Navigation – Plan du site
Dossier. Le Chili « déconcerté »

Stabilité politique et crise de la représentation au Chili

Georges Couffignal
p. 109-124

Résumés

Le Chili a souvent été loué pour sa stabilité politique. Deux coalitions y structurent le système partisan et gouvernent depuis deux décennies, l’une de centre gauche, la Concertation (PS, DC, PPD), au pouvoir de 1990 à 2010, l’autre de droite (UDI et RN), depuis cette date. Cette situation résulte en grande partie d’un système électoral singulier, le « système binominal », qui garantit à chaque coalition un nombre de sièges à peu près équivalent au Parlement. Parfaitement fonctionnel pour assurer une bonne gouvernance durant la longue période de transition, ce système connaît aujourd’hui une crise profonde, comme l’illustrent la désaffection de la jeunesse ou nombre de conflits sociaux. Les partis de gouvernement semblent pour l’heure incapables de prendre en charge des demandes qui bouleversent radicalement leurs schémas traditionnels. Ils ne pourront pourtant longtemps différer la question de la réforme de la loi électorale.

Haut de page

Texte intégral

1Comparée aux bouleversements qu’ont connus la plupart des systèmes partisans d’Amérique latine depuis le retour de la démocratie, l’exemplarité de la stabilité du système politique chilien a souvent été soulignée. Depuis 1990 en effet, deux coalitions, l’une de centre gauche, l’autre de droite, occupent quasiment la totalité de l’espace politique.

  • 1 Le mode de scrutin pour l’élection présidentielle est inspiré du modèle français d’élection au suff (...)
  • 2 . Une réforme constitutionnelle adoptée en 2005 a réduit le mandat présidentiel de six à quatre ans (...)

2La Concertación (de partidos para la democracia) est née de partis ayant décidé de s’allier pour voter non au référendum par lequel en 1988 le général Augusto Pinochet espérait pouvoir se maintenir au pouvoir. Elle regroupe le Parti socialiste (PS), le Parti pour la démocratie (PPD), la Démocratie chrétienne (DC) et le Parti radical social démocrate (PRSD). Cette coalition n’allait pas de soi, sachant l’opposition que la DC avait pratiquée au gouvernement de Salvador Allende, et le soutien que certains de ses membres avaient apporté au coup d’État de Pinochet en 1973. Une partie importante des militants et de la direction du PS était elle-même très rétive à toute compromission avec un parti qui était perçu comme ayant favorisé la rupture du système démocratique que connaissait le Chili depuis des décennies. Constituée à l’origine pour un scrutin (voter « non » au référendum), cette coalition a perduré. Aux élections présidentielles de décembre 1989 son candidat, Patricio Aylwin (DC), est élu dès le premier tour1. Quatre ans plus tard, un autre démocrate chrétien, Eduardo Frei, lui succède, également élu au premier tour. En 2000 c’est un socialiste, Ricardo Lagos, qui est élu au second tour, après un ballottage difficile. Il laisse la place en 2006 à une socialiste, Michelle Bachelet, elle aussi élue au second tour2. Les deux premiers présidents disposaient d’une confortable majorité au Parlement. Ce ne sera pas le cas des deux derniers : le ballottage qu’ils ont subi s’est traduit dans la composition de la chambre des députés, les deux blocs gauche-droite ayant un nombre de sièges très proche. Il n’en demeure pas moins qu’avec 20 années de gouvernement d’une même majorité partisane, le Chili constitue un cas unique en Amérique latine.

3Face à la Concertación (Concertation), la coalition de droite est composée de deux partis, l’UDI (Unión Demócrata Independiente) et Renovación Nacional (RN). Elle a changé de nom plusieurs fois : Democracia y Progreso (1989-1992), Participación y Progreso (1992-1993), Unión por el Progreso (1993-1996), Unión por Chile (1996-2000), Alianza por Chile (2000-2009), Coalición por el Cambio (2009-). Elle est connue sous le vocable Alianza (Alliance) que nous utiliserons désormais.

  • 3 . Curieusement, peu de travaux ont été consacrés à l’un des intellectuels majeurs de la période Pin (...)

4L’UDI a été fondée en 1983 par Jaime Guzmán Errazuriz, un juriste, professeur à l’Université catholique de Santiago, qui fut l’idéologue de Pinochet et l’un de ses très proches collaborateurs. Étudiant à la faculté de droit de l’Université catholique du Chili, il avait, en 1967, pris la tête de l’opposition à une réforme universitaire et avait créé un mouvement corporatiste (movimiento gremial, qui se développera sous le générique de gremialismo), fondamentalement opposé à la démocratie libérale et prônant l’autonomie et la dépolitisation des corps intermédiaires3. Ce mouvement fournira une grande partie des cadres de l’administration de la dictature militaire. Guzman fut, de plus, l’un des principaux rédacteurs de la constitution actuellement en vigueur, approuvée par référendum en 1980. En dépit du fait que la légitimité de ce référendum ait été maintes fois dénoncée (absence de registres électoraux, liberté de la presse inexistante, interdiction des partis politiques), la fin de la dictature n’a pas entraîné l’abandon de cette constitution. Le Chili est le seul pays d’Amérique latine à n’avoir pas rédigé de nouvelle constitution après le retour de la démocratie.

5L’UDI regroupe des conservateurs traditionnels liés aux groupes religieux catholiques, des nostalgiques du régime de Pinochet, des ex-militaires, des membres des milieux populaires cooptés par des réseaux locaux d’un parti de masse très bien organisé sur tout le territoire. Alors qu’aux premières élections démocratiques, en 1989, l’UDI n’avait obtenu que 14 députés et deux sénateurs, ce parti est devenu, après deux décennies de croissance régulière, le premier en termes de suffrages recueillis. Aux élections de 2009, l’UDI a obtenu 39 sièges de députés (groupe le plus important à la chambre) et huit de sénateurs.

6Renovación Nacional (RN) regroupe des ex-collaborateurs du régime militaire acceptant le changement démocratique et des libéraux ouverts aux expressions modernes du libéralisme, tant économique que sociétal. Se situant au centre droit, ses leaders historiques sont Andrés Allamand et Sebastián Piñera. Ce dernier, homme d’affaires richissime, ancien sénateur RN, n’était pas suspect de nostalgie de l’ancien régime, car il avait voté non au référendum de 1988 par lequel Pinochet espérait pouvoir se perpétuer au pouvoir. Propriétaire, entre autres, du principal canal de télévision (Chilevisión), de la principale équipe de football (Colo Colo), de la compagnie d’aviation Lanchile, il s’était présenté en 2006 en même temps que Joaquin Lavin et Michelle Bachelet. Ayant devancé Lavin au premier tour il échoua face à M. Bachelet au second, mais cela lui permit de s’imposer comme leader de la droite et d’être son seul candidat – victorieux – en 2010.

  • 4 . Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil, 2006
  • 5 . Signalons cependant Arturo Fontaine, Cristián Larroulet, Jorge Navarrete, Ignacio Walker (éd.), R (...)

7Comment expliquer la très longue domination de la coalition de centre gauche, au-delà de l’art politique dont ont fait preuve, en particulier, les deux derniers présidents ? Comment interpréter l’alternance en 2010, alors que la présidente sortante, Michelle Bachelet, bénéficiait d’une popularité (plus de 80  %) inégalée à la fin de son mandat et qu’elle mit tout son poids pour tenter de faire élire Eduardo Frei, candidat de la Concertación ? La même année les deux présidents sortants au Brésil et en Colombie, Lula da Silva et Armando Urribe, qui bénéficiaient eux aussi de forts taux de popularité, réussirent à faire élire leurs candidats, respectivement Dilma Rousseff et Juan Manuel Santos. Comment analyser enfin, la crise de la représentation que connaît le système partisan chilien, au-delà de l’explication classique (et fondée) de la crise généralisée des partis, au-delà aussi de cette caractéristique de nos sociétés démocratiques modernes que Pierre Rosanvallon a qualifiée « d’âge de la défiance »4 ? Il est bien évident qu’une grande quantité de facteurs doivent être pris en compte pour répondre à ces questions qui, de surcroît, ont donné lieu à nombre de travaux récents. Le présent article voudrait mettre l’accent sur une variable peu étudiée dans ses effets sur le système politique, à savoir la législation électorale chilienne5. Négliger cette variable est en effet, à notre sens, méconnaître l’un des ressorts premiers à la fois de la « gouvernabilité » du Chili durant deux décennies et de la crise de représentation qu’il connaît aujourd’hui. Cette législation présente deux caractéristiques toutes deux inscrites dans la constitution de 1980 : le « système binominal » pour l’élection des représentants (députés et sénateurs), et le vote obligatoire avec inscription libre sur les registres électoraux. L’une comme l’autre sont aujourd’hui timidement en débat au Chili, mais indépendamment l’une de l’autre. Nous nous proposons de montrer que c’est la conjugaison de ces deux données qui est l’une des clés majeures de compréhension de la crise de la représentation politique que connaît le Chili aujourd’hui.

Système binominal et crise de la représentation

  • 6 . Ce type de loi, pour être modifiée, nécessite l’approbation des 4/7e des députés et sénateurs (ar (...)
  • 7 . Article 109 bis de la loi organique constitutionnelle sur les élections (loi n° 18.700/88, actual (...)

8Députés et sénateurs sont élus au suffrage universel direct majoritaire à un tour, selon un mode de scrutin « binominal » qui a été précisé dans une « loi organique constitutionnelle » en 19886. Inspiré de dispositions ayant autrefois existé dans certains Länder allemands, le système électoral est qualifié de « binominal » car dans chaque circonscription (elles sont distinctes pour les sénateurs et les députés) sont élus deux représentants. Les partis ou alliances de partis y présentent une liste fermée de deux noms. Ce n’est pas une liste bloquée : il peut y avoir un vote préférentiel au sein de la liste retenue. Celui qui arrive en tête au sein de la liste ayant obtenu le plus de voix est élu. Le second siège est en général attribué au candidat ayant le plus de voix au sein de la liste arrivée en seconde position. En effet, pour conquérir les deux sièges, la liste arrivée en tête doit avoir deux fois plus de voix que la liste arrivée en second7. Par exemple si la liste A obtient 52 % des suffrages, la liste B 28 % et la liste C 20 %, les listes A et B auront chacune un siège. Dans ce cas de figure, pour que la liste A remporte les deux sièges, il faudrait qu’elle ait obtenu 56 % des voix, contre 28 % à B et 20 % à C. Une bonne illustration de ce type de scrutin est fournie par la première élection démocratique de sénateurs en 1989, dans la 7e circonscription, où se présentaient plusieurs « poids lourds » de la politique chilienne : pour la Concertación Andres Zaldivar (ancien président de la DC, futur président du Sénat) et Ricardo Lagos (PPD, qui deviendra président de la République), pour l’Alianza Jaime Guzman (UDI) et Miguel Otero (RN), ainsi qu’une troisième liste. Les résultats furent les suivants :

Candidat

Parti

Nombre
de voix

 %

Résultat

Andrés Zaldívar Larraín

FDC

408 227

31.27

élu

Ricardo Lagos Escobar

FPD

399 721

30,62

Jaime Guzmán Errázuriz

UDI

224 396

17,19

élu

Miguel Otero Lathrop

RN

199 856

15.31

Sergio Santander Sepúlveda

ILE

59 834

4.58

Rodrigo Miranda

ILE

13 435

1.03

  • 8 J. Guzman sera assassiné en 1991 par des militants d’une organisation armée fondée dans la clandest (...)

9Dans un système majoritaire classique, le second siège aurait été attribué à R. Lagos qui avait obtenu 175 000 voix (soit 13,4 % des suffrages exprimés) de plus que J. Guzmán. Or c’est ce dernier qui obtint le second siège8.

  • 9 Cette question a longuement été abordée par Alfredo Joignant dans son article, op. cit., “Modelos, (...)
  • 10 Selon les domaines (art.116), 3/5 ou 2/3 des voix dans chaque chambre.
  • 11 Manuel Antonio Garreton a progressivement défini ce concept dans divers travaux depuis la fin des a (...)

10Ce système électoral produit deux effets importants sur la structuration du système de partis9. En premier lieu, il élimine les petites formations de toute représentation parlementaire, sauf à être membre d’une des deux coalitions dominantes (ou à négocier des places avec elles). En second lieu, il favorise les alliances de partis pour former des blocs à la chambre. Il se rapproche sur ce point du système uninominal majoritaire à un ou deux tours, comme le connaissent l’Angleterre ou la France. Mais les effets en termes de représentation sont beaucoup plus amples au Chili que dans ces deux derniers pays. En effet, la société civile chilienne est fort peu structurée, là encore en raison d’héritages de la période Pinochet. Le droit d’association (corporación) est juridiquement extrêmement difficile à exercer, et la pratique du droit syndical est entravée par une législation très restrictive. Il n’y a donc pas, comme dans la plupart des « vieilles » démocraties, de canaux alternatifs aux partis pour exprimer les demandes sociales. De plus, ce système aboutit à ce que le Parlement soit composé tendanciellement de deux forces équivalentes (c’est le cas depuis 1999), avec pour conséquence l’extrême difficulté à réunir la majorité qualifiée de « nécessaire »10 pour adopter des lois organiques ou réformer la constitution. Ce n’est qu’en 2005, après 15 années de débats parlementaires, qu’une réforme constitutionnelle a pu abroger la plupart des dispositions que Manuel Antonio Garreton avait qualifiées d’« enclaves autoritaires » (sénateurs nommés, sénateurs à vie, membres de l’armée dans les organes supérieurs de l’État comme la Cour Suprême et le Tribunal constitutionnel, absence de possibilité pour le président de choisir le chef des forces armées, etc.)11.

11Une réforme constitutionnelle adoptée en août 2005 a enlevé le caractère constitutionnel au système binominal, qui peut désormais être modifié par une loi organique. Mais, de fait, aucune des deux forces politiques présentes au Parlement ne semble désireuse de modifier rapidement une législation qui lui garantit un nombre substantiel de sièges, indépendamment de ses résultats électoraux.

  • 12 Les chambres élues en 2009 en sont une illustration. Les sièges de la Chambre des députés sont répa (...)
  • 13 Georges Couffignal, « Les démocraties latino-américaines sont-elles gouvernables » ? in Pierre Favr (...)

12Les effets positifs de ce système pour la stabilité politique et la bonne gouvernance sont nombreux. Les mouvements amples de balancier politique, comme en connaissent les systèmes de scrutin uninominal, sont inconcevables. Au Chili, il est quasiment impossible que le Président dispose d’une majorité confortable aux deux chambres. Le cas de figure le plus fréquent est celui de majorités parlementaires très faibles, voire de « gouvernement divisé » (gobierno dividido, divided government), ce que l’on a appelé en France la cohabitation : un président face à une ou deux chambres de couleur politique distincte de la sienne12. En contraignant les forces en présence à constamment rechercher le consensus, à trouver des terrains d’entente, à passer des compromis, ce système garantit l’effectivité de l’application des décisions13 et réduit les risques de polarisation politique. Il interdit toute législation de circonstance et donne un contrepoids considérable au parlement face à un président qui dispose constitutionnellement de nombreux pouvoirs. Pendant la première décennie de retour à la démocratie, alors que A. Pinochet demeurait chef d’État-major des forces armées (il le fut, en application de la constitution, jusqu’en 1998) et conservait un ascendant considérable sur ces dernières, cette modération imposée – qui exaspérait nombre d’exilés de retour dans leur pays (retornados) – fut assurément une des clés du succès de la transition chilienne. Les gouvernements de la Concertation (1990-2010) durent constamment négocier avec l’opposition de droite le rétablissement progressif de la normalité démocratique et les réformes qu’elles souhaitaient entreprendre. Mais l’Alliance savait de son côté que le temps des régimes autoritaires, tant au Chili que dans le reste de l’Amérique latine, était révolu. Son espace politique dépendait donc de sa capacité à modérer les ardeurs de certains de ses militants, nostalgiques de la période passée. Nul doute que cette nécessité, à la fois institutionnelle et politique, de devoir rechercher des compromis ait été l’une des clés de la stabilité chilienne durant vingt ans.

  • 14 À droite, l’UDI, on l’a vu, regroupe beaucoup de catholiques traditionalistes militants, grands pro (...)

13Ce système a aussi entraîné une très grande lenteur quant au travail du législateur, dès qu’il s’agissait de domaines politiquement ou socialement sensibles. Les exemples abondent, dans tous les domaines. Ainsi des textes furent adoptés après avoir été discutés durant deux ou trois législatures successives. Cela peut être un gage pour l’élaboration de bonnes règles. Ce peut être aussi gage de paralysie. On l’a vu par exemple en matière fiscale. Les deux derniers gouvernements de la Concertación, en dépit de leur souhait, n’ont jamais pu mettre en œuvre une grande réforme des impôts. On l’a vu plus encore en matière civile. Le poids des conservatismes religieux et leur influence sur les deux grandes coalitions14 ont abouti à maintenir pendant longtemps des dispositions législatives obsolètes au regard de l’évolution de la société et des mœurs. Le Chili fut ainsi le dernier pays d’Amérique latine à légaliser le divorce, en 2005, après 15 années de débats parlementaires dans les chambres qui se sont succédé. La libre commercialisation des moyens contraceptifs est récente et se heurte à quantité d’obstacles. La question de l’interruption de grossesse, toujours interdite, n’est pas réglée. Cette lenteur, acceptée tant que le péril de l’armée demeurait, ne l’est plus aujourd’hui, et les conséquences négatives du système binominal apparaissent au grand jour.

  • 15 El Plan de Acceso Universal de Garantías Explícitas (Plan AUGE) prévoyait cet accès gratuit pour 40 (...)

14Les effets pervers de ce système sont nombreux et cumulatifs. En imposant une gouvernance au centre, en empêchant de fait toute législation novatrice, ce système conduit l’exécutif à un risque d’immobilisme en dehors des domaines pour lesquels existe un consensus entre les deux coalitions (comme par exemple pour le modèle d’économie ouverte sur l’extérieur). S’il veut agir vite, sans passer par les lenteurs parlementaires, le président doit donc privilégier le rapport direct à la population, pour tenter d’imposer ses projets aux parlementaires via l’opinion publique. Ce fut le cas sous le gouvernement Lagos à propos de la réforme du système de santé : l’adoption par le parlement d’une couverture universelle pour les pathologies les plus fréquentes (Plan AUGE)15 ne fut acquise que grâce à la très forte médiatisation de ce projet. À l’inverse, mais de la même manière, c’est l’importance des soutiens de l’opinion publique aux mouvements étudiant et lycéen, qui se sont développés à partir de mai 2011, qui a contraint le président Piñera à recevoir leurs leaders en septembre. Ce n’est qu’après qu’il ait changé de ministre, en novembre, après six mois de manifestations, que des rencontres furent organisées pour la première fois entre représentants étudiants et parlementaires de la Concertation.

  • 16 Alfredo Joignant, "Political Parties in Chile: Stable Coalitions, Inert Democracy", in Kay Lawson e (...)
  • 17 Ibid, p. 142.
  • 18 Les travaux abondent sur cette question. Outre La contre-démocratie de P. Rosanvallon (op. cit.) ou (...)

15Le résultat inévitable de ce type de pratique politique est une distance croissante entre les représentants et les représentés, et une indifférence des citoyens vis-à-vis du travail de leurs élus. Alfredo Joignant, dans une étude très fouillée des coalitions chiliennes de 1989 à 200516, a élaboré un « index de désaffection électorale » à partir de l’écart entre l’évolution de la population en âge de voter et les inscriptions sur les listes électorales. Cette désaffection a plus que doublé en 16 ans, passant de 22,53 % en 1989 à 57,42 % en 200517. Certes, le Chili n’est pas, en la matière, un cas isolé, et cette distance entre gouvernants et gouvernés est tout aussi observable dans nos « vieilles » démocraties18. Mais encore une fois, dans celles-ci, les demandes nouvelles disposent d’une innombrable quantité de canaux institutionnels pour se faire entendre, à la différence du Chili, qui est pourtant l’un des pays d’Amérique du Sud ayant le plus tôt adopté, dès le début du xxe siècle, le modèle démocratique.

  • 19 On se reportera sur cette question à l’excellent petit ouvrage de Olivier Fillieule et Danielle Tar (...)

16Par ailleurs en éliminant, de fait, les petites formations et en assurant quasiment les grandes coalitions d’un monopole de représentation, dans un pays où la société civile est peu structurée et la presse peu diversifiée, ce système binominal ferme totalement l’espace politique. Les demandes minoritaires n’ont pas de possibilité d’expression politique via le système représentatif. Soit elles réussissent à conquérir un espace corporatif et pourront émerger via les lobbies. Soit elles trouvent le moyen d’interpeller directement le pouvoir, ce qui passe souvent par la rue. Dans les démocraties consolidées, la manifestation n’est que l’un des éléments – important – d’une palette variée de modes d’expression des demandes19. Elle est au Chili un passage obligé et quasi exclusif pour toute demande nouvelle. Non seulement les partis des deux coalitions verrouillent l’espace politique, mais leur mode de fonctionnement n’est pas propice au renouvellement interne. Le monopole des appareils partisans dans la désignation des candidats, les arrangements entre partis d’une même coalition pour confectionner les listes et positionner des individus sûrs d’être élus ou battus (en fonction des rapports de force internes à chaque coalition), rendent aléatoire l’émergence de figures nouvelles. Le risque est donc grand d’avoir des représentants peu perméables aux demandes sociales, ou à celles de groupes minoritaires, surtout lorsque celles-ci bousculent l’ordre établi ou les comportements politiques issus d’une transition opérée sous la tutelle pesante de Pinochet et de l’armée pendant plus d’une décennie.

  • 20 Les résultats globaux du premier tour furent Jorge Arrate (PC et divers gauche) 6,21 %, Marco Enriq (...)

17Certes l’introduction de la pratique des primaires à l’intérieur de chaque coalition dans les années 2000, d’abord au sein de la Concertation puis au sein de l’Alliance, a permis à R. Lagos en 1999, à M. Bachelet en 2005, et à S. Piñera, en 2010, de s’imposer au sein de leurs coalitions respectives. Mais la désignation des candidats éligibles aux législatives, députés et sénateurs, a continué la plupart du temps à obéir strictement aux logiques des appareils partisans. Celles-ci furent d’ailleurs prépondérantes pour la désignation du candidat de la Concertation aux présidentielles de 2009, provoquant une candidature dissidente, celle de Marco Enriquez Ominami, un jeune député démissionnaire du parti socialiste, très en phase avec la modernité sociale d’une jeunesse de plus en plus ouverte aux évolutions de la planète. Il a recueilli 20,1 % des suffrages au premier tour20, un score considérable. Il espérait pérenniser ce succès en créant un parti. À la date où paraît cet article, début 2012, il était loin d’avoir gagné son pari et les jeunes qui l’avaient suivi en 2009 l’avaient complètement oublié dans leurs manifestations en 2011. On est bien en présence d’une crise profonde de la représentation, avec un système binominal qui ferme d’autant plus l’espace politique qu’il se conjugue avec le vote obligatoire assorti de l’inscription libre sur les registres électoraux.

18Le débat vote obligatoire versus vote libre, ou vote fonction versus vote droit, est bien connu. Les tenants du premier système, le plus répandu en Amérique latine, soutiennent que, dans une démocratie, il est essentiel de participer à la vie politique, que le vote est un acte constitutif de la citoyenneté, et que donc nul ne peut s’y soustraire. Ceux qui prônent le second système, pratiqué aux États-Unis et le plus répandu en Europe, considèrent qu’en démocratie tous doivent être en mesure de voter, ce que garantit le suffrage universel, mais que le principe de liberté inhérent au régime démocratique doit aller jusqu’au bout de sa logique, et que l’on ne doit pas contraindre à voter celui qui ne souhaite pas participer au suffrage.

  • 21 Voir sur ce point Patricio Navia, “Participación electoral en Chile, 1988-2001”, Revista de Ciencia (...)
  • 22 Alfredo Joignant, "Political Parties in Chile: Stable Coalitions, Inert Democracy", op. cit., p. 14 (...)

19Le Chili, depuis toujours, pratiquait le vote obligatoire. Mais qui votait ? Les électeurs inscrits sur les registres électoraux. Cette inscription résultait d’une démarche volontaire, elle n’était pas automatique. Que se passe-t-il si, une fois inscrit, l’électeur ne vote pas sans justification plausible ? Les systèmes sont variés en Amérique latine, allant quasiment de l’inexistence de sanction, comme au Costa Rica, à des sanctions pécuniaires théoriquement lourdes, comme c’était le cas au Chili (mais de fait les sanctions y étaient de moins en moins appliquées). Le résultat, en période de doute sur la capacité des partis à représenter les attentes de la population, ou d’augmentation de la distance gouvernants gouvernés, était que les jeunes ne s’inscrivaient pas sur les registres électoraux. Au vieillissement du corps électoral venait s’ajouter, depuis dix ans, une augmentation régulière de l’abstention, en dépit des sanctions21. Comme le notait A. Joignant dans l’étude citée plus haut, il y a actuellement de nombreux sénateurs élus avec les suffrages de moins de 15 % du potentiel d’électeurs, ce qui « pose de sérieux problèmes au regard de la légitimité des représentants élus »22.

Mouvement étudiant et revendication mapuche

  • 23 Cf. José Bengoa, La emergencia indígena en América Latina, Fondo de Cultura Económica, 2000, Christ (...)
  • 24 Pour comprendre cette spécificité du cas chilien avec d’autres pays comme la Bolivie, l’Équateur, l (...)
  • 25 On se reportera avec profit sur ces questions à l’excellent rapport de l’Instituto d’Estudios Indig (...)

20Deux questions sont particulièrement illustratives de la crise de représentation que connaît le système politique chilien. Celle des revendications des Indiens Mapuches tout d’abord. Depuis des décennies, ils demandent la reconnaissance de leurs droits coutumiers. Ils sont d’autant moins disposés à accepter l’immobilisme des gouvernements successifs qu’au cours des 20 dernières années, des avancées considérables ont été acquises en matière de reconnaissance de droits coutumiers Indiens, tant à l’ONU, à l’UNESCO, que dans la plupart des autres pays d’Amérique latine (soit dans les constitutions, soit dans des législations spécifiques)23. Depuis la fin des années 1990, les Mapuches ont régulièrement occupé la première place des médias, utilisant un répertoire varié d’actions, violentes ou non. Ainsi, en juillet 2010, 34 Mapuches détenus en application d’une loi antiterroriste datant de Pinochetmais largement utilisée par les gouvernements successifs depuis 20 ans, entamèrent une grève de la faim qui dura 82 jours, sans résultats notables. Seule leur absence d’organisation nationale24 les a, jusqu’à présent, empêchés de poser un problème politique dont le pouvoir en place ne puisse s’abstraire. Mais leur malaise demeure. Qu’il s’agisse du rapport à la terre, de l’exercice et du respect des droits coutumiers, de la justice, des programmes de développement ne respectant pas l’environnement, rien dans la politique menée depuis la colonisation espagnole jusqu’à nos jours n’a favorisé une prise en compte des demandes de ces populations25. D’où leur mal-être croissant, dans un régime démocratique par définition théoriquement attentif à tous…

  • 26 Cet investissement a été principalement l’amélioration des salaires des enseignants dans le primair (...)

21Le second domaine où cette crise de représentation est patente est celui des jeunes, qui réclament une réforme globale du système éducatif (du primaire au supérieur), pour le rendre à la fois plus juste, de meilleure qualité et accessible au plus grand nombre. Ce qui est en apparence paradoxal, sachant que la Concertation a considérablement investi dans ce secteur durant ses 20 années de gouvernement26, et que le rendement du système éducatif chilien est considéré par l’OCDE comme le meilleur d’Amérique latine. Mais ce système est profondément inégalitaire et reproductif des inégalités, en raison du poids considérable qu’y exerce le secteur privé, ceci depuis une législation adoptée en 1982 sous Pinochet. Depuis cette date en effet, quiconque peut investir dans l’éducation, à quel que niveau que ce soit, en vertu du principe constitutionnel de liberté d’enseignement qui se décline en liberté « d’ouvrir, gérer, fermer » des établissements éducatifs. La seule condition est que cet investissement soit à but non lucratif (sin fin de lucro). Mais l’État n’a pas créé les instruments juridiques lui permettant de contrôler le respect de cette législation, et cette condition a aisément été détournée : les fondations ou associations (corporaciones) qui gèrent les établissements scolaires ou les universités privées louent très cher les bâtiments qu’elles occupent à des entreprises ou entités privées propriétaires du sol et des bâtiments. Ainsi les mêmes personnes se retrouvent fréquemment dans les organes dirigeants des universités, des écoles, et des entités propriétaires de l’immobilier. De plus les subventions étatiques sont données aux établissements secondaires en fonction du nombre d’élèves qu’ils reçoivent. D’où une compétition féroce entre ces établissements pour capter la clientèle scolaire, ces derniers pouvant de surcroît recevoir des donations d’entreprises (qui les déduisent de leurs impôts).

  • 27 Les italiques sont dans le texte de l’OCDE.
  • 28 OCDE, Examen des politiques nationales d’éducation : Chili, 2004, p. 302 et 311. Les « recommandati (...)

22À l’université la situation est encore plus « privatisée ». Le secteur privé a massivement investi ce secteur depuis trente ans. Outre les universités dont l’objectif est purement économique, de nombreuses entités se sont créées sur des bases idéologiques ou confessionnelles. L’OCDE concluait en ces termes une étude très fouillée publiée en 2004 : « L’éducation chilienne est influencée par une idéologie qui donne aux mécanismes du marché un poids qu’ils ne devraient pas avoir dans l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage27 [….]. Le taux de rendement économique des études universitaires est parmi les plus élevés d’Amérique latine. En même temps, ce pays octroie moins de financements publics à l’Université que n’importe quel autre pays de la région »28. Les chiffres sont éloquents. Le Chili est un des pays dont le taux d’investissement dans l’éducation est l’un des plus bas du monde : 3,4 % du PIB (l’OCDE recommande 5,2 % et la moyenne des pays de l’UE 19 est de 5,3 %).

  • 29 Avant 1982, le secteur privé était avant tout confessionnel. Depuis, bien que la loi interdise la r (...)

23Comment le « privé » a-t-il pu prendre une telle place par rapport au « public » ? L’enseignement public est gratuit dans le primaire mais la plupart du temps est payant dès le secondaire, certes avec un important système de bourses. L’État, faute de ressources fiscales, manque de moyens pour répondre à l’importance de la demande éducative, et surtout pour contrôler l’application de ses directives ou programmes. Les parents ont la totale liberté de choix de l’établissement où ils mettent leurs enfants et le secteur privé a massivement investi ce domaine. Celui-ci s’est donc considérablement développé, sous forme de contrats avec l’État permettant aux établissements d’être subventionnés, ou sur leur simple accréditation par le ministère de l’éducation. Dans le même temps, le secteur public s’est progressivement détérioré. Plus encore que dans le secondaire, c’est dans le primaire, qui a été « municipalisé », que la détérioration a été la plus importante, les communes n’ayant pas les moyens financiers de lutter face au privé. Les classes aisées et classes moyennes ne mettent donc pas leurs enfants dans l’enseignement public, et le système éducatif est entré dans une logique de reproduction des inégalités, ceci dans un pays où elles sont très élevées (indice de Gini : 52 en 2010). Les classes pauvres, quant à elles, savent que leurs enfants ne pourront pas bénéficier de l’ascenseur social que devrait assurer l’éducation comme l’a maintes fois prôné la Concertation pendant vingt ans. Enfin dans le supérieur, à côté des 25 universités « traditionnelles », qui existaient avant le coup d’État de 1973 et continuent à être subventionnées par l’État (tout en étant payantes et avec des frais de scolarité identiques, voire parfois plus élevés que ceux des universités privées), 34 universités privées ont été créées29, avec souvent de nombreuses antennes en province, ce qui porte leur implantation à plus de 60 lieux géographiques…

  • 30 Révolte des « pingouins » (pinguinos), ainsi appelée au Chili en raison des uniformes scolaires que (...)
  • 31 On trouvera une très bonne analyse de cette révolte de collégiens et lycéens sous la plume de Mary (...)
  • 32 On se reportera sur ce point à l’importante enquête menée en 2007, auprès de 1000 cadres des cinq p (...)
  • 33 L’un des slogans des manifestations étudiantes était jusqu’alors El pueblo unido avanza sin partido (...)

24Michelle Bachelet avait dû faire face en 2006 à une révolte des collégiens30, qui protestaient contre le coût et la structure de l’enseignement secondaire31. Bien que très attentive à leurs demandes, elle n’avait pas pu ou pas su procéder à une réforme du système. Sebastián Piñera retrouve ce dossier en 2011, étendu cette fois à l’ensemble du système éducatif, du primaire au supérieur, avec un très fort soutien de la population, y compris de la centrale syndicale CUT. Or son gouvernement peut difficilement accéder à des demandes qui remettent en cause son credo envers les bienfaits du marché pour réguler de système éducatif. La plupart des dirigeants du l’UDI et de RN sont issus d’établissements scolaires et d’universités privées32. Quant aux partis de la Concertation, ils sont longtemps demeurés aphones, car ils ne voulaient pas remettre fondamentalement en cause un système qu’ils avaient cautionné et tardaient à comprendre que c’était l’ensemble du modèle éducatif qui était en jeu. Courant novembre 2011, après plus de six mois de manifestations et d’occupation des établissements secondaires et universitaires, et avec un début perceptible de lassitude de l’opinion, des tentatives de compromis commençaient à se faire jour, le gouvernement acceptant de réduire les taux des prêts (à 2 % puis peut-être à 0 % dans certains cas), augmentant le nombre de bourses, proposant de créer une instance de contrôle et de régulation (« Super Intendance ») du secteur. De même, les leaders étudiants nouaient pour la première fois le dialogue avec les parlementaires de la Concertation33.

  • 34 La même analyse peut être faite pour le secteur de la santé.

25On est bien en présence d’une incapacité des partis qui exercent conjointement le pouvoir depuis le retour de la démocratie à prendre en charge des demandes qui bouleversent radicalement les schémas traditionnels et trouvent d’ailleurs leur origine dans le succès de la politique éducative qu’ils ont menée34. N’est-il pas significatif que deux des trois leaders charismatiques du mouvement étudiant de 2011 soient des militants communistes, un parti la plupart du temps absent de l’hémicycle (du fait du système binominal), mais qui a, en 2010, réussi à conquérir trois sièges (sur 120), au prix d’une alliance électorale avec la Concertación qui l’a obligé à présenter ses candidats dans une liste Concertación ? Et n’est-il pas significatif que ces jeunes manifestants, dans leur lot de revendications, demandent l’abrogation du système binominal et l’élaboration d’une nouvelle constitution qui garantisse l’égal accès pour tous à une éducation gratuite et de qualité ?

  • 35 Signalons cependant l’admonestation envoyée au Président Piñera par deux députés PS Alfonso de Urre (...)
  • 36 Un des rares politistes chiliens a avoir perçu clairement les dangers pour la représentation politi (...)

26Les partis des deux coalitions, nous l’avons vu, n’ont pas intérêt à modifier le système binominal et renâclent à s’engager dans cette voie35. En revanche, ils sembleraient avoir perçu le danger de la non-inscription des jeunes sur les registres électoraux puisqu’ils ont adopté en 2008, à la fin du mandat de Michelle Bachelet, le principe du vote libre avec inscription automatique sur les listes dès l’âge de la majorité atteint36.

27Il aura fallu attendre trois années, dont une de manifestations étudiantes, pour que fin décembre 2011, le Sénat approuve finalement le projet de loi consacrant l’inscription automatique des majeurs sur les listes électorales, assortie du vote volontaire. Ce nouveau système entrera en vigueur pour les élections municipales de 2012. On évalue à 4,5 millions le nombre d’électeurs supplémentaires, ce qui pourrait marquer profondément l’évolution politique du pays. Mais le risque est de voir une forte abstention, en particulier de la part de ces jeunes qui ne s’inscrivaient pas et qui peuvent désormais voter. Quel intérêt pour eux de participer à des scrutins « verrouillés » par deux coalitions auxquelles le système binominal garantit une confortable représentation et qui, de ce fait, sont peu perméables aux demandes nouvelles ?

28La Concertación et la Alianza ne semblent pas mesurer les risques que fait courir à la stabilité du système chilien un système électoral qui amplifie les effets de la crise de représentation que connaissent toutes les démocraties. Pour la première fois au Chili depuis 1989, le thème de l’élaboration d’une nouvelle constitution, grâce aux jeunes, commençait à prendre consistance dans les débats politiques. En Amérique latine comme en Europe au cours des trente dernières années, on a pu observer que les systèmes politiques fermés, comme l’est actuellement le système chilien, ouvraient la voie à quantité de dérives « anti-parti », qu’il s’agisse d’« outsiders » ou de dérives populistes, à la Berlusconi ou à la Chávez. Puisse le Chili éviter ces dérives…

Haut de page

Notes

1 Le mode de scrutin pour l’élection présidentielle est inspiré du modèle français d’élection au suffrage universel à deux tours. Pour pouvoir se présenter, les candidats doivent réunir un certain nombre de signatures. Il faut la majorité absolue des suffrages exprimés pour être élu au premier tour, qui a lieu en décembre. Au second tour, en janvier, seuls restent en lice les deux candidats arrivés en tête au premier tour.

2 . Une réforme constitutionnelle adoptée en 2005 a réduit le mandat présidentiel de six à quatre ans. Le premier président, P. Aylwin, n’avait été élu que pour un mandat de quatre ans, en application des dispositions de la constitution de 1980. Cette constitution prévoit que le mandat présidentiel est renouvelable, mais pas de manière consécutive. E. Frei fut ainsi à nouveau candidat en 2009.

3 . Curieusement, peu de travaux ont été consacrés à l’un des intellectuels majeurs de la période Pinochet. Signalons les deux meilleurs ouvrages à notre avis : Renato Cristi, El pensamiento político de Jaime Guzmán. Autoridad y libertad, Editorial LOM, Santiago de Chile, 2000, et Belen Moncada Durruti, Jaime Guzmán el político. Una democracia contrarevolucionaria 1964-1980, Universidad Santo Tomas, Editorial Ril Editores, 2006.

4 . Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil, 2006.

5 . Signalons cependant Arturo Fontaine, Cristián Larroulet, Jorge Navarrete, Ignacio Walker (éd.), Reforma del sistema electoral chileno, Santiago, PNUD, 2009, notamment les chapitres de Ena Von Baer “Sistema binominal: consensos y disensos” (chap. 6) et “Demandas por reformas al sistema electoral chileno: la visión desde la opinión pública” (chap. 7) et, pour une vision plus politique, Edgardo Boeninger, “La visión política del sistema electoral chileno” (chap. 5). Alfredo Joignant, “Modelos, juegos y artefactos. Supuestos, premisas e ilusiones de los estudios electorales y de sistemas de partidos en Chile (1988-2005)”, Estudios Públicos, n° 106, 2007, p. 205-271. Cet ouvrage est consultable en ligne sur le site du Cieplan : www.cieplan.org.

6 . Ce type de loi, pour être modifiée, nécessite l’approbation des 4/7e des députés et sénateurs (art. 63 de la constitution).

7 . Article 109 bis de la loi organique constitutionnelle sur les élections (loi n° 18.700/88, actualisée en septembre 2009) : “En el caso de elecciones de Parlamentarios, el Tribunal proclamará elegidos Senadores o Diputados a los dos candidatos de una misma lista, cuando ésta alcanzare el mayor número de sufragios y tuviere un total de votos que excediere el doble de los que alcanzare la lista o nómina que le siguiere en número de sufragios. Si ninguna lista obtuviere los dos cargos, elegirá un cargo cada una de las listas o nóminas que obtengan las dos más altas mayorías de votos totales de lista o nómina, debiendo el Tribunal proclamar elegidos Senadores o Diputados a aquellos candidatos que, dentro de cada lista o nómina, hubieren obtenido las más altas mayorías.”

8 J. Guzman sera assassiné en 1991 par des militants d’une organisation armée fondée dans la clandestinité pour lutter contre la dictature Pinochet, le « Front patriotique Manuel Rodriguez ».

9 Cette question a longuement été abordée par Alfredo Joignant dans son article, op. cit., “Modelos, juegos y artefactos. Supuestos, premisas e ilusiones de los estudios electorales y de sistemas de partidos en Chile (1988-2005)”, p. 222-238. On pourrait citer de très nombreux travaux sur le système binominal, par exemple FLACSO, “Una Reforma necesaria: efectos del sistema Binominal”, Santiago, 2006 ; José Miguel Cabezas, Patricio Navia, “Efectos del sistema binominal en el número de candidatos y de partidos en elecciones legislativas en Chile, 1989-2001”, Política, vol. 45, p. 29-51 ; Eugenio Guzmán, “Reflexiones sobre el Sistema Binominal”, Estudios Públicos, 51 (1993), p. 29-47. Très peu abordent la question des effets de ce système sur la qualité de la représentation. Citons néanmoins Samuel Valenzuela, “¿Hay que eliminar el sitema binominal? Una propuesta alternativa”, Política, 45, 2005, p. 53-66.

10 Selon les domaines (art.116), 3/5 ou 2/3 des voix dans chaque chambre.

11 Manuel Antonio Garreton a progressivement défini ce concept dans divers travaux depuis la fin des années 1980. Signalons les principaux : La posibilidad democrática en Chile, Cuadernos de Difusión, FLACSO, Santiago, 1989, p 51-63 ; Hacia una nueva era política. Estudio sobre las democratizaciones, Fondo de Cultura Económica, Mexico, 1995; La sociedad en que vivi(re)mos. Introducción sociológica al cambio de siglo, LOM, Santiago, 2000, chap. 5, Política y sociedad entre dos épocas. América Latina en el cambio de siglo, Homo Sapiens, Rosario, 2000, chap. 4, Incomplete Democracy, Political Democratization in Chile and Latin America, The University of North Carolina Press, chap. 3 et 11.

12 Les chambres élues en 2009 en sont une illustration. Les sièges de la Chambre des députés sont répartis ainsi : Concertation 53, Alliance 55, PC 3, divers : 9. Pour le Sénat (renouvelé partiellement), la nouvelle répartition est : Concertation 19, Alliance 16, indépendants 2.

13 Georges Couffignal, « Les démocraties latino-américaines sont-elles gouvernables » ? in Pierre Favre, Jack Hayward, Yves Schemeil (dir.), Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca, Presses de Sciences Po, Paris, 2003, p. 225-242.

14 À droite, l’UDI, on l’a vu, regroupe beaucoup de catholiques traditionalistes militants, grands promoteurs du libéralisme en économie et profondément conservateurs en matière sociale. Mais à gauche, la Concertation se garde bien de heurter les sentiments religieux des Chiliens. Dans ce pays constitutionnellement laïc, les présidents élus depuis le retour de la démocratie ont tous, dès leur prise de fonctions, assisté à un Te Deum prononcé par le cardinal de Santiago en sa cathédrale, puis à un Te Deum Evangélique dans la cathédrale évangélique de Santiago. Ils répètent ces cérémonies lors des fêtes patriotiques du 18 septembre, tandis que de nombreux intendants (équivalent des préfets français) font de même en province.

15 El Plan de Acceso Universal de Garantías Explícitas (Plan AUGE) prévoyait cet accès gratuit pour 40 pathologies en 2005, portées progressivement à 69 en 2010.

16 Alfredo Joignant, "Political Parties in Chile: Stable Coalitions, Inert Democracy", in Kay Lawson et Jorge Lanzaro, Political Parties and Democracy. vol. 1 The Americas, Santa Barbara, California, Praeger, 2010, p. 127-147.

17 Ibid, p. 142.

18 Les travaux abondent sur cette question. Outre La contre-démocratie de P. Rosanvallon (op. cit.) ou son plus récent La société des égaux, Paris, Seuil, 2011, on se reportera avec profit à l’ouvrage de Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Calmann-Lévy, Paris, 1995 ; ou encore au stimulant petit essai de Jacques Julliard, La reine du monde, Paris, Flammarion, 2008.

19 On se reportera sur cette question à l’excellent petit ouvrage de Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky, La manifestation, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

20 Les résultats globaux du premier tour furent Jorge Arrate (PC et divers gauche) 6,21 %, Marco Enriquez Ominami 20,13 %, Eduardo Frei 29,6 %, Sebastian Piñera 44,05 %.

21 Voir sur ce point Patricio Navia, “Participación electoral en Chile, 1988-2001”, Revista de Ciencia Política, vol. XXIV, (2004) 1, p. 81-103.

22 Alfredo Joignant, "Political Parties in Chile: Stable Coalitions, Inert Democracy", op. cit., p. 144.

23 Cf. José Bengoa, La emergencia indígena en América Latina, Fondo de Cultura Económica, 2000, Christian Gros et Marie-Claude Strigler (dir.), Être Indien dans les Amériques, éd. Institut des Amériques, Paris, 2006. Sur la question Mapuche, voir l’article de José Bengoa dans cette revue, ainsi que ses nombreux travaux notamment Historia de un conflicto. El Estado y los Mapuches durante el siglo XX, Planeta, 2e ed., 2002 ; Historia de los antiguos Mapuches del sur, Editorial Catalonia, 2007.

24 Pour comprendre cette spécificité du cas chilien avec d’autres pays comme la Bolivie, l’Équateur, le Pérou, le Mexique, où les populations indiennes ont réussi plus ou moins bien à s’organiser, on se reportera à l’excellente étude de José Manuel Zavala, Les Indiens Mapuche du Chili, Paris, l’Harmattan-Iheal, 2000.

25 On se reportera avec profit sur ces questions à l’excellent rapport de l’Instituto d’Estudios Indigenas (Universidad de la Frontera de Temuco) publié par les éditions LOM : Los derechos de los pueblos indígenas en Chile. Informe del Programa de Derechos Indígenas, Santiago, 2003.

26 Cet investissement a été principalement l’amélioration des salaires des enseignants dans le primaire et le secondaire, la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, l’élaboration de nouveaux programmes dans le secondaire et un système de prêts bancaires pour le supérieur qui s’est massivement développé. Ces prêts, à 6 %, sont garantis par l’État. Ils ne commencent à être remboursés que lorsque l’étudiant obtient un emploi à la fin de ses études, et ils doivent le faire durant de nombreuses années. Il y avait environ 200 000 étudiants en 1990 et plus d’un million en 2010 (sur une population totale de 17,1 millions d’habitants), 70 % des étudiants de 2011 ayant des parents qui n’avaient pas fait d’études supérieures.

27 Les italiques sont dans le texte de l’OCDE.

28 OCDE, Examen des politiques nationales d’éducation : Chili, 2004, p. 302 et 311. Les « recommandations » de ce rapport (chap. 8, p. 301-313), qui proposaient diverses mesures pour augmenter la qualité de l’enseignement et le rendre plus égalitaire, n’ont, pour la plupart, pas été suivies d’effet...

29 Avant 1982, le secteur privé était avant tout confessionnel. Depuis, bien que la loi interdise la recherche de profit aux institutions éducatives, celles-ci sont des investissements très rentables, comme l’a montré l’achat, au milieu des années 2000, de deux importantes universités privées non confessionnelles, l’Université Andres Bello et l’Université de las Américas. Un fonds de pension a créé l’Université Santo Tomás, qui a de nombreuses antennes en province. Les objectifs idéologiques ne sont pas en reste. L’Université Adolfo Ibañez avait dans son directoire Von Hayeck et Milton Friedman. L’Université Arcis a été créée par le PC. Celle du Desarrollo a été fondée à Concepción par le premier ministre de l’éducation de Piñera, Joaquim Lavin, pour faire pièce à l’Université de Concepción, à la fois traditionnellement haut lieu de la franc-maçonnerie et berceau du MIR à l’époque d’Allende. Enfin, le secteur confessionnel se livre à une concurrence ouverte. À côté des deux universités catholiques « traditionnelles » (de Santiago et de Valparaiso), qui continuent à être subventionnées par l’État, ont été créées des universités de l’Opus Dei (Los Andes), des Légionnaires du Christ (Finis Terrae), des Jésuites (Alberto Hurtado), des catholiques sans plus (Academia de Humanismo Cristiano, Católica Cardenal Raúl Silva Henríquez), des Évangélistes (Adventista de Chile), etc.

30 Révolte des « pingouins » (pinguinos), ainsi appelée au Chili en raison des uniformes scolaires que portaient les collégiens qui manifestaient.

31 On trouvera une très bonne analyse de cette révolte de collégiens et lycéens sous la plume de Mary Rose Kubal, in Silvia Borzutzki, Gregory B. Weeks (éd.), The Bachelet Government : Conflict and Consensus in Post-Pinochet Chile, Gainesville University Press of Florida, 2010, p. 117-135.

32 On se reportera sur ce point à l’importante enquête menée en 2007, auprès de 1000 cadres des cinq principaux partis, par Stéphanie Alenda et José Ignacio Sepúlveda “Pensar el cambio en las organizaciones partidistas: Perfíles dirigenciales y trayectoras de moderación en la Concertación y la Alianza”. Plus de 60 % dans le cas de l’UDI, près de 60 % dans le cas de RN ont effectué toute leur scolarité dans le privé, souvent des écoles ou collèges religieux subventionnés. Pour le PS et le PPD, les chiffres vont de 70 à 80 % dans le public. Ils sont de plus de 60 % pour la DC (tableaux 3, 4 5), in Economía, Instituciones y Política en Chile, SEGPRES, Serie Estudios, vol. IV, 2009, p. 135-180.

33 L’un des slogans des manifestations étudiantes était jusqu’alors El pueblo unido avanza sin partidos…, clin d’œil au célèbre El pueblo unido jamás será vencido, de l’époque Allende.

34 La même analyse peut être faite pour le secteur de la santé.

35 Signalons cependant l’admonestation envoyée au Président Piñera par deux députés PS Alfonso de Urresti y Marcelo Díaz : “"Creemos que hay que superar el binominal y hay que avanzar en un sistema de elección proporcional. Así como se presentó un proyecto de primaria necesitamos, queremos saber si el gobierno va enviar un proyecto para terminar con el sistema actual", a cotó De Urresti. (….) El diputado Marcelo Díaz comparte los dichos de Urresti y agrega que "si el Presidente quiere hacerse cargo de esa crisis que también lo afecta, porque nunca antes un Presidente había contado con tanto rechazo, entonces tiene que mandar un proyecto al Parlamento modificando la principal causa que genera el empate político, el sistema binominal, que impide que este parlamento sea expresión de los anhelos ciudadanos". La Tercera, 8 août 2011.

36 Un des rares politistes chiliens a avoir perçu clairement les dangers pour la représentation politique de la conjonction système binominal – vote obligatoire avec inscription libre – est Carlos Hunneus dans une note publiée en ligne par l’Institut d’études juridiques de la UNAM (Mexico), “Reforma electoral en Chile”, www.juridicas.unam.mex, notamment p. 27-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Couffignal, « Stabilité politique et crise de la représentation au Chili  », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 109-124.

Référence électronique

Georges Couffignal, « Stabilité politique et crise de la représentation au Chili  », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/149 ; DOI : 10.4000/cal.149

Haut de page

Auteur

Georges Couffignal

CREDA – UMR 7227. Georges Couffignal est professeur de science politique à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Il a été directeur de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine à deux reprises et a résidé durant quatre ans au Chili (2001-2005) en tant que directeur de l’Institut culturel franco-chilien. Parmi de nombreuses publications, il dirige chaque année un ouvrage sur l’Amérique latine publié par La Documentation française (collection « Mondes émergents ») : Une Amérique latine toujours étonnante (2012), L’Amérique latine est bien partie (2011), Une Amérique latine toujours plus diverse (2010), La nouvelle donne politique et économique (2009), Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux (2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org