Navigation – Plan du site
Dossier. La frontière Mexique / États-Unis après 15 ans d’Alena

L’espace frontalier Mexique/États-Unis après le 11 septembre 2001

Entre processus transfrontaliers et transnationaux
Marie-Carmen Macias
p. 83-97

Résumés

L’article distingue différents niveaux d’interaction binationale à des échelles différentes, (locale, régionale et internationale), afin de mettre en évidence des processus contradictoires des dynamiques frontalières depuis l’accord de libre-échange nord-américain (Alena). Ainsi l’ouverture économique a-t-elle favorisé des processus transnationaux qui se superposent à la fermeture du contact frontalier. Après le 11 septembre 2001, cette évolution s’est accentuée remettant en question la fonction traditionnelle d’interface perméable de cette frontière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’échelle nationale, les Mexicains représentent la première nationalité du groupe ethnique désign (...)

1La frontière nord du Mexique est longtemps restée un « front pionnier » dont la pacification et la mise en valeur furent difficiles. Son tracé en 1848-1853 ne changea ni la distribution ni la composition du peuplement car, à cette époque, quelque 75 000 à 80 000 Mexicains avaient choisi de rester au sud des États-Unis [Revel-Mouroz, 1980, p. 9]. Cette continuité de peuplement est encore un marqueur de l’identité ethnique du Sud-Ouest des États-Unis. En 2000, plus de 14,9 millions de Mexicains résidaient dans les quatre États frontaliers états-uniens, soit 72,3 % de ceux recensés aux États-Unis1. Dans certains comtés (surtout au sud du Texas), plus de la moitié de la population est hispanique et la progression de l’immigration mexicaine vers le Nord tend à amplifier ce phénomène à l’ensemble des comtés des États du Sud. On comprend donc aisément que l’espace social se superpose à la ligne frontalière [Martinez, 1994] et que, jusqu’à présent, l’espace vécu des frontaliers n’est en rien limité par la ligne internationale. Bien au contraire, la mobilité des frontaliers, estimée à 228 millions d’entrées aux États-Unis pour la seule année 2006, participe de la construction d’une région frontalière (la borderland) à laquelle participent aussi divers échanges d’échelles variables tels que les flux de marchandises, les passages clandestins, etc.

  • 2 Les processus transnationaux sont ceux qui dépassent l’échelle locale des processus binationaux en (...)

2Le présent article s’attache à analyser la mobilité des frontaliers à travers la multiplicité des motifs de franchissement de la frontière et leurs impacts dans la vie locale, ainsi que leur évolution depuis l’entrée du Mexique dans l’Alena et surtout après le 11 septembre 2001. Il s’agit d’analyser l’articulation des processus locaux, nationaux et transnationaux2 permettant de définir l’espace frontalier Mexique/États-Unis et les évolutions récentes des dynamiques liées à l’intégration commerciale nord-américaine, dans un contexte de surveillance accrue du territoire. Dans cette perspective, on envisage de traiter des mobilités des frontaliers entre le sud des États-Unis et le nord du Mexique dans leur dimension quotidienne, afin de mettre à jour les changements radicaux dans la gestion du passage transfrontalier et leurs conséquences sur la construction de l’espace frontalier.

3Espaces frontaliers et dynamiques liées à la discontinuité territoriale L’analyse des mobilités transfrontalières s’appuie sur la définition de catégories spatiales spécifiques aux espaces frontaliers qui dépassent la fonction de délimitation de souveraineté d’un État sur un territoire, fonction apparue avec la conception moderne de l’État-Nation [Foucher, 1988]. La discontinuité de l’espace politique ne détermine en rien les dynamiques spatiales et de nombreux spécialistes – Guichonnet et Raffestin, Foucher, Nijkamp, etc. – ont montré la multiplicité des concepts relatifs à la définition des dynamiques spatiales qui s’y jouent. La terminologie anglo-saxonne permet de rendre compte de la complexité des processus en jeu, en distinguant à leur propos les catégories spatiales de border et boundary (ligne-frontière), de borderland (espace frontalier soumis aux dynamiques de la frontière) et de frontier (espace pionnier) [Foucher, 1988, p. 13].

4Le développement socio-économique des frontières (et en particulier celui de la frontière Mexique/États-Unis) intègre ces espaces dans des processus plus globaux, reliés aux évolutions de la mondialisation. Les dynamiques territoriales autour et à travers les frontières recouvrent donc des réalités à la fois transnationales et transfrontalières. Les premières dépassent le cadre de la région frontalière, car les relations de ces espaces et de ces gouvernements voisins participent de processus d’échelle binationale et mondiale (comme, par exemple, les relations commerciales internationales entre deux États, l’implantation de firmes transnationales et les flux migratoires qu’ils soient légaux ou illégaux, etc.). Les réalités transfrontalières sont, quant à elles, liées aux processus d’échelle régionale qui, pour autant, ne sont pas sans rapport avec les effets de la mondialisation.

5Les échanges de part et d’autre des frontières relèvent donc de dynamiques de nature diverse en fonction de la distance, du rythme et de la fréquence des passages – ce qui en espagnol comme en anglais s’appelle « traverser » la frontière : cruzar et to cross. Cependant, cette catégorisation simplifie dans une certaine mesure les processus que l’on peut y observer, car on constate le plus souvent une imbrication des dynamiques transfrontalières et transnationales. Par exemple, un migrant peut être un seul et même acteur de processus à la fois transnationaux – la migration légale ou illégale, l’envoi de remesas, etc. – et transfrontaliers – par des séjours réguliers de part et d’autre de la frontière – et vice versa.

6La mobilité des transfrontaliers – c’est-à-dire les habitants des villes frontalières franchissant régulièrement la frontière, au contraire des frontaliers qui sont les habitants de la région frontalière ne franchissant pas la ligne frontière, soit parce qu’ils ne le souhaitent pas soit parce que cela leur est légalement interdit – est analysée plus avant comme un facteur de la construction de l’espace transfrontalier. La relation des acteurs locaux à la discontinuité spatiale peut être envisagée selon une perspective culturelle, comme le proposait l’anthropologue états-unien Oscar Martínez [1994] en différenciant la population à la frontière Mexique/États-Unis en deux groupes : les « transnational borderlanders » et les « nationals borderlanders », autrement dit les transfrontaliers et les frontaliers. Parmi les transfrontaliers, c’est-à-dire ceux qui « traversent » la ligne internationale, se trouvent les habitants qui ont une double culture (biculturalists), ceux qui ont une double nationalité (binationalists) et les travailleurs frontaliers (les commuters). Mais il s’agit ici de dépasser cette catégorisation des acteurs selon l’usage et l’exploitation de la discontinuité territoriale pour dégager l’articulation des processus à différentes échelles qui contribuent à la production d’un espace transfrontalier.

7Du transfrontalier au transnational La frontière nord est un espace perçu « si loin du centre et si proche des États-Unis ». La prise en compte de cette spécificité géographique s’est toujours traduite par l’adoption de mesures d’exception visant, d’une part, à permettre son développement en dépit de l’éloignement au centre productif du pays et, d’autre part, à maintenir l’intégrité territoriale du Mexique face au puissant voisin. Ainsi cette marge du Mexique a-t-elle toujours été ouverte au commerce transfrontalier, grâce à la création de zones libres pour permettre l’approvisionnement des habitants tout autant que des entreprises, cependant que des mesures législatives – dont l’article 27 de la Constitution de 1917 – ont limité, voire interdit, les investissements étrangers dans les domaines stratégiques comme cela a été le cas pour l’acquisition du foncier. Ces mesures d’ouverture étaient par nature destinées à répondre à des problèmes locaux et l’enjeu était, sinon de favoriser, du moins de permettre la mobilité transfrontalière pour ne pas empêcher le développement des localités mexicaines situées à la frontière.

8Depuis lors, ce développement extraverti a changé de nature. À l’origine, les activités étaient liées aux mobilités transfrontalières de la population locale, sur la base d’une complémentarité commerciale : le dynamisme des commerces alimentaires et d’équipement des comtés du sud des États-Unis est lié à la demande des consommateurs mexicains et, en sens inverse, le développement des services liés au « tourisme du vice » (alcool, prostitution et jeux, notamment pendant la Prohibition) s’explique également par la proximité d’une demande exogène. Le statut de zone libre a donc favorisé les activités de commerce et de services des villes frontalières, dans un marché transfrontalier complémentaire.

9Les processus transnationaux, quant à eux, existaient, mais ils étaient déconnectés du développement des États frontaliers jusqu’à l’implantation des maquiladoras. Le commerce international enregistré à la frontière reliait surtout aux États-Unis les régions productives plus au sud du Mexique. De la même façon, le champ migratoire, au temps du Programme Bracero (1942-1964), s’étendait au-delà du Nord frontalier : en dehors de Chihuahua, la main d’œuvre agricole était originaire, selon l’expression actuelle, des régions traditionnelles d’émigration que sont Guanajuato, Michoacán, Jalisco, Zacatecas, Durango [Faret, 2003]. Il faut attendre le milieu des années 1960 pour que la perméabilité de la frontière devienne un facteur de développement économique dans la région, grâce à l’industrie maquiladora dont la définition même s’inscrit dans les dynamiques transnationales.

  • 3 À ce sujet, on se reportera avantageusement à l’article de Tito Alegria dans le présent dossier.

10À partir des années 1960, les flux transnationaux de capitaux et de marchandises constituent la base du développement industriel impulsé par le gouvernement fédéral mexicain avec le Programa Nacional Fronterizo lié à la proximité et à l’ouverture avec les États-Unis. Certains auteurs parlent d’interdépendance et la disposition des doublets urbains, villes dites jumelles, témoignerait de cette interdépendance. Pour reprendre l’expression de Jean Revel-Mouroz, adoptée également par Jorge Durand, ces villes sont des portes à double battant, mais certaines s’ouvrent moins bien dans un sens que dans l’autre. Dans la réalité, l’interdépendance n’existe que dans les secteurs de la frontière où l’on trouve les comtés états-uniens les moins riches – notamment dans la partie orientale de la frontière entre le Tamaulipas et le Texas –, mais dans le cas contraire, l’asymétrie entre les deux villes est telle que la ville étatsunienne, San Diego par exemple, se développe sur une dynamique indépendante de celle de la ville mexicaine tandis que l’inverse est loin d’être vrai3.

11Quoi qu’il en soit, l’industrialisation des villes frontalières a déterminé leur évolution socio-économique. À l’heure où les taux d’accroissement naturel étaient de 35 ‰ par an [Bataillon, 1967, p. 31], l’activité maquiladora a fait émerger un bassin d’emploi attractif : d’énormes flux de main-d’œuvre partent depuis les régions méridionales. Les villes mexicaines situées sur la frontière ont connu une véritable explosion démographique : ainsi Ciudad Juarez passe de 252 000 habitants en 1960 à plus de 1,2 million en 2000 et Tijuana de 177 000 à 1,2 million. Sans avoir mis fin aux processus transfrontaliers, l’Alena accentue et généralise une évolution amorcée à la fin des années 1960 avec l’industrie maquiladora, sous le signe de l’ouverture commerciale de l’ensemble du territoire mexicain. Les échanges internationaux sont renforcés dans le contexte de l’ouverture de l’économie mexicaine et de l’intégration économique nord-américaine.

Open Market…

12La signature de l’Alena est un tournant décisif dans la structuration de la région transfrontalière dans la mesure où elle a permis d’amplifier les activités transnationales. La frontière s’est retrouvée à jouer un rôle d’articulation et de tête de pont dans la construction de l’intégration commerciale du continent nord-américain. Aussi le trafic de marchandises a-t-il augmenté dès les premières années : entre 1997 et 2000, le trafic des utilitaires dans les ports terrestres entre le Mexique et les États-Unis avait progressé de 19 % (à l’exception de Nogales où il n’augmente que de 5 %) et l’essor atteignait même 59,3 % à Hidalgo (Texas). Laredo/Nuevo Laredo est devenu le deuxième port terrestre de marchandises pour les États-Unis après Detroit.

13Toutefois, alors que le trafic de marchandises augmente, la frontière devient de moins en moins perméable. Après avoir dédoublé les postes-frontières dans les années 1980 (parfois même les avoir multipliés par quatre comme entre Laredo et Nuevo Laredo) pour favoriser les échanges de marchandises – surtout les échanges intra-firmes compte tenu de l’activité maquiladora –, les États-Unis décident unilatéralement de renforcer la surveillance de la frontière. Anticipant les effets « réels ou fantasmés » de l’Alena, ils décident de matérialiser leur frontière méridionale par la construction d’un mur et d’accroître sa surveillance en lançant plusieurs opérations de surveillance en plusieurs points, afin de lutter contre le narcotrafic et l’immigration clandestine. En 1993, Hold the line est la première opération lancée sur 40 km autour de El Paso qui sera suivie de Gatekeeper en Californie (1994), Saveguard (1995) et de Rio Grande (1997), cette dernière s’étendant sur 2 000 km à partir de Browsville sur toute la vallée du Rio Grande.

  • 4 San Diego Association of Governments California Department of Transportation, District

14La militarisation de la frontière s’accompagne d’une rationalisation de l’interface, afin de répondre au besoin d’efficacité de la logistique productive tout autant qu’à une politique de surveillance des échanges illicites de main d’oeuvre clandestine ou du trafic de drogue. De puissants lobbies économiques à la frontière font pression sur l’administration américaine pour obtenir une simplification des conditions de passage de la frontière [Ramos, 1995], souvent en contradiction avec les préoccupations des services frontaliers spécialisés dans la lutte anti-drogue. Les groupes d’entrepreneurs s’expriment à travers les chambres de commerce et d’industrie des deux côtés de la frontière, ainsi que des associations de planification binationale qui se formalisent au cours des années 1990 afin de s’inscrire dans les évolutions de la mondialisation. L’association San Diego Dialogue (SANDAG), créée en 1991, illustre parfaitement cette évolution : elle regroupe les élus des collectivités locales du comté de San Diego et du municipe de Tijuana, ainsi que les représentants des administrations fédérales au niveau local, des groupes organisés d’entrepreneurs locaux et des chercheurs des centres universitaires locaux ; elle se veut à l’avant garde de la coopération en créant le premier centre de planification sur la frontière États-Unis/Mexique dédié à la compétitivité et l’innovation transfrontalière. La fluidité du trafic frontalier est un problème récurrent pour les organes de planification binationale dépendant des doublets urbains frontaliers. Les études de ces dernières années concluent toutes à la nécessité d´ouvrir davantage de postes-frontières. Ainsi l´association SANDAG a-t-elle commandé des enquêtes pour évaluer les conséquences sur l´économie locale de l´allongement des délais de passage au poste-frontière le plus fréquenté, avec plus de 50 millions de passages d´individus par an. Les enquêtes réalisées en 2005, entre San Diego et Tijuana4, estimaient que le ralentissement des flux transfrontaliers dû à l’augmentation du trafic avait provoqué une perte globale de 5 974 millions de dollars, dont 55,6 % pour le trafic de marchandises. Le comté de San Diego et l’État de Californie sont davantage pénalisés en raison du caractère asymétrique de la relation Mexique/États-Unis ; ils enregistrent une baisse du nombre de visiteurs estimée à 8 414 millions par an et une perte de revenu de 1 280 millions de dollars contre respectivement 1 938 million de visiteurs et 118 millions de dollars pour la Basse Californie.

  • 5 « Accord pour une frontière intelligente ». Cet accord a été signé quelques mois avant, en décembre (...)

15La question de l’ouverture de nouveaux postes-frontières semble aller de soi à la veille du 11 septembre 2001, mais les démarches des gouvernements locaux se heurtent depuis lors à la politique de la sûreté nationale de l’État fédéral – ce qui révèle une contradiction entre libéralisation des échanges commerciaux, d’une part, et contrôle strict et militarisé de la frontière, d’autre part. Conscients de l’efficacité limitée d’un contrôle unilatéral de la frontière, les États-Unis ont proposé à leurs partenaires commerciaux, le Canada et le Mexique, de dépasser cette contradiction en signant le Smart Border Agreement5. Lancé par le secrétaire d’État en 2002, le Smart Border se justifie par la nécessité de sécuriser les échanges. Le thème de la sécurité permet de résoudre la contradiction entre ouverture du marché et fermeture de la frontière (Open Market/Closed Border). Ce thème de la sécurité du territoire national et de la circulation transfrontalière des personnes et des marchandises s’organise autour de trois chapitres pour la sécurité des infrastructures (points 1 à 7), la sécurité des flux de personnes (points 8 à 15) et la sécurité des flux de biens (points 16 à 22). À en croire les termes du Smart Border Agreement, les objectifs de l’intégration nord-américaine sont d’autant mieux garantis grâce à l’engagement des trois États partenaires. Mais qu’en est-il de « l’intégration par le bas », celle qui favorise les relations à l’échelle régionale frontalière au quotidien ?

… Closed Border

  • 6 San Diego Association of Governments California Department of Transportation, op. cit.

16Le mouvement de libéralisation de l’économie mexicaine dans les années 1980 n’avait pas changé les modalités de l’interaction transfrontalière, à savoir le statut de zone franche de la région frontalière justifié par sa situation périphérique par rapport au territoire national et le caractère asymétrique du contact avec l’État voisin. C’est pourquoi on a considéré la frontière nord comme un laboratoire de développement qui annonçait la fin du modèle d’industrialisation par substitution aux importations et la généralisation de l’ouverture économique à l’ensemble du territoire national. Par contre, la dévaluation du peso en 1982 a marqué plus durablement l’économie locale frontalière, l’usage plus large de la monnaie nationale dans l’économie locale étant l’un des faits les plus marquants. Cependant, les relations transfrontalières n’ont jamais disparu malgré les dévaluations (1976, 1982 et 1994), qui n’ont fait que modifier de façon conjoncturelle les conditions selon lesquelles les frontaliers se meuvent de part et d’autre de la frontière. Lors d’une étude réalisée en 1995, quelques mois après la dernière dévaluation du peso, les consommateurs mexicains interrogés à Tijuana déclaraient avoir modifié leur habitude de consommation sans avoir abandonné la pratique du shopping à « el otro lado ». Le rythme des passages transfrontaliers restait très soutenu, même s’ils étaient moins fréquents en comparaison des visites faites aux centres commerciaux de Tijuana. En effet, presque 20 % des personnes interrogées assuraient passer la frontière une à plusieurs fois par semaine pour leurs achats. La fréquence des visites à « el otro lado » avait diminué : 68 % des Mexicains déclaraient avoir diminué leurs déplacements vers les commerces de San Diego et 10 % les avaient supprimés. Mais, parmi ceux qui avaient diminué leur fréquentation, encore 28,5 % d’entre eux passaient une fois par semaine, ce qui relativise les effets de la crise sur l’usage de l’espace transfrontalier [Macias, 2003, p. 327]. Dix ans plus tard, 63 % des passages frontaliers originaires de Basse Californie sont motivés par des achats et 55,7 % de ceux originaires de Californie se font pour rendre visite à des proches, ce qui est en rapport avec l’hispanisation du sud des États-Unis6.

  • 7 Il n’existe pas de statistiques officielles pour évaluer le nombre de frontaliers qui ne possèdent (...)
  • 8 D’après le U.S. Immigration and Naturalization Service (1950-1985). 11, Economic Impacts of Wait Ti (...)

17La politique étrangère des États-Unis détermine en revanche de façon plus profonde les dynamiques frontalières que les aléas de l’économie mexicaine. Car, si les dévaluations successives se sont accompagnées de phénomènes d’adaptation de la population locale mexicaine en vue de préserver la mobilité transfrontalière, c’est bien la gestion sécuritaire de la frontière mise en place après le 11 septembre 2001 qui modifie profondément les conditions de la mobilité des frontaliers et recompose la région frontalière, la Borderland. Depuis le milieu du xxe siècle jusqu’en 2000, le nombre d’entrées légales aux États-Unis augmentait de façon constante sous l’effet de la croissance des villes frontalières et malgré les conditions restrictives d’entrée aux États-Unis excluant un grand nombre de frontaliers7. Le nombre d’entrées par la frontière sud, qui était de presque 49 millions en 19508, atteint plus de 290 millions en 2000 [Bureau of Transportation Service]. Or, la tendance s’inverse radicalement à partir de 2001 et seuls 228,75 millions d’entrées ont été enregistrées en 2006.

18Recomposition de la Borderland après le 11 septembre 2001 Outre les passages des commuters (travailleurs transfrontaliers) et des entrepreneurs locaux, les visites aux proches et la fréquentation des commerces et des services banals ou anomaux représentent la majeure partie des motivations des déplacements transfrontaliers. La plupart du temps, la traversée remplit plusieurs fonctions parmi lesquelles l’accès aux équipements commerciaux et de services représente plus de la moitié des motifs de déplacements transfrontaliers. C’est pourquoi la perméabilité de la frontière est un facteur de croissance de l’économie locale de part et d’autre de la frontière.

  • 9 Ce qui correspond à la zone autorisée aux frontaliers détenteurs de la Border Crossing Card et disp (...)

19Les statistiques du Banco de México sur les flux touristiques et la balance des paiements touristiques permettent de mesurer l’ampleur des changements dans les relations transfrontalières sur la période 1980-2007. Dès les années 1960, ces statistiques traitaient ces flux transfrontaliers sous la dénomination de transactions transfrontalières, ce qui lie cette mobilité au problème des importaciones hormigas (importations régulières de particuliers, légales ou de contrebande) et sert d’indicateur de la dépendance de l’économie frontalière mexicaine à l’égard des États-Unis. Or, depuis 1980, les flux transfrontaliers qui ne sont liés ni au travail ni aux affaires sont traités comme des « visites touristiques » dont les acteurs se décomposent en deux catégories de visiteurs : les excursionnistes et les touristes. Un critère spatio-temporel permet la distinction, les excursionnistes séjournant moins de 24 heures de l’autre côté de la frontière par rapport à leur lieu de résidence habituelle et exclusivement dans une bande de 25 milles au nord9 et de 35 kilomètres au sud. Ainsi est-il encore possible d’analyser l’évolution de l’espace transfrontalier sur plus de deux décennies.

Figure n° 1. Évolution du nombre d’entrées aux États-Unis enregistrées sur la frontière sud (1997-2006)

Figure n° 1. Évolution du nombre d’entrées aux États-Unis enregistrées sur la frontière sud (1997-2006)

Sources : élaboration par M.-C. Macias à partir des données du U.S. Department of Transportation Research and Innovative Technology Administration Bureau of Transportation Statistics Border Crossing/Entry Data ; based on data from U.S. Department of Homeland Security Customs and Border Protection OMR database.

Tableau n° 1. Motifs des déplacements transfrontaliers entre Tijuana et San Diego en 2005

Tableau n° 1. Motifs des déplacements transfrontaliers entre Tijuana et San Diego en 2005

Sources : San Diego Association of Governments California Department of Transportation, op. cit.

20Malgré les contraintes légales que font peser les États-Unis sur les passages frontaliers sud-nord, d’une part, et les inégalités de richesses, d’autre part, les flux d’excursionnistes sont plus importants du sud vers le nord contrairement aux flux touristiques, plus massifs en sens inverse (des États-Unis vers le Mexique) selon une logique connue des zones riches vers les zones les plus pauvres. En fait, la distinction selon la durée du séjour permet de mettre en évidence les dynamiques spatiales au niveau du consommateur frontalier qui, selon son lieu de résidence, exploite différemment le passage transfrontalier. À l’échelle de la frontière, la distinction entre les excursionnistes et les touristes permet de considérer les excursionnistes frontaliers en partie comme des résidents locaux. Cette dernière hypothèse est confirmée par la composition des flux selon leur origine : les excursionnistes résidant au Mexique composent 96,8 % des sorties, alors que dans l’autre sens ils ne représentent plus que de 84,4 à 89,8 % selon les années. De plus, en valeur absolue, le nombre des sorties d’excursionnistes mexicains (76 154 millions en 2007) est supérieur à celui des entrées états-uniennes à la frontière (63 995 millions de personnes).

21Le terme « excursionnistes » recouvre donc des réalités différentes selon l’origine du flux. Les excursionnistes sont aussi bien des résidents frontaliers usant de façon soutenue de l’espace transfrontalier que des visiteurs occasionnels. Selon que la visite s’inscrit dans une pratique régulière ou exceptionnelle de l’espace commercial transfrontalier, les excursionnistes frontaliers ne font donc pas le même usage des équipements commerciaux et de services frontaliers et les impacts économiques diffèrent.

22L’analyse des réponses cumulées montre que, selon l’origine géographique des transfrontaliers, les possibilités frontalières offertes sont inégalement exploitées (tableau n° 1). Si les entrepreneurs transfrontaliers sont aussi nombreux à se déplacer pour affaires d’un côté à l’autre de la frontière, les travailleurs frontaliers, quant à eux, sont majoritairement mexicains. Les passages transfrontaliers motivés par l’offre de services et de marchandises sont encore plus inégaux entre les deux côtés. En allant vers le nord, les transfrontaliers réalisent des achats au bénéfice des commerces de détail états-uniens. En allant vers le sud, les visiteurs recherchent en fait la consommation de services dans le cadre de leurs activités de loisirs et de tourisme (16 % des réponses cumulées vers le Mexique contre 4,4 % vers les États-Unis) ou de shopping (25 %) – cette dernière motivation allant souvent de pair avec les loisirs. En revanche, 71,7 % des transfrontaliers venant du Mexique déclarent se déplacer dans le but de réaliser des achats et seulement 4,4 % pour leurs loisirs et leurs vacances. Le plus souvent, ces dernières activités sont d’ailleurs également associées au shopping : la sortie au mall est l’occasion de faire une promenade en famille. Que ce soit à Tijuana ou à San Diego, les Mexicains profitent des installations commerciales pour aller au restaurant, au cinéma ou au parc. Enfin, la part importante des visites familiales et sociales (64,3 % des réponses cumulées) parmi les visiteurs transfrontaliers qui se rendent en Basse Californie est remarquable et coïncide avec la composition ethnique des visiteurs venus des États-Unis, parmi lesquels la communauté hispanique est surreprésentée.

23La balance des transactions frontalières a été décomposée en deux parties pour rendre compte des différentes évolutions entre la balance des « paiements touristiques » et la balance des « paiements excursionnistes ». Jusqu’en 2001, la première est systématiquement positive pour le Mexique et la seconde systématiquement négative, quoique dans des proportions différentes. Après le 11 septembre, la tendance s’inverse, ce qui ne s’était jamais observé au cours des dévaluations de 1982 et 1994 qui sont pourtant visibles sur le graphique de la balance des paiements touristiques. Après 1994, le déficit de la balance des dépenses des excursionnistes commence à diminuer (de 773,3 millions de dollars en 1994, il passe à 56,57 millions en 2000) pour devenir positif (le maximum est atteint en 2005 avec un solde de 892,99 millions). Cette inversion de situation est à relier à la baisse du nombre de visiteurs aux États-Unis, mais aussi au développement de l’offre commerciale dans les villes mexicaines.

Vers un espace d’inégalités

24Les contrôles accrus ralentissent le flux du sud vers le nord et l’attente, autrefois de 20 minutes, frôle souvent les deux heures actuellement. Les contraintes sont de plus en plus fortes pour les frontaliers qui passent la frontière de moins en moins souvent et modifient les usages et les pratiques spatiales. Ainsi peut-on apercevoir des voitures de commuters stationnées la nuit aux postes-frontières avant leur ouverture. D’autres commuters qui dorment aussi dans leur voiture choisissent, eux, un parking dans la ville états-unienne pour éviter la traversée au quotidien. Parmi les Mexicains qui ne passent pas chaque jour, certains continuent à faire usage de l’aéroport états-unien, mais partent la veille et passent la nuit qui précède leur départ à l’hôtel du fait de l’incertitude que représente le passage frontalier.

25En se refermant, la frontière acquiert une fonction de plus en plus discriminante au sein de la population. La frontière limite, entre autres, le marché du travail, la concurrence commerciale et l’accès aux services. L’accès aux deux côtés de la frontière permet de « jouer » des différences pour satisfaire des besoins des plus nécessaires aux plus futiles et le degré de « nécessité » des produits et des services recherchés est un indicateur du degré de dépendance de la population vis-à-vis du marché situé de « l’autre côté » de la frontière. La fermeture progressive de la frontière est donc plus durement ressentie par les habitants les plus modestes, qui ne peuvent plus exploiter les différences offertes par la discontinuité territoriale. Parmi les plus concernés viennent les habitants du sud de la frontière dépendant de l’économie états-unienne. Les citoyens états-uniens pouvaient, eux, circuler librement puisqu’aucun document d’identité n’était exigé, ni dans la zone libre frontalière mexicaine ni par les autorités de leur pays.

Sources : élaboration M.C. Macias d’après les données du Banco de México, Cuenta de viajeros internacionales (1980-2007).

26Or, de nouvelles dispositions obligent les citoyens états-uniens à présenter un passeport à la frontière pour rentrer dans leur pays depuis février 2008, ce qui va considérablement réduire le nombre de visites pour les ressortissants d’un pays où moins de 18 % des habitants en possèdent un. Cet état de fait touche les résidents les plus modestes du sud des Etats-Unis, qui exploitaient les différentiels économiques pour faire usage de services – tels que les cliniques médicales et les pharmacies.

27Au lieu d’ouvrir de nouveaux postes-frontières pour fluidifier la circulation, les États-Unis préfèrent éventuellement ouvrir des voies SENTRI (Secure Electronic Network for Travelers Rapid Inspection), un système de voies rapides réservées aux détenteurs d’un passe magnétique obtenu après des vérifications et un contrôle poussé des personnes, ainsi que le paiement de frais d’un montant d’environ 120 dollars par an. Les entrepreneurs frontaliers étaient les premiers détenteurs de ce passe magnétique mis en place avant 2001 et conçu spécialement pour eux. Mais la SENTRI connaît un succès grandissant auprès des frontaliers les plus aisés – qu’ils travaillent ou non de l’autre côté – alors que les commuters, les travailleurs frontaliers, ont désormais une attente d’une à deux heures pour franchir le poste-frontière. Il ne fait aucun doute qu’à l’avenir les nouveaux postes à ouvrir seront des postes SENTRI car, depuis 2007, il faut attendre entre 9 et 12 mois pour que le dossier soit examiné.

28À l’échelle de la ville mexicaine, les perturbations sont également fortes puisque, aux heures de pointe (le matin en semaine et la fin de week-end), les files d’attente des postes-frontières se prolongent sur les axes de circulation intra-urbain et engendrent ainsi des embouteillages.

Conclusion

29Jusqu’à la fin des années 1990, la frontière entre le Mexique et les États-Unis présentait un schéma d’interaction d’ouverture fortement asymétrique. Depuis les années 1960, la croissance socio-économique de la frontière a bouleversé durablement les villes mexicaines situées sur une frontière traditionnellement ouverte. L’industrialisation de l’économie locale et son entrée dans les processus économiques de la mondialisation ont marqué une étape décisive dans les dynamiques transfrontalières. Mais le degré d’asymétrie du contact entre la première puissance mondiale et un pays dit émergent détermine autant – si ce n’est davantage – les dynamiques transfrontalières à l’échelle régionale sur 3 200 km et la signature de l’Alena à la fin de l’année 1993, puis la politique anti-terroriste des États-Unis depuis les événements du 11 septembre 2001, ont eu pour effet de recomposer l’espace frontalier.

30Le 11 septembre 2001 représente un point de non-retour dans la gestion sécuritaire et militarisée de la frontière, qui touche désormais indifféremment les résidents frontaliers du nord et du sud. Cette frontière, jouant un rôle d’articulation des échanges transnationaux, se referme et limite les processus transfrontaliers. Ce faisant, elle est un facteur de ségrégation socio-économique non seulement entre les acteurs selon qu’ils sont implantés d’un côté ou de l’autre de la ligne internationale, mais aussi à l’intérieur de chaque population située d’un même côté de la frontière. En ce sens, les processus transnationaux qui favorisent la circulation des marchandises et de capitaux par-delà les frontières s’accompagnent de phénomènes inégalitaires sociaux-spatiaux dont les mobilités transfrontalières témoignent. L’intégration commerciale à l’échelle du continent nord-américain réduit l’espace transfrontalier à l’échelle locale et au quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Alegria Olazabal Tito, Desarrollo urbano en la frontera México-Estados Unidos. Una interpretación y algunos resultados, México D.F., Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 1992.

Antheaume Benoît, Girault Frédéric, Le territoire est mort. Vive les territoires !, IRD Éditions, 2005.

Banco De Mexico, Cuenta de viajeros internacionales, (http://www.banxico.org.mx/SieInternet/consultarDirectorioInternetAction.do ?accion =consultarCuadro&idCuadro =CE10 4&locale =es).

Faret Laurent, Les territoires de la mobilité. Migration et communauté transnationales entre le Mexique et les États-Unis, CNRS éditions, coll. « Espaces & Milieux », Paris, 2003.

Foucher Michel, Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Fayard, Paris, 1988.

Gonzalez Arechiga Bernardo, « Aspectos estructurales del comercio fronterizo entre México y Estados Unidos », in Estudios fronterizos, Universidad Autónoma de baja California, año II, vol. II, n° 6, enero-abril 1985, p. 33-40.

Guichonnet Paul, Raffestin Claude, Géographie des frontières, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Sup Le Géographe », 1974.

Macias Marie-Carmen, Étude géographique des mutations du commerce de détail au Mexique. Le cas de la Frontière Nord et de la ville de Tijuana : exception ou modèle précurseur ?, thèse de doctorat (dir. Jean Revel-Mouroz), Université Paris III –Sorbonne Nouvelle, 2 vol., 2003.

Martinez Oscar J., Border People. Life and Society in the U.S.-Mexico Borderlands, The University of Arizona Press, 1994.

Nijkamp Peter, New Borders and old barriers in spatial development, Aldershot, Avebury, Brookfield (Vt.), Ashgate, 1994.

Revel-Mouroz Jean, « Perméabilité de la frontière Mexique-Etats-Unis, la mobilité des consommateurs, des travailleurs et des entreprises », in Bulletin de l’Association des Géographes Français, n° 470, 1980, p. 227-234.

Revel-Mouroz Jean, Vanneph Alain, « Les villes frontalières Mexique États-Unis », in Problèmes d’Amérique Latine, n° 14, 1994, p. 141-162.

San Diego Association of Governments California Department of Transportation, District 11, Economic Impacts of Wait Times at the San Diego-Baja California Border, Final Report, San Diego, 19 janvier 2006.

Haut de page

Notes

1 À l’échelle nationale, les Mexicains représentent la première nationalité du groupe ethnique désigné sous le terme d’hispanique qui regroupe non seulement les étrangers, mais aussi les citoyens étatsuniens – dont les mexican-american – hispanophones. Bien sûr, dans les États du sud de l’Union, les Mexicains sont de loin le premier groupe parmi les Hispaniques, estimés à 19,56 millions par le recensement en 2000.

2 Les processus transnationaux sont ceux qui dépassent l’échelle locale des processus binationaux en engageant au moins les deux États voisins, voire des espaces plus lointains dans le cadre de la mondialisation.

3 À ce sujet, on se reportera avantageusement à l’article de Tito Alegria dans le présent dossier.

4 San Diego Association of Governments California Department of Transportation, District

5 « Accord pour une frontière intelligente ». Cet accord a été signé quelques mois avant, en décembre 2001, entre les États-Unis et le Canada sur des bases de collaboration beaucoup plus large puisqu’il comporte 30 points contre 22 pour la frontière sud.

6 San Diego Association of Governments California Department of Transportation, op. cit.

7 Il n’existe pas de statistiques officielles pour évaluer le nombre de frontaliers qui ne possèdent ni passeport ni visa ; mais une étude déjà ancienne estimait qu’à Tijuana (Basse Californie) au moins la moitié des habitants était dans ce cas [Bernardo Gonzalez-Arrechiga].

8 D’après le U.S. Immigration and Naturalization Service (1950-1985). 11, Economic Impacts of Wait Times at the San Diego-Baja California Border, Final Report, 19 janvier 2006, San Diego.

9 Ce qui correspond à la zone autorisée aux frontaliers détenteurs de la Border Crossing Card et dispensés de visas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1. Évolution du nombre d’entrées aux États-Unis enregistrées sur la frontière sud (1997-2006)
Crédits Sources : élaboration par M.-C. Macias à partir des données du U.S. Department of Transportation Research and Innovative Technology Administration Bureau of Transportation Statistics Border Crossing/Entry Data ; based on data from U.S. Department of Homeland Security Customs and Border Protection OMR database.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1797/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Titre Tableau n° 1. Motifs des déplacements transfrontaliers entre Tijuana et San Diego en 2005
Crédits Sources : San Diego Association of Governments California Department of Transportation, op. cit.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1797/img-2.png
Fichier image/png, 20k
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1797/img-3.png
Fichier image/png, 3,5k
Crédits Sources : élaboration M.C. Macias d’après les données du Banco de México, Cuenta de viajeros internacionales (1980-2007).
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1797/img-4.png
Fichier image/png, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Carmen Macias, « L’espace frontalier Mexique/États-Unis après le 11 septembre 2001 », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 83-97.

Référence électronique

Marie-Carmen Macias, « L’espace frontalier Mexique/États-Unis après le 11 septembre 2001 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1797 ; DOI : 10.4000/cal.1797

Haut de page

Auteur

Marie-Carmen Macias

Docteure en géographie, urbanisme et aménagement de l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle, Marie-Carmen Macias a enseigné dans plusieurs universités françaises (notamment Marne-la-Vallée, Lyon III, Paris XII, Paris III – IHEAL) et est actuellement chercheure pensionnaire au Centre d’études mexicaines et centre- américaines de Mexico. Ses recherches portent sur les mutations de la distribution de détail en Amérique latine et sur les dynamiques socio-spatiales à la frontière mexicano-états-uniennes. Elle a notamment publié Le commerce au Mexique à l’heure de la libéralisation (Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches Amériques latines »). Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle)/CREDAL – UMR 7169/CEMCA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org