Navigation – Plan du site
Études

La chute de l’Unité populaire au Chili : une offensive conservatrice modèle

Rodrigo Contreras Osorio
p. 135-171

Résumés

L’arrivée de l’Unité populaire à « La Moneda » (1970-1973) déclenche au Chili un processus de démocratisation que les groupes dominants perçoivent comme une menace et une remise en question de leur survie en tant que secteur social. Pour contrer ce processus, la droite se dote d’un parti politique défini par une doctrine de type nationaliste et par une stratégie qui en appelait à une forte mobilisation de masses pour les détourner de l’Unité populaire. Cet article décrit la pratique politique et le discours idéologique de la droite ces années-là, et démontre qu’il s’est alors produit une « unité de classe » exceptionnelle dans l’histoire politique chilienne et latino-américaine. Pratique et discours qui ont été déterminants, non seulement pour la chute de Salvador Allende, mais aussi pour la gestation du modèle de société qui s’est imposé par la suite et qui perdure.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Jusqu’en 1973, le système politique chilien se caractérisait tant par son organisation fondée sur une large alliance de classes que par les espaces de participation, de débat et de régulation qui existaient, permettant la défense des différents intérêts sectoriels. Grâce à ces deux facteurs, la démocratie libérale chilienne jouissait d’une relative légitimité et avait fait preuve, tout au long de son histoire, de force et de stabilité.

2L’ouverture démocratique, commencée sous le gouvernement démocrate-chrétien d’Eduardo Frei (1964-1970), s’accentue avec l’arrivée à La Moneda de Salvador Allende et de l’Unité populaire (1970). Elle déclenche un processus de réformes que les groupes dominants perçoivent comme une menace, comme une remise en question de leurs intérêts et même comme un danger pour leur survie en tant que secteur social. Ce processus de démocratisation commence à produire un déclin du pouvoir politique et économique de la classe dominante ; la « crise de représentation » que vit la droite en est un exemple dont la preuve est le faible nombre de voix recueillies par ses partis traditionnels lors des élections parlementaires de 1965.

3Cette crise sera surmontée avec la création d’un nouveau référent politique impliquant une nouvelle doctrine et, en même temps, un changement de stratégie dont l’objectif était de récupérer les positions sociales et politiques perdues par la classe dominante durant le processus de démocratisation qui s’était mis en marche. Parallèlement, le patronat chilien, pour défendre ses intérêts, commence un processus de mobilisation qui le porte à intervenir directement sur la politique, afin d’assurer sa permanence dans une société qui vit un changement accéléré remettant en question son existence comme acteur économique et social.

4Cette étude se propose de présenter le discours politique et la mobilisation de la droite durant le gouvernement de l’Unité populaire, entre 1970 et 1973. Il est important de souligner que, durant cette période, la droite et l’ensemble de la classe dominante réussissent à construire une très large alliance de classes. À partir de là, sont générées les conditions politiques et économiques leur permettant, dans un premier temps, de déstabiliser l’Unité populaire et, plus tard, de récupérer le pouvoir politique au Chili par le biais du coup d’État. Nous souhaitons rendre compte de la manière dont la lutte de cette période se transforme en une volonté de refondation de la société chilienne en fonction des intérêts et de la vision du monde de la classe dominante. Le résultat en est la révolution néo-conservatrice qu’a connue le Chili quand ce groupe a récupéré le pouvoir politique grâce à la dictature d’Augusto Pinochet.

5Nous ferons l’analyse de la lutte politique de cette période pour rendre compte des éléments discursifs et de la pratique politique de la droite chilienne. Nous essaierons ainsi d’approcher les fondements de l’autoritarisme historique de la classe dominante et de ses rancunes envers la démocratie libérale. Car l’autoritarisme de la droite est né bien avant 1973 : même si son déploiement a été historiquement limité par les exigences politiques, cela ne signifie pas qu’il soit absent de sa culture et de sa doctrine politique et il apparaît chaque fois que la classe dominante exerce directement le pouvoir politique [Moulian, 1992].

  • 1 Jorge Fontaine, « La responsabilidad de los hombres libres », El Mercurio, 14 mars 1973, p. 2.

6Dans la période que nous analysons, nous verrons que la pensée conservatrice de la droite chilienne s’exprime dans sa défense permanente des principes d’ordre et d’autorité. Pour elle, durant le gouvernement de Frei déjà, ces principes étaient malmenés ; avec l’Unité populaire elle les croit complètement bafoués. Cela justifie, à ses yeux, un gouvernement militaire capable d’encadrer une société régie par une autorité forte et par la discipline. Telle était la teneur des paroles de Jorge Fontaine, alors président de la Confédération de la Production et du Commerce (CPC), pour qui la restauration économique du Chili après le coup d’État consistait à rétablir ordre, discipline, hiérarchie et travail1.

7Le discours de restauration que tient alors la droite porte sur la défense de la démocratie et des « libertés perdues » et sur la nécessité de normaliser le système politique. Mais, comme nous le verrons plus loin, la défense de la « liberté et de la démocratie » n’était qu’un discours agitateur car la droite aspirait à une sorte de contre-révolution rendue possible par l’intervention militaire. Préoccupée par sa survie elle obéissait à une logique de classes car, durant cette période, elle n’avait jamais fait passer ses intérêts politiques au-dessus de ses intérêts de classe. Autrement dit, pour provoquer la crise politique de l’Unité populaire elle était prête à céder la conduite politique du bloc d’opposition à la Démocratie chrétienne dans la mesure où cela lui permettait, dans un premier temps, d’encercler, d’affaiblir et de bloquer l’action du gouvernement pour ensuite le destituer.

8Ce travail entend donc rendre compte de la pratique politique et du discours idéologique des différentes expressions politiques de la droite chilienne dans les années 1970-1973, et démontrer qu’il y a eu une « unité de la classe dominante » exceptionnelle dans l’histoire politique chilienne et que cette unité a eu une influence capitale dans la chute de l’Unité populaire et dans la gestation du modèle de société qui s’est imposé au Chili par la suite. Grâce à l’observation des continuités et des ruptures dans la tradition politique de la droite chilienne, on peut mieux comprendre les expressions actuelles de ce secteur ainsi que la continuité historique de sa doctrine et de sa pratique politique. Cette étude se divise en deux parties : dans la première, il sera fait référence aux caractéristiques politiques et idéologiques des acteurs qui ont formé le bloc de droite et, dans la seconde, sera décrite leur intervention politique durant le bref gouvernement de l’Unité populaire.

Composition et idéologie de la droite chilienne durant le gouvernement de l’Unité populaire

Le Parti national

9Jusqu’au milieu des années 1960 le Parti libéral comme le Parti conservateur étaient les partis traditionnels de la droite chilienne. Leur action, toujours taxée d’élitiste et d’oligarchique, était centrée sur la tâche parlementaire et se concentrait dans les cadres traditionnels de la démocratie libérale. Mais ce schéma d’organisation et d’action politique commence à être débordé par les changements qui sont alors en gestation, tant au Chili qu’au niveau international.

10Le gouvernement d’Eduardo Frei (1964-1970) inaugure un processus de réformes qui, peu à peu, laissent sans réponse et sans initiative la droite traditionnelle. La Démocratie chrétienne, avec son discours de « revolución en libertad », s’approprie les étendards du changement propres à la gauche mais dans le cadre de la légalité exigée par sa condition de parti centriste. Son discours allie l’approfondissement/renforcement capitaliste et la démocratisation sociale, sans que cela signifie une volonté de se substituer à la démocratie libérale. Ainsi, l’une des raisons qui explique sa montée vertigineuse est justement sa capacité à incarner les désirs de changement et de démocratisation présents dans le pays, représentant une large gamme des secteurs sociaux.

11C’est ainsi que, au milieu des années 1960, elle réussit à accaparer la représentation et les votes qui, auparavant, allaient à la droite traditionnelle. Un exemple est leur capacité à interpréter et à incarner les processus de changement qui étaient en gestation à l’intérieur de l’Église catholique, depuis le pontificat de Jean XXIII et la publication de l’encyclique Mater et Magistra, qui encourageait des réformes structurelles dans la société dont la Réforme Agraire. C’est pourquoi le virage de l’Église chilienne vers des positions politiques réformistes et populaires, identifiées au Parti démocrate-chrétien, a constitué un coup mortel pour le Parti conservateur, non seulement parce que l’électorat catholique s’est tourné vers la Démocratie chrétienne mais surtout parce que les conservateurs ont senti que, comme parti, ils avaient perdu leur raison d’être [Correa, 1989, p. 16].

  • 2 Ce pourcentage de 12,5 % se partage ainsi : 5,2 % pour le Parti conservateur et 7,3 % pour le Parti (...)

12Après s’être refusée à présenter un candidat aux élections présidentielles de 1964, la droite traditionnelle tombe dans une crise de représentativité dont les élections parlementaires de 1965, où conservateurs et libéraux obtiennent le pourcentage le plus bas de toute leur histoire, sont le point culminant2. La droite payera cher son conservatisme, sa « soumission » et son manque de profil propre face au centre réformiste [Moulian, Torres Dujisin, 1985, p. 21].

13C’est dans ce contexte de crise et d’échec que naît le Parti national. La débâcle de 1965 a généré les conditions pour que les partis traditionnels de droite fusionnent et donnent naissance à un parti sans lequel on ne peut comprendre la fin de la démocratie libérale traditionnelle du Chili. Cette fusion était vue par ses mentors comme l’instrument le plus adéquat pour rénover idéologiquement le secteur, récupérer les bases sociales perdues et arrêter les progrès constants de la Démocratie chrétienne et de la gauche. D’où l’apparition d’un nouveau référent politique, le Parti national, constitué des lambeaux des Partis Libéral et Conservateur ainsi que de ceux de l’Action nationale, beaucoup plus réduite. Le fait d’être issu d’un échec marquera ce parti, force politique de confrontation, non seulement à cause du traumatisme qui a présidé à sa fondation mais aussi par le discours doctrinaire nationaliste qu’il a adopté dès le début, ainsi que par le processus de transformation en cours dans la société chilienne ces années-là.

14Dès ses origines, le Parti national essaie de se doter d’une ligne doctrinaire élaborée. Ce qui n’était que simples visées d’un programme devient rapidement un discours idéologique consistant qui donne au parti un projet historique cohérent, ce que la droite n’a jamais eu et ce qui lui permet de rénover sa pratique politique. Après plus de trente ans de lutte défensive et contestataire contre les partis de centre et de gauche, elle envisage le pouvoir comme une alternative réelle, possédant désormais un véritable projet de changement social.

15La ligne doctrinaire qu’adopte alors le parti, nationaliste, conjugue les deux courants qui cohabitaient jusque-là dans le nationalisme chilien : un courant traditionaliste (hérité du courant hispaniste de Donoso Cortés et de Vázquez de Mella) qui défendait un gouvernement centralisé, contrôlé seulement par un réseau d’organismes intermédiaires entre l’individu et l’État ainsi qu’un courant corporatiste « ayant un caractère plus social qui met l’accent sur un ordre corporatif professionnel remplaçant partiellement les fonctions de l’État » [Ruiz, 1992]. Le résultat de cette confluence est la critique que fera le Parti national du système démocratique libéral ; au début, il a cru nécessaire de le réformer mais, une fois déclenchée la crise du système politique durant le gouvernement d’Allende, il essaiera d’y mettre fin et de le remplacer par une institutionnalité autoritaire et conservatrice.

16La critique du système politique libéral s’exprime dès la fondation du Parti national, dans la « Déclaration de principes du Parti national » : ce parti se déclare force de rénovation face à un système politique qualifié d’anachronique, de chaotique et en état de crise structurelle. Mario Arellano, quelques jours avant la fondation du parti, avançait déjà :

  • 3 Mario Arellano cité par Bernardita Walker Rodriguez [1995, p. 79].

« Le Parti national se veut un mouvement rectificateur parce qu’il sait à quel point il faut rectifier la politique chilienne, à quel point il faut rectifier les instruments constitutionnels et politiques et à quel point doivent changer de direction la conception de la politique comme les habitudes politiques de plus d’un demi-siècle3. »

17Cette volonté de critique et de renouveau du système démocratique libéral se fait jour dans la déclaration de principes dont le premier point signale :

  • 4 Partido Nacional, Fundamentos Doctrinarios y Programáticos, sans référence concernant la maison d’é (...)

« Le Parti national est un mouvement rénovateur qui se propose de rétablir l’unité nationale et le style vigoureux qui a forgé l’âme de la chilinité, de moderniser les institutions de la République pour les adapter à l’époque où nous vivons et d’instaurer un nouvel ordre politique, économique et social, basé sur le travail et le service envers la communauté4. »

18Depuis 1891, pour le Parti national, auraient existé au Chili des régimes soumis au jeu des intérêts des partis, à l’exception du mouvement militaire de 1924-1925, du premier gouvernement d’Ibáñez et d’une partie du gouvernement de Jorge Alessandri. Pour les nationalistes, avec la victoire du parlementarisme mais surtout à partir de 1938, avec le début du gouvernement de centre-gauche, le Chili serait entré dans une décadence morale et politique. Les énergies s’usant dans des discussions qui divisaient les Chiliens, le progrès ne pouvait atteindre le niveau souhaitable et les institutions politiques ne se modifiaient pas selon une perception cohérente du passage du temps : « On se limitait à les raccommoder selon ce que chaque gouvernement pensait devoir faire, ce qui entraînait une contradiction entre une institutionnalité conçue au départ comme libérale et les correctifs de type socialisant » [Benavente et Araya, p. 16].

  • 5 Entretien accordé au journal El Mercurio, le 31 août 1980 ; cité par Araya y Benavente, p. 356.

19Ce n’est qu’à la fin du gouvernement de Frei, et concrètement durant la période de l’Unité populaire, que le rejet nationaliste de la démocratie libérale se transforme en une critique de rupture, entraînant sa fin et sa substitution. Seules les Forces Armées pouvaient mener à bien une entreprise d’une telle ampleur et pour cela il fallait un gouvernement fort et autoritaire. De nombreux militants du Parti national n’ont jamais cru, en effet, que le changement d’ordre politique serait possible à l’intérieur des marges légales du régime politique en vigueur. C’est ce qui transparaît dans les déclarations de Víctor García Garcena, premier président du Parti national, faites au journal El Mercurio, longtemps après la chute de l’Union populaire, où il affirme : « Sincèrement, je n’ai jamais cru que nous pourrions, même si le Parti national arrivait au gouvernement, transformer le pays avec le système de partis qui [était] en vigueur ». Il dit ne pas regretter de ne pas être au Parlement (il a été sénateur), pas plus que l’absence des partis parce que, poursuit-il, « je crois que la construction d’une société libre au Chili ne pourra se faire que sans l’un et sans l’autre5. »

20Avant d’adopter une position de rupture, le Parti national continue cependant à encourager la réforme du régime institutionnel car un grand nombre de ses membres se sentent encore les héritiers des coutumes démocratico-libérales traditionnelles. Pour eux les conditions pour proposer un changement radical dans les règles du jeu démocratique ne sont pas encore réunies. Nous pourrions formuler l’hypothèse que, pour les nationaux, la dernière tentative réformiste du régime institutionnel a été la candidature présidentielle de l’ex-président Jorge Alessandri en 1970. Pour lui, l’élection présidentielle de 1970 était une sorte de plébiscite ; mais il lui fallait obtenir la majorité absolue pour légitimer le programme de réformes contenues dans son projet de gouvernement que l’on appelait la Nouvelle République. Le jour de sa proclamation, en janvier 1970, le candidat de la droite déclarait :

  • 6 Jorge Alessandri cité par Andrés Benavente [s/f. p. 10-11].

« Il est de plus en plus urgent de réaliser une rénovation drastique de notre Charte Fondamentale, pour donner force à l’autorité et à l’action du pouvoir exécutif et mettre fin aux débordements du Congrès… Celui qui votera pour moi se prononcera pour un changement drastique de notre système institutionnel afin d’éloigner définitivement nos très mauvaises habitudes politiques et afin d’asseoir un gouvernement réellement national et efficient6. »

21C’est vers le milieu de l’année 1972 que le Parti national commence, de manière lente mais soutenue, à envisager la rupture du régime institutionnel pour céder la place à un autre régime qui, sous la tutelle des Forces Armées, assurerait l’ordre, l’autorité et la liberté, cette dernière étant comprise comme liberté de la propriété et de l’entreprise. Ce virage de la droite montre que, à ce moment-là, sa lutte n’est pas simplement limitée à la défense de certaines valeurs démocratiques et intérêts des secteurs sociaux qu’elle représentait mais qu’elle voyait, dans une issue extra-institutionnelle de sa lutte contre l’Unité populaire, l’occasion d’instaurer un nouvel ordre social, économique et politique à caractère conservateur et autoritaire.

22Une fois Allende renversé, le projet de transformation et de « correction », tant de fois mis en avant, sera appliqué par les militaires. L’objectif de leur confier la tâche de la construction d’un nouvel ordre – car ils constituaient la « réserve morale de la nation » – était ainsi atteint. C’était donc le début d’un processus révolutionnaire au Chili dont les nationaux, autodissouts quelques jours après le coup de 1973, avaient renoncé à être les protagonistes. Ils accordaient le pouvoir aux Forces Armées et légitimaient l’exercice total du pouvoir politique par celles-ci, expliquant leur effacement et leur identification au régime militaire de la manière suivante :

  • 7 Déclaration du Parti national annonçant sa position vis-à-vis du nouveau régime, El Mercurio, 15 se (...)

« Nous, les nationaux qui, durant ces années sombres, avons été au premier rang de la lutte, reprenons aujourd’hui nos outils de travail, avec la satisfaction du devoir accompli et avec une foi renouvelée dans le destin du Chili… Nous répétons notre reconnaissance aux Forces Armées et aux Carabiniers et leur souhaitons une grande réussite dans la décision patriotique de rénover l’impulsion créatrice de la nation7. »

Le patronat. Pourquoi et comment se forge une alliance de classes

23Durant le gouvernement de l’Unité populaire, les entrepreneurs chiliens ont connu, comme jamais auparavant, la remise en question de leur existence en tant que classe. Le groupe dominant a cru qu’il était près de perdre le pouvoir politique et de disparaître en tant que tel. Afin d’éviter cette éventualité, il lui fallait mettre sur pied un ensemble de stratégies. Aussi adopta-t-il des mesures d’organisation, de mobilisation et de rupture tant avec le gouvernement présidé par Allende que, plus tard, avec le système politique et économique dans son ensemble.

24Ce radicalisme était dû, en partie, au diagnostic fait par les groupes dirigeants et les idéologues du patronat ; l’idée centrale était que l’arrivée au pouvoir de l’Unité populaire était la conséquence d’un long processus historique de détérioration du système politique et social dans son ensemble. Au fur et à mesure que la lutte politique devenait plus aiguë, il apparaissait de plus en plus fondamental pour le groupe dominant de récupérer et de défendre ses positions perdues et d’avancer dans la mise sur pied d’un projet de société qui soit en accord avec ses intérêts, mais qui soit également capable de s’opposer aux projets réformistes mettant en question son existence en tant que groupe.

25Avec le recul du temps, on peut dire que, pour la classe dominante, la lutte contre l’Unité populaire n’a pas été seulement inspirée par le désir de survie économique, mais qu’elle s’est transformée en une stratégie pour réagir contre l’affaiblissement progressif de son pouvoir économique et politique et, finalement, pour ouvrir la voie à une refondation de la société. Cette stratégie, encouragée par les secteurs les plus idéologisés, a commencé à se faire jour dans le patronat à la suite du malaise provoqué par les changements voulus par le gouvernement de Frei.

  • 8 Circulaire de la Confédération de la Production et du Commerce publiée dans El Mercurio, le 21 avri (...)

« Divers secteurs politiques ont essayé, intentionnellement, de dénigrer ces dernières années, de manière périodique et insistante, l’entreprise privée. Ce phénomène a fait peur aux investisseurs, a découragé les petits entrepreneurs et a mis en échec notre structure économique8. »

26En effet, étant donné leur caractère étatisant et leur recherche de démocratisation économique et sociale, les réformes encouragées par le gouvernement démocrate-chrétien étaient qualifiées par le patronat de « démagogie populiste ». Mais, d’un autre côté, ces politiques encore timides furent rapidement dépassées par les attentes de larges secteurs sociaux ; ceux-ci exigeaient plus que ce que le programme de modernisation capitaliste de la Démocratie chrétienne ne pouvait supporter. C’est pourquoi les dernières années du gouvernement de Frei ont été caractérisées par une forte tension politique et économique qui augmentait au fur et à mesure que le gouvernement perdait sa capacité à répondre à ces attentes sociales croissantes tout en les conjuguant avec les pressions et les intérêts du patronat. Dans ce contexte, en 1969, le président de la Société de Développement Industriel, Pedro Méndez, mettait en garde :

  • 9 Déclaration de la Société de Développement Industriel du 16 décembre 1969, citée par Augusto Varas (...)

« Il s’est produit une prise de distance évidente entre les centres productifs et les partis. Dans notre pays, nous, les producteurs, nous n’avons pas accès aux décisions et, de temps en temps, nous voyons qu’on nous change les règles du jeu… Le désordre dans lequel se trouve le pays, l’énorme dépense publique et sa très mauvaise distribution affectent tellement aujourd’hui le développement industriel qu’il n’est pas exagéré de dire que l’économie est prête à s’effondrer9. »

27Le discours critique des patrons sur le processus de changement dans le pays se renforce du fait que certains groupes sociaux, qui avaient d’abord appuyé le gouvernement démocrate chrétien – tels que certains secteurs de la classe moyenne, des groupes chrétiens et, surtout, les professions libérales – rejoignent leurs positions. Ces derniers avaient appuyé la Démocratie chrétienne parce qu’elle représentait une volonté de changement modéré mais, lorsqu’ils furent affectés par les réformes économiques, ils se tournèrent rapidement vers la nouvelle alternative de droite représentée par le Parti national.

28La droite réussit ainsi à unifier politiquement en un seul bloc ceux qui étaient opposés aux réformes de la Démocratie chrétienne : classes moyennes, grands propriétaires terriens, directement lésés par la politique agricole et entrepreneurs, même s’ils n’étaient pas directement affectés par les réformes et même, au contraire, s’ils avaient été favorisés par le développement du marché intérieur [Moulian, Torres Dujisin, 1985, p. 21].

29Les « gremios » (syndicats professionnels) et le patronat adoptent donc une attitude critique vis‑à-vis de la gestion économique du gouvernement démocrate chrétien à qui ils réclament en permanence de restaurer leur autorité dans le domaine du travail, pour faire cesser les mobilisations et atténuer le pouvoir des syndicats. Ils exigent également d’en finir avec la « tendance collectiviste » dans le domaine de la production. Leur échec dans leur confrontation avec le gouvernement Frei conduit le patronat à intervenir directement dans la nomination du candidat de la droite lors des élections présidentielles de 1970. Il fallait éviter de répéter l’erreur de 1964, lorsque, de peur qu’Allende ne soit élu, les entrepreneurs comme les partis de droite avaient accordé leur appui au candidat démocrate chrétien.

30C’est pourquoi, en 1970, le patronat a appuyé fortement Jorge Alessandri, dont la candidature représentait l’espoir de sortir le pays de la « décadence » dans laquelle l’avaient enfoncé la Démocratie chrétienne, exprimée par « l’étatisme exagéré », le « populisme » et par un soi-disant manque d’autorité.

31Une fois Allende arrivé à La Moneda, les organisations patronales ont affiché une position critique tout en essayant de s’adapter de manière tactique aux premières réformes, afin de négocier avec l’Unité populaire une coexistence leur assurant la survie et le développement de leur activité [Campero, 1984, p. 41]. Après la défaite électorale les conditions pour une mobilisation des entrepreneurs n’étaient pas réunies, et l’attitude des organisations patronales sera, jusqu’en décembre 1971, de s’adapter à la gestion du gouvernement, observant, « comprenant », et même acceptant les réformes qui avaient commencé et qui semblaient inévitables. La Société de Développement Industriel signale, en novembre 1970 :

« Le secteur industriel a toujours considéré que l’inflation était néfaste pour la marche économique du pays, raison pour laquelle nous pensons que la politique que mène le gouvernement dans ce domaine est saine » [El Mercurio, 20 nov. 1970].

32Cette stratégie de coexistence négociée, avec des nuances selon les différents groupements patronaux, se caractérisait par une attitude apparemment favorable aux changements. Les entrepreneurs voulaient montrer ainsi leur souci de surmonter les obstacles qui empêchaient le développement du pays. Les transformations en cours – la réforme agraire et la réforme de la structure industrielle – étaient interprétées comme rationalisation, modernisation, justice, et même comme un dépassement de la démagogie populiste du régime précédent. Il s’agissait en quelque sorte de définir le champ d’action comme un espace commandé par les tensions propres au progrès et non par celles de la révolution [Campero, 1984, p. 41].

33Cependant, assez rapidement des changements s’opèrent : les entrepreneurs abandonnent l’attitude consensuelle et l’acceptation résignée des transformations en cours, au fur et à mesure que la discussion autour de la définition et de la composition des trois volets de l’économie – publique, mixte et privée – se précise et, avec elle, la légitimité de l’utilisation par l’État de ressources légales et constitutionnelles pour transférer les entreprises privées au secteur public. Peu de temps après l’installation du gouvernement de l’Unité populaire, les patrons commencent à tenir un discours de mise en garde face à l’éventuelle « illégalité » des actions officielles, laissant entendre la possibilité que la démocratie, telle qu’ils la comprennent, pourrait être en danger. En janvier 1971, les conclusions de l’assemblée générale de la CPC laissent entrevoir une nouvelle perspective :

  • 10 Congrès national de la CPC, 18 janvier 1971, cité par Varas, op. cit., p. 68.

« Les représentations patronales ont manifesté leur ferme intention de participer à l’effort collectif de développement… [Elles] ne sont ni dans l’opposition ni au gouvernement. Cependant les événements qui aujourd’hui détériorent gravement les activités de production et le commerce à tous les niveaux… sont en train de provoquer l’extinction du secteur privé… [ce qui] nous conduit à la conclusion, à en juger par les deux mois du gouvernement, que nous allons vers la socialisation totale de l’économie. Et cela va très vite10. »

34Allende était alors depuis deux mois à La Moneda. Au fur et à mesure que les décisions gouvernementales se succèdent, que l’on ressent leurs effets dans la mesure même où ces décisions affectent différemment les divers secteurs productifs, les patrons réagissent de manière différente et dispersée mais toujours indépendamment des partis de l’opposition à l’Unité populaire. Ce relatif manque de liens entre les partis politiques et les organisations patronales va durer jusqu’en septembre 1972. Le facteur commun qui rend possible la convergence finale de toutes ces forces est le durcissement du débat autour du « domaine de propriété sociale ».

35Pour les réquisitions d’entreprises, le gouvernement faisait appel à d’anciennes lois qui, élaborées pour atténuer les effets de la crise de 1929, existaient depuis les années 1930. Mais pour concrétiser les expropriations il fallait l’approbation du Congrès. L’objectif des organisations patronales qui, bien entendu, rejetaient ces réquisitions comme arbitraires et illégales, était, grâce au contrepoids des différentes forces et au jeu de négociation qui s’ensuivrait au Parlement, de retarder, voire d’annuler, la politique du gouvernement.

36Malgré le blocage de ce débat au Congrès, le processus de réquisition continue et les premiers signes de pénurie alimentaire se font sentir. Le gouvernement mobilise avec succès différents acteurs sociaux, surtout des associations de quartiers, pour assurer l’approvisionnement. Cette manœuvre crée chez les patrons la perception qu’on peut se passer d’eux et qu’ainsi on remet en question leur rôle de producteurs et de distributeurs de biens dans le pays. Ils voient là une menace à leur survie, commencent à abandonner leur stratégie d’adaptation aux conditions imposées par le gouvernement, concluant qu’il n’est pas possible de contenir ou de minimiser l’action officielle. Leurs discours se durcissent de plus en plus et ils menacent même de boycotter la production et d’adopter d’autres formes d’action économique qui rendraient impossible l’application des mesures de stabilisation proposées par le gouvernement [Varas, op. cit., p. 13 ; Campero, op. cit., p. 55].

37Ainsi fin 1971, la convergence entre les différentes organisations patronales commence à se consolider pour former un bloc d’opposition unique. Ces organisations essaient de grouper et de mobiliser les petits et moyens entrepreneurs autour d’un discours identitaire dont le leitmotiv est la défense « del mundo privado ». Cette alliance entre la grande et la moyenne industrie donne alors au groupe dominant une possibilité jamais vue auparavant dans l’histoire chilienne : la construction d’un front de masse qui devient peu à peu l’instrument le plus important de la contre-offensive de la classe dominante contre le processus de transformation mené par l’Union populaire. Les caractéristiques de l’alliance du bloc dominant que nous décrivons ici nous permettent d’affirmer que nous sommes face à l’un des rares moments historiques au cours desquels la bourgeoisie – comme classe sociale constituée – réussit à dépasser ses contradictions internes. Les désaccords et les chocs d’intérêts sont mis de côté afin de défendre les intérêts communs et de rendre possible le groupement politique et social nécessaire pour défendre le partage historique du pouvoir, mais surtout pour assurer sa survie en tant qu’acteur économique, politique et social.

38La « grève d’octobre » 1972 produit finalement la consolidation de l’unité du bloc d’opposition. Les entrepreneurs s’organisent avec le Commando National de Défense « Gremial ». Dans les faits, cette organisation transforme le patronat en acteur politique et social. Ayant réussi la grève d’octobre, la mobilisation active des patrons est perçue comme un pouvoir capable de contraindre le gouvernement et d’attirer les partis politiques vers ses propres postulats et programme. C’est ainsi que, en octobre 1972, les secteurs les plus organisés et les plus idéologisés du patronat, représentés surtout par les dirigeants de la CPC et de la SOFOFA, commencent à créer les conditions pour passer à l’offensive afin de déstabiliser le régime et de préparer son remplacement par un nouvel ordre politique. Ce nouvel ordre, abolissant la démocratie libérale, aurait les « gremios » comme protagonistes ; ils seraient la base du nouveau « pouvoir social ».

39Comme on le verra plus loin, après les élections parlementaires de mars 1973, qui rendent impossible la destitution d’Allende par le biais d’une accusation constitutionnelle, commence une étape de lutte politique dans laquelle les « gremios » laissent de côté leur discours sur la nécessité de restituer un ordre social que l’Unité populaire avait affaibli et lésé. Cela signifie que, même s’il y avait une situation de ballottage institutionnel, pour le patronat, l’Unité populaire avait perdu son caractère d’adversaire politique légitime. Bien au contraire, le gouvernement d’Allende et ses partisans sont vus comme des agents destructeurs de la forme historique des rapports sociaux au Chili [Campero, op. cit., p. 62]. C’est pourquoi la destitution du Président est perçue non seulement comme nécessaire mais comme évidente.

  • 11 El Mercurio, « Análisis del proyecto del Ejecutivo sobre las tres áreas de la economía », 17 novemb (...)

40On construit alors un discours sur la « légalité outrepassée », qui ne pourrait coexister avec un « État organisé », qui serait même incompatible avec lui. Ainsi, les concepts d’ordre, de légalité et d’« État organisé » se retrouvent progressivement développés dans les discours des organisations patronales ; l’idée centrale est celle d’un État autoritaire et d’une entreprise intégrée qui « seront les éléments centraux de la nouvelle articulation proposée par l’opposition et ses partis politiques » [Varas, op. cit., p. 82]. À la fin du mois de novembre 1971, on pouvait déjà entrevoir les prémisses d’un projet économique et politique alternatif au gouvernement de l’Unité populaire, lorsque la SOFOFA affirme, dans le cadre de la discussion sur la « propriété sociale » : « Cet aspect est tout spécialement décourageant pour la Société de Développement Industriel qui propose une définition de l’entreprise dépassant les concepts du libéralisme économique comme ceux de l’étatisme marxiste11. »

41C’est-à-dire qu’à partir de mars 1973, pour les patrons, les conditions étaient déjà réunies pour envisager, au-delà d’une simple stratégie de déstabilisation du gouvernement, un projet de société leur permettant de savoir ce qu’ils feraient du pouvoir une fois que celui-ci leur aurait été restitué. Ce nouvel ordre social est le résultat de l’action conjuguée des « gremios » et des secteurs qui représentent « la réserve morale » de la nation, c’est-à-dire les Forces Armées.

  • 12 Pour approfondir l’analyse du discours des élites entrepreneuriales de l’époque, voir Campero [1984 (...)

42L’attachement à un nouvel ordre à caractère autoritaire sera le résultat du diagnostic selon lequel l’Unité populaire aurait mis en danger les deux piliers fondamentaux du pays : la propriété privée et l’idée de nation, qui sont en danger à cause de l’intervention d’un agent qui leur est étranger, le marxisme. C’est pourquoi les « gremios », comme les partis qui défendent la valeur de la nation, et spécialement les Forces Armées, « doivent intervenir dans la politique et disputer au parti en place la conduite du pays car il y a un impératif à valeur universelle qui les légitime : la défense de la nation, de ses richesses et des valeurs de la patrie12. »

  • 13 Orlando Saenz, Discours prononcé à la 88ª de la « Junta General Ordinaria de Socios de la Sociedad (...)

« Nous avons déjà fini d’esquisser les contours, encore diffus, du chemin que nous croyons qu’empruntera le Chili : nationalisme révolutionnaire, populaire et autoritaire, généré par les grandes majorités nationales et, par conséquent, éminemment intégrateur et constructif13. »

43On peut retrouver cette ligne discursive dans les déclarations d’Orlando Sáenz qui, en sa qualité de président de la Société de Développement Industriel, en mars 1972, fait un diagnostic dont les conclusions considèrent comme enterré le projet de l’Unité populaire et, avec lui, le système démocratique libéral. Il prédit sa substitution par un modèle de société nationaliste, centralisée et autoritaire :

  • 14 Discours de Orlando Saenz in le « VIIe Congreso de la Asociación de Industriales Latinoamericanos » (...)

« …le fait (est) que, tous les six ans, avec une régularité presque mathématique, un changement drastique d’orientation politique et économique s’est imposé au Chili… Qu’est-ce que cela sinon les tentatives d’un peuple qui essaie successivement toutes les recettes qu’on lui propose parce qu’il sent qu’il n’y en a aucune qui guérit ses maux ?… cette valse hésitante a été encouragée par l’irréalisme des partis politiques chiliens qui, dans leur désir incontrôlé d’obtenir le pouvoir, n’hésitent pas – consciemment ou inconsciemment – à faire ce qu’ils souhaitent, même si ce n’est pas ce qui conviendrait. Au Chili, c’est une solution nationaliste et autonome qui nous conduira sur le chemin du progrès. Le système social, politique et économique du passé ne nous sert plus pour le futur. Nous devons le remplacer et non pas simplement le réparer… seul le futur pourra révéler le visage de l’homme d’État qui… transformera [ce modèle] en gouvernement… Lorsque cet homme du destin apparaîtra, nous regarderons avec joie nos politiciens traditionnels et plus encore s’il sort de leurs rangs14. »

44Après mars 1973, étant donné le « ballottage institutionnel », les noyaux directifs des patrons font appel à la désobéissance civile s’exprimant par une mobilisation de masse. Les associations patronales commencent à lancer des appels de plus en plus évidents à l’intervention des Forces Armées pour en finir avec le régime de l’Unité populaire et ouvrir ainsi un nouvel ordre social régi par les principes sociaux définis par eux comme étant les seuls possibles : ordre, autorité et discipline. C’est ce que laisse entendre Arturo Fontaine dans un discours prononcé durant la première quinzaine de mars 1973 :

« Le processus électoral a mis à nu les profondes lézardes de notre système politique… [C’est pourquoi] la période des harangues politiques est terminée ; il est temps de rétablir la hiérarchie et la discipline » [Fontaine, op. cit., p. 2].

Le Mouvement « gremialista » : une génération conservatrice pour le Chili

45Le mouvement « gremialista » est né à l’Université catholique vers le milieu des années 1960 à l’initiative de Jaime Guzmán. Au début, il se définit comme un mouvement qui cherche le retour de l’université à ses fins purement académiques, loin de toute influence des partis politiques et, par conséquent, loin de la politisation dans laquelle elle était plongée à la suite de la réforme universitaire de 1966, laquelle cherchait entre autres sa démocratisation par la voie de la participation à sa gestion de tous les corps universitaires. En 1976, Jaime Guzmán énonce les objectifs du mouvement qu’il avait créé dans un entretien accordé à la Revista ¿Qué Pasa ? :

  • 15 Jaime Guzman, entretien paru in Revista Qué Pasa, 9 de Septembre 1976, cité par Araya et Benavente, (...)

« Nous ne nous sommes jamais intéressés à la lutte politique parce que nous avons un idéal qui va au-delà du problème du pouvoir politique. Nous sommes en train de lutter pour quelque chose d’essentiel qui est la racine d’une société libre, c’est-à-dire la défense des corps intermédiaires et de leur autonomie, présentés non pas de manière dogmatique mais fondés sur une doctrine de l’homme et de la société15. »

46C’est ainsi que durant la période Frei, le « gremialismo » s’était concentré dans les universités où il interagissait avec la Jeunesse du Parti national qui, bien des fois, a été soumise à l’hégémonie du « gremialismo » car, lors des élections successives de la Fédération des Étudiants, surtout dans l’Université catholique, les nationaux ont appuyé sans trop de difficulté les candidats « gremialistas ». Mais c’est au moment de la candidature de Jorge Alessandri que le « gremialismo » fait son entrée sur la scène publique et influence les plus hautes sphères du pays. Alessandri, sans être un vrai conservateur, rejette avec ardeur les partis politiques traditionnels, raison pour laquelle il a choisi son comité de campagne dans des secteurs indépendants et technocratiques. Les militants du « gremialismo » répondent largement à ces critères. C’est ainsi que son comité de campagne a été fortement influencé par les « gremialistas » parmi lesquels se détache la personnalité de Jaime Guzmán.

47Bien que le « Mouvement Gremialista » se soit défini dès sa création comme strictement universitaire et apolitique, il devient un mouvement d’envergure nationale, s’étendant d’abord à l’Université catholique de Valparaíso puis à l’Université de Concepción et c’est là que, au milieu de l’année 1972, il prend le nom de Front Universitaire. Il conquiert également des positions dans les organisations patronales comme la Société Nationale d’Agriculture, la Société de Développement Industriel et la CPC.

48Grâce à sa croissance accélérée, le « gremialismo » abandonne rapidement son discours sur la dépolitisation de l’université pour assumer des positionnements politiques centrés sur les questions nationales. C’est pourquoi ce qui a commencé comme un refus catégorique de s’insérer dans une perspective politique globale face aux conflits « gremiales » a été, par la suite, une explicitation claire de son opposition au jeu politique traditionnel, autrement dit, au système démocratique libéral qui régnait à l’époque [Araya, Benavente, op. cit., p. 45].

49Après le coup d’État, et étant donné leur identification totale au régime militaire, les « gremialistas » deviendront la principale source qui fournira à la dictature ses cadres techniques. Cela leur permettra de remplir des fonctions et d’occuper des postes dans des domaines stratégiques du régime et plus généralement dans la structure administrative de l’État. Leur développement comme organisation en a été considérablement renforcé, non seulement parce qu’ils ont pu participer à la définition des politiques stratégiques du régime au plus haut niveau mais aussi parce que le fait d’être présents aux différents niveaux de l’administration leur a permis de bénéficier d’une infrastructure d’organisation au niveau national, ce qui a élargi leur champ d’influence au niveau régional et local et, par conséquent, leur a permis de recruter et de préparer de nouveaux cadres.

50Depuis le début, le mouvement « gremialista » a une caractéristique propre à la doctrine conservatrice qui l’anime : il a été un mouvement de cadres plus qu’un mouvement de masse, son objectif étant d’influencer les groupes qui exercent le pouvoir politique ou économique et de se reproduire en leur sein. Cela renvoie à ce que dit William Harbour : l’une des préoccupations majeures des mouvements conservateurs est de savoir qui exerce le gouvernement car la sélection adéquate des dirigeants assure la reproduction de ce qu’elles considèrent comme les valeurs essentielles. Cela leur permet aussi de contrôler le pouvoir politique et d’éviter le danger que « les majorités irrationnelles » représentent pour la société. Cette perspective découle d’une conception anthropologique qui voit les hommes dans un état naturel d’inégalité objective, sauf dans un sens moral et religieux. Cela entraîne des modèles d’organisation sociale hiérarchisée, différenciée et complexe qui comportent une grande variété de classes, d’ordres et de groupes. C’est ainsi que se développe « une forte orientation élitiste puisque les conservateurs affirment qu’ils sont des individus plus qualifiés qui appartiennent à une aristocratie naturelle et que ce sont eux qui doivent conduire la société » [William Harbour, 1985, p. 16].

  • 16 Voir Jaime Guzmán : « El gremialismo y su postura universitaria en 27 preguntas y respuestas », in  (...)
  • 17 Jaime Guzmán, « Resurgimiento del Gremialismo », Journal La Segunda, 2 août 1988.

51La base de la pensée « gremialista » est sa conception d’un ordre social qui s’appuie sur les sociétés intermédiaires entre l’homme et l’État, librement générées et conduites par leurs membres afin qu’ils respectent la finalité de chacune d’elles [Guzman : www.fjguzman.cl.]16. Les secteurs intermédiaires sont donc ces organisations propres à la vie en société qui se trouvent entre le domaine d’action de l’État et le domaine d’action de l’individu. Selon cette définition, les « gremios » sont des groupes intermédiaires dans la société, qu’ils soient formés par des travailleurs, des entrepreneurs ou des étudiants ou par tout autre groupement d’individus unis par des liens de voisinage, de travail commun ou d’affinité intellectuelle ou, encore, de vocation. C’est pourquoi « le fondement des organisations “gremiales” réside dans l’activité commune et non pas dans l’affinité idéologique ou politique de ceux qui y participent. Accepter ou encourager leur politisation c’est les dénaturer dans leur racine »17.

52Les secteurs intermédiaires, politiques ou non, forment, dans leur ensemble, les institutions de la société destinées à contrôler les dynamiques du pouvoir. C’est ce que Vázquez de Mella et la tradition conservatrice espagnole ont appelé le pouvoir social. C’est le cas « des groupements naturels des hommes, comme la famille, le “gremio”, la municipalité, l’université, qui sont autonomes dans leur champ d’action respectif ; cette autonomie est respectée et reconnue par l’État et, par conséquent, par l’autorité centrale, dans la mesure où elle ne porte pas atteinte aux finalités qui leur sont propres » [Araya, Benavente, op. cit., p. 53-54].

  • 18 Pour approfondir la conception « gremialista » de la démocratie et spécialement celle de Jaime Guzm (...)

53De cette notion de pouvoir social découle une conception de démocratie articulée à partir des idées de liberté et d’autorité, associées aux notions d’ordre, de sécurité et de progrès et, finalement, de justice18. Ainsi, Guzmán affirme à plusieurs reprises que « la démocratie est une forme de gouvernement et seulement un moyen – mais pas le seul ou pas le plus adéquat en toutes circonstances – pour favoriser la liberté mais, en revanche, elle représente la forme de vie vers laquelle doit tendre tout système politique. Cette forme de vie inclut, en outre, la sécurité et le progrès, aussi bien spirituel que matériel et, à l’intérieur de cela, aussi bien le progrès économique que le progrès social » [Guzman, 18 juillet 1978].

54Ce modèle de démocratie instrumentale et autoritaire repose sur la notion de volonté nationale qui, pour Guzmán est « beaucoup plus que le résultat quantitatif des urnes dans une élection ponctuelle. La volonté nationale est une décision formée des expériences du passé et des idéaux qui ont prévalu dans l’histoire. La volonté nationale ne s’exprime pas seulement dans ce que manifeste la génération actuelle ; elle est également constituée du legs des générations passées et des attentes de celles à venir » [Guzmán, in El Miedo, p. 333]. On reviendra sur ce point.

55À partir de cet engrenage doctrinaire, durant la période de l’Unité populaire et, concrètement depuis son poste de conseiller de la dictature, Guzmán critiquera la structure du régime politique en vigueur, parce que celui-ci « dénature » le principe d’ordre et d’autorité qu’il défend, lui et les « gremialistas ». En d’autres termes, la dynamique politique vécue sous l’Unité populaire signifie alors la légitimation politique de leur critique des « perversions » du système démocratique libéral puisque l’autorité de l’État est soumise à la volonté inorganique des masses ; la politisation excessive de la société a entraîné la décomposition des institutions et des valeurs démocratiques d’inspiration libertaire et chrétienne.

56Même si le « gremialismo » n’a pas été un protagoniste de premier plan, son influence sera déterminante durant la période 1970-1973, dans les sphères de l’opposition politique à Allende comme dans les mobilisations sociales sectorielles promues par la droite. En ce sens, le lien stratégique du mouvement dirigé par Guzmán avec les « secteurs intermédiaires » a surtout permis de canaliser les mobilisations et les intérêts économiques de ces secteurs et de les unifier avec l’organisation politique traditionnelle. On a ainsi construit un bloc d’opposition formé d’une large alliance qui a agglutiné la petite et la grande bourgeoisie, les associations professionnelles et patronales, celles de fonctionnaires et de cadres d’entreprise et même des secteurs significatifs des Forces Armées, spécialement de la Marine. Ainsi, la discrète et intelligente pénétration dans les « gremios » faite par le « Mouvement gremialista », et l’opposition sectorielle et de classe au gouvernement de l’UP, ont permis que ces secteurs intermédiaires soient incorporés à un cadre idéologique et politique formalisé au préalable. Autrement dit, ces secteurs sont arrivés à tenir un espace d’opposition nouveau et original où préexistait – jusque-là d’une manière théorique – une place pour eux [Varas, 1977, p. 6].

57Mais ce n’est qu’à la fin de 1972 que le « gremialismo » apparaît comme une force importante sur la scène politique nationale et dans la lutte contre l’Unité populaire. Conscient de sa force et des implications de sa stratégie d’influence, de mobilisation et d’agitation dans les différents « gremios » mobilisés contre l’Unité populaire, le « gremialismo » commence à diffuser la proposition d’une nouvelle société qui se construirait sur les ruines du gouvernement Allende. Une preuve en est l’intervention, en mars 1973, du président de la Confédération de la Production et du Commerce, Arturo Fontaine Aldunate qui, dans une interview accordée au journal El Mercurio, signalait :

  • 19 Arturo Fontaine Aldunate, cité par Varas, op. cit., p. 56.

« Le rôle décisif dans la nouvelle organisation politique (qui succédera à l’UP) revient à trois forces fondamentales : les partis politiques qui sont prêts à construire et non pas à provoquer le chaos, les Forces Armées, dont l’action est indispensable pour rétablir la discipline, et le pouvoir “gremial” qui constitue le levier du développement et le facteur de cohésion de la communauté nationale19. »

Le Front Nationaliste Patrie et Liberté

58S’il est vrai que l’action du Front Nationaliste Patrie et Liberté a eu, à maintes reprises, un grand poids dans l’évolution du conflit politique durant le gouvernement de l’UP, nous nous limiterons ici à décrire sommairement quelques-unes de ses principales caractéristiques. Et cela pour deux raisons. D’abord, l’action politique de ce mouvement se réduit uniquement à cette période à cause de son autodissolution immédiatement après le coup d’État. D’autre part, s’il est vrai que les principes contenus dans son discours doctrinaire ont eu de la force dans des conjonctures clés de la dictature, en termes historiques, ils n’ont pas eu un grand impact ni de grandes implications sur le plan institutionnel ou sur le projet historique du régime pinochétiste. Pour rendre compte des éléments distinctifs de leur discours sur Patrie et Liberté, nous nous référerons au Manifeste Nationaliste, rédigé par le leader du mouvement, Pablo Rodríguez Gres, en juillet 1971.

59L’axe du discours de Patrie et Liberté (PL) est la critique du système démocratique libéral que le PL se propose de remplacer par un régime institutionnel à caractère national corporatiste : « Nous vivons sous un système caduc de démocratie libérale qui se caractérise, en tant que système, par le fait que, étant la seule voie d’expression politique, il regroupe tous les courants d’opinion des partis politiques et par le fait qu’il génère les autorités supérieures de l’État à travers le suffrage universel inorganique… Depuis de nombreuses années, les partis n’interprètent plus les courants d’opinion authentiques car ils vivent dans un jeu artificiel qui est étranger à notre peuple et affichent un “idéologisme” verbeux et stérile » [Rodriguez Grez, 1971, p. 25].

60Pour le PL, l’État qui remplacera l’État libéral sera « intégrateur », administré par un gouvernement autoritaire. Pour Pablo Rodríguez, cet État intégrateur est l’expression de la « démocratie authentique » car « son objectif fondamental serait de faire respecter, sans exception, les normes interpersonnelles qui régulent l’activité sociale de l’homme. Le respect de ces normes, les mêmes pour les gouvernants et les gouvernés, sera garanti par la force de l’État » [ibidem, p. 15]. Ce régime politique correspondra à une démocratie « organique et fonctionnelle » à laquelle participeront à la fonction législative les groupements naturels de travail et d’intérêts. Ces instances participantes devront « avoir une influence sur l’État et jouer un rôle dans la formation de l’autorité » [Ibidem, p. 25]. La démocratie corporative – comme le signale Rodríguez plus loin – est donc la seule démocratie réelle. Pour lui, tout autre conception est un mirage trompeur et faux.

61Même si cette organisation d’extrême droite était considérée comme la branche insurrectionnelle de la droite traditionnelle, le mouvement disait à propos de lui-même :

« Notre mouvement n’est pas un groupe armé ou séditieux. Mais si, à un moment donné, les marxistes brisaient la légalité et débordaient les structures institutionnelles suite à leur échec électoral, nous nous mettrions immédiatement au service des forces organisées qui freineraient l’escalade révolutionnaire… Notre mouvement doit se constituer en appui civique pour un futur gouvernement militaire nationaliste » [ibidem, p. 30].

62Au sein de ce mouvement, comme dans une grande partie de la droite et spécialement du patronat, on commence déjà, vers le milieu de l’année 1971 (moins d’un an après l’accession au pouvoir de l’Unité populaire), à parler du caractère inévitable de son renversement, du remplacement du système démocratique libéral (coupable des « excès socialisants » qui avaient permis l’arrivée d’Allende au pouvoir) et du rôle prépondérant que devraient jouer les Forces Armées dans la rupture avec l’ancien régime et dans la formation et la consolidation de la nouvelle institutionnalité. C’est ce qu’expliquait Pablo Rodríguez :

  • 20 Editorial de la revue Patria y Libertad, cité par Ernesto Araya et Andrés Benavente, 1981, p. 68.

« On ne sortira pas de cette crise (de la démocratie libérale) pour revenir au vieux sys­tème, épuisé historiquement et sans défense, si on tient compte du peu de résistance que les partis ont fait au marxisme gouvernant. Mais elle a fait surgir les éléments qui constituent la seule alternative de pouvoir possible, face à l’option certaine qu’offre le communisme international : les Forces Armées, avec leur pouvoir militaire et leur influence morale, et les « gremios », comme nouvelle expression réelle de la volonté des travailleurs et des travailleuses. Ces nouveaux éléments constituent la seule force capable de donner au Chili une forme de pouvoir stable et authentiquement populaire20. »

63La vision politique de ce mouvement avait un caractère nettement manichéiste et réductionniste ; il manifestait une volonté évidente de forcer la réalité en fonction d’un projet de société dans lequel il serait possible de « supprimer la dissension et d’imposer super- structurellement un consensus forcé » [Araya, Benavente, op. cit., p. 66]. L’organisation se définissait explicitement comme une force de retenue face à « l’escalade révolutionnaire du marxisme », insistant sur la nécessité de dépasser dans le pays les divisions droite/gauche (une caractéristique de la démocratie libérale obsolète) car le seul conflit réel que vivait le pays se trouvait « entre le marxisme et le nationalisme ». Le mouvement développait aussi une réinterprétation mythique de l’histoire du Chili et multipliait les appels à une issue extra-institutionnelle du conflit politique par l’intervention des Forces Armées.

64C’est l’ensemble de ces éléments qui lui fera perdre l’appui de différents secteurs sociaux, y compris parmi les plus conservateurs de la droite, des patrons et même des Forces Armées. Mais perte d’appuis ne voulait pas dire condamnation du mouvement ou non-reconnaissance de la légitimité de son action. Cette ambiguïté est démontrée par l’échec de la tentative putschiste de juin 1973, connue comme « le Tanquetazo ». Cette tentative a été une initiative politique du PL, facilement réprimée et isolée, mais non délégitimée, car elle n’était pas liée aux plans de la droite qui, à ce moment-là, cherchait à appliquer sa stratégie de déstabilisation à travers la mobilisation sociale, l’agitation politique et l’entretien d’un climat de crise sans issue.

65Patrie et Liberté est l’expression la plus radicale du nationalisme chilien. Sa ligne doctrinaire a incorporé des éléments qui n’ont pas été pris en compte par le Parti national, comme le principe de démocratie organique et le caractère corporatiste de l’ordre souhaité. On le verra par exemple, par la position qu’adoptent ses ex-militants face aux politiques économiques mises progressivement en place par le régime pinochétiste. Alors que les nationaux ont accueilli ces mesures sans joie et plutôt avec résignation Pablo Rodríguez, lui, a eu du mal à les accepter dans la mesure où elles n’étaient pas très compatibles avec l’ultra nationalisme qu’il avait défendu durant la période de l’Unité populaire. Ce n’était pas seulement les mesures néolibérales appliquées par les « gremialistas » et les « Chicago boys » qui choquaient les tenants du modèle corporatiste de société défini par Patrie et Liberté mais également l’ensemble des idées de base sur lesquelles s’appuyait le modèle autoritaire de Pinochet. Pablo Rodríguez explique ainsi ses différends avec le « gremialismo » :

  • 21 Entretien accordé par Pablo Rodriguez, paru in Revista Cosas, juillet 1981.

« Je maintiens les mêmes idées et les mêmes principes sans hésiter. Je ne comprends pas comment un monsieur qui a fondé avec moi Patrie et Liberté et qui, par conséquent, était d’accord avec les idées qu’on y présentait, peut aujourd’hui être l’un des plus acharnés adversaires du nationalisme, comme l’est Monsieur Jaime Guzmán. Ce sont donc les autres qui ont changé21. »

El Mercurio

  • 22 Hermógenes Perez de Arce, cité par Arturo Fontaine Aldunate et Mario Gonzalez Pino [1992, p. 365].

66Durant la période que nous analysons, l’action politique du Mercurio a eu un poids très important dans le devenir du conflit politique des dernières années du gouvernement de Frei et, tout spécialement, pendant le gouvernement de l’Unité populaire. Élément de référence dans le discours social, politique et économique des classes dominantes chiliennes, ce journal représente dans les faits l’opinion de l’élite économique et politique du pays. L’importance qu’il a acquise durant la période a donné lieu à une situation aux caractéristiques paradoxales. Parmi ses lecteurs, on compte non seulement ceux qui partagent les positions avancées par les éditoriaux mais aussi beaucoup de ceux qui sont les plus ardents adversaires des doctrines qu’il défend au plan politique, économique et social22.

  • 23 Fernando Reyes Matta, cité dans Fontaine Aldunate et Gonzalez Pino, op. cit., p. 365-366.

67Ce sont là quelques-unes des raisons pour lesquelles ce quotidien s’est constitué historiquement en un véhicule d’union des différents groupes de la droite et de la classe dominante en général, ainsi qu’en baromètre politique et social de ce secteur. Ce quotidien doit être considéré comme un acteur de la réalité chilienne. Son influence et sa signification pour les élites politiques et patronales sont de notoriété publique23. C’est que, à la différence du reste de la presse au Chili, El Mercurio a adopté ce que l’on appelle le style mercurial, c’est-à-dire un traitement extra-officiel qui essaie de transmettre une image de neutralité, au prix d’un travail littéraire considérable et en évitant le sensationnel.

68C’est ainsi que, durant le gouvernement de l’Unité populaire, on peut constater qu’au cours de l’évolution du conflit se produit une modification très importante dans la ligne éditoriale du journal. Aux discours en faveur de la défense de la politique traditionnelle démocratico-libérale se substitue un autre discours qui contient de plus en plus d’éléments de type corporatif autoritaire. Ainsi, les concepts traditionnels du libéralisme politique tels que participation citoyenne, souveraineté populaire, suffrage universel, etc., sont peu à peu remplacés, les éditoriaux mentionnant de plus en plus souvent les concepts de tradition, de nation, d’autorité, d’ordre. Plus concrètement, le concept de représentativité politique est remplacé par l’idée de « pouvoir social ». Le poids du « gremialismo » sur ce changement d’orientation idéologique s’explique notamment par l’influence exercée sur la conduite du journal par Arturo et Jorge Fontaine Aldunate ; le premier est un sympathisant du mouvement fondé par Guzmán et le second, un militant actif. C’est ainsi que, à plusieurs reprises, le journal s’approprie et diffuse le diagnostic politique et la ligne doctrinaire du « gremialismo ». Par exemple, l’éditorial du 20 octobre 1970 proclame :

  • 24 El Mercurio, « Democracia y Organismos intermedios », Semaine politique du 20 octobre 1970.

« Le libéralisme classique a méconnu la valeur et l’existence des entités intermédiaires entre l’État et l’individu. Par une fiction juridique, il a supposé que le peuple souverain déléguait intégralement la totalité du pouvoir social à la représentation politique. (Les organismes intermédiaires), qui n’ont pas pour objet de suivre une idéologie politique… constituent la base la plus solide du pouvoir social. L’excès de politisation du pays a fait qu’une grande partie des Chiliens n’accorde pas l’attention nécessaire aux organisations intermédiaires… La démocratie a sa base réelle dans les organismes intermédiaires24. »

69Le 15 avril 1973, El Mercurio fait une critique explicite de la démocratie libérale :

  • 25 El Mercurio, « El poder se desplaza », Semaine politique du 15 avril 1973, cité par Araya et Benave (...)

« L’activité électorale et la vie parlementaire répondent à un schéma de pouvoir qui est en train d’être dépassé. Les moyens démocratiques mettent du temps à s’adapter à ce dépassement. Heureusement, il y a des bases naturelles dans la société chilienne qui peuvent être dépositaires d’un pouvoir de résistance face à ce que le communisme est en train de forger. Les « gremios » constituent des organismes naturels de défense… ils surgissent du pouvoir social, défenseur des libertés et des valeurs nationales25. »

70Le 26 août 1973, on peut lire :

  • 26 El Mercurio, « La línea de los gremio », Semaine Politique du 26 août 1973.

« Parmi l’ensemble des liens qui unissent les personnes entre elles, l’un des plus solides et authentiques est le métier et l’activité commune. Dans des périodes normales, le lien « gremial » est moins sensible. Le « gremio » unit des secteurs plus larges et il se fonde sur des intérêts plus réels que beaucoup de groupements humains qui forment la société. À des époques de bouleversements dans lesquelles l’individu se sent menacé et désorienté, le « gremio » est une orientation et un rempart26. »

71L’adhésion du Mercurio à la ligne doctrinaire du « gremialismo » s’exprimera avec plus de force et de netteté une fois renversé le gouvernement de l’Unité populaire, au moment où l’on discutera des bases de l’institutionnalité de la dictature pinochétiste. Les propos d’un éditorial du Mercurio, au début 1974, lors de la discussion sur la régionalisation du pays, en constituent un exemple :

  • 27 El Mercurio, « Descentralización y democracia », Semaine Politique du 7 avril 1974. Pour approfondi (...)

« Un régime autoritaire au sommet, mais libre et décentralisé à tous les niveaux, serait capable d’empêcher que le pays ne revienne au régime des partis. L’harmonie entre autorité et liberté, entre commandement unique et délégations du pouvoir, entre discipline et organisation sociale, est un but politique sans doute difficile27. »

Chronique d’un dénouement annoncé

De la résignation à la mobilisation pour la rupture

72Jusqu’aux élections de 1970, la droite a toujours cru que la victoire de Jorge Alessandri était inévitable. Toutes les conditions étaient là pour que le candidat des « hommes de travail » fût élu avec une confortable avance. Durant la campagne, Alessandri a tenu un discours basé sur la critique de la « gestion populiste de la DC » et sur le fait que sa campagne était au-dessus des partis. Il clamait qu’une rénovation politique et sociale du pays était nécessaire face à la décadence dans laquelle le gouvernement d’Eduardo Frei allait le laisser. Les sondages prévoyaient la victoire certaine du candidat de la « Nouvelle République ». Mais les faits se sont révélés tout autres.

  • 28 Voir « Los “generales civiles” del golpe », in Revista Siete + 7, 1er février 2001.

73Même si la classe dominante a perdu avec une marge très étroite, elle a vécu cet échec comme une catastrophe, « comme la fin du monde ». Les démarches pour empêcher qu’Allende prenne le pouvoir ne se sont pas fait attendre. En moins de deux mois on a envisagé toutes les possibilités pour éviter un tel événement, depuis la négociation formelle jusqu’à l’assassinat d’Allende28. Ce sera finalement l’assassinat du général René Schnaider.

74La droite, qui défend encore la politique traditionnelle et le jeu démocratique, s’investira corps et âme pour éviter, par des moyens constitutionnels, l’arrivée d’Allende à La Moneda. Pour ce faire, quelques jours après les élections, on crée le Mouvement Alessandriste qui regroupe des militants du Parti national et des indépendants, beaucoup d’entre eux proches du « gremialismo ». Ce groupe agit en s’appuyant sur l’argument selon lequel le processus électoral n’est pas fini ; c’est pourquoi les forces démocratiques ont encore le temps de choisir entre « le marxisme et la démocratie ». C’est ainsi que l’on prépare un accord avec la DC qui exige que ce parti vote pour Alessandri au Congrès Plénier le jour où celui-ci doit ratifier l’élection présidentielle ; puis, le candidat de droite démissionnerait, provoquant ainsi une nouvelle élection pour laquelle les nationaux promettaient leur vote au candidat démocrate chrétien. El Mercurio présente la situation de la manière suivante :

  • 29 El Mercurio, 11 septembre 1970.

« La décision de l’électorat a été la cause de la faible majorité en faveur du candidat marxiste ; cela a conduit le pays à la porte d’un régime communiste. Nous avons tous conscience que la majorité des citoyens ne veulent pas de cela. La preuve en est que même le candidat gagnant s’efforce d’assurer que la liberté n’est pas en danger s’il arrive à la Présidence de la République. Il ne faut pas s’abuser. Une nouvelle élection pour décider entre la Démocratie chrétienne et le communisme ne signifierait pas une élection entre la conservation du système et les transformations sociales profondes. La vraie décision est dans le choix entre un régime de progrès et un régime totalitaire29. »

  • 30 Évidemment, la Démocratie chrétienne parlait de transformation et de changement à l’intérieur des p (...)

75Mais la DC n’a pas voulu hypothéquer son avenir politique en acceptant cette proposition d’accord. Si elle l’avait fait, elle aurait remis en question aussi bien sa condition de parti centriste que son identité multiclasses et son appui populaire, elle aurait perdu sa légitimité comme force progressiste et transformatrice30, opposée à la tendance conservatrice que représentait la droite, y compris la candidature d’Alessandri et le PN. C’est pourquoi sa stratégie fut de négocier avec l’Unité populaire un ensemble de garanties constitutionnelles afin d’assurer que l’action du gouvernement et le programme de transformations envisagé se développeraient à l’intérieur des paramètres de la constitutionnalité. Lorsque l’« Accord sur les garanties constitutionnelles » était presque un fait, El Mercurio a averti :

  • 31 El Mercurio, 20 septembre 1970.

« La Démocratie chrétienne, pour donner son appui au porte-drapeau de l’Unité populaire, a besoin que celui-ci se soumette à certaines conditions qui, en principe, ont déjà été acceptées par son parti. Le marxisme respectera (ce pacte) tant que cela lui conviendra et le rejettera sans aucun scrupule lorsque les circonstances le demanderont. Citoyens libres du Chili et d’Amérique ! Cet accord qui va être souscrit est une bombe à retardement pour notre démocratie… Seule une naïveté sans précédent, un ramollissement doctrinaire incompréhensible ou une totale méconnaissance des tactiques communistes pourraient le faire accepter31. »

76Durant les six premiers mois du gouvernement de l’UP, le PN a été plongé dans l’incertitude et dans une apparente léthargie. La cause en est un ensemble de faits, tel que l’échec des négociations avec la DC et la reconnaissance de la part d’Alessandri, à la fin septembre, de la victoire d’Allende ; une reconnaissance qui s’est produite lorsque le candidat de la droite a demandé qu’on ne vote pas pour lui au Congrès Plénier. Une autre cause fut la déclaration des Forces Armées selon laquelle elles n’interviendraient pas dans des affaires politiques ; elles proclamaient leur attachement à la constitutionnalité en vigueur. Il y a eu également le fait que quelques-uns des militants importants du Parti national ont été impliqués dans l’assassinat du général Schnaider.

77Comme nous l’avons vu précédemment, les premiers mois du gouvernement de l’Unité populaire ont été caractérisés par la stratégie des patrons consistant à adopter une position strictement sectorielle, excluant volontairement tout jugement sur le terrain politique. Un exemple en est leur position stratégique vis-à-vis de la réforme agraire : afin d’éviter les conflits, ils acceptent la nécessité de changements mais ceux-ci sont vus dans une perspective de modernisation plus que dans une perspective « démagogique, impulsée par des motifs politiques » [Moulian, Garreton, op. cit. ; Campero, op. cit., entre autres].

78Suivant la tendance générale durant toute la période de l’Unité populaire, la Démocratie chrétienne s’est débattue entre deux alternatives : soit être un frein, un régulateur des prétentions réformistes de l’Unité populaire en faisant pression sur le gouvernement pour qu’il se maintienne dans le jeu politique traditionnel, soit adopter une action politique plus radicale afin de provoquer une crise qui conduirait à la chute du gouvernement. Le second choix était celui des secteurs de droite de ce parti. Ces contradictions internes l’ont menée à un va-et-vient permanent en fonction des conjonctures ; contradictions qui étaient « le résultat de son caractère organisationnel, de la présence de couches populaires à côté de secteurs bourgeois et de la combinaison de discours révolutionnaires et de discours modernisateurs » [Moulian, Garreton, op. cit., p. 67].

79Malgré tout, dès les premiers jours du gouvernement, la Démocratie chrétienne met l’accent sur le contrôle de la légalité des actions du gouvernement et sur le maintien de celui-ci à l’intérieur du jeu de contrepoids politique et du jeu de la négociation. Mais l’utilisation par le gouvernement de la mobilisation des masses pour faire pression sur le Parlement deviendra rapidement la pierre d’achoppement de la relation DC-UP. Finalement, c’est le problème de la définition du domaine de la propriété sociale qui caractérise le mieux les relations DC/gouvernement durant cette période et qui provoquera entre les deux une tension insurmontable. L’utilisation de vieilles lois – dont beaucoup n’ont pas été utilisées depuis 1932 – pour l’expropriation d’entreprises privées et le manque d’un cadre légal qui définisse la création du « Domaine de Propriété Sociale » marque le début d’un moment critique constitutionnel qui, en dernière instance, mettra fin au gouvernement de l’Unité populaire.

80Les partisans de l’Unité populaire ont encouragé le processus de prise de possession de propriétés foncières et d’usines, en agissant au-delà de la « planification centrale », en marge des programmes et des définitions demandées par les partis d’opposition et, surtout, par les associations patronales. Cela conduit finalement la Démocratie chrétienne, les « gremios » patronaux et le Parti national à développer très tôt la thèse de l’« illégalité » et de l’« autorité outrepassée » qui servira d’argument pour les attaques contre le gouvernement et pour justifier la recherche de diverses modalités pour obtenir sa destitution.

  • 32 Des élections dans lesquelles les partis groupés dans l’Unité populaire obtiennent 50,86 % des vote (...)
  • 33 Rappelons que, lors des élections parlementaires de 1969, le Parti national avait obtenu 20 % des v (...)

81Les résultats des élections municipales de 197132 sont interprétés par l’Unité populaire comme la ratification du changement proposé jusque-là ; pour l’opposition, cela confirme au contraire le ballottage politique qui traîne depuis l’élection présidentielle. Il apparaît nécessaire, au Parti national comme au patronat, de trouver une nouvelle stratégie qui permette la rupture de l’équilibre des forces. Pour le Parti national en particulier, les résultats de ces élections municipales montrent que son certificat de décès est très loin d’être validé ; s’il est vrai qu’il a perdu deux points par rapport aux élections de 196933, cette baisse n’est pas aussi dramatique que ce qu’attendaient les autres forces politiques. À partir de ces résultats, le Parti national abandonne progressivement ses comportements défensifs, conséquence des échecs précédents, pour adopter une attitude plus offensive, essayant à chacune de ses avancées d’incorporer la Démocratie chrétienne, mais pas toujours avec succès.

82Le changement stratégique dans l’action politique du Parti national s’exprimera par deux mesures que le parti met sur pied. D’abord, des efforts pour structurer un bloc d’opposition dont fait partie la Démocratie chrétienne mais qui repose essentiellement sur une large alliance de classes dans laquelle seront évidemment présents les secteurs traditionnellement représentés par la droite et les associations patronales. L’appui de la Démocratie chrétienne était fondamental dans la mesure où celle-ci assurait l’accès aux classes moyennes et populaires, ce qui donnait une plus grande amplitude et légitimité au bloc.

83Une autre mesure est l’adoption d’une politique d’agitation qui cherche à mobiliser les masses. La droite laisse de côté sa traditionnelle « politique de salon » et décide de descendre dans la rue afin de rendre illégitime le régime et de le destituer. Cette redéfinition politique marque un virage et un moment clé dans son comportement politique. Habituée à faire de la politique entre les murs du Congrès, dans les clubs sociaux et aux sièges des partis, elle assume une attitude de confrontation, d’agitation, réussissant pour la première fois de son histoire à mobiliser des secteurs qui, historiquement, étaient loin de son champ de représentation, notamment les classes moyennes ainsi que la petite et moyenne bourgeoisie.

84Le changement stratégique de la droite se concrétise effectivement avec la convergence du Parti national et des associations patronales, au milieu de l’année 1971. Les organisations patronales, constatant l’étendue de la réforme agraire qui allait, d’après elles, au-delà des « limites acceptables », estiment que le débordement social à propos de la prise de propriétés foncières et d’usines est insoutenable. Devant le manque de clarté de la définition du « Domaine de la Propriété Sociale », elles abandonnent définitivement leur tactique d’observation pour adopter, lentement mais fermement, la tactique du défi et de la mobilisation. À partir du mois de septembre 1971, le Parti national et les organisations patronales contre-attaquent de front le gouvernement et font pression directement sur la Démocratie chrétienne pour constituer un bloc d’opposition au régime. L’assassinat du ministre de l’Intérieur du gouvernement Frei, Edmundo Pérez Zujovic, les premiers indices de la crise économique qui allait s’abattre sur le pays, les premiers signes de pénurie créent les conditions pour que la droite adopte la stratégie de déstabilisation du régime pour parvenir à sa destitution. Tactiquement, son discours de mobilisation fait appel à la défense des intérêts nationaux, mettant en sourdine les intérêts de classe qu’elle représente. Un moment important de ce changement de stratégie est l’appel des femmes à la mobilisation contre les défauts d’approvisionnement le 1er décembre. C’est « la marche des casseroles vides » durant laquelle des femmes des quartiers aisés, et parfois de la classe moyenne, descendent massivement dans les rues de Santiago, escortées, pour la première fois, par les groupes de choc de « Patrie et Liberté ».

85À partir de ce moment, à chacune des mobilisations conduites par la droite, celle-ci essaiera d’incorporer le centre politique, dans la mesure où cette coalition – et l’alliance de classes qu’elle rend possible – est la condition essentielle pour le renversement constitutionnel d’Allende. Étant donné que la Démocratie chrétienne obtient la majorité relative aux élections de 1971 – ce qui la consolide comme la première force politique du pays – les démocrates chrétiens exigent d’avoir l’hégémonie dans ce qui devrait être un bloc d’opposition. Le Parti national n’opposera pas de résistance. Cependant, les conditions pour développer l’idée d’une articulation et d’une action communes ne seront réunies qu’au milieu de l’année 1972. C’est que, même si la coalition entre la Démocratie chrétienne et le Parti national était éventuellement possible quand il s’agissait de s’opposer en commun aux mesures du gouvernement, il y avait encore entre les deux groupes des différences idéologiques, stratégiques et discursives très importantes. Le Parti national était prêt à dépasser ces différences au bénéfice de l’unité du bloc ; mais la Démocratie chrétienne se trouvait confrontée à une contradiction vitale qui l’empêchait de prendre une position décisive de confrontation avec le régime.

  • 34  Sergio O. Jarpa, in El Mercurio du 19 octobre 1970.

86Ils étaient loin les propos de Jarpa qui, en 1970, disait : « Je ne veux pas que nous, les nationaux, soyons acculés à l’alternative de nous unir à la Démocratie chrétienne34. »

87Mais déjà en janvier 1971 le Président du Parti national rectifiait : « Si nous oublions tout ce qui est arrivé avant, c’est l’occasion d’un front unique. Nous sommes prêts à parler avec la Démocratie chrétienne ».

88Ce changement de position, on peut l’observer dans les manœuvres du Parti national à propos des élections complémentaires de janvier 1971, au cours desquelles se produisent les premiers accords électoraux entre le Parti national et la Démocratie chrétienne, sans que cela implique d’ailleurs un accord politique formel. Ces accords ont été possibles grâce à l’initiative du Parti national qui voyait là un mécanisme pour éviter que les candidats de gauche ne s’imposent et, en même temps, pour se rapprocher de la Démocratie chrétienne en vue d’une union plus stratégique. Ces élections complémentaires ont amené à l’élection d’un député à Valparaíso, l’élection de Rafael Moreno comme sénateur, dans la province de Colchagua, et de Sergio Diez à Linares. La volonté de la droite d’amarrer la Démocratie chrétienne à un accord permanent est évidente dans le fait que Moreno, même s’il a été Vice-président de la commission de la Réforme Agraire (CORA), a été élu sénateur dans une province agricole par excellence grâce notamment aux votes du Parti national.

89C’est là un exemple du fait que la droite, durant cette période, ne fait jamais passer ses intérêts politiques immédiats avant ses intérêts de classe ; cela lui permet une flexibilité tactique qui va jusqu’à déléguer à la Démocratie chrétienne la conduite du bloc d’opposition, même si cela lui demande de s’adapter au ton « populiste » et « participationniste » du discours démocrate-chrétien. Le principe de la défense du capitalisme et de la propriété privée exigeait de payer n’importe quel prix politique à court terme et le Parti national était prêt à le payer dans la mesure où la consolidation de sa stratégie de déstabilisation de l’Unité populaire exigeait nécessairement de faire le vide au centre pour permettre le clivage sur la scène politique entre gouvernement et opposition.

90Finalement, l’alignement de la Démocratie chrétienne avec la droite se produira lorsque la DC se « libérera » de la fraction la plus gauchisante de ses militants – un processus dont naîtra le parti « Izquierda Cristiana », en 1971 – afin de pouvoir durcir sa position critique vis-à-vis de l’UP et de faciliter ses liens avec l’opposition. Même si ce rapprochement ne se concrétisera jamais en une alliance politique formelle, il rend possible la consolidation d’un bloc d’opposition uni et ayant une action et un discours politique cohérents. Les hésitations et les réticences de la DC à se lier définitivement à la droite s’expriment, vers le milieu de 1972, à travers la construction d’une alliance électorale à caractère uniquement instrumental, la Confédération Démocratique (CODE), en vue des élections parlementaires de mars 1973.

91Le processus d’attraction et de persuasion du PN vis-à-vis de la DC visait à l’incorporer à une ligne politique de confrontation et de mobilisation contre l’UP ; or, la direction de la Démocratie chrétienne essayait parallèlement de donner du sens et de la cohérence au processus de discussion qu’elle menait avec l’UP. Cette discussion tournait autour d’un paquet de réformes constitutionnelles qui cherchaient à réguler les pouvoirs donnés à la Présidence pour réaliser, par la voie administrative, les réformes économiques souhaitées par le gouvernement. Ce paquet de réformes signifiait, dans la pratique, le blocage de l’action de l’Exécutif ; c’est pourquoi il a été rapidement rejeté par Allende.

92Ce rejet officiel a été interprété par la DC comme un refus de se soumettre aux cadres légaux pour la mise en pratique du plan de réformes économiques, les secteurs de droite de la DC faisant pression sur l’équipe de direction en vue de renforcer l’alliance de l’opposition avec le PN, d’intensifier la participation et la mobilisation des masses, et même de commencer à envisager la destitution constitutionnelle, thèse rejetée dans un premier temps par une équipe à caractère centriste de tendance « progressiste » reconnue.

93Le projet de réformes constitutionnelles du Congrès ayant échoué à cause du refus du gouvernement de promulguer ces réformes parce que le texte ne contenait pas les veto formulés alors que le mouvement populaire avançait et consolidait le processus de réformes commencé par l’UP (ce qui signifiait, dans la pratique, la poursuite du processus de réquisitions, avec ou sans l’appui du gouvernement et indépendamment de l’état de la discussion du projet au Parlement), le PN continua à déployer la stratégie de la « désobéissance civile », rendant ainsi explicite son objectif d’obtenir un renversement constitutionnel du gouvernement. En même temps, le PL commençait à agiter politiquement et socialement le pays en vue d’un coup d’État militaire de type nationaliste ; cet appel n’aura pas de grandes répercussions sur les Forces Armées et sur les secteurs traditionnels de la droite encore partisans d’une issue constitutionnelle de la crise.

De la stratégie de déstabilisation à l’assaut final

94C’est à partir de décembre 1971 que la droite se propose ouvertement de renverser le gouvernement. Pour ce faire, elle commence à diffuser, à travers les médias qu’elle contrôle (El Mercurio, les revues ¿Qué pasa ? et Sepa, entre autres) un sentiment d’instabilité, de désordre, de soi-disant totalitarisme qui s’emparerait du pays et l’éventualité de la rupture avec la démocratie [Dooner, 1989, entre autres]. Mais c’est seulement lors de la grève d’octobre 1972 que les conditions sont réunies pour parler ouvertement d’une institutionnalité libérale « débordée par l’illégalité », « le chaos et le totalitarisme ». C’étaient là des causes qui justifiaient l’appel à la désobéissance civile et l’incitation à la destitution du gouvernement et, pourquoi pas, à son renversement par un coup d’État.

95En ce sens, la grève d’octobre 1972 a joué un rôle essentiel dans la stratégie de déstabilisation par la droite car c’est au cours de cette mobilisation qu’elle réussit à consolider l’alliance qui lui permettra de diriger politiquement aussi bien les organisations « gremiales » que les classes moyennes. Était alors atteinte une condition primordiale pour appliquer une stratégie contre-révolutionnaire : la cohésion de la classe dominante. Cela a été possible parce que la droite a pu construire un bloc d’opposition, uni dans une même identité, un même discours et une même action politique. Cela impliquait la consolidation préalable de l’alliance intra-classes qui était en gestation depuis « la reunión del mundo privado », le 2 décembre 1971, moment où le grand capital commençait à tisser les filets pour incorporer les petites et les moyennes entreprises et, surtout, la Confédération du Commerce de Détail et la Confédération de la Petite Industrie et de l’Artisanat (CONUPIA).

96C’est à ce moment-là que furent élaborés plans et structures pour initier l’opposition organisée, ce qui impliquait la mise au point d’un projet politique et économique qui serait la base du gouvernement qui remplacerait l’Unité populaire. Participaient à ce projet : Sergio de Castro, Sergio Undurraga et Emilio Sanfuentes. Le résultat en sera « El ladrillo » (le pavé), qui constituera plus tard le programme économique de la dictature de Pinochet.

97Même si la mobilisation d’octobre n’a pas réussi à s’étendre au-delà des secteurs bourgeois et de la classe moyenne, elle a eu une grande importance parce que c’est justement là que la droite parvint à incorporer une ­grande partie de la classe moyenne à une perspective de mobilisation contre le gouvernement. Cela fut rendu possible par les thèmes mis en avant – violation de la légalité et de l’ordre public, pénurie, etc. – sensibles pour un secteur qui, par ses caractéristiques culturelles, avait l’habitude de se sentir le centre d’une pratique de pouvoir partagé, basée sur la négociation et sur le caractère graduel du changement social.

98Dans l’atmosphère d’agitation qui secouait le pays, où les forces représentatives du peuple s’affrontaient aux représentations patronales et politiques de la classe dominante, la classe moyenne comprit la menace qui planait sur sa prééminence traditionnelle ou sur son rôle politique. À cela s’ajoutaient une tendance autoritaire et le rejet du désordre et de l’agitation. Derrière cet autoritarisme au sein de la classe moyenne chilienne, se trouvait une conception surannée des inégalités sociales, comme si elles étaient une donnée de la nature [Moulian et Garreton, op. cit., p. 100].

99Dès le début de la grève d’octobre s’étaient conjuguées deux stratégies : celle du PN, qui prétendait durcir le conflit en incitant à la grève générale, qui provoquerait la fin du gouvernement et, éventuellement, un coup militaire ; celle de la DC qui pensait encore pouvoir pousser l’UP à agir à l’intérieur des marges constitutionnelles et selon le jeu politique traditionnel. Mais, même si l’objectif de la grève d’octobre était de créer un mouvement de masses obligeant la DC à s’allier, pour éviter l’isolement de la droite et la perte de direction du bloc d’opposition [Moulian et Torres, op. cit., p. 25], le déroulement du conflit allait finalement démontrer que la stratégie politique de la droite l’emporterait sur les hésitations politiques de la DC. Cette tendance se maintiendra jusqu’à la fin de la période dans la mesure où, malgré les hésitations de la DC, le PN lui laissera toujours l’initiative politique et la conduite du conflit. Mais pour finir ce sera la DC qui s’adaptera aux lignes politiques et au plan stratégique tracé préalablement par la droite.

100Pour résumer, la grève d’octobre permit à la droite de parachever la constitution du bloc d’opposition car, pendant le conflit et dans les semaines qui suivirent, les contradictions internes de la large alliance politique et sociale qu’elle avait tissée contre l’Unité populaire purent être dépassées. Il s’agissait des controverses entre les fractions de classe à l’intérieur du groupe dominant, telles que l’incorporation de la petite et de la moyenne entreprise au conflit et de la soumission de la DC à la stratégie de mobilisation et d’agitation prônée par le bloc. Cependant, à la fin de l’année 1972, les principales contradictions étaient déjà dépassées, ce qui permettait, en vue de la déstabilisation du régime, d’aborder des thèmes d’une plus grande complexité stratégique, tels que l’hégémonie politique à l’intérieur du bloc, ses relations avec les Forces Armées ou avec certains secteurs de ces Forces, la relation avec le capital nord-américain et la structuration d’une unité stable et agissante en fonction d’un projet de société cohérent avec les intérêts de la classe dominante et ceux du grand capital international.

  • 35  Rappelons que, lors des élections municipales de 1971, même si les coalitions politiques qui ont m (...)

101Les élections parlementaires de mars 1973 furent considérées par tous comme un plébiscite. Pour la droite, c’était l’occasion de la destitution légale d’Allende par la voie d’une majorité dans le nouveau Congrès. Mais cet objectif ne sera pas atteint car les élections donnèrent comme résultat « le ballottage institutionnel ». L’Unité populaire perdait des voix par rapport aux élections municipales de 1971 mais elle réussissait à rester très au-dessus des votes obtenus lors des élections présidentielles35, malgré deux années de gouvernement marquées par la crise économique, la pénurie, la violence sociale et la grève d’octobre 1972. Le bloc d’opposition, pour sa part, réussit à atteindre son objectif – obtenir plus de 50 % des votes –, mais cela ne lui permit pas d’avoir les deux tiers nécessaires pour destituer Allende au moyen d’une « accusation constitutionnelle ». L’issue constitutionnelle étant écartée, n’importe quelle issue extra-institutionnelle allait être acceptée.

102Après les élections, le Parti national essaie de pousser la Démocratie chrétienne vers des positions plus dures par rapport à l’action du gouvernement. Pour ce faire, plusieurs accusations constitutionnelles de la part du PN vont se succéder au Parlement et ce parti obtient progressivement l’appui de la DC, sauf à un moment de difficulté extrême, lorsque les nationaux essaient d’accuser constitutionnellement tout le gouvernement. C’était trop en demander à la Démocratie chrétienne, qui n’était pas encore décidée à assumer une ligne de confrontation totale et de rupture avec le gouvernement de l’Unité populaire.

103Après les élections parlementaires de 1973, dans un contexte de ballottage institutionnel, l’action coordonnée des dirigeants politiques et patronaux a permis à la droite d’agir avec une force croissante, de manière presque toujours très déterminée, ce qui, quelques mois avant le coup d’État, a été fondamental dans sa stratégie de « désobéissance civile » et de déstabilisation du régime. Durant cette période, le discours de la droite contre l’UP se déroulera, pourrait-on dire, à quatre niveaux, articulés entre eux : a) avant tout, la défense du régime démocratique et de l’institutionnalité qui serait violée par « l’illégalité des actions de l’UP » ; b) la défense des libertés propres à l’État de droit que l’Unité populaire, dans « sa perspective totalitaire, s’acharnait à ignorer » ; c) la défense des travailleurs et, par conséquent, de la propriété privée et du droit illimité à l’accumulation de richesses et d) la défense de l’idée de nation, car la présence d’idéologies étrangères (le marxisme) étaient, soi-disant, en train de saper les bases mêmes de la « chilinité ».

104C’est cet ensemble d’éléments discursifs qui a permis à la droite de donner une cohésion politique à une large alliance de classes. Elle a réussi ainsi à s’enraciner dans la masse, ce qui, comme nous l’avons dit, a fait aboutir la stratégie de déstabilisation. L’objectif de ce discours était de « maintenir un état de haute politisation et d’idéologisation de la lutte politique, de telle façon que ces forces acquièrent la capacité nécessaire à la conduite du processus politique et soient dotées d’une clarté politique suffisante pour mener une action politique simultanée sur plusieurs fronts » [Varas, op. cit., p. 76].

105Le point culminant de cette stratégie a été la grève de « El Teniente », en avril 1973, qui a duré plus de deux mois. Comme il s’agissait de la production du cuivre, elle touchait directement les caisses et donc les intérêts de l’État. Pour la première fois, le bloc d’opposition et spécialement le mouvement « gremialista » – qui s’introduisit dans le mouvement gréviste par le biais des étudiants de l’Université catholique – réussissait à toucher, agiter et mobiliser les secteurs ouvriers, ce qui représentait un progrès stratégique fondamental par rapport à la grève d’octobre. Dans la pratique, cela signifiait le déclenchement de l’offensive finale contre le régime.

106Cependant, la crise finale du gouvernement de l’Unité populaire allait éclater à la suite du conflit entre le gouvernement et l’opposition au sujet des réformes constitutionnelles concernant les attributions de la Présidence dans la définition des trois domaines de l’économie. Le fait que le Tribunal Constitutionnel se déclare incompétent pour résoudre le conflit de pouvoirs entre la majorité parlementaire et l’Exécutif poussera l’opposition à essayer de promulguer les parties de la réforme constitutionnelle sur lesquelles il y avait un certain consensus, ce à quoi se refusait le gouvernement. Face à cela, l’opposition proposa de convoquer un plébiscite ; le gouvernement s’y opposa de nouveau, argumentant qu’un plébiscite destiné à voter une réforme qui excluait de la discussion les veto formulés contre la réforme par l’Exécutif était anticonstitutionnel. Ce refus fut utilisé par la droite pour déclarer le caractère illégal du gouvernement. Le PN s’enflammait :

« … l’attaque la plus flagrante à la Constitution est exprimée par le refus de M. Allende de promulguer la Réforme Constitutionnelle selon le texte approuvé par le Congrès ou de la soumettre au verdict du peuple au moyen d’un plébiscite… [On a] maintenant la preuve définitive que la validité de son mandat est terminée… Personne n’est obligé de respecter ni d’obéir à un gouvernement qui a cessé d’être légitime » [ibidem, p. 124].

107Quelques semaines plus tard, l’échec du deuxième cycle de pourparlers entre la Démocratie chrétienne et le gouvernement marque le commencement de la fin pour le gouvernement. Le 21 août, la droite réussit à franchir un pas décisif vers la déstabilisation et la destitution de l’Unité populaire. Ce jour-là, il obtient que la Chambre des Députés formule un vote politique dans lequel il est affirmé que le gouvernement a violé la Constitution et les lois. Même si le document fait ouvertement appel à la négociation et à l’entente avec le gouvernement, ce vote fournira une justification à la droite et au « mouvement putschiste » pour donner l’assaut final qui renversera l’Unité populaire.

108Finalement, avec la tentative infructueuse de réincorporer les militaires au gouvernement, puis la démission du général Prat du Commandement de l’Armée, le gouvernement perd la dernière ressource institutionnelle pour maintenir l’ordre interne dans le pays, stabiliser et légitimer son action et son maintien au pouvoir. La participation des militaires au gouvernement ainsi que le conflit social et politique que vivait le pays avaient fini par saper la cohésion politique et institutionnelle des différentes branches des Forces Armées. La division des corps armés en constitutionnalistes et putschistes était devenue un fait définitif.

109Dans ce contexte, « l’appel à la porte des casernes » fait par la droite rend le coup d’État imminent. Les déclarations faites quelques jours avant le coup d’État par les principaux représentants du secteur le démontrent. Le 4 septembre, Jorge Fontaine disait :

  • 36  Jorge Fontaine, entretien accordé au Mercurio le 4 septembre de 1973.

« Je suis convaincu que les Forces Armées ont une connaissance totale des problèmes politiques, économiques et sociaux qui touchent le pays. Je suis convaincu que les civils pourront renforcer, s’il en était besoin, les cadres techniques et administratifs exigés par l’action commune des militaires et des civils36. »

110L’idée de la fin d’un cycle apparaît comme évidente dans le discours de Jarpa, président du PN, qui, le 7 septembre, déclare :

  • 37  Déclaration du président du Parti national, Sergio O. Jarpa, au journal La Tribuna, le 7 septembre (...)

« Nous, qui avons participé à cette lutte, nous avons conscience qu’on ne peut pas revenir au passé. On ne pourrait imaginer une conception des choses plus maladroite que celle-ci. Le retour au passé impliquerait la répétition des erreurs et le rétablissement des facteurs qui ont conduit le Chili à la décadence, à la crise et à la situation tragique dans laquelle nous nous débattons… [De cette crise] naîtront une nouvelle institutionnalité et un nouveau concept de la politique et du service public37. »

111Le gouvernement a perdu tout appui institutionnel, il est confronté à une alliance de classes jamais vue dans l’histoire du Chili. Cette alliance a réussi à conduire avec succès chacune des luttes de cette période et, finalement, à rompre le caractère non délibérant des Forces Armées et à les faire sortir des casernes. Le coup d’État est devenu une avalanche qui, en quelques jours, se transformera en force incontrôlable. Le reste appartient déjà à l’Histoire.

Pour conclure : les limites de la démocratie libérale au Chili

112Le gouvernement d’Allende et de l’Unité populaire au Chili peut être interprété de différentes façons, contradictoires mêmes, selon le sujet considéré, les objectifs et le champ de lecture dans lequel on se situe. Nous avons essayé ici de décrire cette période afin de montrer la manière dont les secteurs dominants peuvent agir lorsqu’ils sentent qu’une menace pèse sur leurs intérêts. Cet exemple nous présente un fait essentiel : les limites de tout régime politique et de sa capacité à se maintenir lorsqu’il porte atteinte aux intérêts stratégiques du grand capital.

113En effet, l’analyse de la lutte politique durant la période de l’Unité populaire nous montre un exemple des limites de la démocratie libérale dans un pays comme le Chili. Cela nous permet de conclure que le cadre institutionnel libéral qui a existé dans notre pays tout au long de l’histoire a empêché la pleine démocratisation de la société. Tous les projets de transformation qui ont emprunté cette direction ont été déstabilisés par les forces conservatrices. Autrement dit, si nous tenons compte de l’expérience vécue par l’Unité populaire et si nous y ajoutons les tensions que vivait le système politique depuis le gouvernement de Frei, nous pouvons affirmer sans hésiter que l’ordre institutionnel politique a toujours été réfractaire aux changements. Cela s’exprime, par exemple, dans sa réticence à démocratiser les bénéfices économiques et sociaux que la vie en société peut offrir à tous ceux qui en font partie.

114Cela montre un double discours de la classe dominante chilienne et de ses représentations politiques. Elles acceptent de participer au jeu démocratique libéral dans la mesure où ses intérêts de classe ne sont pas touchés. Si cela arrive – comme cela a été le cas sous l’Unité populaire, et comme cela est arrivé à d’autres moments moins sanglants de l’histoire chilienne –, la classe dominante passe au-dessus de l’ordre institutionnel libéral afin de créer les conditions pour élaborer un cadre institutionnel qui lui assure son maintien et sa permanence au pouvoir, c’est-à-dire un modèle de société capitaliste, autoritaire, hiérarchisé et apolitique.

115Sont ainsi mises en évidence la continuité historique de la pensée conservatrice dans la classe dominante chilienne et sa méfiance vis-à-vis de la démocratie libérale et des institutions qui incarnent ce modèle politique. La droite chilienne a toujours tenu, comme elle le fait encore aujourd’hui, des discours contre « la politique » et « les politiciens » ; elle a toujours pris ses distances par rapport à la discussion politique et à la participation des citoyens au débat sur leurs conditions objectives de vie. Durant l’Unité populaire, ce rejet de la vie politique se manifestait dans leur discours contre le système des partis, affirmant qu’il fallait les remplacer par des organismes intermédiaires qui, soucieux seulement de leurs revendications « gremiales », enrichiraient la vie sociale sans discussion politique et, par conséquent, sans risque de remettre en question l’exercice concret du pouvoir. Aujourd’hui, le rejet de la vie politique libérale est évident dans le discours contre les « politiciens » et, s’il est vrai qu’on ne parle plus d’organismes intermédiaires, on fait appel au même principe de dépolitisation de la société lorsqu’on appelle à « l’engagement en faveur des problèmes réels des gens ».

116Il est bien connu que la démocratie libérale est un compromis institutionnel qui vise la défense d’un régime de propriété, défini par la notion morale d’une richesse associée à l’intérêt individuel. Lorsque ce régime est remis en question, l’instrument politico-juridique perd son utilité et il est remplacé par un autre qui assure mieux la reproduction de ce régime. Or le gouvernement de l’Unité populaire a été l’expression de l’épuisement d’un régime politique spécifique dont la gestation, au Chili, remonte à l’époque des gouvernements radicaux (1938-1952). Il commence à s’user sous le gouvernement de Frei. Le coup ­d’État­ et la contre-révolution provoquée par la dictature pinochétiste ont instauré un autre engrenage institutionnel qui, basé sur l’autoritarisme politique, a reproduit les mêmes valeurs concernant la richesse et la propriété qui existaient jusqu’à l’époque du gouvernement démocrate chrétien, vers 1964.

117C’est la définition morale de la richesse et de la propriété qui, en dernière instance, définit un gouvernement face à un autre. Au Chili, la classe dominante a historiquement opté pour un régime qui consacre le droit illimité à l’accumulation de richesses et de propriétés. Elle a toujours su que cela s’obtenait par un gouvernement autoritaire et excluant. Mais il lui a fallu négocier cet ensemble de valeurs avec des forces réformistes qui l’ont poussée, en permanence, à évoluer dans un compromis institutionnel de type libéral, ce qu’elle a accepté, même si cela ne lui plaisait pas trop, comme une nécessité stratégique pour sa survie.

118Le conservatisme de la classe dominante chilienne a toujours accepté le caractère libéral du système politique mais il s’est opposé – et s’opposera toujours – à tout processus de modernisation qui irait dans un sens contraire à ses intérêts ou qui diminuerait ses taux historiques de bénéfice. En ce sens, la droite, comme à l’époque de l’Unité populaire, arbore la défense de l’État de Droit et de la société libérale comme une nécessité politico-tactique, mais elle se sent plus proche de la société conservatrice, fondée, comme le dit Fontaine, sur la discipline, l’ordre et la hiérarchie.

Haut de page

Bibliographie

Araya Ernesto, Benavente Andrés, « La derecha política chilena y el regimen militar 1973-1981 », Document de travail, Instituto Chileno de Estudios Humanísticos, Santiago, 1981.

Benavente Andrés, Consideraciones en torno a la derecha política, Instituto Chileno de Estudios Humanísticos, Santiago, s/f. p. 10-11.

Campero Guillermo, Los gremios empresariales en el período 1970-1983, Santiago, ILET, 1984.

Correa Sofía, « La derecha en el Chile contemporáneo : la perdida del control estatal », in Revista de Ciencia Política, vol. XI, n° 1, Santiago, 1989, p. 16.

Cristi Renato, El pensamiento político de Jaime Guzmán. Autoridad y Libertad, Santiago, LOM Ediciones, 2000.

Dooner Patricio, Periodismo y política. La prensa política en Chile 19701973, Santiago, Editorial Andante, 1989.

El Mercurio de 1970 à 1973.

Fontaine Aldunate Arturo, Gonzalez Pino Mario, « La historia reciente de Chile a través de “La Semana Política” de El Mercurio », in Revista Estudios Públicos, n° 46, Santiago, 1992, p. 365.

Fontaine Jorge, « La responsabilidad de los hombres libres », El Mercurio, 14 mars 1973, p. 2.

Guzmán Jaime, « Democracia y Libertad, ¿son lo mismo ? » in Revista Ercilla, 18 juillet 1978.

Harbour William, El Pensamiento Conservador, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano, 1985, p. 16.

Moulian Tomás, Torres Dujisin Isabel, « La derecha en Chile : Evolución histórica y proyecciones a futuro », documento de trabajo, n° 22, Santiago, Centro de Estudios del Desarrollo, 1985, p. 21.

Moulian Tomás, « El gobierno militar : modernización y revolución », document de travail, n° 23, Santiago‑FLACSO, 1992.

Rodriguez Grez Pablo, Manifiesto Nacionalista, Santiago, Imprenta Biobío, 1971, p. 25.

Ruiz Carlos, « Tendencias del pensamiento político de la derecha chilena » in El discurso de la derecha chilena, José Fernando García (Ed.), Santiago Cerc-Cesoc, 1992.

Varas Augusto, La dinámica política de la oposición durante el gobierno de la Unidad Popular, document de travail, Santiago, FLACSO, 1977.

Walker Rodriguez Bernardita, El Partido Nacional : 1966-1969, mémoire de licence en histoire, PUC, Santiago, 1995, p. 79.

Haut de page

Notes

1 Jorge Fontaine, « La responsabilidad de los hombres libres », El Mercurio, 14 mars 1973, p. 2.

2 Ce pourcentage de 12,5 % se partage ainsi : 5,2 % pour le Parti conservateur et 7,3 % pour le Parti libéral.

3 Mario Arellano cité par Bernardita Walker Rodriguez [1995, p. 79].

4 Partido Nacional, Fundamentos Doctrinarios y Programáticos, sans référence concernant la maison d’édition, Santiago, 1966, p. 1.

5 Entretien accordé au journal El Mercurio, le 31 août 1980 ; cité par Araya y Benavente, p. 356.

6 Jorge Alessandri cité par Andrés Benavente [s/f. p. 10-11].

7 Déclaration du Parti national annonçant sa position vis-à-vis du nouveau régime, El Mercurio, 15 septembre 1973.

8 Circulaire de la Confédération de la Production et du Commerce publiée dans El Mercurio, le 21 avril 1970.

9 Déclaration de la Société de Développement Industriel du 16 décembre 1969, citée par Augusto Varas [1977, p. 29].

10 Congrès national de la CPC, 18 janvier 1971, cité par Varas, op. cit., p. 68.

11 El Mercurio, « Análisis del proyecto del Ejecutivo sobre las tres áreas de la economía », 17 novembre 1971.

12 Pour approfondir l’analyse du discours des élites entrepreneuriales de l’époque, voir Campero [1984, p. 78].

13 Orlando Saenz, Discours prononcé à la 88ª de la « Junta General Ordinaria de Socios de la Sociedad de Fomento Fabril », cité par Varas, op. cit., p. 15.

14 Discours de Orlando Saenz in le « VIIe Congreso de la Asociación de Industriales Latinoamericanos », El Mercurio, 24 mars 1972.

15 Jaime Guzman, entretien paru in Revista Qué Pasa, 9 de Septembre 1976, cité par Araya et Benavente, op. cit., p 55.

16 Voir Jaime Guzmán : « El gremialismo y su postura universitaria en 27 preguntas y respuestas », in www.fjguzman.cl.

17 Jaime Guzmán, « Resurgimiento del Gremialismo », Journal La Segunda, 2 août 1988.

18 Pour approfondir la conception « gremialista » de la démocratie et spécialement celle de Jaime Guzmán, voir Renato Cristi [2000].

19 Arturo Fontaine Aldunate, cité par Varas, op. cit., p. 56.

20 Editorial de la revue Patria y Libertad, cité par Ernesto Araya et Andrés Benavente, 1981, p. 68.

21 Entretien accordé par Pablo Rodriguez, paru in Revista Cosas, juillet 1981.

22 Hermógenes Perez de Arce, cité par Arturo Fontaine Aldunate et Mario Gonzalez Pino [1992, p. 365].

23 Fernando Reyes Matta, cité dans Fontaine Aldunate et Gonzalez Pino, op. cit., p. 365-366.

24 El Mercurio, « Democracia y Organismos intermedios », Semaine politique du 20 octobre 1970.

25 El Mercurio, « El poder se desplaza », Semaine politique du 15 avril 1973, cité par Araya et Benavente, op. cit., p. 79.

26 El Mercurio, « La línea de los gremio », Semaine Politique du 26 août 1973.

27 El Mercurio, « Descentralización y democracia », Semaine Politique du 7 avril 1974. Pour approfondir la question voir Araya et Benavente, op. cit.

28 Voir « Los “generales civiles” del golpe », in Revista Siete + 7, 1er février 2001.

29 El Mercurio, 11 septembre 1970.

30 Évidemment, la Démocratie chrétienne parlait de transformation et de changement à l’intérieur des paramètres que l’institutionnalité libérale permettrait. La DC maintiendra cette ligne, même lorsque, en 1971, elle appellera à construire le « Socialisme Communautaire ».  

31 El Mercurio, 20 septembre 1970.

32 Des élections dans lesquelles les partis groupés dans l’Unité populaire obtiennent 50,86 % des votes. Le Parti communiste obtient 17,11 %, le Parti socialiste 22,67 %, le Parti Radical 8,16 % et les petits groupements obtiennent autour de 3,5 %. Le Parti démocrate-chrétien, lui, obtient 26,15% des votes et le Parti national 18,41 %.

33 Rappelons que, lors des élections parlementaires de 1969, le Parti national avait obtenu 20 % des votes et qu’aux élections municipales de 1971, les votes ne sont plus qu’à 18,41 %.

34  Sergio O. Jarpa, in El Mercurio du 19 octobre 1970.

35  Rappelons que, lors des élections municipales de 1971, même si les coalitions politiques qui ont marqué cette période n’étaient pas définitivement constituées, l’addition des votes par parti montre que l’UP a obtenu 50,86 % alors que le bloc d’opposition a obtenu 49,14 %. Lors des élections parlementaires de 1973, les blocs politiques étant en pleine action, l’UP a obtenu 43,3 % des votes, contre 54,7 % de la Confédération Démocratique, CODE.

36  Jorge Fontaine, entretien accordé au Mercurio le 4 septembre de 1973.

37  Déclaration du président du Parti national, Sergio O. Jarpa, au journal La Tribuna, le 7 septembre de 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodrigo Contreras Osorio, « La chute de l’Unité populaire au Chili : une offensive conservatrice modèle », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 135-171.

Référence électronique

Rodrigo Contreras Osorio, « La chute de l’Unité populaire au Chili : une offensive conservatrice modèle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/1419 ; DOI : 10.4000/cal.1419

Haut de page

Auteur

Rodrigo Contreras Osorio

Rodrigo Contreras Osorio est docteur en sociologie (EHESS-Paris) et spécialiste de l’Amérique latine. Il est consultant pour le Programme de gestion des transformations sociales, MOST-UNESCO. Il a publié La dictature de Pinochet en perspective, La Gauche au pouvoir en Amérique latine (L’Harmattan, 2007) et également à L’Harmattan, en 2009, Les limites du libéralisme latino-américain.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org