Navigation – Plan du site
Lectures

Christine Laurière, Paul Rivet. Le savant et le politique

Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, 2008, 723 p.
Antoine Huerta
p. 151-154
Référence(s) :
Christine Laurière, Paul Rivet. Le savant et le politique, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, 2008, 723 p.

Texte intégral

  • 1  Au-delà des cas fameux d’un Lévi-Strauss ou d’un Fernand Braudel, voir sur ce point les études plu (...)

1Stimulée par un article de 1989 signé par Jean Jamin et consacré au rôle à la fois scientifique et politique de Paul Rivet (1876-1958), Christine Laurière, ethnologue et archiviste, s’est engagée dans une recherche importante menée à son terme sous la forme d’une impressionnante thèse de doctorat dont est issu ce livre. À partir d’un examen minutieux de la carrière académique du savant et de ses travaux d’institutionnalisation de l’anthropologie, elle développe une étude complète et dresse une biographie intellectuelle du fondateur historique du Musée de l’Homme, au croisement de l’histoire politique et de l’histoire des sciences. Cette thèse sur la dualité des fonctions savantes et diplomatiques s’inscrit dans la filiation de l’ouvrage homonyme du sociologue allemand Max Weber, Le savant et le politique, et aborde ces deux fonctions de front. Elle vient heureusement compléter le tableau des acteurs français des relations culturelles internationales qui ont porté leur influence sur les territoires américains1. Reposant sur des archives variées – et inédites pour la plupart – sous un jour nouveau, richement illustrée, précise sur les différents contextes auxquels Rivet fut confronté, cette somme biographique renouvelle profondément la production existant sur l’œuvre de l’éminent homme de science et est vouée à faire référence sur la question, en présentant au lecteur une vie « incluant plusieurs vies » et plusieurs histoires. De celle d’un homme qui découvre la science anthropologique à celle d’un diplomate, de celle d’un administrateur à celle d’un résistant engagé dans la défense de son pays, les existences de Rivet intéressent de multiples champs historiographiques. Outre sa dimension strictement biographique, l’ouvrage de Christine Laurière présente également tout un pan de la coopération française et des échanges scientifiques internationaux si bien que la connaissance de l’américanisme et des relations culturelles internationales au sein desquelles évolue Rivet sort renforcée à l’issue de ce travail.

2L’ampleur et la variété des sources utilisées méritent qu’on s’y arrête un moment. Ces dernières sont non seulement très nombreuses, mais également diversifiées et en provenance de fonds français et américains. Parmi elles, des sources classiques comme celles du Service historique de l’Armée de terre du Fort de Vincennes (dossiers militaires et fonds personnels), des archives du Service de santé des armées (Val de Grâce, Paris), des archives de l’Institut géographique national (section de la géodésie, mission géodésique en Équateur, Saint-Mandé), de la Bibliothèque des arts décoratifs, de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (fonds Lucien Lévy-Bruhl et Marcel Mauss), de la Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle ; ou encore celles des archives de l’université de Yale (Connecticut) ou des archives nationales pédagogiques et technologique de Tunja (Colombie). Autant d’éléments qui permettent de retracer le minutieux travail de recherche mené par Christine Laurière. Une minutie qui vaut d’ailleurs également pour les importantes sources orales qui nourrissent ce travail : fruit de 17 entretiens conduits par l’auteur, le fonds ainsi constitué permet d’éclairer divers épisodes de la vie de Paul Rivet à la lumière des témoignages de ses contemporains et des familiers de son œuvre. Enfin, et parce que ladite œuvre est littérature tout autant qu’action politique, le dépouillement systématique des revues et l’étude des ouvrages de Paul Rivet permettent à l’auteur de dresser une bibliographie qui, si elle ne prétend nullement à l’exhaustivité au vu de la productivité de l’homme sur le plan des conférences et des articles dans la presse, est néanmoins essentielle pour cerner la portée de ses écrits. Ici, les piliers documentaires du récit de vie sont mis à profit et permettent de dresser une biographie intellectuelle sur une carrière internationale au croisement de la science et de la politique, de l’Europe et de l’Amérique latine.

3La postérité est sélective : de Paul Rivet, elle retient avant tout qu’il fut, avec Georges-Henri Rivière, le fondateur du Musée de l’Homme. Il fut également une importante figure de l’ethnologie française : sa contribution à la structuration de cette dernière dans les années 1920 et 1930 est essentielle et ses fonctions politiques sont généralement méconnues. Cette biographie propose de remédier à cela et, s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un travail de réhabilitation, il n’en reste pas moins que la mise en perspective de toutes les facettes de la carrière de Rivet vient combler un manque dans la connaissance d’un acteur majeur de la recherche française. Car si celui-ci est bien « raidi dans quelques lieux communs », Christine Laurière vient modifier l’image que l’on se fait de l’homme. De fait, le propos est double : d’une part, « restituer la richesse, la complexité du parcours de Paul Rivet en tant qu’ethnologue » et, d’autre part, « évoquer la figure emblématique de cet intellectuel de la iiie République » au sein du monde politique. Pour brosser le portrait de ce savant ne « craignant [pas] de s’investir dans les affaires de la cité », l’auteur reprend quatre temps de son parcours et nous propose une approche chronologique. Celui de la mission géodésique en Équateur de 1901 à 1906 tout d’abord, qui marqua le déclenchement de sa vocation et le point de départ de ses travaux universitaires. L’auteur souligne ensuite le glissement conceptuel que Rivet opéra, entre 1906 et 1930, de l’anthropologie physique à l’anthropologie diffusionniste ; le chercheur est notamment à l’origine de la théorie selon laquelle l’homme sud-américain viendrait d’Australie et de Mélanésie. Dans un troisième temps, c’est l’homme d’institution qui est abordé afin de montrer en quoi ses positions dans le monde intellectuel permettent l’implantation définitive de l’ethnologie dans un cadre universitaire. C’est, enfin, en tant que figure de la lutte contre les fascismes des années 1930 qu’il est présenté. De cet engagement lui viennent de graves difficultés avec le régime de Vichy et les occupants allemands, qui le contraignent à se réfugier en Colombie en 1941. Là-bas, il met à profit son temps pour développer les études ethnologiques en créant l’Institut et le Musée d’ethnologie et en s’évertuant de revaloriser la place de l’Indien dans la nation colombienne. En avril 1943, il est nommé conseiller culturel de la France combattante par le général de Gaulle et acquiert avec cette fonction diplomatique la reconnaissance de ses engagements politiques et administratifs sur la scène internationale.

4Entre 1901 et 1906, la mission géodésique française en Équateur est à l’origine de la vocation d’ethnologue de Paul Rivet : « toutes les notices nécrologiques le mentionnent », nous rappelle Christine Laurière, sans pour autant qu’elles rendent réellement compte du contenu de son emploi du temps durant cette période. Combler cette lacune n’est pas le moindre des mérites de cet ouvrage : grâce à l’exploitation d’archives inédites, le lecteur en apprend beaucoup sur les enjeux de la recherche française outre-Atlantique. L’imposante correspondance du savant révèle notamment les nombreux liens tissés pour approfondir sa connaissance des populations indiennes. Cette mission militaire, initiée par la France et ayant vocation à remesurer l’arc de méridien équatorien, constitue par ailleurs un bon exemple d’interaction scientifique entre la France et l’Équateur. Paul Rivet, très demandé par les élites de Quito (« il s’agit autant d’une mission médicale que diplomatique »), voit le terrain équatorien lui offrir non seulement une passion académique pour l’anthropologie, mais également une femme de bonne famille, mais déjà mariée, qu’il enlève de façon très romantique : « Paul Rivet fait fuir sa dulcinée, déguisée en nonne, à dos de mule jusqu’à Guayaquil ! »

5Dans un autre ordre d’idée, l’exemple de la Société des américanistes est également représentatif de son implication au service de l’universalité de la science. Au contact de cette institution, à laquelle il participe dès 1907, il prend conscience de l’intérêt que peut revêtir une science lorsqu’elle est internationalisée. À la fin de la Première Guerre mondiale, il participe à ses activités en qualité de médecin militaire et milite contre l’exclusion des scientifiques allemands et autrichiens. C’est grâce à ce genre de position que sa carrière de savant, si elle est notoire en France, le devient également au plan international. Sa stature de spécialiste de l’Amérique internationalement reconnu viendra, par la suite, conforter ses positions dans les institutions françaises. Cela dit, la renommée de Rivet a peut-être été aussi importante – voire davantage – en Amérique latine qu’en France, à l’instar d’autres savants comme Claude Lévi-Strauss, Fernand Braudel, Pierre Monbeig ou Roger Bastide. Car l’homme est tout à la fois promoteur en Amérique latine des modèles culturels européens et passeur des cultures latino-américaines vers la France – celles-ci se constituant en objets de savoir bénéficiant d’un cadre institutionnel. Christine Laurière souligne en ce sens qu’à sa mort, les plus grands hommages ne viennent pas de France mais d’Amérique latine.

6Les éclairages apportés sur la carrière de Paul Rivet permettent également de l’inscrire dans le cadre global des relations culturelles internationales. Pour l’essentiel, ses différentes fonctions lui ont permis de défendre continûment, « sur le plan institutionnel, la place de l’ethnologie et le rayonnement de l’américanisme, aussi bien en France qu’à l’étranger ». Organisateur du 28e Congrès international des américanistes en août 1947, président de nombreux colloques et congrès internationaux, docteur honoris causa de nombre d’universités sud-américaines, membre de la délégation française à l’Unesco, grand vulgarisateur scientifique : la carrière de Paul Rivet est celle d’un passeur essentiel entre l’Europe et l’Amérique en même temps que celle d’un pionnier du latino-américanisme français. Les spécialistes de cette aire culturelle retiendront toutefois aussi qu’il donna en Sorbonne la leçon inaugurale du tout nouvel Institut des hautes études de l’Amérique latine, en 1954. Le magnifique travail de Christine Laurière est là pour rappeler à tous ceux qui s’investissent dans cet immense domaine de recherche le rôle fondateur de ce grand savant dans la mise en évidence du laboratoire latino-américain.

Haut de page

Notes

1  Au-delà des cas fameux d’un Lévi-Strauss ou d’un Fernand Braudel, voir sur ce point les études plus ou moins récentes consacrées à François Chevalier (par Véronique Hébrard en 2005), Pierre Monbeig (par Martine Droulers et Hervé Théry en 1991), Auguste Viatte (par Claude Hauser en 2001 et 2004) ou encore Marcel Bataillon (par Claude Bataillon en 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Huerta, « Christine Laurière, Paul Rivet. Le savant et le politique », Cahiers des Amériques latines, 62 | 2009, 151-154.

Référence électronique

Antoine Huerta, « Christine Laurière, Paul Rivet. Le savant et le politique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 62 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/1642

Haut de page

Auteur

Antoine Huerta

Université de La Rochelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org