Navigation – Plan du site
Lectures

Michel Collon, Les sept péchés d’Hugo Chávez

Bruxelles, Investig’Action, 2009, 408 p.
Thomas Posado
p. 155-157
Référence(s) :
Michel Collon, Les sept péchés d’Hugo Chávez, Bruxelles, Investig’Action, 2009, 408 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Venezuela
Haut de page

Texte intégral

1La parole est à la défense! Hugo Chávez alimente les passions et le présent ouvrage n’a pas vocation à dédramatiser le débat puisqu’il constitue un vif plaidoyer en faveur du président vénézuélien. Le propos est clairement celui d’un militant qui vise, par le biais d’une analyse documentée brassant de nombreuses thématiques relatives au Venezuela contemporain, à déconstruire la « diabolisation » du locataire du palais de Miraflores par les élites économiques et médiatiques.

2Pour l’auteur, les stigmatisations récurrentes de Chávez ont pour origine sept péchés qu’il a commis envers les élites mondiales depuis son accession au pouvoir en février 1999 : améliorer l’éducation, la santé, l’alimentation des Vénézuéliens, réduire les inégalités sociales, créer une nouvelle forme de démocratie, se rebeller contre le pouvoir des médias et tenir tête aux États-Unis. Ces sept crimes de lèse-majesté feraient alors du président vénézuélien un « espoir » pour les uns tandis que les élites s’emploient à le calomnier pour éviter qu’il ne suggère à d’autres peuples une alternative politique et sociale. Militant de la « solution Chávez », Michel Collon le défend envers et contre tous: corrompus, ministères, bureaucrates, multinationales, trotskistes, médias, États-Unis…

3En guise d’introduction, l’auteur nous emmène dans les vitrines du gouvernement vénézuélien. Nous visitons alors les missions que le gouvernement vénézuélien met en œuvre pour améliorer l’éducation (misión Robinson), la santé (misión Barrio Adentro), l’alimentation (Casa de Alimentación, Mercal). Celles-ci, comme la plupart des autres programmes sociaux mis en place par le gouvernement de Chávez, sont financées par la redistribution de la rente pétrolière. Michel Collon décrit les avancées accomplies pour les classes populaires en n’hésitant pas à user de formules rhétoriques destinées à provoquer l’empathie du lecteur.

4La première moitié de l’ouvrage est une longue mise en contexte, dans le temps et dans l’espace, du Venezuela contemporain. À la manière d’Eduardo Galeano dans Les veines ouvertes de l’Amérique latine, l’auteur dresse un panorama des crimes de l’impérialisme dans le monde en général et au sud du Rio Grande en particulier. Du génocide amérindien à la révolte de décembre 2001 en Argentine, en passant par le Chili d’Allende ou les maquilas du Mexique, Michel Collon décrit le développement du rapport de forces entre pays impérialistes et pays soumis à cette domination. Il réactualise l’ouvrage de Galeano en détaillant les conséquences du néo-libéralisme qu’il incarne dans les « sept fléaux de l’Amérique latine »: le pillage des matières premières, l’exploitation de la main-d’œuvre, l’agriculture assassinée, les élites vendant leur pays, la dette, le vol des cerveaux et les privatisations. La constitution des fortunes du magnat Carlos Slim et de la multinationale Repsol, par les privatisations bradées du téléphone mexicain et du pétrole argentin, constituent sur ce point d’excellentes illustrations. Cette longue contextualisation se poursuit par une histoire du marché pétrolier: Michel Collon rappelle que les trusts en ce domaine sont, depuis le début du xxe siècle, les entreprises les plus puissantes de la planète et qu’ils n’ont jamais toléré le développement de résistances à leur marche au profit. PDVSA, l’entreprise pétrolière vénézuélienne, était autonome et en voie de privatisation avant l’arrivée au pouvoir de Chávez; la transformation de cette entreprise en source de financement des programmes sociaux fut donc le fruit d’une longue lutte politique. L’auteur en profite d’ailleurs pour résumer l’histoire politique du Venezuela depuis le Caracazo, cette révolte populaire antilibérale de février 1989, jusqu’à la stratégie insurrectionnelle de l’opposition à Chávez entre 2001 et 2004, permettant au lecteur une meilleure compréhension des événements.

5La seconde moitié de l’ouvrage constitue le cœur de la plaidoirie et propose une analyse du Venezuela contemporain. L’auteur commence par une description des classes vénézuéliennes à la fin des années 1990 : une bourgeoisie nationale écrasée et atrophiée, une paysannerie chassée de la campagne, un prolétariat chassé des usines et un secteur informel hypertrophié et improductif. Michel Collon résume alors la réponse apportée par Hugo Chávez à cet état de fait: constitution massive de coopératives, réforme agraire limitant les rares latifundios, intervention de l’État par le contrôle des changes et la nationalisation des entreprises stratégiques, limitation du nombre d’entreprises récupérées par les ouvriers et formation d’une bourgeoisie bolivarienne. Il développe son argumentation en mettant en valeur les organes de démocratie participative, jugés plus proches des préoccupations de la population que les parlements de la démocratie représentative classique. L’auteur poursuit par la description des spécificités de l’armée vénézuélienne, plus populaire dans l’opinion que dans les autres pays d’Amérique latine. Il enchaîne sur les manipulations des médias appartenant à l’oligarchie vénézuélienne et à la bourgeoisie des pays industrialisés contre le gouvernement vénézuélien, mettant en évidence la porosité de la frontière entre ces deux groupes. L’ouvrage s’achève sur les réponses de Hugo Chávez pour vaincre l’isolement diplomatique: la constitution d’une unité latino-américaine et la recherche d’alliés pour un monde multipolaire en Russie, en Iran, en Biélorussie ou en Chine.

6Le propos de l’ouvrage n’est pas celui d’un universitaire, mais d’un journaliste engagé. Le discours est passionné et la passion rend parfois aveugle. Michel Collon reprend la rhétorique gouvernementale sans discernement, qu’il s’agisse de révolution, de socialisme, de développement endogène ou de démocratie participative. Même les aspects les plus controversés de la politique vénézuélienne depuis une décennie, comme les modes de réponse à la crise sociale ou l’alliance avec l’Iran qui suscitent des débats houleux au sein même du chavisme, sont approuvés sans réserve par l’auteur. La description du supposé pilotage de l’économie mondiale par des think tanks (Council on Foreign Relations, Centre Bilderberg, Trilatérale) ou le large traitement des manipulations médiatiques tendent à accréditer une théorie du complot. Ce n’est plus un système économique que Michel Collon dénonce, mais des organes clandestins qui décideraient de l’avenir de l’humanité. Tous ces aspects nuisent à une analyse apaisée de la situation sociale complexe du Venezuela contemporain: si la dénonciation des tentatives de diabolisation de Hugo Chávez est utile et réussie, l’écueil de son apologie n’est pas évité. On peut notamment regretter que l’auteur omette de révéler les tensions autour de l’autonomie du mouvement social, hypothéquant le possible socialisme que le locataire de Miraflores promet à la population vénézuélienne depuis de nombreuses années. Le maintien du lien commercial avec les États-Unis, à la différence du régime castriste, est représentatif d’un certain nombre de continuités de la politique vénézuélienne que la rhétorique de Hugo Chávez et l’ouvrage de Michel Collon semblent négliger.

  • 1  Voir par exemple Le Venezuela au-delà du mythe. Chávez, la démocratie, le changement social, Paris (...)

7De lecture facile, cet ouvrage est une introduction passionnée aux rapports de domination entre le Nord et le Sud et à la réalité du Venezuela contemporain. S’il complète l’édition francophone assez faible sur la question, ceux qui recherchent une vision dépassant la polarisation des pro et des anti Chávez devront chercher dans d’autres ouvrages récents une instruction indépendante des deux parties1.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple Le Venezuela au-delà du mythe. Chávez, la démocratie, le changement social, Paris, Éditions de l’Atelier, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Posado, « Michel Collon, Les sept péchés d’Hugo Chávez », Cahiers des Amériques latines, 62 | 2009, 155-157.

Référence électronique

Thomas Posado, « Michel Collon, Les sept péchés d’Hugo Chávez », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 62 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/1644

Haut de page

Auteur

Thomas Posado

Université Paris 8 Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org