Navigation – Plan du site
Études

Patrimoine rebelle à Guanajuato

Pierre-Mathieu Le Bel et Luzma Fabiola Nava
p. 101-118

Résumés

La ville de Guanajuato, capitale de l’état mexicain du même nom, fait, depuis 1988, partie de la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO. Cette étiquette constitue un outil de développement économique précieux. Néanmoins, cet article vise à montrer comment un autre type de patrimoine, bien différent des raisons pour lesquelles la ville a eu accès à la prestigieuse liste, produit et diffuse avec succès une image de la ville qui déborde du cadre de l’architecture coloniale tout en relevant d’un autre type de patrimoine.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Unesco, patrimoine

Keywords :

heritage, UNESCO

Palabras claves :

patrimonio, Unesco

Index géographique :

Guanajuato, Mexique
Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient chaleureusement Eric Sánchez Robles et Valérie Pautrat (direction des relations internationales et interinstitutionnelles de l’université de Guanajuato), l’architecte Jorge Enrique Cabrejos Moreno (secrétaire académique de la faculté d’architecture de l’université de Guanajuato), l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire, l’Instituto de la Cultura del Estado de Guanajuato, le ministère du Tourisme de l’État de Guanajuato, le Centro de estudios cervantinos, le bureau du développement urbain et de la planification stratégique de la ville de Guanajuato, ainsi que Eugenio Trueba (directeur du théâtre Cervantes) et tous ceux qui ont aimablement répondu à leurs questions.

Texte intégral

  • 1 Le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés donne la définition suivante du patrim (...)

1Il y a plusieurs décennies que la restauration des quartiers patrimoniaux s’est généralisée à un ensemble considérable de grandes agglomérations et est pratiquée avec plus ou moins de succès, mais toujours avec autant d’éclat – du moins, c’est ce que semblent souhaiter les acteurs politiques municipaux [Hardoy et Gutman, 1992]. Il en va non seulement de l’amélioration sécuritaire du bâti et de la conservation de l’incarnation matérielle ou non des racines identitaires1, mais aussi – et surtout diront les mauvaises langues – du marketing urbain, de la diffusion de l’image de la ville qui doit aujourd’hui se montrer comme détentrice d’une culture unique, vibrante au possible, afin d’assurer l’afflux de capitaux, de touristes et de jeunes travailleurs dans le vent [Neyret, 1992 ; Florida, 2002]. De la préservation tout azimut jusqu’au paysage rappelant Disneyland, il y a une infinité de variantes, mais toutes s’articulent autour de cette notion de patrimoine.

2Parmi les étiquettes prisées, on trouve celle de Patrimoine mondial de l’Humanité décernée par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) qui, du reste, ne touche pas que les centres urbains, même si c’est là que nous amène notre propos. Cette étiquette est communément considérée comme gage d’authenticité, notamment dans le milieu touristique, domaine qui n’a pas la même importance stratégique dans toutes les économies urbaines mais qui est un instrument privilégié du développement de plusieurs, notamment dans les destinations soleil ou encore celles qui n’ont pas la bonne fortune d’une localisation en bord de mer chaude.

3Pour les villes patrimoines de l’UNESCO, la gestion patrimoniale a le potentiel de stimuler une industrie culturelle et de générer un marché touristique capable de soutenir le développement économique et social, tout en conservant les grands symboles identitaires du passé [Hiernaux-Nicolas, 2000]. À cet égard, la ville de Guanajuato, en plein cœur de la sierra Madre occidentale mexicaine, semble constituer un très bon exemple. Elle a accédé à la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1988 et son centre historique possède une architecture coloniale extraordinairement bien conservée.

4Nous voulons montrer comment Guanajuato produit un patrimoine qui se distingue de l’atout architectural. C’est que le patrimoine construit, inventé ou produit parfois très récemment a une plus forte résonance à l’échelle nationale ou internationale. Cette résonance est visible lorsqu’on analyse la diffusion d’images de la ville. Dans ce qui suit, quatre images seront explorées : celle des tunnels, celle des callejones, celle du Festival international Cervantino et celle de l’Université de Guanajuato. Nous verrons que les raisons pour lesquelles Guanajuato a accédé au Patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO ne concordent que fort peu avec les éléments les plus diffusés de l’image typique de la ville. En fait, malgré la présence sur le terrain de plusieurs acteurs impliqués dans la conservation et la restauration patrimoniales qui diffusent ou auraient le pouvoir de diffuser une image de la ville, nous croyons que ce sont plutôt ces images concurrentes qui participent le plus à la formation d’une identité guanajuatense vue de l’extérieur. À l’égal de Graham et al. [2000] qui soulignent avec justesse l’importance de l’échelle en matière de patrimoine, le regard que l’échelle régionale ou internationale pose sur la ville ne trouve pas la même image que celle diffusée par l’UNESCO – pourtant elle-même internationale – ou par les acteurs patrimoniaux les plus impliqués au niveau local.

  • 2 Sur la gouvernance patrimoniale à l’échelle nationale, voir Cabrales Barajas [2005 ; 2002] et Mele (...)
  • 3 Notre étude s’appuie sur une recherche de terrain effectuée entre décembre 2006 et avril 2007 à Gua (...)

5Notre but n’est donc ni de faire une analyse du patrimoine architectural ni de dresser un schéma approfondi de la gouvernance patrimoniale de la ville2 – bien que nous abordions rapidement le sujet –, mais d’étudier la performance du corps dans la ville [Nash, 2000] et les représentations de la ville patrimoniale afin d’avoir une idée de la résonance de ces dernières dans la formation d’une géographie imaginaire [Gregory, 1999]. Si le patrimoine est une façon de se définir soi-même vis-à-vis des autres, cela ne veut pas dire que les autres voient ce que nous considérons comme étant patrimonial3.

Guanajuato, ville coloniale

  • 4 Sources : Instituto Nacional de Estadistica, Geografia e Informatica, INEGI (http ://www.inegi.gob. (...)

6La ville de Guanajuato bénéfice, pourrait-on dire, d’une célébrité de beaucoup supérieure à son poids démographique. Capitale de l’État du même nom, elle ne compte que 153 364 habitants alors que sa proche voisine, León, dépasse le million4. Elle fut fondée en 1546 en plein centre du Mexique et la province de Guanajuato a été une des premières colonies de la Nouvelle Espagne. Son importance dans la colonisation espagnole est due principalement à ses mines d’argent, qui sont toujours importantes aujourd’hui. Guanajuato, étape stratégique sur le camino real, était l’une des villes les plus importantes de la vice-royauté de la Nouvelle Espagne. Avec Dolores Hidalgo et San Miguel de Allende, Guanajuato forme par ailleurs un triangle de villes berceaux de la guerre d’indépendance des années 1810-1821. La région, qui porte la dénomination officielle de joyau historique colonial (Joya histórica colonial), occupe donc une place importante dans l’histoire mexicaine [Ordaz et García, 2006, p. 208215]. Aujourd’hui, son économie est fondée sur le tourisme et les services. Ce sont les villes de León, Silao et Irapuato qui assument les fonctions industrielles de l’État de Guanajuato.

  • 5 International Council on Munuments and Sites.
  • 6 En plus de Guanajuato, le Mexique compte neuf villes du patrimoine mondial : Querétaro, Zacatecas, (...)

7La municipalité, en accord avec l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire (INAH), a tracé les limites d’une zone protégée incluant le centre historique en 1982. Cette zona de monumentos de 1,9 km2 est soumise à des règles de conservation plus strictes. En 1987, Guanajuato a accédé à l’ICOMOS5 pour finalement apparaître sur la liste de l’UNESCO en 1988. Les critères I, II, IV et VI ont été évoqués pour justifier son adhésion à la liste du patrimoine mondial6, soit :

  • 7 Site web de l’UNESCO (http://whc.unesco.org).

I – « représenter un chef d’œuvre du génie créateur humain » ; II – « témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages » ; IV – « offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine » ; VI – « être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des oeuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle »7.

8Concrètement, ce sont les vestiges des premières activités minières et l’architecture coloniale qui ont été mis en relation avec ces critères.

Les acteurs du patrimoine à Guanajuato

9Nous entendons par acteur toute entité ayant un pouvoir d’action en matière patrimoniale, qu’il s’agisse d’une personne ou d’une institution, d’un rassemblement de citoyens ou d’une entreprise commerciale. Remarquons qu’un tel pouvoir d’action n’a pas besoin d’être volontairement dirigé vers le patrimoine pour influer sur celui-ci. Ainsi, dans son acception la plus large, notre définition d’acteur du patrimoine inclut tous les habitants de la ville et tous les touristes. Il n’est cependant pas nécessaire ici d’être aussi inclusif : en ce qui nous concerne, il s’agit de dresser un portrait des acteurs les plus influents en matière de patrimoine, qu’il s’agisse de restauration ou de la diffusion et de la portée de leurs actions, tout en reconnaissant que la liste devrait être beaucoup plus longue. Pour faire partie du Patrimoine mondial de l’Humanité, l’UNESCO exige un encadrement juridique aux trois niveaux, national, provincial ou étatique, et municipal.

10L’administration fédérale de Vicente Fox (2000-2006) a fait la promotion de la mise sur pied de processus de planification intégrale à long terme pour les villes, ainsi que pour chacun des 32 États du Mexique, de sorte que les acteurs centraux ont pris une place importante dans l’identification des priorités en matière d’aménagement et sont devenus des bailleurs de fonds importants dans ce domaine. Ceci s’inscrit dans un ensemble plus large de réorientations stratégiques que connaît la politique du pays depuis l’entrée en vigueur de l’Alena en 1994 [Ordaz et Saldaña, 2006] et cela justifie que nous nous arrêtions d’abord au morcellement tripartite de la politique nationale, de l’État et municipal, ainsi qu’à l’interaction de ces trois niveaux hiérarchiques.

  • 8 L’Institut National des Beaux-Arts (INBA), fondé en 1946, est responsable de la conservation du pat (...)

11Au niveau national, le Consejo Nacional para la Cultura y las Artes (CONACULTA, anciennement Fond National pour la Culture et les Arts) est conçu comme l’entité en charge de l’ensemble du secteur culturel. En ce qui a trait au patrimoine, elle distribue surtout des fonds, notamment à l’INAH. Celui-ci a été créé en 1939 et a agi essentiellement à l’intérieur du District Fédéral (DF) jusqu’en 1973, date à laquelle ses pouvoirs ont été augmentés. La loi fédérale sur les monuments a donné à l’INAH la tâche de cataloguer, d’étudier, de conserver et de protéger les monuments antérieurs au xxe siècle8 (couleur, construction, démolition, plans, façades, etc.) ; c’est toujours son rôle aujourd’hui, ce qui en fait un acteur incontournable du patrimoine partout au Mexique. Il demeure toutefois un organisme essentiellement normatif, puisqu’il possède très peu de ressources financières et beaucoup de responsabilités. Il peut imposer ses décisions sur tout monument classé, mais hors de ce cadre ses normes ne sont que des lignes directrices et non des règlements à respecter. Il faut qu’une municipalité accepte de céder une partie de ses prérogatives en faveur de l’INAH pour créer un territoire comme la zona de monumentos, où les décisions de l’INAH s’appliquent partout puisque la ville a concédé que tout ouvrage sur ce territoire avait nécessairement un impact sur le patrimoine. Dans le seul État de Guanajuato, environ 7 000 monuments sont classés historiques et plus de 100 000 le sont à l’échelle nationale.

12Un accord entre le CONACULTA, l’INAH et l’État de Guanajuato permet à ce dernier de réaliser des activités de catalogage et de restauration dans des domaines normalement réservés à l’INAH, de façon à pallier son manque de ressources. C’est l’Instituto Estatal de la Cultura de Guanajuato (IEC) qui en prend la charge. « Puisque la quantité de travail à accomplir est immense, il n’y pas de risque qu’on se marche sur les pieds », note Crisanto Aguilar, directeur de la conservation patrimoniale à l’IEC. Ce sont le plus souvent des associations locales qui envoient des sollicitations au bureau de la conservation. L’IEC ne peut accéder qu’à un nombre limité de demandes et doit souvent intervenir dans l’urgence, sans pouvoir garantir que des fonds seront disponibles jusqu’à la fin des travaux que les instances locales souhaitent réaliser. Outre la conservation patrimoniale, l’IEC appuie la création et la diffusion artistiques à l’intérieur et au-delà des frontières de l’État.

13Le Secretaría de Desarrollo Económico Sustentable, autre organe du gouvernement étatique, reçoit des subsides voués au tourisme du niveau fédéral et les redistribue aux instances plus locales des 46 municipalités de l’État. Il est possible que, dans un avenir proche, les municipalités reçoivent éventuellement ces sommes directement. Le Secretaría de Desarrollo s’occupe des sites touristiques, mais pas du patrimoine en tant que tel qui concerne l’IEC. Depuis 1999, elle est en charge de plusieurs programmes, comme celui qui concerne l’accès aux activités touristiques pour les moins nantis ou comme le prix Limpieza, Conservación de Imagen Urbana y Ambiental del Estado de Guanajuato, récompensant les meilleurs projets de conservation intégrés à la vie urbaine. C’est l’Association Nationale des Villes Mexicaines du Patrimoine Mondial (ANCMPM) qui décide des vainqueurs.

14Au niveau municipal, les acteurs patrimoniaux deviennent plus nombreux et il est difficile de dresser un portrait des responsabilités en ce domaine. La directrice du Secretaría de Desarrollo Urbano y Ecología (SDUE) de Guanajuato considère que c’est surtout avec la création de l’ANCMPM en 1999 et le début des subventions récurrentes de la part du Secretaría de Turismo (SECTUR, fédéral), du CONACULTA et du Secretaría de DesarrolloSocial (SEDESOL) en 2000 que la municipalité a commencé à avoir des moyens correspondant à la lourde tâche de concilier développement urbain et conservation patrimoniale. La ville doit se conformer à la loi pour la conservation des villes de l’État de Guanajuato depuis 1974. Elle a aussi ses propres règlements municipaux qu’elle essaie de faire respecter. À l’intérieur de la zona de monumentos cependant, la SDUE doit en théorie se conformer aux décisions de l’INAH et il est arrivé dans le passé qu’elle doive, par exemple, réviser les plans de nouveaux tunnels routiers. Cependant, d’une façon générale, « les municipalités sont les yeux de l’INAH », ce qui signifie que, si la municipalité ne signale pas un problème à l’organisation, personne ne s’en occupera.

  • 9 Également l’auteur d’une thèse sur la gestion patrimoniale à Guanajuato [Cabrejos, 2003].

15Outre le gouvernement, de nombreux regroupements civils agissent également en matière patrimoniale. La participation active de la population dans la préservation et la restauration du patrimoine est essentielle. Un bon exemple est celui de l’Association civile Restauradores de Belén A.C., association de 11 individus impliqués dans le secteur du marché Hidalgo dans le but de restaurer le templo de Belén tout en conservant sa fonction religieuse et communautaire. Bien que leurs dirigeants nous aient souligné leur difficulté d’obtenir les fonds promis par les instances gouvernementales, leur entreprise est en progression. Une autre association, celle des habitants de la Plazuela San Fernando, a réussi il y a peu à empêcher le remplacement du pavage au design original de cette place publique. Jorge Cabrejos, secrétaire académique et professeur à la Faculté d’architecture de l’Université de Guanajuato9, a étudié les thèmes chers aux politiciens des villes patrimoniales mexicaines. Il ressort que les questions de financement de la part de l’État fédéral et les questions plus strictement politiques sont au cœur de leurs préoccupations :

« Tout le monde vous le dira : lorsque vient le temps des élections, les gouvernements entreprennent le repavage des rues. Ceci est souvent combattu par les citoyens et les experts qui préfèrent le pavage original au macadam, mais c’est une façon pour les gouvernements de montrer de façon concrète qu’ils agissent tout en s’assurant d’obtenir les mêmes subventions les années suivantes. »

16Les experts dont parle Cabrejos siègent, comme lui, au Consejo de Asesores de la ville, c’est-à-dire à l’assemblée des conseillers. L’INAH ne participe pas de façon continue à cette assemblée, alors qu’il s’agit pourtant de l’instance fédérale centrale de la conservation. L’INAH travaille bien avec la municipalité et organise notamment des ateliers de formation des fonctionnaires en matière de protection patrimoniale, mais tous les trois ans, au moment du changement d’administration municipale, tout le travail d’éducation auprès de la classe politique est à recommencer.

17L’Université de Guanajuato est l’institution académique la plus importante de la ville et constitue un autre acteur patrimonial important. Sa création remonte à 1732 avec la naissance de l’Hospicio de la Santísima Trinidad, devenu ensuite colegio puis université en 1945. En plus des activités académiques, l’Université fait la promotion de la culture au travers d’un ciné-club, d’une chaîne de radio et de télévision, d’un orchestre symphonique, de groupes de danse et de théâtre. De son côté, la Faculté d’architecture est extrêmement impliquée dans la restauration et la conservation patrimoniale, de même que dans la planification urbanistique de l’agglomération.

18Cabrejos explique que l’Université de Guanajuato s’occupe désormais beaucoup plus du paysage naturel, après avoir essentiellement pris en charge le patrimoine anthropique. Les trois réserves écologiques disposées autour de la ville – Palomas, El Lorito et Esperanza – sont notamment au cœur de débats concernant leur vocation minière, touristique haut de gamme – notamment l’aménagement d’un golf – ou de conservation plus intégrale. Pour Cabrejos, il importe de passer d’une vision patrimonialiste favorisant la conservation à une vision intégrale qui unit l’ensemble des problématiques sociales, environnementales, économiques et patrimoniales. Concrètement, pour Guanajuato, cela signifie cesser d’étudier uniquement la conservation du patrimoine bâti de la ville. L’Université est conseillère de la municipalité et de l’INAH, mais n’est pas toujours entendue comme on a pu le constater dans le cas du pavage des rues.

19L’Université est également impliquée auprès de l’Organisation des Villes du Patrimoine Mondial (OVPM), qui a précisément son siège pour l’Amérique latine à Guanajuato. De fait, l’implication des institutions académiques dans l’OVPM-Amérique latine est unique : chaque rencontre annuelle des maires des villes membres intègre la participation des recteurs d’université et ce sont les universités qui sont en charge du volet recherche. L’OVPM constitue donc un autre acteur du patrimoine, dont l’impact se situe essentiellement au secteur de l’échange d’informations et d’outils de gestion dans la mesure où cette organisation a peu de ressources financières.

20De tout ceci, il ressort que les acteurs du patrimoine sont nombreux, mais qu’aucun d’entre eux ne peut réellement assumer un leadership. Plus encore, la coopération entre les acteurs est réduite à des ententes ad hoc : une fois identifié un élément patrimonial en danger, la coopération entre instances consistera essentiellement à déterminer qui va intervenir pour en assurer la conservation et, au mieux, la restauration. Dans un contexte de manque de ressources allouées à l’inspection et la protection d’une grande quantité de biens patrimoniaux, c’est le contexte qui décide (« el que manda es el contexto »), dit Lucina Alfaro Hernandez, chef de section au développement urbain et planification stratégique de la ville de Guanajuato. Ce que tendent à confirmer des entretiens informels avec des commerçants, qui pensent que plus on s’éloigne du centre, plus l’application de la norme est, dans les faits, aléatoire. Sauf de la part du ministère de la Culture et du ministère du Tourisme de l’État de Guanajuato, il n’y a pas d’actions entreprises qui aillent dans le sens de la diffusion de l’image de la ville comme ville patrimoniale. Lorsqu’on s’adresse aux acteurs locaux du patrimoine, ils évoquent les réserves écologiques qui entourent la ville, mises en danger par les activités minières ; de fait, le secteur minier est le moins intégré aux discussions sur la conservation intégrale dont parle Cabrejos.

21Dans la section qui suit, nous verrons donc comment Guanajuato crée son patrimoine par la diffusion de quatre représentations de la ville nées en dehors du cadre de la gestion patrimoniale des grands acteurs que l’on vient de décrire. Chacune de ces images, chacun de ces patrimoines créé comme tel, sans qu’à l’origine n’existe nécessairement l’intention d’y coller une étiquette patrimoniale, façonne à son tour ce que l’on entend par l’idée d’une ville patrimoniale et contribue à sculpter l’imaginaire de la ville.

La Guanajuato céleste

  • 10 Guanajuato vient du mot purépecha Quanaxhuato, qui signifie « endroit montagneux rempli de grenouil (...)

22La topographie de Guanajuato est, depuis sa création, un défi à l’établissement humain – l’origine du nom même de la ville se référant à la topographie particulière du lieu10 – si bien que l’évolution morphologique de la ville a dû s’adapter à ces conditions naturelles [Gilbert et al., 1996]. Le centre de la ville siège dans des vallées très étroites, entourées de pentes abruptes, et cette topographie rend presque obligatoire l’usage piétonnier du centre de la ville. Marcher au cœur de la ville de Guanajuato est devenu une pratique de l’espace urbain presque rituelle. Presque tous les soirs de l’année scolaire, des centaines, voire des milliers d’étudiants se rassemblent sur la Plaza de la Unión, devant le théâtre Juárez, ou sur la Plaza de la Paz et arpentent lentement la rue Juárez.

  • 11 La rumeur circule que le haut de certains callejones abrite des individus peu recommandables. Dès l (...)

23Les rues les plus larges sont situées au fond de la vallée et ont plus ou moins une orientation est-ouest. Perpendiculairement, pour monter vers les crêtes des montagnes environnantes et avoir accès à la plupart des demeures privées, les callejones (ruelles) sont étroits, sinueux et pentus. Ce sont des espaces de circulation pleins de surprise, dont l’éclairage et le coloris ont d’infinies variations et qui permettent de distinguer les touristes les plus téméraires des autres11. Les callejones ne constituent pas en eux-mêmes des monuments patrimoniaux et ne sont pas considérés comme des endroits publics patrimoniaux, ce qui est plutôt le cas des places publiques comme la Plazuela San Fernando, mais n’en constituent pas moins une représentation de la ville diffusée avec beaucoup d’insistance auprès des touristes.

Signalisation touristique à Guanajuato

Signalisation touristique à Guanajuato

(D.R.)

24Les vendeurs de souvenirs proposent quantité de tableaux représentant les callejones et le callejon del beso reçoit son lot de visiteurs, mexicains surtout, venus entendre la légende des amoureux qui s’y seraient secrètement étreints. Mais l’attrait principal reste les callejoneadas, qui ont lieu plusieurs fois par semaines : avant que la nuit ne tombe, les musiciens haranguent les touristes près du théâtre Juárez et, lorsque le groupe est suffisamment grand, commence la fête mobile qui défile dans les callejones avec musiciens en costume « d’époque », vin et touristes.

La Guanajuato souterraine

25Les callejones célestes ont un corollaire souterrain, à savoir les tunnels. L’étroitesse de la vallée et celle des callejones interdisent la présence d’un trafic routier important.

Un callejón à Guanajuato

Un callejón à Guanajuato

© Pierre-Mathieu Le Bel

26De fait, le centre de Guanajuato ne compte qu’une demidouzaine de rues accessibles au trafic si bien que l’on a dû creuser pour pallier le manque d’espace en surface. On compte d’une part avec ce que l’on appelle la rue souterraine (calle subterránea), longue de près de trois kilomètres, et d’autre part avec les tunnels proprement dits. La première fut construite en 1964 sur le cours canalisé de la rivière Guanajuato, autrefois en surface et qui chaque année était cause d’inondations. La construction des autres tunnels a eu comme objectif de rendre plus facile l’accès routier à la ville, sans nuire à la vie quotidienne en surface. On compte aujourd’hui six tunnels principaux que l’on peut diviser en 23 segments, dont le tunnel Ingeniero Tiburcio Alvarez qui traverse le centre d’une extrémité à l’autre. Le premier tunnel fut ouvert en 1979 et le dernier segment a été ouvert à la circulation en 2006, d’autres constructions étant en cours. Le transport motorisé est grosso modo organisé selon que l’on va vers l’est – on passera alors dans des tunnels – ou vers l’ouest – le déplacement aura lieu en surface. Il faut ici souligner que les tunnels représentent bien davantage qu’une voie de transport, qu’un simple lieu de passage, qu’un non-lieu ou qu’un espace sans histoire. Au contraire, on y trouve des arrêts d’autobus, des toilettes publiques, un restaurant, des hôtels, des appartements et des espaces de stationnement. Bien que l’exercice ne soit pas au goût de tous, on peut y déambuler et intégrer la vie souterraine aux stratégies de déplacement et de consommation.

27Contrairement à la rue souterraine, les tunnels ne sont pas gérés comme appartenant en tant que tels au domaine patrimonial, bien que dans l’esprit des étrangers l’on confonde l’un et l’autre. Ils relèvent plutôt des instances spécialisées en matière de transport. Quoi qu’il en soit, les vendeurs de tableaux de la Plaza de la Unión ont laissé aux représentations des tunnels une grande place de leur inventaire et on ne manquera pas de trouver des cartes postales à leur image, au même titre que l’on en trouve de la Basilique de Nuestra Señora de Guanajuato. On entend fréquemment, au gré des conversations, que certains de ces tunnels sont d’anciennes excavations minières alors qu’il n’en est rien. Qu’on le croit ou non n’est peut-être pas aussi important que le fait que les deux images, celle du passé minier et celle des tunnels, s’harmonisent facilement. Pour celui qui arpente les rues et ruelles de la ville, en effet, il est aisé de construire une image cohérente de la ville à partir de ces chariots à minerais servant maintenant de bacs à fleurs publics qu’on peut voir à l’est du Palacio Legislativo, à partir de cette rue souterraine sinueuse qui s’ouvre parfois et laisse entrevoir un flot de voitures en contrebas et à partir des escaliers à pic qui ponctuent le paysage de surface tout en offrant au marcheur l’alternative d’un voyage souterrain.

28Ces observations sur les callejones et les tunnels ont pour but de souligner comment la pratique unique de l’espace urbain crée et diffuse une image de la ville elle aussi unique, sans réel direct avec l’architecture coloniale, avec le passé minier de la ville ni avec ce qui constitue le champ d’intérêt des acteurs patrimoniaux évoqués plus haut.

Image de la Guanajuato souterraine

Image de la Guanajuato souterraine

© Pierre-Mathieu Le Bel

29Au-delà de l’expérience visuelle, c’est l’expérience particulière du corps qui déambule dans la ville qui fabrique et promeut une image unique de l’espace urbain. Il en va de même avec l’exemple suivant relevant d’un autre type de patrimoine, mais qui n’en a pas moins d’impact.

La Guanajuato cervantine

30Guanajuato dispose du titre de ville cervantine d’Amérique (ciudad cervantina de América) qui intrigue au premier abord. L’origine de l’appellation relève presque du hasard, d’un hasard interagissant toutefois avec l’architecture. En 1952, l’Université de Guanajuato avait poussé un groupe d’étudiants à fonder un théâtre de rue. Ceux-ci, qui cherchaient à produire des pièces courtes qui s’adapteraient bien au décor de la ville – puisque le budget alloué était minime et ne permettait pas la conception d’une scénographie à grand déploiement – choisirent Cervantès et rendirent un court hommage à l’auteur en guise d’introduction. Le succès fut phénoménal : l’un des fondateurs du théâtre cervantino, Eugenio Trueba, explique ainsi que l’attention de la population et des touristes venus comme spectateurs ne fut pas seulement dirigée vers le théâtre, mais également orientée vers l’architecture de la ville. Dix ans plus tard, la renommée de ce qu’il convient maintenant d’appeler le Festival Cervantino déborde les frontières de la municipalité et l’État décide alors d’en faire un festival international dans le but de stimuler le tourisme.

31Le Festival International Cervantino (FIC) est désormais l’événement culturel le plus important du Mexique et l’un des plus importants en Amérique latine. Il est membre de l’Association Européenne des Festivals (EFA), qui a pour objectif de promouvoir les festivals comme outils de la coopération culturelle internationale. Dans cette perspective, le FIC compte avec le financement du gouvernement fédéral, au travers du CONACULTA et du gouvernement de l’État de Guanajuato principalement. D’autres pays, invités régulièrement, versent également des fonds pour la réussite du festival. Même si Trueba ne croit pas qu’il faut voir dans le FIC la cause directe de l’accès de Guanajuato au sein du Patrimoine mondial de l’Humanité, il considère que cela a certainement attiré l’attention sur la ville et que c’est en partie pour cette raison, aussi, qu’Eulalio Ferrer a fait cadeau de sa collection à Guanajuato. Celui-ci est, en effet, un autre personnage responsable de l’étiquette ville cervantine : magnat de la publicité d’origine espagnole établi au Mexique, Ferrer a fait don en 1987 de plus de mille éditions rares de Don Quijote et d’autres œuvres de Cervantès ou sur Cervantès à la municipalité, qui a ainsi pu créer en 2004 le plus grand centre d’études au monde sur le sujet et le seul à compter un musée iconographique. Depuis lors, 17 colloques internationaux sur Cervantès ont eu lieu dans la ville.

32L’étiquette cervantine de Guanajuato fait elle-même l’objet d’usages économiques par des industries qui ne sont pas associées au théâtre : bar La Mancha, écoles de langues Don Quijote entre autres. Il reste que certains trouvent cette étiquette discutable : d’une part, un festival comme le FIC demande énormément de ressources de l’État alors qu’il bénéficie surtout à la municipalité, explique-t-on ; d’autre part, certains relèvent que le label n’a rien d’authentique puisque Cervantès n’est jamais venu au Mexique. Pourquoi ne pas faire plutôt la promotion de Guanajuato comme ville de Diego Rivera, qui y est né en 1886 ? C’est par exemple ce que propose le sénateur Francisco Agustín Arroyo Vieyra, constatant qu’on trouve bien un musée au nom de peintre muraliste dans la ville, mais peu de promotion publicitaire liée à son nom.

  • 12 « L’appel au patrimoine invoque, secondairement, le passé, mais concerne, prioritairement, le prése (...)

33Il ne s’agit pas ici de porter un jugement sur la pertinence de ce que l’on inclut ou de ce que l’on exclut du domaine patrimonial, mais seulement de souligner l’absence de relation obligée entre la construction de ce domaine et l’histoire effective du lieu ou ce que ses habitants considèrent comme tenant du patrimoine. L’art public et la toponymie liés au Quijote et à Cervantès, en plus du FIC qui dure presque un mois en octobre, font que citoyens comme étrangers associent la ville à l’écrivain espagnol et à son célèbre chevalier et, surtout, que les premiers perpétuent par leurs actions en matière d’aménagement urbain ou de choix commerciaux une « mise en patrimoine » d’un passé que rien ne destinait à être leur12. Soulignons toutefois que l’organisation du FIC gère un festival et non pas l’étiquette cervantine en tant que telle. Aucune instance ne prend d’ailleurs complètement celle-ci en charge : la ciudad cervantina de América existe comme opportunité à saisir ou à ignorer pour chacun des acteurs, comme le prouve l’INAH qui ne commente que rarement ce thème dépassant largement le cadre de ses compétences. Finalement, on peut se demander si la ville est devenue cervantine grâce à son centre ou si le centre patrimonialisé a vu le jour et prospère parce que la ville est devenue cervantine ? Comme un patrimoine qui serait en assez bonne posture pour ne pas avoir besoin de la protection de ses grands défenseurs habituels, il apparaît que l’image de Cervantès et Don Quijote prospère, se propage au fil des t-shirts et des concerts en plein air et vient teinter la ville du patrimoine mondial d’une atmosphère romanesque qui ne doit rien à l’UNESCO.

La Guanajuato universitaire

34On l’a dit plus haut, l’Université de Guanajuato est un acteur patrimonial important de la ville : en sa qualité de lieu de recherches, elle participe à la planification urbaine et à la formation. Avec 29 866 étudiants et 128 programmes d’études (niveau technique, premier, deuxième et troisième cycle)13, la renommée de l’Université de Guanajuato déborde effectivement des frontières de l’État dans les domaines des arts, des sciences de la santé, des sciences économiques et administratives, des sciences sociales et humaines et du génie. L’établissement attire donc de nombreux étrangers que nous avons sondés afin d’essayer de saisir leur Guanajuato imaginaire.

35Une recherche rapide sur Guanajuato à l’aide d’internet permet dans un premier temps de montrer que l’Université constitue l’image la plus diffusée de la ville à travers ce média. Plus concrètement, il s’agit des hauts escaliers de son édifice principal qui siège sur la rue Lascuráin de Retana. Et de fait, lorsque l’on interroge les étudiants étrangers pour savoir où ils ont trouvé de l’information sur Guanajuato avant leur arrivée, la moitié des répondants ont consulté la toile et 50 % de ceux-ci déclarent que ce fut leur seule source d’information. L’édifice construit en 1954 – relativement récent – a donc pris une place importante dans l’imaginaire sur la ville et, tandis que les installations actuelles de l’Université comptent quelques immeubles historiques comme le Convento de la Valenciana, la cour du Templo de la Compañía et le Mesón de San Antonio, c’est sa volée de marches qui semble s’inscrire dans le plus d’imaginaires.

36Si l’Université est un acteur central de la préservation patrimoniale et du développement culturel de la ville, elle ne joue absolument pas cette carte dans son propre marketing. Aucun étudiant n’a mentionné l’appartenance de la ville au Patrimoine mondial de l’Humanité, ce qui est d’autant plus étonnant que nombreux sont ceux qui viennent étudier l’architecture. La raison évoquée le plus souvent pour expliquer la fréquentation de l’Université est celle d’un programme offert par leur institution d’origine. Et seulement 10 % des répondants savaient avant leur arrivée à Guanajuato qu’il s’agissait de la ville cervantine d’Amérique. L’Université ne stimule donc pas la perception de Guanajuato comme ville patrimoniale chez ses propres étudiants étrangers, pas plus qu’elle ne propage efficacement celle de Cervantès ou de Don Quijote. Interrogés sur leur impression de la ville après leur arrivée, les étudiants étrangers considèrent que les callejones sont ce qui distingue le plus Guanajuato des autres villes mexicaines (la moitié des répondants) ; l’aspect piétonnier et la petite taille de la ville, permettant des déplacements faciles, sont mentionnés aussi fréquemment que l’architecture parmi les caractéristiques que l’on apprécie le plus de la ville. Les espaces que l’on préfère sont les lieux de rassemblement – Plaza de la Paz, Plaza de la Union ou Plazuela San Fernando –, lorsque ce n’est pas le centre dans son ensemble pour l’animation qui y règne. En bref, ce qui laisse une impression durable sort du cadre patrimonial tel que celui classé par l’UNESCO ou tel que celui sur lequel planchent les experts de l’Université.

Conclusion

37Dans un document disponible sur le site web de l’OVPM, l’ancien maire de Guanajuato, Arnulfo Vazquez Nieto, déclare que le tourisme culturel fait la différence entre ce qui est authentique et ce qui ne l’est pas. Pour nous, l’essentiel n’est cependant pas là : sans porter de jugement sur l’authenticité, il est clair que les callejones, les tunnels, Cervantès et l’Université de Guanajuato sont bel et bien patrimoniaux au sens où ils sont autant de données qui sont perpétuées comme pratiques, comme références littéraires ou comme images de marque.

L’édifice principal de l’Université de Guanajuato

L’édifice principal de l’Université de Guanajuato

© Pierre-Mathieu Le Bel

38On peut donc voir que des éléments importants qui produisent une image diffusée avec succès de la ville, des aspects qui sont à leur tour recherchés par les visiteurs, ne relèvent pas de ce pourquoi on a nommé la ville au Patrimoine mondial de l’Humanité. Au contraire, il s’agit d’un patrimoine sans cesse produit de façon indépendante vis-à-vis des autorités locales compétentes en matière de patrimoine.

39Le patrimoine, celui qui façonne la perception de la ville à l’extérieur de celle-ci, n’est donc pas le patrimoine des acteurs de la conservation que nous avons identifiés. S’il est géré, c’est en tant que ressource économique par le ministère du Tourisme de l’État, non en tant que bien patrimonial à protéger. C’est en ce sens un patrimoine rebelle, créé par une dynamique urbaine allant de la pratique de la topographie jusqu’à la littérature, qui ne nie pas la place de l’architecture coloniale, mais vient teinter celle-ci de nuances et doter Guanajuato d’un imaginaire infiniment plus vaste.

Haut de page

Bibliographie

Ashworth Gregory J., Tunbridge John E., The Tourist-Historic City, Oxford, Pergamon, 2000.

Cabrales Barajas Luis Felipe, « El centro historico de Morelia : gestion social y revaloracion del patrimonia », Anales de Geografia de la Universidad Complutense, n° 22, 2002, p. 131-156.

Cabrales Barajas Luis Felipe, « The Historic Center of Morelia : A Case of Successful Negotiation », Journal of Latin American Geography, vol. 4, n° 2, 2005, p. 35-56.

Cabrejos Moreno Jorge Enrique, Hacia una gestión patrimonial, urbana y territorial integrada para la cuidad de Guanajuato patrimonio de la humanidad, Guanajuato, Fundación Mexicana para el Desarrollo Municipal, 2003.

Florida Richard, The rise of the creative class, New York, Basic Books, 2002.

Gilbert Richard, Stevenson Don, Girardet Herbert, Pour les villes durables. Le rôle des autorités locales dans l’environnement urbain, Paris, FMCU, 1996.

Graham Brian, Ashworth Gregory J., Tunbridge John E., A Geography of Heritage, London, Arnold, 2000.

Gregory Derek, « Scripting Egypt: Orientalism and the cultures of travel », dans James Duncan, Derek Gregory (éd.), Writes of passage : reading travel writing, Londres, Routledge, 1999.

Hardoy Jorge Enrique, Gutman Margarita, Impacto de la urbanización en los centros históricos de Iberoamérica, Madrid, Mapfre, 1992.

Hiernaux-Nicolas Daniel, « Tourisme et régulation urbaine : le cas de la mégapole de Mexico », Espace et sociétés, n° 100, 2000, p. 99-124.

Lazzarotti Olivier, « Patrimoine », dans Jacques Lévy, Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 692-693.

Mele Patrice, « La protección del patrimonio histórico en México : practicas locales y competencias federales », Mexican Studies / Estudios Mexicanos, vol. 14, n° 1, hiver 1998, p. 71-104.

Nash Catherine, « Performativity in practice : some recent work in cultural geography », Progress in human geography, vol. 24, n° 4, 2000, p. 653-664.

Neyret Régis, Le patrimoine, atout du développement, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992.

Ordaz Zubia Velia, Saldaña García Gloria, Análisis y crítica de la metodología para la realización de planes regionales en el estado de Guanajuato, édition électronique, 2006, www.eumed.net/libros/2006b/voz/.

Vazquez Nieto Arnulfo, El turismo cultural como alternativa de la Ciudad Patrimonial : Caso Guanajuato, Organisation des villes du patrimoine mondial, 2005, www.ovpm.org.

Haut de page

Notes

1 Le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés donne la définition suivante du patrimoine : « […] un ensemble d’attributs, de représentations et de pratiques fixé sur un objet non contemporain […] dont est décrété collectivement l’importance présente intrinsèque (ce en quoi l’objet est représentatif d’une histoire légitime des objets de société) et extrinsèque (ce en quoi cet objet recèle des valeurs supports d’une mémoire collective), qui exige qu’on le conserve et le transmette. » [Lazzarotti, 2003, p. 692].

2 Sur la gouvernance patrimoniale à l’échelle nationale, voir Cabrales Barajas [2005 ; 2002] et Mele [1998].

3 Notre étude s’appuie sur une recherche de terrain effectuée entre décembre 2006 et avril 2007 à Guanajuato. Quinze entrevues semi-dirigées avec de multiples acteurs du développement patrimonial y ont été réalisées, ainsi que de nombreuses entrevues informelles auprès de commerçants et un sondage par questionnaire auprès des étudiants étrangers de l’Université de Guanajuato. Des 50 questionnaires distribués, 38 nous ont été retournés dûment remplis.

4 Sources : Instituto Nacional de Estadistica, Geografia e Informatica, INEGI (http ://www.inegi.gob.mx).

5 International Council on Munuments and Sites.

6 En plus de Guanajuato, le Mexique compte neuf villes du patrimoine mondial : Querétaro, Zacatecas, México, Morelia, San Miguel, Campeche, Tlacotalpán et Puebla.

7 Site web de l’UNESCO (http://whc.unesco.org).

8 L’Institut National des Beaux-Arts (INBA), fondé en 1946, est responsable de la conservation du patrimoine artistique à partir du xxe siècle. Il ne possède pas de bureau ailleurs que dans le District Fédéral : il est donc plus difficile d’exercer son pouvoir ailleurs au Mexique. Il peut également compter sur des ressources humaines et monétaires moins importantes que celles de l’INAH.

9 Également l’auteur d’une thèse sur la gestion patrimoniale à Guanajuato [Cabrejos, 2003].

10 Guanajuato vient du mot purépecha Quanaxhuato, qui signifie « endroit montagneux rempli de grenouilles », les montagnes évoquant des grenouilles géantes entourant la ville.

11 La rumeur circule que le haut de certains callejones abrite des individus peu recommandables. Dès lors, on distingue parmi les touristes ceux qui montent à pied jusqu’à l’observatoire du Pípila et ceux qui optent pour le téléphérique.

12 « L’appel au patrimoine invoque, secondairement, le passé, mais concerne, prioritairement, le présent et provoque, dans une certaine mesure, le futur. » [Lazzarotti, 2003, p. 693]. 13. Données pour l’année académique 2006-2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Signalisation touristique à Guanajuato
Crédits (D.R.)
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Un callejón à Guanajuato
Crédits © Pierre-Mathieu Le Bel
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1804/img-2.png
Fichier image/png, 1001k
Titre Image de la Guanajuato souterraine
Crédits © Pierre-Mathieu Le Bel
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre L’édifice principal de l’Université de Guanajuato
Crédits © Pierre-Mathieu Le Bel
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1804/img-4.png
Fichier image/png, 624k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Mathieu Le Bel et Luzma Fabiola Nava, « Patrimoine rebelle à Guanajuato », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 101-118.

Référence électronique

Pierre-Mathieu Le Bel et Luzma Fabiola Nava, « Patrimoine rebelle à Guanajuato », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/1804 ; DOI : 10.4000/cal.1804

Haut de page

Auteurs

Pierre-Mathieu Le Bel

Docteur en géographie culturelle de l’Université d’Ottawa, Pierre-Mathieu Le Bel est chercheur post-doctoral à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal et au Centre d’études et de recherches internationales (CERIUM) de l’Université de Montréal. Après une thèse consacrée aux représentations romanesques de la métropolisation, il s’intéresse désormais au patrimoine urbain et, plus particulièrement, aux processus par lesquels des éléments conçus d’emblée comme symboliques du « local » participent au contact de l’urbanité vécue au quotidien avec le « global ».

Luzma Fabiola Nava

Luzma Fabiola Nava est doctorante à l’Institut québécois des hautes études internationales (HEI) de l’Université Laval, chercheure étudiante à l’Observatoire de recherches internationales sur l’eau (ORIE) et auxiliaire de recherche pour le Programme paix et sécurité internationales (PSI). Ses domaines de recherche sont la géographie et les relations internationales et elle s’intéresse notamment à la gouvernance, à l’environnement et au patrimoine.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org