Navigation – Plan du site
Chronique

Pérou : une démocratie sans partis politiques

Francisco Belaunde
p. 07-15

Entrées d’index

Index géographique :

Pérou
Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui encore, l’année 1990 continue de marquer la vie politique péruvienne. Lors de l’élection présidentielle, le partis dominants d’alors furent désavoués de façon cinglante par la majorité de la population lorsqu’un inconnu, Alberto Fujimori, à la tête d’une organisation fraîchement créée par lui-même (Cambio 90), fut élu président de la République. Son adversaire malheureux du second tour, l’écrivain Mario Vargas Llosa, était lui aussi un nouveau venu en politique et avait également fondé sa propre organisation, mais il avait fait alliance avec deux des anciens partis – ce qui fut pour beaucoup à l’origine de sa défaite finale.

2Bien au-delà de la sanction infligée aux anciennes formations, qualifiées dès lors de « traditionnelles » dans un sens que l’on voulait péjoratif, c’est l’idée même de parti qui fut alors rejetée par nombre de Péruviens et, avec elle, le personnage du politicien et la politique en général. C’était l’époque où, après deux gouvernements successifs démocratiquement élus, le Pérou vivait l’une des périodes les plus dramatiques de son histoire, avec des scandales de corruption, une inflation annuelle de plus de 7 000 % et des attentats terroristes à répétition commis par les organisations d’extrême gauche (le Sentier Lumineux et le Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru). Dans un tel contexte, l’opprobre fut facilement jeté sur le politicien et la politique et l’option autoritaire apparut de plus en plus séduisante. La fermeture du Parlement, lors du coup d’État perpétré le 5 avril 1992 par Alberto Fujimori avec l’aide de l’Armée, recueillit logiquement l’appui enthousiaste de la majorité de la population. La pression internationale obligea bien le régime à organiser, dans les mois suivants, des élections pour désigner une Assemblée Constituante, investie aussi des fonctions d’un Parlement, mais le sentiment de la population vis-à-vis des politiciens ne changea pas pour autant. Ceux qui voulaient faire de la politique durent par conséquent trouver une nouvelle rhétorique, adaptée à ce climat.

  • 1 En septembre de cette année-là fut diffusée à la télévision une vidéo montrant Vladimiro Montesinos (...)

3Ainsi, les candidats aux élections législatives ou locales s’empressèrent, avant toute chose, de déclarer qu’ils n’étaient pas des politiciens, mais des « techniciens », ou bien, s’ils avaient un passé en politique, qu’ils étaient certes des politiciens, mais « non traditionnels » et « indépendants » – signifiant ainsi qu’ils étaient au service du pays et non d’un parti. Les anciennes formations virent un bon nombre de leurs militants, voire de leurs dirigeants, les quitter pour rejoindre le régime ou créer de nouvelles organisations, décrites comme des « groupements » ou des « mouvements indépendants » afin d’éviter le concept discrédité de « parti ». Souvent aussi, les anciennes formations – compréhensives ou par tactique – autorisèrent leurs membres qui voulaient se présenter aux élections municipales à les quitter provisoirement et à créer des mouvements indépendants, pour leur permettre d’avoir de plus grandes possibilités de succès. Cependant, un certain nombre d’entre eux s’en sont éloignés définitivement par la suite pour prendre leur propre envol. Une telle démarche n’a rien de surprenant dans la mesure où la chute du régime d’Alberto Fujimori, emporté par un gigantesque scandale de corruption en octobre 20001, n’a pas été pour autant synonyme de récupération par les dénommés « partis traditionnels » de leur ancienne position. Certes, ils n’ont pas disparu, mais la politique péruvienne demeure plus que jamais l’affaire de figures individuelles et non plus de partis. Les organisations qui se créent ne sont que des officines ou des réseaux au service de leurs leaders respectifs. La popularité de ceux-ci repose souvent, non sur des capacités oratoires qu’ils n’ont pas, mais sur la bonne réputation qu’ils se sont forgée, en tant qu’administrateurs à la tête d’une mairie ou d’un établissement public ou par quelqu’autre action dans un domaine qui les a fait connaître du grand public.

4La conséquence inévitable de cette évolution est la faiblesse institutionnelle de la démocratie péruvienne et l’existence d’un paysage politique très fragmenté et délétère. Il y eut ainsi 20 candidats lors de la dernière élection présidentielle, en 2006. Du côté du Parlement, dont la chambre unique de120 membres est élue au scrutin proportionnel, un seuil minimum de 4 % des suffrages a été établi comme condition pour que les partis puissent y accéder, afin d’éviter une trop grande dispersion des forces. Malgré cela, sept formations y ont fait leur entrée en 2006. La dispersion s’est encore accentuée, du fait des divisions qui ont eu lieu après l’élection au sein de plusieurs formations. Il y a désormais neuf groupes parlementaires et un nouveau seuil de 5 % des suffrages a été fixé pour le prochain scrutin législatif qui aura lieu en 2011.

Figures du paysage politique contemporain

5Le retour au pouvoir de l’APRA et de son leader Alan García, élu président de la République en 2006, a de quoi surprendre après l’expérience désastreuse du premier mandat de celui-ci entre 1985 et 1990. Il tient certainement au grand charisme et à la très grande habileté de cette personnalité : à 60 ans, il est peut-être le dernier leader politique à l’ancienne, doté d’une extraordinaire capacité oratoire qui fait dire à certains de ses détracteurs – sur un ton à mi-chemin entre la plaisanterie et le sérieux – qu’ils éteignaient leur poste de télévision dès qu’ils le voyaient apparaître de peur de se laisser « envoûter » par ses paroles. Déjà en 2001, il était parvenu à accéder au second tour de l’élection présidentielle et avait failli ravir la victoire à Alejandro Toledo. Sans doute, l’APRA, parti traditionnellement ancré au centre-gauche et créé il y a presque 80 ans, est-elle l’organisation politique la plus solide du Pérou ; il n’en reste pas moins qu’aux élections présidentielles de 1995 et 2000, tandis qu’Alan Garcia était en exil, la performance du parti a été très médiocre – avec à peine 4 % puis 1 % des suffrages. Autrement dit, il existe au sein de l’APRA une dépendance extrême vis-à-vis du leader. Installé une deuxième fois dans le fauteuil présidentiel, Alan García a abandonné les positions populistes et la rhétorique de gauche de son premier mandat pour épouser la plus grande orthodoxie en matière de finances publiques et le libéralisme économique. Il a continué en cela la politique de son prédécesseur, Alejandro Toledo. En même temps, il s’est rapproché des partisans d’Alberto Fujimori, d’abord en choisissant deux personnalités proches de ce courant pour son « ticket » présidentiel de 2006, puis – selon ses détracteurs – en faisant nouer à son parti une alliance de facto avec le groupe fujimoriste du Parlement. La Constitution lui interdisant de se représenter en 2011, il a déjà fait part de ses ambitions pour l’échéance de 2016.

  • 2 Du nom d’Andres Avelino Cáceres un chef militaire qui a tenu tête à l’armée chilienne pendant la Gu (...)
  • 3 Voir l’entretien réalisé avec Ollanta et Nadine Humala par Renée Fregosi, Cahiers des Amériques lat (...)

6Ancien militaire de 46 ans, Ollanta Humala s’est fait connaître du grand public en octobre 2000 lorsqu’il a dirigé, avec son frère Antauro, une rébellion pour réclamer la démission d’un Alberto Fujimori alors aux abois. Il prônait à l’époque une curieuse idéologie développée par son père, « l’ethnocacérisme »2, mélangeant l’exaltation des valeurs militaires avec l’idée de l’instauration d’une sorte d’apartheid à l’envers – en faisant de la minorité blanche une population de second ordre par rapport aux Indiens et aux Métis. Depuis, il a adopté des positions nationalistes et populistes proches de celles d’Hugo Chávez au Venezuela, d’Evo Morales en Bolivie et de Rafael Correa en Équateur. Lors de l’élection de 2006, il fit une apparition foudroyante dans les sondages trois mois avant la date du scrutin et arriva en tête au premier tour, avec 30 % des suffrages. L’alliance qui l’avait soutenu, réunissant le Partido Nacionalista del Perú (PNP) – c’est-à-dire le propre mouvement d’Humala, fraîchement créé par lui-même – et Unión por el Perú (UPP) – le parti fondé en son temps par l’ancien secrétaire général de l’ONU, Javier Perez de Cuellar – obtint 45 sièges au Parlement, devenant ainsi la première force du pays. Cependant, les deux formations se sont ensuite séparées et ont dû faire face, chacune de leur côté, à des désertions dans leurs rangs. Ollanta Humala reste assez bien placé dans les sondages dans la perspective de l’élection qui doit se tenir en 2011, surtout dans les régions andines du Sud, mais il n’est pas à l’abri de l’apparition d’un nouveau candidat qui pourrait le concurrencer sur le terrain de la représentation des mécontents3.

7Début avril 2009, Alberto Fujimori a été condamné à une peine de 25 ans de prison pour des crimes commis sous sa présidence par les forces de sécurité, au plus fort de la lutte contre le Sentier Lumineux. Il avait déjà été condamné à six ans de prison pour un autre délit, et doit encore affronter d’autres procès – cette fois-ci pour corruption. Néanmoins, il reste assez populaire, non seulement car c’est sous sa présidence que les mouvements terroristes ont presque entièrement été démantelés et que l’économie a opéré un spectaculaire redressement à la suite du premier gouvernement d’Alan García, notamment en raison des nombreux travaux d’infrastructure qu’il a réalisés dans de nombreux coins reculés du pays. À cela s’ajoute aussi la persistance d’une certaine attirance pour les solutions autoritaires chez un nombre non négligeable de Péruviens. Ceci se traduit par la bonne place accordée à sa fille Keiko, actuellement membre du Parlement, par les instituts de sondage, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2011. Au lendemain de la condamnation de son père, l’intention de vote en sa faveur est ainsi montée à 27 %. Le fujimorisme compte actuellement 13 représentants au Parlement et Keiko Fujimori a déjà annoncé que, si elle était élue Présidente, elle ferait libérer son père.

8Âgé de 63 ans, Luis Castañeda est l’actuel maire de Lima, où il est très populaire avec des opinions favorables se situant autour de 80 %. Il est, lui aussi, dans le peloton de tête des candidats potentiels pour l’élection présidentielle de 2011 selon les sondages. C’est un pur produit de l’ère fujimoriste, en ce sens qu’il a quitté le parti « traditionnel » de centre-droit auquel il appartenait (Acción Popular) et acquis une grande notoriété en tant qu’administrateur après avoir été nommé à la tête de la Sécurité Sociale par Alberto Fujimori. Il s’est présenté à l’élection présidentielle de 2000 avec sa propre formation, Solidaridad Nacional : victime – comme d’autres candidats – d’une campagne de démolition orchestrée par le régime contre les adversaires de Fujimori qui briguait alors un troisième mandat consécutif, il a cependant obtenu un score insignifiant. C’est en 2002 qu’il a refait surface en gagnant l’élection à la mairie de Lima. S’il n’est pas un orateur et cultive le silence et un profil bas vis-à-vis des médias, cela ne semble pas actuellement lui nuire en termes de sondages.

9Lourdes Flores, 49 ans, a quant à elle fait toute sa carrière politique au sein d’un autre « parti traditionnel », le Partido Popular Cristiano (PPC), d’inspiration social-chrétienne. Loin de le quitter, elle en est devenue l’une de ses figures emblématiques en se distinguant par une farouche opposition au régime fujimoriste. Aux élections présidentielles de 2001 et de 2006, elle s’est fait ravir de justesse l’accès au second tour par Alan García. À chaque fois, ses possibilités ont été limitées par l’image de son parti, perçu depuis toujours comme une organisation exclusivement liménienne et élitiste. Elle s’est pourtant présentée sous la bannière d’une alliance baptisée Unidad Nacional, réunissant son parti et des formations nouvelles comme Solidaridad Nacional de Luis Castañeda. Toutefois, l’alliance a récemment fait implosion avec le départ, notamment, de la formation de M. Castañeda, et ne compte désormais plus que 13 parlementaires sur les 17 élus en 2006. Il est très vraisemblable que Lourdes Flores sera de nouveau candidate en 2011 et les sondages lui accordent également l’une des premières places parmi les « présidentiables ».

  • 4 Alejandro Toledo, originaire d’un petit village des Andes, s’est distingué en arrivant en deuxième (...)

10Président de la République entre 2001 et 20064, Alejandro Toledo a battu tous les records d’impopularité avec moins de 10 % d’opinions favorables pendant une très bonne partie de son mandat. Cela fut dû, en partie, à une série de maladresses dans son comportement personnel et dans celui de son entourage familial qui, bien que relevant très souvent de la vie privée, furent brocardées implacablement et avec délectation par les médias. Pourtant, c’est sous sa présidence qu’a commencé le boom économique que le Pérou a connu ces dernières années, ce qui explique sans doute les perspectives assez favorables pour l´élection de 2011 que lui accordent les instituts de sondages.

11En dehors de ces figures de la politique péruvienne contemporaine, il ne faut probablement pas négliger les présidents de région. En novembre 2002 débuta une nouvelle tentative de décentralisation du pays, avec l’élection de vingt-cinq conseils régionaux et de leurs présidents respectifs. L’influence de ces derniers, qui ont créé un organisme de coordination entre eux se posant en interlocuteur du gouvernement central, semble désormais pouvoir déborder de leurs régions respectives. En outre, dans le contexte d’un système démocratique non encore consolidé et d’une très faible crédibilité des institutions, il existe – même en sourdine – une certaine hantise que les mouvements de protestation qui se produisent régulièrement au niveau local ou régional, pour des motifs souvent très spécifiques et pragmatiques, puissent conduire à des scénarios d’insurrection à la bolivienne où à l’équatorienne – avec une chute du gouvernement central à la clé. Dès lors, le comportement des présidents régionaux est suivi avec une certaine anxiété par les autorités centrales selon qu’ils calment le jeu, qu’ils épousent les mouvements de protestation ou même qu’ils en prennent la tête – ne serait-ce que pour éviter d’être débordés. De fait, l’actuel gouvernement a fait voter une loi qui, parmi d’autres dispositions, prévoit des poursuites pénales contre les présidents de région qui participeraient à des actions de protestation ou les encourageraient. Par ailleurs, à peine 7 des 25 présidents régionaux élus en 2006 appartiennent à un parti national, deux étant membres de l’APRA. Tous les autres ont accédé à leurs fonctions sous la bannière de mouvements régionaux créés par eux-mêmes pour l’occasion. Plusieurs d’entre eux ont néanmoins une expérience politique, singulièrement au sein de mouvements d’extrême gauche. L’un d’eux, celui de Puno, région frontalière avec la Bolivie, se dit ouvertement sympathisant d’Hugo Chávez et d’Evo Morales et a proclamé le caractère « fédéral » de Puno. Le problème pour lui, comme pour nombre de ses homologues, est qu’il a été élu avec à peine 20 % environ des suffrages, la loi ne prévoyant pas de second tour pour les élections régionales. De plus, la plupart des présidents régionaux, à l’image du président de la République, ne sont guère populaires dans leurs circonscriptions respectives.

  • 5 Entre 2004 et 2008 la croissance de l’économie péruvienne a été en moyenne de 7 % par an.

12Enfin, ce panorama serait incomplet si on ne tenait pas compte des mouvements protestataires. Ainsi que nous l’avons signalé, ceux-ci se développent fréquemment un peu partout au Pérou et pour des raisons très diverses. Souvent, ils se déclenchent en relation avec l’exploitation des mines et des champs pétrolifères. Les populations locales protestent, soit en raison des atteintes écologiques, soit parce qu’elles réclament des postes de travail dans les exploitations, soit parce qu’elles exigent que les sociétés exploitantes réalisent des travaux (routes, écoles, hôpitaux, etc.). Il existe également des mouvements de protestation contre des maires ou des commissaires de police locaux, accusés de corruption. Selon de nombreux observateurs, le boom économique qu’a connu le Pérou ces dernières années5 aurait également constitué – et de manière paradoxale – un combustible pour ces protestations. Certes, une partie non négligeable de la population a bénéficié de la croissance, notamment dans les régions côtières ayant vécu l’essor spectaculaire de l’agro-industrie, mais d’autres en sont presque complètement restées à l’écart, particulièrement dans les zones andines du sud du pays. L’exaltation du boom par le gouvernement et l’augmentation de recettes de l’État ont donc attisé les attentes et accru le sentiment de frustration. Pour preuve que ces mouvements préoccupent, la présidence du Conseil des Ministres dispose d’une cellule chargée de prévenir les conflits dans la mesure du possible, mais surtout d’intervenir comme médiateur lorsque les mouvements ont commencé. Le premier ministre lui-même est amené à intervenir, ce qui lui a valu d’être brocardé par les médias et les commentateurs comme « le pompier de service » chargé d’éteindre les incendies. Cette intervention est souvent une exigence des protestataires comme condition préalable aux négociations.

  • 6 Ouvertes par des sympathisants du régime vénézuélien, les casas del Alba sont chargées de promouvoi (...)

13De son côté, le gouvernement accuse un certain nombre d’organisations de créer de toutes pièces les mouvements de protestation ou de mettre de l’huile sur le feu, à des fins de déstabilisation ou pour porter atteinte aux investissements étrangers. Au premier rang des organisations accusées figurent des ONG de défense de l’environnement, ainsi que le parti d’extrême gauche Patria Roja qui n’a pas de présence électorale en tant que tel, mais qui contrôle le syndicat des professeurs des écoles publiques et participe à la configuration des dénommés « fronts de défense des intérêts régionaux ». On accuse aussi certains propriétaires de radios locales de tenir des discours incendiaires et de fomenter des actions de protestation parfois violentes. Autre acteur fréquemment dénoncé : Hugo Chávez, accusé de se livrer à des actions de déstabilisation à travers « les maisons de l’ALBA »6.

Perspectives de la démocratie péruvienne

14Le boom économique de ces dernières années a fait dire à beaucoup d’observateurs – dont Mario Vargas Llosa – que le Pérou était peut-être, et cette fois-ci pour de bon, sur la voie du développement. Cette vision optimiste persiste actuellement malgré le déclenchement de la crise mondiale, du moins au milieu de l’année 2009. Cependant, il y a aussi unanimité à reconnaître que la fragilité de la démocratie péruvienne constitue une menace sérieuse pour les perspectives de l’économie.

15Dans cette perspective, l’un des grands problèmes contemporains réside dans l’inexistence d’un tissu politique solide et de structures partisanes raisonnablement bien ancrées dans la société. Il y a bien eu des tentatives de renforcement du système, notamment avec le vote d’une loi qui fixe des règles plus strictes pour la création et le fonctionnement des partis, dans le but d’en faire de vraies institutions et, par la même occasion, de freiner l’émiettement de l’échiquier politique. Dans le domaine de la législation électorale, après l’établissement d’un seuil de suffrages minimum pour l’entrée des partis au Parlement, certains proposent d’aller plus loin en remplaçant l’actuel système de vote à la proportionnelle par un système uninominal avec des circonscriptions électorales plus petites, ce qui devrait favoriser la concentration des forces politiques en deux ou trois grandes formations.

16Cependant, au-delà des questions électorales et de fonctionnement des partis, la démocratie péruvienne pâtit surtout de la faiblesse des institutions de l’État en général, qui nuit très gravement à la répartition des richesses et nourrit le scepticisme de la population. Une faiblesse qui tient à l’absence d’une réelle volonté politique de la part des gouvernements successifs et des parlementaires pour entreprendre les réformes dont tous s’accordent pourtant à dire qu’elles sont indispensables, qui sont promises régulièrement et qui tardent à voir le jour, hormis des changements insuffisants dans quelques secteurs. L’inefficacité de l’action de l’État et la corruption restent donc des fléaux à combattre.

17À ces problèmes structurels s’ajoute la crise économique mondiale, qui devrait entraîner des conséquences politiques majeures si elle persiste encore. Si l’économie péruvienne semble, aux dires de nombreux spécialistes, mieux lotie que d’autres pour y faire face, elle enregistre quand même un très net ralentissement de la croissance durant ces derniers mois. Autre ombre au tableau, le trafic de drogue : la production s’est accrue ces dernières années et les cartels mexicains sont de plus en plus présents. Les forces survivantes du Sentier Lumineux se sont investies beaucoup plus directement dans le trafic, allant même jusqu’à participer elles-mêmes à la production de cocaïne. De surcroît, celles-ci posent toujours un sérieux problème de sécurité dans les zones les plus touchées par le narcotrafic.

  • 7 Par « antisystème », on entend souvent au Pérou les positions nationalistes et populistes accusées (...)

18L’échéance électorale de 2011 est déjà dans tous les esprits ; elle l’est même depuis le jour de la victoire d’Alan García sur Ollanta Humala au second tour de l’élection de 2006. Le sentiment de ceux qui ont voté pour Alan García a été que le Pérou « l’avait échappé belle », en écartant de justesse le dénommé « candidat d’Hugo Chávez » et de « l’antisystème »7 qui aurait coupé net le boom économique et aurait fait entrer le pays dans le moule vénézuélien ou bolivien. Cependant, beaucoup estiment que ce n’est que partie remise et que le nouveau mandat du leader de l’APRA devrait donc, dans cette optique, être mis à profit pour faire bénéficier un maximum de Péruviens des fruits de la croissance afin de réduire les chances d’Ollanta Humala ou de quelque autre candidat contestataire en 2011.

19L’apparition et l’enracinement de la crise sont certainement de nature à accentuer la nervosité de tous ceux hantés par le spectre de l’ « antisystème ». Néanmoins, il n’est pas dit qu’elle devrait nécessairement conduire à l’avènement d’un régime proche de celui d’Hugo Chávez. Certains observateurs jugent que le fujimorisme, proche du libéralisme économique, pourrait aussi tirer profit des difficultés si celles-ci venaient à s’aggraver. Dans tous les cas, il est trop tôt pour faire des pronostics d’autant que le caractère délétère du paysage politique péruvien rend toute tentative en ce sens particulièrement risquée.

Haut de page

Notes

1 En septembre de cette année-là fut diffusée à la télévision une vidéo montrant Vladimiro Montesinos, chef de facto des services secrets et éminence grise du régime, en train de donner 15 000 dollars en billets de banque à un parlementaire de l’opposition en rétribution de son changement de bord. Dans les semaines suivantes, Montesinos quitta le pays clandestinement et Alberto Fujimori profita d’une visite officielle à l’étranger pour démissionner de son poste au moyen d’une communication envoyée par fax au président du Congrès.

2 Du nom d’Andres Avelino Cáceres un chef militaire qui a tenu tête à l’armée chilienne pendant la Guerre du Pacifique qui a eu lieu de 1879 à 1883 entre le Pérou et la Bolivie d’un côté, et le Chili de l’autre, et qui s’est achevée avec la victoire de ce dernier.

3 Voir l’entretien réalisé avec Ollanta et Nadine Humala par Renée Fregosi, Cahiers des Amériques latines, n° 50.

4 Alejandro Toledo, originaire d’un petit village des Andes, s’est distingué en arrivant en deuxième place au premier tour de l’élection présidentielle de 2000. Il a refusé de se présenter au second tour contre Alberto Fujimori en invoquant le manque de transparence du scrutin. Il devint de ce fait le symbole de l’opposition au régime « fujimoriste » qui s’écroula quelques mois plus tard.

5 Entre 2004 et 2008 la croissance de l’économie péruvienne a été en moyenne de 7 % par an.

6 Ouvertes par des sympathisants du régime vénézuélien, les casas del Alba sont chargées de promouvoir l’Alternativa Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América contre les traités de libre-échange signés entre les États-Unis et plusieurs pays latino-américains.

7 Par « antisystème », on entend souvent au Pérou les positions nationalistes et populistes accusées de porter atteinte au climat favorable aux investissements, notamment étrangers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Belaunde, « Pérou : une démocratie sans partis politiques », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 07-15.

Référence électronique

Francisco Belaunde, « Pérou : une démocratie sans partis politiques », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1772

Haut de page

Auteur

Francisco Belaunde

Francisco Belaunde est avocat et dirige à Lima la revue Testimonio, produite par l’Instituto de Estudios Social Cristianos (IESC) du Pérou. Il commente fréquemment la politique péruvienne et l’actualité internationale dans la presse, à la radio et à la télévision.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org