Navigation – Plan du site
Lectures

Luc Capdevila et Frédérique Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 278 p.
Michel Bertrand
p. 246-249
Référence(s) :
Luc Capdevila et Frédérique Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 278 p.

Texte intégral

1L’ouvrage que coordonnent Luc Capdevila et Frédérique Langue vient confirmer la vigueur d’une orientation de recherche qui n’a cessé de prendre de l’importance en Amérique latine depuis la fin des dictatures militaires dites de « sécurité nationale » et le retour de la démocratie. Cette coïncidence n’a rien de surprenant puisque, comme le souligne d’emblée le titre de l’ouvrage, ce sont bien les rapports étroits, mais aussi les différences profondes, entretenus entre l’écriture de l’histoire et les processus mémoriels qui sont à l’origine de cette montée en puissance de l’histoire dite « du temps présent ». Inutile de revenir ici sur les débats épistémologiques suscités par cette appellation, surgie en France à la fin des années 1970 et qui, en Amérique latine, se traduit de manière très diverse en « histoire du passé récent » – ce qui n’a pas le même sens… –, en « histoire du présent » ou encore en « histoire du passé vivant » – ou brûlant, comme une plaie vive. Autant d’appellations latino-américaines qui, toutes, soulignent à leur manière la difficulté à cerner un matériau historique qui, comme l’écrivait H. Rousso à propos de la France de Vichy, relève « d’un passé qui ne passe pas ». Bien plus même, ces dénominations latino-américaines d’une histoire du temps présent mettent en évidence sa dimension mémorielle étroitement liée à une demande sociale de justice – voire dépendante de cette demande – à l’encontre des responsables de crimes et tortures infligés aux opposants politiques des régimes dictatoriaux.

2De ce point de vue, on doit souligner l’intérêt du chapitre introductif rédigé par les deux coordinateurs de l’ouvrage. Leur « invitation à une histoire comparée des temps présents » est d’abord un solide et convaincant « état de la question ». Il permet de voir comment s’est progressivement affirmé, outre-Atlantique, un nouveau champ de recherche historique. S’agit-il pour autant, comme ils l’affirment peut-être un peu rapidement, d’un nouveau « courant disciplinaire »? Reprenant le titre d’un texte d’Antoine Prost, nous considérons qu’il s’agit plutôt d’une « histoire comme les autres », même si elle se heurte à une limite qui lui est bien spécifique: sa difficulté à identifier les « conséquences » des phénomènes observés et analysés. Par contre, nous partageons pleinement leur affirmation quand ils identifient l’articulation passé/présent comme l’un des aspects essentiels de ce terrain historique. Dans le même temps, et comme l’a clairement montré la mise en cause ayant visé Olivier Pétré-Grenouilleau à propos de son étude sur la traite négrière, ce n’est pas là une spécificité de l’histoire du temps présent. Quoi qu’il en soit et compte tenu du nouveau contexte politique qui accompagne le retour à la démocratie en Amérique latine, on ne s’étonne pas de voir cette « histoire du temps présent » prendre tout à la fois une place importante dans le champ historiographique latino-américain et une coloration particulière. Phénomène d’autant moins surprenant quand on sait comment l’histoire occupe dans ces sociétés, et ce depuis les indépendances, une place réellement centrale.

3L’ouvrage juxtapose trois grandes parties qui répondent à autant d’objectifs précis, chacun étroitement en rapport avec le sujet général de l’ouvrage. La première partie porte précisément sur les « mémoires à vif » ou les « mémoires blessées » d’Amérique latine. Il regroupe cinq contributions dont une, inattendue au vu du titre de l’ouvrage, sur l’Espagne. L’élément commun à toutes ces contributions se situe dans la volonté de lutter contre l’oubli qui anime les victimes des régimes autoritaires. Sont ici convoqués trois des systèmes répressifs emblématiques de ces « années de plomb » latino-américaines: le Guate­mala avec ses probables 300 000 victimes d’une guerre civile, aux relents autant ethnico-racistes qu’idéologiques, étudié par M. Casaus Arzú; le Nicaragua qui fut l’un des terrains de prédilection de ces « guerres de basse intensité » des années 1980, mais dont pourtant les victimes se comptent par milliers, analysé par N. Borgeaud-Garciandía; l’inévitable Chili du dictateur-symbole de ces régimes de sécurité nationale abordé par M. Garate. À ce sinistre cortège qui n’a rien d’inattendu viennent s’ajouter deux études de cas, plus surprenantes au premier abord et finalement assez bienvenues: la première concerne le cas cubain et une « opération » relativement méconnue car oubliée, baptisée « Pedro Pan », qu’étudie E. Burgos; la seconde concerne le retour en force de la mémoire républicaine de la guerre civile dans l’Espagne démocratique d’aujourd’hui, présenté par M. Joly. Ces cinq contributions partagent par ailleurs un second élément qui renvoie à une approche et une démarche communes. Toutes s’appuient en effet sur un même recours aux témoignages des victimes ou de leurs proches, notamment de leurs descendants. En ce sens, on peut d’abord lire ces contributions comme autant de recueils de paroles de celles et ceux qui furent, directement ou indirectement, malmenés et broyés par une histoire douloureuse qui, bien souvent, les dépasse. Ces « parcours de vies » ne prétendent bien sûr à aucune exemplarité. Ils sont là comme autant de matériaux bruts que l’historien fait surgir à travers les entretiens qu’il réalise. Ils témoignent aussi de la vigueur d’une demande sociale qui refuse de se résoudre à l’oubli et vis-à-vis de laquelle l’historien agit, en quelque sorte, comme le médiateur ou l’accoucheur. Et plus l’amnésie collective semble avoir été efficace, comme dans l’Espagne franquiste, plus le retour de la mémoire semble irrépressible, à l’image du rôle central qu’occupent aujourd’hui les « porteurs de mémoire ».

4La seconde partie de l’ouvrage aborde un sujet différent, mais qui fait pleinement écho aux souffrances évoquées par les auteurs de la première partie. L’aire géographique se réduit à l’espace du cône sud latino-américain et il ne s’agit plus tant de travailler sur des témoignages directs recueillis par l’historien que de revenir à des sources plus traditionnelles pour lui, à savoir des traces écrites. Cependant, ces « écritures » sont, pour le moins, originales. La contribution de J. M. Pedro et de C. Scheibe Wolf propose en effet une analyse des « mots écrits sur les murs » de quelques grandes villes du sud latino-américain. De La Paz à Buenos Aires en passant par Montevideo et le Brésil, les murs qui « prirent la parole » depuis les années 1960 constituent le matériau utilisé. Cela permet aux auteurs de reconstituer une chronologie des discours de gauche latino-américains approchés sous l’angle du féminisme. Une tout autre « écriture » est celle qu’étudie M. M. Raimondi: elle s’appuie sur le développement d’un théâtre alternatif dans la ville de Buenos Aires, qui s’accompagne de la multiplication de textes. Cette nouvelle activité culturelle, surgie avec le retour de la démocratie, se réalise le plus souvent dans un cadre associatif à l’échelle du quartier. Elle permet ainsi de « libérer la parole » en laissant les traditionnels « sans voix » s’exprimer sans véritable restriction, si ce n’est celle qu’ils s’imposent à eux-mêmes. Il s’agit donc clairement d’exprimer leurs refus ou leur résistance face à des décisions dont ils condamnent les orientations. Là encore, aucune prétention à l’exemplarité, mais plutôt des manifestations de la subjectivité dans un contexte micro-politique. Ces espaces de parole donnent naissance à un théâtre éminemment politique qui se nourrit de la demande sociale, au sein de laquelle la question mémorielle est inévitablement omniprésente. Enfin, les trois dernières contributions de cette seconde section de l’ouvrage concernent l’espace paraguayen et sa relation à la mémoire des guerres qui, de la seconde moitié du xixe siècle – guerre de la Triple Alliance (1864-1870) – à la première moitié du xxe siècle – guerre du Chaco (1932-1935) –, affectèrent la région. Ces épisodes militaires représentent probablement les guerres les plus importantes et les plus meurtrières de l’histoire de l’Amérique post-coloniale et constituent des clés de lecture incontournables afin de comprendre les dynamiques internes des pays de la région. Les enquêtes et les analyses développées par les auteurs de ces contributions permettent de saisir la place qu’occupe, aujourd’hui encore, la mémoire de ces événements, lointains en termes chronologiques et tellement présents chez les populations concernées. À l’image de la contribution de Capucine Boidin, au titre de fable, on observe combien ces fractures lointaines restent encore, transmission orale aidant, des facteurs de clivage d’une actualité vivante.

5L’ultime partie de l’ouvrage aborde un dernier aspect, d’une certaine manière atemporel, tant il est vivant et actif en Amérique latine depuis 200 ans. Il renvoie à l’utilisation de l’histoire par les pouvoirs en place afin de développer une « histoire officielle ». Cette pratique, aussi ancienne que les États nés des anciennes colonies ibériques, s’est concrétisée dans le développement d’un courant historiographique baptisé d’« historia pátria » qui atteint son apogée au cours du xixe siècle. Cette fabrication d’une « mémoire nationale », construite sur cette histoire officielle, ne rencontrait pas de véritable opposition dans le cadre des régimes autoritaires ou des démocraties « confisquées » qui caractérisent l’histoire politique latino-américaine des xixe et xxe siècles. Tel n’est plus le cas aujourd’hui avec la démocratisation qui s’opère sous nos yeux depuis le recul des régimes dictatoriaux. On comprend alors combien cette prétention à vouloir écrire une histoire officielle, chargée d’exprimer et surtout de légitimer une mémoire nationale, se heurte vigoureusement à l’affirmation de mémoires plurielles portées par les collectifs les plus divers. C’est l’étude de ces confrontations, le plus souvent vives, que retracent Frédérique Langue pour le Venezuela chaviste en recherche de légitimation bolivarienne, D. Albarrán pour le Chiapas zapatiste face à une nation mexicaine fille de la Révolution, Gérard Borras pour les Indiens de l’Altiplano bolivien et Luc Capdevila pour le cas paraguayen auquel la seconde partie de l’ouvrage a déjà accordé une large place. Tous ces exemples, hautement significatifs des enjeux et des débats latino-américains sur la place de l’histoire dans les processus de constructions nationales, illustrent à merveille les transformations en cours dans les rapports que ces sociétés entretiennent avec l’Histoire. Ils mettent en évidence les changements de régimes d’historicités à l’œuvre dans ces sociétés pluriethniques et multiculturelles, offrant à l’historien un terrain d’observation des plus féconds.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Luc Capdevila et Frédérique Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 246-249.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Luc Capdevila et Frédérique Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/1484

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse Le Mirail / FRAMESPA

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org