Navigation – Plan du site
Lectures

Georg Wink, Die Idee von Brasilien. Eine kulturwissenschaftliche Untersuchung der Erzählung Brasiliens als vorgestellte Gemeinschaft im Kontrast zu Hispanoamerika

Frankfurt am Main, Peter Lang, 2009, 367 p.
Élise Lanoë
p. 246-249
Référence(s) :
Georg Wink, Die Idee von Brasilien. Eine kulturwissenschaftliche Untersuchung der Erzählung Brasiliens als vorgestellte Gemeinschaft im Kontrast zu Hispanoamerika, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2009, 367 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Georg Wink, actuellement post-doctorant à l’Université Fédérale du Minas Gerais au Brésil, est le résultat de ses recherches doctorales à l’Université de Mayence (Allemagne). Il s’inscrit dans le champ des cultural studies allemandes (Kulturwissenschaften) et entend combiner de manière originale histoire et littérature. Comme le mentionne l’auteur dans sa préface, l’écriture de son livre a été motivée par deux observations : d’une part, le fait que la division du monde en « nations » soit souvent présentée comme une évidence ; d’autre part, le fait que l’Amérique latine reste la plupart du temps écartée des études sur la nation et le nationalisme. Ainsi, G. Wink consacre son ouvrage à un double questionnement : en quoi le concept de nation peut-il valablement être employé dans le contexte latino-américain ? Comment justifier la divergence classiquement constatée entre les voies suivies par l’Amérique hispanique et le Brésil dans leur rapport à la nation ?

2Cela étant posé, le livre est construit selon un principe binaire. La première partie pose des jalons théoriques et historiographiques qui ont trait à l’Amérique latine en général, tandis que la seconde s’attache de manière plus précise à l’histoire du discours national brésilien. Tout d’abord, G. Wink développe en un long préalable une définition de la nation comme communauté imaginée (au sens où l’entend Benedict Anderson) et comme construction discursive (Homi Bhabba, Michel Foucault). Contre la définition européocentrée du mot « nation » en lien avec une modernité spécifique (industrialisation, urbanisation, démocratisation), G. Wink pense le « national » comme une communauté de représentations qui se construit en se racontant. L’auteur justifie ainsi son usage d’un corpus très varié, passant par divers textes (journaux, lettres, essais, romans, déclarations d’indépendance, constitutions), ainsi que par l’étude de symboles et lieux de mémoires nationaux (hymne, drapeau, monuments, recensement, cartes et musées). Dans le second moment de cette première partie, il démontre en quoi l’on peut véritablement parler d’émergence de « nations » hispano-américaines au début du xixe siècle. Il se réfère notamment au rôle joué par quatre médias principaux de la symbolique républicaine (hymnes, drapeaux, monuments et manuels scolaires), dans la constitution d’une rhétorique aux motifs à la fois républicains (référence au « contrat social » et à la Révolution française, bonnet phrygien, etc.) et précolombiens (soleil incaïque, traits indigènes prêtés aux allégories féminines de la nation). Le discours de l’opposition à la couronne espagnole a également servi de ciment aux nouvelles nations, à travers la Leyenda negra et particulièrement la diffusion des écrits de Las Casas sur la Destruction des Indes (1552). Il reste que G. Wink ne suit pas les travaux de Benedict Anderson sur un point : alors que, pour ce dernier, les élites créoles ont joué un rôle majeur dans l’unification des nations hispano-américaines dès avant les indépendances, par leurs activités dans l’administration et dans la presse, l’auteur du présent ouvrage situe au contraire l’émergence des nouvelles nations dans la période postérieure aux indépendances.

3La seconde partie de l’ouvrage, consacrée à la nation brésilienne, suit une logique chronologique et traite successivement de la période coloniale, de l’époque impériale, du tournant républicain et enfin du début du xxe siècle. La thèse défendue par G. Wink est alors la suivante : l’évolution singulière du Brésil, depuis l’Empire jusqu’à la République, est traversée par un « récit brésilien » (Brasilienerzählung) constitué dès l’époque coloniale et constamment réactivé dans l’histoire. Ce « récit brésilien », par lequel les élites auraient fait exister le Brésil comme nation dès avant l’Empire, expliquerait la particularité brésilienne par rapport à l’histoire hispano-américaine, et notamment le fait que le Brésil ne se soit pas divisé en plusieurs États. Pour G. Wink, la recherche évacue trop vite les raisons du retard avec lequel s’est développé le nationalisme brésilien lorsqu’elle les ramène à deux arguments récurrents : le maintien d’un lien institutionnel fort avec la métropole et l’université de Coimbra d’une part, le monopole portugais de la presse jusqu’en 1808 d’autre part. Certes, le discours républicain et nationaliste se développe au Brésil beaucoup plus tard que dans les États hispano-américains voisins. Cela ne signifie pas pour autant que la « nation » brésilienne n’ait pas eu d’existence antérieure. Tout d’abord, G. Wink décrit les cinq répertoires discursifs du « récit brésilien » tel qu’il fut établi dès le xvie siècle par Hans Staden ou Jean de Léry, puis repris par d’autres : le Brésil comme synecdoque du Nouveau Monde ; le mythe de l’insularité (Ilha Brasil) ; le Brésil comme paradis naturel et édénique ; le mythe du bon sauvage et l’intégration des cannibales à ce paradigme ; enfin, le mythe du Quinto Imperio. L’auteur met également en évidence certaines des grandes spécificités du Brésil par rapport aux Républiques voisines : ainsi, le fait que la Leyenda negra n’ait pas circulé au Brésil a permis que perdure par la suite le mythe de la nation constituée pacifiquement, occultant entre autres les affrontements intérieurs du xixe siècle. Par ailleurs, le mythe de l’El Dorado, très prégnant en Amérique hispanique, ne s’est pas appliqué au Brésil où il a fait place à la représentation d’un paradis végétal ou d’un Jardin d’Éden. Ce n’est pas par hasard si la couleur verte s’est imposée dans les drapeaux successifs du Brésil – en lien, aussi, avec la dynastie de Bragance. Dans les chapitres suivants, G. Wink montre comment le « récit brésilien » se perpétue ensuite par-delà les césures de l’« inversion brésilienne » (inversão brasileira) de l‘indépendance (1822), de la fondation de l’Empire (1824) et de la proclamation de la République (1889). L’auteur développe de nombreux exemples de cette continuité : le transfert de la cour portugaise au Brésil en 1808 rénove la théorie médiévale du translatio imperii et de sa variante portugaise messianique (Quinto Imperio) ; la « restauration par l’indépendance » (1822-1824) s’exprime dans le faible réinvestissement des symboles nationaux par le nouveau pouvoir, toujours très proche de la couronne portugaise ; enfin, si la République de 1889 im­prime un tournant paradigmatique profond au « récit brésilien » (modernité américaine, lusophobie, blanchiment de la race, ufanismo, etc.), la plupart des répertoires discursifs traditionnels perdurent. Ainsi du mythe de la « Ilha Brasil », puisque la rhétorique de l’altérité avec l’Amérique hispanique est globalement maintenue, et des symboles impériaux qui sont réhabilités dès 1890 (hymne impérial, drapeau quadricolore, fêtes du quatrième cente­naire du Brésil, érection d’une statue de Pedro II en 1922 devant le Colégio 15 de novembro).

4Ainsi, ni les mythes rétrospectifs de Tiradentes et du Grito de Ipiranga ni même l’ufanismo d’un Conde Affonso Celso (1908) ne signifieraient l’abandon du « récit brésilien » traditionnel. Ils constituent plutôt une synthèse réussie avec le nouveau registre discursif de la République. Dès lors, les « contre-discours » littéraires du début du xxe siècle que G. Wink étudie pour terminer – à l’exemple de Os Sertões de Euclides da Cunha, de Canaã de Graça Aranha et de Triste fim de Policarpo Quaresma de Lima Barreto – ne proposent pas non plus, pour critiques qu’ils soient face au discours dominant, de véritable solution alternative. L’auteur insiste par ailleurs sur le fait que la constitution d’un discours homogène sur le Brésil est avant tout l’œuvre d’élites : il ne s’est ancré dans les représentations mentales du reste de la population que progressivement, à partir de l’ère républicaine surtout. G. Wink suggère ainsi que la nation ne se construit pas forcément par le bas comme la conception républicaine le suggère : elle serait conciliable avec une légitimité de type divin ou dynastique. Il convient donc de remettre en cause le consensus selon lequel l’histoire progresserait « naturellement » de la monarchie vers la République : malgré sa constitution républicaine, le Brésil resterait toujours aussi une nation impériale. L’auteur se situe là dans la lignée de plusieurs chercheurs qui, loin de voir la période dynastique comme un « égarement », cherchent à l’inscrire dans une continuité historique : les historiens J. Murilo de Carvalho, M. de Lourdes Viana Lyra, I. Lis Carvalho Souza, K. Schultz, C. G. Mota, ou encore la philosophe M. Chauí. Pour G. Wink, en effet, dès que l’on surestime la césure de l’indépendance de 1822, sur le modèle des nations hispano-américaines, on néglige le rôle tout aussi fondamental de l’« inversion brésilienne » de 1808.

5Si cet ouvrage est de structure limpide et procède de manière rigoureuse et conséquente, sa structure binaire, qui sépare les considérations théoriques initiales de l’argumentation portant sur la nation brésilienne, en rend la lecture ardue. Le grand apport du livre de G. Wink, outre des thèses qu’il étaye de façon très scrupuleuse, réside toutefois dans l’originalité de sa méthode et de son corpus. Ainsi, la pluralité d’objets analysés, par-delà la frontière entre textes littéraires et lieux de mémoires, est l’une des grandes originalités du volume, même s’il en résulte un corpus par nature illimité et d’autant plus difficile à dominer qu’il traite d’un temps long. Il n’en reste pas moins que G. Wink propose ici une démonstration utile et convaincante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Lanoë, « Georg Wink, Die Idee von Brasilien. Eine kulturwissenschaftliche Untersuchung der Erzählung Brasiliens als vorgestellte Gemeinschaft im Kontrast zu Hispanoamerika », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 246-249.

Référence électronique

Élise Lanoë, « Georg Wink, Die Idee von Brasilien. Eine kulturwissenschaftliche Untersuchung der Erzählung Brasiliens als vorgestellte Gemeinschaft im Kontrast zu Hispanoamerika », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/1479

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org