Navigation – Plan du site
Dossier. La frontière Mexique / États-Unis après 15 ans d’Alena

Frontière et intégration : pertinence de la frontière après 15 ans d’Alena

Marie-Laure Coubès et Marie-Carmen Macias
p. 19-25

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique, États-Unis
Haut de page

Texte intégral

1Depuis son tracé en 1848-1853, la frontière entre le Mexique et les États-Unis a connu des mutations profondes qui ont marqué le développement de la région frontalière du côté mexicain. Si la nature du contact ne change pas fondamentalement quant à son caractère asymétrique, il serait réducteur de limiter les dynamiques et les enjeux de cet espace à l’image répandue et largement médiatisée d’un mur érigé pour arrêter les flux de migrants clandestins mexicains. Non que cette image soit fausse, mais elle n’est qu’un fragment d’une réalité plus complexe. En effet, outre la fonction de contact et de passage, la ligne frontalière a joué un rôle dans le développement à la fois à l’échelle du Nord mexicain et à celle du pays depuis les années 1960. Aussi a-t-il été choisi d’offrir au lecteur une présentation de la frontière septentrionale du Mexique dans la perspective du développement régional et à la lumière des évolutions de ces quinze dernières années.

De l’ouverture économique à l’intégration nord-américaine

  • 1 L’Alena est un accord liant les trois pays d’Amérique du Nord : le Canada, les États-Unis et le Mex (...)
  • 2 En terme du PIB total, le rapport est de 1 à 10,3 avec 1 267,9 milliards de dollars pour le Mexique (...)

2Après le virage néolibéral amorcé au milieu des années 1980 lors de l’entrée du Mexique dans le GATT, la signature de l’Accord de libre-échange nord américain (Alena) en décembre 1993 ancre définitivement le pays à l’espace économique nord-américain. Entré en vigueur le 1er janvier 1994, cet accord constitue une étape majeure de l’intégration économique de l’économie mexicaine au marché nord-américain, ainsi que de son insertion dans le processus de mondialisation. Il s’agit du premier accord d’intégration commerciale entre des États dont le différentiel est aussi fortement inégal [Ruiz Durán, 2007, p. 11]. Quinze ans plus tard, l’accord de libre-échange conçu lors des négociations comme un levier de développement économique mutuel semble présenter des résultats décevants sur ce point. Loin d’une convergence entre les États partenaires1, on assiste à des évolutions contrastées de leurs économies respectives. Alors que le PIB par habitant en termes réels des États-Unis a augmenté, celui du Mexique, au mieux, a stagné si bien que la différence entre les deux économies en PIB per capita est toujours la même – de l’ordre de 1 à 3,6 entre 1994 et 2006 (selon les chiffres du PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat de l’OCDE2. Le processus d’intégration nord-américain est en cours de consolidation, à l’issue de la période transitoire de 15 ans devant laquelle les tarifs douaniers ont progressivement été abaissés tous les cinq ans jusqu’à leur libéralisation totale au 1er janvier 2008. Mais le libre-échange n’ouvre pas de perspectives à une intégration économique et sociale comme c’est le cas dans l’Union européenne. Il reste donc à évaluer les changements produits par l’Alena.

  • 3 Qu’elles aient été craintes par les syndicats ouvriers états-uniens ou bien espérées par le gouvern (...)

3Si les États-Unis sont le premier partenaire commercial du Mexique, ce qui était déjà le cas avant cet accord, le Mexique occupe une place commerciale beaucoup moins importante auprès des États-Unis. L’application du libre- échange a donc accru la dépendance du Mexique vis-à-vis des États-Unis, qui tend à polariser les échanges mexicains malgré la multiplication des accords de libre-échange signés par le Mexique. De plus, la structure de l’emploi relève de modèles différents de spécialisation, pas nécessairement complémentaires. Les États-Unis évoluent vers une société de services où l’industrie perd de son importance. Par contre, au Mexique, le poids du secteur primaire (agriculture et pétrole) est encore important, bien qu’il soit en baisse régulière, et la part de l’industrie a stagné entre 1994 et 2004. Ce dernier résultat montre d’ailleurs les limites des débats qui, au démarrage de l’Alena, suggéraient que le Mexique serait le grand récepteur des emplois américains perdus dans ce secteur3. En effet les relations économiques entre les deux pays sont aussi fortement marquées par le phénomène déjà ancien des délocalisations industrielles états-uniennes. Les usines d’assemblages – les maquiladoras – que l’on trouvait autrefois uniquement dans les villes du Nord sont désormais présentes dans le Yucatán, le Bajio et ailleurs depuis que le gouvernement a levé les restrictions concernant les investissements directs étrangers dans l’ensemble du pays. Mais, pour les années Alena, les emplois nouveaux créés dans l’industrie pour l’exportation compensent seulement les emplois perdus dans la manufacture nationale.

L’intégration fait de l’exception une norme

4Quoique limitée, il existait de fait une intégration de la région frontalière du Mexique. En effet, le Programa Nacional Fronterizo (PRONAF) engagé par le gouvernement fédéral en 1965 autorisait l’implantation d’usines d’as semblage dans les États frontaliers. Les États du nord ont donc bénéficié d’un régime dérogatoire au modèle de développement national (celui de l’industrialisation par substitution aux importations), mais ce choix perçu comme une rupture par rapport aux discours développementiste et nationaliste du régime priiste, dans une certaine mesure, se situait plus ou moins dans la continuité d’une pratique bien ancienne. En effet, la frontière a connu une situation d’exception par rapport à l’intérieur du pays depuis le début avec la création des zones franches [Macias, 2004].

5De fait, la région a été un laboratoire de l’ouverture qui s’est généralisée à la fin des années 1980 et l’exception frontalière de zone franche devient avec l’Alena la norme nationale, confirmant l’idée d’un « laboratoire Nord-Sud » comme conceptualisation de la frontière proposée par Jean Revel-Mouroz [Gondard et Revel-Mouroz, 1995]. Loin d’être simple, cette évolution où l’ex ception régionale devient la norme nationale a notamment pour effet de modifier les conditions du développement régional. Si les « privilèges de la frontière » s’appliquent désormais à l’ensemble du territoire national, de la même façon l’uniformisation des conditions économiques fait que les normes nationales s’appliquent également aux acteurs frontaliers. Doit-on en conclure alors que la spécificité frontalière disparaît avec l’intégration commerciale nord-américaine ?

6De par leur fonction de barrière, les frontières ont longtemps été des périphéries parfois délaissées à l’échelle des territoires nationaux. L’intégration économique les place désormais dans une position toute différente, car elles jouent un rôle de pont et sont le lieu où s’articulent les échanges que l’on cherche à promouvoir [Leloup et Moyart, 2006]. Malgré l’abrogation des exceptions douanières, l’avantage de localisation se maintient et devient même central dans les processus de développement régional, puisque le libre commerce s’applique indistinctement à tous.

7Outre la proximité géographique, les États du nord frontalier peuvent également s’appuyer sur un héritage. Il existe, en effet, une longue tradition d’ouverture : les relations transfrontalières touchent de nombreux domaines, économiques, sociaux, familiaux, etc. Quatre décennies d’industrialisation à vocation exportatrice constituent une expérience des relations transnationales dont n’ont pas hérité les autres régions mexicaines, si ce n’est à travers les processus migratoires. Tant dans son inscription spatiale que temporelle, la frontière présente donc toujours des spécificités par rapport à l’intérieur du territoire.

Le développement frontalier à l’heure de l’Alena

8Le dossier propose de caractériser le développement régional de la frontière nord du Mexique 15 ans après l’entrée en vigueur de l’Alena en insistant sur les processus transfrontaliers, mais aussi transnationaux. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de comprendre en quoi la proximité du partenaire états-unien et l’interaction binationale (observée à plusieurs échelles) se révèlent être prégnantes à l’heure de l’effacement des frontières des facteurs de la croissance, mais aussi du développement socio-économique. Le dossier se structure autour de quatre articles qui abordent quatre aspects du développement régional à deux échelles différentes – l’ensemble de la frontière et le cas de la Basse Californie. Deux études portent sur des activités économiques intégrées aux processus transnationaux (l’industrie et l’agriculture à vocation exportatrice) et les deux autres concernent plus directement le thème de l’interaction transfrontalière à travers deux questions : celle de la mobilité transfrontalière et celle du développement d’un doublet urbain.

9Dans un premier article centré sur la relocalisation des entreprises, Jorge Carrillo montre, au travers du système des maquiladoras, que cette relocalisation va aujourd’hui au-delà du déplacement des simples procès de production répétitifs et intensifs en main-d’œuvre. Les étapes de recherche et de développement sont également localisées à nouveau au sud de la frontière, même si cela est sans commune mesure avec la forte croissance des usines relevant des premiers processus. La place de ce secteur dans la division internationale du travail a changé après 40 ans de développement, après l’explosion des investissements étrangers directs (IED) au Mexique à partir des années 1990 – dont l’industrie est le premier secteur récepteur mais pas le seul – et avec la crise de 1994-1995 qui a marqué le lancement de l’Alena. Il devient nécessaire d’employer des grilles d’analyses plus élaborées pour rendre compte du phénomène de la maquiladora au xxie siècle, comme la notion de « génération » que nous propose l’auteur. Alors que la grande hétérogénéité de l’industrie maquiladora, tant dans sa structure et sa composition que dans son évolution, reste mal appréhendée par les catégories dichotomiques généralement proposées, la notion de « génération » permet de mettre en évidence la coexistence, dans le temps et l’espace, de différents types de maquiladoras, donnant ainsi des clefs d’analyse de la diversité de l’industrie maquiladora. Cette notion, reprise par de nombreux auteurs, fait l’objet de nombreuses discussions au Mexique et ce débat mérite d’être connu des lecteurs francophones.

10L’agriculture traditionnelle au Mexique, dont le poids dans l’emploi reste fort (14,9 % de la population active), connaît un futur de plus en plus incertain à l’heure où s’achève la période de transition du contrôle des prix agricoles sur les produits les plus sensibles, à l’instar du maïs mexicain concurrencé par le maïs subventionné des États-Unis. Cependant, l’agriculture intensive capitaliste – en particulier l’horticulture – est un récepteur de l’investissement américain de l’agro-business. En effet, dans le cadre de l’Alena, les cultures horticoles et fruitières sont les secteurs où le Mexique présente un avantage comparatif, alors qu’il est en désavantage pour les grains de base et les oléagineux. Dans ce contexte, l’horticulture orientée à l’exportation apparaît comme le fer de lance du secteur agricole mexicain dans la nouvelle configuration de l’intégration commerciale. On comprend donc aisément que la situation frontalière joue un rôle déterminant pour les périmètres agricoles les plus proches et les mieux reliés aux grands marchés de consommation de produits frais. Ainsi, l’article de Marie Laure Coubès montre comment, dans la vallée de San Quintin, l’explosion des exportations de produits horticoles a transformé un front pionnier agricole (frontier) en une zone rurale frontalière en croissance (border) grâce à l’interface internationale qui articule les échanges commerciaux.

11L’exemple rural, quoique très dynamique, est néanmoins un phénomène minoritaire à l’échelle de la frontière. Les villes concentrent la grande majorité de la population (96 % des habitants des municipes frontaliers vivent dans des zones urbaines et 8 % dans les 10 plus grandes agglomérations) et des activités à haute valeur ajoutée. Dans le cadre d’un contact asymétrique, les activités binationales liées à « l’ouverture des frontières » se développent à des échelles variables. On assiste alors à un double processus : d’une part, l’accentuation des phénomènes de métropolisation et, d’autre part, l’émergence de pôles frontaliers au sein des réseaux économiques et logistiques internationaux. C’est pour quoi des auteurs (pour la plupart anglo-saxons) ont posé l’hypothèse de l’apparition de métropoles transfrontalières. Cette hypothèse est fondée sur l’idée qu’à la frontière américano-mexicaine s’est formé un espace métropolitain continu en villes distinctes que la frontière traverse plus qu’elle ne les sépare. Tito Alegria ouvre à nouveau ce débat des années 1990 et réfute cette hypothèse, en s’appuyant sur des critères relevant des dynamiques socio-économiques de chacune des villes à travers l’exemple du doublet urbain frontalier San Diego/Tijuana. Ainsi montre-t-il que la croissance de chacune de ces villes relève de processus distincts : national pour San Diego et transnationaux pour Tijuana. La continuité urbaine n’est pas un élément suffisant pour définir la métropole transfrontalière.

12Enfin, à propos de la fonction d’interface de la frontière, un dernier article de Marie-Carmen Macias aborde la question de la mobilité des individus dans cet espace parcouru de flux intenses de capitaux et de marchandises. La politique migratoire des États-Unis tend à limiter la migration internationale, ce qui modifie les mobilités locales. Alors que la frontière Mexique/États-Unis est traditionnellement perméable, l’ouverture économique semble paradoxale ment marquer une ère caractérisée par une mobilité transfrontalière de plus en plus contrainte. L’espace frontalier devient de moins en moins fluide pour les personnes et les processus transnationaux prennent le pas sur les dynamiques transfrontalières. Déséquilibres économiques et démographiques pourraient laisser entrevoir une certaine complémentarité du marché du travail : les États Unis ont besoin de main-d’œuvre que l’émigration mexicaine est en mesure de satisfaire, particulièrement dans le secteur de la santé et des services à la personne en raison de l’allongement de la vie [Ruiz Durán, 2007]. Pourtant, les dispositions liées aux événements du 11 septembre 2001 ne font qu’accentuer les contrôles mis en place dès le milieu des années 1990 et accroissent les inégalités à plusieurs échelles : non seulement entre le Nord et le Sud, mais aussi au sein des populations implantées dans la région frontalière.

13En conclusion, l’ouverture du marché s’est accompagnée d’une circulation accrue des capitaux et des marchandises vers le Mexique et a pu laisser croire que l’ouverture des frontières uniformisait les conditions d’exercice des activités socio-économique à l’échelle continentale. Néanmoins, les inégalités persistent : l’asymétrie entre le Mexique et son puissant voisin est à la base même des relations géoéconomiques et géopolitiques entre les deux partenaires. Ainsi, au moment où le rôle d’interface se joue à l’échelle continentale, il est compensé par un contrôle renforcé des territoires. La frontière devient un enjeu dans le dispositif de contrôle conçu lui aussi à l’échelle continentale : elle assume alors le rôle de front. La frontière entre le Mexique et les Etats-Unis acquiert enfin le caractère ontologique du concept de frontière dans ce double mouvement entre ouverture et fermeture. Loin d’oblitérer sa pertinence, les évolutions liées à l’Alena font de la Frontera Norte un espace atypique.

Haut de page

Bibliographie

Bustamante Jorge A., « Frontera México Estados Unidos, reflexiones para un marco teórico », Frontera Norte, vol. I, n° 1, enero-junio 1989, p. 7-24.

Coubes Marie-Laure, « Evolución del empleo fronterizo en los noventas : efectos del TLCAN y de la devaluación sobre la estructura ocupacional », Frontera Norte, vol. 15, n° 30, Colegio de la Frontera Norte-Tijuana-México, julio-diciembre 2003.

Gondard Pierre, Revel-Mouroz Jean, La frontière Mexique/États-Unis. Mutations économiques, sociales et territoriales, Éditions de l’IHEAL, 1995.

Leloup Fabienne, Moyart Laurence, « La région frontalière : vers quels nouveaux modes de développement et de gouvernance ? », in Anne-Laure Amilhat-Szary, Marie-Christine Fourny (dir.), Après les frontières, avec la frontière, Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2006.

Macias Marie-Carmen, « Évolution de l’enclave frontalière de la Basse Californie de la zone libre au libre échange », Cahiers des Amériques latines, n° 47, 2004, p. 88-108.

Ruiz Duran Clemente, Integración de los mercados laborales en América del Norte, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 2007.

Haut de page

Notes

1 L’Alena est un accord liant les trois pays d’Amérique du Nord : le Canada, les États-Unis et le Mexique. Cependant, dans ce dossier portant sur la frontière, nous nous centrons uniquement sur la relation bilatérale entre le Mexique et les États-Unis.

2 En terme du PIB total, le rapport est de 1 à 10,3 avec 1 267,9 milliards de dollars pour le Mexique contre 13 132,9 milliards de dollars pour les États-Unis en 2006 (selon les statistiques de l’OCDE consultables sur http://stats.oecd.org/WBOS/.

3 Qu’elles aient été craintes par les syndicats ouvriers états-uniens ou bien espérées par le gouverne ment mexicains, les délocalisations d’emplois peu qualifiés de l’autre côté de la frontière ont en fait été peu nombreuses contrairement aux effets attendus de l’Alena [Coubès, 2003, p. 35].

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1774/img-1.png
Fichier image/png, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Coubès et Marie-Carmen Macias, « Frontière et intégration : pertinence de la frontière après 15 ans d’Alena », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 19-25.

Référence électronique

Marie-Laure Coubès et Marie-Carmen Macias, « Frontière et intégration : pertinence de la frontière après 15 ans d’Alena », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/1774

Haut de page

Auteurs

Marie-Laure Coubès

Docteure de l’université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Marie-Laure Coubès est démographe et enseignante-chercheuse au département d’études de population du Colegio de la Frontera Norte depuis 1995. Ses recherches portent sur l’emploi, particulièrement sur les trajectoires professionnelles et les différenciations de genre, et les études biographiques à partir d’une perspective socio-démographique. Elle a notamment coordonné (avec María Eugenia Cosío et René Zenteno) Cambio demo gráfico y social en el México del siglo XX : una perspectiva de historias de vida en coordination (Mexico, Ed. Miguel Angel Porrúa/COLEF/ITESM, 2005).

Articles du même auteur

Marie-Carmen Macias

Docteure en géographie, urbanisme et aménagement de l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle, Marie-Carmen MACIAS a enseigné dans plusieurs universités françaises (notamment Marne-la-Vallée, Lyon III, Paris XII, Paris III – IHEAL) et est actuellement chercheure pensionnaire au Centre d’études mexicaines et centre américaines de Mexico. Ses recherches portent sur les mutations de la distribution de détail en Amérique latine et sur les dynamiques socio-spatiales à la frontière mexicano états-uniennes. Elle a notamment publié Le commerce au Mexique à l’heure de la libéralisation (Paris, L’Harmattan, coll. Recherches Amériques latines, 2006).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org