Navigation – Plan du site
Dossier. L’Amérique centrale au xxie siècle

La reconversion militante des acteurs politico-militaires : une remobilisation ambiguë au lendemain des guerres internes (Nicaragua-Salvador)

Benjamin Moallic
p. 59-76

Résumés

Au début des années 1990, la chute du régime sandiniste au Nicaragua et la ratification des accords de paix salvadoriens mettent fin à plusieurs décennies de guerres internes. L’heure est alors aux démobilisations et à la réinsertion des acteurs politico-militaires. Hier guérilleros révolutionnaires du FMLN ou cadres du parti-État sandiniste, nombreux sont ceux qui aujourd’hui se retrouvent à la tête d’ONG de développement, d’associations humanitaires ou encore de mouvements indigènes. Leurs trajectoires sont alors représentatives de « remobilisations » ambiguës, à mi-chemin entre reconversion de schèmes politico-militaires et conversion démocratique. Il convient donc de nous demander quels rôles ont joués ces organisations dans la reconversion des acteurs armés et la reconfiguration de leurs pratiques politiques au lendemain des affrontements armés au Salvador et au Nicaragua ?

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Nicaragua, Salvador
Haut de page

Notes de l’auteur

Les observations et analyses de cette étude ont été recueillies au cours de différents travaux de terrains menés auprès d’organisations indigènes et d’associations de développement de la région de Matagalpa, au Nicaragua, entre 2003 et 2005. Cette première enquête s’est ensuite poursuivie au Salvador auprès d’ONG humanitaires depuis 2006. Ces observations proviennent d’entretiens réalisés avec d’ex-guérilleros du FMLN et des cadres locaux du FSLN devenus dirigeants de ces organisations.

Texte intégral

Introduction

1En mars 1988, contras et sandinistes signent un accord de cessez-le-feu à Sapoa qui trouvera sa conclusion avec la démobilisation des 23 000 combattants de la Résistance nicaraguayenne et des 80 000 soldats de l’Armée Populaire Sandiniste au lendemain des élections de février 1990 remportées par l’Union Nacional Opositora (UNO) de Violeta Chamorro. Les négociations de paix établiront des programmes de réinsertion pour les démobilisés de chaque camp et leurs dépendants, prévoyant répartition de terres, indemnisations, relogements, postes publics et quotas au sein de la nouvelle armée nicaraguayenne [Child, 1992]. Mais la passation du pouvoir s’accompagne également de l’adoption d’une série de mesures qui remettent en cause les structures de dépendance instaurées au cours de l’ère sandiniste : réduction drastique des fonctionnaires de l’ancien État révolutionnaire, contre-réforme agraire, politique d’hostilité vis-à-vis des organisations de masse sandinistes. Mesures nationales auxquelles -s’ajoutent les mêmes directives dans la plupart des municipalités passées au même moment entre les mains de l’opposition anti-sandiniste. C’est dire si la chute du régime sandiniste touche tout autant un ensemble de fonctionnaires municipaux, de dirigeants des organisations de masse, de cadres locaux du parti-État, de paysans bénéficiaires de la réforme agraire et d’exploitants réunis en coopératives ou travaillant sur les surfaces agricoles nationalisées par le régime.

  • 1 Sur la légalisation du FMLN et sa réinsertion politique on se reportera aux travaux de David Gariba (...)

2Quant au Salvador, les accords de paix de Chapultepec, ratifiés en 1992 entre le gouvernement et les commandants guérilleros du Front Farabundo Marti pour la Libération Nationale (FMLN), mettent fin à plus d’une décennie d’affrontements armés. Aux termes du processus de paix, 8 000 combattants du FMLN et 6 450 membres qualifiés de « non-combattants blessés » et « politiciens » sont démobilisés [Spencer, 1997]. Les initiatives de « reconstruction nationale » déployées sous l’égide de l’ONU s’attachent en premier lieu à la réorganisation de la scène politique et à la réinsertion des démobilisés. Plus de 20 % des effectifs de la nouvelle police nationale et une majorité des postes de la police muni-ci-pale sont ainsi destinés aux ex-combattants du FMLN [Stanley, 1997]. D’autre part, la légalisation du parti de gauche a pourvu ses cadres moyens et commandants1 de postes administratifs et politiques. Enfin, les programmes de réinsertion ont bénéficié à 14 619 combattants, cadres ou soutiens du FMLN et 41 343 « civils » en termes de redistribution de terres, de microcrédits ou de formations [Rodriguez, 1995].

  • 2 Ces recherches ont été réalisées dans le cadre de travaux universitaires à l’IHEAL. Rôles et interv (...)
  • 3 La notion de « reconversion militante » rend compte de pratiques de passage ou de ruptures d’une po (...)

3Pourtant, si les trajectoires des démobilisés et dépendants des acteurs armés de ces deux pays ont généralement suivi les voies tracées par les programmes de réinsertion gouvernementaux et internationaux, certains d’entre eux se sont orientées vers la constitution d’ONG, d’associations, de fondations ou de nouveaux mouvements sociaux. De fait, un premier travail de terrain réalisé dans la région de Matagalpa, au Centre-Nord du Nicaragua, m’avait mené à questionner ces dynamiques de repositionnement du sandinisme vers de nouveaux mouvements ethniques. Nombre de dirigeants des organisations indigènes de ce département provenaient alors de structures locales du parti-État sandiniste. Par la suite, mes recherches m’ont conduit à étudier plusieurs ONG salvadoriennes, ce qui m’a mené à un même constat. Là encore, les dirigeants et les membres étaient issus de la guérilla du FMLN2. Ceux-là mêmes qui, la veille, participaient à une geste révolutionnaire se retrouvaient donc alors à la tête d’un ensemble d’organisations humanitaires, ethniques ou de développement, démontrant ce faisant leur inscription dans des stratégies de « reconversion militante » et des formes de remobilisation politique3.

4Comment, alors, analyser cette reconversion des acteurs politico-militaires nicaraguayens et salvadoriens au sein d’organisations se réclamant de la « société civile » ? Lieux d’adaptation et de stratégies prosaïques, nouvelles structures d’opportunité ou moyens de continuer une lutte inachevée ? Quel sens ces espaces ont-ils revêtu au moment de la chute du régime sandiniste et des accords de paix au Salvador ? Dans quelle mesure l’investissement de ces organisations s’est-il accompagné de la remobilisation de ressources et de représentations politico-militaires ou de l’adoption de nouvelles identités et pratiques démocratiques ? Comment, enfin, décrire ces formes de remobilisations ambiguës et leurs usages politiques au sein des nouvelles démocraties salvadoriennes et nicaraguayennes ?

  • 4 La notion de « stratégie de reconversion », parfois évoquée sous les termes de stratégie de reprodu (...)
  • 5 Le concept de « désincorporation » est emprunté à Claude Lefort [1981] et a été mis à profit par Gi (...)

5La formulation de ces questions répond à la nécessité d’appréhender les « processus de réinsertion » non seulement comme de simples démobilisations, mais aussi comme une reformulation des engagements militants et de modus vivendi acquis au milieu de contextes guerriers. Face à la déstructuration de ces derniers, les acteurs politico-militaires ont en effet déployé un ensemble de « stratégies de reconversions » qui s’insèrent dans une réinvention des formes du politique4. Nous montrerons tour à tour comment ces organisations ethniques ou humanitaires ont permis aux acteurs politico-militaires qui les investissaient de reconvertir un ensemble de capitaux et de ressources acquis durant ou avant la guerre. Ces structures d’opportunités ont alors donné lieu à un ensemble de stratégies plus ou moins prosaïques de remobilisation de réseaux, de relations de pouvoirs et de remise au goût du jour de schèmes d’action et de représentation en vigueur pendant les périodes de guerre. Nous montrerons par la suite comment, depuis ces espaces, ces acteurs se sont vus pris dans un ensemble de mécanismes de professionnalisation, de « désincorporation » et de conversion démocratique5. De même, ils contribueront à appuyer ces processus en produisant un nouveau regard sur les affrontements armés par lequel ils se redéfinissent en tant que civils. Participant ainsi de l’invention d’une « société civile », depuis laquelle réinscrire le rôle d’expert-militant qu’ils se forgent, ces acteurs s’insèrent finalement au sein de scènes politiques où s’expriment les contradictions de leurs propres reconversions.

Mise en place d’un nouveau contexte

Entre adaptations prosaïques et réarticulation des liens de dépendance

6L’installation d’un mouvement indigène dans la région de Matagalpa s’inscrit inévitablement au cœur d’une remise en cause des liens de dépendance entre les localités sandinistes et le pouvoir révolutionnaire. Les acteurs qui investissent ces organisations sont principalement d’anciens cadres locaux à la tête de l’important maillage organisationnel tissé par le parti-État sandiniste dans ce département [Santana, 1988, p. 69-70]. Or il s’agit d’une région où l’UNO réalise un de ses meilleurs scores (57,58 % des voix pour les départements de Matagalpa et Jinotega) et nombre de municipalités se voient conquises par le parti anti-sandiniste [Bataillon, 1993a]. De plus, le pouvoir révolutionnaire y avait appuyé la formation de coopératives, la production du café et l’implantation de petites industries d’agro-exportation, financées pour plusieurs d’entre elles par des pays d’Europe de l’Est. Au lendemain de la défaite électorale des sandinistes, cette région est non seulement ébranlée par la chute des cours du café, mais également par les politiques de contre-réforme agraire et d’abandon des projets d’industrialisation soutenus par les ex-pays de l’URSS. Situation de détérioration économique à laquelle s’ajoute la remise en cause des catégories d’accès aux ressources foncières. L’accès à la terre était alors directement organisé par l’État au travers de la réforme agraire. Les revendications foncières détenaient leur efficacité d’une formulation en termes de « droit à la terre » impliquant un double processus de « paysannisation » et d’adhésion aux organisations de masse sandiniste [Hoffmann, 2001]. Ces dernières sont présentes à chaque étape de la réforme agraire et représentent un passage obligé pour qui veut bénéficier des politiques menées par le régime [Prigent, 1987 ; Santana, 1988]. Ce département est donc tout à la fois traversé par une déstructuration des catégories légitimes d’accès aux ressources foncières et par la dispute des « avantages » acquis à l’ombre de la Révolution par le retour des anciens propriétaires ou la concurrence des démobilisés [Marti I Puig, 2000].

7Dans ce contexte, les organisations indigènes constituent autant d’espaces à partir desquels sont réarticulées les catégories politiques d’accès aux ressources économiques. Ceux qui s’en réclament se dotent ainsi d’une nouvelle légitimité face à la question d’accès à la terre et plus généralement à l’ouverture de nouveaux « créneaux de développement ». Outre un contexte international favorable, cette efficacité s’appuie amplement sur la reconnaissance constitutionnelle du caractère « multiethnique » de la nation nicaraguayenne et des droits territoriaux octroyés par la Carta Magna de 1987. Cette nouvelle légitimité s’exprime désormais au travers d’une « reconnaissance territoriale » concédée par l’État aux organisations indigènes. Titres royaux ou revendications d’une « descendance de fait » à l’appui, les nouveaux leaders indigènes se voient concéder un droit -d’administration du territoire reconnu. Depuis les organisations du mouvement indigène, ceux-ci gèrent la répartition de terres à leurs affiliés et la collecte d’impôts sur les surfaces exploitées ou urbanisées. Ces droits de gestion territoriale permettent ainsi d’assurer leurs stratégies d’accès aux ressources locales, tout en renouant avec leurs anciens rôles politiques. D’autre part ces organisations offrent un ensemble de postes de direction et de représentation rémunérés. Autour de ce réseau gravite un mode de répartition individuelle et largement clientéliste des terres. Non seulement plusieurs des dirigeants ont directement bénéficié de ces répartitions, mais les modalités de redistribution ont supposé un processus de réaffiliation étroitement contrôlé par ces mêmes acteurs. On observe ainsi une surreprésentation de bénéficiaires provenant d’espaces acquis au sandinisme et auxquels les attachent des liens de dépendance communautaire. D’autre part, ces organisations deviennent de véritables agents du développement local, cédant des terrains pour l’urbanisation ou la construction d’écoles, de cliniques ou d’églises. Elles-mêmes sont pourvues de modestes cliniques ravitaillées en médicaments par l’aide internationale ou, à l’image des mairies, elles répartissent sacs d’engrais, petits équipements de sports ou se chargent des funérailles d’un membre de la communauté. Ce faisant, les anciens cadres sandinistes renouent avec des rôles de courroie de répartition que la déstructuration des liens de dépendance avec le pouvoir sandiniste avaient remis en cause. Pratiques qui remettent au goût du jour d’anciennes divisions en sous-cultures politiques, tout autant que des stratégies plus prosaïques de maintien de réseaux clientélistes, voire même de formes d’enrichissement personnel.

Émergence de nouvelles opportunités

8Par ailleurs, les processus de paix se sont accompagnés de nouvelles opportunités favorisant l’émergence d’un ensemble d’activités humanitaires et d’organisations en charge de leurs réalisations. À la tête de nombre d’ONG et d’associations humanitaires salvadoriennes se retrouvent des médecins de cliniques clandestines, représentants diplomatiques du FMLN, chefs de commandos, prêtres guérilleros ou brigadistes internationalistes. Ceux-ci se caractérisent d’abord par une certaine distance vis-à-vis des structures proprement militaires et n’ont que dans de très rares cas bénéficié des programmes de réinsertion. Leur origine étrangère ou une présence prolongée à Cuba ou au Nicaragua, nouant des contacts avec l’extérieur pour le FMLN, représente autant d’atouts prompts à être mis en valeur afin de remobiliser des réseaux de financement autrefois destinés à la guerre. D’autre part, ils possédaient au moment de leur engagement une formation universitaire en médecine, en sciences sociales, en droit ou en journalisme. Bagages mis à profit par les organisations politico-militaires au sein de leurs organes de propagande, de représentation ou d’assistance médicale, puis réengagés dans leurs reconversions. Ces médecins investiront des ONG de droit à la santé ; sociologues et juristes entreront dans le monde universitaire ; quant aux journalistes, ils s’orienteront vers la presse, la radio ou la constitution de musées sur la guerre. C’est dire si ces capitaux culturels et sociaux, bien plus que leur propre incorporation politico-militaire, joueront un rôle décisif au cours de leurs reconversions.

9Ces ressources sont alors mobilisées dans un contexte qui se redéfinit en termes humanitaires. D’une part, ce pays doit faire face au retour massif de réfugiés et aux flux internes provoqués par les déplacements de populations [Stein, 1997]. D’autre part, la démobilisation définitive des groupes armés est soumise aussi bien à l’élucidation des crimes de guerre, à l’organisation d’élections libres et de garanties en matière de sécurité, qu’à l’obtention d’indemnités et d’aides à la réinsertion. Cette situation d’urgence suppose d’abord l’entrée de mannes financières provenant de la coopération et de l’aide à la reconstruction. De plus, organismes internationaux et ONG étrangères s’appuieront sur des contacts locaux, souvent issus des rangs de la guérilla, facilitant le travail auprès des populations bénéficiaires, elles-mêmes proches du FMLN. Tel sera le cas de Médecins du Monde qui travaillera de concert avec d’anciens médecins du FMLN, lesquels reprendront les activités de l’ONG une fois sa sortie définitive du territoire. En parallèle, des organisations locales sont créées afin de capter des fonds externes ou de redistribuer les ressources destinées aux démobilisés de chaque camp. Ainsi le FMLN sera à l’origine de la constitution de plusieurs fondations et associations en charge d’assister ses dépendants, qui offriront des « niches » pour nos acteurs. Enfin, plusieurs guérilleros fondent leurs organisations autour de thématiques émergentes telles que le féminisme ou les droits de l’homme, menant leurs activités au nom de l’exclusion des femmes des programmes de réinsertion, de la recherche des disparus, de l’attention médico-psychologique aux traumatisés de la guerre ou de la formation professionnelle des démobilisés. La redéfinition du contexte salvadorien en termes -d’urgence humanitaire et de reconstruction nationale offrira ainsi de nouvelles opportunités rapidement investies par les acteurs politico-militaires.

Entre reconversion du politico-militaire…

Remobilisation des anciens réseaux et nouveaux ajustements

10Ces passages vers le développement ou l’humanitaire font alors l’objet d’une transformation des ressources acquises avant ou au cours des affrontements armés. Ces stratégies s’appuient en premier lieu sur la remobilisation de réseaux tissés pendant la guerre. Tel est le cas de plusieurs associations de la vallée de Sébaco, dans le département de Matagalpa, appuyant leurs projets de développement en jouant à la fois la carte de la Révolution et celle du néo-indigénisme. Nous avons vu comment d’anciens cadres locaux du parti-État sandiniste avaient reconduit un rôle d’intermédiaire communautaire en investissant des organisations indigènes. Pour ce faire, ils remobilisent un ensemble de réseaux construits au détour des élans de sympathie et de solidarité suscités par la Révolution sandiniste. Durant les années 1980, ces associations sandinistes avaient bénéficié d’un appui substantiel de la part de comités de solidarité et de municipalités communistes françaises. Ce réseau s’est, par la suite, maintenu autour de la thématique du sauvetage des acquis de la Révolution. Les associations locales ont ainsi capté des fonds afin d’éponger les dettes de coopératives, de maintenir et de restaurer des infrastructures scolaires ou de santé, soutenues auparavant par le régime.

  • 6 Sur ces dynamiques de transformation de la solidarité en France, voir les travaux d’Annie Collovald (...)

11Ces liens seront pourtant modifiés par la mutation du regard des partenaires français sur la solidarité internationale. Certes ces anciens internationalistes inscrivent leurs actions au titre d’une continuité de leurs engagements politiques passés et des liens affectifs auparavant noués avec ces révolutionnaires nicaraguayens. Mais ils démontrent tout à la fois un nouveau souci d’efficacité qui s’exprime autant dans un effort de réallocation ciblée de leurs ressources que dans un nouveau type d’interventions. Prenant peu à peu des distances avec, dans un premier temps l’appui à la Révolution, ensuite le sauvetage de l’héritage sandiniste, ils s’orientent vers une conception plus « durable » de tourisme solidaire, d’échange de savoir-faire ou de projets d’agriculture organique6. Cette transformation du regard sur la nature des liens qui unit ce réseau franco-nicaraguayen fait écho à une dynamique d’« ongéisation » des comités de solidarité ou de jumelage. Ceux-ci rompent en effet leurs relations organiques avec leurs mairies pour se constituer en association. S’insérant dans les politiques de jeunesse de leurs villes, ces nouvelles associations obtiennent ainsi les subventions nécessaires pour leurs actions. Dépendantes de ce nouveau public de « jeunes », leurs propres ressources financières ou humaines se voient soumises à la démonstration d’un souci de conscientisation de ces « jeunes » sur les valeurs de la solidarité et les réalités du tiers-monde à faire valoir devant leurs bailleurs et adhérents potentiels. C’est pourquoi ces organisations se sont peu à peu constituées en chantres du tourisme solidaire et se spécialisent dans l’envoi de « jeunes de banlieue » sur des projets d’électrification, d’agriculture bio ou de prévention de la violence.

12Face à ces transformations de leur réseau d’appuis, les sandinistes reconvertis dans le développement ont déployé des stratégies de réajustement identitaire. Sans rompre avec leur passé révolutionnaire, ils recomposent un capital ethnique qui s’adresse en premier lieu aux nouvelles priorités de leurs partenaires bailleurs. S’appuyant sur la revendication de cette double identité et un site archéologique, les organisations locales ont obtenu des financements pour la construction et l’administration d’un micromusée précolombien. Promus au rang de clé de voûte d’un nouveau mode de développement fondé sur le tourisme solidaire, les partenaires nicaraguayens y voient également l’occasion de se doter d’une ressource permettant la réaffirmation d’une sous-culture sandiniste et la reformulation d’une polarité quasi guerrière contre l’autorité municipale aux mains des libéraux depuis la fin de la guerre civile.

Reconversion d’anciennes modalités politico-militaires

  • 7 Le projet de micromusée comme d’autres projets agricoles ont fait l’objet de détournements de fonds (...)

13Peu soucieux du développement d’un tourisme trop rare et incertain, nos acteurs reconvertis mobilisent donc leurs réseaux internationaux à partir de logiques plus prosaïques et politiques7. En ce sens, le projet de musée est avant tout soumis à une logique de reproduction d’une lutte de prétentions qui n’est pas sans rappeler les schèmes du combat ami/ennemi en vigueur tant pendant la guerre anti-somoziste que durant la guerre civile entre sandinistes et contras. En effet, le musée exhibe à la fois les traces d’une ancestralité indigène et des luttes syndico-révolutionnaires menées dans la localité, tout en établissant une continuité entre les deux. En ce sens, il n’est autre qu’un capital de légitimité sanctionné « scientifiquement » par des universitaires nationaux ou étrangers liés au projet. Arme qui leur permet ainsi d’appuyer leurs luttes juridiques face à une municipalité qui méconnaît leurs revendications territoriales et leurs prétentions à incarner une administration publique parallèle au nom d’une descendance indigène « muséographiée ».

14Plus encore, la continuité spatio-temporelle entre luttes indigènes et révolutionnaires, mise en scène par le musée, permet de reconnaître une collusion ethnico-sandiniste inscrite au cœur des nouvelles positions construites par ces acteurs. Légitimité qui est alors l’occasion de remettre au goût du jour une polarisation politique entre sous-cultures sandiniste et libérale. Cette polarisation détermine un partage des interventions clientélistes de chaque institution suivant des critères géographiques et partisans. Sous couvert d’une opposition indigène/ladino et de sa construction comme synonyme d’une dichotomie sandiniste/libéral, ces acteurs reconduisent un schème de représentation ami/ennemi, réinscrit au titre d’une confrontation entre mairie libérale et organisation ethnico-sandiniste. Conception guerrière qui se traduit par des pratiques de cooptation, de manipulation électorale, d’attaque juridique ou de démonstration de force par l’occupation des locaux de ces institutions. Mais qui s’exprime aussi dans des affrontements hautement symboliques, notamment au travers de l’organisation de matchs de football, au cours desquels les équipes de chaque organisation, à la fois représentant un quartier et rattachées à une figure partisane locale leur fournissant maillots et équipements, simulent l’ancrage de sous-cultures politiques, tout comme leur combat ami/ennemi. C’est dire si ces organisations se réclamant d’une société « civile » sont aussi des lieux de reconduction de pratiques politiques et d’identités partisanes à la croisée du militantisme et du militarisme.

15Le fait que ces organisations investies au lendemain des accords de paix soient peu structurées a en effet permis le réaménagement de schèmes de représentation communs aux symboliques militaires et militantes. Ainsi en est-il de la notion de « sacrifice », maintes fois revendiquée par ces dirigeants, qui réaffirment ainsi une vision holiste de l’engagement désintéressé, du don de soi patriotique et de priorité de « la cause » sur le bien-être personnel ou familial. Soulignant l’incertitude des rémunérations, la diminution des fonds de coopération et la précarité de leurs situations familiales, ceux-ci établissent une permanence entre leur engagement hier révolutionnaire, aujourd’hui humanitaire. Par ailleurs, les catégories humanitaires et développementistes sont largement empreintes d’une rhétorique et d’une praxis militaires. Les termes de « population cible », de « combat » ou « d’éradication » de la pauvreté côtoient ceux d’« interventions » et de « campagnes » menées par des « brigades » sur le mode des opérations militaires et des « dispositifs disciplinaires » analysés par Michel Foucault. Pratiques et symboliques qui se doublent d’expériences organisationnelles en vigueur pendant la guerre. Diagnostiques participatifs, constitution d’organisations communautaires, formation de promoteurs de santé communautaires sont réintroduits à partir des expériences de conscientisation et d’organisation des communautés ecclésiastiques de base ou des formations médicales offertes aux populations par les brigadistes et médecins du FMLN. Ce faisant, les ONG démontrent aussi la capacité à renouer avec d’anciennes expériences d’organisation des masses. Tel est le cas d’ex-combattants qui, depuis leurs associations et universités, tentent d’impulser la construction de « pouvoirs populaires » ou la structuration de « mouvements populaires » comme des espaces de résistance au néolibéralisme. Pratiques qui s’accompagnent d’un travail de proximité avec des populations de démobilisés et débouchent, au nom de la « participation citoyenne », sur l’organisation de manifestations contre les privatisations et l’installation de mégaprojets miniers ou hydrauliques. Enfin, on observe une affinité entre les règles de fonctionnement de ces organisations et certaines pratiques guerrières. L’université nationale du Salvador est en ce sens un lieu de prédilection où les ex-combattants devenus professeurs peuvent s’exercer à diriger leurs élèves ou s’appuyer sur les syndicats étudiants afin d’asseoir leurs revendications. Démonstrations de forces et registres violents leur permettent ainsi de peser dans un système de négociation/transaction qui régit aussi bien l’élection d’autorités que la répartition des budgets ou l’admission de nouveaux professeurs et étudiants [Anderson, 1974]. Qu’ils soient créés de toutes pièces ou préexistants, les espaces investis au cours des stratégies de reconversion ont donc cette particularité de favoriser une reproduction de schèmes d’action et de représentation qui oscillent entre le militantisme politique et le militarisme. Cependant, et paradoxalement, ces pratiques et symboliques n’en subissent pas moins un ensemble d’altérations qui semblent aller dans le sens de l’adoption de référents civils et démocratiques.

… Et conversion démocratico-civile

Désincorporation et apprentissage de la démocratie

16Certes la reconnaissance de droits ethniques par le régime sandiniste et les notions de justice ou de droits de l’homme brandies par les accords de paix salvadoriens ont représenté de nouvelles niches de mobilisation et de reconversion. Mais la reconduite de pratiques politiques au nom de la défense de droits à la santé, des droits des femmes, des populations ethniques ou des victimes de la guerre, n’en témoignent pas moins de l’appropriation d’une notion de « droits à avoir des droits » qui émerge au sortir des guerres centraméricaines [Bataillon, 2004]. Il est alors significatif de voir d’anciens membres du parti-État sandiniste, non seulement revendiquer des droits territoriaux au nom d’une reconnaissance légale de ceux-ci, mais plus encore insérer leurs luttes dans un cadre essentiellement juridique. Ainsi, les confrontations avec les autorités municipales s’expriment en dépôts de plaintes et recours devant les tribunaux. De même, les dirigeants ont octroyé des bourses à des jeunes et à des leaders communautaires afin qu’ils étudient le droit à l’université pour qu’ils puissent les appuyer ensuite dans leurs revendications. C’est dire si ces nouveaux dirigeants ethniques ont pris au sérieux l’idée de justice indépendante et d’efficacité juridique pour mener à bien leurs luttes partisanes. Preuve aussi de leur participation à ce que Claude Lefort nomme la « désintrication du droit et du pouvoir » à l’origine de l’expérience démocratique, par laquelle « le droit finit par représenter comme une extériorité ineffaçable face au pouvoir » [Lefort, 1981].

17Cette adoption d’un référent démocratique se double alors de l’apprentissage de nouvelles pratiques politiques. Dans le cas de l’organisation indigène de Sébaco, les formes de concurrence et les prétentions des dirigeants à incarner une administration publique parallèle impliquent un alignement de leurs pratiques sur celles de la mairie. De même leur légitimité étant constamment remise en cause par le pouvoir municipal, celle-ci est étroitement liée à leur « bonne conduite » légale. Ce faisant, ils procèdent chaque année à de nouvelles élections de la junta directiva, battant campagne et organisant des assemblées générales au cours desquelles les candidats en compétition débattent de la gestion des prédécesseurs et des projets à venir. Cette ouverture d’un espace public sur fond de critiques de corruption ou de clientélisme, ainsi que la rénovation permanente des directions participent de la remise en cause de principes hiérarchiques considérés comme naturels. Ces mêmes questionnements sont parfois impulsés par les bailleurs de fonds qui importent leurs exigences de transparence. Au Nicaragua comme au Salvador, plusieurs associations de développement privatisées ou connues pour leur gestion douteuse des fonds se sont ainsi vues exclues de l’exécution de projets. D’autres ont été obligées de convoquer une assemblée générale afin de mener des élections et de renouveler leurs directions jusqu’alors aux mains d’une famille ou personnalisées. Ces élections périodiques ou imposées procèdent alors d’un questionnement démocratique d’ordre préétabli et traditionnel et de l’émergence d’une représentation du pouvoir comme inappropriable ou, selon l’expression de Claude Lefort, comme un « lieu vide ».

18Ce dernier processus est renforcé par la mise en scène d’une « désincorporation » des acteurs politico-militaires. Malgré leurs enchevêtrements avec une appartenance partisane, les nouvelles catégories d’identification véhiculées par les ONG (indigène, femme, etc.) n’en témoignent pas moins d’une démultiplication de référents autrefois absorbés et effacés par la catégorie exclusive du révolutionnaire. Au peuple-un et à l’ennemi du peuple, tous deux définis en termes partisans, se substituent de nouvelles distinctions qui transcendent le clivage ami/ennemi des affrontements armés. Elles permettent à ceux qui s’en réclament de redécouvrir des affinités de part et d’autre des camps auparavant polarisés. Ces redéfinitions constituent autant de brouillages des repères politiques et s’expriment par des fraternisations, autrefois contre nature, entre contras et sandinistes au sein des organisations indigènes ou entre mutilés des forces armées et de la guérilla au Salvador. De plus, la superposition de ces appartenances, comme sandiniste et indigène ou femme et combattante du FMLN, s’accompagne parfois de contradictions insurmontables. Ainsi tant la méconnaissance des problématiques ethniques par le pouvoir sandiniste que la relégation des femmes à des rôles subalternes au sein de la guérilla du FMLN, obligent ceux qui se réclament de ces doubles appartenances à émettre des critiques et à marquer des distances vis-à-vis de leurs anciennes structures et idéologies politico-militaires.

19Ces formes de désincorporation sont autant de signes de l’ouverture d’espaces publics comme de l’adhésion à de nouveaux référents démocratiques. En ce sens, les organisations investies deviennent à leur tour des espaces de conversion démocratique. Si ces transformations individuelles procèdent en partie de dynamiques organisationnelles, elles se voient renforcées par les agissements mêmes de leurs dirigeants. Ces derniers participent alors de leur propre reconversion civile et militante tout en inventant un espace social au nom duquel redéfinir leur nouveau rôle.

L’invention du civil

20ONG et associations deviennent en ce sens des espaces de production d’une nouvelle identité civile. Ainsi, sous couvert du travail de « mémoire historique », plusieurs associations se sont dotées d’une ligne éditoriale afin de publier témoignages, autobiographies ou récits de massacres. Dans le sillage de la Commission de la Vérité établie par l’ONU, ces publications, souvent écrites par ses propres dirigeants ou affiliés, contribuent non seulement à donner une version officielle de la guerre vécue ou à désigner les responsabilités des deux camps, mais également à marquer une césure temporelle avec un contexte de guerre désormais révolu. Leurs auteurs n’hésitent pas à mentionner les « erreurs » commises par la guérilla, ainsi que leurs points de vue « distanciés » des événements troubles qui entourent les exécutions sommaires, les assassinats internes, la mort d’otages ou la négociation de leurs cadavres. Confessions qui sont par là même renvoyées au registre du passé et contribuent à mettre en scène tant la désincorporation que la réinsertion civile de leurs auteurs mêmes.

21En retour, ces nouvelles lectures des contextes de guerre produisent un espace social au sein duquel réinscrire leurs reconversions. L’invention d’une société civile est amplement redevable de l’imposition d’une nouvelle catégorie de « populations otages » et de « populations victimes » par les organismes internationaux [Bataillon, 1993b]. À leur tour, les anciens acteurs politico-militaires n’hésiteront pas à user de cette image en définissant les objectifs de leurs associations en termes d’assistance aux victimes de la guerre ou de la répression. Au travers de ces catégories les acteurs non armés se voient peu à peu déliés des affrontements et assignés à une catégorie-tiers de population prise entre deux feux. Ainsi, au Salvador, plusieurs ONG, dont le musée de la Parole et de l’Image (MUPI), fondé par un des responsables de Radio Venceremos liée à l’Armée Révolutionnaire du Peuple, se proposeront de construire un monument aux victimes « civiles » de la guerre. Ce panthéon, inauguré dans un parc de San Salvador, juxtapose les noms de guérilleros, syndicalistes, religieux, de leurs familles et d’une multitude d’anonymes tombés sous les feux croisés ou exhumés des charniers. Lieux de mémoire qui symbolisent l’existence d’une population civile à la fois désignée comme victime et confondue dans l’innocence par une distance prétendue avec les corps armés. Le caractère massif du monument n’en cherche pas moins à mettre en scène la barbarie et la répression aveugle de l’appareil d’État, des militaires et des escadrons de la mort. Tout comme la UCA commémore chaque année l’assassinat de ses prêtres jésuites, élevés au rang de martyres du Salvador et de victimes de la déraison militaire. Ou encore ces mêmes guérilleros qui forment des associations de recherche des disparus ou d’assistance psychologique aux combattants et à leurs familles, faisant de ceux-ci les victimes des traumas causés par leur propre geste. C’est dire si ces organisations participent de l’invention d’une « société civile » par l’assignation de catégories de victimes et la symbolisation de populations désincorporées. Elles proposent ainsi une relecture des événements largement étrangère au clivage guerrier dominant le contexte des affrontements armés. Cette « redécouverte » d’une société civile n’a pas pour seul but de donner un sens à une désincorporation du social liée à l’émergence d’une expérience démocratique. Elle s’inscrit tout autant dans la nécessité de construire de toutes pièces l’espace au sein duquel ces anciens guérilleros entendent mener leurs reconversions ainsi que leurs remobilisations. Bricolages qui s’expriment également dans l’insistance du MUPI à conscientiser les populations indigènes du Salvador sur les massacres dont elles ont été victimes en 1932 et à les accompagner dans leurs revendications de droits particuliers. Cette conception renvoie à celles produites par les organisations indigènes de Matagalpa, puisque la catégorie d’indigène devient l’expression d’une population bafouée, victime de la répression sous la dynastie des Somoza et de sa négation par les sandinistes. Secteur qui, présenté ainsi, symbolise la persistance d’une société civile au-delà de son invisibilité et permet, ce faisant, de mettre en scène sa « résurrection » par le truchement d’organisations en charge de sa revivification.

Un nouveau rôle d’expert militant de la pauvreté

22Forts d’un secteur au nom duquel légitimer leur nouvelle position, les acteurs reconvertis s’aménagent alors un rôle d’expert militant de la pauvreté. Symboliques politico-militaires, civiles, démocratiques et professionnelles s’imbriquent pour donner substance à ce nouveau protagoniste militant. Celui-ci se fonde d’abord sur la valorisation d’un passé révolutionnaire et de ses reformulations contemporaines. Les « convertis » évoquent, non sans euphémisme, les duretés de la clandestinité, les conditions de manque éprouvées par la guérilla ou les rationnements au plus fort de la guerre civile nicaraguayenne. Le contact avec le « peuple » – paysans des montagnes salvadoriennes ou nicaraguayennes et indigènes de la côte atlantique – est remémoré sur un ton nostalgique. D’autres racontent aisément des anecdotes de la vie quotidienne en temps de guerre, tout en soulignant d’une manière paternaliste les tâches, tantôt ingrates, tantôt burlesques, qui leur incombaient au moment de démêler des histoires amoureuses ou d’annoncer la mort au combat d’un fils ou d’un époux. Enfin, il n’est pas rare d’entendre parler des bombardements aveugles, des embuscades et de la perte des compagnons d’armes, tout comme de se voir montrer les blessures de guerre, qui sont autant de témoignages des souffrances vues et vécues. La mise en scène d’une proximité avec les exclus, d’un « vécu » de la pauvreté et de la souffrance, donne alors une épaisseur historique à ce rôle d’expert de la pauvreté. Consistance renforcée par la valorisation du témoignage et de la connaissance acquise au contact du « terrain » et des pratiques d’organisation communautaire.

23Cette prétention à l’expertise s’appuie, de plus, sur la fréquentation d’un monde scientifique. Plusieurs des guérilleros salvadoriens rencontrés cumulent des postes de professeur, de recteur et vice-recteur d’universités ou de consultants pour des fondations, des ONG et des think tanks. Ces positions d’intellectuels sont rendues visibles par une série d’activités à la fois militantes et scientifiques sur les problèmes sociaux et la réalité nationale (publications, séminaires, conférences, interventions radiodiffusées ou télévisées). Pour la plupart diplômés de médecine, de droit, de sciences sociales ou de l’éducation, ils nourrissent leurs réflexions d’expériences d’observateurs engagés, privilégiant les démarches proches de l’intervention sociologique ou d’une recherche d’action participative qui leur permet de se présenter comme autant de « scientifiques sociaux ». Ils affirment enfin leur position de connaisseurs des « questions sociales » par la ramification d’un réseau international de scientifiques engagés, au travers de co-publications, d’ouvrages collectifs ou d’invitations de professeurs étrangers.

24Ces compétences sont aussi enrichies par l’adoption d’un langage dominant résultant de la professionnalisation de leurs organisations. En effet, la formulation de projets requiert une connaissance approfondie des statistiques du PNUD ou de l’UNICEF, des problématiques sanitaires, de genre, de violence et des impératifs agricoles ou écologiques. Ils se dotent ainsi d’une connaissance des problèmes nationaux, des agendas régionaux et des réformes nationales. Compétence qui fait également appel à l’emploi de termes techniques, à l’usage des chiffres et d’un « jargon » politico-économique qui leur servent tant pour la captation de fonds que pour asseoir leur nouveau rôle d’expert des problèmes de développement. Ces formes de professionnalisation sont malgré tout créatrices de contradictions entre, d’une part, des dirigeants s’appuyant sur un passé militant et de jeunes entrants diplômés mais faisant preuve d’un « engagement distancié » et, d’autre part, entre le maintien personnel d’une idéologie révolutionnaire et les distances qu’impliquent tant ce regard professionnel que l’idéologie néolibérale véhiculée par les catégories humanitaires ou développementistes.

25Pourtant, à partir de ce statut ambivalent d’expert militant, nos acteurs se fraient de nouveaux sentiers vers le champ politique. De fait, plusieurs des dirigeants rencontrés cumulent des positions de député, maire, conseiller parlementaire, analyste politique ou idéologue d’un courant révolutionnaire. Au Salvador, un de mes enquêtés, ancien médecin de la guérilla reconverti par la suite en président d’une ONG de santé, s’est vu promu à l’Assemblée nationale en tant que conseiller parlementaire sur la réforme du système de santé. D’autres, ex-combat-tants convertis en professeurs d’université, cumulent des fonctions de consultant auprès de fondations et de municipalités du FMLN ou se voient sollicités pour prendre part à des débats télévisés sur l’actualité politique. Certains, enfin, s’emparent de leur nouvelle position d’« intellectuel engagé », distancié des structures proprement partisanes, pour théoriser et accompagner un mouvement populaire. Poste depuis lequel ils contribuent à une critique des dérives systémiques du FMLN ou s’emploient à réanimer une tendance révolutionnaire en tant qu’idéologues « non corrompus par le pouvoir ». Au Nicaragua, organisations indigènes et associations sont tout autant des voies d’accès à des postes de maires et de conseillers municipaux, les capacités de ceux qui les investissent pour réarticuler des liens de dépendance politique et capter les ressources de leurs réseaux internationaux étant reconnues. C’est dire si l’ouverture de ces opportunités politiques est liée aux ambivalences qui traversent les trajectoires des reconversions militantes observées. Ces remobilisations ambiguës, tiraillées entre la reconversion de schèmes politico-militaires et l’adoption de référents démocratiques, semblent alors se prêter à l’exercice des catégories et positions politiques des nouvelles démocraties salvadoriennes et nicaraguayennes.

Conclusion

26Si ces reconversions militantes semblent particulièrement propices au repositionnement politique, il convient alors de nous demander dans quelle mesure les espaces qui les accueillent sont eux-mêmes pris dans des contradictions similaires entre reconduction du passé et ruptures du présent. En ce sens, les brouillages des repères politiques qui ont traversé les dernières campagnes électorales du Front Sandiniste et du FMLN permettent d’apporter matière à réflexion. Le retour des révolutionnaires d’hier sur le devant des scènes politiques nicaraguayenne et salvadorienne s’est alors accompagné d’une manipulation de ce double registre temporel. Alors que la campagne présidentielle de Daniel Ortega avait multiplié les signes de rupture avec le passé, son installation au pouvoir depuis 2006 a correspondu à la remise au goût du jour d’une rhétorique révolutionnaire des anciens symboles du triomphe sandiniste, tout comme de pratiques pour le moins verticales et autoritaires. De même au Salvador, la première victoire du FMLN aux élections présidentielles, dix-sept ans après sa réinsertion politique, a reposé sur la double candidature d’un outsider du parti, Mauricio Funes, journaliste indépendant au ton social-démocrate, et de Salvador Sanchez Ceren, ancien -commandant guérillero et leader des Forces Populaires de Libération, proche d’une ligne « chaviste » et cubaine. La campagne s’est alors déroulée sur fond de tensions entre orientations idéologiques et pragmatiques du parti ou entre appels à un militantisme issu de la guérilla et séduction d’un nouvel électorat. Il semble que ces effets de brouillage, nés des tensions entre militantisme idéologique et professionnalisme pragmatique, puissent aujourd’hui représenter un créneau porteur d’une nouvelle légitimité politique. Si ces ambiguïtés traversent aussi bien des reconversions individuelles que des trajectoires organisationnelles, si elles se retrouvent au cœur d’organisations se réclamant de la « société civile » comme de la société politique, ne devrait-on finalement y questionner, non le reflet d’un état de transition, mais plutôt une mise en forme « schizophrénique » du politique dans ce qu’il convient de nommer les nouvelles démocraties centraméricaines ?

Haut de page

Bibliographie

Anderson Charles W., Cambio político y económico en América Latina (1967), México, Fondo de Cultura Económica, 1974.

Bataillon Gilles, « Democratizaciones o revoluciones democráticas : América Latina (1978-2004) », ISTOR, 2004, p. 81-107.

Bataillon Gilles, « Contras et reContras nicaraguayens (1982-1993) : réflexions sur l’action armée et la constitution d’acteurs politico-militaires », Cultures & Conflits, n° 12, 1993a, p. 63-103.

Bataillon Gilles, « L’action humanitaire des ONG françaises en Amérique Centrale : entre bureaucratie humanitariste et nouvelle vision de l’humanité », Cultures & Conflits, n° 11, 1993b, p. 65-76.

Bourdieu Pierre, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 24, 1978, p. 2-22.

Child Jack, The Central American Peace Process, 1983-1991, Sheathing Swords, Building Confidence, Boulder, Colorado, Lynne Reinner, 1992.

Collovald Annie, « Le militantisme humanitaire : la sollicitude dans la mise à distance », Nouveaux regards, n° 27, oct.-déc. 2004, p. 1-6.

Collovald Annie, « De la défense des «pauvres nécessiteux» à l’humanitaire expert : Reconversion et métamorphoses d’une cause politique », Politix, n° 56, 2001, p. 135-161.

Garibay David, « Del conflicto interno a la polarización electoral : diez años de elecciones en El Salvador (1994-2004) », Revue Trace, núm. 48, México, 2005, p. 30-45.

Garibay David, Des armes aux urnes – Processus de paix et réinsertion politique des anciennes guérillas en Colombie et au Salvador, thèse de doctorat en science politique, Guy Hermet (dir.), Institut d’études politiques de Paris, 2003.

Hoffmann Odile, « Le flux et reflux des catégories identitaires : une lecture des politiques foncières au Mexique et en Colombie », in Marie-France Prevot Schapira et Hélène Rivière d’Arc (dir.), Les territoires de l’État-nation en Amérique latine : à Claude Bataillon, Paris, IHEAL, 2001.

Lefort Claude, L’Invention démocratique, Paris, Fayard, 1981.

Marti i Puig Salvador, « Nicaragua : la difícil construcción de un estado nacional », in Alain Musset, Joël Delhom (dir.), Nicaragua : dans l’œil du cyclone, Paris, IHEAL, 2000.

Pécaut Daniel, « La question de la démocratie », in Claude Bataillon (dir.), Quel avenir pour la démocratie en Amérique latine ?, Paris, éd. du CNRS, 1989.

Prigent Alain, Mouvement coopératif, réforme agraire et révolution au Nicaragua, Paris, ERSPI-CNRS, 1987.

Rodriguez Marcos, « Costos y retrazos de la reinserción para la paz », Serie Alternativas para el Desarrollo, n° 27, San Salvador, Fundación del Desarrollo de El Salvador, 1995.

Santana Roberto, « Enjeux de l’espace et pouvoir sandiniste », in Pierre Vayssiere (dir.), Les contradictions du sandinisme, Paris, Presses du CNRS, 1988.

Spencer Denise, Demobilization and Reintegration in Central America, paper 08, February, BICC, 1997.

Stanley William, Call C.T., « Building a New Civilian Police Force in El Salvador », in Krishna Kumar (dir.), Rebuilding Societies after Civil War : Critical Roles for International Assistance, Boulder, Colorado, Lynne Reinner, 1997, p. 107-135.

Stein Barry N., « Reintegrating Returning Refugees in Central America », in Krishna Kumar (dir.), Rebuilding Societies after Civil War, op. cit., 1997, p. 155-181.

Tissot Sylvie, Gaubert Christophe, Lechien Marie-Hélène (dir.), Reconversions militantes, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005.

Haut de page

Notes

1 Sur la légalisation du FMLN et sa réinsertion politique on se reportera aux travaux de David Garibay [2003, 2005].

2 Ces recherches ont été réalisées dans le cadre de travaux universitaires à l’IHEAL. Rôles et interventions des acteurs de la coopération au développement au sein du champ politique centre-américain, mémoire de master sous la direction de David Dumoulin, IHEAL, décembre 2006. Identité et État-nation au Nicaragua : une lecture des rapports stratégiques et de négociations identitaires de la communauté indigène de Sébaco avec le Sandinisme, mémoire de DEA sous la direction de Christian Gros, IHEAL, septembre 2005.

3 La notion de « reconversion militante » rend compte de pratiques de passage ou de ruptures d’une position politique, économique, morale ou professionnelle ancienne à une autre position. On se reportera au travail collectif dirigé par Sylvie Tissot [2005] pour une approximation des usages du terme.

4 La notion de « stratégie de reconversion », parfois évoquée sous les termes de stratégie de reproduction, est reprise des travaux de Pierre Bourdieu [1978] qui l’utilise afin de décrire la transformation de capitaux ou leur valorisation au sein de champs différents afin de maintenir une position sociale.

5 Le concept de « désincorporation » est emprunté à Claude Lefort [1981] et a été mis à profit par Gilles Bataillon dans ses analyses de la transformation des acteurs armés et des révolutions démocratiques en Amérique centrale [1992, 2004].

6 Sur ces dynamiques de transformation de la solidarité en France, voir les travaux d’Annie Collovald [2001, 2004]. Certaines de ces mutations, notamment l’introduction d’une expertise, se retrouvent dans les formes de professionnalisation des ONG et des associations centraméricaines.

7 Le projet de micromusée comme d’autres projets agricoles ont fait l’objet de détournements de fonds ou de privatisation par les dirigeants des associations locales, responsables des projets. Ces gestions douteuses sont souvent dues à des pratiques de projets « mille feuilles » qui consistent à accumuler des fonds provenant de partenaires différents et à constituer un seul budget pour financer l’ensemble des activités de l’association, indépendamment des projets, ou pour compenser certains besoins de projets autres que celui auquel les fonds sont destinés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Moallic, « La reconversion militante des acteurs politico-militaires : une remobilisation ambiguë au lendemain des guerres internes (Nicaragua-Salvador) », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 59-76.

Référence électronique

Benjamin Moallic, « La reconversion militante des acteurs politico-militaires : une remobilisation ambiguë au lendemain des guerres internes (Nicaragua-Salvador) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/1384 ; DOI : 10.4000/cal.1384

Haut de page

Auteur

Benjamin Moallic

Benjamin Moallic est membre du Centre de recherches politiques Raymond Aron (CRPRA). Il prépare un doctorat en sociologie politique à l’École des Hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction de Gilles Bataillon sur Les reconversions militantes des acteurs politico-militaires au lendemain des guerres internes en Amérique centrale (Nicaragua-El Salvador). Il est actuellement chercheur associé au Centre français d’études mexicaines et centraméricaines (CEMCA) et enseigne à l’Université Évangélique de El Salvador (UEES). Outre le thème de sa thèse, ses recherches portent également sur la mise en place de sociétés civiles et des démocraties en Amérique centrale, ainsi que sur la reconfiguration des systèmes et des cultures politiques depuis le début des années 1990 au Nicaragua et au Salvador. Il a déjà publié : « Organización, cohesión y cambio social : Una mirada sociológica sobre el “existir juntos” », Crea Ciencia, n° 7, año 4, UEES, diciembre 2007 et « Victoire de révolutionnaires ou ascension d’une nouvelle bureaucratie d’experts ? À propos des élections de 2009 au Salvador », Problèmes d’Amérique latine (à paraître été-automne 2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org