californie », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1854 ; DOI : 10.4000/cal.1854

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Coubès

Docteure de l’Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Marie-Laure Coubès est démographe et enseignante-chercheuse au département d’études de population du Colegio de la Frontera Norte depuis 1995. Ses recherches portent sur l’emploi, particulièrement sur les trajectoires professionnelles et les différenciations de genre, et les études biographiques à partir d’une perspective socio-démographique. Elle a notamment coordonné (avec María Eugenia Cosío et René Zenteno) Cambio demográfico y social en el México del siglo XX: una perspectiva de historias de vida en coordination (Mexico, Ed. Miguel Angel Porrúa/COLEF/ITESM, 2005).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org