Navigation – Plan du site
Lectures

Thomas Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique, 1674-1707. Vaincre la défaite

Paris, L’Harmattan, 2009, 302 p.
Guillaume Gaudin
p. 145-149
Référence(s) :
Thomas Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique, 1674-1707. Vaincre la défaite, Paris, L’Harmattan, 2009, 302 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir John K. Chance, Razas y clases de la Oaxaca Colonial, Mexico, Instituto Nacional Indigenista, (...)

1Comment, à partir d’un imbroglio politico-judiciaire, comprendre le fonctionnement d’une petite communauté d’hommes pendant une période de rupture et comment en tirer des leçons à une échelle plus large ? C’est peut-être en ces termes que l’on pourrait résumer la démarche de Thomas Calvo. D’une part, en lisant le titre Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique, 1674-1707, on s’attend à un volume de la collection « Vie quotidienne » et à son inventaire des mœurs et de la culture matérielle du Mexique colonial, n’étaient les dates précises et intrigantes. D’autre part, le sous-titre en forme d’oxymore – Vaincre la défaite – prend aussi le lecteur dans un roman picaresque ou balzacien et son univers foisonnant de personnages hauts en couleurs : ambitieux, calculateurs, violents, tantôt combatifs, tantôt résignés. Enfin, ce livre aurait aussi pu s’appeler Le Christ s’est arrêté à Villa Alta tant on sent l’auteur partir à la rencontre d’un village, de ses hommes et de ses femmes, pris entre tradition et modernité : « [la documentation], écrit-il, m’offrait l’immense bonheur d’explorer des chemins et des êtres avec une proximité que j’ai rarement atteinte ailleurs » [p. 20]. Ainsi, loin de ses terres habituelles de la Nouvelle Galice, l’auteur s’est exilé dans la Sierra zapotèque en observateur méticuleux, le temps de saisir l’essence du lieu et la tragédie humaine qui s’y déroule : « le voyageur qui, vers 1702, serait remonté depuis la vallée de Oaxaca à la Sierra aurait été intrigué, en entrant dans le sud-ouest dans l’alcaldía mayor de Villa Alta » [p. 26]. L’idée de Thomas Calvo n’était donc pas de faire une histoire locale de la Sierra zapotèque ou de Oaxaca, laquelle existe déjà1. À l’instar des maîtres de la microstoria, il reconstitue les heurs et malheurs d’une communauté indienne à la charnière des xviie et xviiie siècles : le pueblo de San Juan Yasona dans la Sierra zapotèque. Il s’agit pour lui de saisir un « bouillonnement […], expression des tentatives tout à la fois individuelles et collectives pour répondre aux tensions, mais aussi pour profiter des chances nouvelles qu’offrait “l’air du temps” » [p. 20]. Une problématique plus vaste sous-tend toutefois cette opération chirurgicale : « comment […] la Monarchie catholique, comme elle aimait à se dénommer, avait-elle réussi à perdurer pendant trois siècles, sur l’étendue de quatre continents ? » [p. 16].

2Aussi le cadre est-il essentiel et on regrettera à ce titre le manque de lisibilité de l’unique carte de l’alcaldía de Villa Alta [p. 14]. La Sierra Norte zapoteca est « un chaînon de la Sierra Madre orientale atteignant des altitudes de 3 500 mètres ». Les témoignages des fonctionnaires et des clercs parlent de l’isolement, de l’escarpement, du tempérament sauvage des habitants. À tel point que la région ne fut pas colonisée par l’alliance mexica. Les conquistadores fondèrent une bourgade au milieu de la province en 1527 : Villa Alta de San Ildefonso, d’où partent des expéditions punitives. Au xviie siècle, la domination espagnole était diffuse : 36 000 à 37 000 habitants en 1703, alors que la capitale ne compte que quelques familles espagnoles et un territoire en forme de quadrilatère de 150 km de long sur 75 de large.

  • 2  Voir Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1994 [1935]. C’e (...)

3La période étudiée, entre 1674 et 1707, est fondamentalement une période de rupture(s). À l’échelle du monde occidental, on se situe dans un temps de renouveau démographique, qui va de pair avec une renaissance des épidémies, en même temps que dans une période de « crise de conscience européenne2 » ; une zone incertaine qui conduit au siècle des Lumières. À l’échelle de la Monarchie hispanique, on assiste à un changement de dynastie et à une phase de rénovation. Localement, ces bouleversements entraînent une recomposition et une complexification du tissu social, accompagnées d’une volonté des alcaldes mayores (le pouvoir local espagnol) de contrôler de façon plus serrée le territoire : « l’ensemble de l’alcaldía mayor était devenu une pile où s’accumulaient les charges électriques de toute nature » [p. 26]. Les communautés et leurs acteurs sont confrontés à des choix douloureux et souvent forcés. Reconstituer cet univers microscopique à l’échelle de l’empire s’avère difficile, d’autant plus que les archives – ici l’Archivo Histórico del Estado de Oaxaca – sont l’expression du pouvoir colonial. Ainsi, Vivre dans la sierra zapotèque apparaît également comme une véritable méthode à l’usage du chercheur tant l’auteur multiplie les sources et les façons de les exploiter. La matière première réside dans les archives des procès de l’alcaldía mayor de Villa Alta dans lesquels Yasona et ses habitants sont impliqués entre 1674 et 1707. Le lecteur retrouvera en appendice la liste de ces 20 procès qui concernent des affaires aussi diverses que « La municipalité fait fouetter la femme de don Jacinto de Bargas, pour vol de poules, elle avorte » (1696), « Conflits entre factions régionales » (1696) ou « Mort dans l’incendie de sa maison de l’alcalde de Yasona (1676) ». Les Archives des Indes conservent également les procès ecclésiastiques menés contre les idolâtres. Par ailleurs, la relation du dominicain Francisco de Burgoa est souvent convoquée. Lorsqu’il s’agit de reconstituer la population de Yasona, l’auteur fait appel à la prosopographie. Les listes de biens saisis et les quelques testaments sont pour l’historien « des tranches entières de culture matérielle, inaccessibles autrement » [p. 49]. Lorsque des points restent trop obscurs ou lacunaires, il entreprend de les combler en recourant à la documentation sur les autres pueblos ou en dehors des bornes chronologiques.

4Examinons maintenant le déroulement de l’ouvrage. Celui-ci commence par rapporter deux affaires judiciaires et nous transporte au cœur du village indien et de ses intrigues politiques. Premièrement, en 1674, deux vieux caciques s’enivrent et l’un finit assassiné ; deuxièmement en 1676, un incendie meurtrier emporte la vie de l’alcalde récemment élu. La présentation des faits permet de dresser une galerie de portraits du village puis de placer chacun sur l’échiquier politique et social de cette microsociété. Deux constats pour les années 1670 : d’une part, le pueblo manque de nobles en âge d’être chef (gobernador), ce qui entraîne un flottement et une montée des roturiers dans les charges municipales. D’autre part, deux camps s’esquissent dans ces affaires de meurtres : un plutôt conservateur, attaché aux traditions indigènes et favorable à l’idolâtrie ; un autre ouvert à la collaboration espagnole, qui s’inscrit dans un processus d’acculturation.

5Plus loin, Thomas Calvo dresse un tableau de la vie quotidienne à Yasona avec l’assurance de quelqu’un qui connaît les rythmes de vie de la Nouvelle Espagne et qui reste sensible à la complexité tant du territoire que des individus qui le peuplent : la propriété, l’agriculture, l’intervention espagnole (reducciones), les lieux publics et les espaces de l’intimité, la famille. Notons l’intérêt porté aux femmes, malgré des sources plutôt réduites. En miroir, dans le contexte d’une très faible et fragile présence dans la Sierra zapotèque, Thomas Calvo décrit le fonctionnement des grandes institutions coloniales hispano-américaines : l’alcaldía mayor et le repartimiento. L’alcaldía mayor de Villa Alta est un office qui offre d’importantes richesses avec le tissage des couvertures de coton. Cependant, le représentant du roi doit faire face à de nombreux conflits entre alcaldes et communautés indiennes. Malgré le respect – voire l’aura – qui entoure sa fonction, l’alcalde doit être prudent, surtout lorsqu’il s’écarte du centre hispanique pour visiter les pueblos : en 1684, il est assiégé dans une maison par le pueblo de Choapan. Certains alcaldes mayores marquent durablement la région comme Juan Manuel Bernardo de Quiroz (1687-1691), chevalier de l’ordre de Santiago, péninsulaire, courtisan : « il privilégia l’intervention politique et la ruse à la coercition et à l’oppression directes » [p. 97].

6Le décor étant planté et les acteurs présentés, l’histoire politique des pueblos peut se jouer. Thomas Calvo met en scène le héros et ses déclinaisons : le cacique. La grande question est celle de la légitimité : comment l’acquérir, l’affirmer et la conserver ? Il n’y a pas une seule voie comme il n’y a pas un modèle unique de caciquat : les caciques puisent leur légitimité dans la propriété foncière, la généalogie, les privilèges octroyés par le roi et certaines formes d’hispanisation. De plus, le rôle de la communauté dans la légitimation du pouvoir aboutit à une sorte de démocratie au village. Tout cela s’exprime particulièrement dans « la dynamique contestataire des années 1690 » à Yasona. On y découvre le système politique, fait d’alliances fragiles et de clientélisme mis en place par les trois caciques rivaux. Ces derniers savent maîtriser la violence de la communauté et, surtout, « fins manœuvriers, ils discernent vite qu’il y a des instances (l’alcalde mayor de Villa Alta, l’audience de Mexico). […] Ils font également le pari d’une authentique action politique, même rudimentaire » [p. 147]. L’auteur décrypte aussi les reales provisiones très sollicités par les Indiens (acte formel de l’audience, dont l’initiative peut venir d’une demande d’un pueblo indien et constitue une protection effective contre l’alcalde mayor). Les caciques organisent des « campagnes régionales d’opposition » à l’alcalde mayor, en recueillant des signatures pour des pétitions à apporter à Mexico, qui se terminent parfois en derramas (soulèvement populaire).

7Le pari est également d’étudier la religion zapotèque non pas comme un phénomène figé, mais bien comme le fruit de processus sociaux : « nous souhaitons approcher le magma en fusion, dynamique, qui constitue l’ensemble des croyances et des pratiques du Zapotèques autour de 1700 » [p. 180]. Pour Thomas Calvo, la réaction indienne est une attitude de résistance, une fierté virile de ses origines, face à la domination espagnole : « cette symbiose entre mémoire, croyance, pratique et identité communautaire est particulièrement nette ici » [p. 181]. Être catholique dans la Sierra en 1700 se révèle donc compliqué lorsqu’on apprend que des pueblos entiers continuent d’idolâtrer : faible présence dominicaine, double-jeu des caciques hispanisés mandatés pour apporter la nouvelle foi et unanimisme religieux. En outre, l’historien reconstitue les univers mentaux et les structures d’encadrement des communautés de la Sierra zapotèque. Dans le contexte mouvementé des années 1700-1705, après le drame de Cajonos, il dispose de nombreuses informations sur les pratiques d’idolâtrie. Deux procès portant sur la même affaire permettent de comparer les discours des acteurs. Devant la justice laïque, les inculpés sont sincères : « il y a tout à la fois une sérénité et une volonté pédagogique, presque le manuel du bon expert en arts diaboliques à la zapotèque » [p. 212]. Chez le juge ecclésiastique, les déclarations sont plus elliptiques car la menace est plus forte. Aussi apprend-on que les rituels anciens étaient bien encadrés par un clergé important (devins, sorciers, chanteurs, musiciens) et des organisations de quartier.

8Enfin, cet ouvrage tente de saisir l’essence même des croyances. Retenons qu’elles sont en constante interaction avec la religion chrétienne. L’historien parle alors de métamorphisme religieux : les éléments chrétiens réagissent avec les mouvements sociaux d’ensemble. D’une part, il existe des similitudes entre des religions traditionnelles adaptées à des mondes agraires. D’autre part, l’incorporation du catholicisme tridentin est progressive, voire latente : prière, geste, mots, espace. Thomas Calvo définit alors le credo zapotèque : le rapport entre la Nature, la communauté et les individus constitue une « harmonie sanglante » [p. 233]. Religion du calendrier faite de rituels notamment sanglants, c’est aussi une religion des ancêtres qui se matérialisent dans divers objets sacrés. Progressivement, elle évolue vers des formes plus personnelles : préoccupation agraire, recours au devin pour jeter des sorts. La campagne épiscopale menée après 1704 est fatale. Une religion fondamentalement publique et communautaire se transforme en une pratique privée et amoindrie.

9On l’a compris, ce livre a ouvert de multiples pistes et dégagé des propositions d’interprétation. Nous avons apprécié la place donnée aux événements, ainsi qu’aux acteurs et à leur capacité à participer aux changements en cours. Les trois caciques, « héros picaresques » [p. 21], se démènent pour obtenir ou conserver le pouvoir local : Don Pablo de Bargas, proche des Espagnols, Don Phelipe de Santiago, versatile et imprudent, Don Joseph de Selis, secret et manipulateur. De plus, l’auteur, grâce à sa maîtrise des mécanismes sociopolitiques, rend lisible des rouages coloniaux comme l’alcaldía et son repartimiento de mercancías ou encore les provisiones reales. Enfin, à l’heure de l’engouement pour les arts premiers et le paradigme des global studies, remercions l’auteur et son éditeur d’avoir su historiciser cet espace-temps, a priori insignifiant tant il semble fait de viles chicaneries, de rituels archaïques et de méchants alcaldes. Cela ne pouvait se faire qu’en abordant de manière empirique la vie des habitants de la Sierra zapotèque. Thomas Calvo a décrit ces personnages avec le respect, parfois l’affection ou l’humour, la modestie et l’intelligence d’un historien accompli.

Haut de page

Notes

1  Voir John K. Chance, Razas y clases de la Oaxaca Colonial, Mexico, Instituto Nacional Indigenista, 1982.

2  Voir Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1994 [1935]. C’est de cet ouvrage classique qu’est tiré l’exergue du livre de Thomas Calvo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « Thomas Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique, 1674-1707. Vaincre la défaite », Cahiers des Amériques latines, 62 | 2009, 145-149.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « Thomas Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique, 1674-1707. Vaincre la défaite », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 62 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1636

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

Université Paris Ouest Nanterre La Défense/MASCIPO

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org