Navigation – Plan du site
Lectures

Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (xviiie-xxe siècles). Naissances, renaissances

Paris, Les Indes Savantes, 2008, 402 p.
Anaïs Fléchet
p. 157-159
Référence(s) :
Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (xviiie-xxe siècles). Naissances, renaissances, Paris, Les Indes Savantes, 2008, 402 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil
Haut de page

Notes de la rédaction

Laurent Vidal est membre du comité de rédaction des Cahiers des Amériques latines.

Texte intégral

  • 1 Caetano Veloso, Fora da ordem © Uns Produções Artísticas Ltda, 1991.

Aqui tudo parece Que é ainda construção E já é ruína1

1Encore inachevée et déjà en ruine, la ville brésilienne – chantée ici par Caetano Veloso – oscille entre modernité en devenir et souvenir emprunt de nostalgie. C’est à cette équation paradoxale que le livre dirigé par Laurent Vidal nous invite à réfléchir en posant la question de la naissance, de la renaissance et, en contrepoint, de la mort des villes au Brésil. Le champ lexical ne laisse que peu de marges d’interprétation au lecteur : au travers des 25 articles réunis ici, c’est bien la dynamique historique des villes et des identités urbaines, pensées sur le mode organique, qu’il s’agit d’analyser. Anthropologues, géographes, historiens, sociologues et urbanistes s’y emploient à travers des études de cas couvrant un large spectre de l’échelle urbaine (des villes moyennes, comme Açu dans le Rio Grande do Norte ou Marabá dans le Pará, jusqu’aux grandes métropoles de Rio de Janeiro et São Paulo) et de l’histoire brésilienne. Nombre d’auteurs privilégient, en effet, la longue durée pour « appréhender la ville en ses commencements ». Certains remontent à l’époque coloniale : Mauricio A. Abreu retrace ainsi la morphologie primitive de Rio de Janeiro, tandis que Cláudia D. Fonseca et Renato P. Venâncio interrogent la prospérité et le déclin des villes de l’or du Minas Gerais à travers l’exemple de Vila Rica. D’autres s’intéressent aux créations urbaines du xixe siècle : Maria E. B. Sposito, entre autres, analyse la genèse du réseau urbain de l’État de São Paulo, dont les axes ferroviaires constituent les principales artères au seuil du xxe siècle. Le rôle joué par le chemin de fer apparaît également dans les études consacrées à Anápolis, ville de sédimentation croissant au rythme de la construction du réseau ferré dans l’État de Goias, et à Porto Velho, company town fondée par la Madeira-Mamoré Railway Company entre 1907 et 1912.

2Outre le temps de la genèse, la longue durée permet d’étudier les phénomènes de déclin et de renaissance des villes. L’analyse du déclin, dont on peut regretter qu’il soit qualifié indifféremment de « décadence » sans que la valence de la notion ne soit précisée, est menée de manière particulièrement convaincante par Tânia R. de Luca à partir de Villes mortes, un recueil de nouvelles publié par Monteiro Lobato en 1919. L’historienne montre que l’écrivain, loin de restreindre sa réflexion aux seules villes de la vallée de Paraíba fréquentées au temps de sa jeunesse, dresse un portrait métaphorique du Brésil et mène une critique acerbe de ses élites. À travers la notion de « progrès nomade », il décrit un développement économique prédateur, conduisant dans un même mouvement à la fortune et au déclin des centres urbains du pays.

3À ce sombre constat, la deuxième partie du livre oppose pourtant des dynamiques de renaissance envisagées d’un point de vue économique, urbanistique ou culturel. Les réformes urbaines initiées au xixe siècle font l’objet de plusieurs articles, associant étroitement réalisations et discours : l’étude des plans d’aménagement successif de Niteroy, Rio de Janeiro et São Paulo invite ainsi à réfléchir sur l’appropriation de « modèles » européens – notamment français – dans l’élaboration de la pensée sur la ville au Brésil. À cet égard, Maria S. M. Bresciani met en garde contre les interprétations simplistes niant « le processus conflictuel qui précède et régit le choix parmi les options disponibles » lors de la « refonte des villes » (p. 263). Les phénomènes de renaissance dépassent, cependant, le cadre des réformes urbaines : certaines villes connaissent une fortune littéraire bien après leur mort annoncée, à l’instar de Canudos revisitée par l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa dans son roman La guerre de la fin du monde ; d’autres parviennent à échapper à un « processus de semi abandon » grâce aux politiques de valorisation du patrimoine colonial et à « l’invention » de fêtes traditionnelles très prisées des touristes, à l’image de Goiás.

4La dernière partie du livre, consacrée aux débats sur la ville contemporaine, fait également la part belle à l’approche culturaliste. La géographie offre ainsi des pistes nouvelles pour penser l’espace public, qu’il s’agisse de l’occupation différenciée des plages de Rio de Janeiro, du message contestataire dont sont porteurs les murs de la ville, des usages du centre-ville par les acteurs du commerce informel ou des « itinéraires sécurisés » empruntés par les enfants vivant dans des quartiers fermés. La ville contemporaine apparaît alors sous un jour contrasté, marquée par une impression d’anarchie et d’insécurité croissantes mettant en péril l’idée même d’urbanité. C’est à cette question de la violence et de l’anomie que s’attachent les deux dernières contributions de l’ouvrage. D’une part, Dominique Vidal interroge l’horizon démocratique de la ville à partir de l’utilisation de la notion de respect dans les favelas de Recife et des « réparties imaginaires » des domestiques de Rio de Janeiro – critiques fantasmées, mais jamais adressées à leurs employeurs. Sa contribution permet de nuancer le sentiment de déception qui domine au Brésil face à la recrudescence de la violence urbaine depuis la transition démocratique : elle souligne, à travers l’analyse du discours des classes populaires, « l’affaiblissement des logiques inspirées d’une représentation hiérarchisée du social et la poussée de l’idée d’une égalité fondamentale de tous les individus » (p. 360), deux éléments nécessaires à l’émergence d’une « ville démocratique ». D’autre part, James Holston étudie la question de la citoyenneté au Brésil à partir du langage des gangs : après avoir rappelé que la question sociale fut longtemps considérée comme une simple « question de police » par les dirigeants brésiliens, il affirme que la violence et la terreur dans laquelle vivent les pauvres en milieu urbain ne sont pas nouvelles. « La nostalgie couramment répandue de la civilité de l’espace public brésilien, précise-t-il, passe à côté d’un point crucial : […] elle ignore que ‘la paix de la rue’ n’a été possible que parce qu’elle a été maintenue par un régime de citoyenneté discriminatoire et répressif qui veillait à ce que chacun sache où était sa place » (p. 368).

5Ces conclusions stimulantes, étudiées principalement à partir de la ville de São Paulo, mériteraient sans doute de plus amples développements. En effet, que dire de la violence urbaine en tant que telle, de ses formes actuelles comme de son impact sur les espaces et les pratiques de la ville ? Si le lecteur averti apprécie les contradictions entre les différents auteurs, signe de la vitalité de la question urbaine au Brésil à l’aube du xxie siècle, la dimension pédagogique de l’ouvrage – adressé au public français – en pâtit quelque peu. La sociologie et l’anthropologie de la ville, deux champs disciplinaires pourtant en plein essor au Brésil, sont particulièrement sous-représentées dans ce livre dédié en premier lieu à l’histoire urbaine. Logiquement, les principaux apports de l’ouvrage concernent donc la genèse des villes, dont on démontre ici que, contrairement à l’hypothèse lancée en son temps par Sérgio Buarque de Hollanda, elle n’est ni le produit du hasard ni le fruit d’une spontanéité propre à l’Amérique lusophone. La réflexion sur les dynamiques urbaines est, par ailleurs, servie par de nombreuses illustrations, dont des plans et photographies nécessaires pour comprendre la mise en récit de la ville. On regrettera pour finir que la langue n’ait pas toujours été traitée avec autant d’égard et que le présupposé de départ, selon lequel « le Brésil s’offre comme un terrain d’étude particulièrement fertile pour penser les dynamiques historiques de la ville », ne soit pas étayé par des comparaisons avec d’autres espaces nationaux. Tout cela ne doit pas conduire à minimiser l’intérêt de cet ouvrage qui propose des approches différenciées, dresse un bilan de la recherche en histoire urbaine et offre des pistes de réflexion fructueuses pour penser l’horizon démocratique de la ville brésilienne. À ce titre, il ne saurait être question de la mort des villes comme le souligne Alain Musset en guise de conclusion. Entreprise sur la longue durée, l’étude des naissances et renaissances dessine plutôt l’image d’une « ville chrysalide, dont la forme jugée obsolète à un moment donné de son histoire contient tous les germes de sa résurrection » (p. 377).

Haut de page

Notes

1 Caetano Veloso, Fora da ordem © Uns Produções Artísticas Ltda, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Fléchet, « Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (xviiie-xxe siècles). Naissances, renaissances », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 157-159.

Référence électronique

Anaïs Fléchet, « Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (xviiie-xxe siècles). Naissances, renaissances », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/1845

Haut de page

Auteur

Anaïs Fléchet

Université Paris IV Sorbonne / UMR IRICE

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org