Navigation – Plan du site
Études

Pollera y vestido, le langage socioethnique du vêtement : migration, génération, profession et instruction

Véronique Marchand
p. 221-239

Résumés

La plupart des commerçantes de La Paz, la capitale de la Bolivie, s’inscrivent dans un processus migratoire depuis la campagne et se caractérisent par une apparence vestimentaire particulière dont la pollera [jupe bouffante], le sombrero [chapeau melon] et la manta [châle] sont les attributs principaux. Cette tenue les distingue à la fois des « Indiennes », habillées de manière plus sobre, et des señoras, les « dames de la ville », de vestido, c’est-à-dire habillées à l’occidentale. Mais certaines des commerçantes sont, elles aussi, de vestido. Comment expliquer cette distinction ? Comment quitte-t-on le groupe des femmes de pollera, appelées aussi cholas [« Indiennes en ascension sociale »] ? Les femmes de pollera appartiennent à la première génération de migrantes, et semblent plus attachées à l’univers professionnel du marché. Si ces variables sont nécessaires à la compréhension de cette distinction vestimentaire, elles ne sont pas suffisantes car certaines femmes de la deuxième et troisième génération sont aussi de pollera. Le niveau d’instruction apparaît le critère le plus pertinent, combiné aux variables générationnelle, migratoire et professionnelle. Derrière le fait d’être de vestido, se cache un projet d’ascension sociale corrélé à un niveau d’études plus élevé.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Bolivie, La Paz
Haut de page

Notes de l’auteur

Cette réflexion est inspirée de ma recherche en thèse sur les protestations des commerçantes de La Paz, dont le travail de terrain, basé notamment sur l’observation, dure 17 mois, s’étalant de 1996 à 2000. L’analyse croisée des protestations des différentes catégories de commerçantes - les vendeuses de marchés couverts, les vendeuses de rue regroupées en associations syndicales et les ambulantes - permet de rendre compte des négociations, manifestations et grèves de la faim, dans leur genèse, sans perdre de vue le quotidien des marchés, univers aussi animés que colorés. Cette étude ne peut se passer des interrogations sur l’insertion socioethnique des commerçantes, sur la place de ces femmes dans la société bolivienne. Les questions relatives aux vêtements s’inspirent précisément de ces interrogations. Cf. Véronique Marchand [2006].

Texte intégral

  • 1 Au départ, cholas est une désignation exogène, particulièrement dépréciative et insultante. Cette e (...)

1à la Paz, capitale de la Bolivie, la plupart des commerçantes portent la pollera (jupe bouffante), la manta (le châle), deux longues tresses surmontées du traditionnel sombrero (chapeau melon de style borsalino), les ballerines vernies assorties et de nombreux bijoux : broches, bagues et boucles d’oreilles en pendentif. Les tissus, aux couleurs vives, sont brodés et brillants et leurs teintes sont accordées avec soin ; les bijoux, d’or ou d’argent, sont sertis de pierres étincelantes. Cette tenue les distingue des Indiennes (Indias) qui portent des vêtements plus sobres, en toile unie, et des señoras, les dames de la ville, habillées de vestido, à l’occidentale. Cette appa­rence vestimentaire des commerçantes est le support de la qualification cholas, ce qui signifie pour résumer, « Indiennes en ascension sociale »1. Les cholas sont souvent d’origine rurale : migrantes elles-mêmes, ou filles ou petites-filles de migrantes. Elles parlent aymara ou quechua et espagnol. Les commerçantes de La Paz occupent un statut social intermédiaire à la fois du point de vue socioethnique, économique, culturel et linguistique. Femmes entre deux mondes, leur activité même est une passerelle entre la nécessité d’écoulement des produits alimentaires de la campagne, et leur consommation en ville.

2Pendant leur temps de travail, les commerçantes portent le tablier et le bonnet, mais pendant les fêtes, très nombreuses sur les marchés, apparaissent les diverses subtilités vestimentaires.

  • 2 Maestras est le nom donné aux dirigeantes des marchés élues par leurs collègues pour les représente (...)
  • 3 Dans Le sens pratique, l’hexis corporelle est « une disposition permanente, manière durable de se t (...)

3Les principales fêtes sont celles de La Paz, le 16 juillet, l’anniversaire de la fondation du marché, la posesión des nouvelles maestras2 et le presterio. Ce sont des moments privilégiés de renforcement des règles, des codes en vigueur sur les marchés. Les fêtes sont à la fois des rites qui permettent la socialisation, en tant que circulation et transmission de valeurs, et des moments de pause qui sont autant de « concentrés » d’espaces relationnels : elles donnent à voir, en un temps relativement court, différentes interactions particulièrement significatives. Elles sont l’occasion, par excellence, de démonstration de ce que l’on porte. Les différents événements qui ponctuent la vie du marché sont l’occasion de cérémonies et le système du Maestrerio Mayorazgo est très lié au domaine religieux : au moment de l’intronisation des nouvelles dirigeantes, appelée posesión, on retrouve certaines pratiques inspirées de la religion catholique. Surtout, et c’est ce qui nous intéresse ici, ce sont les moments où la valorisation de la pollera est la plus visible et prend une dimension collective : les vendeuses rivalisent dans la qualité des tissus, dans le nombre de jupons, dans la quantité et l’éclat des bijoux : les bagues, les boucles d’oreilles, les broches sur le châle et le chapeau. En dansant la traditionnelle cueca, jupes et jupons n’en finissent pas de virevolter. La tenue vestimentaire est alors synonyme de coquetterie, de plaisir et de prestige social ; ici, le renversement laudatif du stéréotype chola ne s’exprime pas en paroles, mais par une hexis corporelle, entendue par Bourdieu comme « une certaine organisation durable du corps et de son déploiement dans le monde » [2001]. Dans son ouvrage intitulé Les Méditations pascaliennes, l’auteur décrit le processus « d’incorporation » par lequel les divisions sociales sont intériorisées par les corps, sous la forme d’hexis corporelle liée à l’habitus3. À travers le jeu de mots « nous apprenons par corps » [2003, p. 204], l’auteur exprime clairement cette intériorisation quasi inconsciente de la relation au monde social, qui ne demande aucune justification de finalités ou de moyens d’action des acteurs. Nous sommes dans le cas d’un langage social non verbal, du non-dit : l’hexis corporelle s’exprime notamment par le vêtement, la façon de se mouvoir, par la danse, la fierté lisible sur les visages, par les corps, tout entiers engagés.

4Mais, à y regarder de près, toutes les commerçantes ne sont pas de pollera. Qu’est-ce qui explique que certaines femmes soient de pollera et d’autres, de vestido ? Cette distinction est à analyser, non pas pour rechercher des traits culturels particuliers, figés et invariants, à identifier, mais dans le sens où ce vêtement est un support de significations en lien avec la place sociale des vendeuses. Les diverses études en sciences sociales sur les groupes ethniques et, a fortiori, andins, ont tendance à définir un groupe ethnique par un contenu qui serait le plus exhaustif possible, culturel, linguistique, vestimentaire, culinaire, etc., se référant à un passé originel commun. Il s’agit ici, au contraire, non de faire l’inventaire des caractéristiques des cholas, mais d’examiner plutôt à partir de quand on sort de ce groupe, ou de rechercher, dans la perspective de Frederik Barth, le principe « d’organisation sociale » du groupe ethnique, en examinant la « frontière » sociale avec les autres groupes [1995]. Cette conception n’est pas incompatible avec la théorie de Bourdieu mobilisée plus haut car, pour ce dernier, l’hexis corporelle, et notamment le vêtement, reflète une intériorisation ou « incorporation » des divisions sociales ; or Frederik Barth se propose d’étudier les groupes ethniques en prenant justement comme angle d’attaque les « frontières sociales ». La différence vestimentaire est donc ici à prendre comme un signe visible de frontière, de passage d’un groupe à l’autre. Certes, les groupes socioethniques sont dotés de contenus culturels, mais qui n’ont de sens que grâce à la compréhension sociologique des limites du groupe qui les mobilise. Face à la multitude des initiatives politiques d’obédience indigéniste qui en appellent à « l’ethnicité » en Amérique latine (et ailleurs bien sûr), et à l’ethnicisation croissante des rapports sociaux, la compréhension des phénomènes ethniques en sciences sociales représente un enjeu de taille. Le cas bolivien est éclairant : le 18 décembre 2005, Evo Morales, le dirigeant du MAS (Mouvement vers le socialisme), remporte les élections présidentielles au premier tour, avec 53,7 % des voix ; une victoire jamais égalée depuis le retour de la démocratie, en 1982. Cet ex-leader du mouvement paysan bolivien est présenté comme « le président indien » [Le Monde, le 20/01/06]. Il remporte le référendum révocatoire d’août 2008 (à 63 % des voix), ce qui confirme sa popularité et son pouvoir ; c’est dire à quel point l’argument ethnique est un argument politique fédérateur pour cet ancien syndicaliste cocalero (producteur de coca) qui se veut l’instigateur de la « revanche indigène ». Mais qui sont ces indigènes ? Étudier les femmes de pollera en Bolivie contribue indirectement à répondre à cette question, dans le sens où elles constituent un groupe socioethnique intermédiaire, dont les rapports ambigus à l’indianité révèlent, en tant qu’analyseur, la complexité des relations socioethniques en Bolivie. Plus largement, mon article s’inscrit dans une interrogation sur les phénomènes d’exode rural qui viennent grossir de manière explosive les rangs des migrants des capitales latino-américaines, notamment des femmes, et sur l’insertion citadine et la paupérisation certaine de ces populations. La cristallisation des rapports sociaux en catégorisations ethniques en est une expression.

5La réflexion proposée ici repose sur la distinction nette, clairement visible dans les marchés, de pollera/de vestido. Au-delà des discours, de la parole subjective sur l’ethnicité [Marchand, 2001], quelles sont les variables objectives qui expliquent que certaines femmes sont de vestido et d’autres de pollera ? Quel est le sens sociologique de cette différence d’habillement ? Cet article se propose de passer en revue l’ensemble des caractéristiques – ou variables – biographiques des femmes, selon leur tenue vestimentaire, afin de déceler la plus pertinente.

Des générations de commerçantes

  • 4 En tout, il existe 90 marchés couverts à La Paz, beaucoup plus récents.

6Les marchés couverts de La Paz les plus anciens (Lanza, Camacho, Sopocahi) ont été créés dans les années 1930, à la suite des mobilisations des premières vendeuses organisées syndicalement au sein de la Fédération ouvrière féminine (FOF), fondée en 1927. Bien qu’exceptionnels du point de vue de l’ancienneté elle-même des bâtiments4, ces trois marchés sont particulièrement intéressants car ils renferment dans leurs murs plusieurs générations de commerçantes qui semblent corrélées au port – ou non – de la pollera.

7Au marché Sopocachi, il existe trois générations de commerçantes : on trouve les « anciennes » qui, à part quelques exceptions, n’ont pas connu la fondation du marché mais ont commencé à y vendre très peu de temps après sa création, les filles (des fondatrices ou, plus largement, des anciennes) majoritaires, et les petites-filles qui, soit occupent un poste de vente, soit aident leur mère et n’ont donc pas (encore) de capital propre. Même si les fondatrices sont pour la plupart décédées, elles sont encore bien présentes dans la mémoire des vendeuses, qui ont une certaine fierté à se définir comme fille de fondatrice ; les postes de vente, encore occupés par les filles, en sont la trace matérielle, visible et chargée de nombreux souvenirs. En effet, la transmission du poste de vente se fait majoritairement de mère en fille. Mais en l’absence de fille, ou dans le cas où celle-ci occupe une autre profession, c’est alors la nièce qui reprend le poste de vente, ou encore la belle-fille. Dans les marchés, on peut sentir une véritable pression des « anciennes » pour que le poste de vente reste dans la famille. Cristina, de vestido, 40 ans se souvient des recommandations de sa mère avant de lui transmettre son poste :

Elle était vieille, elle me disait « Ma fille, je ne peux plus. Toi, descends au marché » elle me disait. Et elle disait toujours qu’elle aimait son poste parce qu’elle disait « Moi, toute ma jeunesse j’ai été ici, et je n’avais pas de clients, et moi, ici, mes bijoux, j’ai tout sacrifié, je les ai vendus pour entretenir le poste parce qu’il n’y avait pas de vente, nous étions obligées de jeter les marchandises, nous jetions et toi, ne te défais pas du poste ! », elle me disait [le 22/12/98].

8Une fois que la fille est désignée pour reprendre le poste, ne pas s’en défaire est en quelque sorte une obligation morale, une preuve de respect vis-à-vis des sacrifices endurés par la mère, un signe de reconnaissance d’un long chemin parsemé d’embûches pour obtenir et conserver ce moyen de subsistance, malgré les fluctuations de la vente. Tout se passe comme si son abandon était synonyme d’offense à la mémoire de la mère et, au contraire, ne pas le lâcher revenait à lui rendre hommage. Carla, frutera, de pollera, âgée de 67 ans, a transmis le poste de sa mère à sa fille, tandis qu’elle en occupe un second :

Ma fille aînée vend, ma mère est morte, elle est morte, elle a laissé le poste et ma fille aînée y vend, moi, je ne l’ai pas abandonné, je n’ai pas détruit son poste […] Il est là, derrière, dans le coin, celui-là, elle y est la Paulina [sa fille], oui, il existe ce poste, je le soigne [le 26/01/99].

9Certaines expressions sont comparables à celles utilisées lors de l’entretien d’une tombe, en tant que trace et hommage à la mère défunte, mais la diffé­rence est de taille : il s’agit ici de faire honneur à la disparue en poursuivant, en famille, la même activité, sur le même lieu, avec comme objectif de la faire fructifier le plus possible. Et même dans le cas où la vendeuse n’a pas de fille à qui transmettre le poste de vente, il est important que celui-ci reste dans la famille. Ainsi, Rosa, 36 ans, de vestido, vendeuse de produits d’épicerie, était ama de casa [femme au foyer] quand sa belle-mère décède. Elle se retrouve alors dans l’obligation de venir vendre au marché, bien qu’elle n’en ait pas envie et que le revenu de son époux soit suffisant. Le contraste est frappant entre celles qui ont grandi dans le marché, pour qui on peut parler de véritable socialisation, dans le sens d’une intériorisation quasi inconsciente de normes et de valeurs, et celles qui ont intégré adultes le marché, en reprenant le poste de leur belle-mère, comme dans le cas de Rosa dont le discours traduit davantage l’idée d’un apprentissage laborieux.

Je ne savais rien, j’étais nulle ! Je suis descendue au marché, je devais noter, demander aux camarades, dire « Combien ça coûte ça ? Et ça, combien ça coûte ? », c’était pour moi comme des devoirs à la maison [le 21/11/98].

10Au contraire, pour les filles des anciennes, socialisées dans l’univers des marchés, la transmission est une continuité quasi « naturelle ». À la question « Vous vendez depuis combien de temps ? », Emma, qui a repris le poste de légumes de sa mère, une fondatrice du marché, répond : « Depuis que je suis née. » Le respect de la mémoire des anciennes à travers la transmission familiale des postes de vente est aussi un appel à la reconnaissance de leurs combats, au sein de la FOF (Fédération ouvrière féminine). Les anciennes décrivent les premières années dans le marché comme une époque de sacrifices, de luttes, en raison de la sévérité des contrôles endurés, des amendes à payer et des arrestations. Un esprit d’unité et de solidarité est également décrit ; les témoignages croustillants d’actions collectives ne manquent pas :

Nous avons beaucoup lutté. Après elle est morte cette dame, son poste est là, une fois prisonnière, comme une prisonnière, ils ont voulu l’enlever, alors, tout le monde à l’intérieur s’est levé, comme ça, les camarades d’ici, nous étions toutes de pollera, seulement de pollera. Maintenant, les filles, les petites-filles ont changé, elles sont de vestido. Alors, ils voulaient s’attaquer à elle, nous l’avons…, ils voulaient l’enlever comme une prisonnière […] Nous, nous les avons fait fuir, les vendeuses de légumes, avec des tomates pourries, les vendeuses de fruits, avec des bananes, périmées, avec ça nous ­les avons fait fuir [bis]. « Pourquoi vous allez l’enlever ? Pourquoi ? Alors emmenez-nous toutes » on disait. Nous les avons fait fuir. Bien sûr, il n’y a plus tout ça [Carla, frutera, de pollera, 67 ans, le 26/01/99].

11Elle précise que toutes les vendeuses portaient la pollera, ce qui renforce le sentiment d’unité, de cohésion dans la lutte. Dans la description de ces scènes, qui s’apparente parfois à des reconstitutions, au style direct, l’esprit combatif mêle fierté et humour. On y trouve aussi une pointe de nostalgie. Les événements relatés sont bien réels mais l’on peut penser que ces récits de lutte comportent également une part d’idéalisation, phénomène assez classique quand les personnes âgées racontent les événements qui ont marqué leurs années de jeunesse. Mais, et c’est l’essentiel, cette reconstruction du passé participe à l’efficacité d’une certaine autorité des anciennes. Cet extrait d’entretien avec Serena, de pollera, verdurera [vendeuse de légumes] âgée de 83 ans, est un véritable appel à la reconnaissance des « anciennes » [antiguas] :

Maintenant non, il n’y pas de contrôle. Pour cela, on doit remercier les anciennes, parce que nous avons fait respecter le marché, grâce à nous, elles sont assises et ça, c’est la vérité mademoiselle ! [Le 10/06/99].

12Le respect des anciennes est associé au sentiment de dette ; les avantages des filles, comme la détention d’un poste de vente, n’existeraient pas sans les combats de leurs mères. Ces générations dessinent aussi des rapports au marché différents. Deux pôles extrêmes, d’un côté, les anciennes, pour qui le marché est plus qu’un lieu de travail, et, de l’autre, les vendeuses plus jeunes, a fortiori les belles-filles, qui ont un regard plus extérieur, voire critique. Par exemple, les anciennes emmenaient leurs filles au marché alors que celles-ci préfèrent tenir leurs enfants à l’écart du marché. Pour Paula, de vestido, bouchère de 40 ans qui a repris le poste de vente de sa belle-mère :

Il ne faut pas venir avec les enfants au marché parce qu’ils voient le négoce, l’argent et ils veulent de l’argent et ne veulent plus étudier. Moi, jamais je ne les ai amenés ici [le 15/01/99] !

13Le cas de Francisca, de pollera, carnicera âgée de 83 ans, bien affaiblie physiquement, qui pour rien au monde ne lâcherait son poste de vente, sans qu’aucune raison financière ne le justifie, montre cet attachement au marché. D’ailleurs, vendre n’est même plus sa préoccupation :

Mes enfants m’ont dit « Laisse-le [le poste] maman, laisse-le, ne vends plus, ne va plus au marché », ils me disent. Ma belle-fille aussi m’a dit « Tu ne peux plus vendre maman, laisse le poste ». Pour ne pas être à la maison, je vends du charquecito [viande séchée], ceci au moins, c’est ça que je vends. Parfois, je ne vends pas, il y a des jours où je n’en vends même pas la moitié (elle rit). Je suis seulement là […] J’aime bien, j’aime bien faire quelque chose : « J’y vais, c’est l’heure » je suis pressée d’aller au marché […] « Je vais aller au marché, je vais aller dormir là-bas ». Au marché, je ne fais que dormir [le 27/06/99].

14De même que celles qui ont été socialisées toutes petites dans le marché disent y être depuis qu’elles sont nées, les anciennes comptent y finir leurs jours. Le marché est donc plus qu’un espace de vente, c’est le lieu où elles vivent : « Jusqu’à ce que l’on vive, il faut être en train de vendre » [Valentina, de pollera, 70 ans, le 16/06/99].

15Au premier abord, il semblerait que les plus jeunes soient de vestido et les anciennes portent la pollera. Si, en effet, toutes les anciennes sont de pollera, pour autant la pollera n’est pas l’exclusivité des anciennes. L’approche en termes générationnels est donc éclairante, puisqu’on ne trouve aucune ancienne qui ne soit pas de pollera, mais elle ne suffit pas. D’autres facteurs doivent être examinés et, plus précisément, l’attachement à l’univers commercial.

Un groupe professionnel

  • 5 Il s’agit ici de mettre en évidence certaines qualités acquises et requises : comme le montre Cathe (...)
  • 6 Ibidem.

16Les vendeuses déplorent souvent la baisse de la vente. Elles évoquent de nombreux facteurs explicatifs, « externes », comme le jeu de la concurrence avec l’implantation d’un supermarché dans le quartier Sopocachi en 1994, la création de nouveaux marchés couverts dans la zone Sud, la prolifération des postes de vente dans la rue surtout depuis la crise économique, mais aussi les effets de cette dernière sur le pouvoir d’achat, la réduction des aires de stationnement à proximité du marché, etc. Au-delà de ces paramètres extérieurs, la quantité de marchandises vendues dépend également de la vendeuse elle-même, de la manière dont elle réalise son activité : encore faut-il savoir vendre. Quels sont les savoirs, les connaissances, les astuces, qui permettraient de reconnaître les « bonnes vendeuses » des autres ? Je m’intéresse ici à un certain type de « qualifications » au sens où l’entend Catherine Paradeise5, en l’occurrence, aux significations développées par les vendeuses elles-mêmes, relatives aux connaissances et aux savoir-faire qui définissent le « savoir vendre ». En effet, la perspective choisie par l’auteur permet de se référer aux qualifications dans leur acception endogène, sans se restreindre – comme trop souvent – aux connaissances et aux savoir-faire requis de l’extérieur. Autrement dit, il s’agit ici de mettre l’accent sur « les qualités acquises du côté de la qualification de la personne6 ».

17Une première série de connaissances concerne la marchandise elle-même. Les fluctuations des bénéfices peuvent s’expliquer par des variations du coût du produit auprès des fournisseurs, en fonction notamment de la plus ou moins grande disponibilité des produits. Même si le comportement de la vendeuse ne peut avoir d’influence directe sur ces conditions extérieures, elle doit en tenir compte et en avoir une bonne connaissance. De même, il est important de savoir adapter la marchandise au milieu social du client, qui dépend du quartier dans lequel est situé le marché, comme le montre Paula, de vestido, vendeuse de viande :

Nous, nous ne vendons pas de têtes, pas de pattes parce qu’ici on n’en veut pas. Du côté de la Buenos Aires, à la Rodriguez [quartiers plus populaires de La Paz], ce sont des gens de plus faibles ressources, ils achètent ça parce que c’est moins cher que la viande. Ici, non, non, c’est pourquoi on n’en amène pas [le 15/01/99].

  • 7 La Paz est une cuvette dont l’altitude s’échelonne entre 3 000 et 4 000 mètres et le niveau de vie (...)

18Dans tous les cas, il s’agit de vendre des produits de la meilleure qualité possible. Plus les marchés sont situés en hauteur, plus le pouvoir d’achat de la population est faible, et plus les prix des produits sont bas7. Les vendeuses doivent choisir les fournisseurs, dans un lieu donné, et savoir sélectionner les produits. Carla, frutera, de pollera, 67 ans, explique qu’elle doit se rendre au marché Rodriguez le plus tôt possible pour obtenir les meilleurs fruits :

J’observe chez qui acheter « Ah, celui-ci, il est bon », j’achète, bon, j’achète celui-ci […] Je suis obligée d’y aller : si je ne vais pas acheter à six heures du matin, à quelle heure vais-je sortir de la maison ? Je vais apporter n’importe quoi ? Ici, on ne veut pas de ça, on veut du bon [le 26/01/99].

  • 8 On peut citer, par exemple, cette frutera qui vante ses produits, appelle la cliente de manière aff (...)

19Autrement dit, les clients du marché Sopocachi n’auraient plus à choisir car les produits proposés à la vente seraient déjà sélectionnés. C’est la raison pour laquelle la clientèle accepte de payer plus cher que si elle se rendait en haut de la capitale. On peut repérer également certaines pratiques visant à mettre en valeur les marchandises proposées à la vente : les vendeuses les disposent, les ordonnent, les classent selon leur variété, leur couleur, leur forme ; une frutera, par exemple, astique les fruits situés en évidence jusqu’à ce qu’ils luisent et les agence afin que son poste soit le plus attrayant possible. Le deuxième ensemble de pratiques, le plus important aux yeux des vendeuses, concerne la relation au client, considérée comme la clef de la réussite. Tout se passe comme si elle constituait le point de départ d’un engrenage vers la prospérité. Cette qualité semble primordiale à la fois pour conquérir de nouveaux clients et garder les « habitués ». Il s’agit de développer une véritable capacité à séduire la clientèle. Lors des entretiens avec les vendeuses sur leur poste de vente, j’ai pu être témoin des nombreuses stratégies déployées pour convaincre les clients potentiels8. De plus, les vendeuses ont également leurs caseros, des habitués, elles savent donc anticiper et s’adapter en ajustant les prix à la « tête » :

Ça dépend, il y a des clients qui achètent sans rien dire mais il y a des clients qui disent « Non, ceci coûte tant ! », ils savent [Eugenia, de vestido, le 12/1/98].

  • 9 Vendeuse de café, de thé et de petits-déjeuners.
  • 10 Le terme de casero/casera [habitué(e)] définit un type de relation privilégiée et réciproque entre (...)

20Elles peuvent également prévoir le produit recherché : lors de l’entretien avec Dominga, cafetera9, de vestido, celle-ci sert ses caseros10 dès qu’elle les aperçoit, sans attendre qu’ils passent la commande.

21Tous ces savoir-faire, ces compétences, ces valeurs, montrent que les vendeuses de marchés constituent bien un groupe professionnel, même si la vente n’est pas une profesión dans le sens bolivien – inspiré du sens américain –, selon lequel le profesional exerce une activité qui requiert un niveau d’études universitaires. En général, pour les enquêtées, la vente représente donc un « travail » et non una profesión, les vendeuses n’ayant pas de diplôme pour l’exercer : « Pour moi, vendre, ce n’est pas une profession ; une profession, c’est beaucoup plus » [Teofila, de vestido, le 21/12/98].

22Mais, dans certains cas, il arrive qu’en réaction, ou même par provocation, elles qualifient la vente de profesión, ou même « d’art », justement pour insister sur les nombreuses connaissances – non universitaires – qu’elle requiert ; l’idée d’art étant plus liée à celle de « savoir reçu » grâce à un don qu’à celle de compétences acquises par l’apprentissage :

Comme on dit, tout ce que l’on fait, c’est un art, on dit. Ça se peut parce que pour vendre il faut savoir vendre, parce qu’il y en a d’autres qui ne savent pas parce qu’elles ne savent pas s’occuper de la clientèle, elles n’ont pas de patience et je pense que moi, parfois, je ne suis pas comme ça : j’ai de la patience, je m’en occupe bien, je suis très affectueuse [Paulina, de vestido, le 18/01/99].

23Même si cette vendeuse dit ne rien avoir appris de sa mère, elle venait l’aider au marché avant de reprendre son poste de vente. Il s’agit donc bien d’une transmission inconsciente de savoir-faire, par la pratique et la socialisation.

24Nous sommes là face à un « groupe professionnel », dans le sens de la sociologie des groupes professionnels : il s’agit d’une identification professionnelle, dans le sens d’une autoreconnaissance qui permet une valorisation de l’activité, un sentiment d’appartenance à un « nous », qui « accompagne l’expérience pratique pour lui donner forme et sens » [Demailly, in Minet, 1994, p. 81]. La transmission de normes, de valeurs et la construction d’un « nous » se trouvent même renforcées par la reproduction familiale et la socialisation des filles par les mères dans le marché. Ce groupe professionnel est constitué de sous-groupes spécialisés dans le sens où certains savoir-faire dépendent du type de produit vendu : des compétences spécifiques se développent en fonction des exigences de chaque branche. Par exemple, les produits d’épicerie, fournis à crédit, demandent une certaine capacité d’anticipation et de gestion du capital.

  • 11 Le « sale » est associé au travail qui demande un contact avec la terre. Cela évoque la manière don (...)

25On peut esquisser une hiérarchisation entre les différentes branches du marché car certaines sections sont considérées comme plus avantageuses que d’autres, selon les tâches qu’elles demandent mais aussi les bénéfices qu’elles engendrent. Et cette hiérarchisation est approuvée par toutes les vendeuses rencontrées, quel que soit le type de produit proposé. L’épicerie est l’activité la plus convoitée par les vendeuses, et les abarroteras elles-mêmes reconnaissent les avantages de cette branche : elle est perçue comme la plus « propre », la plus pratique, c’est‑à‑dire celle qui requiert le moins de travail physique, et une des plus lucratives : comme on fournit les abarroteras sur place, elles ne doivent pas retirer le coût du transport – qui comprend également la paie du chargeur (environ 10 bolivianos en 1998 par commission) – de leur bénéfice. C’est celle qui demande la plus grande capacité de gestion. Tout en bas de cette échelle, se trouve la vente des légumes : elle est perçue comme « sale »11, le capital investi est moindre, les denrées sont périssables. De plus, c’est l’activité qui demande le plus de travail, comme aller chaque jour très tôt le matin en haut de la capitale pour se fournir et sélectionner les meilleurs produits. Juste au-dessus, les fruteras connaissent les mêmes inconvénients que les verdureras, comme le caractère périssable des produits, mais l’avantage est qu’elles ne doivent pas les laver. Puis arrive la cafetera. Dominga, de vestido, considère que cette branche demande beaucoup plus de travail que l’épicerie : il faut toujours être en mouvement. Mais, en même temps, elles ont une partie de leur vente assurée car les vendeuses du marché représentent une clientèle fixe :

Le café se vend tous les jours et deux, trois fois par jour ils consomment. Au contraire, par exemple, les légumes, la personne achète une seule fois par jour et il y a beaucoup de gens qui vendent et il y a beaucoup de concurrence. L’épicerie, bon, moi je préférerais vendre de l’épicerie parce que ça se conserve, les boîtes. C’est plus reposant. On reçoit ici la marchandise, elles s’installent, elles la rangent et après… Au contraire, nous, nous travaillons plus dans l’agitation [Dominga, le 16/11/98].

26Enfin, la vente de viande est présentée comme plus éprouvante que celle de produits d’épicerie mais beaucoup plus lucrative que le commerce de café, de fruits et de légumes. On aboutit donc au classement final :

27Abarrote > Carnicera > cafetera > frutera > verdurera

28Étant donné cette « inégalité » des branches alimentaires, vendre sur le même poste que sa mère n’est pas forcément perçu comme une stagnation, une reproduction à l’identique d’une activité et d’un statut : se spécialiser dans un autre type de produit plus lucratif est aussi une forme d’ascension sociale. C’est d’ailleurs une des raisons de la prolifération des postes de vente d’épicerie. Par exemple, Carla, de pollera, est spécialisée dans les fruits, alors que sa mère vendait des légumes :

Mais moi, j’ai changé, plus les légumes […] C’est très… Il faut laver les légumes, les carottes et pire, ça aurait pu me donner du rhumatisme [le 26/01/99].

  • 12 On retrouve ce style vestimentaire aussi chez les employées domestiques, que je n’ai pas étudiées, (...)

29Le poste de sa mère est aujourd’hui occupé par la propre fille de Carla, de vestido, qui s’est spécialisée dans les produits d’épicerie. Elles ont donc réussi à « gravir les échelons » sur trois générations. La mère est de pollera, tandis que sa fille s’habille à l’occidentale. Si ni la génération ni l’appartenance au groupe professionnel des commerçantes ne permet d’expliquer la distinction pollera/vestido, ces deux facteurs sont beaucoup plus éclairants quand ils sont combinés : à La Paz, le port de la pollera est obligatoirement associé à certaines professions, en l’occurrence celle du commerce12, et à l’attachement, la fierté d’appartenir au marché. Les femmes commerçantes de la première génération sont, à coup sûr, de pollera mais certaines de leurs filles peuvent aussi travailler au marché et être habillées à l’occidentale. L’appartenance au groupe professionnel représente donc une variable explicative nécessaire mais non suffisante.

Le niveau d’instruction

  • 13 Quand elles en parlent, c’est plus pour désigner certaines personnes comme étant de pollera ou de v (...)
  • 14 Chose que je n’aurais pas pu faire si je n’avais pas été étrangère. Si cette extériorité représenta (...)
  • 15 C’est le propre du phénomène d’intériorisation de l’hexis corporelle tellement profonde, dès la pri (...)
  • 16 En général, elles utilisent le verbe ser plutôt que estar, ce qui renforce l’idée d’un élément intr (...)

30Dans la plupart des marchés, où il n’y a qu’une génération de vendeuses, la majorité des femmes portent la pollera. Pourtant, au marché Sopocachi, j’ai pu compter 42 femmes de pollera, soit 35 % des vendeuses : toutes les anciennes le sont, tandis que la plupart des vendeuses de la deuxième génération sont de vestido. Les vendeuses abordent très rarement ce sujet en tant que tel13, sûrement parce que le rapport au vêtement est tellement intériorisé que les choses semblent aller de soi. Cependant, quand je les interroge de manière candide14, elles ont tendance à osciller entre deux extrêmes. D’une part, le vêtement est présenté comme quelque chose de quasi « inné », ou en tout cas que l’on s’est tout à fait approprié : on est de pollera ou de vestido depuis bébé, c’est quelque chose que l’on ne décide pas15. Ce vêtement est présenté comme quelque chose d’indissociable de la personne, dont on ne se sépare qu’à la mort, un élément qui sert même à définir une personne. D’ailleurs, l’utilisation du verbe « être » [ser16] dans les expressions « être de vestido » ou « être de pollera » est symptomatique : il donne l’impression qu’il s’agit d’une qualité inhérente à la personne ; ce qui, justement, pourrait induire le chercheur en erreur et le conduire à construire une définition plutôt substantiviste, à partir de traits caractéristiques figés et invariants, en termes culturels et d’origine, par exemple. L’habillement est presque présenté comme la peau, ce qui pourrait inciter à oublier qu’il est avant tout une forme de langage – certes corporel, donc non verbal – et plus précisément, de langage social, tout comme l’hexis corporelle de Pierre Bourdieu est « aussi durable que les inscriptions indélébiles du tatouage » [2003, p. 205]. Si le port de ce vêtement ne s’interrompt qu’à la mort, les vendeuses ont également de la difficulté à en dater les origines.

  • 17 Sur la possibilité de changement de tenue vestimentaire au cours de la vie, notons que, dans certai (...)

31Par exemple, Paulina, de vestido, montre qu’elle n’est pas responsable du choix de sa tenue vestimentaire : « Ma mère depuis toute petite m’a habillée de vestido et je continue comme ça ». Fernanda, vendeuse du marché aux fleurs, qui porte la pollera, dit, à propos de l’habillement de sa fille : « Elle est professeur, elle est de vestido /…/ bébé je l’ai élevée comme ça ». Comme les deux femmes l’expriment, on élève sa fille de vestido ou de pollera. Le port de ce vêtement est donc étroitement lié à un projet parental, et, plus précisément, à un projet maternel. On a beau chercher et chercher des indicateurs qui permettent de distinguer les femmes de pollera de celles de vestido, aucun ne semble infaillible. En réalité, la variable la plus pertinente est le niveau d’instruction. C’est le meilleur indicateur car il témoigne plus largement de la volonté d’ascension sociale pour la fille, hors du monde du marché. Dans le cas des commerçantes de vestido, de la deuxième ou troisième génération, le port du vêtement paraît « inné » car il est déterminé par la décision de la mère qui avait envisagé un projet différent pour sa fille que celui de la vente dans le marché ; celle-ci était alors une solution de repli. D’ailleurs, les filles de vestido ont généralement un niveau d’instruction élevé. Par contre, quand les filles sont de pollera17 depuis toujours, cela signifie, au contraire, qu’il y a continuité avec la situation de la mère, elle-même, de pollera. Autrement dit, la vente dans le marché représentait le seul destin envisagé depuis toujours pour la fille. En général, ces vendeuses ont un niveau d’instruction faible et aident leur mère sur le marché depuis leur enfance. Intéressons-nous maintenant de plus près à l’instruction des vendeuses, variable qui apparaît la plus corrélée au port de la pollera ou del vestido. Le vêtement est un langage, qui parle « d’école, d’études, de rêves scolaires » parfois accomplis ou inachevés, mais souvent irréalisés.

  • 18 D’ailleurs, dans la plupart des autres marchés, plus récents, comme le Marché Strongest, créé en 19 (...)

32La plupart des vendeuses de vestido de la deuxième génération ont fait des études – jusqu’au bac, en général – et, au moment de se marier, abandonnent, ont des enfants, sont « mères au foyer » et reprennent le poste de leur mère quand celle-ci ne se sent plus capable de vendre. Autrement dit, les mères envisagent la reprise du poste dans le marché tout en permettant à leurs filles de faire des études : un double « destin » est prévu. On a donc bien la volonté de sortir du marché, c’est-à-dire, pour les mères, de prévoir une ascension sociale, tout en considérant quand même la vente comme une situation de repli ; cela signifie que le poids de la transmission du poste de vente et de la reproduction familiale est plus fort18. Autrement dit, « on n’en sort pas si facilement ».

33Qu’en est-il des vendeuses de la première génération ?

  • 19 Le taux d’analphabétisme reste très inégal selon le sexe, en Bolivie : plus du quart (27, 70 %) de (...)

34Les « anciennes », de la première génération ont un faible niveau d’instruction, ou ne sont même jamais allées à l’école19. Permettre à sa fille de faire des études représente une véritable rupture. Et, au contraire, certaines reproduisent le même schéma : on assiste à une continuité. Cette bouchère du marché Lanza, âgée de 83 ans, de pollera, relate cette discrimination sexuelle vis-à-vis de l’instruction :

Avant, la maman, le papa, ne voulaient pas faire étudier les jeunes filles : « Ah ! Elle va devenir un bandit, cette jeune fille. Pourquoi devrait-elle savoir lire ? », ils disaient. « Les garçons, si », ils disaient. C’est pour ça que nous ne savons pas. Mon père, ma mère ne voulaient pas […]. Mes enfants, je les ai fait étudier, je les fais étudier, grâce à Dieu ! Moi, je disais toujours : « Mes enfants ne vont pas être comme moi ! » ils ne vont pas prendre, manipuler les couteaux, mes enfants vont être différents ». Grâce à Dieu je l’ai réalisé [Francisca, de pollera].

35Mais l’ascension sociale de ses enfants ne concerne en réalité que ses fils, car elle préfère que sa fille, elle aussi, de pollera, l’aide au marché. Cette logique de reproduction, pour les filles, ne fait ici aucun doute :

Ma mère, mon père savaient me commander comme ça : comme ça aussi je voulais éduquer ma fille « Comment ? Elle va être avec ses amies ? Elle va aller se promener ? Alors, qu’elle travaille au marché ! ». Je l’ai retirée aussi de l’école.

36Mais on peut également trouver aussi une volonté de rupture pour les enfants des deux sexes. Fernanda, une fleuriste âgée de 74 ans du marché Pasaje de las Flores, de pollera, éprouve une immense fierté car aucun de ses enfants, y compris sa fille – de vestido – ne vend aujourd’hui :

Ils sont professionnels : ma fille est professeur, mon fils aussi, il est agronome […]. Oui ils ont étudié, ils ne vont plus être fleuristes, ma fille ne vient pas, ni mes petits-enfants ; ils ont leur profession. Mes petits-enfants aussi, j’ai des petits-enfants, ils ont leur profession. Ils ne viennent pas ici. C’est pour ça, les filles qui sont ici, elles sont sottes ici ! Je dis […]. On va laisser transmettre seulement cela. Qu’est-ce qu’on laisse ? Ils ont tous leur profession, une maison, tout, avec leur profession, ils vont tout construire, ils vont tout réussir, n’est-ce pas ? [le 17/06/99].

37La « profession » est ici associée à une activité qui requiert un certain niveau d’études : elle représente le moyen d’accéder à un confort matériel, grâce notamment à l’accès à la propriété.

38Quel que soit le niveau d’instruction des vendeuses de la deuxième génération, celles-ci mobilisent tous leurs efforts pour que leurs enfants, et notamment leurs filles, poursuivent des études, aient une « profession » et ne vendent pas. Pour celles qui ont quitté l’école très tôt, cette volonté se nourrit d’un esprit de revanche. Quant à celles qui ont un niveau d’instruction relativement élevé – en général jusqu’au bac – et qui ont interrompu leurs études, elles ont l’impression d’avoir échoué près du but. Le désir d’instruction pour leurs enfants est donc lié à un sentiment de frustration et elles font tout pour que cet « échec » ne se renouvelle pas. Elles dissuadent leurs filles – de vestido – de se marier « trop jeunes », et leur font faire des études. L’activité de la vente est complètement orientée vers cet objectif. Par exemple, Dominga, de vestido, vendeuse de café, âgée de 35 ans, a dû quitter l’école pour venir aider sa mère au marché. Parallèlement à la vente, elle décide de suivre des cours du soir dans un centre de formation accélérée, et obtient finalement le baccalauréat. Elle ne peut aller au-delà car il lui est impossible d’abandonner son poste de travail, faute de moyens financiers suffisants. Elle mise alors tout sur la réussite professionnelle de ses enfants, car elle exprime d’une certaine manière sa propre réussite. Ces mères convoitent pour leurs enfants un travail salarié avec des horaires fixes, en opposition directe avec l’activité de la vente, au revenu instable. Cristina, verdurera, de vestido, 40 ans, a quitté le lycée un an avant le bac, au moment de son mariage :

Être dans le négoce, ce n’est pas si lucratif. Au moins, en travaillant, on a un salaire, n’est-ce pas ? Un salaire… Mais ici, il y a des moments… C’est pour ça, je dis toujours à mes enfants « Non, étudiez, étudiez, ne soyez pas comme moi » [le 22/12/98].

  • 20 La vente de légumes est présentée comme « sale », alors que le bureau est « propre ». Cette opposit (...)

39De même, Paulina, une abarrotera âgée de 43 ans, de vestido, obtient le bac et commence à vendre à 18 ans, peu de temps après son mariage, alors qu’elle voulait au départ poursuivre des études supérieures. Sa fille est actuellement à l’université et Paulina aimerait qu’elle travaille dans un bureau. L’image du bureau, « propre » revient souvent, elle représente l’idéal convoité pour la descendance car elle apparaît en tout point opposée à la vente20. Les belles-filles souhaitent d’autant plus tenir leur(s) fille(s) à distance du marché qu’elles ont un regard plus extérieur, voire critique, vis-à-vis de la transmission familiale des postes de vente, presque comme s’il s’agissait de les garder « à l’abri du danger » de la stagnation sociale :

Les mères doivent préparer leurs filles, pas toujours vendre n’est-ce pas ? […] Savoir ce qui leur convient ou non. Mais à quelqu’un qui est médiocre, on dit : « Il faut vendre », ça se termine là. Non, non, pour moi, ça, ce n’est pas progresser parce que mes filles à moi, elles ne connaissent pas ici [Rosa, de vestido, le 21/11/98].

40Aucune vendeuse de la première génération n’a pu faire d’études et toutes portent la pollera. Celles qui sont de vestido à la deuxième et troisième génération ont fait des études le plus souvent jusqu’au baccalauréat : le destin commercial était plutôt rejeté dans ce cas, pour devenir ensuite une solution de repli en raison de l’impossibilité de poursuivre les études. Le vêtement est donc le reflet de la relation à l’univers commercial dans un jeu générationnel de femmes.

  • 21 C’est l’idée développée dans les travaux de Bourdieu : l’hexis corporelle est liée à l’habitus, qui (...)

41Le port d’un certain type de vêtement n’est pas réductible à l’appartenance à un groupe social, c’est bien plus que cela : c’est un rapport complexe aux autres, une manière de se positionner, non dénuée de contradictions. Les études en sciences sociales sur les Indiens en Bolivie qui traitent de la pollera perçoivent cet habillement comme un indicateur culturel d’une position migratoire, des « Indiennes devenues citadines » ou comme le signe de l’appartenance au monde des marchés. Cela ne suffit pas, la preuve : des femmes qui appartiennent au même groupe professionnel des marchés, nées à La Paz, et dont les mères sont dites Indiennes, originaires de la campagne, n’ont pas forcément le même style vestimentaire. Certes, l’inscription dans un processus migratoire est indubitablement à prendre en compte mais elle n’a de sens que conjuguée au rapport à la génération précédente, en l’occurrence des mères, et à leur profession. Cela revient à s’interroger sur le degré de proximité sociale avec l’univers professionnel des marchés, traversé par un ensemble de valeurs commerciales, religieuses et culturelles. C’est finalement le niveau d’instruction qui, combiné aux autres critères, apparaît la variable la plus pertinente, car elle traduit l’éloignement de celles qui ont fait des études et leur volonté d’échapper au marché. Cette analyse sur le langage socioethnique de l’apparence vestimentaire montre que toute recherche sur ce thème basée exclusivement sur l’observation synchronique ne peut que s’avérer stérile. La subtilité des significations vestimentaires révèle la trace visible et tangible d’un rapport invisible et dynamique au monde social, qui est corrélé à une combinaison de variables et s’inscrit dans le temps long. Elle nous instruit sur la relation au passé, aux ascendants, en l’occurrence aux mères, et sur la manière dont les femmes envisagent ou envisageaient leur position sociale dans l’avenir. Autrement dit, la façon dont l’acteur se projette socialement et le rôle joué par sa famille et son entourage dans cette projection doivent compléter l’approche en termes d’hexis corporelle relative à une position sociale. Pour conclure, l’analyse de la distinction vestimentaire est ici plus révélatrice de ce qui n’est pas que de ce qui est ou, plutôt, elle dévoile ce que ces femmes auraient voulu être, leurs rêves et regrets. Si le port d’un certain type de vêtement et plus largement l’existence d’une certaine hexis corporelle sont les signes distinctifs d’un certain habitus21, ce qui est surtout le cas des commerçantes de pollera, dont l’apparence vestimentaire est une reproduction conforme de la tenue des mères, pour les filles de vestido, le type de vêtements nous instruit davantage sur leur difficile ascension sociale, les projets infructueux de quitter une position sociale, les espoirs déçus, les convoitises, fantasmes et désillusions sociales. Finalement, l’étude de la distinction vestimentaire comme analyseur des parcours biographiques et, de manière plus générale, de l’organisation du monde social en Bolivie nous montre que toutes les femmes de vestido rencontrées, dont les mères sont de pollera, veulent échapper au stigmate de la chola, qui évoque, comme une piqûre de rappel, l’ascendance indienne. Il s’agit pour ces Boliviennes d’échapper à ce stéréotype afin d’être traitées autrement que comme des Indiennes, c’est-à-dire avec mépris et/ou condescendance. Comme toutes les désignations ethniques exogènes, celle d’Indien/ne est parfois reprise positivement dans la bouche des acteurs victimes d’ostracisme et dans la bouche d’acteurs politiques pour qui l’argument ethnique est un instrument fédérateur de la population à séduire. Cet article nous montre en tout cas que ce retournement du stigmate ne va pas de soi, en tout cas pas pour tout le monde : l’étude réalisée montre la force et la volonté avec lesquelles des femmes projettent pour elles-mêmes et/ou pour leurs filles une vie de citoyennes boliviennes et citadines, loin des catégories politiques indianistes.

Haut de page

Bibliographie

Barth Frederik, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Philippe Poutignat, Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995, p. 203-249.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003.

Bourdieu Pierre, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001.

Bourdieu Pierre, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980.

Demailly Lise, « Compétence et transformations des groupes professionnels », in François Minet (dir.), La compétence – Mythes, construction ou réalité ?, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 71‑89.

Dibbits Ineke, Peredo Elisabeth, Peterse Margarita, Vollger Ruth, Wadsworth Ana Cecilia, Agitadoras de buen gusto, Historia del Sindicato de Culinarias (1935-1958), La Paz, TAHIPAMU, 1989.

Guaygua Germán, Riveros Ángela, Quisbert Máximo, Ser joven en El Alto, Rupturas y continuidades en la tradición cultural, PIEB, 2000.

Hughes Everett C., Le regard sociologique, Essais choisis, Paris, EHESS, 1996.

INE, Censo nacional de población y vivienda 1992, Bolivia, 1993.

Larson Brooke, Harris Olivia, Ethnicity, Markets and Migration in the Andes. At the Crossroads of History and Anthropology, Duke University Press, Durham and London, 1995.

Loayza Castro Natasha, El trabajo de las mujeres en el mundo global. Paradojas y promesas, La Paz, Centro de Promoción de la Mujer « Gregoria Apaza », 1997.

Marchand Véronique, Organisations et protestations des commerçantes en Bolivie, Cholitas, Paris, L’Harmattan, 2006.

Marchand Véronique, « Les cholas des marchés de La Paz : une approche interactionniste », Cahiers des Amériques latines, n° 36, 2001/1, p. 207-224.

Paradeise Catherine, « Faut-il repenser le concept de qualifications ? », in Formation et qualification : modes d’emploi, Publication du GREP, Paris, 1988, p. 43-52.

Paredes Candia Antonio, La chola boliviana, La Paz, ISLA, 1992.

Peredo Elisabeth, Recoveras de los Andes, La identidad de la chola del Mercado : una aproximación psicosocial, La Paz, ILDIS, 1992.

Seligman Linda, « To Be In Between : The Cholas as Market Women », Comparative studies in society and history, Cambridge University Press, vol. 31, 1989, p 694-721.

Haut de page

Notes

1 Au départ, cholas est une désignation exogène, particulièrement dépréciative et insultante. Cette expression, dans la bouche des señoras, sert à rappeler l’ascendance indienne et à associer les commerçantes aux paysannes, comme souvent s’agissant de catégories ethniques ; les commerçantes renversent les significations, se réapproprient positivement le stigmate : la « vraie chola » devient alors la citadine, bien distincte des indias. Sur les autodésignations ethniques et les variations d’appellations selon le texte et les interlocuteurs, cf. mon article dans la même revue, Véronique Marchand [2001, p. 207-224].

2 Maestras est le nom donné aux dirigeantes des marchés élues par leurs collègues pour les représenter au niveau de la mairie. Chacune leur tour, les vendeuses accueillent chez elles le Saint « protecteur » du marché, c’est ce qu’on appelle le presterio.

3 Dans Le sens pratique, l’hexis corporelle est « une disposition permanente, manière durable de se tenir, de parler, de marcher et, par là, de se sentir et de penser » [1980, p. 117]. Nous retrouvons l’idée selon laquelle elle est l’expression corporelle de l’habitus.

4 En tout, il existe 90 marchés couverts à La Paz, beaucoup plus récents.

5 Il s’agit ici de mettre en évidence certaines qualités acquises et requises : comme le montre Catherine Paradeise, même s’il faut distinguer dans la qualification « les qualités acquises du côté de la qualification de la personne » et les « qualités requises du côté de la qualification du poste » [1988, p. 37], les deux s’articulent.

6 Ibidem.

7 La Paz est une cuvette dont l’altitude s’échelonne entre 3 000 et 4 000 mètres et le niveau de vie des habitants est corrélé à la présence d’oxygène dans l’atmosphère.

8 On peut citer, par exemple, cette frutera qui vante ses produits, appelle la cliente de manière affectueuse : « Ceci, prends-le, 6 pour 10, je vais te le donner. C’est délicieux, c’est pour toi, goûte ?! Je te le donne très tranquille. Mûr ?? Comment aimes-tu ?? Tu aimes tout ?? Et ceci ?? J’en ai acheté pour en avoir. Il n’y en a plus, il n’y en a plus, ils sont moches maintenant. Ceux-ci sont jolis, une caserita en avait, j’en ai acheté. Les autres sont trop mûrs. Ciao señora, Ciao jolie señora?! » [Carla]. Il s’agit de plaire, charmer, flatter, etc.

9 Vendeuse de café, de thé et de petits-déjeuners.

10 Le terme de casero/casera [habitué(e)] définit un type de relation privilégiée et réciproque entre la commerçante et le/la client(e).

11 Le « sale » est associé au travail qui demande un contact avec la terre. Cela évoque la manière dont sont désignées les indias, les paysannes, avec souvent la présence du champ lexical de l’hygiène.

12 On retrouve ce style vestimentaire aussi chez les employées domestiques, que je n’ai pas étudiées, mais dont l’analyse mériterait un réel approfondissement. À ce propos, le premier syndicat des employées domestiques [Trabajadoras del Hogar] voit le jour en 1984, pour lutter notamment pour la journée de travail de 8 heures (INE [Instituto Nacional de Estadísticas], 1997), la plupart (81,44 %) travaillent encore plus de 41 heures par semaine, cf. Journal La Prensa, La Paz, le 23/6/98.

13 Quand elles en parlent, c’est plus pour désigner certaines personnes comme étant de pollera ou de vestido.

14 Chose que je n’aurais pas pu faire si je n’avais pas été étrangère. Si cette extériorité représentait un atout, dans certains cas, je ne pouvais en abuser.

15 C’est le propre du phénomène d’intériorisation de l’hexis corporelle tellement profonde, dès la prime enfance, qu’elle semble innée. « C’est ainsi au fait que le corps soit devenu dépositaire de dispositions enracinées que certaines actions, certaines manières d’agir et de se comporter doivent leur apparence de naturel » [Bourdieu, 2001, p. 25].

16 En général, elles utilisent le verbe ser plutôt que estar, ce qui renforce l’idée d’un élément intrinsèque à une personne.

17 Sur la possibilité de changement de tenue vestimentaire au cours de la vie, notons que, dans certains cas (rares), des femmes, au départ, de vestido, revêtent la pollera au moment où, adultes, elles intègrent le marché : la socialisation dans l’univers du marché ne s’est donc pas faite avant, pendant l’enfance. C’est le cas de Petronila Infantes, leader de la FOF, qui porte la pollera quand elle commence à vendre, au grand désespoir de ses parents qui y voient un signe de « déclassement » [Dibbits, Peredo, Peterse, Vollger et Wadsworth, 1989]. Mais il faut recontextualiser cet exemple : il a lieu au début du siècle, époque où les marchés sont constitués exclusivement de femmes de pollera. Aujourd’hui, les femmes de vestido qui intègrent le marché adultes, ne changent pas d’apparence vestimentaire pour cela, sûrement aussi parce que les femmes de pollera ne constituent plus la majorité des vendeuses.

18 D’ailleurs, dans la plupart des autres marchés, plus récents, comme le Marché Strongest, créé en 1973, on ne trouve qu’une génération de vendeuses et une grande majorité de femmes de pollera, ce qui montre bien que ce jeu de l’ascension sociale n’a pas encore eu ses effets.

19 Le taux d’analphabétisme reste très inégal selon le sexe, en Bolivie : plus du quart (27, 70 %) de la population féminine (de plus de 15 ans) est analphabète en 1992, pour 11,8 % des hommes. Certes, le taux de variation depuis le recensement de 1976 est de -43 %, chez les femmes, mais il reste inférieur à la population masculine (-51, 20 %). À l’intérieur de la population féminine, il faut prendre en compte le clivage rural/urbain : une femme sur deux (49,90 %) est analphabète en milieu rural. Pour toutes ces données, cf. INE [1993].

20 La vente de légumes est présentée comme « sale », alors que le bureau est « propre ». Cette opposition évoque celles classiquement associées dans leurs discours campagne/ville, paysan/citadin, indias/señoras. Les commerçantes qui rêvent que leurs filles travaillent dans un bureau désirent qu’elles ne soient pas assimilées, comme elles l’ont été, aux paysannes, aux indias. Plus largement, la ville est ici considérée comme « propre ».

21 C’est l’idée développée dans les travaux de Bourdieu : l’hexis corporelle est liée à l’habitus, qui dépend à son tour d’une appartenance de classe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Marchand, « Pollera y vestido, le langage socioethnique du vêtement : migration, génération, profession et instruction », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 221-239.

Référence électronique

Véronique Marchand, « Pollera y vestido, le langage socioethnique du vêtement : migration, génération, profession et instruction », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/1459 ; DOI : 10.4000/cal.1459

Haut de page

Auteur

Véronique Marchand

Véronique Marchand est chargée de recherches au CNRS, rattachée au CLERSÉ-MESHS, Lille. Ses recherches portent sur les marchés, en tant qu’espaces urbains de commerce de détail. Sa thèse, menée à La Paz, s’inscrit en sociologie des mobilisations (Organisations et Protestations des commerçantes en Bolivie, Cholitas, Paris, L’Harmattan, coll. « Connaissance des hommes », 2006, 327 p.). Ses travaux se situent aussi à la croisée de la sociologie des relations interethniques et de genre, et de l’anthropologie urbaine : (« L’ethnicité revendiquée : entre union et distinction », in Jean-Pierre LAVAUD, Isabelle DAILLANT, La catégorisation ethnique en Bolivie, labellisation officielle et sentiment d’appartenance, Paris, l’Harmattan, 2007, p. 125-150). Elle mène actuellement une étude sur les marchés de Roubaix en France, pour une mise en perspective anthropologique de terrains éloignés géographiquement.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org