Navigation – Plan du site
Lectures

Amparo Menéndez Carrión, Repensar la polis. Del clientelismo al espacio public

Montevideo, CLAEH, 2007, 270 p.
Cécile Casen
p. 255-257
Référence(s) :
Amparo Menéndez Carrión, Repensar la polis. Del clientelismo al espacio public, Montevideo, CLAEH, 2007, 270 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est constitué d’une anthologie de textes d’Amparo Menéndez Carrión, réalisée sous la houlette de Paulo Ravecca qui en signe l’étude introductive. Quatre grands moments structurent le recueil tout en retraçant l’itinéraire intellectuel de la politologue: des années 1980 aux années 2000, de l’Équateur à l’Uruguay, se dessine un fil conducteur dont les mots clefs sont successivement le clientélisme, la gouvernabilité, la citoyenneté et l’espace public.

2Née en 1949, l’auteur de La conquista del voto. De Velasco a Roldós [1986] quitte l’Uruguay avant même que ne survienne la dictature et part étudier aux États-Unis. Formée à Baltimore dans les rangs de la Johns Hopkins University où elle obtient son doctorat, elle est directrice de FLACSO Équateur entre 1987 et 1995 et observe ainsi, depuis un point de vue privilégié, la réalité politique de cette nation andine. De retour en Uruguay, elle est amenée à s’interroger sur les spécificités de son pays et sur les évolutions d’une société marquée historiquement par un fort niveau d’intégration sociale. Le premier moment reprend donc les parties les plus significatives du livre paru en 1986, consistant en une analyse et une interprétation du phénomène clientéliste en Équateur à partir de données empiriques recueillies dans les quartiers populaires de la ville de Guayaquil. La lecture de Menéndez Carrión dénonce l’assimilation de ces pratiques à un populisme qui serait nécessairement néfaste et plaide pour la prise en compte de la rationalité des acteurs placés dans une « structure d’opportunité » à laquelle ils s’adaptent. De ce point de vue, le texte n’a pas perdu de sa charge polémique dans le contexte du « virage à gauche » de l’Amérique latine depuis les tournants des années 1990 et 2000. Le second moment reprend un article paru en 1991 dans la revue Revista de Ciencias Sociales. L’auteur y développe sa réflexion sur la gouvernabilité, mais déplace son objet en le théorisant depuis la citoyenneté. Pour reprendre ses termes, il s’agit de participer à la formulation d’un « projet libertaire depuis et pour nos sociétés concrètes ». Cette approche implique notamment de s’éloigner du « fétichisme institutionnel » [p. 164] pour visualiser les possibilités des « secteurs libertaires » à produire de nouveaux pouvoirs et de « résister et transformer les relations de domination existantes ». Le point de vue est avant tout andin, espace qui se caractérise selon Menéndez Carrión par une culture politique autoritaire. Les processus de ciudadanización et la contestation des rapports de domination auxquels ils donnent lieu deviennent la voie à suivre d’un point de vue scientifique, mais aussi plus directement politique. Une dizaine d’années plus tard, un troisième moment poursuit la réflexion sur la citoyenneté en tant que lieu d’empoderamiento, c’est-à-dire de résolution toujours incomplète de ce que la politologue nomme « la convivencia entre extraños ». Constitué par deux articles publiés dans la revue équatorienne Ecuador Debate en 2002 et 2003, l’auteur élabore ce que l’on pourrait appeler une théorie critique de la citoyenneté. Quand et comment ce thème a-t-il été discuté en Amérique latine ? Quel est l’impact des politiques de libéralisation du commerce ou encore de ce qu’elle analyse comme la « dépolitisation de l’administration du pouvoir » depuis les transitions ? Pourquoi y a-t-il une urgence à penser la citoyenneté dans des démocraties latino-américaines d’aujourd’hui ? Le quatrième moment correspond au retour en Uruguay et se réduit ici à un entretien sur la télévision uruguayenne paru dans l’hebdomadaire Brecha. On attend dès lors le résultat des recherches menées sur la polis uruguayenne et son espace public. Dans quelle mesure l’« exception latino-américaine » résiste-t-elle à une fragmentation sociale qui semble prendre le pas ?

3Le parcours proposé par ce reader à travers la production de la politologue uruguayenne met en évidence la dimension critique de ses travaux, liée à une approche méthodologique qui assume les effets politiques des théories académiques. La réflexion de Menéndez Carrión sur la fonction sociale du politologue, sa volonté de participer à la construction d’un agenda citoyen ou encore l’importance qu’elle accorde dès les années 1990 à la « rendición de cuentas » comme mécanisme démocratique tranchent avec les positions plus formelles adoptées par nombre de politologues au même moment. L’attention particulière aux pratiques des gens du commun et à leur occupation de l’espace public implique aussi de regarder leurs tentatives plus militantes de réappropriation de cet espace public. Dès lors, le ton adopté est souvent prescriptif. Il s’agit de « resocializar a la gente » [p. 188], d’encourager la création de nouveaux espaces de prise de décision collective ou de stimuler l’apprentissage de la participation citoyenne. Cette impulsion se fonde sur une conscience inquiète de la continuation de la verticalité des relations sociales dans les Andes.

4Enfin, puisque l’auteur a l’habitude de présenter et d’analyser la littérature existante sur les problématiques qu’elle aborde, permettant ainsi à son lecteur de suivre l’évolution de son travail parallèlement à celle de la recherche latino-américaniste en science politique, Paulo Ravecca insiste sur les enjeux liés à la réception de Menéndez Carrión dans l’Uruguay d’aujourd’hui et montre que son appréhension de l’Amérique latine à partir de l’hétérogénéité qu’elle renferme se révèle particulièrement riche d’enseignements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Casen, « Amparo Menéndez Carrión, Repensar la polis. Del clientelismo al espacio public », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 255-257.

Référence électronique

Cécile Casen, « Amparo Menéndez Carrión, Repensar la polis. Del clientelismo al espacio public », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/1486

Haut de page

Auteur

Cécile Casen

Université de Clermont-Ferrand / CREDA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org